AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Ven 28 Juil - 14:28

2e jour de la Lune du Cheval année 40, Kokyuu, Temple Meisou

Cette fin d’été promettait d’être bienfaisante et donnait un brin de nostalgie face à l’automne qui s’annonçait. Le temps était encore beau, le vent apportait encore un air sec et chaud, rafraichit agréablement par quelques petites pluies. Cela avait été un très beau temps pour entrainer les chevaux, et j’avais bien augmenté mon niveau d’archère amazone. Mais l’air commençait à s’humidifier, et les feuilles allaient bientôt prendre leur couleur rouge et or. En ce jour cependant, le temps était magnifique et le vent clément.
La prière et le rituel du matin avaient été effectués comme d’habitude, dans le calme, l’encens et les paupières encore lourdes d’une nuit courte. Le son des chants rajoutait à cette engourdissement qui était sensé nous vider l’esprit et nous rapprocher des Kamis. Personnellement, j’étais plus encline le matin à rapprocher mon esprit de mon lit que de Kazegami. Mais ces prières n’étaient pas bien longues, et la journée pouvait commencer avec un petit déjeuner. Sobre et énergétique, nous étions avec les Miko dans la discussion de prochaines tâches de la journée. Prière, entrainement, danses rituelles, assister les prêtresses, accueil des pèlerins… La plupart du temps on me mettait à l’assistance des prêtresses ainsi qu’aux danses rituelles. Avec mon statut et ma prestance, on désirait semble t’il me rapprocher de la gestion du temple. Je ne savais ce qu’ils attendaient réellement de moi dans la finalité, mais quelque chose me disait que cela avait à voir avec ma famille. Je ne pouvais être certaine, aussi je faisais simplement mon travail comme il fallait et restait bienveillante dans mes actions. Quoi qu’il en soit j’apprenais, et tant que cela était au service des Kamis et de la bénédiction du peuple d’Eiichiro, je me trouvais satisfaite. Surtout si on me laissait le temps de m’entrainer à l’arc ou à la purification.

Mais ce matin-là, il y eut une petite entorse aux habitudes. Les prêtresses n’étaient pas fortement occupées, et deux Miko avaient attrapés la fièvre estivale. Nous aviosn donc une répartition des tâches un peu changée pour les prochains jours, et attendions les instructions de la Miko en charge de notre gestions des corvées. Elle rappela le fait établis des Mikos malades, que c’était une chose bien navrante et désespérante, espérant que Kasugami ne leur avait pas infligé une punition, que ctte fièvre était peut être maligne et qu’il fallait faire attention… Bla bla bla, on sait tout ça. Je n’appréciais pas trop sa manière de parler dans leur dos, mais ne dis rien. Parler d’un malheur de Kamis n’était pas vraiment appropriés, mais ces derniers temps elle était d’une humeur de chien et extrêmement irritable. Ses sauts d’humeur ne la rendaient pas aimable, déjà qu’elle ne l’était pas franchement d’habitude. J’espérais que je n’allais pas devoir faire corvée avec elle, car écouter ses plaintes et ses craintes à longueur de journée allait mettre à rude épreuve ma patience et ma générosité. Mais quand son regard se posa sur moi et qu’elle annonça son verdict, je ne pouvais être qu’heureuse de son choix.


" Satomi-san, vous êtes ce matin d’astreinte à l’accueil des pèlerins. Vous serez avec Nora, Saito et Nagoya. "

Nous répondions par l’affirmative, et je retenais un sourire plus grand que ce qu’il devrait être. Au moins, j’allais éviter d’être avec elle ! Nora était une Miko plus jeune mais adorable, arrivée il y a peu au temple. L’accueil des pèlerins n’était pas une tâche compliquée, mettant plus l’accent sur la patience, l’écoute et les relations humaines. Saito était un prêtre plus vieux de quelques années que moi. Sympathique mais sans plus, il était de plus en plus mis avec moi pour différentes tâches, et se mettait à vouloir discuter plus qu’avant. C’était un peu étrange, mais je ne relevais pas et restait polie et prévenante. C’était un prêtre qui avait du potentiel pour monter dans la hiérarchie du temple, un bon parti pour beaucoup de femmes. Mais j’étais loin de cela, mes préoccupations n’étant pas à la romance et au mariage malgré mon âge. J’avais 17 ans comme Nagoya, une autre Miko arrivée quelques années après moi. Elle était énergétique, encore un peu maladroite, mais habituée à la mission de l’accueil des pèlerins. Si mon aura et ma prestance reflétaient l’énergie protectrice et prévenante de la bienveillance, Nagoya avait plus celle de la vitalité du soleil et du printemps, redonnant vigueur et courage à qui parlait avec elle ou la regardait.

C’était donc une bonne équipe qui partait en direction de la porte principale, celle par laquelle les pèlerins arrivaient. Il y avait des escaliers bordés d’arbres qui montaient vers le premier patio, là où une fontaine de purification se trouvait. Ensuite, c’était une succession de couloirs pour arriver dans deux salles séparées, où des statues des Kamis Kazegami et Kasugami prenaient place devant des autels à offrandes, des bâtons d’encens et des bancs de prière. Nora et Sait allèrent chacun vers une des salles de prières. La première parce qu’elle n’avait pas besoin de faire grand-chose et simplement se rendre utile aux pèlerins, l’autre parce qu’il n’était pas très bavard et préférait le calme de la prière. Nagoya et moi allions au-devant du patio à a fontaine, pour accueillir les pèlerins. Nous étions là pour les aiguiller, leur offrir une légère collation ou rafraichissement selon le moment de la journée. Mais également pour leur offrir une oreille attentive s’ils voulaient discuter, avoir quelques autres informations avant d’entamer le rituel. C’était également notre rôle que de donner les bonnes adresses aux accompagnateurs des pèlerins. Parfois des samouraïs, des mercenaires ou encore des membres de famille. Donner une bénédiction ou des talismans contre une offrande au temple était également dans nos missions, et nous pouvions les rediriger vers des parties du temple prévues pour les non pèlerins, afin de donner offrande et obtenir bénédiction des kamis. Nagoya et mois attendions, regardant le ciel prendre une couleur bleue plus vive, et les premiers pèlerins arriver. L’été était propice au pèlerinage à Meisou, le temps étant clément pour le voyage, les périodes de fêtes rendant la région très active et agréable.

Nagoya s’occupa du premier groupe, trois pèlerins venant de Setsu vu leur faciès et leur accent. En attendant, je finissais de préparer le thé de rituel ainsi que les coupelles pour servir. J’entendais la Miko accueillir avec sa bonhomie habituelle les arrivants, me faisant sourire agréablement. Il était un peu tôt pour être aussi bourrée d’énergie, mais c’était Nagoya. Je donnais les coupelles de thé aux pèlerins, leur souriant avec mon charme et ma bienveillance naturelle. Mon regard était toujours doux et protecteur, pensant réellement bien accueillir ceux ayant fait un long chemin pour venir au temple. Parfois je parlais aux pèlerins quand je les accueillais, d’une voix douce mais réconfortante. Ma prestance naturelle aidait également à répandre cette confiance et cette sérénité à ceux qui m’entouraient. Le pendant plus problématique de cette prestance était que l’on venait souvent me voir pour me poser des questions ou engager la conversation. Je ne refusais jamais, car c’était mon rôle d’hôtesse Miko et j’apprenais également beaucoup de choses. Leur voyage, ce qu’ils avaient traversés comme aventures, leurs inspirations et l’épreuve de foi de ce pèlerinage. J’enviais ces pèlerins qui voyageaient, et souhaitais faire de même plus tard. Mais hélas, pour le moment mon destin était de rester dans le temple, et je ne battais pas vraiment pour en sortir. J’étais bien là où j’étais… Nous étions à présent en milieu de matinée, aux alentours de l’heure du Serpent. Un nouveau groupe de pèlerin était arrivé, et cette fois ci il était à moi de m’en occuper. Souriante et avenante, je leur souhaitais la bienvenue d’une voix douce et aimable.

" Bienvenus au temple de Meisou . Prenez ce thé chaud pour vous désaltérer avant de commencer le rituel. La fontaine de purification est juste derrière, à l’entrée du premier patio. "

Je leur montrais le petit plateau posé non loin sur un petit autel en bois, mais mon regard fut de suite attiré par une personne… atypique. C’était un homme grand, plutôt du type guerrier vu sa stature et sûrement un samouraï vu ses vêtements. Un visage masculin, à la barbe taillée et au regard franc. Il n’avait pas beaucoup d’expression sur son visage, mais… Ses cheveux ~ ! D’un blanc magnifique et singulier, on aurait pu croire un de ces habitants de la Lune que l’on décrit dans les histoires. J’étais captivée par cette chevelure que je trouvais magnifique. Ma curiosité était attisée en plus de mon rôle d’accueil, aussi j’osais avec plus de témérité que je n’aurais fait preuve habituellement me rapprocher de cet homme et lui parler. Je lui souhaitais également la bienvenu, et fit les habituelles recommandations et bénédictions pour ceux qui accompagnaient les pèlerins.

" Êtes-vous de la garde de ces pèlerins ? Bienvenu au temple de Meisou. Que Kazegami vous accorde son souffle protecteur pour avoir accordé le vôtre à ses pèlerins, et que Kasugami vous protège de ses brumes malignes."

Mon regard était cependant plus captivé et mes expressions plus animée par la curiosité que par la bienveillance. Je souriais un peu plus, montrant de l’intérêt à engager la conversation. Les autres pèlerins eux, avaient plus rapidement pris le chemin de la fontaine rituelle, ce qui m’arrangeait. Si l’une des prêtresses me voyait sûrement que je me ferais réprimander. Mais elles ne sont pas là, alors bon … Je me demandais ce qu’il avait à raconter comme histoire, ou même sur son pays. Avec ses habits, clairement qu’il n’était pas d’Eiichiro. Mais je n’arrivais pas à discerner de quel clan il provenait. Faisant toujours honneur à notre profession, je proposais à ce garde de quoi attendre. Avec plus de zèle et d’intérêt que je ne ferais preuve normalement.

"Souhaitez-vous effectuer le rite avec les pèlerins, ou préférez-vous attendre dehors ? Nous pouvons vous offrir quelque rafraîchissement pour vous soulager de votre long voyage. Ha, du thé uniquement, par contre. "

Je riais légèrement, mon regard pétillant toujours rivé sur son visage et sa chevelure captivante. Par les Kamis, que j’aime ses cheveux… Mais je faisais mon possible pour ne pas les fixer de trop, et restais sur la politesse due à un étranger et à un visiteur.



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Sam 29 Juil - 19:28

Shiraga n'était pas mécontent d'arriver. Après de longs jours de voyage, il aspirait intérieurement à se se reposer comme il se devait. Escorter des pélerins n'était pas un soucis pour lui, encore moins quand ils n'étaient guère nombreux ; ils étaient au nombre de trois, mais ces hommes là étaient tellement poussés par leur foi qu'ils avaient jugé bon de maintenir une bonne allure, prenant peu de repos sur les derniers jours du voyage. On pouvait comprendre qu'ils avaient grande hâte d'arriver et que le guerrier qui les accompagnait était en bonne condition physique. Mais quand même. Même Shiraga restait un homme. Et la nature venait toujours à rappeler des limites physiques, même pour les plus endurants.

Leur voyage n'avait pas été si pénible que cela, du moins au regard du samouraï. La traversée du territoire Setsu avait été un peu tendue et il avait du veiller à garder son katana à son fourreau sur une bonne partie de cette traversée qui croisait des villages, des relais ou des zones quelque peu peuplées. Même s'il avait tout ce qu'il fallait pour justifier la traversée de Setsu, il restait Kenshu. Et les tensions entre les deux clans étaient toujours aussi vives.

Il y eut un peu de piquant entre la frontière qui séparait Setsu d'Eiichiro. Un duo de brigands avaient tenté de jouer les fiers et les forts devant le petit groupe de pèlerins. Ils avait cru un peu trop rapidement que le samouraï serait impressionnable. Ce fût l'inverse qui se produisit. Les vils bougres avaient impressionnés de l'air glacé que le guerrier avait eu à leur égard en sortant son katana. Il avait été nullement impressionné par le fait de devoir se battre à un contre deux. Quand on tombait sur des couards, jouer sur les apparences suffisaient.

Et quand enfin il arrivèrent aux premières marches du temple, Shiraga avait lâché un petit soupir de soulagement. Les derniers jours, comme évoqués précédemment, avaient été rudes. Les pèlerins avaient exprimés leur désir d'arriver le plus tôt. Allez savoir pourquoi. Le samouraï ne partageaient pas leur foi à l'égard des Kamis. Et une fois la porte principale du temple franchi, Shiraga s'était un peu mis en retrait, laissant les pèlerins être pris en charge par une prêtresse qui paraissaient avoir guetté leur venue. En même temps, quoi de de plus normal quand les lieux étaient vénérés ? Un instant, il fixa les deux statues des Kamis Kazegami et Kasugami. Qui sait si un jour il arriverait à comprendre la foi que les pèlerins exprimaient avec ferveur.

Juste avant que la jeune prêtresse qui avait chaleureusement les pèlerins ne vienne porter son attention sur lui, il s'assura que son tsuba était toujours bien nouée par la sageo. Même si ce détail paraissait anodin, il devait marquer les signes de confiance. La position de son katana rangé à sa droite et tranchant dirigé vers le sol complétait les signes à afficher clairement. Le noeud de la sageo devait terminer l'ensemble. Au moins, tout était resté en place. C'est en redressant le regard qu'il vit la jeune femme s'adressa à lui.

