AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Kenshu - Genpachi le bâtisseur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Genpachi

avatar

Invité


MessageSujet: Kenshu - Genpachi le bâtisseur Lun 30 Sep - 20:21

Suivi : http://saigoseizon.forumgratuit.fr/t324-genpachi-le-batisseur


NOM COMPLET
☼ Nom : /
☼ Prénom :Genpachi
☼ Surnom :le Bâtisseur

☼ Âge : 43 ans
☼ Sexe :Masculin
☼ Statut :Hatamoto
☼ Arme(s) : Un Jumonji Yari et un tantô




Lien:
 

Lien:
 

Lien:
 

Lien:
 




Pouvoirs et Caractéristiques

POUVOIR: Troisième Œil : en plantant un objet métalique dans le sol ou un élément relié au sol, Genpashi peut ressentir les mouvements aux alentours (envrion 50 mètres)  par les impactes électriques générés. Quand il utilise le troisième œil, il ne peut plus utiliser son ouïe

MAITRISE: Charpenterie Batsu: des années au service de Batsu ont permis à Genpachi de maitriser ses enseignements. il sait d'instinct où et comment construire au mieux un batiment, un camp ou tout un tas d'autres structures. cela lui permet aussi de repérer les faiblesses d'autres structures

POUVOIR

MAITRISE: Juto Ryu: avant la fin de la famille de Genpachi, celle ci était connu pour sa maitrise du jumonji yari. Genpachi n'ayant appris que les bases de cette technique, il l'a perfectionna à sa façon jusqu'à obtenir une maitrise de l'arme peu orthodoxe mais très efficace, notamment contre des épées.

POUVOIR

MAITRISE

MAITRISE

MAITRISE







☼ Physique :Genpashi est de taille moyenne (1M75) et plus musclé qu’athlétique. Il est habitué aux efforts long comme soudain. Ses cheveux sont longs et toujours attachés assez librement à l’arrière. Une barbe de trois jours orne constamment son visage, même si il s’est rasé dans la matinée. Des pattes d’oie commencent à se voir clairement aux coins des yeux mais il en est assez fier. Il ne porte que des vêtements dans les teintes marrons ou assez foncés, mise à part un obi aux couleurs du clan Kenshu dans lequel est caché son tantô




☼ Caractère :Genpachi est un bon vivant qui à un peu trop tendance à sous-estimer l’importance de sa tache. Il aime passer de bons moments de camaraderies, même avec des personnes encore inconnues il y a quelques heures. Bien entendu la compagnie des femmes est sa préférée mais il n’est lui-même pas un très habile séducteur. Les rixes sont monnaies courantes dans les lieux qu’il visite le soir, car il a horreur des tricheurs, des arnaqueurs et des mauvais buveurs, mais toutes se terminent bien et dans la bonne humeur.

Quand il reçoit une mission de son seigneur cependant, il évite autant que possible de laisser ses penchants pour la fête se mettre en travers de la dite mission.


Il est toujours respectueux de prime abord, mais ne fais pas de distinction de classe quand il s’adresse à une personne.
Il se laisse aussi assez vite aller à l’arrogance mais le nie violement, arguant « Mes années d’errance ont fait de moi l’homme que je suis, j’en suis juste fier. »


Selon lui un homme doit toujours accomplir la tache qu’il s’est fixé, peu importe la difficulté, la peur, et les avis des autres. Tel est la nature de l’honneur selon Genpachi



Histoire Chapitre 1 Genpachi


L’inondation allait bientôt tout recouvrir sur l’ile, l’enfant le savait bien, il avait déjà vu le phénomène se produire la dernière fois qu’il était venu. Seulement la dernière fois il se trouvait dans l’une des habitations dans les arbres. Une vague rapide et forte déferlera sur la terre humide, suivie par une autre et des dizaines d’autres jusqu’à ce que toute l’île soit recouverte par les eaux.

Le déluge avait commencé trois jours plus tôt. Les vents et la pluie n’avait pas cessé depuis. « La vague arrive toujours le troisième jour » avait affirmé son grand-père lors de sa dernière visite, comme il lui manquait à présent. Mais son grand-père était mort il y a plusieurs années et son père était un incapable.

