AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un marché (Pv Kyoaku)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hisawara Kiyosuke

avatar

Taisa

Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2017

MessageSujet: Un marché (Pv Kyoaku) Jeu 3 Aoû - 17:44

5 ème jour de la lune du singe

Aujourd'hui la demeure de Kiyosuke à Raimei devait recevoir une grosse livraison de victuailles qui seraient utilisés pour de futurs banquets. Notre taisa qui n'était pas un grand amateur de ce genre d’événements avait néanmoins prévu d'en faire quelques uns pour plusieurs raisons. Mais pas vraiment des banquets très joyeux, ce serait plus le genre de ceux qui auraient pour but d'honorer les kamis et souhaiter que les victimes de l'endormissement qui frappait actuellement la moitié de la population s'en remettent. Endormissement dont étaient victimes son père et sa mère à l'heure actuelle…

Ainsi il n'avait pas spécialement l'esprit à la fête en ce jour et ces derniers temps il était fort occupé à gérer beaucoup de choses. Que ce soit le fait de protéger la province en pleine reconstruction suite aux violentes attaques des kitsunes, mais aussi l'aide qu'il fallait apporter aux gens endormis ne serait-ce que pour que leur dépouilles inertes ne traînent pas trop longtemps pas dans la rue. Ce serait après tout infernal si les endormis étaient abandonnés dehors, car ils seraient ainsi des proies parfaites pour tout les prédateurs humains ou non de passages et gêneraient plus la circulation qu'autre chose.

Et amèrement, il se disait que c'était un sacré coup du sort qu'ainsi la moitié de la population du clan soit touchée par cette catastrophe. Il était même prompt à se demander comment les victimes de ce sommeil surnaturel étaient choisies, mais bon pour le moment il était bien difficiles d'avoir des réponses.

Et de toute manière, alors qu'il réfléchissait à cela alors qu'il s'entraînait dans la cour de sa demeure, lors de l'un des quelques moments de libres qu'il avait ces temps-ci. On vint le prévenir que le marchand qui apportait les victuailles était arrivées. Normalement, la tâche de recevoir ce dernier et de discuter avec lui aurait dû être légué à un serviteur ou un kuge, mais Kiyosuke décida de lui-même s'en charger et demanda à ce qu'on lui amène cet homme. Pourquoi ? Peut-être pour avoir autre chose à penser, ou bien parce qu'il tenait à s'occuper de cela lui-même, surtout que l'intendant de la demeure était lui aussi victime du sommeil surnaturel actuellement....

Ainsi, après qu'il ait ordonné à ce que lui amène cet homme, le taisa attendit simplement que celui-ci arrive en poursuivant son entraînement au maniement du banakô. Et quand il entendit les bruits de pas signifiant que l'autre était enfin arrivé en compagnie d'un des gardes de le demeure, Kiyosuke stoppa cet entraînement et congédia son garde avant de s'avancer vers le marchand et de…

Regarder ce dernier avec gravité et attendre silencieusement que celui-ci parle en premier. Pourquoi ? Kiyosuke voulait constater si l'autre avait du cran et à quel point il serait intimidé ou non par sa personne. Non pas par envie de s'enorgueillir de ce fait, mais pour estimer si son vis à vis était du genre à avoir de l'assurance en face de n'importe qui. Pour ainsi avoir déjà une première idée de l'homme à qui il avait affaire.

Et sinon, il pouvait déjà constater que son vis à vis ne semblait pas spécialement être une force de la nature, car il avait une carrure de marchand dans les faits. Il n'avait pas non plus l'air faible par contre, mais plus du genre résistant et agile qu'une montagne de muscles comme le taisa. Il avait d’ailleurs l'air d'avoir les cheveux teintés et d'être le genre d'homme qui attirait aisément les dames. Son regard doré interloqua d'ailleurs un peu le taisa même si ce dernier n'en montra rien, ce n'était pas le genre d'excentricité qu'il avait déjà vu auparavant après tout. Néanmoins, Kiyosuke ne s'attarda pas tant que cela sur ces détails physiques même si le constat que l'autre était un bel homme s'imposait, après tout le samouraï se préoccupait surtout de ce qu'il y aurait dans la tête de cet homme. Cela et aussi parce qu'il ne se pensait pas assez bon analyste pour s'amuser à décrypter la caractère de quelqu'un par sa simple apparence.

