AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sanada Senkô

avatar

Civil

Messages : 400
Date d'inscription : 15/10/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 34 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Dim 20 Oct - 16:31

Les montagnes autour d'Ariake, célèbres pour leur richesse en fer et autres minéraux, étaient également la source du grand fleuve de l'Ouest qui serpentait entre les différents lacs de Kenshu et de Fukyuu et abreuvait une grande partie de la campagne entre Geki et Raimei. Le Daimyo Kenshu s'était mis en tête de construire un barrage sur le fleuve, juste à sa sortie des montagnes, afin de créer de nouveaux champs inondables. En effet, Kenshu dépendait encore de ses voisins pour la nourriture et il arrivait toujours que quelques villages subissent une famine passagère lors des hivers les plus rudes. Senkô avait donc chargé Genpachi, son Hatamoto le plus ancien, de superviser le chantier et de veiller à son bon déroulement.

Aujourd'hui, alors que quelques nuages paresseux s'étalaient mollement dans le ciel, le Seigneur Kenshu était en route, à pied, pour le lieu du chantier. Ses cheveux, teints et ramenés en un chignon décoratif, et ses traits maquillés empêchaient quiconque de reconnaître leur Daimyo et il voyageait ainsi totalement incognito. Il ne tarda pas à arriver sur les lieux de la construction du barrage et commença son analyse, sans que personne ne lui prête la moindre attention. Alors qu'il regardait distraitement l'avancement du chantier, évaluait l'état des équipements et des outils d'un œil expert et mesurait l'application des ouvriers, Senkô repéra un contremaître qui beuglait des ordres à grand renforts de gestes exubérants et de regards sévères. S'approchant de lui il s'excusa ploiement de l'interrompre d'une voix trahissant un fort accent rocailleux, typique de la région d'Ariake. Il se présenta comme un représentant des habitants du village proche et demandait à parler au responsable du chantier. Après s'être longuement gratté la tête de sa grosse main poilue, le contremaître conduisit l'émissaire à la tente de Genpachi et ordonna dans un mugissement à un des ouvriers en pause d'aller chercher l'Hatamoto.

Une fois seul dans la tente, Senkô défit son chignon et attendit patiemment que son Hatamoto rentre dans la tente. Il serait toujours impossible à celui-ci de le reconnaître directement mais il suffisait à Senkô de reprendre la posture, le timbre de voix et les manières qu'il prenait habituellement en tant que Daimyo et celui-ci serait bien forcé d'admettre qu'il s'agissait bien de lui. C'était la première fois qu'il trahissait l'un de ses camouflages au cours de ses 13 années de voyages aux quatre coins de Yokuni et il comptait par là tester son plus fidèle sujet. D'autant plus que voir son Seigneur habillé en homme du commun lui ferait peut-être oublier la hiérarchie et lui délierait la langue plus que d'ordinaire. Senkô sourit intérieurement en entendant la voix de Genpachi à l'extérieur : il allait bientôt être fixé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Lun 21 Oct - 16:32

La journée n’avait pas trop mal commencé, en fait les six dernières semaines avaient été assez bonnes dans l’ensemble. Oh bien sûr quand le seigneur l’avait chargé de superviser la construction d’un barrage à Ariake, Genpachi avait passé la journée à ronchonner dans sa barbe. Un tel chantier était certes une excellente idée qui rendrait le clan plus indépendant et donc plus fort et nul homme n’était plus qualifier pour ce projet, du moins le pensait-il. Mais un barrage est un ouvrage tellement grossier, long à dessiner et encore plus à mettre en place. De plus, en temps de guerre ils sont très souvent utilisés contre les personnes qui en profitent quotidiennement.

