AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hisawara Kiyosuke

avatar

Taisa

Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2017

MessageSujet: Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto) Dim 6 Aoû - 19:32

Début de la Lune du Mouton en l’an 39 sur les côtes Nord de la province de Raimei

Ces derniers temps, un modeste village de pêcheur situé au nord de la province de Raimei avait eut à souffrir plusieurs disparitions. La résolution d'un tel problème, le taisa aurait probablement pu la déléguée à un de ses taii. Ou alors il aurait pu juste platement ignorer tout ceci jusqu'à ce que ça s'arrange tout seul, ou s'aggrave s'il était du genre irresponsable. Néanmoins, tel n'était pas Kiyosuke de un et de deux celui-ci s'était dit qu'une petite mission sur le terrain ne lui ferait pas de mal, notamment car ça lui permettrait de ne pas rouiller. Cela, mais aussi de ne pas oublier en quoi consistait le travail de ses subordonnés, après tout il considérait qu'un homme qui commandait devait quand même un minimum s'y connaître quant à la nature de la tâche de ceux qui lui obéissent.

Ainsi, il avait décidé de se rendre avec quelques-uns de ses hommes à ce village pour enquêter directement là où avaient eu lieu les disparitions et mettre la main sur les responsables de ces dernières, si possible avant que ça ne s'aggrave… Kiyosuke tenait après tout à ce que sa province se porte bien et continue à prospérer, ce qui bien entendu incluait un minimum de répression envers les fauteurs de troubles de tout type. Et cela tombait bien, au fond il était probablement plus doué en répression qu'en diplomatie pure et dure...

C'est ainsi qu'il se retrouva avec quelques guerriers sous ses ordres dans ce village de pêcheur certes modeste, mais aussi assez prospère. Une fois arrivé là-bas, il ne manqua pas bien entendu de demander à quelques serfs habitant par ici où se trouvait la demeure de la dernière personne disparue. Ce qui ne prit guère longtemps. Il apprit donc assez vite que la dernière personne ayant disparue était un vieux pêcheur qui vivait un peu à l'écart de ce village... Il se rendit donc à la demeure modeste de ce dernier et une fois en vue de celle-ci, il ordonna rapidement à ses hommes de surveiller les alentours et de se tenir prêt au cas où il trouvait le coupable dans le logis et que celui-ci essayait de s'enfuir. Une fois cela fait, ne restait plus qu'à entrer dans la cabane pour sa part...

Dans les faits, ce n'était pas forcément très prudent d'ainsi y aller seul comme il le fit, mais il se pensait quand même d'un autre calibre qu'un simple serf. Il entra donc sans faire trop de bruits dans la modeste cabane et surprise ! Il tomba rapidement sur une sorte de jeunot aux airs fragiles... Qu'est-ce qu'il fichait là celui la ? Était-ce un suspect potentiel ? Kiyosuke se dit que non au vu de la carrure de l'autre, de sa jeunesse apparente et de ses vêtements de religieux… Un serviteur des kamis ? Intéressant pensa t-il, il ferait bien en tout cas d'avoir une petite conversation avec lui au sujet de sa présence en ces lieux... Il réfléchit donc l'espace de trois secondes à comment attirer son attention.

Car Kiyosuke se dit que même s'il serait amusant l'espace de quelques instants de faire sursauter l'autre en faisant résonner sa voix forte et rauque, au final ce serait juste puéril et n'apporterait rien de concret. Le taisa se contenta donc de donner quelques coups sec d'une de ses mains gantées sur un mur situé à côté de lui pour attirer l'attention du jeune homme se tenant non loin. Tout cela pendant que pour sa part le samouraï qui transportait son kanabô sur son dos et qui avait déjà l'air assez intimidant comme ça sans en rajouter se contenta d'attendre que l'autre lui consacre son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Yuto

avatar

Onmyôji

Messages : 38
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Re: Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto) Mer 9 Aoû - 17:18