Tout deux étaient agenouillés face à face sous les restes du toit de fortune qu’ils avaient construit il y a deux semaines. La lueur du feu qui peinait à survivre aux rafales de vent faisait danser une lumière inquiétante sur le visage d’une femme allongée entre eux. Elle semblait inconsciente, presque morte,  à première vue, mais les crispations et spasmes qui secouaient son corps maigre prouvaient la douleur et la vie.

« Père vous devez le faire, c’est le seul moyen pour sauver mère
- Ca ne suffira pas Genpachi, le seigneur ne ma pardonnera jamais »

Genpachi savait que son père disait vrai, les chances que le seigneur accepte le seppuku était mince tant la faute de Gensaburo était grande. La plus grande honte pour un samurai est de fuir le combat et tel avait été la faute du père.

Trois ans plus tôt au cours de la grande bataille qui avait opposé l’Est et l’Ouest, Gensaburo alors samurai au service du clan du Tigre, comme son père et son grand père avant lui, avait quitté le combat avant même que l’issue ne commence à se dessiner. De retour à Kenshu il avait furtivement rejoint  son fils et sa femme et tous trois quittèrent la ville le plus vite possible. Le seigneur réclamerait sa tête s’il le retrouvait et Gensaburo ne souhaitait pas mourir, aussi avait-il réussi à survivre trois ans avec sa femme et son fils, se cachant dans les forêts, au creux des montagnes, aux abords des villages. A la moindre rumeur d’une patrouille tout trois devaient quitter leurs abris et reprendre la route.

Nouveau spasme. Celui-ci secoua si violement la mère de Genpachi qu’elle se mordit la langue violement et sa bouche commença à se remplir de sang. Le fils tenta t’en bien que mal d’arrêter le flux de sang pendant que son père persistait à regarder sans rien faire.

« Mère ne voulait pas venir ici, elle ne voulait pas partir de chez nous. C’est ta faute si nous sommes partis et si elle est tombée malade
- Tais-toi donc! Tu ne sais rien de cette bataille. N’importe qui d’un peu sensé aurait fuit.
-Pas un vrai samurai ! Grand-père disait toujours qu’un vrai samurai ne fuit jamais.
-Ce vieil entêté est mort juste avant la bataille, la belle affaire. »

Le sang cessa enfin de couler et la femme sembla se rendormir à nouveau. Trois semaines plus tôt elle s’était réveillée avec une douleur au ventre et de la fièvre alors qu’ils venaient de quitter leur dernière cachète  près  de la pointe sud-ouest du pays. Chaque jour lui amenait plus de douleur jusqu’à ce que finalement elle tombe dans état pitoyable loin de la conscience. Le père et le fils avaient alors construit une cabane très instable à même le sol et avaient pendant deux semaines veillé sur la mère de Genpachi. Les rares fois où elles avaient ouvert les yeux elle avait demandé à ce que Shiyori, leur servante de leur « ancienne vie », vienne lui apporter son kimono. Genpachi avait pleuré la première fois. Shiyori aussi lui manqué.

« Tu dois quand même le faire, je suis sûr que le seigneur te pardonnera et fera soigner mère.
- On ne sait même pas si le seigneur est encore en vie. Et même si il l’est je ne vais pas mourir pour ça, ta mère s’en remettra.
-Grand-père a dit qu’un samurai honorable pouvait compter sur son seigneur.
-Eh bien grand-père avait tort ! »

L’enfant ne tînt plus, il fouilla dans la sacoche posée à côté de lui et en sorti un tantô. L’arme était le dernier souvenir du temps ou Gensaburo était un samurai, le reste avait était vendu au cours de leur fuite. Il le jeta près de son père, un regard de défit dans les yeux.