Elle l'accueillit au même titre que ses escortés, le saluant et lui accordant les bénédictions qui se devaient en ces lieux. Il la remercia en s'inclinant simplement, avec avec une certaine grâce. Il en profita en même temps pour détailler du regard la jeune prêtresse. Elle était plus petite que lui et paraissait être une poupée de porcelaine à la facture parfaite qui avait pris vie par le simple souffle d'un Kami. Elle paraissait fine et frêle à la fois, mais il devinait qu'elle s'adonnait à certains entraînements physiques. Elle avait une légère musculature qui trahissait cela. Et un combattant tel que Shiraga savait reconnaître cela.

''Merci, Miko-san. Je suis de la garde de ces courageux pèlerins, qui ont affronté une longue route pour venir accomplir un de leurs voeux de piété. Pour ce qui est d'accomplir les rites, je ne vais pas perturber ces lieux de ma présence''

Même si sa lame était rangée pour marquer un certain pacifisme, il n'en restait pas moins un homme en arme. Et à ce titre, il n'avait guère sa place au sein du temple. Non pas qu'il ne doutait pas de la tolérance de cette prêtresse et de ses consoeurs et confrères, mais c'était une pensée qu'il trouvait tout justifié pour ne pas trop être dans l'attention des croyants plus fervents que lui. Mais la proposition de l'accueillante changea la donne. On ne refusait pas un bon thé si chaleureusement proposé

Son léger rire fut un véritable rafraîchissement sonore à ses oreilles. Cela changeait totalement des rengaines moult fois ressassés par les pèlerins durant le voyage.

''Mais je ne vais pas refuser de vous offusquer en refusant le thé que vous proposer si généreusement. Après un si long voyage, un thé chaud vaut toutes les boissons du monde''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Sam 29 Juil - 20:55

L'homme aux cheveux d'argent était tout ce qu'il y a de plus formel. Sa posture, sa tenue d'arme, tout était maitrisé selon l'étiquette propre aux samouraïs. Tout pour ne pas offenser ce lieux sacré. De même, ses paroles étaient respectueuses et il ne voulut pas faire injure en venant dans le temple armé. Je souriais, inclinant la tête pour remercier cette délicatesse.

" Les kamis accueillent toujours ceux prêt à rentrer dans leur temple avec respect."

Il avait accepté le thé, aussi après un nouveau sourire d'acquiescement je partis tranquillement lui chercher un bol. Ses manières et son allure étaient celle d'une personne éduquée et soignée. Pour un garde accompagnant des pèlerins, il était parmi les plus élégants et notables que j'avais pus rencontrer. Et ses cheveux, un vrai trésor ! Cela ne devait pas être de tout repose de s'en occuper. Mais étant donné sa barbe bien taillée, cet homme semblait du genre à se soigner et à respecter scrupuleusement l'hygiène. Que ce soit pour lui même ou pour plaire, je ne saurais dire. Je revenais avec le bol promis, lui tendant avec une nouvelle petite révérence, comme de coutume.

" Tenez, reposez-vous autant que vous le souhaitez. Je vous laisse à votre repos mérité."

Je lui souriais une dernière fois et le laissais à sa méditation et à son attente. En général, les personnes accompagnants les pèlerins préféraient un certain calme et une tranquillité toute acquise. Même si j'étais curieuse et que j'avais envie de lui poser des questions, je ne saurais me montrer impolie envers un étranger et m'imposer de la sorte. Je retournais ainsi à mes occupations, accueillant de nouveaux pèlerins. Je souriais, restais bienveillante, donnais conseil sur le chemin à suivre. Un peu de temps avait passé, et bientôt la relève venait à nous. J'allais pour récupérer également Nora dans la salle de prière, quand un des pèlerins du samouraï m'interpela. Il m'avait vut parler brièvement à celui-ci, et voulut me donner la mission de lui transmettre un message. Autant à l'oral que par écrit, il me donna un bout de papier avec sûrement des instructions dessus. Je ne lisais pas, souriais simplement et m'inclinais de nouveau pour accepter cette requête. C'était certe une belle occasion de parler de nouveau à ce samouraï, mais je n'étais pas non plus une commie des couloirs ! Peut importe... J'avais soudainement une idée, voyant l'opportunité qui m'était offerte. La relève étant venue, nous avions du temps pour nous occuper librement. Pour ma part, j'avais prévu d'aller en ville pour acheter du matériel pour mes flèches ainsi qu'un peu de thé. Je retournais à ma chambre rapidement, pris mon arc et mes quelques flèches dans leur carquois. Une séance d'entrainement en extérieur ne me ferait pas de mal non plus. C'est donc mon arc à l'épaule et mon carquois sur le dos que je revenais vers le samouraï. Je lui souriais de nouveau, m'inclinais légèrement pour lui présenter la requête des pèlerins.

"Les pèlerins que vous accompagnez m'ont fait part de leur désir de rester dormir au temple. Ils souhaiteraient vous retrouver demain matin devant le temple à l'heure du Serpent."

Je lui tendis la missive, inclinant toujours avec grâce la tête. Je me demandais ce qu'il allait en penser de cet ordre. Après, je ne connaissais pas leur intimité et leur relation. Peut être que c'était normal pour leur groupe d'agir ainsi, je n'étais pas là pour juger. J'attendis qu'il lise, puis osais prendre parole et lui faire une proposition, toujours avec mon sourire et ma voix avenante.

" Je dois aller en ville pour effectuer divers achats. Si vous le souhaitez, je peux vous accompagner jusqu'au relais où vous pourrez vous reposer et trouver une nuité. C'est sur mon chemin et je pourrais vous recommander au propriétaire."

A cette époque de l'année, il y avait beaucoup de voyageurs venant visiter le temple. Il y avait beaucoup de réservations, et je n'étais pas certaine que le samouraï ait pris cette précaution. J'appréciais ces manières et ne voulais pas qu'un samouraï tel que lui dorme dehors. Parler au tenancier et faire une recommandation ne serait pas bien difficile, et il pourrait sans doute faire quelque chose pour lui. De plus, en tant que Noraneko et Miko, j'étais respectée dans cette auberge et je pouvais me fier à leurs services. J'attendais donc la réponse de l'homme aux cheveux d'argent. De toute manière, je devais descendre à la ville alors autant qu'il m'accompagne et que je sois en argéable compagnie. Plus de chances pour lui parler et satisfaire am curiosité !


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Dim 30 Juil - 19:58

Le samouraï s'était une fois de plus retenu de sourire devant l'affirmation de la jeune miko. Il doutait un peu qu'un kami, s'il se trouvait en face du samouraï, aurait pleinement acceptée sa présence sans sourciller ou grincer des dents. Dépendait du caractère du kami au final et il ne les connaissait pas personnellement. Sinon, il aurait été dans la même caste pieuse que cette jeune femme. Mais comme elle l'avait souligné, tant que c'était avec respect, malgré ce qu'il était...

la miko partit le temps nécessaire de lui chercher un bol de thé fumant. Shiraga le prit délicatement, et fit la révérence comme il se devait aussi. Puis elle s'éclipsa déjà après lui avoir précisé qu'il pouvait se reposer autant qu'il le voulait. Il n'y avait pas à dire... l'hospitalité des temples n'avait rien de comparable à travers toutes les contrées. Peu importait de quel clan on venait, on était reçu comme il se devait. A croire que c'était là l'exemple à suivre. A méditer....

Shiraga ferma les yeux et huma doucement les vapeurs chaudes qui venaient du liquide fortement odorante. Il ne put retenir un sourire de plaisir, sentant que les effluves promettaient un goût digne de ce nom. Et il eut le temps de savourer quelques gorgées, qui apaisèrent son harassement. Nul besoin de s'asseoir pour boire le contenu de son bol.

Il en avait bu les trois quarts quand la jeune femme revint, portant avec elle un arc et un carquois empli de quelques flèches. Elle portait l'ensemble sur son épaule et dans son dos. Voilà pourquoi il avait observé une certaine habitude de travail physique chez elle : elle s'entraînait à l'arc. Il avait rapidement haussé un sourcil un peu surpris avant de reprendre son air totalement stoïque. Il acceptait totalement qu'une femme puisse manier une arme.

Elle s'inclina devant lui et lui délivra, toujours avec le sourire, une information donnée par les pèlerins. Ces derniers voulaient dormir au temple cette nuit. Louable au vue de leur foi. Par contre, une fois la missive prise de la main délicate de la Miko et après l'avoir déroulé, il fronça de ses sourcils. En plus de devoir les retrouver en fin de matinée demain, ils expliquaient en quelques mots qu'ils lui apporteraient la décision ou non de repartir dans un délai indéterminé. Cela signifiait que tant qu'ils estimaient ne pas avoir répondu à leurs voeux de foi, ils ne partiraient pas immédiatement. Et comme ils devaient les ramener à Kenshu une fois leur procession terminée ici... en somme, il allait devoir mordre sur sa chique en les attendant.

Il replia la missive pour la ranger dans un pan de sa tenue, pendant que la jeune prêtresse lui fit une intéressante proposition. Autant s'occuper songea-t-il, au point où il en était.

''Comme les pélerins que j'accompagne vont rester encore quelques jours, je vais vous répondre à l'affirmative de ce fait. J'accepte de vous accompagner. ''

Le fait d'être recommandé au propriétaire laissait sous entendre qu'elle le mènerait vers un établissement convenable. Il n'en demandait pas moins. Mais par contre, il n'omettait pas l'essentiel. Il s'inclina devant la miko. Les présentations ne devaient pas être négligées, surtout qu'elle s'était montrée polie et courtoise depuis sa venue et celle de ses pélerins.

'' hajimemashite Mika-san. Je suis Kuraidesu Shiraga, du clan Kenshu. ''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Dim 30 Juil - 21:17

Le Samouraï accepta pour ma plus grande joie mon invitation. J'étais même encore plus heureuse de savoir qu'il allait rester près du temple pendant quelques jours. Cependant, je me gardais bien de le montrer sur mon visage et mes manières. Je souriais simplement quand il accepta, inclinant de nouveau la tête. L'homme en question fut même tout à fait exact sur l'étiquette, se présentant dans les formes et avec respect. Je le regardais avec une légère surprise, ne m'attendant pas à autant de forme d'un voyageur. C'était véritablement un samouraï qui savait se tenir. J'en étais d'autant plus satisfaite et heureuse de le rencontrer. Rares étaient ces occasions au temple. Pour faire honneur à ses manières, je lui répondis avec grâce et m'inclinais également tout en me présentant.

" C'est un honneur que de pouvoir vous accompagner, Kuraidesu-dono. Je suis Noraneko Satomi, Miko du temple de Meisou et du clan d'Eiichiro."

Je ne savais pas s'il connaissait la noblesse de ma famille, mais peu m'importait. Après tout ici je n'ais ma valeur qu'en tant que Miko et non en tant que Dame de la noblesse. Cela me convenait mieux la simplicité des échanges, depuis toutes ces années où j'y ais été habituée à Meisou. De plus, je ne connaissais pas la noblesse de Kenshu, aussi il aurait été mal venu de ma part que de lui en porter rigueur alors que j'étais moi même dans l'ignorance de son état. Seules ses manières et ses paroles parlaient pour lui, et pour l'instant elles avaient gagné ma politesse et ma bienveillance. Souriant toujours, je me détournais vers l'escalier tout en l'invitant à m'accompagner.

" Si vous voulez bien me suivre, le chemin ne devrait pas être long."

Je prenais tranquillement les escaliers, descendant les quelques volées de marches avec sérénité. Les arbres nous mettaient agréablement à l'ombre, et le chemin jusqu'à la petite ville était tout autant bordée d'arbres et de bambou. Il y avait peu de visiteurs, quelques pèlerins tout simplement. Nous en avions pour une bonne dizaine de minutes de marches, le temps de sortir de la forêt entourant le temple. Mais cette balade était pour moi l'occasion de pouvoir parler avec ce samouraï, et je devais également faire honneur à mon statut d'hôte. Je souhaitais en effet le rassurer sur la nature de son prochain logis, et lui fis un descriptif relatant les principaux traits des services et de l'ambiance.

" Le gîte est tout à fait respectable, vous devriez pouvoir vous y sentir à l'aise. Il y a beaucoup de voyageurs marchands ou bien des accompagnateurs de pèlerins venant de tous clans. La nourriture est tout à fait correcte, surtout en cette période de l'année. Je vous recommanderais le saké de la région de Noumu que l'on dit excellent. Et leur choix de thé est tout à fait intéressant."

La description avait été faite d'une voix douce mais chaleureuse, montrant un naturel et une aisance propre à mettre à l'aise mes interlocuteurs. Pas de manières ampoulées, ni de ton pompeux et ennuyeux. Une simple fraicheur naturelle proche de l'innocence, bien loin de l'étiquette et des troubles des discussions politiques ou militaires. J'étais d'ailleurs un peu plus enjouée et ne pouvais m'empêcher d'avoir le regard plus brillant et une expression plus vivace en parlant de thé. Peut être que je m'arrêterais également pour voir s'ils n'ont pas des nouveautés. Oyama n'étant pas revenu depuis un moment, j'étais à court de cette délicatesse qui était mon péché mignon.

Le temps était ensoleillé, et il allait faire chaud cet après-midi. Je repensais un instant à tous ces pèlerins qui venaient des quatre coins du monde pour visiter les temples. Le temps devait être horriblement chaud à Setsu. Mais qu'en était il de Kenshu ? Ma connaissance limitée par ma sédentarité me frustrait, et je m'enquis auprès de Kuraidesu des anecdotes de son propre périple. Je m'exprimais de manière à lui laisser l'occasion de pouvoir me refuser un tel récit, mais mes yeux brillants ayant soif de connaissance transparaiçaient mieux ma volonté profonde.


