AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/10/2017, 22:47

Fin Mars de l'An 40 au Temple Meisou à Kokyuu

Après une de ses habituelles visites rendu à sa sœur Satomi qui résidait au temple Meisou, Oyama avait décidé de flâner un peu dans ce dernier, après tout il commençait à être un habitué de cet endroit disons et on ne s'étonnait plus vraiment de sa présence ici. Certes il ne venait pas tous les jours étant donné qu'il voyageait beaucoup, mais au moins il ne manquait pas d'y passer quand il était de passage dans la ville de Kokyuu, celle dont le temple faisait honneur à la fois au kami du clan Eiichiro et celui du clan Okaruto.

Ainsi il en avait profité pour observer les magnifiques statues des deux kamis à un moment donné et c'est juste après qu'il aperçut du coin de l'oeil quelqu'un qu'il ne se rappelait pas avoir aperçu par ici par le passé… Rendu curieux par cela, surtout que la dite personne semblait particulière en soit et surtout qu'il n'avait pas l'impression qu'il la dérangerait en allant la voir, il se dirigea vers elle…

Et dans les faits, ce n'est qu'une fois qu'elle sembla le remarquer qu'il put se rendre compte qu'elle était aveugle… La pauvre dame pensa t-il alors qu'il dit aimablement.

« Salutations à vous san, permettriez vous que je sollicite un peu de votre temps ? » Bon il se montrait comme toujours un peu entreprenant sans doute, mais bon au moins on ne pourrait pas lui reprocher une éventuelle timidité ! Il ajouta d'ailleurs dans le cas où elle aurait acceptée. « Je me nomme Arihito Oyama, humble marchand de saké et habitué des lieux, à qui ais-je l'honneur ? Seriez-vous une nouvelle miko du temple ? » Habitué au point d'offrir à chacune de ses visites au moins une caisse rempli de saké au temple d'ailleurs, après tout rien n'était trop beau pour les kamis et d'une certaine manière il supposait que ça lui porterait chance pour l'avenir ! Dans tous les cas il se demandait si on pouvait sentir la curiosité qu'il avait à l'égard de la jeune religieuse dans sa voix, peut-être, mais bon Oyama avait toujours été quelqu'un d'expressif, c'était sans doute là l'une de ses plus grandes qualités, ou l'un de ses plus grands défauts aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/12/2017, 03:17

Depuis quelques jours, peut-être une dizaine, Momo vivait donc au temple Meisou, à Eiichiro. L’air y était agréable et le temps clément. Mis à part une certaine petite farceuse qui l’avait prise pour cible tant il était facile de la tourmenter, tout le monde avait été aimable et accueillant avec elle. Souvent plus par pitié que par réel altruisme, mais elle n’avait pas beaucoup d’autres choix que de s’intégrer ici puisqu’il lui semblait qu’elle allait y rester un moment. Momo s’isolait souvent, dans le temple. Elle avait vécu toute son enfance dans un tout petit village d’Okaruto près de la frontière, mais elle n’aurait jamais imaginé que l’ambiance soit si différente. Maintenant, elle devait s’y plier. Alors, plutôt que de se concentrer sur sa sociabilité, Momo avait mis toutes ses chances du coté du travail.
Bien sur, on lui accordait toujours le temps de prier, de méditer, et de vaquer à des occupations personnelles. C’était ce qu’elle faisait en cet instant, donc. Momo préparait du thé, seule dans les jardins du temple. Grâce à la perception hors du commun que sa cécité lui avait offert, elle pouvait sentir les odeurs de la nature et même celles venant des cuisines, mélangées aux sons du vent, aux bruits des insectes, aux ébrouements des chevaux un peu plus loin et à la douce rumeur provenant de l’activité du temple. Elle versa l’eau chaude dans le bol, et la poudre de thé. Agenouillée dans l’herbe sèche des jardins du temple, elle faisait ce qu’elle appréciait le plus, boire du thé entre deux méditations. Tout simplement.

Elle entendit des pas, non loin. Et puis, elle fut interrompue par une une voix douce et affable, bien que trop joviale et détendue pour être celle d’un religieux. Un homme, qu’elle devina assez jeune, se présenta et elle lui répondit d’abord d’un mouvement de tête silencieux avant de continuer. Il semblait plutôt sur de lui et habitué du temple, Momo le percevait au son de sa voix franche et de ses mouvements dans lesquels elle ne décelait aucune trace d’hésitation. Il lui indiqua être un marchand de saké et sembla s’intéresser à la jeune miko. Elle répondit humblement, avec une retenue qui ne lui faisait jamais défaut, ses yeux à moitié cachés par ses cheveux bleutés toujours rivés vers le sol.

« Enchantée de faire votre connaissance, Arihito-dono. On m’appelle Momo. Je suis miko en effet, mais je ne suis arrivée que quelques jours plus tôt en ces lieux. »

Reconnaissant une odeur familière qui l’avait bercée pendant toute son enfance dans la région d’Hokori, la jeune Momo se mit à sourire légèrement. Elle coinça ses pâles mèches rebelles derrières ses oreilles et releva la tête pour continuer la conversation de sa petite voix mal assurée, ses grands yeux vides toujours perdus dans le vide.

« Alors vous vendez de l’alcool ? Je vous prie d’excuser ma curiosité déplacée, mais qu’est-ce qui vous amène donc ici ? »

L’air amusé de Momo était assez rare pour être remarquable. Il ne devait pas faire les meilleures affaires dans cet endroit dédié au culte, où la plupart des gens observaient un ascétisme prononcé. La curiosité piquée à vif, elle était réellement intéressée par ce jeune homme si avenant. Elle se mit debout sur ses frêles jambes, pour ne pas donner l’impression que la conversation n’était pas importante. Une fois relevée, elle se trouva bien gênée en s’apercevant que l’homme était bien plus petit qu’elle – comme la plupart des gens en fait.


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/12/2017, 22:05

Oyama était content de voir que la miko n'était pas fermée à sa présence comme en témoigna la réponse polie de cette dernière et son léger sourire. Ainsi elle était ici depuis seulement quelques jours ? Ceci expliquait cela se dit-il en arborant lui aussi un léger sourire, ce tout en écoutant attentivement la dame qui se montrait curieuse à son tour. Il se contenta donc de lui répondre avec aménité.

« Ce que je fais ici ? L'une de vos sœurs mikos, Satomi Noranneko est disons une très vieille amie à moi et j'ai pour habitude de venir lui rendre visite de temps en temps et j'en profite toujours au passage pour faire une offrande de saké au temple. Après tout c'est bien la moindre des choses à faire pour honorer nos protecteurs kamis. »

Il ne manqua pas d'ailleurs d'ajouter aimablement et nullement gêné par le fait que la dame était bien plus grande que lui sinon…

« Alors comme cela vous êtes ici depuis seulement quelques jours ? D'où êtes vous originaire miko-dono ? De la capitale ? D'Eiichiro ? D'Okaruto ? J'espère en tout cas que tout se passe bien pour vous par ici, le temple Meisou a son charme disons, mais je suppose que la vie ici a ses hauts et ses bas comme partout ailleurs » Il attendit qu'elle lui réponde et ne manqua pas d'ajouter dans tous les cas avec jovialité. « Quand j'y pense, je suppose qu'il serait bien que je vous offre un petit quelque chose en retour du temps que vous me consacrez, que diriez-vous d'une tasse de thé ou d'un bol de saké ? C'est toujours plus agréable après tout de discuter autour d'une tasse ou d'un bol. Du moins si cela ne vous dérange pas. » Typique d'Oyama que cette attitude très sociable et cette tendance extravertie. Cela pouvait en gêner certains, plaire à d'autres, mais dans tous les cas c'était tout à fait naturel de sa part et il espérait bien qu'elle accepte sa petite invitation. Du moins si elle n'avait pas mieux à faire, ce qu'il comprendrait parfaitement bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/14/2017, 18:53

A sa curiosité, l’homme répondit avec une bienveillance visiblement à toute épreuve. C’était assez rare pour être agréable. Le monde était dur, le monde était violent, le monde était impitoyable, mais si des gens comme lui restaient fidèles à eux-mêmes, alors ça serait toujours un moindre mal. Momo apprécia son intérêt et son respect pour les Kamis, qu’elle salua d’un mouvement de tête approbateur. Il lui parlait de son amie, Satomi, qu’elle avait rencontrée peu après son arrivée au temple – sans avoir eu encore l’occasion de faire connaissance. Elle se dit alors que de vieux amis comme eux avaient beaucoup de chance, et que Satomi devait probablement être aussi avenante que lui. Peut-être qu’un jour elle essayerait de surmonter sa timidité maladive pour aller lui parler.
Inévitablement, il avait finit par lui demander aussi d’où elle venait. Parce que tout le monde venait bien de quelque part, tout le monde avait eu une vie avant le temple. Comme un songe désagréable qui s’effacerait petit à petit, jours après jours, nuits après nuits, il lui semblait que la réalité d’avant s’échappait. Tout semblait tellement lointain et imprécis, que Momo commençait à douter d’elle-même. On le lui avait déjà dit, un deuil, c’était toujours difficile. Un voile de tristesse invisible vint lui couvrir le visage, mais elle tint bon et répondit à Arihito avec la même franchise et la même innocence qu’elle avait toujours.

« Okaruto, je viens d’Okaruto. Les raisons qui m’ont amenées ici sont bien déplorables, mais j’espère tout de même réussir à m’intégrer pour servir les Kamis au mieux. »

Il enchaîna de plus belle, toujours jovial, et lui proposa du thé et du saké, à sa convenance. Momo coinça ses mèches rebelles derrière ses oreilles et reprit une contenance avant de répondre, alors qu’il s’inquiétait de l’importuner.

« Ça ne me dérange pas le moins du monde, au contraire, je vous remercie de votre gentillesse. »

Momo était honnête, toujours. Et polie aussi. Mais se voir proposer un bol d’alcool, c’était peut-être beaucoup pour une jeune fille. Bien qu’elle en ait plutôt eu envie – et besoin, elle préféra garder une certaine retenue et tempéra l’offre, rien qu’un peu. Elle recommença à lui sourire.

« Peut-être pas un bol, mais j’apprécierai sûrement une coupelle de saké. »

En bonne fille d’Okaruto, Momo n’aurait jamais refusé une proposition à boire de l’alcool. Et encore moins si celui-ci était si bon qu’il était offert aux Kamis. Même malgré son jeune âge et son rang, certaines choses étaient simplement faites pour être ainsi. Mais sa dévotion pour les Kamis et son statut de miko compliquaient un peu les choses, en terme de boisson.
Alors, Momo se rassit dans l’herbe au milieu du jardin du temple et invita Arihito à s’installer près d’elle. Elle poussa son thé devenu froid pour faire de la place aux coupelles. Elle prit une longue inspiration pour calmer sa tristesse passagère et s’en retourna à son interlocuteur en plaisantant.

« J’espère que vous n’aurez jamais à boire ce thé là, Arihito-dono. Entre nous, il n’est pas si bon. »


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/15/2017, 19:44

« Une sœur Okaruto ?! Enchantée de vous rencontrer ! Vous devez vous douter qu'en tant que marchand de saké je goûte souvent à la compagnie des gens de votre clan qui font à la fois de très bons amis et clients. » Dit-il avec sincérité sinon avant de conclure au sujet du thé.

« C'est moi qui vous remercie, c'est toujours réjouissant de rencontre quelqu'un de très agréable compagnie, c'est un peu cela aussi qui fait l'intérêt de voyager un peu partout après tout. Rencontrer des personnes intéressantes. » Cela il le dit mine de rien avec un soupçon de candeur dans sa voix, un soupçon de candeur qui pouvait déjà faire imaginer qu'il était peut-être un homme un peu insouciant, le genre qui se disait que le monde était un endroit merveilleux où le mal n'avait sa place que… Temporairement. Il se contenta d'ailleurs de répondre par rapport au fait que la dame désirait plutôt une coupelle plutôt qu'un bol.