« Si il vous reste un peu d’honneur père vous allez pratiquer le seppuku. Je rapporterai votre tête au seigneur et il vous pardonnera et soignera mère.
-Ridicule ! Aucun samurai ne mettrait fin à ces jours pour sauver sa femme. »

Genpachi fixait toujours son père. Il allait bientôt craquer et se mettre à pleurer à nouveau, de dépit. « Comment un homme peut-il être aussi lâche ? » se demandait-il en son fort intérieur. Une plaque de la cabane se brisa et fut emportée par le vent, laissant entrer la pluie qui vint éteindre le feu déjà mourant. Le père se leva et rompu le regard devant son fils.

« Viens, il faut emmener ta mère plus haut. »

Encore fuir. Au moins cette fois telle était la seule alternative. L’enfant se leva à son tour et ramassa leurs affaires pendant que son père mis la femme sur ses épaules.

Quelque jours plus tôt, Gensaburo avait fixé une large planche de bois sur des branches d’un arbre, à trois mètre du sol, les vagues n’iraient pas si haut, espérait-il. Ils grimpèrent tant bien que mal sur la planche, sous les coups de vent et la pluie battante. La transpiration due à l’effort et le froid les rendraient surement malade dans les prochains jours, mais être à l’abri de la vague consistait déjà une victoire.
Gensaburo posa sa femme sur la planche et s’allongea à son tour pour reprendre son souffle. L’enfant resta debout, les poings serrés devant la scène. Il fallait faire quelque chose.


Six jours plus tard, l’enfant se présenta aux portes du château du seigneur que servait sa famille par le passé. Il l’avait quitté il y a seulement trois ans mais le temps avait était rude avec l’endroit. Il ne restait que des ruines du palais, le clan avait sans aucun doute était décimé. Des convulsions secouèrent l’enfant, l’obligeant à lâcher son sac. Quelques cheveux sortaient de ce sac fait d’un vieux tissu. Quelques cheveux reliés à une tête pourrissante.

Genpachi cru devenir fou. Il se gratta tout d’abord frénétiquement la gorge, avant de commencer à se frapper la tête contre le sol boueux jusqu’à ne plus pouvoir bouger.

« Tout  ça pour rien » pensa t-il. Tuer son père n’avait pas été facile, même mort la tête semblait le regarder à longueur de temps. Le reste du corps avait été emporté par les vagues quand il le poussa dans la marée. La planche sur laquelle il se trouvait était restée au dessus du niveau de l’eau de quelques centimètres. Une fois l’inondation terminée il avait tant bien que mal transporté sa mère dans le village de pêcheurs le plus proche et avait donné les vêtements de son père en échange d’une chambre pour sa mère et de quelques repas à lui donner une fois par jour. Il espérait présenter la tête et retrouver l’honneur de sa famille ainsi que les soins d’un médecin du clan pour sa mère. Mais la guerre avait eu raison de son ancien clan et il ne pouvait plus rien faire maintenant.
Il pleura jusqu’à s’endormir de chagrin plus que de fatigue et repartit vers le village de pêcheur à son réveil. Le trajet retour fut plus long et pénible, même si il voyageait plus léger d’une tête maintenant.

Sa mère l’attendait dans la chambre, sur le lit. Nul spasme ne l’animait, nul spasme ne l’animerait plus maintenant. Le tenancier avait déclaré qu’elle était décédée deux ou peut-être trois jours plus tôt et qu’ils s’apprêtaient à la bruler le jour même si l’enfant n’était pas revenu. Genpachi ne pouvait plus pleurer, de toute façon il n’aurait rien pu faire pour elle à part être la peut-être.

Il marcha plusieurs jours et atteint une ville, pas très grande et plutôt vide d’animation. Ses jambes ne voulaient plus marcher et sa tête ne voulait plus penser, alors il s’arrêta là.


Chapitre 2, Batsu

Quand les pleures et la tristesse avaient cédé la place à la faim et la peur, et l’honneur à la résiliation Genpachi commença à mendier.  D’autres enfants le faisaient aussi, des orphelins et des malchanceux, chacun d’entre eux ramasser plus d’argent que lui et moins de coups. Un mois passa, ou deux, ou dix même à ce qu’il semblait à Genpachi, pendant lesquelles il survivait à peine en buvant de l’eau croupis et des fonds de bols de riz. Plusieurs fois il faillit vendre le tantô, mais il tint bon. L’arme pouvait être utile, plus que les quelques bols de riz qu’il pourrait en tirer.