L’Hatamoto réalisa cependant vite que cette mission représentait en fait un challenge digne de lui et quand il quitta la capitale pour Ariake il avait le sourire aux lèvres. Il avait avec lui quelques uns des meilleurs artisans qu’il connaissait, des amis et anciens apprentis de Batsu pour la plupart. Même « Masashi le jeune » faisait partit du voyage même si il ne pouvait plus être considéré comme jeune à présent. Le vétéran de maints chantiers dépassait Genpachi de dix ans, deux têtes et de trois ventres au moins. Il était aussi doux et généreux dans la vie que dur et strict au travail, mais il restait avant  tout un excellent contremaitre capable de comprendre en seule explication les directives.

Un messager était partit en avance de la troupe pour recruter les ouvriers et rassembler le plus de matériel possible avant l’arrivée de l’équipe. Le transport des outils et machines était lent mais pas sans intérêt. De bonne humeur Genpachi réfléchissait au projet de construction avec Masashi

« On est partit combien de temps à ton avis gamin ?
- Tu vas continuer à m’appeler comme ça encore combien de temps ? J’ai plus de quarante ans et suis ton supérieur. Je pense qu’on est partit pour au moins deux mois si on n’a pas trop mauvais temps, ce qui semble difficile dans ces terres.
- Génial, deux mois loin de ma femme, je vais me refaire une santé, je te le dis G-A-M-I-N.
- Tu as déjà construit des barrages Masashi ?
- Deux ou trois, mais pas aussi gros que celui-là, et toi ?
- Un seul mais ça sera suffisant, on y arrivera sans trop de problèmes et j’ai déjà quelques idées qui plairont au seigneur.
-Tiens en parlant de lui, toi qui est proche du bonhomme tu peux me dire un truc, il est aussi feignant qu’on le dit ? »

Genpachi se plongea dans une réflexion assez intense pendant dix bonnes secondes…

« Honnêtement, même après treize ans à son service, je ne sais toujours pas. Mais pour répondre à ta question demandes toi depuis combien de temps tu n’as pas vu un habitant de Kenshu mourir de faim ? Je crois que le concept de fainéantise n’a aucune importance chez cette homme, les hommes talentueux n’ont pas besoin d’être des modèles de zèle. »

Masashi referma ses gros yeux surmontés de sourcils très drus pour essayer de comprendre tout ce que venait de dire Genpachi.

« D’un autre côté, tu peux être certain qu’il m’a envoyé en mission aussi longtemps pour avoir un garde en moins à semer sur le chemin de tel ou tel hanamachi.
-Haha, je l’aime bien moi not’ seigneur. »

Masashi partie d’un rire gras et communicatif qui se répandit dans toute l’assemblée d’artisans, le reste du voyage se déroula d’un la gaieté.

Les six semaines suivantes furent remplis de plans dessinés, d’arbres abattus, d’ouvriers plaintifs et de nuits courtes, mais toujours dans une ambiance joyeuse malgré la pluie régulière et les émanations provenant des mines. Les ouvriers avaient encore bien avancés cette matinée, mais un vent froid commençait à se lever et donna un frisson à Genpachi…mauvais signe. L’Hatamoto ne frissonnait jamais de froid et cela ne pouvait annoncer qu’un problème. Alors en pleine inspection à l’endroit ou le barrage commençait à prendre forme, un ouvrier, Shin ou Gin, bref un ouvrier vint l’interrompre.

« Genpachi-sama, un représentant d’un village souhaite vous parler, Masashi l’a amené dans votre tente. »

*Génial, encore un vieillard qui s’inquiète de savoir si ce barrage va faire augmenter les taxes, je suis certain que le frisson venait de là.*

En entrant dans la tente, Genpachi fut surpris de voir qu’un jeune homme et non vieillard, l’attendait. L’homme était assez quelconque dans son apparence, mais quelque chose chez lui mit l’Hatamoto mal à l’aise, comme une impression de déjà vu mêlé à un sentiment  d’incohérence. Un peu comme dans un rêve où l’on parle à une personne que l’on connait alors que cette personne ressemble à une autre. Genpachi tenta de se débarrasser de ce mal être en secouant de la tête brièvement. Il enleva les plans et carte d’un siège et le présenta à l’homme.