Voilà quelques semaines qu’il avait quitté les siens, trainant remords, regrets et colères dans sa besace en plus de son matériel d’onmyoji et des quelques vivres qu’il avait emporté sur les conseils avisés de sa cousine et de son grand-père. Si il était trop sage pour ne pas faire le tour des temples en rendant service au nécessiteux comme le réclamait la règle, il était aussi trop content d’être enfin libre pour ne pas en profiter un peu ! Alors, entre l’émerveillement devant ces routes à perte de vue qu’il pouvait arpenter à sa guise et l’horreur qu’il ressentait parfois en posant les yeux sur ce que le monde avait de pire à offrir, il dirigea ses pas vers un de ses nombreux rêves inassouvis : la côte. Cette frontière où la terre s’arrête, cette entendue d’eau salée infinie et mystérieuse, ce territoire des pêcheurs aguerris, ces dizaines de créatures fantasmagoriques. Il avait lu des histoires extraordinaires sur l’océan, et elles le fascinaient, il voulait voir cela de ses yeux.

En chemin, trop occupé à être heureux de ce qu’il découvrait, il détourna les yeux de la misère qu’il rencontrait, sans pour autant l’ignorer, car il fit ce qu’on attendait d’un religieux dans ces cas-là. Tachant de se montrer mâture, digne de son nom, le jeune homme marcha gaiment vers son objectif bien à lui, parfois seul, parfois accompagné de marchands auprès desquels il s’abreuvait de toujours plus d’histoires susceptibles de le faire rêver sur les merveilles que le monde avait à offrir.

Finalement, il parvient sur la côte tant espérée, tant fantasmée, et c’était encore mieux que ce qu’il avait imaginé. Le sable éclatant, doux, les rochers grouillants de vie, les embruns salés, l’odeur des algues, le délicat murmure des vagues semblant l’appeler, lui promettre mille merveilles. Le jeune homme, plus que ravi, s’imprégna de tout ceci lors d’interminables balades le long de la plage. Bravant même les pluies de l’automne qui donnaient à l’ensemble un côté plus fantastique encore. Il suivait le va-et-vient des pêcheurs, les regardant partir avec appréhension au petit jour et les admirant revenir avec impatience. Chaque fois, il regardait avec eux le contenu de leurs filets, découvrant toujours plus de ce que l’océan avait à offrir de merveilles. Curieux de tout, il posait des tas de questions le jour, auxquelles les habitants répondaient avec amusement, la nuit, il restait jusque tard dans les tavernes à écouter les histoires fantasmagoriques des vieux marins.

Ainsi, après quelques jours, la routine s’était doucement installée, les habitants commençant à s’habituer à la présence du jeune onmyoji portant le nom des Abe no. Puis, un matin, le malheur frappa, le vieux Tadachima n’était plus chez lui, mais son bateau était toujours à quais. On attendit quand même deux jours, mais les habitants avaient peu d’espoir de le revoir : c’était le cinquième à disparaître ainsi, sans explication, en moins de deux mois. Yuto vit là une parfaite occasion de rendre un peu à ses gens leur hospitalité et l’accueil qu’ils lui avaient réservé. Au matin orageux du troisième jour, il partit donc en direction de la maison du vieil homme, un peu à l’écart du village. Kimono sombre, chapeau de voyage, besace, shakujo et chapelet furent les seuls équipements du jeune un peu stressé de ce qu’il pourrait bien trouver dans cette maison.

Il était donc en train d’examiner la modeste demeure en espérant y trouver quelque chose, sceau en main, au cas où, on n’était jamais trop prudent. Quand soudain quelques coups secs se firent entendre derrière lui et le jeune onmyoji sursauta violemment, se tournant d’un bloque pour découvrir ce que son esprit interpréta immédiatement comme étant un horrible oni ! Il était immense, avec la peau sombre et le visage effrayant, trimbalant un énorme Kanabô bardé de pics dans son dos. Yuto émit un cri de peur et lança son sceau de purification, réfléchissant déjà à une prière pouvant le sortir de ce pétrin ! Mais arrivé sur le torse du supposé yokai, le sceau crépita, émettant de tout petits éclairs avant de tomber, voletant mollement jusqu’au sol pour ensuite se désagréger en cendres.

