AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:18

Un escadron patrouillait le long des ruelles désertes de la ville de Tora, plongée dans une nuit étoilée qui ne révélait pas le moindre indice quant à la tournure tragique des évènements à venir. Les multiples escadrons de sentinnelles internes à la ville étaient habitué à un calme légendaire ; très peu de péripéties se déroulaient en effet au sein de la ville la plus fortifiée et la plus contrôlée de l'Hinomoto. Mais pourtant il ne fallut extraordinairement que trop peu de temps pour cette demi-douzaine de soldats au clan du Tigre.

Un individu se dressait devant eux. Sa silhouette ne laissait rien présager de bon. Armé d'un sabre à la main gauche qui reflétait le clair de lune, son regard perçait à travers les ténèbres, affichant deux lueurs jaunâtres, pour s'abattre tel le fer de la volonté qui pourfend l'esprit faible de ces soldats asservis par la terreur que semait le jeune Araki pour les dominer tous. Spontanément, le bantaï chargea ce qui semblait être un jeune homme de taille moyenne et aux longs cheveux-bruns. Il leur dit :


« Je suis Uroko Shiro, l'écaille dorée ! »

Et il se lança à son tour, faisant montre d'habileté hors du commun, se laissant aller au fil de l'eau le long des frappes de ses adversaires, les évitant, les parants ; puis contre-attaquant subitement par des kiaïs à en faire trembler les tripes des citadins. C'était trop tard, plus aucune marche arrière n'était possible ; des hommes accouraient de toute part, bloquaient les ruelles, se tassaient presque. Ils étaient vingts, puis cent, puis deux-cents. Ce n'était qu'un bref aperçu du réel effectif de l'armée Toragi.

« Je vous laisse une dernière chance : donnez-moi la tête de votre seigneur, et nous éviterons un combat inutile. »

Un bref silence se fit ressentir, mais aucune réponse ne vint à la requête du jeune homme qui avait parlé de manière solennelle et incroyablement calme face à cette foule toujours plus grandissante. Alors il continuait d'avancer, lentement, très lentement, tandis que les adversaires arrivaient pour le cerner. C'en était fini de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:18




« Laisse m'en un peu. Ca fait trop longtemps. »

Une autre silhouette fit son apparition des airs, bondissant de toits en toits pour venir se poser aux côtés du jeune homme. Elle avait réussit à se faire une place dans cette circonférence restreinte qui séparait le jeune Shiro de l'armée Toragi. Son lon manteau blanc reflètait plus encore la lumière de la lune ; ceci en parfait contraste avec les ténèbres du dessous de son capuchon qui dissimulait son visage. Il se tenait au dos de son acolyte, dégainant lentement ce qui semblait être une canne sabre, avant de se séparer du fourreau, n'empoignant plus que son arme solidement.

« J'espérais savoir si tu avais fait des progrès avec les dragons. »

Après cette déclaration brève, le combat fut entamé spontanément par un guerrier de Toragi qui s'était jeté sur cet homme en blanc qui paraissait si petit et si frêle. Mais celui-ci n'eut qu'à se décale sur le côté et administrer une frappe en diagonale pour mettre hors d'état de nuir son assaillant. Puis un autre. Puis deux. Puis quatre. Ils venaient tous en chaîne ; parfois attaquaient de manière synchrone ; parfois en série ; mais de manière très désorgaisée. L'on reconnaissait bien là le vieux Chomei qui se jouait de ses adversaire, exécutant diverses accrobaties improbables de par son agilité légendaire, assénant des coups toujours décisifs. Il devenait presque de plus en plus handicapant pour tout le monde de se mouvoir tant les cadavres commençaient à joncher le sol, le souillant d'un carmin internel qu'on ne saurait discerner vraiment qu'au petit matin à la vue de ce spectacle d'horreur.