« Je vous en pris asseyez-vous. »

Genpachi s’approcha de l’entrée de sa tente, sans pouvoir quitter l’homme du regard tandis qu’il s’asseyait. Même cette façon de s’assoir lui rappelait quelque chose, mais impossible de mettre le doigt dessus. Il tira la bâche de la tente de façon à ne sortir que la tête et interpella l’ouvrier.

« EH ! Shin, euh non Gin…enfin Machin là, va nous faire préparer du thé.
-  D’accord Genpachi-sama, mais moi c’est Ken. »

Il se dirigea à nouveau vers son invité et s’assit sur un tabouret en face.

« Le thé ne devrait pas tarder, en attendant puis-je savoir ce que je peux faire pour vous jeune homme ? »

Genpachi ne remarqua même pas qu’il venait par deux fois de vouvoyer un homme bien plus jeune que lui et apparemment hiérarchiquement inférieur, ce qu’il ne faisait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Senkô

avatar

Civil

Messages : 400
Date d'inscription : 15/10/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 34 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Mar 22 Oct - 14:11

Le trouble se lisait sur le visage de son Hatamoto aussi facilement qu'une tâche d'encre sur une toile de maître. Senkô se rendait bien compte que quelque chose gênait son subordonné mais celui-ci ne l'avait visiblement pas encore reconnu, ce qui était normal après tout avec la teinture rouge dans ses cheveux et le maquillage qu'il s'était appliqué sur le visage. Depuis que Genpachi était entré dans la tente, Senkô le regardait droit dans les yeux sans sourciller, ce qui aurait été très impoli pour un homme du peuple, et ne bougeait ni ne parlait. Quand il l'invita à s'assoir, il s'affala sur le siège, les jambes croisé, un coude sur le genou et sa tête mollement déposée dans sa main sans pour autant cesser de fixer l'Hatamoto. Cette posture irrespectueuse et provocatrice lui rappellerait sans doute les manières insolentes, et parfaitement calculées, du Daimyo. Cependant il sembla que cela n'était pas encore suffisant, bien que son trouble paru augmenter. Senkô sourit intérieurement en s'imaginant son sujet se torturer l'esprit à la recherche de l'endroit où il avait bien pu voir cet homme. Vint ensuite le moment où il lui demanda la raison de sa venue, Senkô ne répondit tout d'abord rien, se contentant de continuer à fixer, inlassablement, Genpachi.


"À ce que je vois les travaux avancent bien Genpachi. Tu t'es entouré d'artisans compétents et d'ouvriers visiblement suffisamment débrouillards pour une telle tâche.. pas que je doutais de tes capacités, non bien entendu. L'objet de ma présence ici est très simple et repose en une simple question : ce barrage sera-t-il fini avant la fin du mois ? Si nous voulons que nos fermiers puissent planter le riz, le seigle ou tout ce qui leur plaira de planter, nous devons nous assurer de leur fournir ces terres dans les temps. Sinon nous risquons d'avoir un nouvel hiver difficile et j'ai bien peur que nous ne puissions nous le permettre : nous aurons besoin de toutes nos réserves de nourriture pour les temps à venir."


De plus, et Senkô se gardait bien de le dire, ce barrage avait un intérêt militaire crucial dans la défense du territoire Kenshu. Pouvoir libérer les eaux à tout moment pour noyer une armée ennemie s'étant avancée un peu trop dans leur terre était un atout non-négligeable et qui pouvait changer du tout au tout le résultat d'une campagne militaire. Cependant, c'était un atout que Senkô préférait garder secret pour l'instant, il n'était pas judicieux de créer une polémique aujourd'hui sur le choix entre l’anéantissent de l'armée ennemie et la protection des cultures du peuple. D'autant que d'autres interrogations devaient avoir germé dans l'esprit de l'Hatamoto désormais qu'il avait tout les éléments pour deviner, ou au moins entrevoir la possibilité, que l'homme en face de lui n'était autre que son Daimyo. Voyant que son serviteur tardait à répondre, Senkô commença à regarder l'un des plans posé sur la table.



