AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mer 6 Sep - 14:55

Il ne put s'empêcher d'avoir un petit rictus amusé. Pour une noble qui servait Kasugami en tant que prêtresse, elle n'avait pas peur de se mouiller pour quelques gouttes. Et à voir sa tenue très adaptée pour faire du tir à l'arc, elle n'avait pas peur de s'entraîner. Bien des femmes se seraient plaintes de ce genre de conditions, privilégiant le confort et l'abri pour ne pas se défriser leur coiffure et leur maquillage complexe, qui étaient d'ordinaire le panache des femmes de la haute échelle sociale.

''Vous avez bien raison. Quelques gouttes n'ont jamais tué personne. ''

Elle s'était rapprochée de lui pour le saluer dignement et elle s'exécuta. Il fit de même, ce qui était la moindre des choses. Il avait remarqué l'arc qui l'attendait mais la priorité était de répondre au salut de la Miko, ce qu'il fit avec le même entrain qu'à leur rencontre de la veille.

''Et je suis ravi de vous montrer mes maigres talents d'archer, Noraneko-san''Dit-il sur une pointe gentiment plaisantine. ''Pour ce qui d'avoir dormi, j'ai excellemment bien dormi. Hormis quand un des pèlerins que j'escorte s'est mis en tête de venir me quémander juste avant le lever du soleil... Vous savez comment sont les gens dotés d'une foi débordante et qui a besoin d'être exprimée...Vous remercierez votre connaissance. Son établissement est de qualité et très appréciable. ''

Shiraga appréciait toujours dans un bon lit, même s'il était habitué à dormir à la belle étoile. Un peu de confort était bon pour le moral. Puis il regarda l'arc qui paraissait l'attendre patiemment.

''Je vois que vous avez pris les devants. Je présume sans aucun doute que cet arc est pour moi ? ''

Nul besoin de confirmation pour savoir que c'était effectivement le cas. Il se défit de son katana et et de ses deux autres lames, qu'il posait délicatement à côté de l'arc. On sentait qu'il tenait à ses armes. Puis il attrapa l'arc pour l'étudier, le prendre en main et tester la robustesse de sa corde. Ses doigts retrouvèrent une sensation lointaine. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas tiré à l'arc. Mais n'était-il pas là pour s'entraîner ?

Il se mit en place, ce qui servait de point où poser ses pieds et être face à la cible. Il avait déjà attrapé une flèche.

''Ne vous inquiétez pas si vous pouffez devant mon tir. Je suis certain que ce sera un échec. Et j'en serai pas offusqué. Rouillé comme je suis...''

Il plaça la flèche là où elle devait être et de deux doigts, tout en la calant, il tira la corde... L'empennage lui chatouillait le visage. On pouvait voir à ses gestes qu'il avait déjà tiré à l'arc. Mais il manquait d'assurance dans ce qu'il venait d'exécuter. Normal me direz-vous, depuis le temps.

Il fixa la cible, se concentra sur sa respiration, corrigea un peu la position de son bras et... libéra la corde tendue qui propulsa la flèche qui alla se planter... au pied de la cible. Shiraga sourcillait devant cet échec. Il s'était attendu à ne pas réussir à tirer correctement, mais de là à ne pas la toucher. Décevant...

'Humm...''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Ven 15 Sep - 18:45

Shiraga rendit honneur à mon salut, répondant à la politesse avec bonne humeur et une certaine aisance. Je souriais un peu plus, contente qu’il soit plus à l’aise et détendu qu’hier. Je ne regrettais en rien de l’avoir invité ainsi rien que pour cela, même si je risquais la punition. Mais ça, il ne le savait pas et n’avait pas vraiment à le savoir. Il fit des éloges sur l’établissement, auxquels je répondis avec bienveillance et contentement.

« Ha, vous m’en voyez ravie. Je passerais le mot au maitre d’établissement, il sera enchanté. »

J’étais bien heureuse qu’il ait bien dormi. Car qui dit bon sommeil dit un corps et un esprit reposés pour un entrainement performant. J’étais également amusée par sa verve et sa taquinerie quant aux pèlerins qui l’avaient un peu trop sollicité. J’en riais avec lui, concédant qu’ils en avaient fait un peu trop.

« Oui, certains oublient parfois dans leur ferveur et leur dévotion qu’ils ne sont pas seuls et que les autres ne partagent pas leur… enthousiasme, ha ha ! »

La conversation s’annonçait plaisante et tout à fait cordiale. Cela me faisait du bien de discuter ainsi sans véritable protocole et barrière, et surtout de ne pas avoir en face des prêtres moribonds ou bien des Miko ayant un peu trop tendance à commérer. Shiraga avait vu l’arc pour lui, et se défit de ses propres attirails. Je remarquais qu’il prenait bien soin de bien poser selon le protocole ses propres armes. J’étais impressionnée et presque étonnée de voir autant de délicatesse de manière venant de quelqu’un de la classe militaire. Non pas que je puisse me targuer d’en avoir vu des milles et des cents, mais tous les samouraïs croisés au temple n’étaient pas vraiment aussi soucieux du protocole et du respect à montrer au sein d’un temple. Shiraga gagnait dans mon estime pour cela, et tout me rappelait qu’il ne fallait pas se fier aux apparences et aux préjugés. Il avait beau avoir une allure particulière et un accent du Kenshu assez fort, venu d’un pays qu’on dénommait ici comme ceux de pécores… il n’en montrait pas moins toute la tenue et le respect d’une personne civilisée. Il était de plus de compagnie plaisante, autant de corps que d’esprit je devais avouer. Il fit une nouvelle boutade sur ses aptitudes, demandant à ce que je lui pardonne pour ses prochaines fautes. Je souriais avec bienveillance et le regardant avec une légère malice.