Toragi était devenu un champ de bataille. Ils étaient deux face à peut-être des milliers. Mais enfin... Qu'espéraient-ils ?
Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:19


« CHOMEI ! »

Il avait presque hurlé de joie et ce malgré la situation presque desespérée. Un sourire se dessinait presque jusqu'à ses oreilles alors qu'à son tour il faisait couler le sang des multiples assaillants, attendant le bon moment pour répondre de frappes décisives. Son dos était collé à celui de son maître, tous deux couvraient mutuellement leurs arrières et combattaient comme au bon vieux temps, lorsqu'ils tombaient par hasard en embuscade et s'en étaient toujours sortis indemne. Les Uroko étaient de nouveaux réunis, et même le tonerre grondant des Toragi ne sauraient ébranler leur volonté.

Il hurlait à chaque frappe, expulsant sa rage, son kiaï de tout son hara, parfois en parfaite synchronisation avec Chomei. Son adrénaline augmentait au fur et à mesure des morts qui s'enchaînaient par dizaines à ses pieds. Il avait calqué la rage fulgurante des Ondorie à son propre compte ; même s'il n'avait pas véritablement besoin de ça compte tenu de son éternel caractère de jeune impatient. Mais les adversaires arrivaient aussi vite qu'ils étaient partis. Les Toragi avançaient par centaines, il y avait maintenant des hommes à perte de vus tandis que le tonerre commençait à tonner de manière spectaculaire. Mais les fortes intonnation ne vinrent pas atténuer le hurlement de Shiro à l'attention de son maître :


« J'crois qu'cette fois ça sent l'caca, si t'as une formule magique pour nous tirer d'là, c'est l'moment ! »
Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:20

Le massacre avait été tel que les assaillants du côté du jeune Shiro devenaient de plus en plus réticents à avancer. Ce qui permis au jeune guerrier de regarder en arrière et apercevoir son maître mal-en-point. Ni une, ni deux, il se hâta vers lui pour le redresser et les diriger tout deux dans une ruelle voisine. Les guerriers se mirent à suivre dans cet espace restreint. Il ne pouvait se passer qu'une attaque à la fois, ce qui laissait le temps au jeune homme de converser avec son maître comme au bon vieux temps.


« T'es un grand malade. En fait tu plaisantais pas quand tu parlais de la voix de la guerre. C'est l'élimination de l'adversaire à tout prix... Faut croire que... J'aime ça. Mais pour aller botter les fesses du seigneur... J'crois qu'c'est raté. Faut qu'on s'tire de là ! »

Il avait l'impression de donner les mêmes frappes à répétition. Il n'avait subit aucune égratignure depuis le débutn mais il sentait tous les muscles de son corps tirer. Et quand bien même fallait-il qu'il lui reste quelque peu d'énergie pour s'enfuir avec son maître, il se mit de nouveau à reprendre la course, le bras de Chomei sur une de ses épaules. Parfois il s'arrêtait pour trancher un ennemi, jusqu'à les semer tous. Au bout de la ruelle, il bifurqua brusquement pour aller s'immiscer dans la première habitation venue, peut importe si elle était occupée dans la première pièce ou non. Il fit coulisser les portes en un temps record, se dissimulant Chomei et lui-même, entendant finalement les pas de quelques soldats Toragi à la poursuite des deux Uroko. Certains s'étaient même arrêtés, demandant de vive voix si quelqu'un avait vus les deux protagonistes. Puis un silence se fit.

« J'ai l'air de quoi, moi ? Je savais pas que t'étais capable d'un tel massacre. Quand daigneras-tu enfin montrer ton vrai visage...? »



Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:20

« J'ignore... Si c'est le moment pour en parler... Fils. »

LLe vieux se relevait avec difficulté. Il était temps pour eux de s'extirper tranquillement de la capitale. Avec leur fatigue, continuer ne relèverait pas d'une quelconque mort honorifique sur le champ de bataille, mais d'une entreprise aussi vaine que ridicule de vouloir se créer un nom dans l'Histoire. Ils avaient encore le temps, après tout ? Là, Chomei l'entendait bien, lui, l'aveugle de Suigyuuku : tous étaient repartis vadrouiller et il leur serait aisé de s'immiscer derrière quelques murs pour s'échapper de cette immense forteresse.