" Si je puis me permettre Kuraidesu-dono, votre voyage s'est il passé sans encombre ? C'est un long chemin depuis Kenshu."

J'espérais qu'il allait se montrer volubile et enclins à satisfaire ma curiosité. Vu ses cheveux il ne doit pas être tout jeune, il doit avoir bien des choses à raconter !



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Lun 31 Juil - 20:02

Le nom de sa famille parut rappeler quelque chose chez le samouraï mais sans plus. Il avait du apprendre quelque chose en rapport avec le clan Eiichiro mais comme les leçons dispensées par son vieux maître remontaient à bien des années.... peut être que cela lui reviendrait en tant voulu. Mais il n'avait pas oublié l'étiquette, qui s'appliquait même à des gens qui n'étaient pas de son clan. La jeune femme était miko, ce qui valait d'autant plus le respect qu'un haut gradé ou un noble occupant une haute fonction.

Après qu'elle se soit présentée donc, il termina d'user de la politesse comme il se devait quand deux individus avaient terminé de se présenter :

''Yoroshiku onegaishimasu.''

Il ne pouvait que se remettre à elle de toute façon, autant pour la fin de ce bref cérémonial de politesse que pour trouver un recoin adéquate où passer tranquillement la nuit.

''Je vous suis donc''

Elle avait pris les devants, descendant les escaliers qui menaient à l'extérieur du temple, pour ensuite rejoindre une allée bordée d'arbres qui leur offraient de l'ombre. Shiraga observait à peine ces alentours qui appelaient à se détendre et à profiter de la sérénité. En effet, il croisa que peu de personnes, hormis quelques autres pèlerins se dirigeant vers le Temple. Au moins, le peu de personnes à croiser avait le don de le détendre un peu. Après avoir eu à supporter ses trois pèlerins trop causants durant l'escorte, il n'était pas contre un peu de silence. Hormis la jeune prêtresse, qui avait une présence apaisante aussi. En même temps, quoi de plus normal que de savourer la présence plus féminine d'une personne que celle de trois causants croulants.

Durant le trajet, la jeune miko lui apporta des précisions sur ce que servait l'établissement et ses différents services. A l'entendre apporter des détails de l'établissement où il passera minimum une nuit, il lui semblait y être déjà venu plus d'une fois. Et le tout énoncé sous le ton rafraîchissant de la jeune prêtresse. Alors se fit-il un devoir de répondre à ce qu'elle lui avait si gentiment apporté.

''Un établissement qui est plus que respectable à vous entendre. je sais déjà par votre résumé que je serai bien accueilli. ''

Il n'était pas dans l'attente de trouver du luxe ou autre ; il avait l'habitude d'être dans des conditions bien plus spartiates. Mais la description lui convenait très largement. Puis la jeune femme, qui paraissait détendue, ouvrit la conversation sur la teneur du voyage que le samouraï avait mené durant son escorte. Shiraga ne fut point gêné qu'elle lui demande cela. Les oeuvrants du temple ne devaient guère avoir d'aventures à vivre , pour rendre leur quotidien un peu plus palpitant. De toute manière, lui-même n'avait rien eu d'exaltant.

''Le voyage a été long et un peu pénible, Miko-san. Pénible par sa longueur et sa monotonie. L'escorte est très basique comme mission et si on suit les bons chemins, on ne risque pas de tomber sur des voyous qui tentent de vous détrousser. Nous en avons bien croisé deux sur la frontière, avant de la franchir pour pénétrer à Eiichiro. Ils pensaient tomber sur un groupe facile. Il fut très dommage pour eux de tomber sur un samouraï qui savait réellement se battre et qui n'avait pas peur d'affronter deux hommes, ridiculement armés d'ailleurs''

Si la jeune prêtresse s'attendait à avoir de la conversation, elle était largement servie. N'était-ce pas ce qu'elle souhaitait ?


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mar 1 Aoû - 20:36

J'accueillais son consentement sur le logis avec un sourire et un léger hochement de tête. A croire que j'en avais fait trop dans ma description. J'ai un peu tendance à m'emporter quand je parle de choses et d'endroits que j'apprécie. Si ma mère m'avait vu, elle m'aurait reprise sur mon manque de retenue et de savoir vivre. Mais peu importe, elle n'est pas là!

Le samouraï me fit l'honneur de répondre à ma requête, et me fit part de son exploit. Cela me faisait rire qu'il essaye de rester modeste dans ses paroles, mais on sentait bien la fierté d'un militaire dans cet acte montrant à la fois sa bravoure et sa force. Je souriais, me disant qu'il devait être intimidant s'il se mettait en condition offensive. Je n'aurais pas aimé être à la place de ces brigands. Mais ils n'avaient eu que ce qu'ils méritaient. Je répondis avec chaleur, mon regard brillant d'intérêt.


" Il semble en effet qu'ils ont joué de malchance en tombant sur vous, Kuraidesu-dono. Mais ils ne sont pas à plaindre, car leurs intentions n'étaient pas louables."

J'étais bienveillante de nature, mais peu encline à pardonner à ceux qui s'attaquent aux plus faibles, pèlerins ou non. Je soupirais légèrement, regardant le vent faire plier les bambous avec légèreté et musique.

"Cette époque de l'année est favorable pour les pèlerinages en direction d'Eiichiro et d'Okaruto. Il est vrai qu'il y a plus de bandits aux frontières et sur les chemins, car ils veulent profiter de pèlerins non accompagnés. Une chance pour vos pèlerins de vous avoir comme compagnon de route."

C'était une vraie plaie, et la milice avaut beaucoup à faire pour protéger les routes. Mais Eiichiro était grand, et parfois les pèlerins préféraient utiliser des routes moisn fréquentées et plus isolées. Cela rendait d'autant plus difficile leur protection par les soldats. Mais en même temps, ils prenaient ces chemins en gain de cause, et ne pouvaient s'en remettre qu'à la bienveillance de Kamis pour les protéger de leur propre imprudence. Ou alors, comme dans le cas présent, sur leur accompagnateur plus ou moins habile et efficace.

Nous arrivions à présent vers la fin du petit bois, le chemin retrouvant une toute plus fréquentée et longeant quelques champs. Les deux statues de bois peintes des kamis indiquaient l'entrée du domaine du temple, mais à part cela on ne pouvait que deviner au loin les toitures des bâtisses sacrées. Nous n'étions plus très loin de la petite ville de relais, les maisons étant visibles au loin. A quelques minutes de marche, tout au plus. Le vent soufflait plus fort à présent, vu que nous n'étions plus sous la protection des bambous et des arbres. Continuant avec mon compagnon de route, je changeais de sujet, pensant que ce paysage devait être bien différent du sien à Kenshu.


"Mais dites moi, Kuraidesu-dono.... Un si long chemin ne vous met-il pas en nostalgie de votre propre contrée ? Kenshu... C'est une destination bien lointaine, et qui doit être si différente d'ici."

J'étais curieuse de savoir à quoi resemblait son pays. J'avais entendu des dires d'autres pèlerins, mais n'avait pas encore rencontré de natifs de cette contrée.
Voyager devait être une bien belle chose...


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Ven 4 Aoû - 10:06

Il était vrai que les pèlerins étaient une manne qui rapportait pour les brigands sans scrupules aucun pour les hommes voués à une foi importante. Shiraga était bien placé pour le savoir. Même si les siens avaient veillé à ne pas les attaquer, ils leur étaient malheureusement de le faire faute d'avoir eu des ''proies'' à se mettre sous la main. Les pèlerins, en plus de posséder quelques biens de valeurs et des offrandes pour les Gardiens qu'ils vénéraient, portaient toujours suffisamment de nourriture ou d'argent sur eux pour subvenir à leurs besoins. Quand on vit du brigandage, il fallait quand même se nourrir et les pèlerins étaient le dernier recours à cette époque pour le père de Shiraga et ses quelques compagnons.

Mais ce temps-là était révolu.

''Oui, une chance. Les pèlerins sans escorte courent de malchance quand ils tombent sur des brigands qui préfèrent tuer sans vergogne... Ceux là méritent plus d'être tué d'un coup de sabre de samouraï que de rester en vie.''

Il ne s'étendit pas sur le sujet, de peur de gâcher cette journée après un long voyage et il ne tenait pas à effrayer la jeune prêtresse. Non pas qu'elle n'avait sans doute jamais entendu d'horreur de la part des pèlerins, mais en cette belle journée, elle méritait d'avoir ce moment de quiétude qui était le sien depuis le début de ce jour. A voir comment elle était à l'aise avec le samouraï et sa sérénité, nul doute qu'elle ne s'était pas levé du mauvais pied et qu'elle n'avait pas eu la pression d'une journée difficile à venir. Et bien entendu, qu'elle prenait très à coeur ce qu'elle entreprenait avec les pèlerins pour le Temple.

La sortie du domaine, marquée par la présence de deux statues des kamis qui encadraient la porte comme pour veiller à son entrée se présenta désormais devant le duo, se rapprochant à chaque pas effectué pour s'en rapprocher. Le vent se faisait sentir cette fois, faisant voleter quelques fines mèches blanches de Shiraga dans l'air. Shiraga apercevait déjà au loin les toitures de la petite ville.

La jeune femme entreprit de changer de sujet. Intérieurement, le samouraï souriait. La Miyo était assoiffée de curiosité. A se demander s'il arriverait à la satisfaire. Elle était très interrogative à son sujet et il ne lui reprochait pas. Elle profitait de la présence d'un natif d'un autre Clan pour parfaire ses connaissances, voilà tout. Shiraga veillait néanmoins à ne pas évoquer certaines phases de son passé, qui n'étaient guère plaisant pour lui.

''J'aurai pu me sentir nostalgique si j'étais partie de ma contrée depuis des années. Hors là, ce ne sont que des jours passés que je ne compte plus, cela n'a rien vraiment de comparable. Et qui plus est, je suis quelqu'un qui a toujours été mobile depuis sa petite enfance. Je ne restais jamais en place, jamais au même endroit. Une forme d'habitude sans doute....''

Il restait assez évasif. Pouvait-on vraiment avoir le mal du pays alors qu'il n'avait jamais connu de véritable foyer avant que Kenshu ne voit le jour ?

''C'est différent en effet, Noraneko-san. Bien des choses sont différentes. Le regard des gens, la végétation..... Mais dans un sens, c'est normal que les choses diffèrent. Même la nature change quand on passe de la plaine à la montagne....la diversité peut appréhender, mais elle peut être source de richesses et de nouveautés. Sinon, tout serait un peu trop morne, ne trouvez-vous pas ? ''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Sam 5 Aoû - 19:13

J'écoutais le samouraï, qui semblait beaucoup plus au fait de la vie de route que celle du samouraï sédentaire. J'écoutais, intéressée malgré le manque de détail. Je voulais en savoir plus, mais il était des plus impolis que de demander autant sur la vie d'une personne que l'on vient à peine de rencontrer. Mais il était amusant de voir que nos vies étaient totalement opposées. Et pourtant, nous marchions l'un à côté de l'autre, discutant naturellement. Cela me fit sourire intérieurement. Je doute qu'il envie ma vie, et moi j'aspirais d'une certaine manière à la sienne. Pour un samouraï, je pensais d'ailleurs qu'il était très pro-diversité, ce qui n'était pas vraiment ce dont j'avais l'habitude d'entendre venant d'un homme non-ecclésiastique. Cela forçait d'une certaine manière mon admiration et mon estime envers Shiraga.

"Voyager fait donc partie de votre quotidien. La mortification doit plutôt être de devoir rester au même endroit sans pouvoir partir, si je comprends bien. Votre enfance et votre quotidien doivent être bien mouvementés, c'est une bonne chose d'être toujours tourné vers le mouvement, et non l'inertie."

Nous arrivions à présent à la petite ville. Il y avait plusieurs commerçants pour acheter du nécessaire pour voyager, des vivres, ou encore de quoi subvenir aux besoin matériels du temple. Mais il y avait également beaucoup de gites, les pasages étant nombreux par ici et tout le monde ne pouvant dormir au temple. Nous marchions dans la rue principale, et je saluais d'un sourire ou de la voix certains marchands qui me connaissaient. Certains fixaient avec surprise Shiraga, se demandant ce qu'il pouvait bien faire avec moi. Mais j'ignorais ceci, ayant à présent l'habitude de l'apparence unique de cet homme de Kenshu. Je m'arrêtais uniquement devant une auberge qui avait une terrasse ou plusieurs personnes mangeaient à l'ombre d'une tonnelle. Le gite était en bon état, avec un étage réservé pour les nuités. Je souriais, contente d'être arrivée.

" Ha, nous y sommes. Je vais voir si le propriétaire de l'établissement est là, si vous permettez."

Je m'avançais pour aller rencontrer un des serveurs travaillant sur la terrasse, mais j'eus la chance que l'homme recherché se montra de lui même, sortant de la partie restauration. C'était un homme de stature moyenne, l'âge tirant facilement vers la cinquantaine et qui commençait à avoir quelques cheveux gris. Son teint était buriné, les rides nombreuses mais toujours pour souligner des expressions avenantes et un sourire commercial travaillé. Il avait beau avoir l'air vieux, il n'en restait pas physiquement en forme et n'enviait rien à certains soldats. Il venait vers nous, ou plutôt vers moi en ne faisant pas attention à Shiraga dans un premier temps. Il devait accueillir comme il se devait un représentant du temple, encore plus quand c'est une fidèle cliente et une Noraneko. Ses yeux pétillaient et son sourire s'étirait jusqu'à ses oreilles. Il s'inclina légèrement pour m'accueillir, se montrant très avenant comme d'habitude.

