AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Lun 12 Aoû - 14:34

Il était sur elle, suant à grosses gouttes comme un porc. Son regard démoniaque et son sourire machiavélique la terrorisait. Elle voulait bouger, se libérer, courir loin, mais son corps refusait d'obéir et elle resta là, immobile. Il lui empoigna les cuisses et lui écarta les jambes de force. Ses gestes étaient brutaux, ses griffes transperçaient sa peau mais elle ne criait pas. Pourtant elle aurait aimé hurler, l'insulter, le maudire, mais c'était comme si du plomb avait coulé dans sa gorge, la bouchant à tout jamais. Poussant un léger rire il arracha ce qu'il lui restait de vêtement comme s'il ne s'était s'agit que de papier. La suite fut brutale, violente et infiniment douloureuse. Du feu liquide s'écoulait en elle, déchirant ses entrailles et brûlant ses organes et elle resta malgré tout silencieuse, incapable de crier, incapable de bouger le moindre muscle, impuissante.

Akimi se redressa d'un bon, en sueur et haletante. Elle avait beau être habituée à ces cauchemars, ils la secouaient à chaque fois autant que la première fois. Se calmant progressivement elle se leva et alla essuyer la sueur qui perlait sur sa peau nue. Une fois ceci fait elle enfila un simple kimono et alla faire chauffer de l'eau. Comme à chaque fois après de tels rêves elle se sentait sale. Le bain d'eau tiède lui fit du bien et éloigna les images horribles qui se succédaient dans son esprit. Une fois que l'eau fut trop froide pour qu'elle puisse y rester elle sorti, se sécha et s'habilla. Elle alla ensuite donner des instructions pour la journée à sa division et les informa qu'elle se rendait au temple à Hibana. Ses soldates étaient habituées à ces virées au temple à l'improviste et ne s'étonnèrent pas.

Le trajet parut trop long à Akimi et, bien qu'elle parvenait la plupart du temps à éloigner les douloureux souvenirs de son esprit, ils parvenaient par moments à franchir ses défenses et à l'assaillir. Quand les visions devenaient insupportables elle faisait accélérer sa jument pendant quelques minutes, laissant le temps au vent et à l'adrénaline de repousser les images. Elle arriva finalement à Hibana à la mi-journée. Sans s'arrêter pour déjeuner elle se dirigea directement vers le temple afin de laisser le feu purificateur de Moegami remplir son office. Elle avait autant besoin de la purification du Kami que de la compagnie de son amie, Shimizu Ame, la Kannushi du temple Kaigen. Une fois les principaux rituels achevés elle se dirigea, le coeur moins lourd, vers une petite salle de méditation afin de faire le vide en elle et de repousser ses souvenirs dans le recoin le plus obscur de son esprit... jusqu'au prochain cauchemar...


Dernière édition par Hongo Akimi le Mar 11 Fév - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Mer 14 Aoû - 23:18




Assise les bras tendus devant elle. Ame ne pense plus à rien. Elle médite, silencieuse comme la neige qui tombe. Seul son souffle semble perturber le calme de la pièce. Son parfum se mêle lentement aux effluves de l'encens qui s'échappent du pot, posé au sol devant elle. A regarder la Kannushi, on pourrait presque croire que c'est une statue. Le soleil vient envelopper de ses rayons la salle vide, filtrant à peine entre le papier de la porte. La Dame ne sait pas combien de temps est-elle restée dans cette position. Le temps de trouver des réponses aux questions qui la tourmentent. Vainement. Elle porte un simple kimono aux couleurs assez sombres, ayant coiffé ses cheveux en un simple chignon lâche, dont la plupart fuient l'artifice, tombant raidement dans son dos. Ame parait être une simple Prêtresse venant chercher une étrange quiétude. Malheureusement, la noiraude a l'esprit toujours aussi vagabond que dans son enfance. Très vite, elle se laisse emporter dans l'une des contrées inexplorées de son imagination. Échappatoires à la réalité ? Peut-être bien. Elle nie férocement qu'elle vagabonde souvent lors des discussions, mais elle ne peut s'en empêcher. Les fleurs... les montagnes... les plaines... et toutes ces créatures qu'elle ne verrait jamais. Chimères inaccessibles d'une femme condamnée à vivre aux dépends des autres. Des mains que lui tendent ses valeureux moniaux, toujours présents pour elle.

Par obligation ou par envie ? Elle ne sait pas... Elle aimerait leur paraître moins désagréable, mais elle s'interdit la sympathie. Par angoisse de s'attacher à ses compagnons et de les perdre un jour. Ses sourcils se froncent, tout en chassant ses pensées au loin. Elle doit faire le vide. Entre les murs de son temple, elle se demande si Moegami a bien fait de la choisir. Faible et incapable de se débrouiller seule. Charismatique, certes, mais tellement perdue. Ame ne sait plus si elle fait bien de se taire. Elle ignore beaucoup des autres et ne cherche pas à en savoir davantage. Pourtant elle veille, corps et âme, au bien-être de sa nation. Elle sait pertinemment que si une guerre doit éclater entre Setsu et Fukyuu, elle en serait brisée. Non pas parce que la souffrance se répandrait sur Setsu, mais bel et bien parce que la douleur serait présente dans les deux Clans. Elle aurait failli à sa tâche et beaucoup trop de monde finirait par avoir mal. Par la perte d'un frère, d'une soeur, d'un fils, d'une fille, d'un époux, d'une épouse, d'un ami... Elle ne sait pourquoi le contexte politique est si tendu entre leurs deux Clans... Mais elle n-... La Kannushi secoue la tête. Se pinçant la lèvre de frustration. Ne peut-elle pas simplement penser à rien ? Elle ferme un peu plus les yeux, avec conviction. Gekido lui vient soudainement en tête, puis Akimi. Elle est en train de se mettre à songer à ces personnes alors que la porte coulisse discrètement. Trop occupée par ses pensées, elle tressaute imperceptiblement lorsque qu'un Sohei pose doucement sa main sur son épaule afin de se pencher pour lui murmurer quelques mots.