Ils se déplaçaient lentement, très lentement. Chomei n'avait plus cette démarche monotone que quand il était ressourcé. Avoir sollicité un don relevant presque du Diable - le Shin-no-ippou - suivi des deux pouvoirs du cristal d'Itegami l'avait définitivement drainé. Il respirait difficilement, ses jambes avaient beaucoup de mal à le porter. On était loin du légendaire Général de Suigyuuku, du légendaire maître en arts martiaux, du fondateur du Wajutsu, du samouraï exemplaire pour des milliers de têtes montantes du clan d'Itegami... Non, tout ça semblait ne jamais avoir existé quand on regardait ce vieux débris qui finit presque par s'effondrer, malgré le soutien non-négligeable que Shiro lui procurait pour se déplacer.


« Voilà qui est... Embarrassant. Tu devrais peut-être me laisser ici. Tu as encore une chance de t'échapper. »
Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:21

« Et puis quoi encore ?! »

Apercevant que son maître n'avait plus la force nécessaire de se mouvoir ne serait-ce d'un centimètre, Shiro le haussa subitement sur son dos et se mit à marcher en pressant le pas, observant çà et là de son regard perçant, se fiant à l'ouïe de son maître qui pouvait l'avertir du danger imminent. Ils étaient pratiquement complémentaires, comme au bon vieux temps. Que demander de plus ? Si ce n'était l'absence de cet être qui se trouvait aux portes de Toragi, seul. Le dernier obstacle avant la liberté. Le jeune homme s'approchait de plus en plus et ce malgré les gémissements de son maître, pour apercevoir un être qui n'avait rien d'humain... L'aura qu'il dégageait était des plus épouvantables. Aucun doute sur la chose : un Oni très opportun.

« Dégage de là, tu veux ? »


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:21

« Grossier enfant. Tout à une fin ; laisse-moi t'offrir la mort la plus douce qui soit. »

La silhouette avait parlé de manière sadique ; son ton était froid et n'inspirait rien de bon aux deux samouraïs. A peine eut-il finit de prononcer cette accablante promesse de mort qu'il disparut spontanément de la vue du jeune garçon, se rematérialisant dans la même fraction de seconde sur son flanc pour lui asséner une série de coups. Coups encaissés par le dos du pauvre Chomei dont la capacité du Bouclier des Glaces - Aisushïrudo - ne put repousser totalement. Le vieux était à court d'aura, et gémit de douleur sous le courroux du démon dont les frappes devenaient de plus en plus fortes jusqu'à s'interrompre lorsque Shiro porta une estoque dans la gorge de l'ennemi. Coup qui était fatal contre les humains, mais qu'en était-il des Onis...? Le démon afficha un sourire macabre sous le clair de lune, tandis que Shiro retira son arme pour lui enfoncer dans le même souffle une frappe dans le plexus. De quoi gagner du temps face au démon qui, fort de sa guérison instantanée face à l'estoque, se retrouvait tout de même cambré à tousser et tenter de reprendre sa respiration. Shiro s'éloigna pour délicatement laisser Chomei se reposer dos à un mur non loin. Le vieux général n'était plus qu'un vieil animal mourrant dont la respiration saccadait.

« Tout est entre tes mains, fils... Moi qui rêvais de mourir aux côtés de mon seigneur sur les champs de bataille, j'ai au final reçu plus grand honneur en...core.»


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:21

« Ton heure n'est pas venue, tu es invincible, c'est juste que tes ressources ne sont pas éternelle, le vieux ! »

Le samouraï se redressa, faisant volte face, le katana à la main et s'avançant vers son adversaire qui, à son tour, se redressait pour se mettre en garde, le sourire aux lèvres, nullement intimidé par le regard perçant et emprunt de colère du jeune Shiro.

