AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Ensemble, c'est tout - PV SETSU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Ensemble, c'est tout - PV SETSU Jeu 24 Aoû - 21:56

Fin de la Lune du Rat 41

Il n'était pas dans les habitudes de Takoshi de forger autant d'armes en si peu de temps. Il préférait largement fabriquer des lames excellentes, en faible quantité que de bonnes lames en grand nombre. Mais la commande venait de haut semble-t-il, une surprise pour le timide forgeron, et il n'avait pas pu refuser. Il y avait tout de même mis le temps qu'il fallait pour que ces armes et protections sortent un peu du lot, rognant sur son sommeil et sur... ses activités sociales. C'est à dire surtout sur le temps qu'il passait avec Yoake. Il faudra qu'il arrive à se faire pardonner car la jeune fille boudait quand il lui avait annoncé qu'en plus il devait se charger de la livraison. Pas que ça l'enchante car cela signifiait, quitter sa forge et rencontrer d'autres personnes. Des inconnus. Cette idée angoissait Takoshi bien qu'il refusa de l'admettre. Malgré son long périple à travers les terre Setsu et Kenshu récemment, la proximité d'inconnus le mettait toujours mal à l'aise.

Le forgeron avait profité d'un départ de convoie marchant en partance d'Hibana et en direction de Boya pour se joindre à eux. Il avait du louer un charette pour transporter sa marchandise, la dissimulant le plus possible aux yeux étrangers en espérant ne pas attirer l'attention. Ce fut un échec car le mystère qui entoura ses biens lui valu des questions et des discussions qu'il voulait justement éviter. La pression était telle pour lui, qu'il ne savait pas comment réagir et n'arriva ni à repousser les ardeurs des autres voyageurs ni à les calmer doucement. Ce fut le voyage le plus long de sa vie.

L'arrivée à Boya fut un soulagement et même la foule assez dense de la cité fut accueillie avec bonheur par Takoshi. Malgré la proximité des gens, l'anonymat lui allait bien plus que les regards interrogateurs des compagnons de voyage. Takoshi se dirigea directement vers la caserne où il devait déposer le résultat de son travail et récupérer son argent. S'il en avait la capacité, peut-être essayerait-il de marchander le prix du chariot. Bien que le prix qu'il avait mis sur ses armes était bien plus que correcte. Etrangement dans une forge, sa timidité disparaissait. Il était alors maître à bord, transfiguré. Arrivé à l'entrée de la garnison, on lui indiqua l'armurerie. Dans la grande cours, il aperçut une silhouette soldatesque qui s'avéra être une femme. Malheureusement, le chariot passa trop près d'elle et les pluies précédentes firent que le chariot éclaboussa l'inconnue au grand désespoir de Takoshi qui s'arrêta pour s'excuser .


Dernière édition par Okada Takoshi le Ven 25 Aoû - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: Ensemble, c'est tout - PV SETSU Ven 25 Aoû - 16:48

Clic Music


      « Teme !»


    C’est lestement qu’elle l’attrapa par le col. Le charretier s’arrêtait mais déjà le pied de Chō prenait appuie sur l’arrière du crampon. Ses orteils faisant ressort pour que sa main droite attrape le porte-guide et de cette aide se servir pour atteindre Takoshi. Elle ignora ses excuses, quand bien même aurait-il eu le temps de les formuler... La guerrière le tira par le vêtement qu’elle maintenait fermement entre ses doigts et le fit dégringoler de son siège, son visage presque nez à nez du sien. «Enf*** de mes d**… Postillonna-t-elle. Viens par-là ! » Suivant ce langage fleurit et alors qu’elle tentait de le soulever, c’est son poids qu’elle senti lourdement mais elle y mit aussi de la vigueur. A demie dedans, à demie dehors, Chō relâcha vivement sa prise pour revenir à terre et faire le tour de la cargaison. Toujours grognant et bougonnant ; « Tu me prends pour un pourceau c’est ça ?! Mhrfr… Qu’est-ce que tu transportes comme un sauvage ?!».

