AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La Confrérie de la Main

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Administration

avatar

Non Joueur

Messages : 5080
Date d'inscription : 24/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: La Confrérie de la Main 10/19/2013, 22:24

La Confrérie de La Main

Rédigé originellement par Okaruto Kasumi

"L'argent de tous possède la même couleur."


Pour la Fraternité, le symbole représente un Héron. Le Mon est brodé discrètement dans les vêtements de certains assassins de la Confrérie et se trouve sur certains objets de la Confrérie, d'une façon tout aussi discrète.


HISTOIRE

D'après certains historiens, sans sources cependant fiables, la Main date des ruines de l'Enfer Écarlate, à l'époque où les clans se cherchaient, où les seigneurs et dames premiers du nom n'avaient pas encore été nommés. Le commerce permit aux marchands d'alors de s'enrichir et de commencer à tisser des liens pour l'avenir. Durant ce même laps de temps, les plus sombres humains que la terre ait engendré ont eux aussi cherché à développer leur art.

La Fraternité aurait alors été créée en pied de nez aux véritables guildes de négociateurs, mais ses membres ont vite vu leur intérêt : se regrouper permettait de mieux assurer leurs arrières, de définir davantage le prix de leurs services et tout ce qui y était lié. Si le rassemblement naquit en premier sur les terres Fukyuu d'alors, il ne tarda pas à s'étendre et on le retrouve à présent sur toutes les terres.

Les années passèrent et si la paix leur permit d’agrandir leur réseau conséquent, les bisbilles naissantes elles, leur permirent de mettre en pratique leurs talents. Aujourd'hui, dans l'Ombre, ils attendent la guerre et leur loyauté ne va qu'à ceux qui les paient. De cruels et froids dirigeants se succédèrent à sa tête. Celui qui de nos jours possède les rênes de l'entreprise se nomme Daiki.

BUTS

Le but de la confrérie n'est pas la paix totale. De même, voir une seule personne gouverner tous les peuples sans avoir d'épine dans le pied ne sert pas leurs intérêts. Qui fera appel à leurs services si rien n'est à craindre que d'obéir à un seul ?

Aimant trop s'enrichir, les membres de la fraternité de la main voudraient donc que l'état d'indécision politique dure. Agents du chaos, ils se servent des renseignements pour commettre leurs meurtres.
On ne les a jamais vus pour le moment prendre position pour quelqu'un de leur propre chef, mais il se pourrait que ceux dans l'entourage des Seigneurs et Dames se mettent tôt ou tard à les protéger ou les attaquer, uniquement pour servir leurs intérêts.

DEVENIR MEMBRE

"Les cicatrices sont encore fraîches."

Cette phrase mystérieuse est souvent employée entre deux membres de la confrérie. On parle alors souvent d'un petit nouveau et du rite d'entrée dans celle-ci. La fraternité n'accepte que des membres disciplinés, qualifiés et peut se permettre de se débarrasser de personnes qui enchainent les échecs ou causent du tort à la guilde.

Pour devenir membre de la confrérie, il vous faudra posséder un parrain. Un parrain est celui qui vous y fait rentrer, parce qu'il a reconnu vos compétences. Après avoir un peu formé le futur nouveau, celui-ci l'amène donc à Mashiro, là où Daiki possède ses quartiers, dans une des rues marchandes, caché par une boutique de soja, le cœur de la confrérie n'ouvre ses portes qu'à peu de monde. On doit y montrer patte blanche.

Le nouveau est donc présenté à Daiki qui lui-même tend un petit couteau aux deux personnes. On trace dans la paume droite du nouveau une longue estafilade qui laissera à jamais une cicatrice. On en fait de même dans la main du parrain et les deux se serrent la main.

L'acte en lui-même est symbolique : à partir de ce jour, les actions de l'un rejailliront sur l'autre. Un filleul qui échoue causera la mort de son parrain et vice-versa. Il convient donc, pour le filleul comme pour le parrain, d'avoir foi en leurs actes.