Un après-midi alors qu’il allait quémander un peu de riz à l’auberge la plus proche, il vit des enfants comme lui courir. L’instinct le poussa à les suivre. Il finit par arriver devant un attroupement d’enfant mendiant au milieu de la rue. Au centre se tenait un homme de très grande taille. Sa barbe blanche était drue contrairement à ses cheveux qui étaient presque tous absent. Son ventre montrait clairement que l’homme ne devait pas connaitre la fin et ses bras à la musculature hors norme devaient être plus gros que l’enfant lui-même. Il portait une chemise sans manche en cuir et une grande sacoche d’artisan, en cuir elle aussi. L’homme riait fort tandis qu’il distribuait des piécettes à toutes les mains qui s’ouvraient vers lui. Comme tout les autres, Genpachi tendis la main en espérant recevoir une pièce suffisante pour plus que du gruau. Son regard croisa celui du vieil Homme. Celui-ci s’arrêta de rire d’un seul coup et d’un geste rapide saisit le poigné de l’enfant. En un éclair il se trouva à cinquante centimètres du sol, à hauteur du visage de l’homme. Leurs yeux se croisèrent à nouveau.

« C’est quoi ce regard gamin ?! T’es même pas capable de mendier correctement ? Tu crois vraiment que les gens vont te prendre en pitié si tu les regardes de haut ?
-Je n’ai pas besoin de pitié !
-T’as besoin de manger petit crétin ! »

De sa main libre Genpachi fouilla dans son pantalon et en sortit le tantô qui fendit l’air jusqu’au bras du vieil homme. L’enfant tomba au sol quand la lame fit jaillir un mince filet de sang. Il eut à peine le temps de se relever qu’il sentit deux mains se placer derrière sa tête. Le visage du vieil homme se rapprocha très vite du sien poussé en avant par les deux mains qui l’agrippaient, puis après l’impact ce fut le noir complet.

L’odeur de la viande grillée réveilla Genpachi. Il peina à ouvrir ses yeux et il lui fallut quelques secondes avant que le brouillard les quitte. Il vit alors le vieil homme assis sur une buche de bois en train de mordre dans une pièce de viande planter sur son tantô. Pris de colère il tenta de se relever mais la tête lui tourna et il dû se rallonger. Il passa sa main sur son front, à l’endroit ou celui du vieil homme avait cogné plus tôt, une belle bosse était clairement ressortie.

« T’es réveillé gamin ? Bien dormis ?
-Ca ne sert pas à ça.
-De quoi ? Ton petit couteau là ?
-C’est pas un couteau, c’est un tantô, et il n’y a que les samurais qui peuvent en avoir ?
-Pourquoi t’en as un alors ? »

L’enfant ne répondit pas. Il repensa au moment où il avait plongé l’arme dans le ventre de son père, la sensation de la peau qui se déchire après une brève résistance, laissant place à des textures tellement fragiles face à une lame aiguisée.

« Tu souris pas assez, c’est ça le problème.
-Pardon ?
-Dans la rue tout à l’heure, tout les enfants souriaient, ils étaient content de recevoir quelque chose. Toi t’étais juste là à me tendre la main comme si tu attendais ton dû. Ton père était samurai c’est ça ? »

Genpachi détourna le regard.

« Oui
-Et il est mort pendant les dernières batailles ou il t’a abandonné?
-Je l’ai tué avec ce « couteau ».

L’homme parut à peine surpris par la remarque mais il regarda son morceau de viande avec une pointe de dégout. Il jeta la lame et la viande plantée dessus à l’enfant.

