AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi] Dim 18 Aoû - 15:59



Centre ville d'Eiichiro, 16 heures.

Fidèle à sa réputation, le clan Eiichiro était connu pour être le Maître du Vent, furtif et invisible, mais pas seulement. En effet, ces terres avaient l’immense honneur de figurer parmi les meilleures en termes de récolte et sûrement pour ce qui relevait de la sérénité, tout le domaine étant entouré d’une verdure extraordinaire : forêt et plantes en tous genres environnaient l’espace ; les plaines s’étendaient à perte de vue, créant une barrière naturelle.

Bien qu’habitué à son climat polaire, le samuraï aimait à fouler ces terres qui était tant différentes des siennes car il était, depuis des lunes, un amant de la nature. A Fukyuu, le sol était constamment glacé, solide, le pas s’enfonçant dans l’épaisse couche de neige décorant le paysage. Il était certes limpide mais il n’égalait en rien la sensation de cette herbe verte et nourrie, ni son agréable odeur de fraicheur. Le brun se surprenait à rêvasser parfois contre le tronc d’un arbre ou bien sur l’une des marches du grand escalier qui menait au temple de Kokyuu, profitant chaque fois un peu plus de cette merveille qui s’offrait à lui. Et pour cause, rares étaient les missions qui le menaient en ces lieux, sans doute à cause de la mentalité de ce peuple. Pourtant, il aurait pu s’y rendre bien plus souvent car le climat n’était guère hostile, permettant alors une libre circulation, notamment pour venir s’approvisionner en marchandises que l’on ne pouvait trouver ailleurs. Il ne fallait cependant pas omettre le fait que Souzen n’engageait pas une conversation de manière spontanée, surtout lorsqu’il n’y avait aucune raison valable ; après tout, il ne portait pas le nom de légende « Lame Silencieuse » pour rien. Mais n’allez pas croire qu’il était muet comme une tombe. Sauf, qu’en son sens, s’il n’y avait aucun intérêt particulier à l’échange, alors il demeurait tout aussi calme que d’ordinaire.

Armé de son peu de charisme – à cause de son attitude qualifiée de glaciale, propre aux habitants du clan Fukyuu – l’homme avait décidé de se détendre un tant soit peu puisqu’il avait mené à bien sa mission. La veille, il avait aidé à l’escorte d’un haut dignitaire jusqu’à la capitale de Kaze dans des conditions plus que favorables ; aussi, il avait mérité congé. N’oublions cependant pas que même s’il prenait du repos, ses instincts de guerriers subsistaient. Aussi, la méfiance était de mise et les sens constamment aiguisés. Ce fut la démarche souple et lente qu’il déambula dans les rues dont les jardins fleurissaient majestueusement, bien décidé à siroter tranquillement sa boisson favorite : le sake. Il savait pourtant qu’il ne devait pas abuser de ce nectar mais il lui arrivait parfois de ne pas écouter sa raison et de profiter de cet instant de plaisir personnel. Mais savez-vous ce qu’il pouvait advenir de ce noble guerrier ? Un spectacle des plus déroutants – et en somme pas très beau à voir pour ces demoiselles -, lorsque l’on sait combien il est calme, droit et respectueux. C’est pourquoi il tente à chaque fois de rester correct quant à la quantité du breuvage, d’autant plus qu’il se situe dans une ville « étrangère » et qu’il ne serait pas bon de donner une mauvaise image des guerriers de son clan.
En voulant entrer à l’intérieur de la bâtisse qu’il trouva accueillante – sans doute à cause des décorations qui ornaient la pièce – l’homme manqua de vigilance et bouscula une personne par inadvertance. Fort heureusement pour lui, il ne l’avait touché de son katana, sans quoi il aurait été obligé d’engager combat avec son adversaire qui se trouvait être un homme, un guerrier lui aussi. Celui-ci portait des cheveux courts, tout aussi sombres que les siens, étant sensiblement plus grand que lui. Son visage arborait une cicatrice à la forme particulière, ornant la partie droite de son visage - qui n'enlevait cependant rien à un charme certain - ainsi qu'une expression sérieuse, reflétant un mélange de dureté et de dévotion envers l’être qu’il respectait. Souzen ne le connaissait guère mais il pouvait déjà deviner qu’il avait affaire à un guerrier d’un rang non négligeable, au vu de ses réflexes lorsqu’il l’avait heurté. Le samuraï eut un temps d’arrêt avant de le jauger du regard puis de s’excuser en s’inclinant légèrement.