Effaré, Yuto regarda la scène avec une terreur grandissante. Non ! Comment était-ce possible ? Le sceau n’était pas très puissant certes, mais il aurait dû pouvoir au moins ralentir un peu le yokai ! Alors, un sifflement rieur se fit entendre dans son esprit et le jeune onmyoji fustigea mentalement son gardien.

"Arrête de rire Ketsu ! On est mal là ! Tu ne m’as même pas prévenu qu’il arrivait ! Comment je sors de là sans me faire dévorer !"

"Allons, allons, bocchan, calme ton émoi et regarde donc ta peur en face." Siffla doucement le serpent gardien.

Baissant un peu son shakujo qu’il brandissait comme arme, Yuto prit sur lui pour suivre les conseils de son compagnon d’âme. Quelle ne fut pas sa surprise en s’apercevant que cette peau sombre était faite de plaque de métal et que le visage terrifiant n’était rien d’autre qu’un masque. Un samouraï en armure ! Ce n’était pas un oni qu’il avait face à lui, juste un homme d’une stature impressionnante et entièrement couvert d’une lourde armure ! Aussitôt qu’il le comprit, Yuto s’inclina très bas, se confondant en excuses.

"Pardonnez-moi, samouraï-dono. Vous m’avez surpris ! Je suis vraiment désolé ! Je vous ai pris pour un yokai avec le masque et tout… Excusez-moi ! Si je peux faire quoi que ce soit pour réparer mon erreur, je vous en prie, faites-le-moi savoir."


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Mes yeux dans les tiens


Crows Country
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Kiyosuke

avatar

Taisa

Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2017

MessageSujet: Re: Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto) Mer 9 Aoû - 17:46

La réaction du gamin fut soudaine et probablement autant dictée par une peur soudaine que la surprise. Que ce soit le cri qu'il émit ou bien le sceau qu'il lança rapidement sur Kiyosuke. Celui-ci n'étant pas un yokaï heureusement, il s'avéra que l'effet du dit sceau fut très discutable, ou bien c'était juste le sceau qui était d'une qualité peu appréciable… Le samouraï regarda donc courtement celui-ci tomber par terre et disparaître, puis il reporta son attention sur le jeune religieux en attendant silencieusement que celui-ci se calme un minimum.

Certes, le samouraï pourrait dire quelque chose pour essayer de l'apaiser, mais il risquait surtout d'aggraver la frayeur du religieux avec sa voix grave et rauque. Il se contenta donc d'attendre que l'autre se reprenne de lui-même en voyant qu'il n'était pas en train de lui sauter dessus pour lui faire quoi que ce soit de douloureux…

Et finalement, il semblerait que ça ait été la bonne attitude à avoir, car le prêtre finit par se calmer de lui-même avant de s'incliner ensuite très bas et de se répandre en excuse comme une formation d'archer de Kenshu fait pleuvoir les flèches sur les lignes ennemies.

« Ne t'excuses pas. Je considère que tu aurais à t'excuser si ta réaction m'avait causée le moindre tort, pour l'instant tu as juste fais preuve de prudence devant un supposé Yokaï, il n'y a là rien de honteux. Ce qui aurait été honteux, ça aurait de te faire prendre par surprise et tué par imprudence. » Se contenta donc de répondre le taisa de sa voix métallique, en effet il ne pensait pas des excuses nécessaire pour ce qui venait de se passer. Certes envers les samouraïs il valait mieux s'excuser après avoir commit un acte pouvant être mal prit, mais au moins ainsi il faisait comprendre qu'il n'était pas du genre pointilleux à ce sujet pour sa part. Sur ce, il reste silencieux quelques instants, puis ajouta avec sérieux.