-J’ai dis que je n’avais pas besoin de pitié.
-Arrêtes ça tu veux, j’entends ton bide grommelé d’ici. Je fais pas l’aumône là, je te donne ton premier salaire.
-Mon salaire?
-Tu travailles pour moi maintenant.
-Désolé je ne sais rien faire
-Tu sais être têtu en tout cas, ça m’ suffit pour le début le reste viendra après.
-C’est quoi votre métier monsieur ?
-Appel moi Batsu gamin. Je fais le plus beau métier du monde, Charpentier. »
Genpachi parut déçu de la réponse.
« Le plus beau métier du monde ? Vraiment ?
-Quoi, tu crois que c’est samurai le plus beau métier. J’te l’dis gamin le plus beau c’est Charpentier. Un Samurai ça tue des gens, un cuistot ça fait vivre les gens pour un jour, mais un charpentier et les maisons qu’il construit ça leurs permet de vivre pour des dizaines d’années.»

L’enfant vit les étoiles dans les yeux de Batsu et la voix rocailleuse devenait chaleureuse au fil de la conversation. Il continua pendant plusieurs dizaines de minutes à parler de la sorte. Sans s’en rendre compte l’enfant avait ramassé la viande et l’avait entièrement dévoré. En voyant cela le vieil homme sourit.
« Je te demande que deux choses gamin. Un, tu dois rire à chacune de mes blagues, même si tu les trouves pas drôle. Deux, je veux que tu apprennes tout, mon métier et la vie autour. En échange tu auras à manger, à boire et je t’apprendrai tout ce que je sais sur les femmes, ça te va gamin ?
- Appelez-moi Genpachi Ishi… juste Genpachi. Merci maitre Batsu»


Chapitre 3, le Hatamoto.

Yokuni avait beaucoup changé en vingt ans. Avec Batsu, Genpachi avait assisté et participé à la reconstruction du pays. Ensemble ils avaient vécu leur compte d’aventures et de belles histoires. La joie de vivre de Batsu avait déteint sur l’enfant devenu un homme et même quand le vieil homme mourut l’année passée, Genpachi n’avait pas sombré dans la tristesse. Sur son lit de mort le vieil homme n’avait pas lâché son air satisfait.

« J’en ai bâtît de belles, hein gamins ?
-Oui Maître Batsu, de bien belles, et des ratées aussi.
-Hahaha, sale gamin, tu manques pas de toupet. Si tu vois mes fils, dis leurs que se sont des imbéciles.
-Batsu… Je veux pas être tout seul.
-Vas falloir t’y faire, au moins pour un p’tit moment. Au moins il y a plein de toits qui sont près à t’accueillir.
-Oui, et j’en ferrais plein d’autres. L’enseignement du maitre charpentier Batsu ne sera pas perdu.
-Aah ça non gamin, t’as pas le droit de faire ça! Charpentier c’est mon plus beau métier du monde, toi tu dois en trouver un autre.
-Sale vieillard, je savais que tu me ferrais un coup comme ça ! »

Les deux hommes partir alors d’un grand rire qui résonna longuement dans toute la bâtisse qu’ils étaient en train de construire pour un jeune couple de fermiers. Quand le rire cessa Batsu était partit.
Genpachi termina la construction et repris la route. La rumeur disait qu’un nouveau clan avait vu le jour sur la terre de ces ancêtres, il souhaitait voir cela.

Quelques mois plus tard il arriva  à la capitale de ce nouveau clan, Geki, la seule des cinq capitales dans laquelle il n’avait encore rien construit. De là il partit à la découverte des nouvelles terres de Kenshu, rendant service à la population de multiples façons, contre quelques repas, du saké avec de nouveaux amis ou encore de plus belles compagnies la nuit. Sans s’en rendre compte en quelques années  Genpachi était devenu connu dans ces terres. Des gens le faisait quérir de partout pour lui confier des taches diverses et variés, depuis la construction d’un système d’irrigation jusqu’à l’escorte de personnalités.

Un jour comme un autre alors qu’il venait de terminer le rafistolage d’une charrette et de remercier la commanditaire pour le généreux « salaire » qu’elle venait de lui offrir, un cavalier le héla de loin.