« Pour ce qui est de vos talents, ne vous en faites pas. Ce qui compte, c’est que vous y preniez plaisir et que vous vous amélioriez. Nous avons tous commencé par ne rien savoir après tout, il n’y a pas de honte à cela. »

C’était bien vrai. Pour arriver à mon niveau, je m’étais entrainée tous les jours et depuis petite. Et bien que ma maitrise ne soit pas mauvaise, je devais encore et toujours m’entrainer pour m’améliorer et me maintenir en forme. Personne ne démarre avec une maitrise, cela demande de l’entrainement et de l’assiduité, même pour les personnes naturellement douées pour la discipline. Je ne risquais donc pas de railler le samouraï, peu importe ses performances. Il fit d’ailleurs une petite remarque sur l’arc alors qu’il le prenait en main. Je lui répondis avec sérieux mais également avec l’enthousiasme d’une personne qui aime sa discipline.

« Oui, cet arc sera le vôtre pendant la séance. Il est plus grand et la fibre plus robuste. J’ai essayé d’estimer le bon en fonction de votre carrure et de votre force initiale. En tant que Samouraï, vous ne devez pas être en reste, n’est-ce pas Kuraidesu-dono ? »

Je le regardais avec malice, souriant et me moquant légèrement de sa carrure imposante. Mais j’avais beau me moquer, il n’empêchait que j’avais vu juste sur les proportions de l’arc. En prendre un plus court aurait donné trop de puissance à son tir et il pouvait se sentir moins à l’aise sur son équilibre. Les arcs courts étaient plutôt faits pour le tir en selle, où il faut être plus libre et mobile dans ses mouvements. Ici sur le stand de tir, il était important de bien poser sa stature et son équilibre. Il commençait d’ailleurs à se mettre en place, et je me postais sur le côté pour avoir une bonne vision sur sa position et comment il utilisait l’arc. Bon, j’avais une vue tout à fait agréable, ce qui ajoutait au charme de cette session d’entrainement. Il fit une dernière remarques sur ses aptitudes, m’empressant de ne pas le moquer. Je souriais, l’encourageant avec douceur et bienveillance.

« Je n’en ferais rien, je vous le promets. Allez-y, prenez votre temps. »

Il n’allait sans doute pas être encore à l’aise, il fallait qu’il se familiarise avec l’arc et le jugement de sa force sur la corde. Je l’observais tout simplement de mon œil de maitre, prenant l’attitude d’un professeur envers son élève. Je regardais sa posture, son équilibre, sa respiration. J’étais suffisamment concentrée pour ne pas avoir de pensés déplacées, comme on pourrait le croire quand un homme et une femme sont seuls ensemble. Il tira, manquant la cible de peu. Il fit une moue dubitative, peu satisfait. Je souriais, l’encourageant de nouveau et lui donnant quelques conseils.

« Ce n’est pas si mal, ne vous découragez pas. Réessayer donc en tenant plus votre dos et en posant plus votre respiration. Tirez plusieurs flèches à la suite pour vous réhabituer. »

Je posais à côté de lui un carquois remplis d’une demi-douzaine de flèches. Il fallait qu’il ressente de nouveau l’arc et la précision de la corde, l’effet du vent léger et de la pluie tombante. J’avais remarqué d’autres choses à corriger, mais j’attendais patiemment qu’il soit plus à l’aise dans les tirs. Je reprenais donc ma position, l’encourageant par un sourire et restant attentive sur les efforts de mon élève du jour.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Lun 18 Sep - 13:17

Shiraga avait senti le regard observateur posé sur lui, venant de la jeune prêtresse. Un maître avait le même regard, attentif et guettant le moindre détail pour dire quoi corriger par après quand le tir sera effectué. Au moins le samouraï n'était pas déconcentré par cette observation. Et encore moins avec les échanges qu'il avait eu avec elle juste avant de tendre la corde de son arc en vue de préparer sa flèche pour tirer sur la cible qui paraissait se moquer de lui en silence. Elle agissait non pas comme une femme imbue de ses capacités vis à vis d'un homme, mais bien en égal. Une politesse honorable qui était en plus, il semblait être, dans le caractère de la jeune femme. Tant mieux. Même si les femmes étaient aussi capables que les hommes, Shiraga n'appréciaient guère chez elles, comme chez leurs homologues masculins, la recherche de supériorité sur les autres, cette arrogance qui cherchant à dominer les autres sous prétexte d'être plus performants dans certains arts... C'est là que la modestie et la recherche de perfection n'existaient plus chez ces gens là

Pas chez la jeune Miko à ce qu'il avait pu en constater.

et cela s'était confirmé quand la flèche n'atteignit jamais sa cible. Pas un rire de moquerie ou autre raillerie du genre, juste le sourire qu'elle avait depuis le début. Shiraga grommelait encore dans son for intérieur. Il sut chasser son dépit quand elle s'était rapprochée de lui pour déposer un carquois empli d'une douzaine de flèches. Il les lorgnait comme leur ordonnant de se montrer plus coopérative à ses tirs. Au moins, il accepta les conseils dispensés par la jeune Miko.