« J'ai tué ton maître, et c'est maintenant ton tour de mourir, écaille dorée. »
« Ton cauchemar à toi et aux autres n'est pas terminé, et je vous ferai regretter tous, chacun, d'avoir existé. Tu me remercieras de t'avoir envoyé en enfer tant je vais t'en faire baver, jusqu'au bout, jusqu'à la fin. »



L'oni avait chargé de manière imperceptible, et pourtant le jeune samouraï avait paré une, deux, trois attaques d'une facilité déconcertante. L'afflux de Ki, l'aura qui émanait des deux guerriers était presque ostensible au point que le garçon lisait l'esprit de son adversaire comme dans un livre ouvert. Malheureusement, les coups que portait l'humain au démon étaient vains. A chaque estoque réussie, chaque plaie causée, celle-ci se renfermait instantanément. Et l'élément Ether du wajutsu ne permettait que des prouesses défensives ; seul le kenjutsu lui permettrait de mettre son adversaire hors d'état de nuir. Alors tous deux frappaient, entrechoquaient leur lames sous le tonnerre grondant. L'Oni était incroyablement rapide, mais son esprit était tellement transparant que le jeune Shiro calculait trois à quatre coups à l'avance, anticipant les attaques les plus dangereuses et les neutralisant d'une part ; contre-attaquant aux points vitaux non protégés d'autre part. Après un instant, le démon se volatilisa pour créer de la distance.

C'est donc ça, l'art légendaire des Uroko ? Le maître me félicitera lorsque je serai venu à bout de vous deux, humains. Vous ne pouvez rien face à la véritable colère d'un Oni ! AAAAH ! »

Le démon s'élança de nouveau, affinant sa vitesse et sa force de frappe au point que ses capacités n'avaient littéralement plus rien d'humain désormais. Et malgré son endurance légendaire, le jeune Shiro commençait à fatiguer, geindre sous quelques coups du démons bien qu'ils eut été atténués. Il lui étaient impossible d'effectuer quelque emprise tant la rapidité des frappes ennemies étaient presque divines. Mais dans un semblant d'espoir, alors que la vélocité du démon convergeait vers un infini jamais encore aperçu, son esprit, son énergie devenait limpide au point que Shiro se sentait la saisir dans la paume de sa main. Et alors qu'une frappe vint s'abattre contre le flanc du jeune homme, celui-ci la stoppa net, par la simple force de son esprit, de sa respiration, de son souffle énergie, laissant le membre du démon en inertie, convulsant sur place. On avait l'impression que le jeune homme faisait de l'asme tant sa respiration étaient des plus prononcées. Il sentait ses millions de points d'acupuncture dégager une énergie puissante ; sensation que jamais il n'avait ressentie avant.

« Qu'est-ce que c'est que ça ?! C'EST DE LA SORCELLERIE ! »


Hurla le démon avant d'être tortillonné et projetté dans tous les sens, se roulant par terre, seul, sans le moindre contact physique du jeune Shiro alors que celui-ci semblait le soumettre à sa merci... Simplement par la force de son esprit.

« Les techniques "Higi" ou "Okuden" comme disaient mes ancêtres... Je suis littéralement surpris que tu les aies assimilées aussi rapidement. Plus efficaces que le shin-no-ippou encore, celles-ci soumettent ton ennemi par la simple force du Ki et de ton esprit ; j'ignorais que tu serais parvenu à un stade de maîtrise du Ki aussi... Jeune... »

Chomei avait murmuré dans un monologue alors qu'il sentait le démon se remettre de l'emprise de Shiro.

« Ca suffit... CA SUFFIT ! J'AURAI MA REVANCHE, SORCIER ! TU NE PERDS RIEN POUR ATTEEEENDRE ! »

Le mal est passé ; il a fui. L'oni s'était volatilisé, reconnaissant son échec cuisant. Mais un autre danger revenait, c'était l'armée locale des Toragi qui avait retrouvé la trace des deux guerriers. Mais qu'étaient leur volonté face à celle d'un jeune guerrier qui avait de nouveau son maître sur son dos, détalant à grande enjambées loin du danger dans la nuit noire, s'engouffrant dans les forêt voisines et semant une fois par toute l'armée d'Araki ?