Pour tout membre le désirant, des lieux d'entrainements secrets sophistiqués et des armes sont mis à leur disposition. Il faut contacter l'auriculaire pour s'y faire mener. Le parrain veille sur le nouveau venu comme un loup : il doit tout lui apprendre avant de le laisser voler dans son coin, ou de travailler en duo avec lui. Et, surtout, aucun ne doit jamais oublier que si son bras flanche, leurs deux têtes seront demandées.

Une très grosse prime est offerte à quiconque joue le rôle de parrain. Il est à noté que, au sein de la guilde, les assassins ne se connaissent pas plus que cela : tout le monde connait Daiki, l'auriculaire de sa région et son parrain et/ou son filleul mais c'est généralement tout.

FAIRE PASSER LE SABRE

C'est le terme utilisé pour le rituel le plus redouté dans la Confrérie de la main. La violation de certaines lois de la Fraternité est punissable par la mort et, comme on pouvait s'y attendre, les membres eux-mêmes sont la police de leur propre organisation. Si un membre est reconnu coupable d'avoir brisé une des lois et que la peine de mort est prononcée, Daiki fait donc graver de petits sabres en bois avec le nom du coupable à exécuter. Les couteaux sont passés de l'un à l'autre, chaque fois que les membres se rencontrent et jusqu'à ce que l'ordre ait fait le tour de la confrérie (ce qui se fait à une vitesse alarmante malgré les trajets.) Tout membre qui croise le contrevenant est prié de procéder à la mise à mort et doit s'attendre à une semblable punition s'il ne le fait pas. Qu'importe que la personne à abattre soit un ami, un frère ou une épouse.
La loyauté à la guilde doit prévoir sur toute autre. Nul droit au seppuku ou autre chose de ce genre...

ADHÉSION & COTISATIONS

Tout membre doit, chaque année, offrir une cotisation à la guilde.

Initialement, les cotisations étaient faibles, destinées à couvrir les dépenses de la guilde et pas beaucoup plus. Daiki cependant, à peine arrivé au pouvoir, fit grossir les cotisations à un point qu'apparurent des "meurtriers de riz" : de pauvres membres de la guilde, qui, afin de pouvoir continuer à bénéficier de sa protection, tuaient tout ce qui pouvait leur ramener même un grain de riz.
La décision du chef fut fort controversée et les plaignants, hors de son ouïe, se firent nombreux. On crut que la guilde allait en mourir. Mais les années passant, le système s'installa, permettant l'épanouissement de la Confrérie.

Si au début, aussi, les membres devaient payer un pourcentage sur leurs contrats, il s'avéra que la mesure était trop difficile à surveiller et l'on se décida pour autre chose. Une cotisation fixe, basée sur le rang de l'assassin dans la guilde fut mise en place. Plus le membre est gradé, plus il doit mettre la main à la poche. Tout assassin qui a connu des temps difficiles et ne peut pas se permettre de payer la cotisation n'a que lui-même ou elle-même à blâmer.

Le non-paiement de la cotisation annuelle n'est excusé que pour ceux blessés dans l'exercice d'un contrat.

RANGS

ASSASSIN

Il existe plusieurs grades au sein des assassins, mais aucun n'apportent que des avantages. Plus l'assassin est bon, plus il a un meilleur grade et plus il doit payer de taxes.

  • Gaine : C'est celui qu'on donne aux novices qui n'ont pas encore fait leurs preuves. Leur potentiel étant encore à découvrir, on considère qu'ils sont identiques aux couteaux rangés dans leur fourreaux.
  • Pointe : On désigne par là ceux ayant réussi leurs premiers contrats et ayant donc les mains couvertes de sang.
  • Lame : Assassin confirmé de la Main, une Lame n'est pas à prendre à la légère. Sa nomination dépend du Bras.
  • Garde : L'ancienneté et la maitrise font du Garde une assassin particulièrement dangereux. Sa nomination dépend du Bras.
  • Pommeau : Un assassin du rang de Pommeau est une créature à redouter plus que tout ou presque. Sa nomination dépend du Bras.