" Haa, Miko-san ! Heureuse de vous voir dans notre humble établissement. Vous venez pour déguster du thé, je suppose ?"

Je lui souriais avec la même chaleur et le saluais, mais restais plus réservée et polie dans mon accueil. Même s'il était une personne que je fréquentais parfois et que je connaissais de longue date, il n'était pas sous le même pied d'intimité que je pouvais être avec Oyama. Je restais donc avenante et bienveillante à mon habitude, sans pour autant être familière.

" Bien le bon jour Daisuke-san. Pour une fois non, je ne suis pas ici pour satisfaire ma passion. Je viens pour aider un des courageux accompagnateurs de nos pèlerins."

Je me tournais pour laisser le samouraï s'approcher, et entreprenait de le présenter au propriétaire tout en donnant ma requête.

" Daisuke-san, je vous présente Kuraidesu-dono, du clan de Kenshu. Il a accompagné tout spécialement un groupe de pèlerins à Meisou, mais se trouve dépourvu par un changement de programme. Auriez vous de la place pour quelques nuités, Daisuke-san ?"

Il fronça des sourcils en voyant Shiraga, à la fois impressionné par sa stature mais aussi par ses cheveux. Il se reprit très rapidement cependant, souriant et le saluant comme il convenait. Mais rapidement il se mit à réfléchir, essayant de voir s'il y avait possibilité ou non.

" Mh... je vais voir ce que je peux faire, il y a du monde en ce moment."

Je lui souriais, m'inclinant légèrement pour appuyer ma demande pour Shiraga.

" Je vous serais gré de tous les efforts que vous serez en mesure d'accomplir pour mon invité, Daisuke-san."

Là, il ne pouvait pas faire autrement. Une insistance de la part d'une Miko, mais surtout d'une Noraneko, il devait faire son possible. Il sourit de nouveau, inclina la tête en réponse et retourna à l'intérieur pour vérifier ses réservations. Je n'étais pas du genre à obliger les gens à faire ce que je souhaitais. Ils avaient toujours le choix, et je n'étais qu'une Miko en soit. C'était un peu roublard de m part, mais je me devais également d'honorer mes engagements, et ce n'était qu'une petite utilisation du protocole à mon avantage. Pour une fois que je fais usage de ma position, je me peux conscencieusement me l'autoriser. Je me tournais vers Shiraga, lui souriant et attendant avec lui.

"C'est un brave homme très ouvert et qui a l'habitude de rencontrer des personnes des autres clans. Si une chambre est libre, il saura bien vous recevoir."

Je savais là dessus que l'on pouvait compter sur Daisuke. Enfin, encore faut il qu'une chambre soit libre. Car même si j'ai légèrement insisté, il ne mettra personne dehors pour moi. Ce n'est ni le style de la maison, ni une chose que j'apprécierais.



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Dim 6 Aoû - 18:12

Si la jeune femme savait... Peut être qu'elle aurait abordé le sujet du voyage sous un autre angle. Il était vrai malgré tout que Shiraga aimait bouger, autant pour varier son quotidien que pour sortir un peu de l'oppression qu'ne zone densément peuplé pouvait provoquer chez lui. Il n'était pas entièrement renfermé à la vie dans un village ou dans une ville ; ce n'était pas un sauvage non plus. Mais les circonstances de son enfance et de sa jeunesse faisaient qu'il aurait encore pendant des années bien du mal à totalement s'acclimater. Chose certaine était que cela ne l'empêcha pas de confirmer les dires de la jeune femme, sans rentrer dans les détails.

''On peut dire cela comme cela. Bouger permet de briser le train train quotidien. ''

Bien entendu, il n'avait pas besoin d'en dire plus. La jeune Miko était curieuse, mais elle paraissait se satisfaire des réponses qu'il lui apportait.

Une fois en ville, Shiraga se contenta de regarder sans insistance les environs, découvrant que la petite ville s'était bien parée pour répondre aux demandes des pèlerins qui arrivaient régulièrement dans les environs et qui se rendaient au Temple. Quelques personnes qu'ils croisèrent saluèrent la jeune prêtresse et prêtaient un bien étrange d'oeil au samouraï. Le Kenshu fit comme s'il ne sentait pas le poids de leur attention sur lui. Autant il était un étranger qu'il sortait de l'ordinaire avec sa chevelure blanche. Et puis, il avait l'habitude.

Une fois arrivée devant l'établissement loué par les paroles de la Miko, Noraneko prit les devants pour aller voir le propriétaire. Le guerrier hocha simplement de la tête et la suivit d'un air impavide. Puis il entreprit de vérifier que le noeud qui retenait son katana au fourreau ne s'était pas défait. Même dans un simple lieu comme celui, mené par une miko en personne, il devait veillé à ne pas faire preuve d'une petite indélicatesse. Sans la présence de la prêtresse, il aurait été tout autrement. Mais au vue des circonstances, il faisait un effort.

Quand il fut temps pour lui de s'approcher, il fit les quelques pas nécessaire pour briser la distance qui le séparait du dénommé Daisuke et s'inclina quand ce dernier le salua. A la suite, le brave affirma qu'il allait voir ce qu'il pourrait faire. Shiraga comprit qu'il y avait une forme de réticence. Après tout, il n'avait rien d'un pèlerin qu'on pouvait berner et son allure n'était guère avenante. Mais la Miko insista en toute grande politesse, dévoilant qu'elle avait un peu plus d'influence qu'elle ne laissait transparaître. Shiraga se rappelait qu'il avait émis des doutes quand à son appartenance à une famille noble. Sans doute que c'était là le détail qui lui confirmait son possible soupçon. Mais il garda cela pour lui.

Une fois le quinquagénaire parti pour vérifier s'il restait bien une chambre de libre pour répondre à l'attente espérée, la prêtresse avait repris la parole, toujours avec le sourire. Le Samouraï n'était pas formalisé par ce qui s'était déroulé.

''Je n'en doute pas un seul instant, Miko-san ''répondit-il.''Mais s'il s'avère qu'il ne dispose réellement d'aucune place, il ne vaudra pas vous formaliser pour mon confort. J'ai l'habitude de dormir hors d'un lit''

Il ne doutait pas que de tels propos seraient guère acceptables pour la jeune femme, qui tenait à s'assurer de tout le confort minimum qu'on lui devait. Mais il n'était pas difficile quand les circonstances faisaient qu'il n'avait pas ce minimum là.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Dim 6 Aoû - 21:17

Shiraga ne semblait pas totalement à l'aise, et insistait que s'il n'y avait pas de place cela ne le gênerait pas de dormir dehors. Je le regardais avec une certaine surprise, ne m'attendant pas à une telle flexibilité sur son confort vu ses manières si raffinées. Il avait sans doute dû beaucoup voyager pour être ainsi à l'aise. Ou bien... craignait il que je ne pousse quelqu'un à céder sa chambre pour lui ? Non, il ne devait pas savoir qui j'étais, et une Miko ne peur avoir autant d'influence. Je souriais donc, le rassurant qu'il n'aurait pas à dormir sos les ponts.

" Ne vous en faites pas, Kuraidesu-dono. Même si ce gite n'a pas de lit, il y a d'autres endroits qui auront sans doute des lits de disponibles."

Il est vrai que je lui avais recommandé ce gîte car c'était celui que je connaissais le plus, mais il y en avait bien 5 ou 6 dans la ville. Dans l'un d'entre eux, il trouverait sans doute son bonheur. Même si la saison des pèlerinages était entamée, ce n'était pas encore la période de la haute saison. Il y avait donc encore une chance qu'il y ait de la place, et si ce n'est pas dans cette auberge ce serait dans une autre. Le propriétare revint vers nous, avec une mine assez ouverte et heureuse. C'était une bonne nouvelle qu'il apportait ainsi.

" Vous avez de la chance, un pèlerins doit partir ce soir et la chambre n'est pas prise pendant deux nuitées. En revanche, celle-ci ne sera pas disponible avant l'heure du Coq."

Je souriais et m'inclinais de nouveau, montrant ma gratitude. Mais mon visage s'était éclairé de satisfaction et de soulagement, mon sourire ne devenant que plus radieux et apaisant.

" Je vous remercie, Daisuke-san, pour votre aide. Ce sera amplement suffisant je pense."

Mais il ne s'arrêta pas là. Le sourire encore planté sur son visage et son regard malicieux se posant sur moi, il réitéra son offre de thé.

" J'y pense, Miko-san, ne voulez-vous vraiment pas rester pour le thé, nous avons un nouvel arrivage intéressant."

Plus hésitante, je refusais de nouveau son offre, ayant des affaires à mener. Je ne pouvais ainsi me distraire si rapidement, déjà que j'avais amené le samouraï ici. Le temps de choisir la bonne escence de bois, le bon papier et la bonne corde, je mettrais du temps. Avec politesse, je déclinais l'invitation.

" Ha, je vous remercie Daisuka-san, mais je dois faire quelques courses avant de rentrer au temple, je venais simplement pour..."

Daisuke se permit de m'interrompre, mentionnant un thé particulier.

" Ce sont des feuilles du thé bleu d'Asagiri, Miko-san."

Je me taisais, le regard brillant et les joues légèrement plus rouge. Ce thé... il était enfin arrivé! Celui que j'attendais depuis si longtemps, et qu'Oyama m'avait promis de me ramener. Comme ce vieil homme avait su que je.... haa, cet Oyama, il avait encore parlé de choses dont il ne fallait pas ! Et ce filou de propriétaire lui coupait l'herbe sous le pied en m'en proposant. Je ne pouvais refuser, la tentation était trop grande. On pouvait voir dans mes yeux le conflit. Celui du devoir, et celui du plaisir attendu depuis longtemps. Je me remémorrais les paroles d'un sage à ce moment là, celui de mon grand oncle en fait... "Fait ce que tu veux, de toute manière la vie est trop courte!" Ha, que faire contre celle logique transcendant les genres et les statuts... Je cédais donc à ce petit caprice de ma part, mais seulement par ce que c'était du thé bleu d'Asagiri! On put voir sur mon visage que j'avais pris ma décision, que je capitulais. Mais mon regard brillait de cette décision et du plaisr anticipé de pouvoir gouter ces délicates feuilles de thé ~.

" Vraiment ? Ha .... Dans ce cas, je ne peux refuser, depuis le temps que je les attends. Mais uniquement pour les goûter Daisuke-san, rien de plus! "

Daisuke avait gagné et riait un peu, allant tout simplement préparer une table pour moi. Je soupirais, me demandant vraiment ce que je faisais parfois. Je me tournais vers le samouraï, qui avait du assister à la scène assez comique. Le rouge piqua un peu mon teint, un peu honteuse d'avoir montré un tel côté enfantin et peu digne d'une Miko. Mais je m'adressais à lui toujours avec la même affabilité et douceur de voix.

"Souhaitez-vous vous joindre à moi pour le thé ? Je ne voudrais pas vous retenir si vous souhaitez visiter le reste de la ville d'ici l'heure du Coq. Mais ce thé est une bonne occasion à ne pas manquer ! Enfin, si vous appréciez le thé, bien entendu... "

Je ne voulais lui forcer la main, mais sa conversation était appréciée et j'aurais voulu lui offrir ce même service avant de nous séparer. C'était proposé avec chaleur et sincérité, le genre de demande qu'un refus ne saurait offusquer.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mar 8 Aoû - 21:37

Il s'était presque attendu à ce que la jeune miko lui répondit cela ; le fait qu'elle lui trouverait un lit malgré tout. Il n'en demandait pas temps mais appréciait sa générosité. Le Temple pouvait se vanter d'avoir une servante aussi fervente et dévouée. Mais il se doutait bien qu'elle ne faisait pas cela pour ses beaux yeux. Outre sa chevelure qui devait lui piquer sa curiosité, il restait un étranger, un homme qui venait de loin et qui avait voyagé. A travers lui, elle s'évadait sans doute un peu, cassant son train train quotidien et pouvant aborder des sujets de conversation qu'elle n'aurait sans doute pas eu avec ses consœurs et confrères du Temple.

Le propriétaire revint, avec un air assez joyeux. Shiraga était certain de ce qu'il allait avoir comme réponse et cela se confirma. Il y avait bien une chambre de disponible, mais pas avant l'heure du Coq. Ce n'était pas un soucis pour lui d'attendre jusque là. Attendre était une habitude et puis, il avait de quoi s'occuper, même quand il était seul.

Il se contenta de hocher de la tête en signe de remerciement, car le dénommé Daisuka partit déjà dans une autre suite de conversation sur un sujet qui semblait tenir à coeur la jeune femme : le thé. Elle tenta bien de se dérober, mais le finaud vieux bonhomme sut lui tendre un délicieux piège. Shiraga en aurait bien ri, mais par respect pour la prêtresse, il se contenta de légèrement sourire. La jeune femme, pris au piège bien malgré elle, s'était tournée vers lui et avait commencé à devenir rougeaude au fait qu'il avait été spectateur de la scène. Daisuke riait encore d'avoir réussi à attirer les faveurs de la Miko dans ses filets. En même temps, si'l savait trouver du bon thé, quoi de plus normal que d'avoir les faveurs d'une des prêtresses du Temple. Cela aidait sans aucun doute à donner un peu de panache à son commerce.