« Êtes-vous Genpachi le bâtisseur ?
Je suis bien Genpachi.
Le seigneur Kenshu Akira réclame votre présence au nouveau château de Geki. »

Genpachi masqua à peine sa surprise. Il prit la missive et partit pour la capitale. Celle-ci avait beaucoup évolué en deux ou trois ans. Et les bases de ce qui allait devenir une forteresse incroyable étaient visibles. Bien que le terme de château ne puisse pas encore désigner le bâtiment en construction, les yeux de Genpachi brillèrent en imaginant ce qu’il allait devenir et la part qu’il pourrait avoir dedans. En donnant la missive au premier garde celui-ci le mena vers la seule partie de la forteresse qui était déjà recouverte, la salle d’audience.
Le seigneur Kenshu Akira se tenait là devant une petite troupe de conseillers en tout genre, avec des plans dressés sur une table autour de laquelle ils étaient rassemblés.

« Seigneur Kenshu, voici Genpachi le bâtisseur que vous avez invité. »

L’homme releva les yeux pour juger son invité. Il fit très immédiatement une très grande impression à Genpachi de par son charisme écrasant. Le seigneur s’avança pour se trouver face au bâtisseur qui s’inclina immédiatement.

« Quel honneur me vaut l’invitation du seigneur Kenshu ?
-J’ai entendu parler de vous. Vous seriez un touche-à-tout capable de construire de sublimes bâtiments, de travailler dans les champs pour améliorer les récoltes, ainsi que d’autres taches plus martial. Est-ce vrai ?
-Je ne suis un expert en rien mais j’ai beaucoup voyagé dans tout Yokuni et ai appris le plus possible.
-Que pensez-vous de mon château Ame?
-Si mon seigneur le permet je tiens à dire que ce château le décevra. »

La troupe de conseillers s’ébroua dans un tumulte de surprise et de protestation qui se calma à l’instant ou Kenshu Akira leva la main.

« Continuez
-Si j’en comprends la construction, il sera remarquablement bien bâtit pour résister aux éléments naturels et aux attaques humaines, mais pas à une combinaison des deux. Les stratèges utilisent souvent la pluie et le vent dans leurs attaques d’une forteresse, en détournant une rivière ou en utilisant l’humidité du sol. Votre château devra être prêt pour tout cela. »

Le silence ce fit dans l’assemblée. Le seigneur se retourna pour les regarder tous et quand il regarda à nouveau Genpachi il avait un sourire aux lèvres.

« Vous connaissez aussi la stratégie ?
-J’ai un peu lu.
-Pouvez-vous préparer le château et les alentours à de telles attaques ?
-Ca ne devrait pas être très difficile, il faudrait tout d’abord préparer un système d’évacuation, un réseau de…
-Je vous arrête. Je vous fais confiance, voyez cela avec les maitres d’œuvres, ils vous fourniront tout ce que vous voulez. Quel est votre prix ? »

Genpachi réfléchi. Il ne voulait pas d’argents ou de trésors. Il regarda à nouveau l'homme et son sourire troublant, il l’avait déjà vu ce sourire. Le même que Batsu. Alors il sut.

« Si vous le permettez je souhaite vous servir. Quand la construction sera terminée je veux pouvoir rester à vos cotés et participer à la construction du clan le plus fort de Yokuni, de la façon qu’il vous plaira, mais pas seulement en tant que bâtisseur. Comme vous l’avez dit je suis un touche-à-tout, même les armes, l’étiquette et la guerre ne me sont pas inconnues. Et je connais très bien Yokuni. »

Un homme pouffa dans l’assistance. Le seigneur se tourna à nouveau vers ses hommes.

«Messieurs, je vous présente le nouvel Hatamoto du clan!»


Ainsi débuta la longue carrière de Genpachi au sein du clan Kenshu. Pendant plus de quinze il servit les maitres du clan Kenshu de son mieux. Cependant, en revenant de sa dernière mission de plusieurs mois dans les terres du clan, Genpachi se surpris à penser au futur d’une autre façon. L’Age le rattraperait bientôt et il lui faudrait peut-être donner plus de sens à sa vie avant que celle-ci ne se consume.