- « Veuillez excuser ma maladresse, j’ai manqué de vigilance. »


Avait-il annoncé d’une voix monocorde, sans l’ombre d’une appréhension. Il n’avait pas quitté son vis-à-vis des yeux, restant néanmoins sur ses gardes en cas de riposte, même en sachant que celui-ci ne l’attaquerait pas puisqu’il ne décelait, pour le moment, aucune animosité en son regard ni dans son attitude. Bien souvent, ce genre de situation ne s’arrêtait pas à un échange de parole anodin et il était certain que cette rencontre aboutirait autrement que sur un simple « Cela n’est rien ». Souzen patienta alors, s’attendant à devoir se présenter à son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Takeshi

avatar

Hatamoto

Messages : 410
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi] Lun 19 Aoû - 10:34

Voilà quelques jours que plus rien de spécial ne se passe à Eiichiro... et heureusement ! Ces dernières semaines ont été bien mouvementées. Ressasser mon passé, m’entraîner, empêcher la résurrection d’un démon, chasser un Uwan, me recueillir sur la tombe de mes parents... Rien n’a été de tout repos depuis que je suis devenu Hatamoto. Je suis d’un côté satisfait car je me sens utile et comblé de pouvoir servir la Daimyo de cette façon. Mais je suis aussi bien content qu’elle m’offre quelques jours de repos. J’en profite pour dormir mais pas seulement car l’entraînement est toujours de mise et je redécouvre toujours un peu plus ma ville. Kaze est grande et peuplée, je n’ai que rarement l’occasion de m’en rendre compte.

À part prévoir d’acheter un petit quelque chose pour Suzuka le dernier jour, je profite pour me faire plaisir. Je passe chez le forgeron pour faire réviser mes sabres et mon armure, je mange ce qu’on ne peut manger en déplacement et profite des endroits calmes pour me ressourcer. Je fréquente aussi par moment les Tavernes, lieux que je n’apprécie que partiellement, surtout pour goûter de nouvelles choses. C’est en sortant de l’une de celles-ci, mon avant dernier jour, que je percute quelqu’un. Bien que je ne marchais pas vite, l’impact est important et me fait reculer d’un pas. J’observe alors l’individu : plus ou moins ma taille, cheveux foncés, yeux foncés également et une carrure digne des plus grands Samouraï. Il porte d’ailleurs un katana mais je ne me rappelle pas l’avoir croisé en ville ces derniers temps, ni dans l’armée.

- « Veuillez excuser ma maladresse, j’ai manqué de vigilance. »

Je m’incline à mon tour et, sans sourire mais poliment, je réponds à ses excuses.

- Je m’excuse également, mon esprit était ailleurs.

Je m’apprête alors à sortir mais, intrigué par son attitude et le fait de le voir ici, je me retourne et attire à nouveau son attention.

- Monsieur... vous n’êtes pas d’ici, je me trompe ? Je vous offenserai probablement si c’était le cas mais permettez-moi de vous montrer quelques spécialités locales si vous n’êtes jamais venu à Eiichiro.

Mon propre comportement m’étonne... je ne suis pas si sociable à l’accoutumée. Je pense que ces quelques jours de congé et de solitude m’ont fait réaliser que j’ai relativement peu de contact avec le monde extérieur. Depuis que je ne fréquente plus mes confrères Samouraï, ma vie se résume uniquement à Suzuka et aux autres Hatamoto. De fait, lorsqu’ils sont tous occupés, il m’arrive d’errer, comme aujourd’hui, cherchant peut-être un ami à qui parler. Je m’explique tout de même mal cet élan de sympathie pour un parfait inconnu, venu probablement d’ailleurs. Mais je trouve là une occasion de mieux connaître les autres gens, les autres terres.

- Pardonnez mon impolitesse, je ne me suis pas présenté. Je m’appelle Nakamura Takeshi et suis l’un des trois Hatamoto de la Dame du Clan.

J’attends alors patiemment qu’il se présente à son tour et réponde à ma question, quelque peu curieux de savoir si j’aurai de la compagnie aujourd’hui ou non.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi] Lun 9 Sep - 18:33

Souzen le savait. Cela était tellement évident, cette différence, que l’homme lui avait naturellement posé la question. Cependant, il resta poli et se montra même prévenant, l’invitant à venir passer un agréable moment en sa compagnie. Le samuraï l’avait fixé non sans une certaine surprise qu’il se garda d’éprouver, quelque part soulagé du dénouement. Et même s’il avait apprécié la franchise de l’homme, il ne lui sourit pas réellement.