« D'accord, j'irais vous chercher cela du coup. Laissez moi juste une petite minute. » Il ne tenait pas à être impoli après tout en s'éclipsant le temps d'aller chercher tout cela sans la prévenir après tout. Il alla donc récupérer une bouteille de saké ou deux et deux coupelles. Ceci fait il s'assit calmement et poliment avec elle au milieu du jardin du temple et écouta attentivement les propos de la miko.

En dehors de cela, remarquons que d'une certaine manière même s'il essayait de ne pas le faire paraître dans sa voix, il avait un sentiment de compassion fort qui le taraudait par rapport à la dame. Cela ne devait pas être facile tous les jours après tout la vie en tant qu'aveugle et il avait l'impression aux propos précédents de Momo-dono que celle-ci avait eut un passé difficile. En somme tout ce qu'il fallait pour émouvoir le cœur sensible du marchand, même si par souci de ne pas la heurter avec sa pitié, il ne le faisait pas transparaître… Comme il tâcha de ne pas la faire transparaître d'en sa voix lorsqu'il lui répondit.

« Vous savez Momo-dono, je vend aussi du thé et je ne suis vraiment pas un homme dans le besoin disons, donc si vous le désirez je pourrais peut-être vous offrir un pot rempli d'une essence d'herbes à thé de bonne qualité. » Tout cela d'un ton amical, dévoilant ainsi qu'il était probablement étrangement généreux pour un marchand, mais bon tout le monde avait ses défauts et ses qualités après tout… Il ne manqua pas sur ce d'ajouter alors qu'il remplit les deux coupelle de saké et qu'il en tendit une à la miko.

« Si cela ne vous paraît point indiscret, me permettriez vous de vous demander pourquoi vous avez choisi la vocation de miko d'ailleurs ? Je suppose en tout cas que ce doit d'être agréable de penser que l'on consacre son existence au kami et que la vie au temple doit être paisible à sa manière. » Certes il savait que beaucoup de miko étaient destinées à se marier tôt ou tard, mais certaines échappaient à cela pensait-il et d’autres étaient là purement par vocation. Dans tous les cas, il ne cachait pas qu'il était plutôt curieux et il ne manqua pas d'ailleurs de préciser dans son élan conversationnel. « Si vous avez des questions à mon égard bien entendu, n'hésitez pas, j'y répondrai avec joie. » Autant le préciser après tout, il le faisait toujours car on ne savait jamais dans le cas où l'on tombait sur un interlocuteur timide, ce genre d'encouragement pouvait disons suffire à les convaincre de s'exprimer malgré leur possible timidité. Même si bien entendu l'attitude avenante et ouverte du marchand suffisait en général, ce qui n'était point pour lui déplaire d'ailleurs, au contraire même !
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/17/2017, 01:12

Devant son enthousiasme à propos des gens d’Okaruto, Momo ne put qu’approuver en hochant la tête discrètement. Il était sans équivoque qu’ils faisaient les meilleurs compagnons. Et elle se doutait que pour un marchand d’alcool et de boissons en tout genre, c’était encore plus vrai.
Il lui parla de ses voyages, des gens intéressants qu’il rencontrait ; elle aimait cette douceur et cette insouciance omniprésente dans ses dires, comme s’il ne voyait que le bon dans toute chose. Elle rougit aux compliments sur sa patrie d’origine et baissa la tête légèrement, comme gênée par le fait qu’elle eut osé le prendre pour elle. Toute cette vie passée à renier les possessions et l’individualisme l’avait forgée à ne jamais recevoir de compliments ni de félicitations. C’était inhabituel, même si ça n’était pas spécialement d’elle dont il parlait.
Momo ne disait rien et se contentait d’approuver et de sourire, pas parce qu’elle s’ennuyait, loin de là, plus par politesse. Quand il disparut soudainement pour aller chercher les coupelles à saké, elle se rendit subitement compte de son impolitesse. Quel genre de miko laissait un hôte du temple s’occuper d’elle de la sorte ? Elle se maudit de n’avoir pu réagir, de ne pas voir été assez vive pour penser à ça. Il avait dû se déplacer pour satisfaire une de ses requêtes, et elle s’en voulait terriblement. Les joues rougies de honte, elle baissa la tête et laissa ses mèches insoumises couvrir son visage.

Quand elle entendit Arihito revenir vers elle de son pas léger et assuré, Momo se redressa et passa rapidement une main sur ses joues. Elle coinça ses mèches rebelles derrière ses oreilles et tourna la tête vers lui. Il s’assit alors tranquillement à coté d’elle.

« Je vous prie de m’excuser pour, mh… pour vous avoir fait déplacer. »

Momo faisait de son mieux, mais c’était une des conversations les plus longues de sa vie, et elle n’avait jamais été particulièrement douée pour ce genre de choses. Il continua la discussion malgré tout, et elle ne trouvait pas sa compagnie désagréable. Il semblait réellement vouloir faire connaissance, et elle se trouvait si rarement en position de parler d’elle que Momo ne savait pas quoi dire. D’habitude, c’était plutôt les autres qui parlaient, bien que les conversations soient souvent un échange plutôt équilibré elle échappait à cette règle.
Tout en servant le saké qu’elle entendait couler délicatement dans les coupelles, il lui proposa tout naturellement de lui offrir du thé. Surprise et confuse, Momo ne sut pas vraiment quoi répondre.

« Je- je ne sais pas, je suis désolée. Je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse Arihito-dono, et je ne possède malheureusement rien qui soit de cette valeur à vous offrir en échange. »

Elle essaya de baisser la tête pour se cacher derrière ses mèches qui étaient supposées tomber devant son visage à chaque mouvement qu’elle faisait, mais malheureusement, cette fois-ci, les rebelles cheveux demeurèrent bien à leur place. Bien que l’offre lui fasse très envie, elle avait eu la présence d’esprit de refuser par politesse, cette fois. Quand bien même, Momo ne méritait pas tant d’attention, et n’avait ni monnaie ni bien à échanger contre un tel produit.
Il lui tendit la coupelle, qu’elle attrapa maladroitement pour la tenir du bout des doigts, de ses deux mains. Elle attendit qu’il soit lui-même prêt à boire pour la porter délicatement sur ses lèvres fines, et goûter le précieux alcool. La forte odeur l’enivra de bons souvenirs, et sans même avoir goûté elle sut déjà que ce saké était particulièrement bon.
Après sa toute petite première gorgée, Momo se délecta du léger goût qui lui brûla rapidement les joues avant de s’estomper au fond de sa gorge. Pendant une fraction de secondes, elle s’était sentie chez elle, et puis, les vapeurs d’alcool étaient retombées et elle avait repris conscience. Arihito changea subitement de sujet pour s’intéresser à elle.

« Mh… disons que ça s’est présenté comme une évidence. Je ne vis que pour servir les Kamis, mon maître et père adoptif m’a éduquée pour les aimer et les respecter. »

Elle marqua une pause, comme pour réfléchir, avant de continuer.

« Quelqu’un comme moi… vous savez, Arihito-dono, je n’ai rien. Je n’ai pas de famille, je n’ai pas de richesses, et je n’ai pas d’éducation. Je suis aveugle, et il me semble que mes cheveux sont curieux, bien que je ne comprenne pas vraiment pourquoi. Sans doute la couleur, mais c’est un concept qui m’est étranger. La plupart des jeunes filles ici sont de futures épouses, mais moi, non. Alors quand on m’a enseigné la religion, j’ai trouvé un but et une raison de vivre. Personne ne voudrait de moi, et pour tout vous dire, c’est mieux comme ça. Je n’ai ainsi pas à me soucier du jour où m'arrachera à mon quotidien pour me forcer dans une famille, et je peux alors servir les Kamis de toute mon âme. Je suis loin d'être malheureuse de cette vie. »

Momo sourit et plongea délicatement ses lèvres dans la coupelle de saké, le temps de reprendre une contenance après cette longue tirade. Elle avait beaucoup de mal à se trouver à son aise en parlant aussi longtemps, mais Arihito était suffisamment avenant et ouvert pour la mettre en confiance, et alors, seulement alors, sa sincérité et sa spontanéité revenaient au galop. Il lui proposa de parler de lui, en remarquant probablement sa gêne. Elle hocha doucement la tête et lui sourit, à la fois amusée et soulagée.

« Alors… Quelles histoires portez-vous avec votre saké et votre thé ? Comment êtes-vous devenu marchand, comment vous êtes-vous retrouvé à voyager aux quatre coins de Yokuni, Arihito-dono ? »


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/19/2017, 19:39

« Nul besoin de vous excuser pour cela Momo-dono. » Répondit-il simplement et avec douceur à cette dernière lorsque celle-ci s'excusa de l'avoir laissé se déplacer pour aller chercher du saké et deux coupelles. Après tout Oyama n'allait pas lui en vouloir pour cela, surtout qu'en faîte les excuses de la miko l'avaient un peu surpris. Quoique celles-ci étaient légitimes d'une certaine manière, mais comme elle était aveugle et que c'était Oyama qui avait prit cette initiative tout seul, disons que la situation faisait qu'à ses yeux elle n'avait rien fait de mal. De toute manière, il n'était pas le genre d'homme à en vouloir facilement à qui que ce soit…

D'ailleurs la réaction de la miko ne manqua pas de l'amuser un peu concernant le thé et il ne manqua pas de glisser d'un ton amical, mais qui se faisait plus emplie de gentilesse qu'autre chose.

« Ne vous inquiétez point miko-dono, je pense être assez bien lotît disons pour ne pas avoir à exiger qu'on me rendee la pareille à chaque fois que je fais un cadeau. De plus, je suppose que cela enlèverait toute la beauté d'un tel geste si je devais être récompensé à chaque fois pour celui-ci. »

D'ailleurs, il se rendait compte que la dame était très timide au final, mais cela pouvait se comprendret… Il ne la connaissait que depuis peu au final, même si bien entendu il était certain qu'avec le temps les choses seraient plus simples. Il avait en tout cas confiance en cela, après tout Arihito avait ce qu'on appelait… La « fibre sociale », autant dire que pour lui fraterniser avec les gens n'était pas bien difficile et c'était sans doute là l'un de ses plus grands talents.

Dans tous les cas, il la laissa profiter du longuement du saké avant ensuite de continuer à converser et il ne manqua pas de l'écouter attentivement quand elle daigna satisfaire sa curiosité, ainsi son maître et père adoptif l'avait éduquée pour aimer et respecter les kamis ? C'était cohérent supposa t-il avec le fait qu'elle était miko, il se disait en tout cas que la vie qui était la sienne était tout aussi valable qu'une autre et avait sans doute la qualité d'avoir un but clair et une certaine simplicité. Deux choses que beaucoup de monde enviaient sans doute aux religieux…

« Vous savez, pour ma part je suis d'origine bien humble mon amie, fils d'un modeste marchand de saké et disposant d'une éducation plutôt modeste que je tâche néanmoins de parfaire avec le temps… Quant à la richesse, ce n'est pas là la chose la plus importante qui soit je pense, certes pour un marchand comme moi c'est important, mais pas de la manière qu'on soupçonnerait. Ce qui importe ce sont les qualités morales de la personne et surtout la manière dont celle-ci veut vivre et marquer ce monde. Que vous soyez heureuse de votre existence est donc tout à votre honneur et j'espère pour vous que les choses continueront ainsi. Même si j'avouerai que pour ma part, je ne comprend pas pourquoi personne ne voudrez de vous, vous n'êtes guère repoussante après tout. » Dit-il sincèrement, mais sans aucun sous entendu sinon par rapport aux paroles de la miko, ce avant de tâcher à son tour de satisfaire la curiosité de cette dernière.