Quant à Kiyosuke lui-même, si le marchand prenait un peu la peine de le détailler. Outre sa grande taille et sa carrure très épaisse, le taisa était comme toujours lorsqu'il était en public, engoncé dans sa lourde armure de la tête au pied. Une armure qui ne laissa pas un centimètre de sa peau apparent, seuls ses yeux étaient visibles à travers les trous dans son casque et encore, ces derniers étaient difficilement discernables. Il semblait d'ailleurs presque porter sa lourde armure avec l'aisance de quelqu'un qui porte de simples vêtements ou une armure légère, comme si cela ne le gênait pas vraiment. Peut-être était-ce pour cela qu'on le surnommait l'armure vivante ? Parce que son armure donnait presque l'impression d'être une partie de lui quand on le voyait plus que quelque chose qu'il portait sur lui. Ou bien c'était juste parce qu'il la portait toujours en public et que cette excentricité s'était vite remarquée. Enfin, si le marchand ne savait guère cela, il s'étonnerait probablement de rencontrer le taisa équipé comme s'il se préparait à aller à la guerre dans l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoaku

avatar

Civil

Messages : 20
Date d'inscription : 19/02/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Marchand/Pirate
Liens:

MessageSujet: Re: Un marché (Pv Kyoaku) Dim 13 Aoû - 9:09

Panique et carnage. Voilà ce que j’avais vécu la semaine dernière en mer. Occupé à piller quelques navires avec des camarades de longue date, faute de mieux, nous avions tous été surpris par l’incroyable lumière d’un soleil inconnu. Puis, plus rien. L’équipage entier s’était endormi d’un coup, me laissant mener la barque seul pendant plusieurs minutes. Deux marins éveillés étaient sortis de leur cachette pour m’offrir leur aide, malgré la terreur qu’ils avaient ressentis tout du long. Mais tenir un grand bateau à trois ne suffit pas et nous avions coulé, victimes de vagues violentes... en plein milieu de nulle part.

Nous n’avions pas pu sauver tout le monde, les corps endormis furent avalés par les flots agités. Les inanimés que nous avions réussi à tirer en nageant sur la berge étendue de la Capitale respiraient faiblement. Épuisés mais solidaires, nous les avions trainés jusqu’au centre de Geki où les généreuses Miko d’un tout petit Temple acceptèrent de leur venir en aide. Après deux jours et deux nuits passés là-bas, c’est la faim qui me poussa à motiver les deux matelots à me suivre pour une mission officielle.

Déambulant à Raimei par la suite, mes oreilles avaient surpris une conversation à l’intérieur d’une demeure renommée, pendant une sieste non loin de cette dernière. Hisawara Kiyosuke, Taisa Kenshu, souhait rendre hommage aux Kamis et offrir un espace de recueillement à ceux qui en auraient besoin. C’est peu après ma sortie du Temple que j’avais compris l’ampleur du désastre ; mon équipage n’était pas le seul à avoir subi le fléau du sommeil, au contraire... et personne n’avait encore ouvert les yeux. Pire, des attaques Yokaï avaient fait des victimes çà et là et jamais le Clan Électrique n’avait connu pareille menace.

J’avais mis du temps à sauter sur l’occasion d’une telle livraison. Elle me rapporterait, c’est certain. Et mon estomac criait famine, le Temple minuscule n’ayant pas eu les moyens de nourrir trois gaillards adultes en plus des religieux et des endormis. Mais qui étais-je pour profiter ainsi de la générosité d’un soldat désireux d’aider son prochain ? Kyoaku, évidemment… Le doute s’était installé une fraction de seconde seulement. Une telle opportunité ne se refusait à aucune occasion. En plus, ça me permettrait de reprendre immédiatement la mer, histoire de ne pas garder de traumatisme lié à ce pitoyable naufrage.