- « Vous avez parfaitement raison. Cela ne doit pas être fréquent pour vous d’avoir la visite de guerriers des autres clans à part lors des missions. Je me nomme Hatakeyama Souzen, samuraï servant le clan Fukyuu comme vous l’avez sans doute deviné. »


Ainsi son vis-à-vis était Hatamoto… Le guerrier le salua alors avec respect, le dos droit et le regard toujours porté sur son visage. Il s’inclina une nouvelle fois, gardant les bras le long du corps puis se releva lentement avant de lui refaire face : le premier contact – sans doute amical – venait d’avoir lieu entre ces deux étrangers. Mais pour Souzen, tout guerrier était un frère d’arme, peut importait son origine ; surtout s’il s’agissait d’un samuraï.
L’individu à la longue chevelure n’était pas particulièrement bavard, c’est pourquoi il n’engagea pas un réel dialogue, non pas par timidité mais seulement parce que selon lui, il n’avait rien d’autre à préciser. Sans doute la boisson le rendrait-elle plus gai ? C’était à ne pas en douter.


- « C’est avec honneur que j’accepte votre invitation. »


Poursuivit-il. Une occasion comme celle-ci ne se présentait pas tous les jours alors pourquoi en faire l’impasse, surtout si elle était aussi gentiment proposée ? Discrètement, Souzen continua d’observer son interlocuteur, détaillant chaque geste qu’il effectuait, la manière dont il se tenait, la position de ses mains… Pur réflexe. Le Hatamoto lui ayant ouvert la marche, il le suivit sans mot dire, prenant place à une des tables libres, s’asseyant après l’autre homme par forme de respect encore une fois. Puis, une serveuse vint leur apporter leur dû avec délicatesse, disposant les deux coupelles qu’elle remplit aussitôt avant de reposer la bouteille sur le meuble couleur terre et, prenant congé, elle se retira en s’inclinant poliment, offrant aux deux hommes le plus beau de ses sourires. L’ambiance était plus chaleureuse qu’à Fukyuu, sans doute à cause de la température de la pièce mais aussi du décor environnant et de cette musique qui était jouée en fond, ajoutant sa touche personnelle. Tout comme l’avaient démontré les jardins extérieurs, l’intérieur de la salle exposait quelques plantes particulièrement agréables à la vue. Sans plus attendre et toujours en silence, le samuraï se saisit de la coupelle et but une première gorgée, savourant ce doux breuvage. Il était souvent dit que le sake n’était que meilleur si le cœur y était. Pour notre homme, c’était un véritable réconfort que d’avoir à faire une halte de cette manière. D’habitude, il n’avait pas réellement le temps de s’arrêter ainsi puisque ses missions se concentraient plus particulièrement au sein de Fukyuu. De plus, il était toujours plus agréable de partager sa coupelle avec quelqu’un d’autre. Au moins, si ça dérapait en termes de beuverie, il ne serait pas le seul à se donner en spectacle, bien que dans ce genre d’endroit, les évènements de ce type étaient plutôt fréquents.


- « Je suppose que votre ville doit attirer des habitants des clans voisins grâce à son climat… »


Avait avancé le guerrier.


- « Mais laissez-moi complimenter la qualité de cet alcool. Il est plus doux que ceux que j’ai pu connaître mais sûrement pas déplaisant, bien au contraire. »


Souzen n’était pas un expert en matière de sake mais savait reconnaître lorsqu’il était bon ou non. Celui-ci ne piquait pas la gorge comme ceux, de basse qualité, qui étaient nommés à tort breuvage de prestige. Et s’ils parlaient culture ? Ou bien encore spécialités régionales histoire de partager ce qui faisait la fierté de leur clan ? Ce qui était certain était le fait que notre homme buvait bien plus vite que son semblable, déjà plus enclin à la conversation car, oui, l’alcool montait vite à la tête, c’était connu. Mais ce que ce fameux Takeshi ne savait pas, c’est qu’il fallait une bonne dizaine de coupelles avant que Souzen ne ressente véritablement les effets. Gare à vous Nakamura-sama, vous risqueriez bien de déclarer forfait avant ce sabreur… Et ainsi ne pas pouvoir l’arrêter dans sa course folle.
Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Takeshi

avatar

Hatamoto

Messages : 410
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi] Sam 14 Sep - 19:21

Ainsi donc vient-il de Fukyuu. Je n’ai pas vraiment fait le rapprochement, même si cela me paraissait presque évident qu’il ne provienne pas de Setsu... Il me salue à nouveau, se présentant comme Hatakeyama Souzen et, bien qu’il soit plus âgé que moi, je me sens plus proche lorsqu’il me dit être Samouraï. Après tout, le rang de Hatamoto n’est qu’une nomination, je n’ai pas eu de grade plus élevé avant d’être choisi par Suzuka.