« Reprend ta contenance, je ne vais pas te manger. Et si tu désires vraiment faire quelque chose pour me rendre service, dis moi qui tu es et ce que tu fais ici. Cela a t-il le moindre rapport avec les disparitions qui ont eut lieu récemment dans ce village ? » Est-ce qu'il était en train de le tutoyer ? Visiblement oui, car il le faisait depuis qu'il lui adressait la parole. Mais pourquoi ? Est-ce que cela avait une signification ? Qui sait ? Peut-être était-ce un moyen de casser la distance de rang de manière à ne pas avoir trop s'embêter avec cela pour l'instant ? Ou bien c'était juste parce qu'ainsi le jeune serviteur des kamis se sentirait plus concerné par ses propos ?
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Yuto

avatar

Onmyôji

Messages : 38
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Re: Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto) Mer 9 Aoû - 21:53

La voix grave et rauque de son interlocuteur le surprit quelque peu, sans doute était-elle déformée par le masque qu’il portait. Yuto nota en cet instant qu’il était bien perturbant de parler avec quelqu’un dont on ne voyait pas le visage. Il lui manquait tout un pan de communication non verbale pour bien interpréter les paroles de son aîné. Néanmoins, les mots semblaient sincères et le samouraï saluait sa prudence qui devait sans doute faire écho à son esprit guerrier. Yuto ne put s’empêcher de s’en enhardir quelque peu, considérant que son aîné lui signifiait par là qu’il avait bien agi.

Le jeune onmyoji ne se formalisa pas du tutoiement qui pouvait être perçu comme normal au vu de la différence d’âge et de rang. Pour une raison ou pour une autre, il se sentait admiratif, privilégié, d’être ainsi face à un homme qu’il devinait noble et puissant. Cette armure si lourde à porter, cette arme sans doute gagnée dans un combat épique contre un oni titanesque. Aux yeux du jeune garçon en quête d’aventure, ce guerrier ne pouvait être qu’aussi fort et brave que ceux des histoires qu’il admirait.  

"Pardonnez-moi, samouraï-dono, je manque à tous mes devoirs. Déclara le jeune en s’inclinant à nouveau avec respect. Je suis Abe no Yuto, onmyoji de mon état. Mon voyage initiatique m’a mené jusqu’à ce village où j’ai été accueilli avec beaucoup de bienveillance par les habitants. Du coup, quand j’ai entendu parler de cette malheureuse histoire de disparition, il m’a paru être de mon devoir d’essayer de faire quelque chose pour aider ces gens. Ainsi me voilà dans cette maison et devant vous."


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Mes yeux dans les tiens


Crows Country
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Kiyosuke

avatar

Taisa

Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2017

MessageSujet: Re: Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto) Jeu 10 Aoû - 16:27

Kiyosuke écouta silencieusement le jeune homme lui répondre, visiblement celui-ci n'était plus spécialement apeuré par sa présence. Soit ça, soit ce dernier en tant que bon onmyouji devait parfaitement savoir se contrôler… Un onmyouji ? Intéressant pensa t-il. Abe no Yuto… Abe no, comme Abe no Miwako ? Une coïncidence appréciable supposa t-il, il en conclut néanmoins que comme c'était un membre de la famille de la dame, il ferait bien de s'assurer qu'il se porte bien si possible.

« Ainsi tu te trouves ici dans l'optique d'enquêter sur ces histoires de disparitions toi aussi ? Intéressant, tu envisages donc qu'il y ait une implication de yokais ou d'esprits dans cette affaire ? » Demanda t-il donc sérieusement, après tout il supposait que c'était plus là le domaine de maîtrise des onmyouji que de devoir gérer des bandits ou délinquants communs et parfaitement humains. Sur ce il ajouta sinon en regardant un temps les alentours.

« Soit, si tu veux aider l'enquête je ne suis pas contre. Je suppose après tout qu'un membre de la famille de Miwako-san doit savoir avoir une utilité dans plusieurs domaines, qu'importe qu'il y ait ou non une influence démoniaque en lien avec ces histoires de disparitions. »
En vérité il avait sérieusement envisagé de lui dire de ne pas se mêler de ces histoires, mais il sentait que c'était là un jeune onmyouji qui brûlait de faire ses preuves… Il supposa donc qu'il pouvait bien le laisser faire. Cela en plus le dispenserait de devoir aller chercher lui-même un onmyouji dans le cas où il y avait vraiment une présence indésirable de yokais dans les environs… Et sur ces quelques paroles, le taisa ajouta sinon de sa voix rauque.