    Précédemment, Chō regardait d’un œil brillant et appréciateur un groupe de jeunes guerriers s’entrainant sur la place. Les bras croisés sur son torse, le corps parfaitement droit et bien encrés sur son séant, pieds stables au sol. Sa tête se penchait légèrement de temps en temps vers le Samuraï qui se tenait à sa droite. Hochant de la tête et répondant à mi-voix, lui-même criait quelques instructions aux jeunes afin de les corriger. Les très jeunes gens étaient séparés en plusieurs groupes de deux, certains se battaient au sabre, d’autres au Yari. De petites troupes d’homme aguerris et au visage fier traversaient la cour dans un sens ou dans l’autre ainsi que quelques gens faisant partie soit du personnel ou étant de simples visiteurs. Le bois et la pierre des bâtisses s’ornaient parfois d’oriflamme à la gloire du clan Setsu. Ainsi le rouge dominait, flottant dans le ciel vaporeux d’un hiver qui s’envolait pour laisser place au printemps.

    Chō se retournait pour prendre chemin vers l’entrée du domaine militaire quand le forgeron passait et faisait dans le même temps son propre malheur. La pluie mêlée de boue fouetta son hakkama pour le strier de noir et quelques gouttes malencontreuse s’éparpillèrent sur son buste et son visage. Du revers de la main, Chō s’était essuyée la bouche en tournant vivement la tête vers le responsable de sa mise.

      « Traitrise ! D’où viennent ces armes ? A qui les menais-tu ? Pensais-tu pouvoir cacher une si grosse cargaison ?! »


    À nouveau la fille Seiryuu empoignait l’homme sommairement tandis qu’elle avait fait le tour de la charrette pour en dévoiler le contenu. Plutôt étrange leur face à face cette fois car la taille du forgeron et sa carrure faisait impression comparée à celui de la petite Chōchinbi. Malgré ses quelques biscottos, elle ne faisait pas vraiment le poids physiquement mais sa verve valait celle de dix guerriers. Elle ne lui laissa guère le temps de répondre et le bouscula pour le faire avancer devant elle.

      « Tu vas répondre de ceci devant qui de droit mon p’tit gars. »


    La jeune femme était de mauvaise foi car elle était parfaitement au courant de cette livraison puisqu'on lui avait mandé de la réceptionner. Dans le dos du forgeron, elle eut un sourire en coin qui ne présageait rien de bon. Elle attrapa au passage un soldat à qui elle mandat d'aller chercher le Taii Seiryuu.




Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1221
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: Ensemble, c'est tout - PV SETSU Mar 29 Aoû - 16:20

Revenu depuis quelques jours seulement de l’affaire qui l’eut porté sur les frontières Okaruto, il n’avait pas fallu longtemps pour que le conseil de Moe et par extension directe, le Daimyo des flammes, fasse appel au taisa de Kazan afin de veiller sur les terres sans pair de Boya. Cela faisait quelques mois déjà que son homologue s’était éteint, peut être même un an, sans que Shimada-Taisho ne lève le plus petit doigt, tout dirigé se trouvait-il vers ses quêtes personnelles.

Pour autant, ce n’était pas à reculons que le gouverneur des arides volcans de l’Ouest dirigea une garnison jusqu’à la province connue pour ses milles domaines dédiés au prélassement et dont les sources chaudes étaient reconnues dans l’Empire du Soleil tout entier. Au sommet de Taizen’jijaku, sa fidèle monture, il jouissait du plaisir d’une brise légère venant lui embrasser les traits, la douceur du climat local tranchant déjà avec le désert dont il avait la charge.

Oh, il aurait tout aussi bien pu laisser ce devoir de veille à l’un de ses nombreux taii, mais faire entendre son propre nom et montrer que Kazan Chinsei-ka n’oubliait pas ses voisins ne pouvait que le servir. De plus, son état major était composé pour majorité d’officiers capables, mais téméraires, parfois même impétueux qui palliait à sa propre douceur et son amabilité. Sa propre tempérance se trouvait ainsi équilibrée par la fougue de ses subalternes et il ne regrettait en aucun cas le choix de leur nomination à ses bords.

Jigake en était un exemple, Ishizuka en était un second plus tangible encore. Non sans une certaine fierté, accompagné de tels hommes d’armes aux caractères bien trempés, c’est non sans un franc sourire qu’il progressait par cette belle journée de garde, assurant là le rôle qu’un samouraï du rang aurait très bien pu remplir. Cependant et à l’image de ses subordonnés qui ne tenaient pas en place, il lui arrivait de vouloir se dégourdir quelque peu et c’était bien le cas en cette matinée printanière.

Les heures passantes auraient d’ailleurs pu être délicieuses si on ne l’avait pas informé au plus tard qu’il fut possible de l’arrivée d’un convoi d’armes forgées en masse qu’on réservait aux conscrits. L’administration Setsu était une bureaucratie immense qui se perdait parfois en conjecture et donnait lieu à des situations telle que l’absence d’officier majeur au sein d’un domaine du feu ou des cas comme celui-ci.