« Shimizu-sama, Hongo Akimi, la Taii, est arrivée. Je pense que c'est de vous dont elle a besoin. »
« Bien... Merci... »

Elle se redresse d'un geste lent avant de se diriger vers l'entrée, afin d'accueillir son amie dans le silence le plus complet. Elle n'a pas le temps d'aller se changer, sachant que si Akimi est présente, c'est qu'elle a besoin d'elle. Et non de la Kannushi. Aime s'incline poliment devant la rousse avant de lui faire signe de la suivre. Avant d'exécuter un rituel de purification, comme à son habitude. Après cela, la Taii se dirige vers une salle de méditation sans le moindre bruit. Le visage stoïque, Ame observe Akimi s'en aller. Elle se tasse dans son mutisme, mais voir sa cadette dans cet état lui fait beaucoup de peine. Et pourtant, c'est elle qui prend soin de la Kannushi. Elle se sent tellement impuissante face aux cauchemars qui hantent son amie d'enfance... Elle humidifie ses lèvres avec sa langue, ses yeux rubis fixant toujours la porte par laquelle à disparut la Lieutenant. Elle hésite. Elle ne saurait pas quoi lui dire de toute façon... Et alors ?

La Grande religieuse fait glisser la porte derrière elle, la fermant avec légèreté, puis vient s'asseoir aux côtés de la Taii. Silencieusement, elle pose ses mains sur ses cuisses, attendant simplement qu'elle ressente le besoin de parler.




L-M-M-J-V-S-D



Dernière édition par Shimizu Ame le Ven 16 Aoû - 18:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Jeu 15 Aoû - 16:10

Seules la respiration des deux femmes brisait le silence de la pièce. Sentir la présence de son amie derrière elle réconfortait Akimi et lui rappelait qu'elle n'était pas seule. Son combat, sa lutte, était celle de toutes les femmes et elle devait être aussi forte qu'elles. Elle était l'un des porte-étendard de cette lutte et se devait de ne pas faillir. Elle devait être un modèle, une source d'inspiration pour ces femmes maltraitées afin qu'elles aussi trouvent le courage de continuer leur combat silencieux quand elles penseraient ne plus en avoir la force. Et elle se devait également d'être forte pour Ame, sa plus grande amie, qui ne s'était toujours pas pleinement remise de la perte terrible dont elle avait souffert.

Elle ouvrit finalement les yeux et redressa la tête, comme sortant d'un rêve et redécouvrit le décor autour d'elle. Elle semblait découvrir cette endroit, comme pour la première fois. Maintenant que les images étaient parties, enfin, elle pouvait voir. Elle pouvait voir la statue sobre mais fière de Moegami dans une alcôve au milieu du mur en face d'elle, voir le pot d'encens posé à un mètre à peine devant elle, voir les lattes du plancher, voir la vie. Elle se releva lentement et se retourna pour poser ses yeux rougis de larmes sur Ame, son amie et gardienne de son âme. Elle s'inclina jusqu'au sol devant elle le plus naturellement du monde mais ne pu s'empêcher de redresser la tête, un sourire presque enfantin dessiné sur le visage.

"Shimizu-sama, merci d'avoir pris soin de moi et d'avoir guidé mon âme vers la paix."

Même si ces politesses n'étaient pas de rigueur entre elles, ces remerciement étaient sincères et elle tenait à les lui faire. Tandis qu'elle se rasseyait, cette fois face à son ami, son visage, bien que marqué par les larmes, était radieux. Avec ces visions était parti la douleur et Akimi avait pu reconstruire ses défenses mentales et était désormais à nouveau capable de visualiser son cauchemar clairement, sans souffrir, comme la spectatrice d'une scène anodine et banale. Tandis qu'elle se reconcentrait sur le visage de son amie, elle sentit sa peine de l'avoir vue dans l'état qui était le sien quelques minutes plus tôt et fut éprise du besoin de la rassurer.

"Ne t’inquiètes plus Ame, je vais bien maintenant.... Merci d'être restée à mes côtés, je suis heureuse de pouvoir toujours compter sur toi depuis toutes ces années."

Une once de tristesse passa dans la voix d'Akimi l'espace d'un court instant. Maintenant qu'elle pouvait revoir clairement la scène dans son esprit elle pouvait également voir le visage de son agresseur onirique, car à chaque cauchemar celui-ci changeait. Elle ne pouvait raconter à Ame que Setsu-sama l'avait violée en rêve, c'était au dessus de ses forces. Elle savait que leur Daimyo était le seul ami de la Kannushi, en plus d'elle, et elle avait peur que lui dire cela allait inutilement lui faire de la peine. Cependant, elle savait désormais pourquoi ce rêve avait été bien plus difficile à supporter que les autres pour elle. Remarquant qu'elle avait laissé un silence pesant s'installer entre elles, elle se rappela qu'elle n'avait toujours pas mangé. Rapprochant son visage de celui d'Ame elle posa sa main contre sa bouche, comme pour lui révéler un secret.

"Entre nous, tu crois que se serait abuser de l'hospitalité de la Kannushi que de lui demander de bien vouloir m'offrir un déjeuner ?"

Ni son sourire, grimpant désormais presque jusqu'à ses oreilles, ni sa bonne humeur n'étaient feint. Elle était temporairement débarrassée des visions qui la tourmentaient et se trouvait en compagnie de sa meilleure amie. Avec Ame elle redevenait l'enfant qu'elle n'avait pas été à l'époque, comme si son inconscient voulait rattraper le temps perdu, ou comme si Ame et elle avaient échangé de personnalité depuis la mort de l'ancien Kannushi.
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Ven 16 Aoû - 18:26



Son regard calme est posé sur la statue face à elles. Le soleil caressant doucement les contours du Kami, laissant l'ombre de l'oiseau divin s'écraser au sol. Touchant presque de sa grandeur l'encensoir devant les deux femmes. Les couleurs des rayons offrent un air doux à Moegami. Une impression de protection à la Kannushi. Une sensation de bien être qui la met toujours à l'aise. Peut-être parce qu'elle sait que le Kami vit, quelque part, en elle.