"Alors, tu as perdu ta langue ?"


Dernière édition par Kenshu Senkô le Jeu 21 Nov - 11:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Mer 23 Oct - 17:16

Dès que le seigneur Kenshu avait appelé l’Hatamoto par son nom il aurait dû s’en douter, mais son esprit refusait d’y croire. Genpachi savait fort bien que son daimyo avait la fâcheuse tendance de s’éclipser à n’importe quel moment de la journée, mais il s’imaginait que celui-ci en profitait pour aller retrouver les bras d’une dame ou la compagnie du Taisho. Par le passé il avait même demandé l’assistance de shinobi pour en savoir plus sur ses errances, mais eux non plus n’avaient pas réussis à en apprendre d’avantage. Les disparitions de Senkô Kenshu étaient la partie la plus frustrante du poste d’Hatamoto, mais après treize ans Genpachi s’était plus ou moins habitué à cela, et après tout le seigneur revenait presque toujours sain et sauf.

"Alors, tu as perdu ta langue ?"

Cette fois plus de doute possible, aucun homme du peuple ne se permettrait de parler ainsi à un Hatamoto. Genpachi ne put que se résigner à accepter la vérité, son seigneur… non, le seigneur de Kenshu s’était à nouveau échapper de son palais et avait prit la route seul, sans escorte, jusqu’à Ariake et le barrage en construction. C’était donc pour cela qu’il avait frissonné. Inutile de nier les faits et maintenant il devait faire avec. Malgré l’ambiguïté de la situation et la frustration que générait l’apparente satisfaction sur le visage du seigneur, Genpachi reprit un peu son calme et se souvint de ce qu’il devait faire. Posant un genou à terre, il inclina la tête et joignit ses mains en direction du seigneur Kenshu en guise de salutation et de respect. Plusieurs années auparavant le seigneur Senko l’avait autorisé à utiliser ce salut au lieu du salut traditionnel envers un daimyo.

"Seigneur Kenshu, je… "

C’est ce moment que choisit l’ouvrier Ken pour rentrer dans la tente avec le thé. La situation parut le surprendre. Un Hatamoto saluant un simple chef de village avec autant de respect n’était pas une chose propre à l’étiquette.

"Ken, pose ça sur la table et sors. "

Genpachi se redressa et saisit un tasse de thé qu’il tendit à son seigneur avant d’en prendre une pour lui et de s’assoir en face du daimyo.

"Toutes mes excuses Kenshu-sama, ce n’est pas vraiment un thé digne de vous, mais je n’ai pas de tel thé ici… Je ne sais pas comment vous avez fait pour venir ici, mais j’imagine que les déguisements n’ont aucun secrets pour vous. La prochaine fois que vous entreprenez ce genre de voyage j’aimerai beaucoup que vous preniez un garde avec vous, quitte à le déguiser aussi, ce qui pourrait être très marrant dans le cas d’Aiko-dono.

En ce qui concerne le barrage, il sera terminé dans les trois semaines, du moins pour sa fonction première. Il sera capable de déverser une quantité d’eau contrôlée sur tous les champs des environs."

Genpachi but un peu de thé et regarda son seigneur qui n’avait pas encore exprimé ses pensées. L’Hatamoto cru deviner ce que souhaitait le seigneur et enchaina à la suite.

"Cela dit, j’aimerais rester un mois de plus pour superviser quelques travaux… d’une autre nature. "

Il se releva, prit une table basse et la posa entre les deux chaises. Puis il saisit un parchemin sur le plan de travail et le déroula sur la table de façon à ce que le seigneur Kenshu puisse le voir. Sur ce parchemin était dessiné un plan de la région d’Ariake. Quelques sillons avaient été rajoutés.