C’est dans cet état d’esprit ennuyé que Kodan et une partie de son état-major finit par arriver au cantonnement bordant la cité même de Boya. Ça et là, les ashigerus et de rares bushis qui composaient la section locale les saluèrent tandis que leur regard étaient déjà happé par une scénette tout sauf anodine se déroulant au centre du camp. Une section de civils entourant des charrettes était pris à parti par une onna-bugeisha criarde que le dernier des Kiyooki ne mit pas longtemps à reconnaître.

Il se passa une vaste main sur le visage, frottant ses yeux qui se fatiguaient déjà rien qu’à la vue de Chô et de sa façon toute particulière de gérer un rapport social. Bientôt, elle en vint à quérir subtilement un appelé qui accouru en direction de la sortie du baraquement avant d’ouvrir des grands yeux de merlan frit en tombant sur le trio d’officiers des flammes, dont celui qu’il était venu quérir accompagné d’un taisa.

Ses balbutiements furent à peine entendus tant il se courba en excuses et en prières face à eux et le maître des volcans tourna ses iris bien las vers l’héritier des Seiryuu tout en ajoutant d’une voix usée :

Votre sœur, Seiryuu-san, vos ennuis… à vous l’honneur, donc… Nous arrivons derrière vous.


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: Ensemble, c'est tout - PV SETSU Mer 30 Aoû - 10:54

Tout commençait plutôt bien jusqu'ici. Le taisa des terres de Kazan avait été mandé pour s'occuper d'une affaire dans la province de Boya, et c'était donc non sans ses plus fidèles soldats qu'il s'en était encouru prestemment. Ce n'était pas sa "juridiction" mais depuis quelque temps, cette province restait sans représentant de l'armée suffisamment gradé pour que le peuple ne ressente ce sentiment d'avoir une personne apte à prendre le commandement rapidement et efficacement des troupes en cas d'invasion ou d'attaque fortuite. Tout cela n'était pas sans être parvenu aux oreilles du moustachu, et ce rôle en revenait donc à son supérieur du moins pour ce temps.

Dans son ombre, c'était bien ainsi que les choses avançaient pour le taii. Depuis plusieurs mois, il s'était en quelque sorte rapproché de cette homme, un compagnon d'armes de confiance et surtout quelqu'un qui avait cette tempérance capable de canaliser la fougue du moustachu. On pouvait même supposer qu'une forme de respect mutuel, et même peut être plus, une amitié entre les deux hommes s'était installée progressivement. Cela n'empêchait pourtant pas Ishizuka de le voir à la fois comme le modèle à suivre, mais aussi et surtout comme la montagne à gravir, à surpasser. Ce serait mal connaître le taii que de penser qu'il ne se mettrait pas d'objectif à la hauteur de ses ambitions.

Sur ce point, ils étaient quelque peu différents, l'un avançant dans le calme et dans la logique des choses, tandis que l'autre cherchait constamment à remuer ciel et terre pour gravir les échelons et parvenir au sommet. A y repenser il ne savait même pas pourquoi il agissait de la sorte, il était poussé par ce désir de surpasser ses camarades, de se frayer un chemin dans cette vie, comme un besoin de contrôle absolu en toute chose. C'était d'ailleurs peut être aussi pour cela qu'il n'avait pas été jusqu'à imiter le chef avec un mariage et une femme qui aurait pu l'attendre dans son foyer. Non, clairement ce n'était pas la vie qu'il espérait pour l'heure.

Quand ils arrivèrent en petit comité dans une des garnisons de Boya, le désordre marqua le taii qui fit remuer le bout de sa moustache à droite en signe d'irritation. Quelques soldats les saluèrent, mais non loin se trouvait un conglomérat de problèmes. Une charette, plusieurs même avec des cargaisons d'armes qu'ils devaient réceptionner, mais stoppés en plein milieu de la cour, quelques civils attroupés autour de l'une d'entre elles tandis qu'un soldat, sa soeur évidemment, semblait être en train de s'expliquer avec l'un des marchands ? Simples civils ? Ils n'eurent pas à attendre longtemps pour qu'un soldat vienne tout penaud vers eux et pour les quérir avec plus ou moins de classe. Le pauvre semblait bien perturbé par cette situation, et c'était à croire s'il parlait au Daymio directement tant il se perdait en excuses et balbutiements.