Les rangs figurant par la suite sont des rangs administratifs, uniquement décidés par le chef, soit Daiki, organisent les affaires internes de la Confrérie.

AURICULAIRE

C'est le visage de la guilde. C'est par lui que passent tous les contrats. Si un noble, un seigneur ou un simple bandit fait courir dans les bas-fonds son besoin de voir la guilde, c'est l'auriculaire qui se présentera tôt ou tard de nuit dans la maison du client. Agile, il est doué pour s'échapper de tout et pour passer inaperçu. Il accepte les contrats ou les refuse, selon la nature de celui-ci et son payement. Il faut bien entendu que le dit-contrat ne desserve pas la guilde. Il existe un auriculaire par "région", soit cinq.
Tous les assassins connaissent l'auriculaire de leur région d'existence, car c'est auprès de lui qu'ils font leurs demandes d'armes ou de poison ou leurs rapports de missions. C'est aussi auprès de lui qu'on obtient sa récompense ou qu'on paye sa cotisation.

LE POUCE

Au dessus de l'Auriculaire, inconnu du reste de la population et des assassins de la Confrérie (hormis Auriculaire, Main, et Bras), il s'occupe des registres, c'est le trésorier. Il s'occupe des demandes d'armes, de renseignements, des suivis des contrats qu'envoient les auriculaires au bras.

LA MAIN

On dit que c'est toujours le meilleur assassin au monde. Fidèle au Bras, inconnu de tous sauf du Pouce et du Bras, il s'agit toujours d'un ancien assassin ayant atteint le rang de Pommeau et pour qui Daiki aura fait courir un faux sabre. Caché le temps que sa "mort" soit orchestrée grâce à un cadavre anonyme et que l'on l'oublie, il sert le Bras lors des missions les plus difficiles et le conseille. Si le Bras meurt, c'est lui qui le remplacera.


Saaya

Age: 27.
Rôle: La Main. Geisha.
Caractère: Jalouse - Loyale - Méfiante - Extravagante - Attentive - Stratège
Où la trouver ? Mashiro


Ancienne simple assassine à la solde de la confrérie, Saaya a été promue. Agissant auparavant sur les terres d'Eiichiro, elle a fait connaissance de Daiki cinq ans auparavant lors d'un de ses si rares voyages et l'a trouvé absolument... Génial. Son prédécesseur connut alors une fin tragique, comme souvent dans le métier. Nul ne sait ce qui s'est exactement passé, mais Saaya reprit donc le job et vint s'installer à Mashiro, quelques mois après sa rencontre avec le leadeur de leur guilde.

On fit "courir" le sabre pour son ancienne personnalité, une serveuse d'auberge plutôt mignonne répondant au nom d'Aya et celle-ci laissa sa place à Saaya une geisha délicieuse très légèrement connue sur le plan local. Pour l’œil extérieur elle est donc uniquement une fille des Arts. Pour Daiki et le Pouce, elle est La Main et fait son travail merveilleusement bien. Un peu amoureuse de son chef, elle ne le laissera jamais tomber, mais espère bien tôt ou tard le marier. Elle ne retournera jamais sur ses terres natales, cela ne lui manque pas.
Niveau d'influence:Fort
Notes des joueurs:  Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.
Propriétaire: Okaruto Kasumi


LE BRAS

La parole du Bras dicte la loi. Il est le seul de la fraternité à pouvoir prendre la décision finale de "faire passer le sabre" et l'a fait en un bon nombre d'occasions. Même si un autre membre peut lancer la procédure, seul Daiki peut décider ou non de sa validité. Le Bras n'est généralement vu pour la cérémonie d'intronisation, le changement de rang, en cas de réprimande ou pour écouter une demande de passage au sabre. Il est rarissime que le Bras donne des missions lui-même, sauf pour certaines missions ultra-sensibles.