Noraneko, bien qu'un peu déstabilisée par le fin stratagème du propriétaire, ne se laissa pas totalement prise au dépourvu et demanda presque le secours du samouraï, à savoir de pas se retrouver toute seule à déguster le nouvel arrivage de thé.

''C'est une invitation qui ne se refuse pas, Miko-san. Et le thé reste une boisson appréciable en bien des moments...''

Son léger sourire en coin laissait comprendre qu'il acceptait cela pour la secourir de son embarras.

''Et je ne peux refuser alors que vous avez contribué à me trouver un logement pour au moins une nuitée.''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mer 9 Aoû - 21:01

Je tentais de reprendre ma contenance habituelle, espérant que mes joues soient moins en feu. J'avais cru appercevoir un simili de sourire chez Siraga. Ho non, voilà que je me pose en ridicule ainsi... Mais bon, au moins le fait d'avoir changé de sujet avait porté ses fruits! Il ne me railla pas sur mon goût et ma faiblesse pour le thé, et accepta de m'accompagner. Cependant, j'étais un peu déçue qu'il le fasse uniquement pour retourner la bonne faveur. C'était honorable et poli, mais je ne me sentais pas très à l'aise à l'idée d'imposer une telle chose à quelqu'un sans qu'il en ait envie. Je lui souriais, avec plus de douceur cependant que plus tôt.

"C'est tout à fait normal, Kuraidesu-dono, pour une Miko d'accueillir comme il se doit des personnes au temple. Et puis, vous êtes une personne intéressante et fascinante, il serait bien bête de ma part de ne pas profiter de votre présence, fu fu fu ~ "

Je riais légèrement, amusée du fait de ma propre audace et de ce petit caprice qui m'étaient en règle général inhabituels. Mon grand-oncle serait tellement fier de moi, s'il pouvait me voir en ce moment. Ou bien il ferait des remarques salaces, ça aussi il en était bien capable... Mais peu m'importait. Je voulais faire comprendre au samouraï que je ne lui imposais rien, et que cela me ferait plus plaisir qu'il accepte pour lui même que pour payer une dette d'honneur et de faveur.

" Mais je m'égare... Je ne souhaite pas vous imposer de m'accompagner, ni même que vous vous sentiez obligé de le faire, Kuraidesu-dono. Ne le faites que si vous avez réellement envie et si cela ne vous dérange pas de discuter encore un peu avec moi. J'en serais honorée et ravie, pour moi, d'avoir ce simpleme sentiment de votre part."

Je souriais avec bienveillance et mon regard se faisait tout aussi sympathique et charmeur. Enfin charmeur, ça je n'étais pas capable de m'en rendre compte. Le propriétaire nous interrompi pour nous placer pour boire le thé. Il nous montra une table sur la terrasse, donnant sur la rue sans pour autant recevoir toute la poussière de la route ni le soleil qui battait son plein. Je souriais et m'installais, contente de l'emplacement.

" Ho, voilà notre table, charmant ~..."

Je posais mon arc et mon carquois, faisant attention de ne pas les poser sur la table. C'était fort inconvenant pour boire du thé, ou pour tout repas d'ailleurs. Je les posais contre la petite barrière qui séparait de la rue, pouvant ainsi garder un oeil dessus. Toute heureuse de pouvoir boire du thé et en bonne compagnie, je ne pouvais m'empêcher de sourire et d'afficher mon contentement autant innocent que pure. Je n'étais vraiment pas douée pour cacher mes émotions dans ces moments là, vraiment pas.



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Ven 11 Aoû - 20:51

Le samouraï avait vite perdu son petit rictus quelque peu amusé après avoir vu le rouge monter aux joues de la jeune femme. Autant il savait que cela la mettrait mal à l'aise, autant ce n'était pas trop son genre de sourire. Il hocha simplement de la tête pour confirmer les dires de la jeune femme quand à un juste retour des choses. S'il avait pu lire dans les pensées de la prêtresse sa petite déception....Par contre, il eut un autre et étrange rictus. Rien de malveillant, juste un peu intrigué.

''Je me demande quelles sont les véritables raisons de cette intérêt et de cette fascination que vous me portez. Hum... laissez moi deviner...C'est pour savoir comment à mon âge je peux avoir les cheveux blancs...''

Le ton était plaisantin et sans une once de moquerie. Car il se doutait bien que la fascination que lui portait la jeune femme était tout autre. Pourtant, elle devait bien voir d'autres samouraïs qui escortaient les pèlerins, ou d'autres combattants qui étaient comme lui, venant des autres contrées claniques. Qu'est ce qui la poussait réellement à s'intéresser à Shiraga ? Peut être qu'il en saurait plus, vu que sa curiosité la poussait aimablement à être d'une bonne et riche conversation. Il ne doutait pas un seul instant qu'il allait vite apprendre à connaître cette jeune miko et quelques éléments de sa vie. En tout cas, il se fit un devoir de la ''rassurer''

''Hormis attendre que la chambre soit libérée pour pouvoir en disposer, je n'ai rien d'autres à faire. Donc autant rester en compagnie intéressante non ? Il est difficile de se parler à soi-même, sauf si j'ai des choses à me reprocher. Et encore, je ne le fias pas à voix haute''

Le regard charmeur de la jeune femme ne lui échappa mais il ne laissa rien paraître. Le propriétaire les mena à l'extérieur, sur la terrasse. Shiraga imita la miko et avant de s'asseoir, retira son katana, qu'il garda néanmoins sur ses genoux, toujours fermé d'un nœud à son fourreau. Il observa avec plus de détails l'arc et les flèches. Il se doutait bien que ce n'était pas pour faire dans l'apparat. Donc, il se permit de demander à la jeune femme :

''Je présume que vous savez vous servir de cette arme, pour l'avoir avec vous. ''

Il peinait à imaginer une si délicate jeune femme tirer à l'arc, qui demandait malgré tout de la concentration et de la force dans le bras. Mais les apparences étaient trompeuses.

''Je serai intéressé de voir son maniement dans vos mains. Vous devez bien vous en sortir avec je présume. ''

Autant avoir un sujet de conversation avant l'arrivée du thé n'est ce pas ?


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Sam 12 Aoû - 20:44

Shiraga me railla légèrement sur l’intérêt que je lui portais. Je riais légèrement, amusée et le regardant avec malice.

"Ha ha, j’avoue que vos cheveux comparables à la lune sont d’un intérêt certain. Cependant, ce n’est pas tout."

Il n’avait pas tord, en un sens. Mais pas totalement raison non plus. Il n’y avait pas que cette curiosité physique, même si je ne pouvais m’empêcher d’apprécier la vue de ses cheveux aussi blancs que la neige. J’essayais de m’expliquer sur les autres raisons qui m’avaient poussé à lui montrer de l‘intérêt. Je le disais avec franchise et innocence, n’y voyant rien de répréhensible.

"Vos manières et votre conversation sont agréables. J’ai simplement envie de discuter et d’en savoir plus sur vous. Vous me semblez être une personne intéressante et digne d’intérêt. Est-ce un mal que de sentir que l’on est attiré par quelqu’un pour autre chose que son apparence ?"

Je lui souriais, essayant de lui faire comprendre qu’il n’y avait pas que son physique atypique qui m’intriguait. Mais soudain, je me rendais compte que mes paroles pourraient ne pas être interprétées de la bonne manière. Le sous-entendu, pour un homme en tout cas, pouvait avoir une toute autre signification. Je rougissais, et essayais de revenir sur mes paroles, pour éviter toute confusion.

"Ha, je ne voulais pas dire… Seulement en tant que personne, un intérêt platonique, voyez-vous."  

Mais maintenant, c’était moi qui était confuse. Pourquoi est-ce que des choses que je dis si naturellement avec Oyama me paraissent d’un coup osées et déplacées. Les autres prêtresses m’avaient dit de faire attention à mes paroles face aux hommes, car ils avaient bien vite fait de s’imaginer des choses. Je devais avoir l’air bien stupide maintenant. J’espérais que le tenancier allait vite arriver avec le thé, pour faire diversion et me donner plus de contenance. En même temps, y apporter autant d’importance dans mon esprit ne ferait que donner plus de valeur à cette interprétation. Je me faisais donc violence pour oublier au plus vite et passer à autre chose. Heureusement pour moi, le samouraï me donna une parfaite occasion de passer la conversation sur un autre sujet. J’étais sauvée. Je jetais un coup d’œil à mon arc, souriant avec intérêt et parlais avec chaleur de cette discipline.

"Ha, en effet. C’est une des disciplines que pratique les Mikos de Meisou. J’avoue apprécier cet exercice bon pour la santé du corps et de l’esprit. Je ne suis pas mauvaise je crois, mais je ne suis pas la meilleure juge pour évaluer mon œuvre et je dois sans cesse m’améliorer."  

Le thé arrivait enfin. La théière et les deux tasses furent posées sur la petite table. Je regardais la théière ouverte d’un œil d’experte, et voyant le fumant et l’apparence des feuilles je savais qu’il fallait attendre encore un peu. J’enchainais donc la conversation, me disant que cela ne devrait être l’affaire que de quelques minutes.

" Mais nous n’utilisons ces armes que rarement, à part pour l’entrainement. Les Mikos sont vouées à défendre le temple et les gens contre les Yokai et les mauvais esprits, rien de plus. Il serait mal venu pour une Miko de l’utiliser pour un autre but que ces trois derniers."

C’était un fait que les Miko s’entrainent à l’arc, mais la discipline était autant stricte sur son maniement que sur son utilisation. En tant que prêtresse, nous ne devions pas porter violence sur la moindre personne. Hormis si celle-ci-met en danger le temple, ses habitants ou ceux qui sont protégés par celui-ci. De même, les Yokai aux mauvaises intentions ainsi que les esprits malins faisaient parties de nos cibles. Heureusement pour moi, je n’avais pas encore eu à tester en situation réelle mon arc, et j’espérais ne jamais avoir à le faire. Je continuais, expliquant que notre rôle donnait une certaine particularité à notre matériel.

"Le bois même de nos arcs et de nos flèches est étudié pour donner le plus de puissance spirituelle possible à nos armes. La protection des Kamis est une chose, mais face à un esprit malin en colère il vaut mieux avoir d’autres armes efficaces que nos prières."

Je prenais la théière et nous servais à présent le thé. L’eau fumante exhalait un délicat fumet légèrement suave mais d’une certaine délicatesse. Je souriais, ayant hâte de pouvoir déguster ce thé d’Okaruto. Une fois nos tasses remplies, je prenais soin de rediriger la conversation vers mon invité du moment. Après tout, je ne suis pas là que pour parler de moi et de mes activités ennuyeuses de Miko.

" Et vous-même, Kuraidesu-dono, pratiquez-vous cet arc de l’arc ? Je suppose qu’en tant que Samouraï vous devez avoir des connaissances étendues en art martial et en maniement des armes. Même si je serais curieuse de savoir votre motivation dans l’acquisition d’un tel savoir et d’une telle maitrise."

Je le fixais d’un regard plus acéré, voulant connaitre son avis et sa philosophie sur le sujet. Je savais que les samouraïs suivaient le bushido, cet art de l’honneur militaire. Mais je savais également que beaucoup n’en avaient que l’apparence, et ne s’exerçaient que pour leur propre égo ou bien pour assouvir leur désir de violence. Je me demandais de quel bois ce Shiraga était fait, et si pour lui la maitrise des armes avait un but en soi, ou non. [/i]


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Dim 13 Aoû - 15:13

Shiraga avait écouté avec grande attention les paroles de la jeune femme pour apprendre les véritables raisons de son intérêt pour lui. Comme bien des hommes, même chez lui, il n'était pas indifférent à l'intérêt que certaines pouvaient lui porter. Mais il avait pris la prudence de ne pas se laisser emporter par ce genre de courant, comme d'autres faisaient, mettant à mal l'interlocutrice. Certes, elle était femme et belle avec cela, mais elle restait aussi un être humain, qui s'exprimait, qui respirait, qui avaient des émotions. Un peu son égal, même si elle n'usait pas d'un katana. Egale à lui dans le sens du genre humain.

Chose certaine avait été que la prêtresse s'était vite rendue compte de la portée de ses mots et avait cherché à se rattraper. Heureusement, l'arrivée du thé sauva la mise. Shiraga s'était contenté de sourire avec légèreté et observa l'arrivée du thé tant attendu par la jeune femme. Et puis le combattant avait abordé le domaine de l'archerie. La Miko avait du se sentir sauvée pour rebondir en beauté dessus. Elle enchaîna d'ailleurs sur les raisons de l'emploi d'un arc pendant que le thé infusait. Shiraga trouvait l'art de l'arc au sein de la prêtrise honorable ; un code à suivre scrupuleusement. Elle sut en profiter pour entrer plus en détail dans ce sujet là. Shiraga fut ravi d'apprendre quelque chose. D'ailleurs, sa compagne de table l'interrogea quand à son savoir sur l'emploi de l'arc. Il ne put s'empêcher d'esquisser un pâle sourire.

Le thé commençait à émettre des effluves presque enivrantes, qui appelaient déjà à le boire. Il promettait d'être délicieux à déguster.

''J'ai eu à apprendre le maniement de l'arc en effet. Mais j'avoue que je n'ai pas pris grand intérêt à continuer de me perfectionner dans son maniement, privilégiant le maniement du katana...''

Il avait perçu l'éclat dans le regard de la jeune femme.