Mon confrère finit donc par accepter mon invitation ; je choisis donc une table et commande quelque chose, que la serveuse nous amène de façon charmante. Je laisse mon nouveau compagnon entamer la boisson, en espérant qu’elle lui convienne. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas bu d’alcool ; la dernière fois devait être en compagnie de Zeshin-sensei, d’ailleurs. Autant dire que je ne suis pas sûre de tenir très bien le breuvage à cette heure de la journée.

« Je suppose que votre ville doit attirer des habitants des clans voisins grâce à son climat… Mais laissez-moi complimenter la qualité de cet alcool. Il est plus doux que ceux que j’ai pu connaître mais sûrement pas déplaisant, bien au contraire. »

Je prends moi-même quelques gorgées avant de lui répondre simplement.

- Il est vrai que nous sommes particulièrement gâtés tout le long de l’année. L’été et l’hiver ne sont pas trop rudes et les entre-saisons sont particulièrement agréables. J’ai eu l’occasion de visiter chaque Clan et loin sont ceux chez lesquels nous pouvons rester si nous ne sommes pas habitués. J’imagine que naître à Fukyuu doit donner certains avantages.

Je ressers mon camarade et moi ensuite, pour continuer à répondre à ce qu’il a dit un peu plus tôt.

- J’aime beaucoup ce saké. Il est fabriqué dans une petite région proche de Kaze et les artisans de l’endroit donnent un arôme particulier au mélange... J’ignore ce qu’ils y mettent mais mon Maître en avait emmené une bonne réserve lorsque nous sommes partis voyager il y a de cela quelques années, maintenant. Il dit toujours que « les souvenirs s’accordent souvent avec un bon alcool » car même s’ils n’ont rien à voir entre eux, les gens s’entendent en partageant un verre.

Un sourire discret mais sincère m’échappe et je tente de cacher mon émotion en buvant encore. Je ne l’ai pas revu depuis qu’il est reparti en voyage et je réalise qu’il me manque. L’époque où je vivais ses mission avec lui ou même celle où il me racontait ses aventures me semble bien lointaine, à présent. Cependant, je me rappelle de tout avec bonheur, me remémorant en même temps l’affection particulière qu’il me portait.

Je ne me rends compte que maintenant que confier mes précieux souvenirs à un inconnu peut être risqué, d’autant plus qu’il connaît ma position. Mais je n’ai pas vraiment envie d’être vigilant aujourd’hui. Bien sûr, je le serai s’il venait à agir de façon étrange mais, pour le moment, il semble écouter attentivement en dégustant le saké. Souzen ne semble pas vraiment avoir quelque chose de particulier à accomplir sur nos terres. Peut-être sa mission est-elle terminée ?

- Au fait, dis-je alors. C’est une mission qui vous amène ici ou visitez-vous Eiichiro pour d’autres raisons ?

Je suis probablement indiscret et j’espère qu’il ne prendra pas mal mes propos.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi] Ven 20 Sep - 22:18

« Loin sont ceux chez lesquels nous pouvons rester si nous ne sommes pas habitués » fut une phrase qui fit discrètement sourire le samuraï. Si certains s’évertuaient à instaurer la paix et faire bonne figure devant autrui, il était cependant inévitable de constater que la différence était bien là. La méfiance était de mise partout, autant dans l’armée que chez les habitants et, ce sentiment, Souzen pouvait parfaitement le comprendre. N’était-il pas lui-même sur ses gardes ? Comment savoir si celui qui se tenait en face de lui ne lui tiendrait-il pas rigueur d’une de ses paroles ? Dans tous les cas, il fallait rester vigilant. Vigilant mais pas non plus fermé à tout échange. Le guerrier de Fukyuu n’était pas homme à chercher querelle, privilégiant les contacts inter claniques car, selon lui, on pouvait apprendre beaucoup de ses « opposants ». Sauf que son attitude pouvait souvent amener à penser qu’il ne souhaitait pas communiquer car les habitants de Fukyuu sont malgré eux, un peuple froid, tout aussi froid que le vent glacial qui souffle sur leurs terres. De plus, sa condition de soldat n’aidait guère à prouver le contraire et c’était d’ailleurs pour cette raison qu’il restait le plus souvent seul, pareil à un de ces vieux loups qui traçait sa route sans sa meute.
Aujourd’hui, le voilà pourtant autour d’une table en train de converser avec un guerrier d’Eiichiro, coupelle en main. Ce fait devrait être inscrit sur un rouleau de papier de riz car plutôt rare. D’habitude, le contact était bref, présenté par une simple salutation par mesure de politesse. On se jaugeait discrètement, tout en gardant la main non loin du fourreau de son katana lorsqu’il s’agissait d’un homme d’armée. Peut-être que le Dieu de la Chance avait bien voulu se montrer en ce jour. Peut-être aussi que la Déesse du Sake – voilà l’appellation, aussi stupide soit-elle, qui lui vint en tête – avait contribué à cette situation. Là, l’homme se rendit compte qu’il était encore et toujours en train de penser à la même chose.