''Quand je vous disais que j'étais rouillé, Miko-san. Vous avez su le voir rien qu'à la posture de mon dos. On va voir si ce dernier veut bien se redresser le temps du tir....''

Il prit la première flèche et essaya de prendre en compte la posture de son dos et sa respiration. Le résultat ne se fit pas attendre. La flèche se planta juste un peu plus en avant de la première. Shiraga haussa un sourcil circonspect. L'arc n'avait été son arme favorite, ne demandant pas à user des capacités qui lui étaient utiles avec un katana. Mais il ne se laissa pas abattre et attrapa une autre flèche pour tirer un peu plus vite et plus haut cette fois. Le trait se planta loin derrière. Shiraga ne se laissa pas abattre et continuer, prenant un poil plus de temps...

La sixième flèche toucha la cible, se planta au niveau de l'épaule de la cible.

''Et ben voilà.... juste un coup de chance. Un arc en main miko-san, ce n'est pas la chance qui portent la réussite de vos tirs, mais bien votre excellence n'est ce pas ? ''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Dim 24 Sep - 23:19

Je l'observais toujours, souriant légèrement quand il se plaignit encore d'être rouillé. Je restais attentive, le regardant décocher plusieurs flèches à la suite. C'était quelque chose d'utile pour moi, car cela me donnait plus de temps pour percevoir les défaut répété de posture et les améliorations. Je devais également avouer dans un coin de mon esprit qu'il était agréable de regarder un homme tel que Shiraga être concentré. C'était une certaine beauté, une prestance qui seyait à ceux ayant l'habitude de l'abnégation et capable de concentration. Mais bon, cela restait dans un coin de ma tête, en silence et dans l'inconscience... Quand il eut finit, il avait tout de même atteint d'une flèche l'une des cibles. Il semblait content, enfin, mais remit cette réussite sur le dos de la chance. Il voulut également me faire un compliment, comparant mes tirs à de l'excellence. Je souriais légèrement, me rapprochant et le regardant avec un mélange de compassion et d'amusement.

" Mh... l'excellence n'est pas un don. Elle vient par la pratique, la persévérance et un peu de chance aussi."

Je souriais un peu plus et lui jetant un regard malicieux, ne pouvant nier ce fait. Il y a toujours une part de chance dans tout. Que ce soit la chance du débutant ou encore la providence, on ne pouvait nier son existance et la sous estimer. Je regardais mon arc, qui montrait malgré son entretien fréquent des traces d'usures sur le bois et le cuir.

"Je pratique deux fois par jour l'arc depuis de nombreuses années, alors que vous n'en avez pas touché un depuis longtemps et que ce n'est pas votre spécialité. Ce n'est en rien comparable et ne peut l'être."

Je me dirigeais vers un mon propre carquois, retirant une flèche. Il voulait mettre en lumière deux éléments hors contexte. Bien entendu que la prestation d'un enfant n'ayant eut que quelques cours ne peut avoir le même résultat et le même effet qu'un maitre ayant des années de pratique et d'expérience. Je ne voudrais pas me comparer à de grands maitres, mais la comparaison était similaire entre Shiraga et moi même. Pour juger son talent, il aurait fallut comparer à quelqu'un ayant pratiqué autant que lui. Je ne désespérais donc en rien pour lui. Je l'encourageais de nouveau, ne voulant pas qu'il se laisse abattre pour si peu.

" Je trouve qu'au contraire, vous vous êtes bien débrouillé. Remettez vous en position, avec cette dernière flèche..."

Je lui tendis dernière flèche, le laissant se mettre en position. Mais là, au lieu de m'éloigner comme tout à l'heure, je me rapprochais de lui au plus près. Je me mis même à le toucher, délicatement bien sûr mais fermement, pour corriger sa tenue. J'expliquais en même temps ce que je faisais, concentrée sur mon rôle de mentor.

" Il faut mieux tenir votre dos, et redresser vos épaules sans trop vous cambrer. Tendez vos abdominaux et redresser votre buste, mais sans dévier la ligne de vos épaules... non, plus vers la gauche, comme ça... "

Je bougeais ses bras, ses épaules, son coude.. J'allais même jusqu'à lui donner une tape sur les abdominaux et sur son dos pour qu'il se redresse comme il faut. De loin on pourrait croire cela indécent, mais j'étais tellement en mode 'enseignement' que la mauvaise interprétation d'une telle proximité ne me traversa pas l'esprit pendant toutes mes corrections. Ce n'est que vers la fin, quand j'eus finis et que je levais les yeux pour le regarder, que je me rendis compte que j'étais vraiment très près, voir un peu trop de lui. Avait il vraiment une aussi grande stature ? Rougissant légèrement, je reculais tranquillement pour reprendre ma position et l'intimais de continuer, ma voix essayant de rester aussi calme qu'auparavant.

" Concentrez vous maintenant sur votre respiration... sur la tension de la corde...et puis tirez quand vous le désirez."

Je regardais la cible, faisant exprès de ne pas le fixer. Mince, mais quelle idiote! C'est un samouraï et un invité, pas une autre de ces mikos ou de ces prêtres que j'entraine parfois! J'espérais qu'il ne s'était pas offensé de mes actions, et qu'il ne penserait à aucune autre arrière pensé... Mince, voilà que maintenant moi je me mets à y penser! Sa stature aussi proche, ses cheveux blancs si beau et son odeur de... Rhaaaa ! Satomi, reste concentrée !!!!