« Pour ma part je me nomme Hisawara Kiyosuke, taisa de la province de Raimei. Si tu te débrouilles bien, sache que je ne manquerai pas de m'en souvenir et de vanter tes mérites à Miwako-san. » Il fallait récompenser la compétence et l'enthousiasme après tout, de plus il pouvait bien faire preuve d’un minimum d’estime pour un membre de la famille de l'onmyouji qui l'avait déjà bien aidé par le passé... Sur ce il attendit donc de voir si le jeune Yuto était enthousiaste ou non par rapport à cette possibilité, mais une question finit par se révéler à lui tout à coup et il décida donc de la poser calmement au passage.

« Tu n'as pas d'esprit gardien d'ailleurs ? » Oui bonne question… Après tout beaucoup d'onmyoujis en avaient et de ce qu'il savait ça avait son intérêt. Surtout s'il voulait que la mission qu'il s'était donné trouve la meilleure conclusion possible, il n'aimait pas le travail mal fait après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Yuto

avatar

Onmyôji

Messages : 38
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Re: Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto) Sam 12 Aoû - 0:16

À la question du samouraï, Yuto perdit un peu de son assurance.

"À vrai dire, je ne suis encore sûr de rien… Néanmoins, reprit le jeune avec plus d’entrain, je pense que, quoi qu’il se soit passé, ce n’était pas ici ! La maison est en ordre et, certes le bateau de Tadachima-san est toujours à quais, mais ses affaires de pêche à pied ne sont plus là et je sais que ce monsieur aimait bien les coquillages. La basse mer était assez importante, mais aussi assez tardive la veille de sa disparition, l’homme sera peut-être parti pécher ?"

Yuto ne cachait pas sa fierté, il avait fait ses déductions par observation et en se remémorant ce qu’il avait appris après plusieurs jours à côtoyer les habitants en partageant leur rythme de vie. Ainsi, le jeune trépigna presque quand le samouraï l’autorisa à participer à l’enquête, par contre, il fut très surpris d’entendre que cet homme connaissait sa cousine, surtout vu le ton employé.

"Vous connaissez Miwako-san ?" Lâcha brutalement Yuto avant de s’en vouloir un peu d’avoir coupé la parole à son aîné.

Miwako était tout de même l’héritière de leur famille, un simple « san » pour la définir n’était pas complètement incohérent, mais une marque de respect plus marqué tel que "sama" ou au moins "dono" aurait été plus approprié. Lui utilisait le "san", car c’était un membre de sa famille, et d’ailleurs c’était vraiment pour l’apparat, en privé ils se nommaient par surnoms et suffixes affectifs. Ainsi le "san", était aussi un moyen de marquer qu’il était proche de la personne. Alors pourquoi cet homme avait-il utilisé ce suffixe et pas un autre ? Cela pouvait simplement être dû au caractère du samouraï, peut-être même était-il plus important que Yuto l’avait cru ? Ou alors, il avait partagé quelque chose de particulier avec sa cousine ?

Et les questions continuèrent d’affluer dans son esprit alors que l’autre se présentait. Hisawara ? Il était certain d’avoir déjà entendu ce nom quelque part. Dans les écrits de sa famille ? Oui, il avait lu quelque chose là-dessus : les Hisawara étaient des onmyoji du temps jadis. Mais cet homme était un militaire… Et pas n’importe quoi, un taisa en plus ! L’admiration scintilla à nouveau dans les yeux de Yuto, mais l’incompréhension l’accompagnait. Effectivement, cet homme était encore plus important qu’il ne le pensait. Certes, il avait deviné qu’il avait au moins devant lui un taii, mais un taisa carrément ! Mais alors pourquoi était-il là ? Yuto ne prétendait pas comprendre exactement tous les rouages de la hiérarchie militaire, mais il lui semblait bien que de simples histoires de disparitions étaient du ressort des taii. La question de Kiyosuke mit un arrêt à ses réflexions et Yuto sourit de manière amusée.