- « Nous sommes tous un peu frileux à l’idée d’avoir affaire avec une personne hors de notre propre clan. Nous connaissons les frontières et les frontières ne font que renforcer le fait que nous sommes malgré tout « étrangers », même si le mot n’est pas approprié. La méfiance est de mise et certains voient d’un mauvais œil qu’un tiers puisse chambouler leur quotidien ne serait-ce que l’espace d’un jour. La tolérance n’est pas un concept adopté par tous, malheureusement. Tout dépend également des croyances, du point de vue mais aussi de l’éducation reçue. »


Le samuraï de glace baissa les yeux en direction de la main de son acolyte, observant ses gestes, le liquide translucide remplissant lentement la coupelle qui avait déjà révélé son dessin en son fond. Il le remercia de la tête puis fit une courte pause avant de poursuivre la conversation, ressentant très légèrement les effets de l’alcool sur son corps. Une douce chaleur l’enveloppa à mesure alors qu’il pouvait sentir son corps se détendre peu à peu, traversé par les prémices d’un bien-être assuré. Et, ses lèvres s’étirèrent en un sourire singulier, quoique timide alors qu’il cueillit encore une fois le doux breuvage.


- « Vous savez, bien souvent, les avantages sont plutôt remarqués par les personnes extérieures puisqu’elles intègrent un nouvel élément. Mais nous savons déjà que le froid qui habite nos terres constitue un avantage par rapport au fait qu’il peut décourager certains bandits d’y rester trop longtemps. Ici, les hivers sont rudes mais, au-delà de la neige qui peuple la plupart des lieux, les printemps y sont paisibles. Les massifs rocheux et montagnes agissent comme une véritable forteresse. Et si vous souhaitez méditer un instant, vous avez trouvé le bon endroit. Mais pour poursuivre sur les avantages, je pense que vous en avez déjà entendu parler, nous possédons l’une des meilleures écoles d’arts martiaux qui existent. Je ne pense pas vous surprendre en vous apprenant – ou non – ceci. Chaque clan a sa spécificité et c’est pour cela, qu’en mon sens, qu’il devrait y avoir plus de partage mais il serait insensé de vouloir brûler les étapes. Nous sommes certes en temps de paix, mais comme je vous le disais, les frontières sont encore bien présentes. Nous sommes tous attachés à nos idéaux, notre terre natale, nos coutumes, et tout simplement le seigneur que nous servons ou que nous admirons. Vous êtes aussi comme cela, il n’y a aucun doute car je peux déjà le lire dans vos yeux. Et je suis votre semblable sur ce point. »


L’homme d’Eiichiro se rendait-il déjà compte du changement de comportement de son camarade de beuverie ? Mais, ne le connaissant pas plus que cela, il n’avait sans doute pas remarqué que celui-ci parlait déjà plus que d’habitude mais aussi que son visage paraissait un peu moins fermé. Si l’homme ne souriait que peu d’habituée, on pouvait constater ce fin sourire qui ornait ses lèvres, apportant un charme singulier à ce visage bien trop fermé. Néanmoins, bien que sous l’effet de l’alcool, Souzen gardait toute sa tête et répondait avec précision aux questions de ce Takeshi dont le point de vue l’intéressait. Cette fois, il avait engagé la conversation sur son Maître à qui il portait un intérêt particulier puisque connu dans sa tendre enfance, ou son adolescence. Etrangement, lorsqu’il évoqua ce fait, il se rappela également de ses propres expériences sauf que, contrairement à l’autre homme, son Maître avait été son père. Un père respectable, sévère, droit et juste. Il avait certes souffert durant ses entraînements mais s’il était l’homme qu’il est actuellement, c’était bien grâce à cette formation qu’il avait reçue. Il comprenait parfaitement son vis-à-vis, prenant discrètement et intimement part à cette émotion qui l’avait animé. Intérieurement, il aurait aimé que l’autre poursuive comme si, quelque part, il souhaitait replonger dans ses propres souvenirs. Il n’avait pas de regrets car il n’avait tiré que la part positive de son vécu sans pour autant omettre la part négative de toute chose qui existait belle et bien. Un homme de son envergure devait être solide et prêt à toute éventualité.
Alors qu’il se surprenait à songer, le sujet suivant le tira de cette pseudo torpeur. Ah, oui, la raison de sa venue… Ce qui était certain, ce qu’il n’avait pas l’attitude de quelqu’un qui souhaitait faire un peu de tourisme, ni même aller conter fleurette à une jeune demoiselle dont il serait tombé sous le charme. Non. Le brun à la longue chevelure reposa ses iris profonds sur le visage de son interlocuteur avant de donner réplique, la voix basse et entrainante car les mots étaient prononcés avec plus de lenteur.