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Dim 1 Oct - 14:03

Elle n'avait pas tort quand à une petite part de chance. Shiraga était bien placé pour le savoir. Il suffisait par exemple que l'adversaire ait un pas malheureux pour perdre l'avantage ou offrir une ouverture qui lui sera fatal. La chance était quelque chose sur laquelle il fallait compter et ne pas trop appeler de ses voeux, car comme la nature, elle appelait elle, à un certain équilibre avce sa cousine la malchance.

Shiraga veillait à écouter avec la plus grande des attentions la jeune prêtresse. Elle était intelligente et non bouffie par l'arrogance, chose qu'on pouvait retrouver de temps à autres chez des femmes qui maniaient des armes. La modestie était visiblement un trait naturel chez la miko et ce qui rendait la conversation avec elle très apaisante et intéressante.

Elle lui apporta sa dernière flèche, et toujours avec son sourire ravissant. Ben oui, quoi d'autre ? Ainsi elle pratiquait son art deux fois par jour ? Shiraga lui enviait le temps qu'elle disposait pour se consacrer à ses entraînements.

''Je n'ai pas l'occasion de pratiquer mes exercices régulièrement. Mais dès que j'ai un peu de temps, je suis prêt à y consacrer quelques heures. On ne peut pas se permettre de s'entraîner seulement que peu de temps de temps à autres... Ce n'est pas productif. ''

Elle lui avait tendu sa dernière flèche, qu'il prit pour l'encocher dans la corde, son regard déjà porté sur la cible à flécher. La Miko s'était rapproché de lui cette fois. Il se mit en position comme elle lui demanda et une fois le bras tendu, le corps réagissant à la posture, la jeune femme posa sa main délicate et ferme à la fois, là où il y avait besoin de corriger les mauvaises positions. Il avait cru frissonner au contact de cette main féminine, mais il n'en fut rien. Elle était là pour jouer les professeurs et se raccrochait donc à cette idée, même s'il avait l'impression de sentir sa douce chaleur corporelle émise contre lui. Là il était prêt à tirer sa dernière flèche. Il tenait à réussir le tir.

Elle remettait en place son dos, ses épaules et ses bras et il grimaça. Il avait vraiment une posture de débutant, alors qu'il avait appris à tirer à l'arc malgré tout. Il grimaça plus franchement quand il reçut une petite tape sur ses abdominaux et son ventre, à la limite de se faire surprendre. Son ancien maître avait usé de ce genre de méthode mais usant plus de force. Là, c'était purement un effleurement. Malgré sa grimace, il la regardait à peine, affichant un rictus à demi amusé. La cible, il visait la cible. Mais Satomi pourra vori que ses gestes un peu plus ''frappants'' l'avait amusé. La pauvre qui rougissait de la proximité qu'elle s'était accordée en plus.

Elle se recula, lançant ses dernières instructions. Shiraga hocha perceptiblement la tête et se concentra, essayant de pas perdre les remises en place de ses membres pour tirer cce dernier trait.

Il prit le temps de respirer, se concentrant comme le ferait un archer habitué à surmonter n'importe quel tir impossible. Et il libéra la corde. Le trait fusa et se planta au dessus du centre de la cible. Shiraga n'afficha pas immédiatement sa satisfaction et regardait avec incrédulité sa réussite.

''J'aurai le temps de mourir de vieillesse face à l'ennemi, si je mets autant de temps pour tirer une flèche. Merci Miko-san. ''

Elle paraissait encore légèrement rougissante et il eut un petit sourire qui en disait long sur son très léger amusement. En même temps, une femme qui se retrouvait si proche d'un homme.... Je vous laisse aux diverses pensées que cela peut vous apporter. Il était vrai qu'elle était agréable à regarder et elle avait un caractère qui était appréciable. Tout pour plaire en somme.... Shiraga décida de se concentrer sur autre chose, de peur de se perdre et d'offenser son instructrice. Il posa son arc et prit sa lame courte, qu'il posa à côté de l'arc

''Après cette modeste réussite, qui a porté ces fruits grâce à vous, je vous dois de vous renvoyez la pareille, avec l'usage de ce tantô. ''

Il paraissait loin l'instant où elle avait avoué être une noble. Shiraga avait largement passé ce fait et considéré la jeune femme comme son égal.

''Prenez le déjà en main, pour voir.... et faites quelques mouvements pour voir comment vous le tenez en main. ''


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mer 4 Oct - 20:00

[vraiment désolée pour le retard de réponse !!]

Shiraga ne se débrouillait pas si mal, mais il n'avait pas tord en soulignant le fait que trouver le temps de s'entrainer régulièrement restait une opportunité rare. Je ne savais s'il disait cela pour me remettre à ma place ou bien me faire comprendre que j'étais bien chanceuse, quoi qu'il en soit je pris cela un peu trop personnellement et fut d'autant plus touchée en pensant que ce temps "libre" n'était pas éternel pour moi. Je soupirais légèrement, acquiescant cependant et souriant pour faire passer cette mauvaise pensé.

" Oui... J'ai le luxe du temps, il est vrai. Mais toute chose a une fin."

Je le regardais faire, et sa flèche fut plus prometteuse que les autres. Il se railla encore sur sa vitesse de tir, aussi je répliquais avec la philosophie de l'expérience à ce sujet. Tirer vite ne veut pas dire tirer bien, après tout.