« Shimizu-sama, merci d'avoir pris soin de moi et d'avoir guidé mon âme vers la paix. »

Ame tourne la tête vers sa cadette, arquant un sourcil de désapprobation, bien qu'un demi sourire amusé se soit né sur le visage de la Dame. Toutes deux savent que ce genre de cérémonies sont inutiles entre elles, mais Akimi est sincère et, comme la plupart du temps, cela touche Ame au plus profond d'elle. La Taii a retrouvé des couleurs et malgré ses yeux rougis, elle semble aller beaucoup mieux, ce qui a pour effet d'étirer davantage le sourire de la Kannushi. La noiraude redresse noblement la tête, prenant un air hautain, bien que toujours aussi amusée par la manière dont Akimi use pour la remercier. Son regard espiègle prend de haut la jolie Taii. Elle s'adresse à elle joyeusement, la taquinant sans ce préoccuper du reste.

« Je ne fais que mon devoir, Taii... »
« Ne t’inquiètes plus Ame, je vais bien maintenant.... Merci d'être restée à mes côtés, je suis heureuse de pouvoir toujours compter sur toi depuis toutes ces années. »

Ame fronce très légèrement les sourcils en la regardant. Étrangement, la tristesse qui perle la voix d'Akimi ne laisse pas indifférente la noiraude, qui l'observe en silence. Son cœur se serre avec lenteur dans sa poitrine. Jamais ne pourra-t-elle faire disparaître la douleur de son amie ? La Lieutenant, songeuse, à l'air très mal à l'aise, voire peinée. Ame penche doucement la tête de côté, comme un chiot qui cherche à comprendre, l'examinant longuement. Lui cacherait-elle quelque chose, à elle, sa meilleure amie..? Elle ne peut s'empêcher de se mordiller la lèvre, inquiète. C'est fou comme en sa présence seule, Ame se sent humaine, aimante et trop maternelle. Elle ne la quitte pas des yeux, jusqu'à ce que son vis-à-vis se rende compte du silence pesant qu'elle a laissé entre elles. Soudainement, elle sort de ses pensées et se penche vers la Kannushi pour lui faire part de ce qu'elle pense être un immense secret.

« Entre nous, tu crois que se serait abuser de l'hospitalité de la Kannushi que de lui demander de bien vouloir m'offrir un déjeuner ? »

Ame lâche un petit rire. Elle ne changera pas, non, Akimi est et restera l'une de rare personne à s'avoir lui arracher un rire aussi pur et sincère. Elle l'imite dans sa posture et répond sur le ton de la confidence à son tour. Oubliant ses inquiétudes à propos des cachotteries de la rousse.

« Tout dépend de ce que tu as envie de manger..? Mais je crois que la Kannushi vit à l'abris des regards et qu'il y a de la place pour toi... Du moins, si elle ne nous attrape pas dans ses appartements en train de manger son repas..! »

Elle se redresse, invitant son amie à la suivre. Elles traversent plusieurs couloirs avant d'arriver à un escalier qui semble monter assez haut. Ame pose son index sur ses lèvres, comme une enfant, pour lui faire signe de ne pas faire de bruit, puis elle entreprend de monter les marches, le plus discrètement possible. Elles finissent par atteindre l'étage supérieur. En son centre se trouve un jardin plus ou moins spacieux, tout autour se dessine un engawa assez large pour laisser passer plusieurs personnes, couvert par la toiture. Sur l'aile gauche, un bureau et un lieu de réunion. Sur l'aile droite, une bibliothèque. Et de l'autre côté du jardin, en face d'elles, un shôji à peine ouvert sur la chambre d'Ame. Au milieu du jardin, un étang dans lequel nage des koïs, parait être surveillé par un cerisier qui penche vers la surface lisse de l'eau. Plusieurs pierres, d'un blanc éclatant, sont disposées de façon agréable alors que quatre lanternes, couplée à chaque extrémité du chemin, attendent sagement leur heure pour être allumées. Un chemin de pierres plates sinue doucement dans ce décor simple et féerique. Permettant de traverser le havre apaisant pour atteindre le refuge, ou chambre, de la Kannushi. Deux Sohei gardent l'entrée de l'escalier. Ame se tourne vers sa complice lui sourit avant d'envoyer l'un des deux moines leur apporter de quoi se restaurer. Elles traversent le jardin, invitant ensuite Akimi à entrer dans son nid, laissant coulisser le shôji après elle.

« Navrée du désordre... » dit-elle en faisant de la place sur la table pour les plats à venir.

Une pièce plutôt simple, rangée, si l'on ne prête pas attention aux nombreux parchemins ou livres que la Dame a abandonné ici et là. Des couleurs chaudes et pastelles. Une décoration très épurée, bien que délicate. Ame s'assoit avec lenteur en face de sa camarade, avant de se relever pour rouvrir la porte, afin qu'elle puisse admirer son jardin. Revenant à sa place première, elle déclare avec douceur, tout en essayant de trouver une position qui lui convient sur son coussin :

« Tout se passe bien pour toi..? Mise à part tes... souvenirs... »

Le Sohei demande poliment à entrer, accompagné de plusieurs jeunes filles, toutes habillées de rouge et de blanc. Chacune dépose le plat qu'elle portait avant de s'incliner poliment, souhaitant aux deux femmes un bon repas. Ame les remercie, recouvrant son air indifférent jusqu'à ce que tous aient disparu. Un réflexe dont elle ne peut pas encore se détacher. Elle regarde la nourriture, tout à l'air bon... Il y a de quoi faire et cela satisfera l'appétit d'Akimi sans le moindre problème. Elle lui sourit d'ailleurs.

« J'espère que cela te convient... » lance-t-elle, en lui faisant un clin d'oeil.