"Je pense que vous ne m’auriez pas désigné pour diriger ce projet si il ne s’agissait que de travaux agricoles, et votre présence ici me le confirme. Vous souhaitez que ce barrage devienne un atout stratégique, n’est-ce pas ? "

Sur ces mots il tendit un second rouleau à Senkô. Dessus se trouvaient les plans du barrage et les détails de ses capacités « auxiliaires »

"Donnez-moi un mois, des fonds plus importants et deux cents soldats pour des travaux de grande ampleur et je rendrai la zone d’Ariake aussi imprenable que le château Ame."
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Senkô

avatar

Civil

Messages : 400
Date d'inscription : 15/10/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 34 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Jeu 24 Oct - 1:26

Tout en portant le thé à ses lèvres, Senkô écoutait ce que lui annonçait son subordonné. Il y avait de l'idée, son plan était bien construit mais une chose gênait tout de même le Daimyo. Cependant celui-ci appréciait que son Hatamoto n'ait ni essayé de le convaincre de renoncer à ses vagabondages, ni ne s'était plein d'être relégué à la construction d'un barrage. Il avait compris l'intérêt de celui-ci prouvant qu'il méritait son poste. Son idée n'était pas mauvaise mais elle était tout de même inadaptée.


"Tu as raison, ce barrage n'est pas qu'un bienfait pur l'agriculture Kenshu, même si ce simple fait justifie amplement sa construction. Je ne doute pas de tes capacités à créer une véritable forteresse autour de ce barrage et peut-être y viendront-nous un jour. Mais pour le moment si ce chantier est trop important il risque d'attirer les regards et nous perdrons le plus gros avantage de ce barrage : la surprise. Un grand maître de l'art de la guerre a dit un jour : "Je fais en sorte que l'ennemi prenne mes points forts pour des points faibles et mes points faibles pour des points forts, tandis que je transforme en points faibles ses points forts et que je découvre ses failles." C'est pour cette raison que ce barrage ne doit, pour le moment, pas être fortifié. Croyant détruire nos champs une armée ennemie envahissant nos terres va se ruer sur ce barrage, mais, profitant qu'ils soient ainsi rassemblés dans la vallée fluviale, nous libérerons les eaux qui décimeront leurs forces. Cependant, garde ces plans de côté, car une fois que nous nous serons servis de ce barrage une fois il sera connu de tous et alors il pourra être intéressant de le fortifier d'avantage. Pour l'instant, son existence doit rester anodine, insignifiante."


Senkô était certain que Genpachi comprendrait, il était loin d'être idiot après tout. Finissant sa tasse de thé, le Daimyo laissa à son subordonné le temps de digérer les informations qu'il venait de recevoir. Finalement, quand il jugea qu'il était temps de le faire, il reprit la parole. Il était nécessaire qu'il s'assure le silence de Genpachi désormais. Il ne doutait pas que celui-ci saurait tenir sa langue, il fallait simplement lui faire comprendre que les déguisements de son Daimyo n'était pas une lubie anodine et que s'ils étaient restés secrets jusqu'à présent, c'était pour une bonne raison.


"Genpachi, je compte également sur vous pour rester le seul au courant de cette entrevue... et de mes talents pour le déguisement et le maquillage. Vous êtes celui en qui j'ai le plus confiance, ma présence ici en cette tenue devrait suffire à vous le prouver, et je vous déconseille, pour votre bien, de songer à trahir celle-ci, même pour une chose en apparence anodine.