''Tout art demande de se perfectionner constamment, pour se rapprocher de l'excellence, de la perfection. Même si je sais que je n'atteindrai pas cette perfection, je fais en sorte de m'en rapprocher. J'ai été motivé dans l'acquisition de ce savoir de manière indirecte en fait... Mon père savait se battre au katana, il m'en appris les rudiments. Il s'est avéré que je me débrouillais. On ne peut pas parler de don, mais j'étais fait pour cela. Et maintenant, je sers mon Clan comme samouraï. Ma motivation est de défendre les miens contre tout danger qui viendrait pour leur ôter la vie.... Comme les Yokaïs....''

Il était devenu quelque plus sombre face à cette réplique, mais cela s'effaça rapidement quand il revint sur le sujet de l'arc.

''Mais si vous le désirez, Miko-san, je pourrais peut être vous montrer ce qu'il me reste comme acquis à l'arc. Et je pourrais voir comment vous, vous le maniez....Ah, pour vous rassurez quand à la conversation juste à l'instant, je vous rassure, je savais que ce n'était que par pur intérêt platonique....''

Qui sait comment elle le prendrait réellement. Une femme était une créature complexe qu'un rien suffirait à vexer. Tant pis, il en avait pris le risque.



L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Lun 14 Aoû - 14:20


Shiraga m’expliqua ainsi qu’il avait appris l’art du tir à l’arc mais ne s’était pas exercé plus que ça. Il semblait être plus expert dans l’art du katana. Relativement normal, étant donné qu’il est un samouraï. Mais j’écoutais avec intérêt comment il en était venu à apprendre à le manier le katana, ainsi que la raison pour laquelle il continua à se perfectionner. Je ne pouvais qu’approuver un tel état d’esprit d’une voix bienveillante et satisfaite.

"Se battre pour protéger les siens et les autres est tout à fait honorable et digne de respect. Que ce soit contre les Yokais, ou bien contre nos propres congénères…"

Je buvais un peu du thé, souriant légèrement de satisfaction. J’étais heureuse qu’il suive l’art du combat pour protéger. Même s’il avait plus particulièrement mentionné les yokais, ils n’étaient pas le seul danger à considérer. Après tout, il en avait bien eu l’expérience avec les brigands. Je remarquais cependant son air plus sombre et préoccupé. Creuser le sujet ne semblait pas être des plus adaptés et sensible à son égard. Je gardais donc en tête de ne pas continuer mon enquête, bien que ma curiosité soit piquée. Cependat Shiraga changea une fois de plus le sujet, et me rendit plus heureuse encore en mentionnant une séance de tir à l’arc collective pour voir comment nous tirions chacun à l’arc. Mes yeux pétillèrent, mon visage reprit une expression encore plus animée.

" Hoo, un petit concours de tir à l’arc ? Ma foi pourquoi pas, cela promets d’être distrayant et intéressant. Voir votre technique sera également un bon apprentissage. Même si vous dites ne pas maitriser cet art… je suis certaine que la technique doit être légèrement différente en Kenshu. Il me tarde de voir cela à l’œuvre !"

J’étais toujours partante pour comparer ma maitrise à celle des autres. C’était mon petit côté compétitivité qui reprenait le dessus. Pour l’instant celle qui m’était égale restait le Milan Noire, cette mercenaire de passage qui m’avait offert une très belle occasion de m’améliorer et d’avoir une adversaire de taille. Shiraga, bien que modeste dans ses mots, devait également avoir de quoi titiller mon instinct de compétition. Et puis, c’était toujours une bonne occasion de découvrir d’autres manières de manier l’arc. J’étais toute heureuse de cette opportunité, irradiant d’une joie naturelle et presque enfantine. Cette journée était vraiment une bonne journée… Pour finir il reprit avec malice le sous-entendu maladroit que j’avais évoqué plus tôt. Il m’assura ne pas avoir d’arrière pensé et avoir compris mes intentions innocentes. Je riais légèrement, ayant maintenant laissé de coté ma gêne première.

"Ha ha ha, je vous remercie Kuraidesu-dono. Il faut excuser mes manières quelques peu directes et moins familières avec l’étiquette d’un monde social plus vaste. En tant que Miko, je ne croise que des pèlerins, des prêtres et d’autres Miko. J’ai malheureusement trop tendance à oublier que la franchise des mots peut être interprétée de manière différente face à des personnes étrangères et dans un environnement plus... ouvert. L’univers du temple a ses limites, après tout. "

Il est vrai que l’environnement n’était pas propice à comprendre toute la complexité de la société. Même nous avions une hiérarchie stricte au sein du temple et que l’on m’avait en partie éduqué au rôle d’épouse, mon caractère restait indépendant et on pardonnait mes légers écarts pour ma bienveillance naturelle. Mais j’étais trop détendue, et oubliais parfois la retenue qui était de mise en dehors du temple. J’en étais capable, mais ma légère insouciance et mon penchant pour une réponse naturelle et franche me mettais parfois dans l’erreur. J’avais de la chance que Shiraga soit du genre à pardonner et à comprendre cet écart, sans se mettre dans une imagination débordante comme peuvent l’avoir certains hommes ou certaines femmes quand ils croient être le sujet d’une attention particulière. Je le regardais de nouveau avec sincérité et franchise, toujours aussi agréable et directe dans mes propos.

" Mais j’étais sincère dans ce que je disais, et je ne pense pas devoir en avoir honte. La seule peur d’une mauvaise interprétation est ce qui m’a mise mal à l’aise. Mais par vos mots je suis rassurée de savoir que vous avez bien compris le sens de mes propos. Et j’en suis heureuse."

Et c’était un fait. Même en disant cela je n’avais plus de rouge qui me montait aux joues. Je sentais que je pouvais conserver cette franchise avec ce samouraï, surtout s’il avait bien compris que mes intentions étaient honorables et pures. Je savourais le thé, la compagnie et le cadre n’apportant que plus de profondeur à cette dégustation. J’étais heureuse et détendue, tout ce qu’il fallait selon moi pour un bon thé. Je savais que la cérémonie du thé était très complexe et extrêmement portée sur toute la signification des faits et gestes, de la position des différentes personnes voir même des objets composant la cérémonie. Mais je trouvais dommage que l’on oublie la valeur du thé pour lui-même, juste pour ce qu’il est. On parle souvent d’esthétique et de simplicité dans toutes ces cérémonies. Mais la véritable simplicité ne réside t’elle pas tout simplement dans l’appréciation du thé avec la personne qui nous accompagne ? Je soupirais de satisfaction, demandant à Shiraga son avis sur ce thé.

"Alors, que pensez-vous de ce thé ? J’avoue être très agréablement surprise par son fumet et sa complexité. Il est étonnement revigorant et apaisant en même temps."

Même si le samouraï n’était pas un connaisseur, son avis était toujours intéressant. Le meilleur des thés est celui qui arrive à émouvoir le plus simple des buveurs autant que l’expert. Je n’étais ni l’une ni l’autre, prenant un simple plaisir à en boire. Comme les Okaruto en un sens, sauf qu’il s’agit de thé et non de saké.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mar 15 Aoû - 20:50

La jeune femme avait fini par boire le thé. Shiraga l'imita pour s'écarter totalement du sujet concernant l'usage des armes pour défendre les gens qu'on souhaitait protéger, prenant qu'une petite gorgée. La boisson était encore chaude, donc il devait la savourer du bout des lèvres. Pour le sujet précédent, il avait bien vu que cela gênait un peu la prêtresse et il préférait aborder un sujet qui plaisait plus à son interlocutrice, à savoir l'usage de l'arc. Quand il avait lu la lueur d'intérêt dans son regard, il avait visé juste.

''Qui sait si la méthode varie réellement de clan à clan. Chose qui est certaine est qu'elle ne sera pas gracieuse et manquera de maîtrise, je peux vous le garantir. Je préfère vous prévenir pour pas que vous soyez déçue. ''

Pourtant, il fera son maximum. Car après tout, un samouraï était sensé exceller dans les arts des différents combats qu'il avait appris et maîtrisé. Shiraga avait opté pour la voie des lames par le biais de son katana. En tout cas, Il paraissait avoir redonné un élan lumineux à la vie d'aujourd'hui de la jeune Miko. En l'invitant à se tester à l'arc, il lui avait donné quelque chose d'exceptionnelle aujourd'hui, il en était certain. Il était étonnamment heureux d'avoir cette petite flamme de satisfaction. La sensation était étrange. Sans doute parce qu'il n'avait pas l'habitude d'agir de la sorte.

''Ne vous excusez pas d'être vous même, Miko-san. Je dirai que votre esprit a su saisir l'opportunité d'être libre d'agir sans contraire et il a fait le reste. Je pense qu'au fond de vous-même, sur l'instant même où nous parlons, vous trouvez cela rafraîchissant. ''

Sortir de son train train quotidien, rencontrer des gens passionnés et ouverts, différents... Voilà de quoi paraissait avoir besoin cette jeune prêtresse pour se sentir vivre. A croire que tous les pèlerins n'étaient que de simples civils, toujours à suivre la même fil de vie et de pensées.

Il décida de tremper à nouveau ses lèvres dans le thé et le but plus longuement, pour savourer toutes les saveurs qui vinrent envahir l'intérieur de sa bouche et le dessus de sa langue. Il n'était pas un expert et peinait à trouver ce que décrivait la jeune femme. Peut être que sa perception était différente ou alors que son esprit n'était pas aussi aiguisé que celui de la Miko.

''Il a aussi une saveur de fraîcheur qui perdure en douceur sur le palais. Une sensation que je n'ai pas l'habitude d'avoir quand je bois du thé.... Mais celui-là est bien différent de ceux que je bois.... Moins raffinés en même temps. Votre fournisseur est un véritable expert. Ne le perdez pas de vue s'il arrive à apporter des thés de cette qualité pour le plaisir de vos papilles gustative. Merci de m'avoir fait partager ce breuvage''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mar 15 Aoû - 21:50

Shiraga voulus me prévenir qu'il n'était pas une personne exceptionnelle au tir à l'arc. Je souriais, riant légèrement face à sa petite boutade.

" Ha ha ha ! Je ne pense pas être déçue. Vous m'avez déjà dit que vous n'étiez pas maitre en la matière. Alors je m'attends plus à un entrainement amical et à un moment agréable à passer, ce qui est amplement suffisant."

En réponse à mes excuses, Shiraga complimenta mon esprit libre et ma spontanéité. Je ne pouvais qu'apprécier un tel éloge, surtout venant d'un étranger. Mais je le taquinais gentiment en retour, le regardant avec malice et riant de bonne humeur.

" Ho ho, maintenant vous pensez être un expert dans ce que je ressens ? C'est bien présomptueux de votre part et un peu tôt ne trouvez-vous pas, Kuraidesu-dono ~ ? Ha ha ha ! "

Je riais, le regardant avec malice. Je bus de nouveau du thé, regardant un peu la route. Il y avait un peu moins de monde, les gens s'arrêtant pour cette heure chaude. Je vis quelques charrette, mais également un coursier à cheval qui déboula dans la rue, en direction du temple. Tiens, n'était ce pas le blason de ma famille sur les flancs du cheval ? Que venait il faire au temple ? J'en revenais bien vite au sujet, soupirant légèrement. La liberté d'esprit... une chose bien agréable à penser, en vérité.

" Mais vous n'avez pas totalement tord... je suis Miko de Kazegami, et ne peut qu'être à l'image de son vent de liberté. Si je ne l'étais pas, alors je serais une bien malheureuse créature."

Dans mon esprit j'étais si on peut dire relativement libre, mais dans les fais j'étais physiquement liée à ma famille et aux responsabilités attenantes. Je devais autant que possible profiter de cet havre de paix au temple, tant que l'on ne m'appellerait pas pour effectuer mon "devoir" de futur épouse. Un futur que je voulais prendre sereinement, mais en même temps que j'effaçais de mon esprit le plus souvent possible, préférant rester aveugle. Je rebondissais sur ce que disais Shiraga du thé. Il l'appréciait, et je ne pouvais que sourire de plaisir à l'entendre aimer ce thé. Spontannément, j'enchérissais sur son avis.

" Oui, il est vrai que ce côté rafraichissant est agréable, surtout pour l'été quand il fait chaud."

Bon, ce n'est pas aussi chaud que ce que cela doit être en Setsu, mais tout est relatif. Je regardais le thé dans ma tasse, souriant avec plus de tendresse en pensant à celui qui habituellement m'apportait mon thé. J'espérais qu'Oyama allait bien, et qu'il ne tarderait pas à me rendre visite.

" J'ai un autre ami, véritable expert en thé qui m'en apporte de temps en temps. Mais ce qui est véritablement intéressant dans le thé n'est pas autant sa complexité que la cérémonie qui l'accompagne. Le boire en bonne compagnie, au bon moment dans un cadre adéquat, voilà ce qui en fait sa véritable valeur. Je suis heureuse que ce thé vous ait plus. J'espère que vous aurez l'occasion d'en découvrir d'autres à l'avenir."

Je finissais ma tasse, et repris la théière pour me servir ainsi que Shiraga. Soudain, une pensé me vint et je changeais de sujet sur un thème dont le samouraï pourrait être un expert.