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Ven 16 Aoû - 22:20

L'expression de la Kannushi ne la trompait pas, Ame se doutait de quelque chose, elle le savait, elle pouvait le sentir. Bien qu'elles n'avaient vécu ensemble que pendant deux ans, la complicité entre les deux femmes était si forte qu'elles pouvaient lire l'une dans l'autre comme dans un livre ouvert. Bien que révéler la vérité sur son rêve à son amie lui était difficile, la lui cacher lui était insupportable. Akimi allait tout lui dire, mais pas maintenant, pas ici, elle lui dirait tout pendant le repas, quand elles seraient seules. Néanmoins une chose réconfortait la jeune femme : le rire d'Ame. Elle savait combien ce rire était rare et précieux et elle était heureuse de savoir que, grâce à elle, il résonnait encore de temps en temps entre les murs du temple. Elle ne considérait l'une de ses visites comme vraiment réussie que si elle parvenait à faire rire la Kannushi au moins une fois. Aujourd'hui c'était chose faite, et il était encore très tôt...

Telles étaient les pensées d'Akimi tandis qu'elle suivait son amie dans le temple. Elle connaissait le chemin par cœur tant elles l'avaient emprunté ensemble, et, après tout, elle avait aussi vécu deux années entre ces murs. Elles grimpèrent l'escalier comme deux fillettes faisant des cachoteries dans le dos de leurs parents et débouchèrent sur un petit jardin. Comme à chaque fois où elle le voyait, Akimi fut touchée par l'harmonie de l'endroit. Quand elle était plus jeune, à l'époque où elle venait d'arriver au temple, c'était là qu'elle se réfugiait, c'était le seul endroit où ses souvenirs cessaient de la hanter... du moins avant que les mots d'Ame ne la touchent et ne purifient son cœur. Elles entrèrent ensuite dans la chambre de la Kannushi, qui lui servait également de bureau. En repensant à son propre lieu de travail, Akimi trouva qu'à côté celui-ci ressemblait à la suite d'un daimyo. D'un côté, la Taii travaillait dans une pièce exiguë ressemblant plus à un vulgaire cagibi qu'à un réel lieu de travail : un table basse ridicule, deux coussins usés par les ans, une ouverture minuscule faisant office de fenêtre et des piles de documents s'entassant contre les murs... Quand Akimi émergea de ses pensées, Ame était en train de se rassoir devant elle, après avoir rouvert la porte. La jeune Taii sentait une brise fraîche sur sa nuque exposée qui caressait délicatement sa peau. Même après toutes ces années de service, elle se sentait définitivement toujours chez elle au temple.

"- Tout se passe bien pour toi..? Mis à part tes... souvenirs...
- Oui, tout va bien, je commande toujours ma division de combattantes. Elles se débrouillent bien, très bien même... Parfois j'ai l'impression d'être d'avantage leur mère que leur officier... Je les aime beaucoup, elles sont merveilleuses, toutes. Et puis, pour mes... cauchemars... tu sais, je vis avec depuis dix ans maintenant, j'ai l'habitude. Et ils sont beaucoup moins dur à supporter qu'avant... la plupart du temps."


Bien qu'il s'agisse d'un sujet très personnel et très délicat, Akimi en parlait avait autant d'aisance et de détachement que si elle évoquait les pluies printanière ou l'avancée des moissons en automne. Pour elle il s'agissait d'une part d'elle même et elle en parlait avec son amie aussi aisément qu'elle aurait parlé d'un grain de beauté sur son dos ou d'un de ses défauts. Et il en était ainsi depuis qu'elle avait accepté son passé et qu'elle ne cherchait plus à le fuir.

"Mais il m'arrive encore parfois de très mal les vivre... comme cette nuit. La plupart du temps je ne sais pas pourquoi certains sont plus... difficiles... que les autres. Mais..."

Akimi ne finit pas sa phrase, elle avait entendu des bruits de pas et attendit que tout les plats soient servis et que les deux femmes soient à nouveau seules. Quand les mets furent sur la table elle se rendit compte à quel point elle avait faim, à croire que son mauvais rêve l'avait suffisamment épuisée pour creuser son appétit.

"- J'espère que cela te convient...
- C'est bien plus que je n'espérais. Merci, Ame. Itadakimasu !"


Après avoir gratifié son hôte d'un de ses sourire les plus radieux, Akimi s'attaqua respectueusement aux plats. Elle prenait son temps pour savourer chaque met, chaque goût et ce malgré les demandes de son estomac pour être rempli abondamment et très rapidement. Une fois qu'elle eut calmé les besoins les plus urgents de son système digestif, Akimi reprit la parole, elle n'avait pas terminé ce qu'elle voulait dire et se devait de ne pas laisser une phrase en suspend.

"Mais je sais pourquoi mon cauchemar de cette nuit a été plus dur que les autres... Comme tu le sais, je te le dis presque à chaque fois, ce n'est jamais le même homme, ou les mêmes hommes parfois... Et, cette nuit... et bien... disons que je m'attendais pas à ça..."

Elle tournait autour du pot, son incapacité à prononcer le nom de son daimyo l'irritait. Elle plongea son regard dans les yeux d'Ame, elle devait le lui dire, elle devait être parfaitement honnête avec son amie.

"Setsu-sama... c'était Setsu-sama... Ce n'est pas que je craigne quoi que ce soit de lui en particulier, tu sais bien que je le respecte énormément et que je ne doute pas de lui. C'est simplement que... j'ai peur, voilà. Autant je n'ai plus peur des hommes maintenant, les autres Taii n'ont aucun pouvoir sur moi, mais j'ai toujours peur, au fond de moi, de ceux qui ont le droit de me commander. Je sais que ce n'est pas une peur rationnelle, mais pour le moment c'est comme ça, j'ai peur qu'ils abusent de leur autorité sur moi..."