"Oh les esprits gardiens sont rarement visibles aux humains." Expliqua doctement l’onmyoji avant de se reprendre. Mais pardonnez-moi, vous devez le savoir, surtout si vous avez déjà croisé ma cousine, Miwako-san." Continua Yuto en souriant largement. Mais donc pour vous répondre : je possède bien un esprit gardien et il n’est pas invisible d’ailleurs, il a simplement une forme un peu particulière."

Le sourire du jeune homme se fit joueur et à cet instant, un tatouage aux traits simplistes noirs et mouvement apparut sur sa peau visible. Kyosuke put voir la tête du serpent remonter le long du cou du jeune homme, passer sur son visage, son corps fin barrant l’arête du nez. Soixante centimètres de ce phénomène bizarre passèrent ainsi devant ses yeux. Puis, le serpent se retourna dans le dos de son maître et revient, plaçant sa tête sous son œil le corps s’enroulant autour du cou, avant de déployer ses ailes sur l’os de la mâchoire. Yuto laissa son compagnon faire le spectacle, regrettant de ne pouvoir observer la réaction se peintre sur le visage de son vis-à-vis, puis il s’inclina.

"Hisawara-dono, je vous remercie vraiment de me laisser vous assister dans cette affaire, j’espère me montrer à la hauteur de votre confiance. Et ma chère cousine sera sans doute ravie d’entendre parler de moi autrement que par mes lettres." Ajouta Yuto en mettant l’accent sur ce qui les liait.

"Par contre, j’avoue être un peu ignorant, mais… cette affaire serait-elle plus importante que quelques disparitions pour ainsi nécessiter l’intervention d’un honorable taisa tel que vous ?"

Une question à la fois, Yuto se sentait déjà mal à l’aise de poser celle-ci : qui était-il pour juger ainsi les actions d’un taisa ? Mais la curiosité était plus forte.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Mes yeux dans les tiens


Crows Country
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Kiyosuke

avatar

Taisa

Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2017

MessageSujet: Re: Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto) Sam 12 Aoû - 17:02

Kiyosuke écouta silencieusement la réponse de son vis à vis et constata que ce dernier était au moins franc sur le fait qu'il n'était encore sûr de rien concernant ces histoires de disparition. Certes, ça ne l’avançait pas autant qu’il l’aurait voulu concernant son enquête, mais au moins il ne mentait pas sur ce qu'il avait accompli pour le moment par rapport à cette dite enquête. Kiyosuke n'aurait pas voulu après tout s'encombrer d'un menteur qui pour se faire bien voir exagérerait ce qu'il avait réellement découvert. Par contre les déductions du jeune Abe no n'étaient pas inintéressante…

« Dans ce cas, il faudrait peut-être s'intéresser aux autres disparitions et dans quelles circonstances elle se sont produites, de manières à ainsi trouver une corrélation entre-elles et cette corrélation représenterait déjà une première piste par rapport à la manière dont le ou les ravisseurs ont agis et les moyens employés. Il faudra sans doute aussi s'intéresser au type de victimes de ces disparitions, pour vérifier s'il y a un quelconque lien entre-elle. » Formula donc avec sérieux le taisa suite aux déductions du prête… En effet, il valait mieux faire les choses de façon logique et calculée pour trouver les vrais coupables, surtout qu'ils n'avaient pas encore beaucoup de piste pour l'instant en dehors de celle-ci...

« Miwako-san m'a rendu service par le passé et inversement. » Répondit-il sinon avec franchise au jeune religieux surprit quand celui-ci lui demanda s'il connaissait Miwako. Après tout il n'y avait aucune raison de mentir et ce n'était pas de toute manière comme si ce jeune homme n'aurait pas pu l'apprendre en questionnant dame Miwako à ce sujet supposa t-il.