Daiki

Age: Inconnu. Il semble à peine avoir le début de la trentaine.
Rôle: Simple propriétaire terrien et chef de l'Organisation de La Main ("Le Bras").
Caractère: Séducteur - Amoral - Impitoyable - Éloquent - Rancunier - Intelligent
Où le trouver ? Très souvent à Mashiro, là où est le cœur de la confrérie.


La parole de Daiki est la loi. Il est très respecté (presque adoré) par tous les membres de sa confrérie. Les plus cruels, les plus impitoyables meurtriers ont été appelés à se recroqueviller comme des petits, vilains enfants sous la réprimande de Daiki. Il n'a aucun filleul et n'en recherche pas. Le Bras ne voit que rarement ses assassins, à part pour l'intronisation, le changement de rang, décisions importantes, ou missions très sensibles.

On ne sait rien de sa jeunesse , à l'exception qu'il était réputé pour être l'un des plus beaux jeunes hommes de là où il a grandit. Il est tout à fait charmant, mais amoral et totalement impitoyable. Pour le monde extérieur, Daiki est le chef d'une famille un peu riche, affable, possédant quelques maisons de vente de soja et deux trois autres bâtiments un peu partout dans le monde. Jamais aucun de ses assassins n'osera parler de lui autrement que comme d'un propriétaire. Ils tiennent à leur vie.

Niveau d'influence:Fort
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé. Daiki ne doit pas être utilisé à la légère, il ne perd pas de temps pour les petites choses et beaucoup de choses sont petites à ses yeux...
Propriétaire: Okaruto Kasumi


RÈGLES

De nombreuses règles sont à suivre à la lettre pour les membres de cette fraternité. Toute personne allant à l'encontre de ces règles verra le sabre être passé pour lui et son parrain ou filleul. La mort est patiente et la confrérie aussi.

  • La loyauté à la confrérie prévaut sur toutes les autres, sans aucune distinction.
  • Aucun contrat n'est obligatoire, mais l'assassin qui accepte un contrat donné par un Auriculaire se doit d'aller jusqu'au bout. Si un contrat n'est pas effectué à cause d'une blessure obtenue en tentant de le remplir, l'assassin doit rendre l'argent et terminer le dit-contrat dès qu'il est remis en utilisant son temps personnel et son argent propre. Si l'assassin meurt, le filleul ou le parrain restant doit reprendre le flambeau.
  • Les seuls contrats pouvant être acceptés sont les suivants : recherche d'informations et meurtre.
  • Aucun ne doit parler de la confrérie à personne. La cicatrice sur la main est un signe d'appartenance qui permet de se reconnaitre, mais qui ne doit pas être utilisé à tort ou à travers. Si l'assassin a besoin d'aide pour une mission, il ne doit s'adresser qu'à l'Auriculaire le plus proche qui lui fournira soit des compagnons, soit des équipements.
  • Tout membre se doit de payer la taxe.
  • Tout membre se doit d'avoir une capsule de poison prête à l'emploi au fond de la gorge. Parler en étant captif, c'est mourir.
  • Aucun membre ne doit accepter de contrat directement ou pour son propre bénéfice uniquement. Toute proposition qui lui est faite doit être soumise à l'auriculaire pour décision.
  • Tout membre de la confrérie doit pouvoir se faire passer pour un autre que ce qu'il est : leurs rôles, pour les missions, peuvent être divers : serviteurs, bardes, geishas, etc. La comédie doit être connue sur le bout des doigts.
  • Tout membre de la confrérie doit posséder un métier autre, respectable aux yeux de la loi.

Revenir en haut Aller en bas
 

La Confrérie de la Main

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La main invisible
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» La confrérie
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...Ewilan RPG
...
..
..
..
..
...La Sérénissime...
.......