"La vitesse de tir ne fait pas tout. Parfois il est beaucoup plus important de prendre son temps pour viser juste et loin. Atteindre un Général au loin plutôt que 100 hommes juste devant n'est il pas plus important ? "

Je lui lançais un regard malicieux, la patience et l'abnégation restant les principaux traits de cette discipline. La vitesse vient avec l'habitude et l'expérience, mais la précision doit rester maitresse. Je le regardais poser l'arc sur le sol, et reprendre une de ses armes. Le fameux tantô. Mes yeux brillèrent d'intérêt et de curiosité.

"Ho, il en vient donc le temps de mon propre entrainement."

Je regardais l'arme posée à côté de l'arc. La taille devrait être raisonnable pour une personne de ma constitution. Je n'étais pas une montagne faite pour la force brute, mais la rapidité et la précision. Un outil aussi petit me semblait adéquat. Shiraga m'invita à le prendre en main, pour essayer. J'obéissais, restant cependant pendant quelques secondes sans faire de mouvement avec. L'objet était plus léger que ce que je pensais. Doucement, je fis quelques mouvement du poignet pour tester l'équilibre.

" Comme ça ? Je n'ai jamais manié d'arme comme celle-ci, j'ai juste vu quelques gardes le faire. Mais mon souvenir est vague..."

J'avais en effet déjà vu quelques mouvements, mais je n'étais pas très précise. Je commençais à peine à faire chanter le fil de la lame dans l'air que nous fûmes interrompus. Une jeune miko d'une dizaine d'année venait d'arriver, nous regardant avec un stress évident et hésitation. Elle semblait pressée et posait sur moi un regard presque implorant.

"Satomi-san, je suis désolée mais.... Matsuko-san arrive!"

Ha... Les choses risques de se compliquer. Je hochais de la tête, la remerciant rapidement. Matsuko-san.... la miko la plus vieille et en charge de nos emplois du temps. Elle avait dû avoir vent que j'avais un "invité". Et quelque chose me disait que le fait que ce soit un Kenshu ainsi qu'un samouraï n'allait pas lui plaire du tout. Si elle voyait en plus que je m'entrainais avec lui... cela n'allait pas seulement jaser mais également m'apporter des ennuis. Cette perspective me fit sourire avec malice, mais également m'apporta une petite dose d'excitation qui n'était pas déplaisante. Pour une fois que je n'étais pas "sage", je pouvais profiter de cette expérience.

Ma prise de décision et mes actions furent très rapide. Je savais ce que je devais faire, mais fallait il que Shiraga joue le jeu. Je rangeais d'un geste rapide le tantô dans son fourreau et le rendis d'un geste vif au samouraï. Avec autant de rapidité et de légèreté que le vent, je fis de grands pas pour prendre rapidement mon arc, mon carquois et mes flèches tout en exhortant Shiraga de faire de même avec ses propres affaires. Ma voix était étrangement calme, mais le ton pressant et intimant une réaction aussi vive.

" Kuraidesu-dono, je pense qu'il va nous falloir prendre la fuite un moment. Reprenez vite vos affaires et suivez-moi ! "

D'un geste de la main, je lui fis signe de me suivre. Je regardais à droite et à gauche, essayant d'entendre au travers de la pluie les bruits de pas excédés de la Miko et son souffle rapportant les rumeurs de son indignation. Je savais où aller et par quels chemins passer. Nous marchions donc vite dans les couloirs, traversant quelques salles d'un pas rapide sous le regard étonné de certaines miko et prêtre en fonction. Il faut dire que le duo devait être assez étrange. Une miko avec tout son attirail d'entrainement à l'arc et un samouraï Kenshu qui suivait sans trop savoir où aller. Je restais alerte, exhortant mon compagnon à marcher plus vite tout en lui suggérant avec un sourire amusé la suite des opérations.

" Plus vite... J'espère que vous n'avez rien contre une balade à cheval ? "

En peu de temps en effet, nous arrivions vers la cour Est, qui rassemblait l'écurie ainsi que le début du sentier en direction des collines. Le temple vénérait le Cheval, et en tant que peuple de nomades nous avions toujours pour coutûme de garder quelques chevaux et d'en prendre soin. Les Mikos et prêtres pouvaient également s'entrainer à monter à cheval, l'art équestre restant une forme de vénération de notre kami. Pour ma part, je prenais grand plaisir à m'entrainer à l'arc à cheval et venait très souvent en ce lieu. Les palefreniers qui travaillaient ici me connaissaient, aussi n'étaient ils pas étonnés de me voir débarquer avec mon arc. En revanche, le samouraï n'était pas pour les rassurer. Je vis leur regards pleins de doutes, mais je leur souriais avec amicalité et fis comme si de rien n'était, regardant quels chevaux étaient disponibles. Il y avait un grand bai qui était harnaché et semblait prêt pour un entrainement. Avec qui ? C'était une autre question. Sans hésiter, je disais à Shiraga de prendre ce cheval qui était prêt à être monté.

"Prenez celui-ci Kuraidesu-dono."

Pour ma part, je vis un petit alezan plus nerveux et avec simplement le filet de mis. Sans hésiter je le détachais et montais prestement dessus, avec une facilité déconcertante malgré le fait d'être à crue. Je connaissais ce cheval, qui était plus nerveux mais assez intelligent pour ne pas paniquer. Il réagit vivement quand je montais sur son dos, mais à peine redressée et une pression des jambes plus tard il se calma. Je vis arriver le palefrenier en chef, qui me regardait avec étonnement et allait sans doute protester. Je ne lui laissais pas le temps de dire quoi que ce soit que je lui décochais mon plus brillant sourire et un aplomb digne d'une montagne.