" Ha, maintenant que j'y pense, Kuraidesu-dono, peut être pourriez-vous m'être de conseil. Pour de prochains voyages, je recherche un arme pouvant m'être utile, autre que l'arc. Auriez-vous une idée du type d'arme pour de la défense rapprochée qui pourrait convenir à une femme en voyage ? Je ne suis pas très forte physiquement, mais je suis agile et précise. "

Je posais la théière, attendant un peu que le thé refroidisse avec l'air ambiant. Sa maitrise étant dans le katana, il devait également connaitre les autres armes possibles. Sans doute avait il une idée de ce qui serait compatible pour une jeune femme comme moi. Au temple, je n'en avais pas vraiment parlé et ne savais pas vers qui me tourner pour trouver conseil. Shiraga saurait sans doute m'éclairer. Je le regardais, attendant un avis pouvant me guider.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mer 16 Aoû - 19:07

Le tir à l'arc promettait. Même si son interlocutrice prenait cela comme un futur et proche entraînement, il était dans l'idée qu'elle prenait vite le plaisir de se mesurer à lui et de comparer ses talents aux siens. Nul doute qu'elle sache bien mieux tirer que lui. Mais qui sait, peut être qu'il y aurait des surprises....

Puis, Shiraga avait été un peu surpris par la remarque de la jeune femme, ouvrant un peu plus les yeux d'étonnement, avant de comprendre que la prêtresse plaisantait. Il retint un rictus contrit.

''Vous avez raison. C'est un peu présomptueux. Un moment, j'avais cru commettre un pas de travers... hum, j'ai manqué de tomber dans le piège que vous aviez indirectement tendu. Et en plus de la liberté que Kazegami vous offre, puisqu'il est l'image même du vent, vous apprend-il cet humour si plaisait ? ''

Une autre boutade la part du samouraï ? Pas vraiment. Disons qu'il profitait de la discussion plaisante et plaisantine qui se déroulait entre lui et sa compagne de table. Il n'était pas très à l'aise, ce qui se voyait et s'entendait. En même temps, quand on n'avait pas l'habitude, il y avait de quoi être un peu maladroit non ? Au moins, elle avait veillé à ne pas se moquer de lui par la simplicité descriptive qu'il donna pour le thé. Elle confirma même ses mots. Au moins, ne s'était-il pas trompé. C'était presque rassurant.

''Merci de m'avoir fait partager cette dégustation et je vous rejoins quand à la valeur d'un bon thé : la compagnie qui se fait présente autour de la théière fumante et savoureuse en effluves. Quand à en découvrir d'autres, à voir. J'ai aussi une connaissance qui se débrouille pas trop mal dans ce qui touche au thé. Mais plus au saké. Le bougre sait en trouver des bons. Mais je m'éloigne du sujet. J'espère qu'il n'y a rien de grave au Temple..''

Il avait vu le coursier arriver, ayant tourné la tête pour suivre le messager arriver et observer le blason.

''Je crois que j'ai vu un blason d'une famille noble sur un coursier qui est passé à l'instant...''

Il n'arrivait pas à mettre un nom sur le blason. Pourtant, il le savait, il le tenait dans un recoin de son esprit, mais il paraissait bloquer. Bah, peut être que tout à l'heure, lors de l'entraînement à l'arc, cela lui reviendra.

''Si cela ne dérange pas vos devoirs, je peux vous conseiller, mais il faut voir si cela convient à l'usage de votre ou vos mains. Un tânto est une courte lame idéale pour le combat rapproché, que vous pourrez aisé utiliser avec agilité, une fois que vous aurez appris quelques mouvements avec. Si la lame vous convient. Il y a bien d'autres armes, mais à voir si le tânto ne vous convient pas. Une fois le petit entraînement à l'arc de fait...''

Il eut un étrange petit sourire, avant de reprendre plus sérieusement :

''On verra avec mon tânto....''

Au fond de lui-même, il se sentait frustré de pas savoir le nom de cette famille là. Des blasons, avec son maître, il en avait bouffé. Mais à force de plus y porter d'intérêts... et comme les familles de nobles étaient quand même en nombre dans les clans.... Oui, cela lui reviendra. Il ne savait pas quand, mais cela lui reviendrat.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Jeu 17 Aoû - 18:36

Mon petit geste d'humour semblait l'avoir destabilisé. Il ne se laissa pas démonter pour autant, mais je l'avais surpris semble t'il. Il me lança une nouvelle boutade, à laquelle je répondis avec entrain et naturel.

" Ha ha non, on ne prêche pas vraiment l'humour au temple. Disons... Que j'ai hérité de ce trait de famille, quand je suis à l'aise je me permets d'être un peu plus que mon simple rôle de Miko. "

Il est vrai que ce n'est pas très souvent que je me permets d'être ainsi. Je devrais d'ailleurs m'en étonne d'agir de la sorte face à un étranger. Au moins, cela prouve que je lui fais confiance instinctivement. Shiraga fit une remarque quand au coursier. Il se demanda à qui était le blason. Mon regard se fit un peu plus lointain, je répondis vaguement.

" Mh... j'espère également...."

Il ne connaissait donc pas le nom de Noraneko comme étant l'une des maisons noble d'Eiichiro. Je me gardais de lui rappeler, car ce serait autant inconvenant qu'inutile. Après tout, il risque de changer d'attitude s'il se rend compte à quelle famille j'appartiens. Et il pourrait se comporter d'une autre manière, qui me rendrais moins heureuse et joyeuse. Je préférais que nous restions ainsi aussi longtemps que possible. Omettre de dire quelque chose n'est pas vraiment mentir, non ?

La conversation allait bon train, et j'écoutais avec attention ce que Shiraga me conseillait. Je fus même agréablement surprise d'entendre qu'il me proposait d'essayer après l'entrainement de tir à l'arc. Mes yeux brillèrent d'excitation et de reconnaissance, mais je me devais de rester un minimum humble et ne pas m'imposer à un visiteur du temple.


" Ho, vous feriez cela ? Je ne voudrais pas vous incommoder, je serais déjà très heureuse d'avoir vos conseils. "

Je finissais mon thé, toute heureuse et réfléchissant un peu. Si je l'aide pour le tir à l'arc et qu'il m'aide en retour pour le tanto, c'est plutôt un bon échange de procédé, non ? Je n'ai pas à rougir ni à me sentir mal à l'aise dans cette situation, n'est ce pas ? J'essayais de m'en convaincre, même si je savais que les prêtres allaient râler et que les Miko vont jacasser inutilement. Mais peu importe, cela va m'apporter quelque chose d'utile. Je souriais, finissant par accepter l'offre.

" Mais ce serait un bon échange. Je vous aide pour l'entrainement à l'arc, et vous m'apprenez quelques mouvements avec le Tânto."

J'étais vraiment très heureuse de cette journée, tout allait pour le mieux. Nous entendions soudain de nouveau le son d'une galopade. Tournant la tête, c'était le messager qui revenait du temple. Déjà ? Aussi vite ? Celui ci avait arrêter monture et en descendis, commençant à regarder autour de lui, cherchant quelqu'un. Je tiltais, le reconnaissant enfin alors que nos regards se croisèrent.

" Ha... Mais c'est Irashi-san..."

La personne avança vite vers nous, tirant on cheval qui était trempé de sueur. Ce n'est pas bon pour moi ça... Il arriva à l'auberge, confia son cheval à un des serveurs et vint vers notre table. Là, conformément aux usages par rapport à la noblesse, il me salua profondément et suivit l'étiquette.

" Mes hommages, Noraneko-sama. Je vous cherchais partout!"

Je le saluais de la tête en retour, légèrement inquiète. Je n'étais pas très à l'aise d'être traitée comme une dame de noblesse autour du temple. Ici j'étais sensé être uniquement une miko et mettre de côté mon rangs et mon statut. Je n'appréciais pas trop être traitées ainsi, mais je restais calme et polie, comme à mon habitude au temple.

" Bonjour Irashi-san. Que se passe t'il pour que vous ayez fait une telle course ? Rien de grave j'espère ?"

Il sortit de sa saccoche un écrin contenant sûrement un message, et me le tendit avec respect et s'inclinant à nouveau. Je fronçais des sourcils, devant me résigner à m'afficher ainsi devant tous les clients qui nous regardaient. Les ignorer et rester calme n'était pas une mince affaire. J'avais vraiment envie de me cacher.

" Un message de votre soeur, Noraneko-sama. A vous délivrer aussi promptement que possible. "

Je fronçais de nouveau les sourcils. Ma soeur ? Mais que me veut elle ? Je me retenais de soupirer, prenant l'écrin et l'ouvrant pour lire la nouvelle. Rien qui ne justifie finalement une telle hâte. Juste une demande pour que je revienne à la maison familiale pour une bénédiction et un rituel de famille. Je n'aimais pas trop que l'on me presse ainsi et que l'on me donne des ordres. Le style de ma soeur était relativement froid et directe, avec un ton cachant à peine le fait qu'elle voulait une réponse sans discuter ni tarder. J'y répondrais bien entendu, mais faire courir ainsi Irashi-san comme si sa vie en dépendait, c'est tout simplement grotesque! Je levais mes yeux de la missive, pour remarquer que ce dernier fixait avec une certaine vélléité Shiraga. Son regard montrait clairement sa méfiance, et sa main était proche de son sabre, comme s'il se devait de montrer qu'il était près à agir. Je soupirais légèrement, repliant la missive dans son écrin et parlant avec amabilité à Irashi-san.

"Mh... je vois. Irashi-san, s'il vous plait ne soyez pas ainsi alarmé. C'est un des gardes des pèlerins que j'ai invité à prendre le thé. N'oubliez pas que je suis une Miko avant tout..."

Je lui souriais, mais mon regard montrait bien que je n'étais pas du tout d'accord avec la manère dont on traitait mon invité. Irashi-san sentit cela et se ravisa, éloignant sa main de la garde de son arme et ayant l'air plus confus.

" Mes excuses, Noraneko-sama. Mais votre soeur a..."

Je le coupais, n'ayant pas envie d'entendre une tirade inutile qui était sans doute dicté par ma soeur.

" Ma soeur s'est alarmée pour rien, Irashi-san. J'ai également mes obligations au temple, et ne saurais donner une réponse avant demain. Merci à vous, Irashi-san. Reposez-vous en attendant et revenez demain matin au temple pour prendre la missive."

Je lui souriais et le regardais avec plus de compassion cette fois-ci. Il avait l'air fatigué, tout comme son cheval. Je ne voulais certainement pas qu'il reparte bride-abattue et se mette en danger. Surtout pour une missive aussi peu importante! Je donnais une raison valable, et il ne pouvait refuser. Il hésita un moment, puis accepta ma requête. J'insistais mon regard sur lui, lui priant ainsi silencieusement de nous laisser. Il jeta un dernier regard peu amical à Shiraga, puis s'en fut avec son cheval. Je soupirais, enfin libérée d'une présence aussi lourde et gênante. Je m'excusais auprès de Shiraga, gênée qu'il ait assisté à une telle scène et à la manière dont il a été traité.

" Mes excuses pour cette interruption, Kuraidesu-dono. Il ne faut pas en vouloir à cet homme, il est juste un peu trop protecteur et oublie que je suis avant tout une Miko."

Je souriais légèrement, mais il était clair dans mon attitude que je n'étais pas à l'aise. Maintenant il savait que j'étais noble. J'espérais que son attitude n'allait pas changer à mon égard. J'essayais de changer un peu de conversation, devant m'excuser de ne pouvoir comme convenu effectuer l'entrainement ce jour même. Car même si j'avais renvoyé Irashi, je me devais d'y répondre cet après-midi et de réfléchir à comment formuler la chose. Ma soeur n'est pas une personne facile à répondre.

" Pour l'entrainement, peut être pourrions-nous repousse cela à demain ? Si vous êtes toujours disponible et partant, bien entendu."

Je ne voulais pas le mettre mal à l'aise, maintenant qu'il connaissait mon statut. Par politesse, je lui laissais ainsi une chance de se raviser et de pouvoir échapper à sa première promesse en toute honorabilité et sans froisser l'étiquette. Bon, moi je serais déçue, mais je ne pouvais lui imposer cela par égoïsme. J'avais déjà suffisamment montré mes petits caprices comme ça.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Lun 21 Aoû - 18:29

Il s'apprêta à boire à nouveau une gorgée de cet excellent thé quand un imprévu coupa la conversation lancée par la Miko. Le samouraï sourcilla quelque peu en apercevant la venue du coursier de tout à l'heure. A peine était-il passé au Temple qu'il était venu ici. Il cherchait la jeune femme, cela ne faisait aucun doute et cela se confirma quand elle évoqua son nom. Le temps que le cavalier descende de sa monture éreintée, le Kenshu posa sa tasse de thé et observa ce qui s'ensuivit. Il sourcilla plus quand il remarqua la manière de saluer du nouveau venue à l'égard de Noraneko. Maintenant, il comprenait mieux le blason.... Pourquoi ne s'était pas rappelé du nom ? Maintenant qu'il faisait le rapprochement, il passait pour un imbécile. Depuis le début, il avait cru avoir affaire qu'à une simple prêtresse. Maintenant que son haut rang se confirmait.....

Pendant que la miko-san lisait la missive fraîchement reçue, avec un sérieux concentré à voir le sourcillement qui barrait de plus en plus son joli front, Shiraga croisa le regard du messager. La méfiance se luisait et à voir sa main proche de son arme...Shiraga pourrait faire de même, mais il se contenta de darder sur lui un regard plus glacial et lourd de menaces. Heureusement, Noraneko remarqua la tension naissante entre les deux hommes et intervint. Heureusement, elle avait l'autorité nécessaire pour rappeler à l'ordre le coursier et lui donna ses dernières instructions. Le messager parut hésiter quelques instants avant de se résigner à laisser sa maîtresse en la compagnie d'un homme qui était tout de l'étranger dangereux pour la sécurité de la miko. Puis il se retira après avoir jeter un dernier coup d'oeil peu confiant vers le samouraï.