Oui, parce qu’être moi-même et aimer la fraude ou mon métier ne m’empêche pas d’être humain. Je leur cachais mes cauchemars, tout le long du voyage, attentif à la moindre petite secousse anormale. Jamais je n’avais vécu une telle catastrophe, affronté une perte d’hommes aussi importante... J’aurais leur mort à tous sur la conscience, le deuil de familles entières en mémoire pour longtemps. Mais je n’avais rien partagé avec personne. Alors un banquet pour honorer les Kami... j’avais doucement ri en entendant ça.

La faim m’avait finalement poussé à aller chercher les meilleurs produits que je puisse trouver chez le meilleur fournisseur du long de la côte. Même en temps de grande crise, les riches aimaient bien manger.

***

Je sais me conduire en société. Pour l’occasion, j’ai même emprunté un kimono de moyenne facture pour prendre un peu soin de mon apparence. Les Intendants ne sont pas à traiter comme de simples marchands ou comme la racaille des bas-fonds, ils sont le lien direct avec les familles réputées. Et il y avait bien longtemps que je n’avais pas vendu à des personnes « de la haute ». Je suis pourtant loin d’être anxieux. Je sais ce que je fais, ce que je propose et je sais aussi qu’on me testera. Clients fidèles par la suite ou non, tout dépend de moi à l’instant, déjà, où je me présente devant cette magnifique porte.

On m’accompagne avec courtoisie vers la personne qui me demande l’abondance de nourriture laissé à l’entrée. Et quelle n’est pas ma surprise lorsque je vois qu’il ne s’agit pas du tout d’un Intendant mais d’un Samouraï... le Taisa lui-même, d’après mon accompagnant. Au moment où ce dernier est congédié, je perds peu de temps et baisse la tête, m’inclinant à angle droit. Croiser son regard aurait été une offense, je ne suis même pas sensé lui parler s’il ne m’en donne pas l’autorisation. J’ai pourtant eu le temps de constater cette autre originalité, non de coutume mais physique.

En plus d’être un géant, il paraît encore plus massif ainsi équipé d’une armure lourde. J’avais déjà rencontré des Samouraï mais, à part à l’extérieur, il était rare qu’ils gardent leur accoutrement de guerre. Celui-ci est encore particulier puisque que je n’ai eu le temps de distinguer aucune partie de sa peau, de son visage. Même ses yeux semblaient cachés derrière son masque. Ma curiosité me pousserait normalement à le détailler un peu plus, intéressé de savoir quel commandant il peut être. Mais je reste à ma place pour l’instant, esquissant un discret sourire en observant ses pieds, qui ne semblent pas porter le poids important qu’ils soulèvent.

Un silence s’installe et je ne me redresse pas, désireux de respecter le soldat qui me reçoit en personne. Mai rapidement, je me demande combien de temps durera l’histoire... mon estomac me hurlant de récupérer cet argent et d’aller apprécier une cuisine délicieuse et riche. Ravalant ma salive, toujours sans poser mon regard sur cet homme, j’ose une question, dans les règles de l’art, en espérant qu’il ne tiendra pas rigueur de mon impolitesse.

- Hajimemashite, Hisawara-Taisa. Mon nom est Kyoaku et c’est un honneur pour moi de faire face à un guerrier de renom. Oserais-je cependant demander si l'Intendant de la maisonnée est disponible, pour traiter des conditions de ma livraison ? Je ne voudrais pas offenser votre position, ni ternir la réputation qui vous précède, en échangeant avec vous sur les termes du contrat.

Ça passe ou ça casse. Mais tout mon corps - particulièrement mon dos - espère ressortir d’ici vivant pour un regain d’énergie bien mérité.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Kiyosuke

avatar

Taisa

Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2017

MessageSujet: Re: Un marché (Pv Kyoaku) Dim 13 Aoû - 15:05

Son vis à vis portait un kimono de facture acceptable, mais soyons sincère Kiyosuke n'en avait au fond pas grand-chose à faire tant que le marchand ne portait pas des loques de mendiant. Il avait après tout pas que ça à faire que de s'inquiéter longuement de l'apparence de ceux qui venaient le voir, du moins tant qu'ils étaient un minimum présentable. On était peut-être à Kenshu et lui n'était peut-être pas très pointilleux, mais l'on était pas non plus dans une porcherie après tout…

Par contre, ce n'était pas la faute du marchand et cela il le savait fort bien, mais ça l'agaçait toujours un petit peu de voir les gens s'incliner aussi bassement devant lui. Certes, cela lui était dû pour son rang de samouraï et surtout de taisa, mais il avait l'impression comme toujours d'une douce hypocrisie polie en voyant ceci. Une politesse et un respect qui lui étaient instantanément donné, du moins simulé pour son rang et non pour qui il était vraiment. Mais soit, il n'était pas là pour se compliquer la vie et au moins il n'avait pas affaire à une forte tête ayant oubliée les convenances.