"Je vais m'entrainer sur la colline pendant un moment, désolée. Ha, et ce samouraï est avec moi, pas d'inquiétude. Je te les ramène avant la fin du jour. Hya !"

Je m'étais ainsi excusée et d'une pression des jambes lançais mon cheval sur la route de la colline. Je partais au petit galop, le temps de sortir de la cour, puis laissais le cheval prendre plus d'allure en direction de la colline sous le regard médusé du palefrenier. Je jetais un regard derrière moi pour vérifier que Shiraga suivait bien, puis me laissais un peu plus aller.
Je connassais ce chemin, tout comme les chevaux. C'était plus une promenade pour les prêtres et personnes venant au temple, le chemin étant large et en partie sablé, la colline aux pentes douces alternant de petits bois humides aux prairies battues par les vents. Sentir l'effort de l'animal et la vitesse était grisant et libérateur, aussi je ne pouvais m'empêcher de sourire. Je ne craignais pas la miko Matsuko ici, elle n'était pas une cavalière. Il y avait un endroit en particulier où je voulais aller, une habitude pour mes entrainements. Je pouvais y être un minimum seule et tranquille, me permettant même de m'entrainer avec plus de sérénité. Nous galopions ainsi pendant de longues minutes, et ce n'est qu'au bout d'une dizaine de minutes que nous arrivions enfin à l'endroit que je souhaitais.

C'était un bois un peu en surplomb sur le haut d'une colline, par lequel un plus petit sentier passait. Je déviais ainsi du chemin principal pour empreinter ce petit passage. Les chevaux soufflaient, mais leur endurance et leur entrainement ne les laissaient pas diminuer le train. Au contraire, ils étaient heureux de pouvoir ainsi se délasser les jambes. Je jetais un dernier coup d'oeil derrière moi pour m'assurer que le guerrier était toujours en selle. Je lui décochais un sourire, amusée et également grisée par ces instants. Mais une fois retournée je fis un noeud à mes rênes et dégainais mon arc, sans laisser le cheval déccélérer. Nous entrions dans le bois, et pouvait ainsi commencer mon deuxième entrainement. A différents endroits du sentier et à différentes hauteurs se trouvaient des cibles en bois, accrochées sur un arbre ou suspendues entre des branches. Je tirais ainsi, l'exercice étant rendu plus difficile par le manque de stabilité sans la selle. Mais même avec le galop du cheval mes flèches partaient et visaient juste. L'exercice dura une poignée de minutes, jusqu'à ce que nous arrivions à la fin de notre destination. Je me redressais et repris les rênes pour ralentir le cheval, le faisant revenir au trot. Nous étions à présent dans une clairière, ou plutôt un espace avec beaucoup moins d'arbres et des rochers chaotiques de ça et de là. Il y avait également des cibles de ça et de là, plus ou moins vieilles. Je laissais mon petit cheval reprendre le pas, permettant ainsi au samouraï de me rejoindre. Jubilant, je ne pus m'empêcher de laisser éclater ma joie. Je souriais et riais, les joues en feu par le vent et l'exercice.


" Ha ha ha ha ! Je ne m'étais pas amusée ainsi depuis longtemps ! Je vais avoir de belles remontrances en revenant, mais cela en vaudra la peine... Tout va bien Kuraidesu-dono ? "

Je le regardais avec sincérité, m'étant exprimée avec encore moins de réserve qu'au temple. Cet endroit était un endroit où je pouvais laisser libre court au peu d'exubérance et de liberté d'esprit que j'avais en ma possession. En général j'étais moins froide et moins distante, plus "vraie" en un sens. Mais peu de personnes le savaient, car il y avait très peu de gens qui venaient avec moi en ces lieux quand je venais m'entrainer. 3 mikos tout au plus le savaient. Aussi la présence de Shiraga était une exception à la règle, qui pour l'instant ne me venait pas vraiment à l'esprit vu que j'étais plus disposée à être moi-même.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Lun 13 Nov - 8:56

Shiraga avait encore regardé la cible avec circonspection. Dans un sens, elle n'avait pas tort. Prendre son temps pour viser une cible importante méritait qu'on y attache un instant de plus, pour être sûr que la flèche parte convenablement et fasse mouche. L'exemple du général derrière sa ligne de cent homme avait de quoi donner raison pour la jeune Miko. Puis vint le moment de passer à son entraînement, avec la courte lame.

Il avait posé son arc et le carquois, pendant que la jeune femme avait saisi l'arme, il l'observa faire ses premiers gestes. Il était normal de découvrir son maniement en tâtonnant dans les gestes. Shiraga voyait qu'elle essayait de reproduire quelques mouvements qu'elle avait dû observer chez des gardes du coin. Au moins, était-elle souple dans ses tentatives. Quand elle aura appris les gestes, appris à parer et à attaquer.... Shiraga se demandait si les cibles pour le tir à l'arc pourront servir quand soudain, une jeune enfant, elle aussi miko vu sa tenue, vint toute penaude. A l'entendre, cela parut quelque chose de catastrophique. Et cela le fut quand Satomi changea totalement de comportement.