A PROPOS DE VOUS

☼ Prénom/Pseudo : /
☼ Age : /
☼ Sexe : Masculin
☼ Expérience de rp : quelques rp il y a plus de cinq ans
☼ La phrase mystère :
☼ Comment avez-vous trouvé/connu Saigo Seizon ? un gros coup de bol
☼ Donnez nous votre avis sur le forum (design, histoire…) : si il y avait le moindre défaut je n’y serais pas
☼ Plutôt tarte aux fruits ou gâteau chocolat ? plutôt tarte aux noix de pécan


Dernière édition par Genpachi le Lun 30 Sep - 22:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5093
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Kenshu - Genpachi le bâtisseur Lun 30 Sep - 21:01

Re-bienvenue Smile

Alors, pour commencer, je pense que tu le sais, mais ta fiche est incomplète. La phrase mystère est à trouver dans le règlement, l'histoire et le contexte et il te manque tes maîtrises. (deux puisque tu n'as pas été à l'armée).

Aussi, Senkou n'est pas le fils d'Akira, puisque depuis la fin de l'Enfer Écarlate, les Kamis élisent des Kannushis qui doivent eux-mêmes choisir les seigneurs dans le peuple de Yokuni. Ainsi, depuis la fin de l'Enfer Écarlate, il n'y a plus de lignée à proprement parler et seuls les seigneurs prennent symboliquement les noms des fondateurs des clans sans être de leur famille.

Donc la fin de ton histoire est à modifier, mais sinon, ça m'a beaucoup plu de te lire Smile

Voilà o/


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr En ligne
Enako Shinsuke

avatar

Non Joueur

Messages : 82
Date d'inscription : 05/05/2013
Age : 28

Feuille personnage
Age: 22 ans
Titre: Nura
Liens:

MessageSujet: Re: Kenshu - Genpachi le bâtisseur Lun 30 Sep - 21:08


    Bienvenue sur le fo'

    PS : j'ai rien lu Heureux 







    “Fine then, I'll prove my sincerity... if you sweeten the deal.”
Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr/t101-enako-shinsuke
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Kenshu - Genpachi le bâtisseur Lun 30 Sep - 22:23

Ralala, comment ais-je pu faire une telle bourde, vraiment désolé Embarassed 

C'est édité.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5093
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Kenshu - Genpachi le bâtisseur Lun 30 Sep - 23:08

Tout va pour le mieux maintenant Smile
N'oublie pas de remplir et poster ton suivi. Il faudra le mettre à jour à chaque fin de sujet RP afin que tes messages RP soient comptabilisés dans ton évolution. Smile
N'oublie pas non plus ton PROFIL personnage Smile

Voilà pour toi :

Que se passe-t-il en ce moment sur Saigo Seizon ?

    Côté RP
    Les quêtes sont ouvertes. Les Yokais se montrent dangereux. Rends toi ici afin de gagner un point de compétence ou des points bonus.
    Les membres sont libres de créer des coutumes ici. Viens vite nous faire des suggestions !
    Une nouvelle section vient d'être créée: Les correspondances. Viens donc rédiger tes lettres !
    Tu peux à tout moment proposer des pré-définis ou bien des PNJs pour participer au contexte et au jeu de Saigo Seizon. Rends toi et ici.
    L'Event est en cours de discussion.


    Côté RP Hors Univers
    Viens t'amuser lors d'une visite dans un donjon pour le moins déjanté ! Entre donc dans le délire!


    Autres
    Tu t'y connais en Japon féodal ? Alors viens nous renseigner !
    N'oublie pas de voter et donne ton avis sur le forum en cliquant sur les boutons de recensement !



Et surtout, amuse toi bien sur Saigo Seizon Very Happy


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kenshu - Genpachi le bâtisseur

Revenir en haut Aller en bas
 

Kenshu - Genpachi le bâtisseur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chez le tisseur de Gar Thulion
» Impasse du Tisseur... [PV: Ella] [SPOILERS]
» Gracio Saint Goy le tisseur
» Les Tisseurs de rêve
» Elden, tisseur de rêves [Refonte de la fiche]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..