Il lui était en effet arrivé de suivre Miwako-san lors de quelques missions de cette dernière pour rembourser la dette qu'il estimait avoir contracté quand elle lui avait rendu service. Et comme c'était lui qui était venu par sa propre initiative et comme bien entendu c'était les missions de dame Miwako-san, il n'avait jamais rediscuté des méthodes de cette dernière, même quand il n'était pas forcément d'accord avec... Après tout il considérait à ces moments là qu'il lui rendait la pareille et qu'il n'avait pas spécialement à rediscuter de ce genre de choses alors que c'était lui qui était venu l’accompagner en mission de son plein gré. Question de principe.

Enfin, en tout cas ce jeune onmyôji à défaut d'avoir découvert quelque chose pour l'instant semblait savoir se servir de son esprit, ce qui ne l'étonnait pas d'ailleurs, après tout il fallait bien ça pour exercer cette profession… Ce qui confirma pour Kiyosuke qu'il pourrait avoir son utilité, par contre… Ce qui attira la curiosité du taisa, ou du moins préféra t-il penser, son attention. Ce fut que le jeune Yuto lui dise qu'il avait bien un esprit gardien et que celui-ci avait une forme bien particulière… Surtout que ce qui titilla le plus Kiyosuke dans l'histoire, ce fut le sourire joueur que prit tout à coup l'onmyôji dans l'histoire, comme si cette forme particulière qu'avait cet esprit gardien était en soit une belle curiosité digne d'intérêt. Cela ou juste la fierté de montrer son esprit gardien…

Et qu'est-ce que c'était que ça ? Pensa Kiyosuke en écarquillant légèrement les yeux en apercevant le tatouage serpentin qui bougeait sur la peau de l'onmyôji. Alors c'était ça l'esprit gardien de ce dernier ? Le taisa n'avait encore jamais vu ce genre de chose et son regard s'attarda bien entendu longuement sur cette excentricité, par contre le concept d'une créature même bienveillante qui se promènerait dans la chair de quelqu'un le fit étrangement frissonner… Comment est-ce que ce prêtre faisait pour gérer les moments d'intimité avec une telle présence dans son corps ? Il ne savait pas, en tout cas pour sa part il aurait trouver dérangeant de partager son corps avec une autre créature, mais bon si c'était le genre de chose qu'aimait faire ce jeune homme; soit. Le samouraï pour sa part n'avait rien à redire à ce genre de pratiques après tout tant qu'on ne s'amusait pas à lui imposer une telle chose… Il reprit donc avec sérieux en consacrant à nouveau davantage son attention à Yuto-san qui le remerciait, qu'au serpent tatouage…

« Nul besoin de me remercier pour cela, si j'ai accepter que tu aides c'est parce qu'à mes yeux tu sauras sans doute avoir une utilité. Ce serait plutôt à moi d’être ton débiteur de ce fait, du moins quand toute cette affaire sera réglée. » Il nota d'ailleurs qu'il se trouvait en face du cousin de Miwako-san, ce avant de reprendre de sa voix grave.

« Je ne connais pas réellement l'importance de cette affaire, mais elle nécessiterait probablement plus l'intervention d'un simple taii que d'un taisa en effet. Néanmoins, j'avais envie de faire une mission sur le terrain et de ne pas oublier ce à quoi mes subordonnés peuvent avoir affaire lors de leurs missions. Voilà pourquoi je me charge personnellement de cette affaire. » Autant être franc à ce sujet, il n'avait pas honte de cela après tout. Sur ce il conclut.

« Quand j'y pense, qu'es-tu concrètement capable de faire en tant qu'omnyôji ? Ce dans le cas où nous aurons affaires soit à des yokais, soit à de simples humains. » Cela il le demanda avec sérieux, mais neutralité. Après tout il estimait qu'il valait mieux bien connaître les compétences de son vis à vis. De manière à ne ni sous-estimer, ni surestimer ses capacités, ce qui pourrait sinon avoir des conséquences fâcheuses…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto)

Revenir en haut Aller en bas
 

Samouraï matériel et samouraï spirituel (Pv Yuto)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Choix de matériel pour longline ?
» Matériel "Logistique
» Votre matériel
» Site du GNiste
» De la compote...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..