Sept, ils étaient sept hommes dans tout Yokuni à avoir autorité sur elle : les cinq Taisa, le Taisho et Setsu-sama lui-même. Bien qu'elle n'avait aucune raison rationnelle de les craindre, cette peur était tapie au fond d'elle même et s'était exprimée cette nuit avec violence, comme un avertissement. Akimi se rappelait l'époque de ses premiers cauchemars, quand elle était arrivée au temple. Lors de ses premières nuit elle n'arrivait pas à dormir, et quand elle fermait finalement les yeux c'était pour se réveiller en hurlant moins d'une heure plus tard. Elle allait alors se réfugier dans le jardin juste derrière elle, pleurant longuement sous le cerisier pour finalement réussir à s'endormir là, rarement plus de trois heures. Ensuite Ame avait pris soin d'elle, au début elle avait besoin de passer ses nuits avec elle pour réussir à dormir, se réveillant parfois pour pleurer dans ses bras. Et puis, petit à petit, la douleur s'était estompée, les cauchemars étaient toujours là mais moins fréquents, moins forts... et depuis dix ans cela continuait, aujourd'hui elle parvenait à passer parfois une semaine entière sans le moindre cauchemar et le plus souvent elle se réveillait sans un bruit, et un simple bain suffisait à faire s'enfuir les images. Néanmoins, il arrivait toujours qu'un cauchemars plus fort que les autres finisse par arriver, et, à chaque fois, il était impossible à prévoir. Il arrivait qu'il n'y en ai pas pendant un mois mais il pouvait tout aussi bien y en avoir deux dans la même semaine. Néanmoins Akimi continuait sa vie malgré tout, en dix ans elle avait eut tout le temps d'apprendre à faire avec.


Dernière édition par Hongo Akimi le Mer 20 Nov - 21:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Mer 21 Aoû - 15:32



Ame sourit doucement en l'entendant parler de ses combattantes. Elle sait pertinemment que ces guerrières comptent énormément pour elle et qu'il est important pour la Taii de les former correctement. La Kannushi a tout de même un peu de peine à concevoir cette unité. Elle trouve que séparer les femmes des hommes de cette façon ne les aidera pas à se faire "mieux" accepter par leurs compères masculins. Quand bien même, elle n'a pas son mot à dire sur ce que fait Akimi. Cette dernière ne lui dit pas comment s'occuper de son temple, Ame n'a aucune raison de venir se mêler de cela. La Dame sait aussi que les cauchemars qui hantent la Lieutenant ne sont pas toujours faciles à vivre et Ô combien elle souhaiterait pouvoir l'aider davantage. Elle espère, réellement, qu'elle réussira à trouver la paix un jour. Cette nuit semble l'avoir particulièrement perturbée. Ame garde le silence. Elle ne va pas lui forcer la main. Si elle souhaite en parler, elle écoutera, si son amie ne dit rien, elle ne lancera pas le sujet.

« C'est bien plus que je n'espérais. Merci, Ame. Itadakimasu  ! »

La Taii lui sourit avant de se mettre à manger. Visiblement, elle a plus que faim. La réincarnation esquisse un sourire doux avant d'attraper ses baguettes et de se mettre à table, elle aussi. Elle prend son temps. Après avoir englouti ce dont elle avait besoin, Akimi continue ses explications, qu'Ame écoute avec la plus grande des attentions, bien que son regard songeur se tourne vers le jardin.

« Mais je sais pourquoi mon cauchemar de cette nuit a été plus dur que les autres... Comme tu le sais, je te le dis presque à chaque fois, ce n'est jamais le même homme, ou les mêmes hommes parfois... Et, cette nuit... et bien... disons que je m'attendais pas à ça... »

La Kannushi hoche doucement de la tête, tournant cette dernière vers son interlocutrice, l'invitant à continuer. Elle arque un sourcil en voyant que son amie plonge ses yeux dans les siens, l'air infiniment sérieuse. Ame hésite entre la curiosité et l'inquiétude, alors que son vis-à-vis semble livrer une lutte intérieure pour réussir à finir sa phrase. Un brin perplexe, elle observe sa camarade qui n'a que rarement des difficultés à s'exprimer.

« Setsu-sama... c'était Setsu-sama... Ce n'est pas que je craigne quoi que ce soit de lui en particulier, tu sais bien que je le respecte énormément et que je ne doute pas de lui. C'est simplement que... j'ai peur, voilà. Autant je n'ai plus peur des hommes maintenant, les autres Taii n'ont aucun pouvoir sur moi, mais j'ai toujours peur, au fond de moi, de ceux qui ont le droit de me commander. Je sais que ce n'est pas une peur rationnelle, mais pour le moment c'est comme ça, j'ai peur qu'ils abusent de leur autorité sur moi... »

L'honnêteté dont vient de faire preuve Akimi fait chanceler la Grande religieuse. Elle fronce un sourcil d'irritation pour ne pas se laisser aller à la surprise. Elle digère l'information, ne sachant réellement pas quoi lui répondre et encore moins quoi en penser. Elle se fait violence pour ne pas laisser les images de Gekido et d'Akimi s'insinuer dans son esprit. Un silence désagréable coule doucement entre les deux femmes alors que la Kannushi change de position sur son coussin. Elle comprend la peur de la jolie rousse, mais ne parvient pas à savoir pourquoi elle venait de lui faire ces aveux. Qu'est-ce que la Dame peut faire de plus ? Déjà qu'elle ne parvient pas à effacer sa peur... en dix ans... Alors si maintenant elle cauchemarde sur le Daimyo. Elle pose ses baguettes sur le bord de son bol et vient caler son menton dans la paume de sa main, regardant toujours la Taii.

« Gekido est bien trop bête et impétueux pour songer à te faire ce genre de... maux... Et quand bien même, tu n'auras que me le dire... Crois-moi, je m'occuperais personnellement de son cas... »

Elle lui sourit gentiment, sans la quitter des yeux. Puis elle laisse glisser son regard vers l'arbre au centre. C'est étrange... L'idée d'imaginer sa meilleur amie dans les bras du Daimyo semble la déranger, peut-être même que cela l'agace. Ame lâche un soupire las en essayant de chasser toutes ces pensées au loin. Elle tourne derechef la tête en direction de la Taii.