Shiraga comprit qu'elle allait au devant de grands ennuis si on la surprenait en sa compagnie. Sans se faire prier, il attrapa à la volée son tantô rangé dans son fourreau, attrapa ses effets qu'il remit sur lui avec des gestes sûrs et rapides. Il pourrait simplement prendre congé de la jeune prêtresse pour ne pas lui attirer plus d'ennui que cela, mais il se trouvait au sein même du Temple, dans une partie dans laquelle il n'était sans doute pas censé se trouver. Donc autant la suivre. Et durant leur petite fuite, il se sentait pris à défaut. Ce n'était pas vraiment un acte digne d'un samouraï de se comporter de la sorte.... Pourtant, il ne put s'empêcher d'avoir un petit rictus amusé.... Comme autrefois, quand il se faufilait dans les riches demeures très peu surveillées.

La suite aurait pu être intéressante quand il fut question de partir à cheval. Shiraga avait gardé le silence, mais avait retenu un haussement de sourcil. Monter à cheval ? S'il n'avait pas le choix. Il y avait bien longtemps qu'il n'était pas monté sur le dos d'une de ces bêtes, préférant marcher ou courir. Mais s'il n'y avait pas le choix.... Et tout se passa comme s'ils étaient en mode fugitifs. La prêtresse s'amusait, cela se voyait à son sourire et une fois dans les écuries, l'homme regardait avec circonspection le cheval sellé. Le bai avait les oreilles dressés dans sa direction. SAtomina joua de son autorité pour prendre un cheval non selle et rapidement expliquer l'affaire aux malheureux palefreniers. Puis elle monta sur son cheval et sortit, lançant déjà sa monture au petit galop.

Shiraga avait réussi à se hisser sur la selle et même s'il serrait les dents, à se retrouver sur le haut d'un équidé, il sut retrouver quelques marques et serra les jambes. Sa monture ne se fit pas prier et suivit le sillage du cheval de la miko. Il avait bien senti qu'il avait un cavalier peu sûr de ses gestes sur lui. Et une fois hors de la cour, le bai se mit à accélérer, passant d'un petit trop lourd à un galop plus rythmé et plus rapide. Shiraga manqua de glisser de sa selle devant le changement d'allure et se retint comme il put à la crinière de son cheval, tout en maugréant.

Il sut rattraper la miko, parce que son cheval avait veillé à ne pas se laisser distancer par le petit alezan. Et là, dans cette nature, il se surprit à apprécier ce genre de fuite. Ce n'était pas si désagréable après tout, si on omettait son côté tendu et serré sur sa selle. On voyait bien qu'il n'était pas vraiment à l'aise, même s'il avait déjà monté des chevaux. Puis, il regarda la jeune femme prendre ses aises et se préparer à tirer des cibles qui se rapprochaient pendant qu'ils avançaient en chemin. Voir qu'elle était entièrement à l'aise sur sa monture avait de quoi rendre jaloux bien des cavaliers. Shiraga contempla chacun de ses tirs. Si elle n'avait pas été Miko, elle aurait fait une redoutable archère à cheval.

Ils arrivèrent dans une clairière et l'allure se ralentit. Shiraga n'eut guère besoin de tirer sur les rênes pour ordonner quoique ce soit à sa monture. Il se mit non loin de la jeune femme, qui était toute heureuse et exprimait sa joie de vivre.

''Hum, cela ne m'enchante guère, que vous soyez enguirlander. Mais en effet, cela en valait la peine. Cela m'a rappelé quelques actions de ma petite jeunesse. Si je m'étais attendu à ce que la journée soit aussi mouvementé, j'aurai pris de quoi nous rassasier le temps d'une courte pause. En tout cas, je vois que vous maîtrisez l'art de l'arc. C'était époustouflant. Si vous vous faîtes attaquer, vous avez de quoi vous défendre, même sur le dos d'un cheval. Hum... Quand à moi, je crois que je vais ressentir de la souffrance à mon fessier. Cela fait longtemps que je n'avais pas monté à cheval. Mais on retrouve vite ses marques...''

Qui disait bois et clairière disait animaux. Un petit cervidé, en sortant d'un petit bosquet, n'avait pas senti ni vu les chevaux et leurs cavaliers. A les voir, il se figea, avant de bondir dans le couvert des bois. Le geste vif surprit le bai de Shiraga, qui fit un bond et bondit en avant, prenant le galop d'emblée.

L'humain manqua de tomber, mais sut se retenir, et tira sur les rênes tout en jurant. Mais sa monture ne l'entendait pas de cette oreille, pris de panique. Le bai approcha d'un tout petit tronc à terre, qu'il jugea bon de sauter comme si c'était un gros obstacle. Le samouraï anticipa mal le saut de l'animal et malheureusement pour lui, une branche fut sur le passage, le frappant à la tête. Shiraga eut juste le temps de la voir arriver sur lui, d'écarquiller les yeux, de sentir le frappé végétal et le voile blanc qui découla instantanément du choc. Puis ce fut le noir.

Satomi aura le temps de voir la scène, de voir un guerrier se manger une branche en pleine trogne et de tomber à plat dos sur le sol feuillu, totalement inerte.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 75
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Dim 19 Nov - 17:06

Les éloges du samouraï me firent plaisir, tout comme son allure un peu essouflée et échevelée qui me faisait sourire. Je flattais l'encolure de mon cheval, qui reprenait peu à peu son calme.

"Je pratique l'équitation depuis toute petite. Ici, le cheval est presque sacré, et savoir monter à cheval est essentiel. Le comprendre est également se rapprocher de Kazegami et de son esprit de liberté."

Mais soudain, le cheval de Shiraga s'emballa, et je le vis partir pour qu'ensuite l'homme se prenne une branche et tombe à terre. Je retenais un rire, mais cessais immédiatement en voyant qu'il ne se relevait pas et restait immobile. Devenant soudainement blême, je descendis de cheval en un éclair.