« Eh bien la raison pour laquelle je suis devenu marchand est disons assez simple… J'en avais envie, j'avais envie de voyager, tester autre chose que la voie familiale et prospérer dedans. Je me disais que l'on a qu'une vie et sans doute poussé par l'esprit de liberté qu'est celui de beaucoup des mien, j'ai donc décidé tel le vent d'aller où bon me semble, de profiter d'une jeunesse de voyage avant peut-être à l'avenir de m'installer pour de bon et m'assagir. Être marchand en vérité est autant une excuse pour cela qu'un moyen pratique de rencontrer du monde et aussi de disons accumuler des richesses avec lesquelles je pourrais peut-être… Je ne sais pas, quand je me ferais plus vieux et si je suis très riche, je pourrais peut-être ainsi devenir un kuge, peut-être même important et pouvoir améliorer les choses par moi-même ? J'ai disons envie de marquer ce monde de ma présence et en bien, ce malgré ma humble position. Vous penserez peut-être que je suis ambitieux, mais je pense que c'est ainsi qu'un homme de ma condition peut espérer au final se hisser et pouvoir améliorer les choses... » Son sourire se fit plus fin et il ajouta pensif.

« Aimeriez-vous d'ailleurs que je vous parle un peu de mes voyages ? Quand j'y pense, est-ce qu'une dame comme vous est intéressée par l'idée un jour de possiblement voyager ? Pour ma part en tout cas je ne pourrais que vous le conseiller, c'est après tout très enrichissant au final, j'ai appris des choses en voyageant que je pense, n'aurais pu apprendre en restant en Eiichiro. » Pourquoi conseillait-il donc cela ? Peut-être car il se disait que ce serait une expérience qui la marquerait en bien, surtout qu'au final il ne manquait guère d'excuse pour une miko pour voyager, tel que le pèlerinage dans tous les grands temples de Yokuni.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/23/2017, 04:41

Toujours sagement assise dans l’herbe des jardins du temple, Momo posa sa coupelle vide devant elle, et bougea un peu pour désengourdir ses jambes. Les paroles de Arihito la berçaient au rythme de la brise qui lui caressait les joues, rendant le moment plutôt agréable. Il lui parlait avec aisance de ses origines, de sa voie, de son métier. De sa vie, somme toute déjà bien remplie pour quelqu’un de son âge. Du moins, si elle avait supposé juste quant à la jeunesse que laissait transparaître sa voix. Il s’avéra plutôt bienveillant, loin des jugements que la plupart des gens portaient au choix de vie ou au physique de Momo. Elle lui en fut reconnaissante, et lui demanda plus de détails. Elle en profita pour lui souhaiter sincèrement le meilleur à venir.

« Ah… Et que fait donc votre famille, si vous me permettez la curiosité ? Dans tous les cas, je souhaite de tout cœur que vous réussissiez dans votre entreprise et que le temps où vous devrez vous assagir vienne le plus tard possible. Soyez sûr que j’adresserai mes prières à Kazegami-sama pour qu’il vous porte de ses vents favorables, et à Kasugami-sama pour qu’elle vous guide de sa puissante création. »

Il continua à parler de ses voyages, et de combien ils avaient été enrichissants. Momo était captivée, et avait toujours voulu en savoir plus sur le monde. Elle avait vécu au même endroit pendant toutes ces années, et elle était encore beaucoup trop jeune pour prétendre à un pèlerinage, et beaucoup trop pauvre et humble pour réclamer un voyage de convenance. Mais le temps viendrait, un jour.

« J’adorerai en savoir plus sur le monde, sur les clans, sur l’histoire et sur les gens. Je n’ai eu que peu d’éducation là-dessus, et parfois, ça me manque un peu. Êtes-vous déjà allé aux quatre coins de Yokuni ? Vers où allez-vous vous diriger après votre séjour au temple ? »

Elle remit ses cheveux en place, et continua d’écouter les douces paroles d’Arihito qui lui vantait les mérites de ses périples et lui conseillait, quand elle le pourrait, de profiter de toutes les occasions pour voyager. Il lui fit part aussi, dans un ton plus sérieux et confident, de son désir de peut-être un jour devenir Kuge, et de son envie de marquer le monde. Bien que Momo ne soit pas le genre de personne à être intéressée par ça, elle comprenait ce but et trouvait ça louable. Elle dédiait bien sa vie aux Kamis, après tout, les ambitions de cet homme semblait à sa hauteur et à sa portée. Il semblait pensif et son ton suggérerait un air rêveur, et elle comprit alors que tout le monde n’avait pas une vie toute tracée d’avance. Elle lui sourit en retour et tâcha de lui rendre sa douceur dans ses propres paroles.

« Il est vrai que je vous envie, en quelque sorte. Je ne verrai jamais le monde comme vous le voyez, mais j’aimerai pouvoir le découvrir autrement. Je reste cependant jeune et trop peu entraînée pour partir seule, et c’est malheureusement un des principes du pèlerinage. Je suis bien consciente que ça sera sans doute difficile, mais quand le temps aura un peu passé, j’aimerai pouvoir rendre hommage aux Kamis dans tous les temples du continent. »

Ce fut bien malgré elle que Momo se trouva dériver vers des pensées plus mélancoliques. Tentant de ne rien laisser paraître pour ne pas jurer avec la bonne humeur immuable du marchand, elle continua.

« Je sais que je ne suis ici que depuis quelques jours, mais je peine à m’imaginer chez moi en ces lieux. Eiichiro est une contrée bien agréable à vivre c’est certain, mais je ne peux échapper à ces pensées qui ne font que voguer vers Okaruto. Je pense que même après avoir parcouru le monde, et je ne doute pas que cela arrivera un jour, je ne songerai qu’à rentrer là où j’ai ma place. Est-ce que vous aussi, vous avez un endroit où rentrer ? Est-ce que quelqu’un vous attend quelque part, Arihito-dono ? »

La question était à la fois heureuse et triste, dépendante de la réponse. A peine arrivée, et elle ne rêvait qu’à partir ? Elle se rendit compte bien trop tard qu’elle devait renvoyer une bien piètre image.


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 11/25/2017, 21:08

« Si vous priez en plus pour que tout se passe bien, je pense que les choses ne pourront que continuer à avoir un bon tournant pour moi. » Glissa t-il avec amusement à la miko, ce avant d'ajouter un petit peu plus sérieusement. « Mon père est un fabriquant de saké assez humble et ma mère l'aide disons dans cette profession, on peut donc dire que même si je me suis un peu détourné de la voie familiale, au final la bases reste la même, le commerce de saké. » Ce avant d'ajouter en plus avec une grande bienveillance et jovialité.

« Je n'ai pas encore pu me rendre à Fukyuu et dans les terres neutres et impériales dans les faits, mais c'est bien les seuls territoires où je ne suis pas encore à aller et évidemment je tâcherai de faire en sorte de pouvoir les fouler de mes pas un jour. Dans tous les cas, concernant ma prochaine destination, je ne vous cacherai point que je compte refaire mon stock de saké à Okaruto ensuite pour aller le vendre un peu partout dans les terres des autres clans. Probablement à Eiichiro et Setsu notamment. Ensuite je referais un stock de thé au passage sur ces terres pour revendre le thé en sens inverse. » En somme un trajet bien planifié, mais rien d'inhabituel pour un marchand au final. Après tout le commerce était un art que mine de rien Oyama maîtrisait déjà bien malgré son jeune âge, mais ça c'était probablement dû à son étonnante intuition naturelle. Chaque homme avait ses dons après tout et si celui du jeune marchand n'était ni la force ou l'endurance, il disposait au moins de celui d'un excellent instinct mercantile.

« Je suis certain que la beauté du monde ne se contemple pas qu'avec les yeux, d'une certaine manière vous pourrez donc en profiter tout autrement. » Ajouta t-il ensuite avec un soupçon d'empathie à l'égard de la miko concernant la possibilité qu'elle puisse faire un pèlerinage à l'avenir, ce avant d'ajouter avec un fin sourire. « Qui sait ? Peut-être que nous pourrions nous croiser sinon lors de votre futur pèlerinage ? Je pense en tout cas que ce ne serait pas désagréable, si c'est le cas peut-être pourrais-je vous servir de guide à l’occasion, bien entendu pour vous ce sera gratuit. » Dit-il avec un peu d'humour, ce avant de reprendre ensuite avec un soupçon de réflexion quand la dame lui demande s'il avait un endroit où rentrer et quelqu'un qui l'attendait. Il ne manqua donc de répondre à cela…

« Disons que c'est… Compliqué. J'ai en effet quelques amis qui aimeraient bien que je finisse par m'installer pour de bon à Eiichiro, dont un plutôt d'excellente naissance et les autres je les ais rencontrés pour beaucoup au gré de mes voyages. Quant à la personne qui m'attend vraiment dans le sens amoureux disons, il y a bien quelqu'un, mais une âme originaire d'Okaruto les terres de votre clan et la situation est disons particulière. Pour être franc, je ne vous dirais pas son nom car il ne faut pas que la relation entre nous s'ébruite, mais c'est un homme… » Rien de honteux d'entretenir une telle relation en Yokuni dans les faits, mais ce n'était pas là quelque chose qui s'ébruitait sur les toits ou qui avait la dignité du mariage fait pour faire perdurer la lignée… Il ne manqua donc pas de poursuivre pensif. « De ce fait, je pense que c'est un peu car je voyage beaucoup et me rend souvent à Okaruto au cours de mes errances que je peux lui rendre visite actuellement… Donc ma situation est compliqué... » Il resta un instant silencieux, puis ajouta avec sincérité.

« Vous n'avez pas en m'envier en tout cas, vous êtes encore assez jeune san et je peux vous dire qu'on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. Pour ma part je suis sûr que ce dernier saura vous sourire tôt ou tard et sans doute au moment où vous vous y attendrez le moins... »
Sur ce il la laissa penser à ces paroles, puis reprit avec complicité. « Je suppose qu'une miko comme vous doit rencontrer pas mal d'onmyôjis de passage sinon, vous avez donc déjà pu rencontrer des esprits gardiens ? Je me dis que mine de rien ça doit être quelque chose de fascinant à vivre pour avoir moi-même vécu l'expérience quelques fois. » Surtout quand c'était des esprits gardiens aussi atypiques que ceux qu'il avait rencontré, mais bon il supposait que ça devait être là une particularité récurrente des yokais qu'ils soient ou non liés à un humain.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 12/1/2017, 03:00

Quand Arihito la flatta sur sa remarque à propos des prières qu’elle adresserait pour lui, elle sourit gentiment et reprit une gorgée du délicieux saké qu’il lui avait servi plus tôt. Encore une fois, l’alcool lui brûla les lèvres et lui monta à la tête. Offrir à boire à une Okaruto, mais quelle grave erreur. Le goût fruité lui resta sur le bout de la langue, et pendant qu’il lui contait ses voyages et périples, elle appréciait la boisson à sa juste valeur. Elle entendit de loin ses projets et ses trajets futurs, sans vraiment être sure de ce qu’elle écoutait.
Elle hocha la tête doucement quand il lui assura qu’elle pourrait contempler la beauté du monde de bien des façons, mais émit quelques réserves sur le sujet du pèlerinage.

« Ce temps est encore loin. Mais je ne manquerai pas de vous faire signe, le moment venu. »

Il lui proposa bien des choses et d’autres, dont elle ne saisissait pas vraiment l’ampleur. Momo se sentait un peu en dehors d’elle-même bercée à la fois par le vent et par les paroles de l’homme à coté d’elle. Le bruit des feuilles des arbres qui s’agitaient et les ébrouements lointains des chevaux dans les écuries, tout ça lui semblait de plus en plus irréel. Elle reprit une gorgée de saké. Il y avait tant de choses à avoir, et pourtant si peu qu’elle désirait vraiment.

Tirée par la mélancolie de l’instant, il lui parla de ses amis et de ses amours complexes qui l’attendaient quelque part. Il lui souhaita le meilleur, ce que les hommes bons font. Arihito était ce genre de personne à avoir foi en l’avenir, et si Momo ne partageait pas cette passion, elle croyait cependant en autre chose de tout son cœur. Tout bas, elle lui répondit avec une douceur inexplicable et une bienveillance sincère.