- « Je suis venu ici pour effectuer une mission. Et si je visite les autres clans, c’est uniquement pour des raisons similaires. Ce type de mission dure souvent plusieurs jours à cause du voyage et des formalités à remplir alors, lors de mes moments de repos, j’en profite souvent pour me familiariser un peu plus avec l’environnement, observer et m’imprégner un peu plus des habitudes de chaque clan. Bien évidemment, il faut rester prudent et j’en suis totalement conscient. »


Ce fut à son tour de servir son camarade qui n’enchaînait pas les coupelles aussi vite que lui. Souzen pouvait noter que celui-ci ne tenait sans doute pas aussi bien le coup que lui au vu de ses pupilles qui se dilataient doucement et de ses yeux qui brillaient. Bientôt, la chaleur lui monterait au visage, colorant quelque peu ses pommettes d’un pourpre discret. Une lueur de défi dans le regard, le samuraï ne cessa de l’observer, ayant déjà débuté une bataille secrète contre son opposant.


- « Je suppose que c’est le même cas pour vous ? »


Amusé, il posa une nouvelle question.


- « Que voyez-vous au fond de votre coupelle, Hatamoto-san ? Que pensez-vous des clans également ? »


Il espérait seulement que cela ne serait pas trop lourd à gérer pour l’homme car s’il s’écoutait, il pourrait bien y rester jusqu’à la tombée de la nuit au risque de devoir ramasser son confrère à la petite cuillère.
Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Takeshi

avatar

Hatamoto

Messages : 410
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi] Mar 24 Sep - 16:52

Sa première réponse me stupéfait quelque peu. Il est rare de trouver un samouraï si ouvert d’esprit, encore plus rare venu d’un autre Clan qu’Eiichiro et Okaruto. Ceux-ci sont tellement basés sur la tolérance que les autres semblent bien souvent très cantonnés dans leurs idées de conquête et de destruction... Finalement, je suis rassuré de trouver un guerrier qui serait plutôt du même côté de Suzuka, moins effrayé par l’étranger, plus ouvert au dialogue. Je suis, bien sûr, un guerrier comme lui et tuer ne lui fait probablement pas plus peur qu’à moi. Chacun de nous défend ses valeurs et celle de son Seigneur mais le fait est que son discours me fait oublier nos divergences et me fait espérer qu’une alliance n’est pas seulement le résultat de la naïveté. Le reste de son discours est bien rationnel et son côté terre à terre me permet de remettre les choses dans l’ordre.

C’est bien parce qu’Eiichiro et Okaruto partagent les mêmes idéaux qu’ils ne se font pas la guerre. Malgré tout, les principes diffèrent d’un village à un autre dans le même Clan, il n’est donc pas aisé de se reposer sur une simple alliance ; les ententes d’aujourd’hui peuvent être les conflits de demain. Je ne perds cependant pas d’espoir et conclut le discours du samouraï dans ma tête : tout ce qu’il faut, c’est du temps. Avec le temps, les liens changeront et l’avenir se dessinera. Profiter de ce temps de paix semble être une bonne solution pour le moment. Souzen semble songeur lorsque j’évoque quelques souvenirs avec mon Maître mais, rien de dramatique, puisqu’il continue ensuite à parler, en répondant à ma question.

Maintenant qu’il le faisait, je me trouvais bien bête d’avoir demandé. Il est relativement rare que les samouraïs puissent vaquer librement à leurs occupations et suffisamment longtemps pour se rendre dans d’autres Clans. Je trouve cependant intéressant qu’il profite de son temps libre pour observer, bien qu’il pourrait en réalité s’agir d’une menace. Bien connaître les autres Clans, c’est bien connaître son ennemi en temps de guerre et frapper là où les failles se trouvent. Je remarque qu’il semble plus détendu et bien plus souriant que précédemment, même si cela reste discret. Un air légèrement provoquant s’étale progressivement sur son visage, surtout lorsqu’il me sert à son tour. Je déduis qu’il doit chercher à tester ma résistance à l’alcool, probablement bien moins élevée que la sienne. Pour le moment, je ne perçois rien d’étrange chez lui, mis à part qu’il sourit davantage qu’au début mais il ne s’agit pas forcément d’une conséquence du saké. Finalement, je réponds à ses interrogations.