" Ha! Kuraidesu-dono !"

Je venais vers lui, m'agenouillant à côté de lui. Il avait les yeux fermés, et un léger filet de sang coulait sur le côté de sa tête. JE lui rpenais les épaules, le secouant un coup.

" Vous allez bien ? Kuraidesu-dono...."

Il ne bougeait pas. Paniquée, je posais mes doigts sur son cou pour sentir son pouls. Il y en avait un, mais il était très faible. Par les Kamis, qu'avais je fait ?! Sur un coup de tête, mettre ainsi en danger un invité du temple... Je ne savais pas vraiment quoi faire. Je le secouais de nouveau, plus fort, espérant que cela suffirait.

" Allez, réveillez vous, ce n'est pas le moment."

Je regardais à droite et à gauche, mais bien entendu il n'y avait personne. C'était normal, aussi loin dans les bois... Quelle stupide idée de ma part! Bon, il faut réfléchir... En premier, le dégager du chemin. Même s'il n'y avait personne, il était en plein milieu et pourrait se faire écraser par quelqu'un qui monte la petite colline au galop et qui ne le verrait pas. Je pris donc en main la tâche de le déplacer. Je le prenais par ses épaules, m'accrochant à ses habits pour le tirer. Une.. deux... Je tirais, mais il bougeait à peine. Mince, mais c'était un boeuf ou quoi ?

"Uuuurgh... Par Kazegami, vous pesez votre poids ! "

J'utilisais toutes mes forces, et mis quelques minutes avant d'avoir pur le déplacer... sur juste 1m50 sur le côté.Bon... on va dire que c'est déjà ça, non ?
Je m'agenouillais de nouveau à côté de lui, sentant de nouveau son pouls et vérifiant sa respiration. Tout était lent, c'était étrange... En temps normal, je serais mal à l'aise d'être aussi proche et de toucher un homme. Mais comme pour l'entrainement à l'arc, ici l'urgence de la situation me faisait oublier les convenances. Penchée au dessus de lui, je touchais son visage et donnait de petites tapes dessus.


" Kuraidesu-dono, réveillez vous ! "

De moins en moins patiente, je finis par donner de vraies gifles. Parfois,
ça marche non ?


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 185
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga) Mar 21 Nov - 11:37

Quand on percute une branche qui vous fait plonger dans les ténèbres de l'inconscience, il ne faut pas s'attendre à être capable de répondre quand on vient à vous secouer du mieux qu'on peut pour se rassurer que la mort n'est pas encore venue faire son office. Dans cet univers d'obscurité, on n'entend rien, on ne voit rien.... Presque aucune sensation ne vient stimuler l'esprit. C'était comme si on était retourné au néant, comme si on n'était plus rien... Mais pour se rassurer, ce n'était que temporaire. Seul l'esprit s'était perdu, pas le reste du corps. Le corps vivait, respirait. Mais visiblement, ce n'était pas suffisamment au goût de la malheureuse Miko

La jeune femme avait tenté au début de le secouer, pour s'assurer qu'il vivait bien. Oh il respirait, signe qu'il n'avait pas expiré son dernier soupir, mais tant qu'il n'aurait pas repris conscience, elle demeurait inquiète à son sujet. Elle avait réussi à le traîner un peu plus loin que son lieu de chute, mais vu qu'il était d'une masse conséquente pour une jeune femme frêle comme Noraneko. D'ailleurs, elle en avait maugréé. Et comme elle était toujours inquiète de pas voir le guerrier revenir à lui, elle décida d'user de moyens un peu plus... giflants.

Au début, Shiraga ne sentit rien, mais à force et avec le temps qui s'écoulait, en plus de recevoir des gifles plus fortes, il finit par revenir à lui. Mais quand on sort de l'inconscience quand on est un guerrier comme lui, qu'on subit une forme d'agression physique sans savoir pourquoi, on laisse l’instinct parler. Il ouvrit les yeux, mais ce fut pour aussitôt se défendre contre des mains dans un champ de vision brumeux. Il attrapa fortement les poignets qui menaçaient de lui offrir une nouvelle série de gifles et il roula sur le côté non sans brutalité, emportant sa prise agressive dans le mouvement, pour presque se retrouver au-dessus d'elle. Le temps de comprendre qui l'attaquait, sa vision retrouva sa clarté.

''Noraneko-san ? ''

Il grimaça sous l'élan de la douleur qu'avait provoqué la branche et comprenant qu'il avait réagi avec brutalité, il libéra les poignets de la malheureuse et se retrouva assis maladroitement à côté d'elle, un peu hébété comme honteux. Et il avait été sur elle. Il avait de quoi rougir devant pareille attitude.


''Je.... Pardonnez moi. Je pensais que.... J'espère que je ne vous ai pas trop fait mal. ''

Et tout cela à cause d'un maudit canasson qui s'était emballé d'un rien. Il porta sa main à sa tête douloureuse, se rappelant d'avoir vu une grosse branche se précipiter à sa rencontre. Puis, cela avait été le noir totale. Il regarda le bout de ses doigts. Il saignait.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga)

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Passeur de Pèlerin (PV Kuraidesu Shiraga)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le guide du pèlerin de SJDC
» Question d'équipement : une forteresse sur le passeur !
» [BOURUSSIA DORTMUND] Classement passeur
» [Entrée Nord] Du combat, seuls les lâches s'écartent
» [Armada] Pirate Pulu Pulu Korp


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..