Dernière édition par Kenshu Senkô le Sam 21 Déc - 4:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Jeu 24 Oct - 15:19

L’Hatamoto croisa les bras et un fin sourire se dessina sur son visage. Il était flatté des mots de confiance que venait de lui adresser son seigneur. Il est vrai que Genpachi avait souvent prouvé sa loyauté au clan Kenshu et à ses seigneurs, mais son amitié avec le père du présent daimyo aurait put justifier une trahison. Genpachi n’y songea même pas, révéler que le seigneur Kenshu échapper à sa garde depuis treize ans serait admettre qu’il avait échoué en tant qu’Hatamoto, il préférait largement faire confiance à son Senkô pour se préserver lui-même quand il utilise ses déguisements.

Mais plus encore il sourit aux remarques précédentes. Pour une fois le seigneur n’avait pas comprit ce que Genpachi pensait. Lui aussi savait que des travaux de construction d’une forteresse était impensable et pourraient être pris pour une déclaration de guerre dans le pire des cas.

"Ne vous en faites pas pour votre secret Senkô-sama, je ne le révélerai à personne. Mais n’hésitait pas à me mettre dans la confidence quand vous entreprendrez vos voyages, je saurai me montrer très utile pour cacher votre départ ou vous donner des conseils sur votre périple. Enfin, je dis ça mais je sais très bien que vous n’en ferrai rien.

Par contre, je pense que vous m’avez mal compris Kenshu-sama, je ne souhaite pas construire une forteresse autour du barrage, je souhaite faire en sorte que la seule présence de ce barrage rende la zone imprenable. Comme je vous l’ai dis le barrage sera terminé dans moins d’un mois, mais en creusant des sillons à certains points stratégiques il serait possible de déverser le stock d’eau dans n’importe quelle direction, ce qui serait largement suffisant pour exterminer, repousser ou au moins ralentir les troupes ennemies.

En plus de cela j’ai déjà entamé des travaux pour empêcher l’eau d’inonder complètement les champs et les villages environnants. En gros, ce barrage servira l’agriculture sans risque d’être utilisé contre le clan Kenshu et ses habitants et il pourra aussi repousser une armée pendant quelques temps. Officiellement les deux cents soldats que je vous ai demandé serviront aux travaux des champs, ce qui est logiques après la construction d’un barrage, mais seulement cents le feront réellement tandis que les cents autres creuseront les sillons. De cette façon aucun soupçon ne sera émit."

Qu’en pensez-vous ? "
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Senkô

avatar

Civil

Messages : 400
Date d'inscription : 15/10/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 34 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Ven 1 Nov - 17:57

Bien que les compétences de Genpachi n'étaient plus à prouver, Senkô fut surpris de sa clairvoyance et se laissa à arborer un large sourire sur son visage maquillé. Il étudia plus en détail les plans déposés sur la table par son subordonné et les analysa scrupuleusement. Il était parfaitement possible de dissimulé ces travaux et ces installations et le Daimyo appréciait les travaux déjà entrepris pour consolider les rives actuelles du fleuves et éviter qu'un déversement trop rapide de ses eaux ne cause quelque dégâts aux village le bordant. Bien entendu, les nouveaux champs seraient toujours dévastés au cas où il serait nécessaire de recourir à la libération des eaux, mais les constructions actuelles en bordure de fleuve éviterai ainsi le plus gros des dommages collatéraux, ce qui n'était pas à négliger.


"Tout ceci me parait très intéressant. Je te savais plein de ressources mais je t'avoue que tu surpasses encore aujourd'hui mes espérances. Tu auras tes fonds et tes hommes, mais je ne puis que te recommander la plus grande prudence. Choisis toi-même ceux que tu assigneras aux travaux défensifs et fais en sorte qu'ils soient tous aussi muets que des pierres. S'il te faut aller jusqu'à leur arracher toi-même la langue, fais-le, mais je ne tolèrerai aucune fuite d'information. Si tu ne trouves pas assez d'hommes fiables creuse ces sillons toi-même. Tant pis si les travaux sont plus longs que prévus, mais il n'est pas tolérable qu'un imbécile à la langue un peu trop pendue raconte quoi que ce soit lors d'une soirée un peu arrosée. La moindre rumeur pourrait nous faire perdre tous les bienfaits de nos réalisations ici. Est-ce bien clair ?"