- Cela peut paraître étrange mais j’ai relativement peu voyagé. Avant d’être nommé samouraï, il est vrai que j’ai vu énormément de contrées et que j’ai particulièrement observé leur fonctionnement, tout comme vous. Cependant, ma promotion ayant eu lieu dans un étrange contexte, j’ai dû rester un bon moment à Eiichiro afin de régler quelques affaires pressantes... Puis, quelques temps après, notre Dame m’invitait à évoluer à ses côtés. De fait, à moins de partir en mission avec elle, je ne risque pas vraiment d’entamer de grands voyages, désormais. Mais je continue à vouloir apprendre... voilà pourquoi je suis ouvert aux rencontres, même si je suis peu bavard... à l’accoutumée.

Je bois lentement ma coupelle et me rends compte que mon visage commence à chauffer légèrement. Nous en sommes, à deux, à une bouteille et demie, déjà. Quand la serveuse est-elle revenue pour nous proposer encore quelque chose ? Il y avait bien longtemps que je n’avais pas ressenti les effets du saké sur mon corps et je sens qu’il est temps d’arrêter.

- Ne le prenez pas mal mais je crois que je vais arrêter de boire pendant un petit moment... il serait dommage que nous ne puissions plus discuter.

Je souris, gêné mais aussi plus ouvert. Je ne me rappelais pas que l’alcool rendait sociable... mais cet état second ne me plaît pas vraiment, même si je suis en bonne compagnie.


[HRP : je suis désolée, ma réponse n'est pas terrible... :/ N'hésites pas à me dire si tu préfères que je rajoute quelque chose.]


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi] Jeu 13 Mar - 18:59

Observateur, le samurai de glace avait gardé ses yeux sombres sur le fin minois du guerrier d’Eiichiro qui semblait avoir une certaine difficulté à tenir l’alcool, la couleur de son visage ne prouvant que davantage ce fait. Et l’homme n’avait pas l’intention d’en rester là car s’il pouvait s’octroyer une pause de luxe et en plus se voir offrir un alcool de qualité, il serait bien stupide de vouloir écourter une trêve aussi plaisante. Ce fut intéressé par le discours de son vis-à-vis qu’il se servit à nouveau, sa langue se déliant plus que d’ordinaire et, même si l’autre s’avérait aussi peu bavard que lui lorsqu’il était sobre, les choses s’arrangeraient avec les quelques heures qui leur restaient à échanger.


- « Qu’en retirez-vous de ces voyages ? Peut-être n’allez-vous pas me répondre par mesure de confidentialité, ce que je comprends parfaitement mais je ne suis pas venu en ennemi. Je pense, au contraire, qu’il peut être intéressant d’en connaître un peu plus l’un sur l’autre pour mieux se comprendre mais aussi pour connaître pourquoi un clan agit comme il le fait aujourd’hui. Nous avons tous des idées reçues, certaines étant fondées et d’autres infondées. Ne sommes-nous pas en temps de paix ? »


Ainsi donc ce jeune homme aurait une relation plutôt intime avec sa Dame si, comme il le disait, il avait pu accéder au rang qu’il détient aujourd’hui. Une véritable aubaine pour ce guerrier. Souzen espérait un jour pouvoir avoir une telle place mais pour cela il devrait prouver qu’il la méritait. Ca n’était sûrement pas par orgueil qu’il souhaitait acquérir ce grade mais lorsqu’on était aussi dévoué que lui pour protéger son Seigneur, cela n’était-il pas le vœu ultime ?
Puis son sourire s’agrandit lorsque le jeune homme déclara pratiquement forfait, ne le rendant que davantage tendancieux. Par tous les kami ! Rares étaient ceux qui avaient la chance – ou le plaisir – de faire face à un visage aussi ouvert chez ce guerrier. L’homme émit un faible rire et, comme pour le déstabiliser, il but une nouvelle coupelle d’un trait sans pour autant parvenir à tourner de l’œil. Ah, maudit soit ce breuvage ! Une fois lancé, il était bien difficile de stopper le guerrier vigoureux à la musculature imposante.