Ce fut donc logiquement Kodan qui prit la parole, et comme de par hasard, il ne chercha ni à régler cette histoire, ni à s'en approcher. A croire qu'il connaissait aussi bien sa soeur que lui, ce qui n'était pas complètement faux. Des deux, le moustachu était probablement celui qui avait l'impact le plus fort sur sa soeur, bien qu'il n'était pas en reste non plus. Ne perdant donc pas de temps, il hocha simplement de la tête en direction du taisa et s'avança donc dans cette fourmilière de soucis prête à exploser au moindre faux pas. Pourtant, la diplomatie était bien plus habituelle chez son supérieur que pour lui, ayant fortement tendance aux solutions les plus expéditives.


- "Et bien qu'est ce qui se passe ici ? Pourquoi cette cargaison n'est-elle pas en train d'être déchargée et stockée ?"

Portant son regard sur sa soeur, visiblement agacée, il lui demanda alors en englobant le forgeron civil qu'elle semblait garder.

- "Ne règleras tu donc jamais tes problèmes toute seule ? Il t'a menacé ? A bafoué ton honneur ? Et bien coupe lui un bras et qu'on en finisse bon sang ! Ce n'est pas comme si t'avais besoin de mon accord ou de celui de quiconque pour ce genre de chose."

C'est vrai quoi, si elle se sentait humiliée ou avait été insultée et que son honneur avait été mis à mal en présence d'autres soldats, il était parfaitement logique qu'elle punisse cet homme et le fasse déguerpir de cet endroit avant de s'occuper de cette cargaison. Le moustachu avait donc parlé suffisamment fort pour que derrière son supérieur ait pu l'entendre. Il se tourna d'ailleur d'un quart de tour pour le regarder et lui fit un signe de tête en guise d'entente, sentant qu'il avait parfaitement géré la situation, ou du moins c'est comme ça qu'il voyait la chose. Oui je vous avais dit, expéditif. Il ne voulait pas que la population les craigne, ce n'était pas le but, mais simplement que l'irrespect soit systématiquement puni et sur le champ afin qu'aucune tolérance ne soit permise de ce coté là. Aucun samouraï ne devait souffrir de mots ou de gestes mal intentionnés de la part du peuple, ils n'étaient pas venus jusqu'ici pour souffrir okay !?
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Ensemble, c'est tout - PV SETSU Jeu 31 Aoû - 21:28

Takoshi aurait dû être surpris par la réaction de la personne qu’il avait malencontreusement éclaboussée. Malheureusement, il n’en eut pas le temps. Saisit par le col alors qu’il s’apprêtait à descendre de sa charrette pour s’excuser, il dégringola du siège sous le regard médisé du reste du convoi. Il se retrouva face à une … dame, peut-être, mais en tout cas, beaucoup trop près à son goût. Elle lui postillonna à la figure d’un air énervé. La peur qui envahissait l’esprit de Takoshi devant tant de colère l’empêchait de réfléchir. Il n’était pas surtout de sa forge pour se faire traiter de la sorte. Qu’avait-il fait pour mériter cela ?

La peur et le malaise de plus en plus grand du fait d’être la cible de temps de regard le faisait paniquer. Qu’est ce qui se passait ? Quel Grand de ce monde avait-il éclaboussé ? Pourquoi se voyait-il demander ce qu’il transportait puisqu’à l’évidence, le déchargement de ses armes étaient prévues car les gardes l’avaient laissé entrer sans poser de question. Lorsqu’elle le lâcha, Takoshi se redressa de toute sa taille. Peut-être ainsi la furie se calmerait un peu. Mais il en doutait. C’était l’une des raisons pour laquelle il n’aimait pas les gens : ils ne sont pas raisonnables, encore moins les militaires. Quand elle le traita de traître, Takoshi blêmit et essaya de bafouer une réponse. Lui qui, quand il prenait la peine et le courage de parler en public, s’avérait être un rhéteur tout à fait correct, se voyait priver de la parole par l’effroi.