« Qu’importe la voie que les Kamis ont tracée pour vous, je suis certaine qu’elle vous mènera au bon endroit. »

Momo termina sa coupelle de saké et la replaça sagement devant elle. Elle sentait sa gorge lui brûler et son esprit s’échapper. Perdue en dehors d’elle-même, elle pouvait percevoir les paroles d’Arihito sans les comprendre ni les écouter. Quand elle crut entendre parler des esprits gardiens, elle fut comme tirée de sa torpeur passagère et ramenée sur la terre ferme. Un peu perdue, elle secoua un peu la tête et se tourna un peu plus vers son interlocuteur. Elle mit quelques secondes avant de se souvenir du fil de la conversation et de la question qui lui avait été posée.

« Mh… Ils sont… Étranges. C’est comme s’ils existaient sans exister. Le lien entre l’âme d’un onmyoji et son gardien est si particulier qu’il est à la fois évident et difficile à percevoir. C’est oppressant et rassurant à la fois. »

Pas certaine d’être très claire dans ses confuses paroles, elle fit la moue et fronça un peu les sourcils. Elle ne parlait que rarement autant, et encore moins après avoir bu. Elle ne tenait décidément pas du tout à la boisson préférée de son clan, qu’elle-même adorait pourtant. Elle se sentait un peu fatiguée et peut-être qu’elle divaguait.

« Et vous, Arihito-dono, qu’est-ce que vous avez ressenti ? »


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 12/2/2017, 19:36

Arihito accueillit avec un simple sourire les paroles optimistes de la dame à son sujet, un sourire qui dévoilait bien qu'il ne doutait pas que les choses iraient bien pour lui. Après tout pourquoi iraient-elles mal ? Il était quelqu'un de bon, n'avait pas d'ennemis et les kamis pour l'instant avaient été plutôt généreux à son égard. Oui, il voyait l'avenir avec un grand optimisme dans les faits et ne s'inquiétait pas vraiment de celui-ci ou bien quand il le faisait, ce n'était que courtement. Par contre il pouvait lui arriver de s'inquiéter pour les autres, même dans ce cas cela dépendait surtout de la gravité de la situation…

D'ailleurs il ne remarque pas vraiment le fait que la dame semblait perdue dans ses pensées ou tenir l'alcool à moitié alors qu'il parlait avec elle, trouvant sans doute normal un air méditatif ou pensif de la part d'une miko grandement tourné vers les kamis et non la fatalité futur d'un mariage. Enfin si on pouvait parler de fatalité, après tout le marchand supposait qu'il pouvait autant y avoir de bons maris que de très mauvais… Même si pour sa part il était du genre à estimer qu'on devait avoir le choix concernant ce genre de choses, mais bon ce n'était là que son humble avis…

« Vous est-il arrivé de vouloir être des leurs ? » Demanda t-il d'ailleurs curieux après que la dame ait donné son avis au sujet des onmyôjis et de leurs esprits gardiens, il supposait après tout que ça pouvait être une voie qui tentait certains, même si dans les faits elle semblait excentrique pour beaucoup de monde… Suite à cela il donna son propre avis à ce sujet.

« Pour ma part eh bien… J'ai toujours constaté une grande complicité même si prenant souvent beaucoup de formes différentes entre un onmyôji et son esprit gardien. Je suppose qu'en soit c'est une relation particulière, mais j'avouerai qu'elle me fascine. Ce doit être après tout unique de partager son âme avec un autre être, de plus un être qui n'est pas humain… J'avouerai que ce serait une expérience que j'aimerai vivre un jour, mais bon cela m'est impossible et j'assume que ce soit assez excentrique comme désir... » Il soupira, puis ajouta rêveur.

« La question va vous sembler étrange sans doute san, mais n'avez vous pas des fois rêvée d'être autre chose ? Un oiseau volant dans le ciel ? Ou une quelconque créature magnifique ou qui vous fascine ? Pour ma part je vous avouerai m'être des fois imaginer jeune moineau ou fier étalon, ce sont là après tout des incarnations vivantes de la liberté à leur manière, un concept qui m'est cher comme à beaucoup d'Eiichiro je suppose. » Mais bon c'était là des rêveries, même si cela ne lui déplaisait pas d'en parler, après tout ça n'avait rien de grave ou honteux. Cela aurait été probablement plus choquant s'il avait confié qu'il s'était même demandé des fois ce que ça devait être d'être un kitsune ou un esprit gardien, mais bon ce genre de pensées là il les gardait pour lui dans les faits.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 12/8/2017, 01:07

Arihito la surprit en lui demandant si elle avait un jour pu souhaiter être un onmyōji. Elle prit quelques secondes pour réfléchir à la question, et avant qu’elle n’ait pu répondre, il lui exposa son point de vue. Il avait l’air réellement fasciné, mi-rêveur mi-envieux sûrement. Il y avait de quoi. Momo trouvait son point de vue recevable, et dans un sens, elle avait elle-même pensé de cette façon il y a bien longtemps.

« Mh… Si la relation entre un gardien et un onmyōji doit être intense à vivre, je pense que je ne pourrais pas assumer le reste. »

Elle pensait aux années d’éducations si dures qu’elle apercevait parfois quand elle croisait des jeunes onmyōji et leur maître au temple. Tellement de choses à apprendre et si peu de temps pour tout assimiler. Parfois, elle avait beaucoup de peine et de pitié pour eux, mais c’était également grâce à eux que le monde était plus sûr à chaque seconde. Alors elle aidait, du mieux qu’elle pouvait.
Mais non, elle n’aurait pas souhaité être à leur place.

« Il y a, mh… Il y a l’entraînement à l’onmyōdō. Il est réputé pour être difficile à vivre et intransigeant. Et puis… il faut avoir le don. Il faut pouvoir les voir. Les yokaï, et le reste. »

Quand on est si proche des yokaï, on est forcément mal vu du reste du monde. Elle qui ne voyait rien ne pouvait imaginer la terreur que les enfants qui possédaient le don enduraient pendant toute leur vie.
Elle avait eu une vie bien tranquille comparée à la leur.

« Je ne peux que bien faiblement distinguer les âmes, vous savez. Je n’aurais probablement pas les capacités. »

Elle avait dit ça pour se rassurer, peut-être. Elle n’aurait pas fait une puissante onmyōji de toute façon. Ses dons n’était pas ceux qui étaient requis pour le devenir, et quelque part, elle en remerciait Kasugami.

« Et probablement pas l’envie non plus. Même au plus mauvais, je ne lui souhaite pas le mal. »

Et c’était terriblement vrai. Si sale soit la réputation des yokaï même les plus sombres, Momo n’aurait jamais levé la main sur un monstre pacifique. Ou sur un homme. Ou sur n’importe quoi d’ailleurs. Bien trop attachée à la voie pacifique qu’elle chérissait, elle n’aurait rien laissé entacher sa croyance qu’il y avait du bon en chaque chose. Aussi, fatalement, devoir exorciser et se battre, ça n’était vraiment pas pour elle.

Il changea de sujet pour lui demander si elle n’avait pas déjà rêvé d’être quelque chose d’autre, l’air gêné par l’atypie de sa question. Momo pencha la tête sur le coté, intriguée, et réfléchit à ses propositions.

« Un oiseau ? Mh… même en étant privée de la vue, je peux sentir que j’aurais le vertige bien trop vite pour pouvoir en profiter. »

Elle haussa les épaules en rougissant. C’était vrai. Bien qu’étant très grande, elle s’était déjà sentie soumise au mal des hauteurs, et sans vraiment comprendre, elle essayait de l’éviter du mieux qu’elle pouvait maintenant.

« Qui me fascine... ? Mh… c’est une question plus difficile qu’étrange. »

Elle fit la moue. Elle ne savait vraiment pas. Il enchaîna, décidément pas avare de conversation, en lui énnonçant ses propres choix. Elle eut un rire léger et spontané quand il lui parla de chevaux. Cliché, mais honnête.

« Un étalon ? Voilà qui fait honneur à votre Kami et à votre clan ! »

Elle porta sa main devant son visage et cessa de rire. Elle n’aurait pas voulu qu’il pense qu’elle se moquait de lui. Elle l’appréciait, il aurait été dommage de tout gâcher par une énième maladresse sociale.
Elle inspira longuement pour répondre à sa question et ne pas le laisser seul dans l’embarras. Et la réponse lui parut soudain évidente.

« Je pense que… j’ai peut-être du rêver à être un loup, quelques fois. »

Sa voix cassée avait laissé couler ça de manière hésitante et elle affichait un air perdu. Quel genre de petite fille fragile et pacifique désirait être un prédateur ? Elle craignit la réaction de son interlocuteur et s’empressa de rajouter une explication, les joues rougies et la tête basse.

« Euh, je veux dire… vous savez. Pour aider les âmes égarées et guider les voyageurs. Quelque chose comme ça. »

Emmêlée dans sa gêne, elle réalisa soudain que les animaux et créatures auxquelles il pensait se rapportait à l’idée de pouvoir s’échapper. Peut-être qu’il était prisonnier. Mais de quoi est-on otage quand on a le continent devant les yeux et la possibilité d’aller partout ?

« Rien de beaucoup plus noble que la liberté que vous chérissez. Pardonnez-moi l’indiscrétion mais... Est-ce que vous vous sentez enfermé, malgré tous vos périples, Arihito-dono ? »

Note HRP:
 


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 12/9/2017, 22:25

Oyama ne manqua pas de doucement hocher la têtes aux paroles de la miko qui étaient très sensées concernant le fait que si la relation entre un onmyôji et un esprit gardien était intense à suivre, il serait difficile avec cela de trouver le temps et l'énergie nécessaires pour d'autres responsabilités. De plus elle ne manqua pas de souligner avec justesse la dureté de l'entraînement des gardiens des esprits et du fait qu'il fallait posséder un don pour faire partie des leurs, en somme rien qui ne facilitait l'accès à une telle profession pour le commun des mortels…

« Vous pouvez distinguer les âmes ? » Ne manqua t-il pas néanmoins de demander un peu surpris à ce sujet lorsqu'elle aborda ce point, avant ensuite de paraître pensif et compréhensif concernant le fait qu'elle n'avait pas envie de suivre cette voie de toute manière car même au plus mauvais elle ne désire pas le plus mal. Il ne manqua pas d'ailleurs de surenchérir à ce sujet avec empathie.

« C'est une noble raison de ne pas suivre cette voie, après tout faire le mal même au plus mauvais reste en soit malfaisant je suppose… Pour ma part je n'ai jamais frappé ou tué personne et j'espère bien ne jamais avoir à faire cela. »

Il ne manqua pas sinon de sourire avec amusement concernant le fait qu'elle aurait soit disant le vertige même en étant aveugle si elle avait été un oiseau. Non pas d'un sourire moqueur, mais du sourire compréhensif de la personne un peu attendrie au passage par ce fait, un fait assez atypique d'ailleurs, mais qu'il pouvait pleinement comprendre, après tout la peur était un sentiment humain…

Dans tous les cas il ne manqua pas d'attendre patiemment ensuite la religieuse lorsque celle-ci prit le temps de réfléchir à ce qui la fascinait en disant que c'était là une question plus difficile à répondre qu'étrange d'aspect. Puis il rougit un peu lorsqu'elle-même rit un peu devant ses propres choix, mais sans méchanceté bien entendu.

« Je suppose que je ne suis pas forcément le plus imaginatif des hommes à ce sujet. » Répondit-il donc avec sympathie même si avec une légère gêne, en tout cas rien ne laissait penser dans sa voix qu'il aurait été blessé par le rire de la miko. Heureusement car il ne l'était pas, de toute manière il préférait faire rire ainsi les gens de bon cœurs que les faire pleurer ou les mettre en colère. Surtout une dame qui lui semblait aussi sympathique et qui n'avait évidemment pas eu une vie facile aux premiers abords…

Et il dû s'avouer sinon que la réponse de la dame avait en effet excitée sa curiosité, même si pas spécialement choqué. Et d'ailleurs… Il ne manqua pas de rire à son tour avec gentilesse quand elle finit par justifier ce choix, ce avant de glisser avec amusement.