« Aucune peur n'est irrationnelle ou infondée. Chaque être vivant à peur. Cela fait partie de la vie de tous. Et j'espère que tu sauras vivre avec les tiennes sans qu'elles ne viennent interférer avec tes projets de vie. »

Usant de ses mots rassurants pour soutenir son amie, elle lui sourit chaleureusement, essayant de refouler l'étrange ressentiment qu'elle éprouve face à ce cauchemar. Ce qui l'agace le plus, est bel et bien le fait qu'elle ignore totalement pourquoi elle ressent cela. Surtout que dans les deux cas, ils sont tout à fait libre de faire ce qu'ils veulent. Elle fronce les sourcils, se perdant dans ses pensées, oubliant presque son invitée. Il est vrai, qu'eux, sont finalement autorisés de vivre comme ils l'entendent... Alors qu'elle... elle est condamnée à ne jamais être traitée comme une personne comme les autres. Elle sera toujours considérée différemment. Peut-être même que personne ne l'apprécie réellement pour la femme qu'elle, mais qu'ils sont tous forcés de l'écoute et de prendre en compte ce qu'elle a à dire. Ame lève son regard vers la guerrière face à elle, avant de murmurer de manière à peine audible :

« Toi, au moins, tu as le choix... »





L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Dim 1 Sep - 12:24

Les paroles de son amie la touchèrent profondément. Comme toujours elle s'exprimait avec douceur et sagesse et ses mots étaient justes. Il était indéniable qu'elle était faite pour son rôle de Kannushi et qu'Akimi ne pouvait rêver d'une meilleure amie.

"Gekido est bien trop bête et impétueux pour songer à te faire ce genre de... maux... Et quand bien même, tu n'auras que me le dire... Crois-moi, je m'occuperais personnellement de son cas.."

Elle se contenta de hocher faiblement la tête en signe d’acquiescement, se gardant bien de lui dire que s'il s'essayait à ce genre de pratiques elle ne comptait pas le laisser faire et que l'un des deux trouverait inévitablement la mort. Elle avait traversé l'enfer d'un viol une fois et en était ressortie plus forte, mais elle savait pertinemment que si un nouveau viol la brisait, elle ne pourrait y survivre.

La jeune Taii n'entendit pas le murmure de son ami, mais elle comprit très bien que quelque chose la tracassait. Elle s'imagina qu'Ame devait s'en vouloir de ne pas pouvoir plus l'aider, même si Akimi trouvait qu'elle faisait déjà énormément pour elle. Il était donc de son devoir de lui faire prendre conscience du soulagement que cette discussion franche lui procurait. Lui adressant un de ses plus beaux sourires elle s'empressa de la remercier.

"Merci, Ame. Merci pour tout. J'ai vraiment beaucoup de chance de t'avoir pour amie, je ne sais pas comment j'aurai pu surmonter tout ça sans toi. Merci infiniment."

Elle ne pu s'empêcher d'accompagner son remerciement d'une franche inclinaison de la tête, qui la rapprocha d'autant des derniers mets sur la table. Il ne s'agissait aucunement là de propos hypocrites mais bel et bien de vraies et sincères paroles de remerciement prononcées du fond du cœur. Ame ne pourrait s'y tromper et Akimi espérait que cela suffise à dissiper ses doutes. Regardant une nouvelle fois le grand cerisier dehors, la Taii fut prise d'une irrépressible envie de profiter du jardin et encouragea son amie à la suivre dans cette entreprise.

"Qu'est-ce que tu dirais de nous assoir au pied de ton cerisier toutes les deux, comme quand nous étions enfants. Tu pourras me parler de ta vie au temple et de tout ce qu'il s'y passe. Je meurs d'envie d'avoir de tes nouvelles tu sais."

Gratifiant son ami d'un nouveau sourire, d'un sourire d'enfant, Akimi n'attendit pas sa réponse avant de se lever et de se diriger à pas lents et tranquilles vers l'extérieur de la chambre de la Kannushi. Elle espérait bien pouvoir profiter encore un peu de la compagnie de son amie avant de devoir rentrer à Moe et de reprendre sa routine d'officier, après tout elles ne se voyaient pas si souvent que ça, elles avaient bien le droit à un petit peu de temps à elles.


Dernière édition par Hongo Akimi le Mer 20 Nov - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Dim 10 Nov - 21:50



Ame se laisse un peu aller vers la table. Lassée du repas, elle ne touchera plus ses baguettes. Elle ignore ce qui vient de lui couper sa faim. L'idée d'imaginer le Daimyo avec sa meilleure amie, ou le fait qu'elle sait qu'elle n'a aucun droit sur sa vie. Prisonnière de son propre rang et de sa maladie. Ô combien de guérisseurs ont essayé de faire disparaître ses maux... Ame sait qu'avec le temps, elle ne parvient pas a se sentir mieux. Elle ne force pas son sourire quand Akimi la remercie. Ça lui fait du bien de se sentir utile.

« Qu'est-ce que tu dirais de nous asseoir au pied de ton cerisier tout les deux, comme quand nous étions enfants. Tu pourras me parler de ta vie au temple et de tout ce qu'il s'y passe. Je meurs d'envie d'avoir de tes nouvelles tu sais. »