Et dans les faits c'est non sans une certaine curiosité que le taisa constata le temps que mit le marchand à prendre la parole. Oh bien entendu les convenances auraient voulu que ce soit le samouraï qui lui donne l'autorisation et celui-ci l'aurait sans doute fait après avoir encore un peu fait durer la chose, mais finalement le civil avait décidé d'ouvrir la conversation et étrangement Kiyosuke ne trouvait pas cela désagréable.

« Hajimesashite Kyoaku, l'intendant a sombré dans le sommeil comme beaucoup de monde et je n'ai pas encore pris le temps de le faire remplacer, alors en attendant c'est moi qui vais m'occuper de cette histoire. » Répondit donc le taisa de sa voix grave et surtout particulièrement, étrangement rauque, même en sachant qu'elle était déformée par le casque qu'il portait. Il annonçait ainsi au marchand que c'était à lui qu'il aurait affaire, avec toutes les contraintes que ça impliquait bien entendu de faire commerce avec un samouraï. Néanmoins, Kiyosuke s'il ne s'abaisserait pas à négocier longuement un prix car il en allait de son honneur, il ne comptait pas non plus doubler le marchand. Bien entendu cela il ne le précisa pas pour l'instant, après tout on ne savait jamais avec les commerçants et puis il voulait voir comment cette perspective affecterait son vis à vis…

« Redresse toi et suis moi. Nous allons discuter de tout ceci autour de quelques tasses de thé. » Ajouta ensuite le taisa avec sérieux en invitant le civil à le suivre à l'intérieur. Ils arrivèrent ainsi rapidement à un salon ou deux tasses de thé les attendaient sur une table basse et où le taisa alla s'asseoir de façon convenable avant d'inviter le marchand à faire de même. Ceci fait, le colonel reprit en regardant calmement son vis à vis.

« As t-il était aisé pour toi d'entrer en possession des marchandises que tu viens me livrer, mais surtout de les apporter ? Trouves tu que la sécurité sur les routes est mieux assurée qu'il y a quelques mois ? » Pourquoi demandait-il cela ? Probablement car en tant que taisa il ne manquait pas de vouloir s'informer sur la sécurité des routes de la province qu'il est censé protéger. Sur ce il ajouta en détaillant son vis à vis du regard. « Détend toi, je suis bushi et taisa qui plus est, mais tant que tu respecte un minimum les convenances je n'ai rien à te reprocher. » Pourquoi disait-il cela ? Probablement pour simplifier la situation car il n'aimait pas compliquer les choses et sur ce il conclut avec sérieux. « Parle moi donc de la nature des victuailles que tu viens m'apporter. »

Le marchand avait d'ailleurs dû remarquer quelque chose depuis le début de cet échange, le taisa le tutoyait. Chose impensable inversement bien entendu étant donné qu'on ne tutoyait pas un supérieur hiérarchique sauf si celui-ci vous y autorisait, mais c'était une particularité curieuse tout de même qu'il s'amuse ainsi à tutoyer un marchand qu'il venait de rencontrer. Qu'est-ce que cela voulait dire ?  Difficile de l'estimer, surtout sans le connaître, au marchand d'estimer la signification de ceci de ce fait, du moins s'il avait envie d'y réfléchir et non pas juste de faire avec sans se poser de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un marché (Pv Kyoaku)

Revenir en haut Aller en bas
 

Un marché (Pv Kyoaku)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]
» TOR mets sur le marché :
» Etude de marché pour une boutique à thème médiéval
» Le marché multi epoque de brouages 2012
» Ouverture du marché de Cabestan


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..