« Décidément cela ne m'étonne pas de vous ! C'est un noble choix et désir que de vouloir aider son prochain. » Et un noble but à donner à sa vie pensa t-il d'une certaine manière, après tout il n'y avait pas qu'une façon de réussir son existence ou de trouver la consécration, mais chaque voie était multiple et propre à chacun, du moins de son propre avis…

Puis à la dernière question de la dame il ne manqua pas de réfléchir avec intensité car celle-ci était particulière, mais au final d'y répondre avec une certaine joie.

« Non je ne me sens pas spécialement enfermé je vous avouerai, au contraire j'ai l'impression d'être plus libre que la plupart des hommes au final. Libre de pouvoir voyager presque où je le désire et libre de m'affranchir au nom de ma carrière de marchand de la rivalité habituelle entre les clans gouvernant Yokuni… Au final l'existence de marchand me plaît bien et je pense en profiter le plus possible avant que ça ne doive s'arrêter pour une raison ou une autre, après tout toutes les bonnes choses ont une fin. » Ce constat il ne le dit pas tristement, mais avec la calme joie de l'homme qui acceptait ce fait et le prenait en compte dans sa manière de profiter de son existence actuelle. Il ne servait à rien après tout de lutter contre quelque chose y arrivait, autant l'accepter et continuer à avancer.

Puis suite à cela son ton se fit plus soucieux et il demanda à la dame avec prévenance, comme si son intuition naturelle l'avait titillé….

« Et vous mon amie ? Vous sentez-vous enfermée ? Ne vous inquiétez pas, cela restera entre nous quel que soit votre réponse... » Pourquoi cette question ? Peut-être car il avait une amie dans un cas à peu près similaire quoique très différent tout de même, mais cela faisait bien entendu que l'évidence lui paraissait clair, dans tous les cas s'il pouvait aider ne serait-ce qu'en écoutant ou en prêtant une oreille attentive et dénuée de tout jugement comme il savait si bien le faire, autant ne pas s'en priver...
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 12/18/2017, 01:07

Désarçonnée par la question surprenante de son interlocuteur, Momo se sentit tellement perdue qu’elle hésita un long moment en jouant avec ses cheveux pour se donner une contenance. Après tout, c’était elle qui avait amené le sujet, bien malgré elle, mais elle se devait maintenant de donner des réponses aux questions qu’elle avait provoquées.

« Oh, euh… Quelque chose comme ça, oui. »

Elle dut réfléchir avant de fournir une explication, qui se révéla malheureusement beaucoup trop métaphorique pour être claire. Elle n’avait jamais eu à expliquer la façon dont elle voyait le monde, et d’ailleurs elle ne l’avait même jamais évoquée. Momo n’avait jamais eu à mettre de mots sur ce qui se passait en dehors de ses cinq sens.

« J’imagine que… quand on ne peut pas se servir de ses yeux, on trouve une autre façon de voir. Peut-être que je discerne plus de choses dans le noir, finalement. »

Elle se sentit honteuse, d’être si vague et imprécise, elle avait l’impression de mentir. Ce n’était pas faux en soi, mais elle s’en voulait d’éviter la conversion quand elle avait tendu la perche quelques minutes plus tôt.

« Excusez-moi, je n’ai pas l’habitude d’en parler. »

Une bien piètre façon de couper court à une conversation embarrassante. Mais comme toujours, Momo n’avait jamais su choisir les bons mots au bon moment. Arihito ne sembla même pas remarquer sa gêne et changea du sujet. Soulagée plus que de raison, elle se contenta d’écouter patiemment ses paroles en glissant son doigt sur les bords de la coupelle encore humide.

« Enfermée ? »

Momo étouffa un rire léger en baissant la tête. Elle n’était pas assez importante ou digne d’intérêt pour que quelqu’un se donne la peine de la restreindre de ses mouvements. Tant qu’elle respectait les règles et ses tâches, elle pouvait aller et venir comme bon lui semblait. C’était un bien bel avantage à n’avoir ni famille ni richesse, et de n'être importante pour personne.

« Pas même la miko matriarche ne pourrait m’empêcher de sortir en douce au petit matin ! »

Avec cet aveu à demi-mot, Momo baissa la tête en souriant. Si elle appréciait ce semblant de liberté, elle ne manquait pas de passer le plus de temps possible loin des autres.

« Mais c’est vrai que je ne suis pas ici chez moi. Tout le monde est très gentil et accueillant avec moi mais… ce n’est pas ma place. »

Rejoignant ces dires d’il y a quelques instants, elle afficha une mine sombre et arrêta de caresser le rebord de la coupelle pour la saisir. Coinçant ses mèches rebelles derrière son oreille de sa main libre, elle tendit l’autre dans le vide comme pour quémander plus d’alcool.
Désireuse de ne pas rendre la conversation déprimante, elle tenta d’aborder un autre sujet en forçant un sourire maladroit.

« Êtes-vous ici pour longtemps, Arihito-dono ? Qu’allez-vous faire après votre séjour ici ? »


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 12/19/2017, 19:05

Oyama fut un peu surprit de voir la dame décontenancée par ses questions, mais il ne dit rien à ce sujet, laissant le temps à cette dernière de réagir comme il lui semblerait préférable, après tout le marchand ne tenait pas spécialement à la presser ou la mettre mal à l'aise, au contraire même. Alors autant se montrer le plus conciliant et patient possible bien entendu.

Et il écouta donc silencieusement et avec une attention respectueuse la réponse assez métaphorique de la dame, une réponse qui néanmoins ne le dérangeait pas, au contraire il fit marcher son intellect pour essayer de bien traduire cela et heureusement il y arriva à peu près plutôt assez rapidement, peut-être à cause de son intuition naturelle… Il répondit donc pensif, même si pas forcément sûr d'avoir réellement compris…

« Je pense entrevoir ce que vous voulez dire par là san… Du moins je suppose, je ne peux pas prétendre pouvoir réellement comprendre ce que c'est, mais je peux essayer de mieux et espérer y arriver. » Il ne manqua pas d'ajouter ensuite avec douceur quand la dame s'excusa à propos du fait qu'elle n'avait pas l'habitude de parler de ceci.

« Ne vous excusez pas san, au contraire je vous remercie de faire de votre mieux pour essayer d'expliquer cela malgré la difficulté que ça représente pour vous. »

Et il était content d'une certaine manière que la nouvelle conversation qu'il entama en changeant de sujet fasse rire légèrement la dame plutôt que l'inverse, car cela voulait au moins dire que c'était bien partit. Il se contenta donc d'écouter avec curiosité ce que la dame avait à lui et il ne manqua pas de glousser légèrement lors de la première petite confession de cette dernière.

« Pourquoi cela ne m'étonne pas ? » Ne manqua t-il pas d'ailleurs de glisser à ce sujet, après tout cela ne l'étonnait pas en effet qu'elle soit capable de sortir en douce quand elle le désirait, sans doute que c'était même accepté implicitement supposa t-il, difficile après tout de rester toute sa vie enfermée dans un temple…

Et il ne manqua pas sinon d'être un peu étonné par les confessions qui suivirent et qu'il tâcha d'écouter avec une oreille compréhensive. Il faillit manquer d'ailleurs de questionner la miko concernant ce que cette dernière considérait comme sa place, mais heureusement il arriva à se retenir et accepta avec un sourire de changer de sujet de conversation, comme la miko semblait le désirait visiblement au vu de la tentative de cette dernière de parler d'autre chose. Il reprit donc comme de rien n'était.

« Je vais rester ici probablement quelques jours, puis je partirai ensuite commercer à l'étranger, un cycle qui consiste à acheter du saké à Okaruto, puis le vendre ailleurs, en chemin m’approvisionner en autres marchandises, puis les revendre sur la route du retour. Une manière de faire qui me permet de parcourir un peu tout le pays et rencontrer du beau monde. » Il esquissa un léger sourire, puis ajouta doucement.

« Dîtes mon amie, même si vous ne désirez rien de ma part, que diriez-vous que je vous rapporte tout de même quelque chose de mes voyages ? Ne voyez pas cela bien entendu que comme un désir de ma part de vous faire un cadeau, mais ce serait aussi pour moi une occasion intéressante de m'intéresser à de nouvelles choses sans doute en cherchant celui-ci. De ce fait, qu'est-ce qui vous intéresserait ? » Visiblement il tenait à insister à ce sujet malgré tout, au point d'essayer de faire passer les choses d'une manière qui convienne mieux à la miko, du moins si cette dernière était d'accord bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 12/31/2017, 03:43

Momo sentait qu’une question brûlait les lèvres de son compagnon de beuverie, mais il se retint pour répondre à la sienne, une faible tentative de changement de sujet qu’il avait – heureusement pour elle – vue. Elle reposa sa coupelle vide avec une pointe de déception, Arihito n’ayant probablement pas remarqué qu’elle l’avait tendue comme une demande silencieuse, trop absorbé dans la conversation. Il enchaîna avec ses trajets de marchand, ses voyages et aller-retours permanents entre les clans.
Momo était un peu admirative, et aussi un peu engourdie. L’alcool et sa position à genoux lui avaient ramolli les jambes, qu’elle sentait cotonneuses et affaiblies. Elle s’agita un peu sur elle-même pour tenter de corriger son malaise sans pour autant paraître irrespectueuse, mais en vain.
Alors qu’il lui proposa une nouvelle fois de lui rapporter quelques produits, il avait mis les choses dans une telle perspective que Momo n’aurait su décliner.

« Ce qui m’intéresserait... » répondit-elle tout bas, de sa voix hésitante.

Est-ce qu’il y avait vraiment quelque chose de matériel qui puisse combler le cœur et les désirs de quelqu’un qui avait fait le choix d’abandonner les richesses pour se consacrer à celles de l’esprit ? Il y avait bien des plantes aux vertus médicinales qu’elle ne pouvait trouver dans ces lieux, mais autre chose lui vint en tête.
Il n’avait jamais parlé de matériel, seulement de lui rapporter quelque chose, de lui offrir quelque chose. Elle pouvait bien demander n’importe quoi. Momo s’éclaircit la gorge avec une toux légère et coinça ses cheveux rebelles derrière ses oreilles.

« J’aimerai savoir d’où je viens. » avait-elle déclaré avec toute la détermination dont elle était capable.

Ses pupilles voilées de blanc restèrent accrochée à l’horizon un long moment, et elle garda la tête haute. Certainement pour se donner du courage, ou pour se persuader qu’elle n’était pas encore complètement passée pour une personne peu recommandable, elle fronça un peu les sourcils et se maintint droite comme un i.

« J’ai besoin de savoir qui sont mes parents, et pourquoi j’ai été livrée à moi-même depuis mes plus jeunes heures. »

Sa voix s’était faite plus cassante mais plus sure, et elle était quasiment certaine d’avoir fait une énorme erreur. Mais il n’y avait plus de retour en arrière possible, et quitte à s’attirer les foudres de son interlocuteur, elle continua sur sa lancée pour pouvoir au moins avoir l’occasion de justifier sa demande avant de se faire envoyer paître.

« Vous seriez mes yeux, et mes oreilles, à travers tout Yokuni. »

Momo avait dit ça sur un ton à la fois si mystérieux et si sérieux, que n’importe quelle personne qui aurait interrompu leur conversation ou entendu des bribes de phrases aurait pu trouver tout ça risible, voire carrément ridicule.

« Je n’ai aucun autre indice à vous fournir que la piètre maisonnée d’Hokori où on m’a laissée, et le brave homme qui fut un jour un père de substitution. » annonça-t-elle, un peu honteuse et déçue d’elle-même.

Et c’était vrai, Momo n’avait vraiment aucune autre piste. Elle baissa la tête avant de se reprendre rapidement pour s’excuser sincèrement. On ne demandait pas ce genre de choses à quelqu’un qu’on venait de rencontrer.