Elle regarde son amie se lever, examinant le cheminement de la Taii vers le jardin central. Un étrange ressentiment envahit la Haute-Prêtresse alors qu'elle se redresse avec la lenteur d'une vieille dame. Pourquoi est-ce si difficile de l'entendre parler du passé aussi simplement ? Sôichirô lui manque terriblement. Et la bête phrase "comme quand nous étions enfants" lui donne la nausée. Ame n'a jamais été une enfant, elle n'a jamais joué au chat perché, elle n'a jamais couru après une balle, n'a jamais fait de cache-cache, ni de bonhommes de neige. Ame n'a pas pas eu d'enfance. De toute façon, rien ne sera jamais comme avant. Elles aussi ont changé, les deux femmes ont grandi. Elles ne sont plus deux jeunes adolescentes qui se cachaient dans le temple pour aller espionner le Kannushi et ses conseillers lors de leurs réunions dans la grande salle. La noiraude se souvient qu'après chaque assemblée épiée, elles jouaient aux conseillères dans un coin du temple. La fragile femme se mord la lèvre inférieure en continuant son ascension lente vers le cerisier. Elle aurait tellement aimé être l'une des deux Jushoku de Sôichirô... Secrètement, c'est tout ce qu'elle avait jamais souhaité dans sa vie. Elles ne fuiront jamais plus les enseignants pour aller se balader au gré du vent dans les jardins ou dans la ville. Ame ne marche plus en souriant derrière son sensei. Elle ne vient plus se réfugier, en larmes, dans les bras de celui qu'elle considérait comme son père. Elle ne se réjouit plus à l'idée d'aller à Moe. Elle n'a plus des papillons dans le ventre quand elle aperçoit le Daimyo. Elle ne s'émerveille plus en entrant dans l'enceinte de la capitale. Elle n'a plus hâte de s'incliner avec grâce dans la cour. Tout ceci l'indiffère à présent. Relique vivante, elle se demande parfois quand elle redeviendrait la douce Miko qu'elle avait jadis été... jamais. Cette réponse s'enfonce telle une lame dans son cœur. Une douce chaleur naît dans son ventre, finissant par l'envelopper délicatement. Comme une mère qui étreint son enfant. Elle redresse la tête. Rare manifestation divine de celui qui l'habite. Désormais, elle se doit d'être à la hauteur. Être aux yeux de ceux qui l'observent ce qu'ils attendent qu'elle soit. Elle se laisse tomber un peu lourdement à côté d'Akimi, posant sa joue contre son épaule, se laissant totalement aller contre la Taii. Elle se fiche de savoir que des religieux les regardent. La Kannushi ne se préoccupe pas de ce que pense les observateurs de la scène. Même si elle sait qu'il n'y a personne d'autres qu'elles dans cette partie privée du temple.

« Ma vie au temple... » la réincarnation soupire à peine « Je ne sais pas trop que te dire... Il y a beaucoup à lire, à organiser, à ranger, à entretenir... Tu sais sans doute que c'est un lieu de passage de pèlerins... alors il faut sans cesse que tout soit parfait... J'ai d'autres choses plus administratives... Etant la conseillère du Daimyo, je me dois de me tenir au courant de ce qui se passe un peu partout, lire les rapports que l'on transmet... » la regarde en souriant « Rien de très passionnant... Et toi, parle moi de ta vie..? »

Ame n'a pas envie de la sienne au Temple. Elle est malade de son rang. Ne comprend pas pourquoi elle est Kannushi et se tue pour garder la foi de son peuple. Elle attrape une mèche rousse d'Akimi pour jouer à l'enrouler autour de l'un de ses étroits doigts. Elle est fatiguée de se battre pour garder la face vis-à-vis de tous ce monde qui compte pour elle. Ne saisit l'admiration qu'elle suscite aux gens, ignore pourquoi on l'écoute et haït profondément la solitude qui la prend quand elle est sous ses draps chauds. Son kimono sombre et soyeux va sans doute être victime de la terre humide, mais elle n'y prête pas la moindre attention. Ses yeux cramoisis caresse la surface de l'eau avec autant de douceur que ses doigts sur les cheveux de la Taii. La Kannushi prend encore sur elle pour ne pas paraître si triste au près de sa camarade. L'époque où elles gambadaient, insouciantes et hilares, lui manque. Nostalgie quand tu nous tiens, tu déverses un flot de douleur au fond de nos cœurs. Finalement, Akimi est un doux réconfort dans sa lutte. Ame est sincèrement heureuse de l'avoir à ses côtés aujourd'hui, malgré et contre tout ce qu'elle ressent.





L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Mer 20 Nov - 23:04

Écoutant son amie parler, Akimi passa avec tendresse ses bras autour de ses épaules. Elle sentait que la Kannushi n'avait pas véritablement envie de parler de sa vie au temple, elle semblait plutôt vouloir quitter son quotidien, s'échapper de cet univers qui lui causait visiblement bien du soucis... La Taii voulait l'aider, autant que son amie l'aidait elle, et elle cherchait quoi lui raconter. Elle n'était pas douée pour les récits, elle était trop terre à terre pour parler de la beauté d'un paysage ou de la splendeur d'une cascade. Raconter son quotidien à l'armée n'était pas spécialement intéressant et elle ne souhaitait pas donner des récits de morts à son amie. Elle repensa à son trajet plus tôt dans la journée, il y avait beaucoup d'endroits agréables tout près d'Hibana. Akimi connaissait la santé fragile de son amie mais savait également qu'en restant enfermée ici à longueur de journée, enfermée autant dans son temple que dans ses doutes et ses peurs, c'était son moral qui ne tiendrait pas. Se demandant pourquoi Moegami ne soutenait pas davantage sa réincarnation, la Taii s'imagina que c'était peut-être ces mêmes doutes qui faisait la force d'Ame et la poussait à faire toujours au mieux pour les siens. Peut-être était-ce en effet mieux, mais c'était tout aussi épuisant. Ce fut alors qu'Akimi compris que Moegami ne pouvait rien pour son ami, ce n'était pas d'un soutien spirituel qu'Ame avait besoin, mais d'un soutien humain. Un soutien qu'Akimi pouvait lui apporter, ou, qu'au moins, elle s'efforcerait de lui apporter.


"Ma vie.... je n'ai pas grand chose de plus à en dire. Je suis avant tout occupée par mon poste à l'armée. Mes guerrières ont besoin de moi, je dois leur servir de modèle chaque jour, être toujours au meilleur de ma forme, parfaite... C'est fatiguant mais le regard qu'elles me renvoient me donne chaque jour la force de continuer. Quand j'ai un peu de temps libre, et que je ne viens pas te voir, j'aime bien me promener un peu dans la nature. J'aime beaucoup nager aussi, je crois que l'eau m'apaise.... Tu crois que l'on pourrait sortir un petit peu et aller nager avant que je ne reparte, rien que toutes les deux ?"