Le regard de Senkô était plongé dans celui de son subordonné, son expression était aussi sérieuse et grave qu'elle pouvait l'être. Il ne doutait pas des compétences de Genpachi ou de sa compréhension de la situation, mais souhaitait insister sur l'importance de sa capacité à juger les hommes et le caractère crucial de la tâche qu'il allait devoir entreprendre.


Finissant sa tasse de thé, Senkô se releva et fit quelques pas dans la tente, laissant le temps à son Hatamoto de s'imprégner de sa future tâche et de commencer à y réfléchir.


"Concernant mon prochain voyage, après vous avoir alloué les fonds et les hommes que vous venez de me demander, je serai absent quelques semaines, peut-être un mois entier, je ne sais pas... Je vais aller en Okaruto... seul."


Genpachi avait exprimé plus tôt son souhait d'être mis dans la confidence des voyages de son Daimyo et Senkô avait décidé, pour cette fois, de tester sa réaction. Les terres Okaruto était situées à l'autre bout de Yokuni et il faudrait un voyage d'au moins 5 jours, sans détours, pour arriver dans leur capitale. Un tel voyage était ambitieux pour une personne seule et en confrontant directement Genpachi à cette éventualité, lui qui ne se doutait probablement pas encore que les voyages de son Seigneur l'amenaient parfois hors du territoire de son clan, Senkô pouvait analyser sa réaction. Le Daimyo en parlait le plus calmement du monde, comme s'il s'était s'agit d'une promenade banale et ordinaire, ce qui était peut-être en partie le cas, et rien ne semblait pouvoir indiquer une quelconque tension ou appréhension à l'idée de ce périple. Tournant légèrement la tête pour regarder, par dessus son épaule, son fidèle conseiller et maître d’œuvre, le Seigneur Kenshu l'observait, un demi-sourire camouflé par la tasse de thé qu'il avait encore dans la main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Mer 13 Nov - 16:48

Si il avait su il y a quinze ans, quand il avait rejoins les rangs Hatamoto, que son second Daimyo serait aussi têtu et inconscient, Genpachi aurait surement été encore plus enthousiaste quant à sa nouvelle affiliation. Mais quinze ans plus tard, avec un peu de sagesse en plus et beaucoup d’affections pour son maître, il ne pouvait que se sentir inquiet de la situation. Non seulement Kenshu Senko venait de tomber le masque et de prouver qu’il se balader sans escorte dans tout l’empire, mais en plus de cela il ignorait complètement les conseils de son conseiller.

Genpachi se prit la tête entre les mains et soupira largement sachant très bien que son seigneur devait rire intérieurement. Maintenant qu’il avait une mission assez longue ici, Genpachi ne pouvait pas demander à accompagner le Daimyo. Il n’avait pas non plus le temps d’envoyer une lettre à Aiko, et encore moins au père de Senkô. Aucune idée ne lui venait en tête.

Il ouvrit alors les mains pour regarder son seigneur et soupira largement. Il saisit une feuille vierge et son pinceau et commença à écrire.

Il reposa son pinceau au moment ou le seigneur finissait sa tasse, plia le caché et le tendit à Senkô.

« Voici une liste de quelques endroits où vous serez en sécurité dans les territoires de nos chers voisins. Ce sont pour la plupart des tavernes ou des hanamachis pour lesquelles j’ai travaillé du temps ou j’étais simple charpentier. J’ai gardé de bons contacts avec eux et si vous dites venir de ma part ils vont feront un bon accueil et vous cacheront au besoin. »

Le seigneur paraissait amusé.