Quand une partie de son cerveau réussit à tourner correctement, il nota que même désarmer, il ne ferait pas plus d’une bouchée de la militaire. Quand elle l’agrippa de nouveau, il faillit balayer son bras du sien mais se retint de justesse. A sa tenue, ce n’était pas qu’un soldat en crise d’autorité, mais bien un samouraï, un seigneur, qui faisait une crise d’autorité. La bêtise était la même, et si la terreur ne hurlait pas dans le corps du jeune forgeron, il aurait pu juger cela honteux et ridicule.  Quand elle envoya chercher un Taii, la partit encore rationnelle de son cerveau décida d’entrer dans un moment de folie. Il en aurait presque que ri aux éclats. Takoshi n’était pas fait pour de telles émotions et la présence d’autant de monde ne l’aidait pas. Fort heureusement pour sa santé mentale et physique, un groupe de cavalier arrivèrent et un homme intercepta la samouraï.

Un soulagement qui fut arrêté net, lorsque l’homme, un autre samouraï, un taii peut-être ? En tout cas, sa déclaration fit pâlir Takoshi encore plus. Tellement que son teint devint aussi blanc que ses cheveux. Lui couper un bras. Mais il en a besoin de ses bras ? Il ne devrait pas y avoir un jugement ? Pour juger quoi ? Il était innocent ? Il transportait juste une commande ? San ! Je… Je vous prie… Je ne suis qu’un… qu’un humble forgeron… Je… Je ne voulais pas vous manquez de respect. Il recula terrifié. Son repli fut arrêté par la charrette. Un rapide coup d’œil alentour lui fit remarquer que les autres convoyeurs regardaient la scène sans vouloir intervenir manifestement.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: Ensemble, c'est tout - PV SETSU Dim 8 Oct - 17:48

    « Toi, reste là ! »


Un grand coup de claque dans le dos après l’avoir tiré par le vêtement de sa main droite, Chō avait ramené le grand forgeron près d’elle face à d’Ishizuka qui faisait une proposition somme toute intéressante. La fille éclata d’un grand rire, la gorge d’éployée, sa main gauche serrée en un poing et posée sur sa hanche. Quelques petits rires nerveux dans la foule l’accompagnèrent et puis il y avait les regards des autres civils, soit empreints de crainte ou alors d’une hostilité palpable envers la sauvage Seiryuu. Cette dernière le percevait bien mais n’en semblait n’en avoir cure.

Le ciel était clair bien que l’air fût froid. Un rapace le traversa et son cri fusa dans l’immensité d’azur comme pour affirmer du ridicule de la situation ou lui aussi se rire de leur petitesse. Cependant nul ne voyait la beauté de ce jour. Le blocus était complet et quelques timides murmures se rependaient sans que nul n’ose vraiment exprimer son mécontentement. Chō repris un certain sérieux, l’ironie pointant toujours sur son coin de lèvre. Elle fit un geste vague de la main.

    « Mes respects Seiryuu-sama,
dit-elle d’une voix faussement innocente.
    Voici, mon frère et supérieur,
ajouta-t-elle pour le forgeron.

    - Je crains que ce triste sire ne soit que trop important dans notre affaire monsieur. Particulièrement ses bras s’il est bien ce qu’il semble être. Ne pourrions-nous point prendre avantage pour officialiser un contrat de négoce ? »


Était-ce une façon détournée de s'excuser pour l'avoir ainsi effrayé et donc de s'amender ? De fait, ce qu'elle proposait quant à elle, pouvait passablement passer pour un accord d'exclusivité en faveur du forgeron. La fille n'était que trop joueuse avec les nerds de ces messieurs...

D’un geste sec de la tête elle intima à un jeunot qui observait la scène de prendre rênes et d’aller garer le chargement. C’est là seulement que Chō fit mine d’apercevoir son Chef suprême alors qu’elle se rapprochait de son frère de quelques pas, en découvrant la troupe de soldats et d’officiers ainsi rassemblés dont tous posaient sur elle un regard de sévère réprobation.

    « Maître… »


Son buste s’inclina très bas en signe de respect et sa voix s’était adoucit en une docile humiliation parfaitement volontaire. Pas de crainte dans le ton, la fille savait jouer avec les limites mais point trop n’en faut. Chō attendit qu’il daigne lui ordonner de se redresser, sa chevelure lui tombant sur le visage, noircissant plus encore cette pâle chair et bien fort jeune encore pour se soumettre à la sagesse.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ensemble, c'est tout - PV SETSU

Revenir en haut Aller en bas
 

Ensemble, c'est tout - PV SETSU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le rose bonbon et le jaune, ça ne va pas ensemble. Pas du tout! (Victor)
» " Ensemble, tout devient possible "
» Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub.
» S'aimer, c'est regarder ensemble dans la meme direction?
» (15/09 - 17h36) On passe nos nuits ensemble après tout (feat. Karisma)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..