L'idée lui était venue le plus naturellement du monde quand elle avait dit à son amie qu'elle aimait bien nager. Si l'eau pouvait l'apaiser elle, peut-être apaiserait-elle aussi Ame. Et même si ce n'était pas le cas, une petite sortie entre filles ne pouvait pas lui faire du mal. Accompagnant sa proposition d'un sourire joyeux, Akimi gardait la Kannushui tendrement lovée contre elle. Plus jeunes, les rôles étaient inversés : c'était Akimi qui venait se blottir contre Ame pour chercher du réconfort. Aujourd'hui, la rouquine ne faisait que rendre à son amie l'affection et le soutien qu'elle lui avait donné à l'époque. C'était ce lien, profond et sincère, qui faisaient d'elles les amies qu'elles étaient. C'était ce lien aussi qui avaient fait d'elles ce qu'elles étaient aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Mar 11 Fév - 13:36



Ame écoute son amie parler de ce qu'elle vit. Peut-être que toutes les deux ont besoin de prendre l'air un peu ? D'esquiver leur quotidien pour un simple moment comme deux femmes de leurs âges. Comme deux jeunes femmes qui profitent de la vie en bonne compagnie. Puis elle se souvient que ça faisait longtemps qu'elle n'a plus mis les pieds à Boya, peut-être est-ce le moment idéal pour fuir sa vie de Kannushi et Akimi celle de Taii pour une après-midi, et pourquoi pas, une nuit ? Elle lui fait un de ses sourire d'enfant, que seule cette femme à le droit de voir. Elle qui a toujours été là dans son adolescence. Celle avec qui elle partage tout ses petits secrets. La réincarnation se blottit davantage dans les bras de la rousse, contente de la retrouver. Elle chasse toutes ses mauvaises pensées, celles qui font qu'Ame a une boule au creux de son estomac. La noiraude se redresse en tendant sa main à sa meilleure amie.

« Viens, j'ai une idée. »

Elle se dirige ensuite vers les deux moines qui gardent l'entrée des escaliers, mandant une certaine Yume, puis elle repart vers sa chambre au départ du Sohei. Elle ferme le shôji derrière elle, et fait un clin d'oeil à Akimi.

« Que dirais-tu des sources thermales..? Juste toi et moi... Yume va me prêter ses vêtements de Miko, j’enlèverai quelques bijoux et une coiffure plus simple, puis je ferai mine de te raccompagner à la sortie du temple... Si tout se passe bien, le temps qu'ils réalisent nous serrons déjà aux portes de la ville et tranquille pour un petit moment... Bien que je vais semer une panique certaine... Je ne me fais pas de soucis... Ne suis-je pas entre de bonnes mains avec toi..? »

Yume arrive pile à la fin de ses explications. Il est vrai que la religieuse en question ressemble énormément à la Kannushi. Ame commence son explication, redevenant très sérieuse avec l'entrée de son sosie presque parfait. Yume rit beaucoup en entendant son plan. Puis les deux femmes échangent leurs vêtements, toutes deux aidant l'autre à ressembler le plus possible à celle dont elles empruntent l'identifiée. Une fois que tout est en place, Ame et Yume se tournent vers Akimi, attendant son approbation pour la suite des événements. La Kannushi est excitée comme une puce à l'idée d'essayer de se faire passer pour quelqu'un d'autre le temps de fuir ses obligations et les lourdes tâches qui incombent. Elle se fera sans doute réprimander par ses deux adjoints, mais quelle importance ? Elle va pour une fois, tenter de s'amuser sans que personne ne vienne l'enquiquiner. Puis, après réflexions, elle se dit que c'est aussi une grosse prise de risques. Si quelqu'un vient à essayer de lui faire du mal, aucun Sohei ne sera présent pour la défendre. Elle ne doute pas des capacités de la Taii, loin de là... Mais elle est la Kannushi de tout un Clan. Une réincarnation, un artefact sur pattes. Bien qu'il faudrait être fou pour s'en prendre à elle, personne n'est jamais sûr de rien. Mais en même temps... Boya est la porte à côté d'Hibana. Elle doit arrêter de réfléchir par moment et se laisser aller à quelques coups de tête, ça lui fera le plus grand bien. Si jamais Gekido vient à apprendre qu'elle a disparu... Elle risque d'avoir des comptes à rendre plutôt intéressant à son Daimyo. En même temps, ça lui fera du bien de se soucier un peu de quelque chose d'autre que de son nombril de tyran qui a besoin de tout contrôler. Elle ne peut s'empêcher de sourire à cette idée. Bien. Cette idée lui plait.

[Je te propose de fermer ce sujet après ton post et on en ouvre un à Boya ! ET VIVE LES SOURCES CHAUDES ! ]




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE Mar 11 Fév - 15:09

L'idée d'Ame était très bonne. Elle comportait certes sa part de risque, mais vivre une petite aventure redonnait déjà un peu de joie de vivre à la Kannushi. Boya n'était pas très loin, les deux femmes pourraient faire le trajet toutes les deux sur la jument d'Akimi, d'autant qu'Ame ne pesait pas bien lourd. Cette petite escapade ferait un bien fou aux deux femmes et la Taii ne put qu'être d'accord. Elle assista à la métamorphose de Yume et Ame et d'Ame en Yume d'un œil amusé et suivi la fausse Miko vers la sortie du temple. La ressemblance entre les deux jeunes femmes était frappante et il était certain que la supercherie ne serait pas découverte avant que les deux amies ne soient loin du temple, sauf, bien entendu, si elles jouaient de malchance. Akimi salua au passage les moines et les Miko qui l'avaient accueillis, les remerciant de s'être occupés d'elle et acheva, comme à son habitude, sa visite par une offrande au temple.

Une fois qu'elle eut récupéré sa jument, Akimi hissa son amie sur selle et les deux femmes s'en allèrent vers Boya et ses sources réparatrices. La Taii aux cheveux de feu était convaincue qu'un bain et un massage ferait le plus grand bien à son amie. Cela faisait longtemps qu'elles n'avaient pas partagées un vrai moment de complicité toutes les deux. C'était l'occasion désormais de rattraper le temps perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE

Revenir en haut Aller en bas
 

Cauchemars et Purification [PV-Ame] TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» one again : reves et cauchemars à la con
» Tu m'as trahit pour un rêve, alors je vais faire battre ton coeur pour un cauchemars [PV Hazufel]
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...Ewilan RPG
...
..
..
..
..
...La Sérénissime...
.......