« C’est une bien grande et étrange requête, j’en suis terriblement consciente et je vous prie de m’en excuser. Mais je crois que c’est vraiment ce que je désire, au fond de moi. »

Elle laissa tomber ses épaules, comme libérée d’un poids invisible. La tension s’était évaporée, mais la gravité de sa demande pas vraiment. Elle se sentit plus libre, comme débarrassée d’une corvée difficile, et continua sur un air beaucoup plus simple.

« Si jamais vous entendez quelques histoires ou voyez quelques ressemblances physiques, vous saurez quoi faire. »

Momo sourit et bougea un peu pour détendre ses jambes. Cette dernière phrase avait été prononcé sur un ton beaucoup plus léger que le reste, comme une plaisanterie espiègle, et presque comme si la conversation s’était soudainement retrouvée sur un sujet agréable et anodin, en dépit de sa réelle tournure.


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/1/2018, 22:12

Arihito alors qu'il attendit attentivement que la dame réponde tout en se resservant, s'aperçut que la miko aussi avait finit sa tasse et remplit discrètement celle-ci pour ne pas la déranger avant ensuite de se demander ce qu'elle allait lui dire et en vérité quand celle-ci le lui révéla, il parut légèrement étonné même si aucun mot pour le moment ne franchit ses lèvres. Savoir d'où elle vient ? Aurait-il affaire à une dame qui serait né quelque part sans le savoir ou souffrirait d'amnésie ? Fichtre, si c'était le cas il aurait bien du mal à cacher la peine qu'il avait pour elle, mais il tâcha néanmoins de le faire.

Ce qui fut facile dans les faits au début vu qu'il se contentait simplement d'écouter ce qu'elle voulait lui dire exactement. Après tout si elle abordait ainsi un tel sujet en marquant tant d'hésitation, c'est que cela devait révéler une certaine importance pour elle, une importance qui faisait qu'ironiquement Oyama avait davantage envie de lui venir en aide, son côté serviable sans doute…

Dans tous les cas, il ne put se retenir d'esquisser un sourire peiné en l'entendant dire que dès ses plus jeunes heures elle avait été séparée de ses parents, pauvre Momo pensa t-il. Il est vrai que cela avait dû être dur en soit, même si ce n'était pas forcément la première à vivre cela. Après tous les parents étaient un peu parmi les personnes les plus proches que tout un chacun pouvait avoir de son vivant… De plus, c'était difficile de se retrouver ainsi dépossédé de ses origines.

Et quand elle lui précisa sa demanda bien entendu, il comprit l'importance de cette dernière et dans quoi il venait ainsi de s'embarquer. Et étrangement, pour sa part il ne trouva pas cela ridicule, tout au contraire il prit tout à fait au sérieux ces paroles et leur gravité. Et il prit bien soin de noter d'ailleurs le maigre indice qu'elle put lui donner, car certes c'était bien maigre en soit, mais il comprenait tout à fait qu'elle n'ait pas plus et espérait pouvoir faire avec si en effet il était décidé suite à leur discussion qu'il essaye de retrouver les origines de la miko, chose qui lui tiendrait à cœur sans doute s'il en faisait la promesse.

« Je peux comprendre votre désir de me faire cette requête et je vous avouerai que je suis honoré que vous jugiez que je sois assez digne de confiance pour vous aider à cela. » Ne manqua t-il pas d'ailleurs de préciser avec sincérité quand la dame eut finit d'expliquer sa demande, il laissa un instant de silence s'écouler pour qu'elle puisse mesurer le poids de cette réponse, puis il reprit amicalement.

« Je tâcherai en tout cas de faire de mon mieux pour vous aider mon amie, mais puis-je vous poser une simple question ? » Il attendit qu'elle lui en donne l'autorisation, puis reprit avec sérieux.

« Si je venais à retrouver quelles sont vos origines et même qui sait à découvrir qui sont vos parents et à vous en informer. Que comptez-vous faire ? » Voilà une question dont la réponse l'intéresserait grandement, dans tous les cas il ne manqua pas d'ajouter avec douceur. « Dans tous les cas mon amie, sachez que mon aide vous est acquise quelle que soit la réponse, je ne peux pas après tout refuser de vous aider à résoudre cela au vu de l'importance que ça doit avoir pour vous. » Une importance qu'il ne sous-estimait pas, il était après tout plutôt empathique comme garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/8/2018, 03:57

Momo pouvait sentir son inquiétude, sa pitié, son sérieux et sa dévotion dans l’air pendant qu’il l’écoutait. Il remplit sa coupelle une nouvelle fois, ce qu’elle accueillait avec beaucoup trop d’entrain pour une dame.
Son interlocuteur fit remarquer sa position et la fierté qu’il tirait de la confiance qu’elle voulait bien lui accorder. Elle sourit à cette constatation et ne put nier. Il était rare de se confier autant et sur des sujets aussi personnels à un parfait inconnu. Mais était-il toujours un étranger ? Momo ne savait pas comment se comporter ni comment considérer les gens, ce n’était pas nouveau, cependant elle avait toujours eu un très bon instinct. Et puis, la confiance devait bien commencer quelque part, et il ne lui avait donné aucune raison de se méfier de lui.
Et à ce moment là, son instinct lui disait qu’elle avait fait le bon choix. De nature à la fois introvertie et spontanée, elle ne s’étonnait pas que sa demande ait alors sonné étrange aux oreilles de Arihito. Il laissa un silence se glisser, attendant probablement une réponse, mais Momo se contenta de hausser les épaules avec un léger sourire destiné à cacher son faible embarras.

Sérieux et concentré sur sa nouvelle tâche, il lui demanda l’autorisation pour une question de plus. Momo aurait été bien stupide de refuser, étant donné qu’il devait en savoir le maximum pour qu’elle puisse espérer apprendre la vérité un jour. Et après cette demande, elle lui devait bien ça.

“Je vous en prie.” avait-elle répondu, avec un doux hochement de tête.

La question était complexe.
Elle avait agi par pur instinct jusque là, portée simplement par l’ivresse du moment provoquée par sa coupelle si souvent vide. Elle laissa ses yeux contempler le vide un moment, et se mordit la lèvre pour réfléchir.
Que comptait-elle faire… ?
Mais avait-elle vraiment un choix à faire ?
Elle avait déjà pensé à beaucoup de possibilités, bien qu’elle soit satisfaite de son rang, elle ne pouvait s’empêcher de penser à ce qui aurait pu se passer si les choses n’avait pas été comme elles étaient.
Avait-elle été abandonnée, ou bien était-ce une erreur ? Un coup du sort ?
Venait-elle d’une famille sans le sou, ou bien de la noblesse ?
Du peu qu’elle savait, elle était plutôt bien lotie au temple - mieux que si elle avait du être vendue ou mariée. Oui, elle connaissait la valeur des filles, en dehors de ce lieu sacré. Ici, elle pouvait aller et venir, prier et se laisser porter par la foi. Et quel avenir avait-elle, en tant qu’aveugle ? Aucun.
Et si sa famille, si elle existait ou vivait encore, était de plus noble sang, elle ne saurait pas quoi faire non plus. Elle aurait sans doute beaucoup plus d’obligations, notamment celles de se marier et de faire des enfants. Elle devrait apprendre toutes ces choses qu’elle ignorait et dont elle se fichait à propos de la politesse, de la tenue et des coutumes de la haute société. Elle n’était au temple que depuis quelques jours, et pourtant elle sentait bien que les miko qui venaient de familles riches ou importantes n’étaient clairement pas du même monde qu’elle. Momo ne pourrait tout simplement ni s’adapter, ni accepter qu’on l’arrache à sa volonté de servir les Kamis.
Alors pourquoi voulait-elle donc savoir ? Aucune de ces probabilités ne lui laissait le loisir de se perdre à servir la destinée. Pourquoi vouloir savoir quelque chose, quand elle savait qu’elle courait à sa perte, et était bien plus libre dans l’ignorance ?

Elle releva la tête et s’arracha à ses troubles pensées. Elle but l’intégralité de la coupelle d’excellent saké devant elle et dut finalement se résoudre à répondre après ce long moment où elle s’était perdue dans le temps.

“Je ne sais pas. J’ai l’impression que… que ça dépendra de ce j’apprendrai. Je ne peux pas vous dire, Arihito-dono, je ne le sais pas moi-même.” commença-elle, hésitante. “C’est simplement… que j’ai besoin de savoir d’où je viens.”

Elle sourit du mieux qu’elle put en tournant son pâle visage vers lui. Elle ne voulait pas paraître ennuyante, ou évasive, voire même déprimante. Elle était sure qu’il comprendrait. C’était le lot de chaque homme et de chaque femme, savoir d’où on vient pour mieux savoir où aller. Si les Kamis guidaient chacun de ses petits pas vers le futur et elle s’en remettait complètement à eux, une part d’elle savait qu’il y avait quelque chose d’important à savoir dans ce passé si lointain que sa mémoire d’enfant ne pouvait pas s’en rappeler.

Arihito lui affirma doucement qu’elle pouvait compter sur lui et qu’il l’aiderait, et elle en était heureuse. Son empathie et sa compréhension la touchaient, et Momo ne se sentait pas jugée. Brusquement, elle appuya ses mains contre l’herbe fraîche pour se relever; ses jambes devenues cotonneuses commençaient à la faire souffrir. Une fois debout sur ses deux fines jambes à peine musclées, elle vacilla légèrement et se reprit rapidement en secouant la tête
Décidément, une Okaruto qui ne tenait pas à l’alcool, quelle ironie.

“Je suis engourdie, voudriez-vous m’accompagner marcher un peu ?” demanda-t-elle, incertaine.

En attendant sa réponse, elle lissa les plis de ses vêtements et passa une main fragile dans ses mèches rebelles, désireuse de soigner une apparence qu’elle ne verrait pourtant jamais.


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/9/2018, 17:23

Arihito ne manqua pas d'être plongé dans un abîme de réflexions dans les faits par la réponse de la dame qui était… Tout à fait compréhensible oui et il pouvait  comprendre la logique de la chose. Elle tenait avant tout à savoir d'où elle venait et elle déciderait donc quand elle en saurait davantage, soit. C'était en effet le mieux supposa t-il, comme il le précisa d'ailleurs par ses paroles.

« C'est une attitude sage d'attendre de savoir quelles sont vos origines avant de prendre la moindre décision à ce sujet oui, j'espère en tout cas que la réponse saura vous satisfaire quelle quel soit. » Mais bon, cela ils ne pouvaient pas déjà le savoir malheureusement, même si bien entendu il supposait qu'il valait mieux connaître la vérité, même possiblement dure et décevante que se bercer éternellement dans une perpétuelle ignorance. Après tout la vérité on pouvait finir par l'accepter avec le temps quelle quel soit, tandis que l'inconnu savait merveilleusement bien nous tourmenter et susciter la curiosité.

Mais bon, après il supposait cela mais n'avait jamais connu ceci pour sa part. Il essayait disons juste d'employer son sens de l'empathie pour mieux percevoir les choses, mais bien entendu ça n'avait rien d'infaillible, après c'était toujours mieux de vouloir se mettre à la place de quelqu'un pour essayer de le comprendre supposait-il que l'inverse, c'était plus humain après tout…

Dans tous les cas quand elle lui demanda s'il voulait l'accompagner pour marcher un peu après avoir avouée qu'elle était engourdie, il se contenta de sourire simplement et ajouta avec compréhension.

« Bien entendu, avez vous besoin d'un peu d'aide pour marcher d'ailleurs ? » Demanda t-il, bon ce n'était pas très conventionnel en soit, mais bon cela pouvait se justifier… Au pire ce n'était pas comme si grand monde pouvait les voir, dans tous les cas il ne manqua pas de l'aider ou non à se relever selon sa réponse, puis la laissant mener la marche si elle désirait, il ajouta gentiment.