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:22





« Cesse donc de courir... Nous sommes loins, maintenant.
Je dois nous trouver des secours, où qu'ils soient ! Si seulement l'heure y était propice...
C'est inutile, jeune... Je n'ai de force que pour te parler, mais bientôt je succomberai. Cette forêt ne vaudra jamais les éternelles montagnes Shuho où j'ai passé une partie de mon existence en ta compagnie, mais je ne suis ni plus ni moins qu'un rônin itinérant maintenant. Alors, que tu fasses de cette forêt mon tombeau ou le détour d'un chemin crasseux hors des sentiers battus... Est-ce d'une quelconque importance ? Mon corps retournera à la terre et nourrira le cerisier futur dont les pétales fleuriront plus beau que jamais, j'aime à le croire.
Maître... vous n'êtes pas en âge de passer l'arme à gauche et mon entraînement n'est pas terminé. Auprès de qui vais-je parfaire mon esprit, mon éducation, ...?
Tu es bien plus avancé que je ne le pensais, fils. Tu as persévéré dans tes entraînements alors que tu m'avais quitté il y a deux ans de cela. Cela n'est-il pas la plus belle preuve que tu es capable de braver les chemins seuls comme tu l'avais décidé ? Tu es jeune, tu as toute la vie devant toi, et tu as même été capable de trouver la Voie que j'ai cherchée pendant des années. Ces techniques dont tu as fait montre, tout à l'heure, contre ce démon ; j'ai l'intime conviction que c'est le début d'un apprentissage long et difficile. Difficile parce que tu ne connais pas à l'avance les aboutissants de tes recherches. La route est longue mais la voie est libre. C'est à toi de poursuivre le travail, jeune.

Le vieux, dans un presque dernier souffle, leva les bras pour enfin ôter son capuchon comme pour regarder dans les yeux celui qu'il avait considéré comme son propre fils pendant douze ans. Il avait le visage très mince, ridé, un peu barbu, et une larme coulait le long de sa joue tandis qu'il essayait de fixer d'un regard vide son petit protégé. Une longue sequelle longeait le long de ses yeux dépourvu de prunelle. Mais ils reflétaient pourtant l'âme la plus noble que l'Hinomoto ne connaîtra jamais ; celui d'un véritable Samouraï droit qui a sû faire passer les autres avant lui-même, celui d'un général de guerre qui dans quelques instants s'en ira sans demander son reste, avec pour seul témoin son héritier.

« Merci... Merci pour tout, merci de m'avoir élevé, de m'avoir éduqué, d'avoir fait de moi ce que j'ét... »

Le jeune n'eut la force de finir sa phrase. Il se contenta de serrer Chomei contre son coeur comme pour lui exprimer sa gratitude la plus profonde, alors que ce dernier finit enfin par être libéré de cette agonie, laissant le jeune Shiro seul au monde, pleurant toutes les larmes de son corps au milieu de cette forêt luxuriante. La faune était venue assister à la triste nouvelle d'un guerrier éteint. Uroko Chomei, l'écaille blanche de son surnom de fortune attribué par les bandits et démons de grands chemins ; l'Esprit de Suigyuuku selon son seigneur, ses stratèges et ses soldats, mourait en beauté à l'aube ce jour-là. Mais l'écaille blanche ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera.

***

De retour à l'habitat de Chomei - cette petite cabane reclue dans les montagnes de Shuho où ils avaient passé temps de temps ensemble - Shiro se trouvait là, devant la tombe de son maître sur laquelle était plantée sa canne sabre. Cela devait faire une semaine maintenant. La nouvelle de l'assaut sur Tora devait également avoir traversé l'Hinomoto. Le cours de la vie reprenait normalement, comme si de rien ne s'était passé. Et le jeune garçon se retrouvait de nouveau itinérant, sans attache, tel un rônin qui était décidément mieux approprié à la vie en solitaire puisqu'il avait passé une grande partie de son enfance ainsi. Seul le champ des grillons et le bruit du fleuve qui coulait non loin étaient ses uniques compagnons. Le début d'une routine calme, en somme.

Une nouvelle vie commençait.


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera. Dim 29 Sep - 17:22


Epilogue

Un convoi marchand se faisait prendre en embuscade. C'était chose courante ces temps-ci. Tout est grangené. Le temps... Et le coeur des hommes aussi. En ce temps où la violence augmente chaque jour, peu importe combien on est fort, car nul homme ne peut arrêter le cours du destin. Le sort réservé aux faibles étaient soit être tués, soit être vendus en tant qu'esclave. Sort qui était scellé pour la plupart de ces pauvres individus tués sur-le-champ par les bandits qui tranchaient la chair et le sang sans scrupule.