- « Je vous propose d’en partager une dernière en signe de cette récente rencontre, si cela ne vous importune pas. »


Il savait pertinemment que l’autre homme ne résisterait pas à une nouvelle attaque alcoolisée mais le samuraï se sentait d’humeur taquine, ce fin sourire n’ayant pas quitté ses lèvres. La pupille brillante, il n’avait pas cillé ni même détaché son regard de celui de son vis-à-vis comme pour l’inciter à le suivre dans ce qu’il appelait un début de débauche. Comment pouvait-on le nommer autrement ? A ce rythme, les conséquences risquaient d’être plus désastreuses qu’il ne le pensait, surtout pour son « camarade ». Le pauvre Hatamoto ne savait sans doute pas dans quoi il s’était engagé en buvant en sa compagnie puisque Souzen était réputé pour manquer de tenue lorsqu’il avait trop bu. Fâcheux. Très fâcheux. Etait-ce vraiment le même homme ? Lui qui avait pourtant le contrôle sur tout, comment pouvait-il agir ainsi ? Beaucoup n’y croyaient guère jusqu’à ce que l’improbable se produise par inadvertance sous leurs yeux ébahis. Il fallait seulement espérer de celui d’Eiichiro un acte raisonnable qui, de pair, les sauverait l’un et l’autre.


- « Ne vous en faîtes pas, je règlerai la somme, prenez ceci comme geste de remerciement… »


Avait-il cru bon de rajouter. Le challenge lancé, il espérait que celui-ci lui répondre par l’affirmative histoire de terminer cette journée en beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Takeshi

avatar

Hatamoto

Messages : 410
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi] Dim 15 Juin - 15:47

Je ne sais pas tellement comment prendre son rire mais il continue à boire et ne semble pas avoir d’idées derrière la tête. Du moins, pas d’idée qui puisse être nuisible à ma personne, au lieu ou au Clan. J’ignore aussi si c’est l’alcool ou pas mais son raisonnement sur le voyage me plaît. Il est vrai qu’en temps de paix, nous pourrions profiter pour mieux se connaître et augmenter ainsi la tolérance d’un Clan à l’autre en s’intéressant aux expériences de chacun.

Il tente alors de m’offrir une dernière bouteille de saké, breuvage maudit dans cette situation. Je suis plutôt ouvert à la discussion lorsque je connais bien les gens mais là ce n’est pas le cas... et me voilà déjà bien plus ouvert que ces dernières années ! J’hésite quelques secondes mais son air de défi et l’envie de détente qui me gagne sans que je ne comprenne pourquoi m’incitent à répondre par l’affirmative.

- Eh bien je vous laisse m’offrir la dernière, si cela vous fait plaisir. En espérant pouvoir rentrer ensuite...

Je laisse m’échapper un sourire, plus sincère que je ne l’aurais pensé. Mon camarade du moment commande alors la bouteille je sers cette fois nos deux coupelles, qui ne tardent pas à être vidées et remplies à nouveau.

- Concernant votre question précédente, je veux bien vous en dire plus. À vrai dire, de façon globale, ces voyages m’ont permis de réaliser très jeune que chaque Clan possède sa culture, son peuple, ses familles. Et pourtant, la guerre ne perd pas de sens pour moi. Lorsque je me bats pour Eiichiro, je me bats pour ceux que j’aime et les autres en font probablement de même. L’on pourrait alors penser à des injustices ; pourquoi priverais-je une famille de son père alors que je n’ai pratiquement plus personne. L’honneur et notre code nous unissent à des principes qu’il faut suivre, les Daimyos deviennent notre nouvelle famille, une famille qu’on ne peut pas vraiment aimer comme telle...

Je bois deux coupelles à la suite et sens mystérieusement l’effet de l’alcool diminuer, comme si je retrouvais soudain mes esprits.

- Ces voyages m’ont appris le respect, en réalité. Lorsque je tue, à moins d’avoir une dent contre mon adversaire, des reproches personnels, j’ose imaginer à la vie qui l’aurait attendu si je n’avais pas planté ma lame dans son corps. Et j’ai alors une pensée pour sa famille, celle qu’il a créée de son sang et non celle que lui a donné ses principes.

Ma tête tourne légèrement et, pour éviter de trop en dévoiler, je lance la balle à mon compagnon, par simple curiosité.

- Et vous, lors des missions desquelles vous parlez, à quoi pensez-vous ?


[HRP : voilà enfin ma réponse, je m'excuse du retard !]


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi]

Revenir en haut Aller en bas
 

Sempiternel refrain : une rencontre inexorable. [PV Takeshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Cadeau pour Takeshi
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi
» Drôle de colocataire! [PV Takeshi]
» C'est par où? [Takeshi] [=>terminé]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..