« Vous êtes sûr que cela ira san ? La prochaine fois je vous ferais plutôt boire du thé je pense. » Conclut-il avec humour, il est vrai qu'on risquait après de penser qu'il s'amusait à enivrer toutes les mikos du temple à ce rythme, quoique ce serait sans doute exagéré de penser aux choses ainsi. Même si disons qu'il ne fut pas innocent une fois concernant le fait qu'une sohei avait finit complètement ivre, même si c'était sans doute lui disons qui avait le moins bien tenu l'alcool des deux… C'était cela en même temps de vouloir se mesurer à une guerrière aussi robuste dans un concours de boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/14/2018, 04:21

Aux sages paroles de Arihito, Momo ne répondit qu’un léger hochement de tête. Elle s’en remettrait aux Kamis pour la suite, et elle lança une prière informulée dans son mutisme. Bien qu’elle s’en veuille d’être si égoïste pour considérer sa personne et ses origines comme dignes d’une enquête, elle ne pouvait passer à côté d’une telle occasion. Elle qui avait juré fidélité et dévotion aux Kamis et au culte se voyait emprunter un chemin bien différent à cet instant. Elle ne savait pas ce qu’elle y trouverait, et dans le meilleur des cas, rien ne changerait pour elle. Elle répéta sa prière silencieuse.
Quand elle avait évoqué son besoin de marcher, il lui avait proposé de l’aide. Alors, elle s’était sentie rougir de manière imperceptible. Momo était à la fois gênée et presque vexée pendant une fraction de seconde. Ce sentiment fut bien vite balayé par l’empathie et la sincérité dans les mots de Arihito, mais elle se sentait toujours mal quand on voulait l’aider. Elle appréciait évidemment, c’était normal. Mais à chaque fois, elle avait un petit pincement au coeur qui lui disait qu’on voulait l’aider parce qu’elle était aveugle, et parce qu’on pensait qu’elle ne pourrait pas se débrouiller. Mais elle avait toujours été très capable, et bien que plongée dans d’infinies ténèbres, sa façon de voir était peut-être bien plus précise que celle de ceux qui avaient des yeux en état de marche. Personne ne pouvait le savoir, elle n’en parlait pas, mais elle n’aimait pas spécialement qu’on lui propose de l’aider. Sans pour autant y voir de la méchanceté et de la pitié, elle s’efforça de penser que ce n’était que de la politesse de rigueur, puisque bien que très jeune, sans titre et sans famille, elle restait une dame.

“Je vous remercie pour votre attention, mais je préfère me tenir par moi-même.” avait-elle répondu, un peu hésitante.

C’était sans compter sur la proximité qui la gênait, elle n’avait pas l’habitude, tout simplement. Elle ne voulait pas devoir compter sur quelqu’un, elle ne voulait pas inspirer la pitié ou la maladresse, et elle ne pouvait pas avoir un contact physique avec une personne qu’elle venait de rencontrer - ne serait-ce que par retenue et révérence.
Arihito ajouta sur un ton beaucoup plus léger une remarque sur l’alcool qui lui montait à la tête. Momo pouffa, bien aidée par le délicieux saké dont elle pouvait encore sentir les effluves, et l’atmosphère se détendit doucement.

“Une Okaruto qui ne tient pas à l’alcool… Je suis certaine que malgré vos nombreux voyages, vous n’aviez jamais vu ça !” lança-t-elle sur un ton affable et plein d’auto-dérision. “Si votre thé est aussi fabuleux que votre saké, je ne doute pas une seule seconde que je finirais dans le même état à force d'en boire. Vous devriez en distribuer au reste du temple, mais soyez sûr d’en garder un peu pour les Kamis, je ne voudrais pas qu’ils nous envient de pouvoir profiter de ce délicieux breuvage.”

Elle rit légèrement et se mit à marcher à pas lent et souple, après avoir lissé les plis de son hakama et vainement essayé de dompter ses mèches rebelles une nouvelle fois.


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/15/2018, 20:29

Arihito ne se permit pas d'insister lorsque la dame précisa qu'elle pouvait se passer de son aide, chose qu'elle précisa avec politesse et respect bien entendu, le marchand se contenta donc de formuler un simple d'accord en esquissant un léger sourire. Après tout si elle pensait tout à fait pouvoir se débrouiller, il n'avait rien contre, il espérait juste qu'elle ne se blesse pas à cause d'une légère maladresse, mais bon il supposait que quelqu'un d'aveugle depuis l'enfance comme elle au pire savait déjà y faire dans ce genre de choses. Bon, il ne savait pas ce que c'était qu'être aveugle bien entendu, mais à ses yeux les aveugles savaient sans doute s'adapter à cela avec le temps, après tout c'était le propre de l'être humain… S'habituer et s'adapter à tout.

« Oh rassurez vous, je fais déjà tant d'offrandes aux kamis que cela m'étonnerait presque d'apprendre qu'ils n'ont jamais fini soûls à cause de ces dernières, je ne pense donc pas qu'ils m'en voudront d'en confier à leurs serviteurs. » Glissa t-il d'ailleurs avec amusement, ce avant de reprendre ensuite avec légèreté.

« Dîtes moi, comment fait-on pour s'occuper au temple lorsque l'on ne prie pas ? Vous pratiquez l'archerie vous aussi comme ma sœur d'âme Satomi ? Ou bien une quelconque activité artistique autorisée par ici ? La question pourra vous sembler anodine certes, mais j'avouerai que cela m'intéresse. » Après tout, tout le monde devait s'occuper, ne pas s'ennuyer était un désir humain, même si évidemment une chose comme l’oisiveté ponctuelle n'était pas vraiment mal vue dans une société telle que yokuni. « Pour ma part je suppose que ce doit être une vie très honorable, sans doute que j'aurais apprécier une telle existence si je n'avais pas la bougeotte en permanence… Mais dîtes moi mon amie, si un jour vous aviez cet honneur, ne rêveriez vous pas de les rencontrer, les kamis ? Peut-être même je ne sais pas… Devenir l'élue de l'un d'entre-eux ? » Demanda t-il plus de l'air de la personne évoquant un possible rêve pouvant devenir réalité peut-être et ce avec un certain optimiste qu'autre chose. Après tout il est vrai que ce serait vraiment quelque chose d'exceptionnel sans doute, même pour quelqu'un comme lui qui n'était pas un religieux, alors que dire pour une des servantes dévouée de ces deniers ? Ce serait sans doute là un accomplissement, peut-être celui de toute une vie à bien y réfléchir...
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/16/2018, 04:56

Momo gloussa légèrement en se cachant derrière une de ses délicates mains quand il répondit à sa remarque sur les offrandes, se demandant si les Kamis pouvaient même ressentir les effets de l’alcool. Il y eut une petite brise qui vint lui caresser les cheveux à cet instant, et elle profita de l’air doux et léger de la fin de matinée.
Arihito continua la discussion en lui demandant ce qu’elle faisait au temple, quand elle ne priait pas. Quand il évoqua l’archerie de Satomi, elle se figea, incrédule. Momo pencha la tête sur le côté et ne savait vraiment pas quoi répondre à ça. En jouant avec ses cheveux, elle essaya de penser à la meilleure façon de lui dire les choses sans l’embarrasser, mais sa spontanéité naturelle lui mettait des bâtons dans les roues.

“Le tir à l’arc ?” répéta-t-elle, comme pour se convaincre qu’elle n’avait pas mal entendu. “Mais enfin, comment… Je veux dire… Ce n’est pas possible, pour moi.”

La jeune miko se mit à rougir intensément, elle se sentait à la fois stupide et bien présomptueuse de devoir expliquer pourquoi une aveugle ne pouvait tirer à l’arc, même malgré une perception hors du commun. Elle se dépêcha d’enchaîner pour laisser le moins de place possible à la gêne ambiante.

“La plupart du temps, j’effectue les tâches du temple et je m’occupe des chevaux.” tenta-t-elle, dans un ultime espoir de rendre sa banalité à la conversation. “Le mien s’appelle Hai, il paraît qu’il est de la couleur des cendres froides qu’on jette à la mer. Même si je ne sais pas ce que ça veut dire. Il est bien loin de la noblesse des chevaux d’Eiichiro, il est gros et mal luné. Mais je dois dire que c’est devenu un ami précieux au fil des années, il m’a même amenée ici en un seul morceau.”

La langue très certainement déliée par l’alcool, elle continua à se confier de sa voix cassée et hésitante.

“A vrai dire, tant que je m'acquitte de mes tâches et que je prie, on me laisse bien faire ce que je veux. Si la prière et la méditation sont mes principales activités, il m’arrive de m'entraîner au maniement du bō. Je n’ai pas une carrure de combattante, et mes yeux pâles me rendent vulnérable au monde extérieur. C’est une façon de compenser, j’imagine.” soupira-t-elle, résignée. “Parfois, quand je sais que personne ne me remarque, je vais voir les prêtres guérisseurs pour apprendre auprès d’eux. Autant vous dire qu’ils n’étaient pas ravis quand ils s’en sont aperçu. Mais tant que je ne fais qu’écouter, j’ai le droit de rester. J’aimerais devenir comme eux, je crois.”

Momo marqua une pause pour remettre ses cheveux en place, comme si tout ce qu’elle venait de dire n’avait même jamais existé. Elle sentait encore les restes de rosée lui mouiller les pieds, et c’était agréable. Elle sourit et se tourna vers Arihito.

“Et vous ? Existe-il des choses que vous faites par plaisir également ?” s’enquit-elle, naturellement curieuse.

Elle sautilla un peu sur ses jambes engourdies et son hakama suivit ses souples mouvements. Bien qu’elle domine la conversation de quelques centimètres, elle se sentait vraiment petite maintenant que les vapeurs d’alcool commençaient à quitter son esprit et son corps.
Soudain, il continua et la conversation prit une tournure bien inattendue. Momo sentit son visage pâlir, si c’était possible - elle avait un certain teint de porcelaine qui frôlait la grisaille.

“Oh… je… Oh, non. Pas du tout. Je n’oserais pas, et que Kasugami me garde d’avoir un jour de telles pensées.”

Momo tremblait de peur presque d’avoir ne serait-ce qu’écouté ces paroles, et espérait qu’aucun Kami ne la regarde à ce moment là. Elle serra les plis de son hakama dans ses poings pour s’empêcher de tomber et scruta l’éternelle obscurité que ses yeux voulaient bien lui donner. Sa déesse l’avait déjà sauvée une fois, elle avait été bénie par son toucher et s’était vue offrir des pouvoirs bien au-delà de n’importe quelle puissance imaginaire. Comment oser penser à en demander plus ? Comment prétendre à plus quand on ne souhaitait que servir et protéger ?
Elle lança silencieusement une prière informulée, un appel au pardon et à la bienveillance de sa déesse. Oh non, elle ne souhaitait pas plus. Et jamais elle ne serait assez noble ou digne pour avoir un tel honneur que de rencontrer Kasugami. Sa simple présence dans le quotidien suffisait déjà à compléter sa vie, et elle ne désirait pas plus.
Elle n’en avait simplement pas besoin. Elle retint sa respiration.


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/20/2018, 19:48

Il fallait noter qu'Oyama mit quand même quelques bonnes secondes à remarquer l'énormité qu'il venait de dire. Enfin énormité, il fallait avouer qu'il avait imaginer que l'archerie aurait pu être possible, même pour une aveugle, mais évidemment c'était parce qu'il était trop optimiste ou avait disons une vision probablement trop positive de ce dont était capables les aveugles. Un peu gêné donc par ce qu'il venait de dire, il répondit gentiment.

« Désolé, j'avais cru que cela pouvait peut-être être possible, même dans votre situation, mais je suppose que j'ai été assez audacieux de le penser. » Mais dans tous les cas, il ne manqua pas d'être reconnaissant à la miko quand celle-ci changea ensuite rapidement de sujet, il emboîta donc le pas lui aussi et dit avec enthousiasme.