Shiraga le regarda s'éloigner, toujours les yeux emplis de froideur, qu'il perdit quand la jeune femme s'excusa pour son serviteur. Il se détendit pour chasser la tension qui avait commencé à sourdre en lui.

''Ne vous excusez pas pour lui, Miko-san. Il fait son devoir et je pense qu'il ne sait pas vraiment comment l'appliquer. Mais ce n'est pas à moi de le lui dire. "

Par contre, il ne savait pas sur quel pied danser avec elle maintenant. Il pensait savoir pourquoi elle n'avait pas usé de son rang directement en la présence du samouraï. Peut être qu'elle voulait vivre en dehors de ses obligations et rester une Miko. D'ailleurs, elle le disait elle-même : elle était miko avant tout. Donc il prit une décision.

''Je serai disponible demain, Miko-san, pour l'entraînement. Je suis toujours partant et surtout....''

Il fit un petit sourire de défi.

''... je tiens toujours à vous enseigner la base du maniement du tantô. Ainsi, votre messager pourra voir que vous savez vous défendre. ''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Jeu 31 Aoû - 21:22

J'étais un peu anxieuse quand à la réaction de Shiraga. Allait il changer de comportement ? Je l'observais, attendant une réponse. Bien qu'il semblait mal à l'aise, je pus respirer en entendant qu'il s'adressait à moi de la même façon. Il fit une petite réflexion sur le messager, et je ne pus que sourire légèrement.

" La tâche n'est évidente pour personne dans ce cas particulier, et l'on ne saurait lui reprocher son zèle. Il connait les circonstances, et a fait son choix."

Dans ma famille, tout le monde n'était pas d'accord sur la position que je devais tenir. Ma mère préférait que je sois considérée comme une Miko, mon père comme une fille de Noble. Ma soeur... Disons que c'est selon ce qui l'arrange. Mais le messager était un envoyé de mon père, et bien qu'il sache que j'étais miko il ne pouvait se soustraire à la volonté de mon père et à son point de vue. Je me devais donc de le défendre en ce sens, au moins. Ce n'était pas qu'il était stupide, mais simplement qu'il avait un chemin à suivre, et qu'il le savait.

Mais rapidement, le samouraï me fit plaisir en répondant à l'affirmative à ma requête. Non seulement il acceptait de venir à l'entrainement de tir à l'arc, mais en plus il me proposait de m'entrainer au tantô. Ma mine se réjouit de suite, mes yeux brillants d'excitation et tout malaise disparaissant immédiatement. Je répondis avec chaleur, radiante de joie.


" Ho, vraiment ? C'est avec plaisir que je vous accueillerais, Kuraidesu-dono !"

J'imaginais déjà la tête des prêtresses et des prêtres. Là dessus, j'avais un peu pris le penchant de mon grand oncle sur l'imprévisbilité. D'autant plus que pour moi qui suis considérée comme un modèle et une jeune fille sage, unne telle entorse à la règle et aux convenances semblait irréel. Ce qui me donnait l'avantage d'avoir plus de temps, car il se sera bien passé des choses avant qu'ils ne réagissent et qu'ils se disent qu'il faille agir. Shiraga voulut plaisanter sur la réaction du messager. Mais je le raillais également avec bonne humeur et le regard pétillant de malice, en mentionnant que ce n'était pas vraiment lui que je voulais surprendre.

" Ho, le messager sera partit bien avant. Mais que ce soit le tantô ou l'arc, je doute qu'il apprécie qu'une dame manie la moindre arme. Raison de plus pour m'exercer à une autre, ha ha ha ~! "

Je riais, me réjouissant d'avance de cette aventure qu'il faudra que je calme avec doigté et philosophie plus tard. Mais pour le moment, je ne devais pas penser à ce divertissement. Je pris une dernière fois ma tasse, la vidant tranquillement. Il fallait à présent se séparer, c'était un fait. Je reposais ma tasse, le saluant de la tête en redevenant un peu plus sérieuse.

" Je vous remercie pour votre temps et votre compagnie, Kuraidesu-dono. Je ne suis qu'impatiente de pouvoir m'exercer avec vous demain. Cependant, je vais devoir vous laisser à présent après cette agréable tasse de thé."

J'appelais le serveur pour payer, puis tournais de nouveau mon regard vers Shiraga. J'étais toujours ouverte, souriant avec amabilité et posant sur lui des yeux pleins de bienveillance.

" Bien que j'ai dis que je ne répondrais à la lettre que demain, j'ai encore des achats à effectuer et je dois tout de même sérieusement réfléchir à une réponse à la lettre."

Le sujet n'était pas grave, mais il demandait de faire un choix et de bien peser les mots pour ne vexer personne et donner les bons messages. Pour aujourd'hui, la séance d'entrainement était annulée. Mais pour demain... Je réfléchissais à l'heure la plus adéquate. Quand il n'y avait pas de monde sur le site d'entrainement, ou que les prêtres étaient occupés... Je finis par faire une proposition au samouraï.

" Je vous propose à l'heure du Lièvre ou bien à l'heure du Cheval. Venez à votre convenance, je serais quoi qu'il arrive à la salle d'entrainement à ces heures ci. Je vous salue et vous souhaite une bonne journée Kuraidesu-dono. A nôtre prochaine rencontre demain..."

Je me levais et le saluais, allant payer ce que je devais à l'aubergiste. Reprenant mon arc et carquois, je partis toute guillerette et souriante dans la rue ouverte. Il ne me restait plus qu'à acheter mes baguettes de bois pour mes flches, mes plumes et je pourrais rentrer. Ce que je fis une heure plus tard, pendant agréablement à ce samouraï aux cheveux d'argent et me demandant ce qu'il pouvait bien faire.


~ Le Lendemain ~



Le lendemain, j'étais à l'heure convenu à la séance d'entranement à l'heure du Lièvre. Il ne faisait pas très beau, l'heure matinale était fraiche. Nous étions deux mikos à nous entrainer à l'arc, mais le samouraï ne vint pas. Je dus me faire une raison, et espérer qu'il soit là pour l'heure du Cheval. La journée continua tranquillement, par l'étude et les prières, l'accueil de pèlerins. L'heure du Cheval vint, et je m'entrainais de nouveau dans le stand de tir. Cette fois ci, j'étais seule. Je me concentrais, le temps s'étant un peu dégradé. Il pleuvait légèrement, le son des gouttes de pluie m'obligeant à mieux me concentrer. Je devais prendre cela en compte dans la précision de mes tirs. Absorbée par l'exercice, les muscles tendus et la respiration mesurée, je n'entendis pas arriver ma consoeur miko. Elle m'interpella après que j'eus tiré une de mes flèches, sursautant légèrement en me tournant vers elle. Elle n'avait pas l'air à l'aise.


"Satomi-chan, un certain samouraï souhaite vous voir, Kuraidesu Shiraga. Cela te dit quelque chose ? "

Mon expression se mit à s'illuminer, un grand sourire s'affichant sur mon visage et mes yeux brillants de soulagement.

" Ha, oui ! Invite le donc à me rejoindre ici, il était prévu que nous nous entrainions."

Elle me regarda avec surprise, tripotant l'une de ses manches. Un tic quand elle était stressée et mal à l'aise. Hésitante, elle essayait de me faire comprendre que ce n'était pas une très bonne idée.

" Mh... Satomi-chan, est ce que le prêtre est...."

Je l'interrompis, posant mon arc contre l'un des piliers et la rassurant.

"Ne t'en fais pas Yuko-chan, fais le entrer. Je gère la situation..."

Elle se tut, acquiesça et disparut. Elle n'allait pas me trahir, du moins pas de suite. De mon côté, j'allais sous la pluie traverser le petit terrain en courant,
pour aller récupérer mes flèches. J'allais être mouillée, mais ce n'était pas bien grave. J'étais contente qu'il soit venu.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Lun 4 Sep - 16:04

Shiraga avait gardé le silence quand à bien des sujets qu'abordaient la jeune femme. Il aurait pu se permettre d''apporter son point de vue, mais même si elle était une jeune noble, désormais dévoilée, elle restait aussi une prêtresse. Dans les deux cas, il ne tenait pas à la vexer. Surtout qu'elle l'avait aidé à trouver un logement décent et lui avait offert un moment agréable, le temps de patienter que le dit logement soit disponible. Chose qui était certaine était le ravissement de la jeune femme quand à l'acceptation de prévoir malgré les circonstances l'entraînement au tânto. On ne lui avait pas interdit de le faire n'est ce pas ? Alors pourquoi privait-il une Miko d'être capable de se défendre ? Chaque homme et femme devait pouvoir se défendre avec les moyens qu'il était capable de gérer.

Quand ils se levèrent, elle pour se préparer à payer la note à l'aubergiste et Shiraga pour aller finir de passer le temps, le samourai se permit de la remercier en la saluant dignement.

''C'est moi qui vous remercie, Miko-san. Ce fut un plaisir de voir le temps défiler agréablement durant nos conversations et pendant la dégustation de ce thé. Et je vous retrouverai donc demain au lieu énoncé. ''

Il se demandait comment il serait reçu demain. Un samouraï demandant à voir une prêtresse en personne, et noble de surcroît.... Il y aurait de quoi alimenter les ragots des serviteurs et des novices. Il observa silencieusement le départ de la jeune femme, qui paraissait bien plus joyeuse et souriante que tout à l'heure. La perspective d'avoir malgré tout un entraînement devait la ravir. Shiraga cessa son observation et s'en fut vaquer à ses affaires... Autant aller voir si la chambre était libre....

----

Shiraga était bien présent. Il s'était pointé à l'heure du Cheval, car il avait du régler quelques histoires encore avec les pélerins qu'il escortait. Ces derniers n'avaient toujours pas donné de délais quand à un retour en Kenshu. Ce qui avait légèrement fait fulminer le samouraï, mais cette frustration était vite passée quand il s'était rendu vers le Temple, n'oubliant pas le rendez vous convenu avec la jeune prêtresse. Au moins ne pensera-t-il plus à ces gaillards qui ne savaient décidément pas s'organiser et qui menaient leur petite vie au jour le jour.

Il avait donc croisé une jeune Miko à l'entrée du temple et l'avait interpellé. Après s'être présenté poliment, il avait demandé à voir l'archère, en citant bien entendu son nom. A voir les yeux écarquillés de la prêtresse qui partit donc prévenir sa consoeur, Shiraga se demandait si sa présence n'allait pas posée quelques soucis. Après un bref haussement d'épaules, il attendait.

Le temps n'était guère idéal pour un entraînement en extérieur et heureusement qu'en patientant dehors, Shiraga avait pris de quoi se protéger de la pluie fine qui tombait. Se retrouver trempé avant de commencer l'entraînement n'aurait pas été adéquate. Et quand enfin la jeune miko qu'il avait interpellé revint le chercher, après avoir fixé le samoraï d'un air quelque peu anxieux -ou perturbée-, elle mena le guerrier vers l'aire d'entraînement. Et elle se sauva aussitôt une fois arrivée sur place.

Shirag se défit de ses effets qui servait à le protéger de la pluie, ; même s'il avait pris un peu la pluie sur le haut de ses épaules. Il aperçut Satomi en train de récupérer ses flèches piquées dans une cible.

''Attention à ne pas trop vous tremper, Noraneko-san. ''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Lun 4 Sep - 20:20

La voix grave de Shiraga résonna dans la petite antichambre du patio d'entrainement. Je l'entendais même depuis les cibles, la pluie fine couvrant à peine le son de sa voix masculine. Je me retournais, le visage brillant et un grand sourire s'affichant sur mon visage. Je récupérais les deux dernières flèches et courais lestement vers la terrasse de tir, sautant sur le plancher avec facilité. Mes habits n'étaient plus ceux d'une miko mais bien ceux spécifiques à l'entrainement pour l'arc: un gant de tir assez fin, un keikogi blanc et un hakama rouge pour bien distinguer mon rang de miko. J'avais également un protège poitrine pour la corde, montrant des signes d'usure à force d'entrainements répétés et assidus. J'étais un peu mouillée mais rien de bien important. D'ailleurs, j'essuyais simplement d'un revers de main les gouttes d'eau sur mon visage, souriant radieusement au samouraï et le rassurant.

" Ne vous en faites pas, Kuraidesu-dono. Ce n'est qu'un peu de pluie octroyée par Kasugami. Rien de bien grave."

Je posais les flèches près de mon carquois, jetant également un coup d'oeil à l'arc que j'avais réservé pour Shiraga, s'il venait à montrer le bout de son nez. C'était un arc plus grand et plus lourd que le mien, plus adapté à sa stature. Mais avant qu'il ne le prenne en main, je lui fis face et le saluais comme il convenait, m'inclinantn légèrement.

" Je suis heureuse que vous soyez venu, Kuraidesu-dono. Avez-vous bien dormi à l'auberge ?"

Je le regardais avec des yeux francs et un sourire amical, espérant sincèrement qu'il avait passé une bonne nuit. Je ne savais pas quel était son standard de literie ni d'accomodation. Qu'il soit déçu ou bien qu'il n'ait pas obtenu satisfaction m'aurait peiné. Surtout s'il avait beaucoup voyagé avant, le repos étant très important.



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga)

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le guide du pèlerin de SJDC
» Question d'équipement : une forteresse sur le passeur !
» [BOURUSSIA DORTMUND] Classement passeur
» [Entrée Nord] Du combat, seuls les lâches s'écartent
» [Armada] Pirate Pulu Pulu Korp


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..