Parmi eux, un jeune homme contre lequel se regroupaient une femme, le serrant de peur contre son coeur, bientôt arrachée à ce qui semblait être son fils, tirée par les cheveux par l'un des bandits qui lui enfonça sa lame dans le coeur, riant de plus belle et traumatisant l'enfant à jamais.


« N'aie crainte, je vais aussi abréger tes souffrances, tu n'auras plus besoin d'y penser. Morts, vous êtes tous les... »

Le malheureux fut interpelé par des cris qui ne semblaient être autre que ceux de ses acolytes, littéralement mis au tapis par un être mystérieux et vêtu de blanc, dont le visage était enseveli sous la pénombre d'un ample capuchon blanc. Il tallaidait ses ennemis un par un, les tranchait impitoyablement de son sabre ; parfois exécutait des clefs de bras suivies de strangulations subites, et s'avançait lentement vers le malfrat qui fit volte face alors qu'il menaçait le jeunôt.

« L'écaille blanche ? N'as-tu pas été tué il y a deux ans de cela ?! Tu es sûrement un imposteur ! »

Ni une, ni deux, l'ennemi se jeta sur l'être qu'il appelait "écaille blanche" pour finir à son tour démembré, mutilé, taillé, éparpillé sur le sol de ses restes baignant dans une flaque de carmin. A la vue de cet être qui portait les couleurs de la mort, le jeune prit la fuite avant de rester tétanisé de peur.

*
* *

« J'ai bien cru que tu étais mort, c'est une chance que tu aies survécu. J'imagine que tu as faim ? »

L'homme en blanc se tenait-là, penché vers le garçon qui s'était renfrogné contre un arbre, tremblottant, grignotté par la faim et le froid. Il s'approchait timidement de cet homme qui lui avait sauvé la vie deux jours auparavant, se saisissant d'un onigiri que l'homme lui tendait avec un sourire serein, le capuchon cette fois ôté. Il avait l'air très jeune, sans doute son âge avoisinait la vingtaine. Il portait ses longs cheveux bruns en queue de cheval qui tombaient sur sa nuque, tandis qu'il affichait fièrement un poil mal rasé. Son regard était serein et fin, perçant, comme s'il sondait l'esprit de ce jeune enfant, pour chasser ses peurs et ses peines.

« Je suis désolé pour ce qui est arrivé... J'aurais aimé être là plus tôt. Tu n'as pas retrouvé ta famille ? »
« ... Non... Je n'avais plus que ma mère qui est morte sous mes yeux... »
« C'est affreux... Mais vois le bon côté des choses, j'ai été là à temps pour te sauver la mise. Je me suis permis d'offrir une tombe décente aux autres et à ta mère. Et ça, jeune, c'est un signe du Destin. Au fait, comment t'appelles-tu ? »
« Koichi... Akisada. »
« Grand honneur pour moi que de faire ta connaissance. Moi, c'est Uroko Chomei. Il se trouve que je manie un peu le sabre et les arts martiaux. Toi et moi on pourrait faire un bout de chemin ensemble. Si tu n'as plus de famille, je peux t'en donner une. Tu t'appelleras dorénavant Uroko Akisada. »

Le jeune acquiesa timidement, tandis qu'il mâchait délicatement l'onigiri offert par celui qui prétendait s'appeler Chomei.

« ... Je te transmettrai un héritage dont tu ne soupçonnes pas même encore la valeur. Tu pourras défendre ton prochain et ne plus ressentir cette frustration que de perdre un être cher sans n'avoir rien pu faire. Je ferai de toi un véritable Guerrier... »

Ainsi, Akisada et Chomei reprirent la route, marchant côte-à-côte, bravant de nouveaux horizons.

Fin.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera.

Revenir en haut Aller en bas
 

L'écaille ne perd jamais de son éclat ; toujours la lumière elle reflètera.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain (Narcisse)
» Un Show Off peut faire des faux-pas, mais ne perd jamais !
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Xander & Bridget]
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain.
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Pv. Leslie]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...Ewilan RPG
...
..
..
..
..
...La Sérénissime...
.......