« Les chevaux sont de magnifiques bêtes, en tant qu'Eiichiro je ne peux que les admirer et moi-même ait la chance d'en posséder un d'ailleurs. » Il sourit et ajouta ensuite avec douceur. « Si votre cheval est un ami fidèle et robuste qui a su vous aider quand vous en aviez besoin, je pense qu'il vaut tout autant que n'importe quel autre cheval. Accepteriez-vous d'ailleurs de me le montrer à l’occasion ? J'avouerai que je suis tout à coup assez curieux à son sujet. » Puis, il reprit ensuite d'un ton léger et content pour elle.

« Vous vous entraînez au maniement du bô ? Par les kamis, je serais prêt à parier que vous savez vous battre bien mieux que moi dans les faits et ce malgré ce que vous dîtes, après tout ce n'est pas vraiment une de mes qualités, je suis au fond assez malingre et peu doué de mes doigts. La plupart des hommes et des femmes sont plus forts que moi. » Mais bon, cela il l'avouait sans honte, après tout il se fichait bien d'avoir la carrure d'un combattant. Il n'aimait pas se battre après tout. Il ne manqua pas d'ailleurs de poursuivre avec une pointe d'admiration. « Guérisseuse ? Un noble métier je pense, j'ai moi-même un ami spécialisé dans les soins disons et qui dédie sa vie à cela, une noble âme que je ne cesse d'admirer. Étrangement, c'est un Okaruto comme vous... » Amusé de cette coïncidence, il répondit ensuite sincère concernant ce qu'il faisait par plaisir.

« Eh bien, je suis ouvert à tous et j'avouerai que j'aime beaucoup découvrir toutes sortes de choses au cours de mes voyages, histoire de profiter ainsi de mon statut nomade tant qu'il dure. Que ce soit des musiques, des coutumes locales ou bien des histoires. Il m'arrive sinon je vous avouerai d'aimer commercer, pas tant pour gagner de l'argent même si c'est bien, parce qu'en soit c'est une sorte de jeu disons. Un jeu où il faut savoir mettre en valeur ce que l'on a vendre et mentir un peu. Rien de très honorable je sais, mais je ne tue personne en faisant ainsi pour ma part, alors je ne me sent pas vraiment honteux d'avoir choisit cette profession. »

Puis ensuite, il se rendit compte qu'il avait à nouveau gaffer et se mit à ajouta, sans même y réfléchir en voyant la miko pâlir…

« En quoi avoir des rêves est osé ? Je ne dis pas bien entendu qu'il faut exiger que cela arrive mon amie, ni vraiment penser que cela arrivera, mais je me dis que rêver est une belle chose… Enfin, désolé, j'ai probablement dû blasphémer sans le vouloir... » Conclut-il du coup très gêné de cela, avant de reprendre ensuite pour sauver les meubles.

« D'ailleurs quand j'y pense, vous devez posséder des pouvoirs vous aussi ? Je suppose si c'est le cas, que cela doit être le signe que votre déesse vous est déjà favorable d'une certaine manière ? » Oh, il faisait beaucoup de suppositions bien entendu, car tout le monde était loin de posséder des pouvoirs, mais il serait bien content d'avoir vu juste si tel était le cas bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Okaruto no Momo

avatar

Kannushi

Messages : 125
Date d'inscription : 24/08/2017
Age : 23

Feuille personnage
Age: 15 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/25/2018, 01:11

À voir le malaise qu’elle avait provoqué avec sa réaction, Momo se maudit pour sa maladresse, et surtout pour sa spontanéité naturelle qui la mettait si souvent dans des situations embarrassantes. Elle essaya de rattraper les choses, un peu comme elle put.

“Je suis navrée d’avoir réagi ainsi, ce qui est évident pour moi ne l’est peut-être pas pour tout le monde...”
commença-t-elle, humble et honteuse. “Je vous prie de m’excuser pour le trouble que je vous ai causé.”

Les joues rougies par la honte, elle s’inclina légèrement devant Arihito. Une erreur de plus, pour ne pas changer. N’était-elle donc bonne qu’à prier et se taire ?
Momo hocha doucement la tête aux propos de son interlocuteur sur les chevaux d’Eiichiro. Leurs sabots contre la pierre et la terre, leurs mouvements, et même leurs souffles étaient bien différents de ceux de Hai. Ils étaient plus nobles, plus gracieux, plus élégants.

“Oui, vous avez raison. Et ce n’est pas comme si son apparence changeait quelque chose pour moi.” continua-t-elle doucement. “Ça sera avec plaisir que je vous présenterais !”

Elle sourit légèrement et son trouble de l’instant précédent semblait s’envoler avec la brise qui caressait son visage et agitait ses cheveux. Elle pouvait définitivement sentir le ravissement dans sa voix et son ton.

“Ah ! Si je suis douée de mes mains, peu importe combien d’heures je m’entraîne, je suis toujours aussi fragile et maigre. Mais au moins, je saurais protéger ceux qui en ont besoin des misères contre lesquelles les Kamis ne peuvent rien.” rit-elle doucement avant de continuer plus sérieusement. “Mais je n’ai aucun plaisir à me battre ou à n’importe quelle sorte de violence. Quand il y a une voie pacifique, c’est sans aucun regret que je l’emprunte.”

Entre les confessions, ce qu’elle percevait et les compliments qui suivirent, Momo ne savait plus vraiment comment répondre sans s’embarrasser à nouveau. Elle pouvait sentir l’admiration presque palpable dans ces dires, et alors qu’il évoqua un ami Okaruto médecin lui aussi, elle sentit son cœur se serrer. Réprimant l’aiguille de tristesse qui lui transperçait la poitrine en entendant parler de sa contrée natale, elle se força à relever la tête, humble et souriante. Son pâle visage n’affichait qu’une douloureuse expression de mélancolie qu’on essaye d’oublier. Elle ne répondit pas cependant, et le laissa continuer.

Alors qu’il lui racontait ses envies de découvertes et répondait à ses intrusives questions, elle se sentit obligée d’intervenir. Comment laisser un homme honnête se dévaluer de la sorte ?

“Ne vous sous-estimez pas, c’est une voie plus qu’honorable que vous avez choisie. Même si elle le serait plus sans la partie avec les mensonges.” admit-elle à demi-mot, un peu gênée de se retrouver à faire la morale à quelqu’un qui avait au moins le mérite d’avoir été honnête avec elle - alors qu'elle ne connaissait rien à son monde. “Je crois que… qu’on suit chacun un chemin que les Kamis ont vu pour nous. Tout ce que nous faisons, bien ou mal, n’est au final que le résultat de leur volonté et leurs desseins.”

Momo hocha la tête doucement, elle en était intimement convaincue depuis son plus jeune âge.

Quand vint le moment où Arihito fut confronté à ce que Momo considérait comme du blasphème, elle pâlit encore plus de l’avoir embarrassé à nouveau. Décidément, elle était vraiment mauvaise avec les gens. Pourtant elle essayait, vraiment. Mais elle disait tout ce qui lui passait par la tête, et elle n’arrivait même pas à se retenir. Elle n’avait pas de terribles intentions, non. Les meilleures du monde, même. Mais c’était plus fort qu’elle, il fallait absolument, toujours, qu’elle déborde et qu’elle ne reste pas à sa place.
Momo se maudit silencieusement pour toutes les fois où elle aurait vraiment du se taire.

“Excusez-moi, je vous ai encore mis dans une position bien embarrassante sans le vouloir. Encore une fois.” dit-elle très doucement, en baissant la tête.

Quand il changea promptement de sujet pour parler de pouvoirs liés aux Kamis, Momo fut à la fois soulagée et surprise. C’était dans la suite de la conversation, bien sur, mais pourtant elle ne s’y était pas attendue.

“Oh, euh… Oui, en effet.” hésita-t-elle en baissant la tête, les joues rougies par la gêne. “Oui, j’ai eu l’honneur et la chance d’être bénie par les dons de Kasugami. Elle m’a sauvé la vie.”


L - M - Me - J - V - S - D


Collection d'exploits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 367
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo) 1/27/2018, 20:13

« Non, non, ne vous excusez pas, c'est moi qui n'ait pas été assez observateur. » Répondit-il avec douceur aux excuses de la jeune miko pour éviter que cette dernière s'en veuille sans raison, en tout cas pour sa part Oyama ne lui en voulait pas.

De plus, il était loin d'être facilement énervé, au contraire même et il devait avouer qu'il appréciait la compagnie de la religieuse, donc il espérait bien ne pas donner à cette dernière l'impression du contraire. C'est pour cela d'ailleurs qu'il ne se départait pas malgré tout d'une expression qui mêlait bienveillance et une sorte de joie paisible, en espérant bien entendu que même si elle ne le voyait, cela s'entende par sa voix…

« J'espère qu'il n'est pas du genre à mordre les doigts des inconnus. » Commenta t-il d'ailleurs avec amusement concernant le fait qu'elle lui présenterait son cheval, cheval qui d'après ses propos avait un sacré caractère d'ailleurs. Mais bon, dans tous les cas à vrai dire il n'était pas vraiment inquiet à ce sujet de toute manière, pourquoi le serait-il après tout ?

« Le meilleur combat est celui que l'on a pas à livrer je suppose. » Ne manqua t-il pas aussi de commenter avec approbation quand elle avoua, fait nullement étonnant qu'elle n'aimait pas la violence et qu'elle préférait la voie de la paix en toute chose. Idem pour lui, après tout Oyama n'aimait pas la violence et ce quel que soit la dite violence, alors autant l'éviter aussi le plus possible pour sa part.

Et d'ailleurs, il ne sut pas vraiment ce qu'il avait fait pouvant attrister la dame quand par la suite il parla de son ami à la miko, mais visiblement cette dernière affichait une certaine nostalgie. Cela venait-il de la référence au pays natal de la religieuse ? Peut-être pensa t-il, peut-être… Il ne put d'ailleurs que prendre avec une certaine modestie, mais douceur les paroles de cette dernière quant au fait qu'il ne devait pas se sous-estimer.

« Personne n'est parfait et moi-même j'ai mes défauts je suppose, même si j'essaye toujours de faire en sorte que mes qualités dominent ces derniers. Dans tous les cas oui, il est probable d'une certaine manière que nous soyons les fruits de la volonté des kamis et j'espère pour ma part, même si c'est à un humble niveau, aider à ce que les choses se concrétisent pour le meilleur. » Surtout que dans les faits, même s'il ne le disait pas, il était un disciple du chat divin, ce qui évidemment joue à sa manière à ce sujet...

Quant au fait que la dame pâlit par la suite devant les propos d'Oyama, ce dernier sentit qu'il avait disons mal fait les choses et décida de se reprendre.

« Ne vous excusez pas, comme je l'ai dis, personne n'est parfait et l'on est jamais à l'abri d'une petite erreur. » Glissa t-il donc gentiment, après tout on en aurait pas finit si tout le monde devait être irréprochable en permanence. Même si évidemment la société dans laquelle ils vivaient faisait qu'une certaine exigence ambiante régnant, surtout envers les inconnus, mais bon disons que le marchand n'était pas du genre à en vouloir à mort à ceux qui commettaient une gourde en sa présence…

« Ah ? » Finit-il d'ailleurs par demander curieux, avant de finir par préciser sa question quand la miko dit que sa kami lui avait sauvée la vie. « Comment vous as t-elle sauvée la vie ? Du moins si cela ne vous dérange pas de la raconter, j'avouerai que vous avez attisé ma curiosité, ce doit être une histoire très émouvante après tout... » Cela et puis, au moins ils abordaient ainsi un sujet où elle serait probablement moins gênée par de possibles fautes qu'elle croirait commettre à tort ou à raison, ce qui n'était pas plus mal évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo)

Revenir en haut Aller en bas
 

Aveugle des sens, clairvoyance de l'âme (Pv momo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un aveugle qui voit ! Et qui sait lire ?
» Caniche F Toy âgée, sourde, aveugle va mourrir en fourrièr
» Caniche moyen et aveugle env. 8 ans ( frelinghien 59)
» MON AMOUR DE CANICHE DEVIENT AVEUGLE
» TROUVE VIEUX CANICHE QUASI AVEUGLE


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...Ewilan RPG
...
..
..
..
..
...La Sérénissime...
.......