« Je me doute bien que vous avez certainement un réseau bien à vous, établi au cours de vos balades, mais c’est tout ce que je peux faire pour vous alors acceptez au moins ça. Ah et autre chose, le chemin le plus court passe par Kazan, mais certains problèmes ont éclaté à la frontière avec cette province, je vous conseil donc de passer par Moe…
Et si jamais vous mourez au cours de l’une de vos excursions, dites à Gekikami de nous envoyer un Daimyo plus docile la prochaine fois… »

Genpachi voulu dire cette dernière phrase sur le ton de la plaisanterie, mais l’inquiétude le rongeait déjà de savoir son seigneur sur la route pour Okaruto, seul.
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Senkô

avatar

Civil

Messages : 400
Date d'inscription : 15/10/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 34 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi] Jeu 21 Nov - 12:08

L’inquiétude de son Hatamoto était touchante et compréhensible. Senkô revint vers la table et posa la tasse de thé, pas encore totalement vide, sur le plan de travail de son subordonné. Celui-ci était en train de griffonner ce qui ressemblait de loin à une liste d'adresses dans divers villes de Yokuni. Attendant qu'il ait terminé, le Daimyo refit le chignon traditionnel qui seyait à son déguisement, et qu'il avait défait en arrivant afin que Genpachi ait une chance de le reconnaître. Après avoir fini, il termina son thé et prit la liste que lui tendait son Hatamoto. Il lui annonça qu'il s'agissait d'une liste d'endroits où Genpachi avait gardé de bons contacts et où il serait en "sécurité". Arborant un demi-sourire autant amusé par la situation que touché par l’inquiétude de son sujet, le Seigneur écouta son maître d’œuvres lui prodiguer des conseil pour le trajet et implorer Gekikami d'être plus perspicace dans le choix de son Daimyo la prochaine fois. Cette dernière phrase, bien que se voulant au départ une plaisanterie, fut dite sur un ton bien trop sérieux pour cacher efficacement l'inquiétude réelle de son sujet. Bien que sachant que cela ne le rassurerait probablement pas autant qu'il serait judicieux de le faire, Senkô se devait de souligner un détail.


"Tu es pourtant un des mieux placé pour savoir que quand Gekikami m'a choisi j'avais tout du jeune homme docile. Il faut croire que notre fonction nous façonne plus que ce que nous croyons. Et ce n'est pas une époque pour les souverains dociles, pas pour nous.... Oh, et tant que j'y pense, tu ferais bien de trouver une histoire. Je n'apprécierai pas trop que treize ans de discrétion soient mis à mal parce qu'un ouvrier a aperçu un Hatamoto saluer un peu trop respectueusement un chef de village. Trouve une histoire, invente ce que tu veux, mais je te déconseille de sortir de cette tente sans savoir parfaitement ce que tu diras à tes hommes si on te pose la moindre question. Et à l'avenir, abstiens-toi de signes aussi voyants, je préfèrerai éviter que ce genre d'incidents se reproduisent. J'ai passé treize ans à me créer une réputation d'excentrique inconstant et je ne voudrai pas la voir voler en éclat si vite, cela pourrait mettre le clan tout entier en grand danger..."


Bien que ce soit disant danger pouvait paraître exagéré, il n'en était rien. Senkô s'évertuait de paraître inoffensif aux yeux des deux puissances voisines. Dans l'idéal, Gekidô et Yukimura devait même en venir à le mépriser. Ainsi sous-estimé, il gardait une grande chance de l'emporter en cas de confrontation, car, malheureusement, il savait qu'il risquait fort d'y avoir une confrontation de son vivant. Le terreau était prêt, et les graines de la guerre ne tarderaient pas à pousser dans Yokuni, telles des roses aux fleurs couleur sang et aux épines de lames.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi]

Revenir en haut Aller en bas
 

Confiance en Travaux [Senkô-Genpachi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dessins, travaux graphiques, artworks + demandes
» Les travaux de modernisation de l'Aéroport vont bon train
» Pendant les travaux, l'exposition continue (Lucia)
» Travaux dans la cuisine
» Mes travaux de fin d'études (ou TFE)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..