AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant. Dim 10 Nov - 21:46


Un souffle frémissant jaillit des deux gros naseaux de Virtuose. Chomei ne les comptait plus, il faut dire que l'étalon avançait depuis des heures maintenant et que c'en devenait presque monotone. L'on pouvait en dire autant de cette après-midi calme ; certes ensoleillée, mais plutôt morne. Ces terres reflétaient-elle la tristesse et la désolation que le Hatamoto s'imaginait à l'idée d'être sous la gouverne d'un des plus miséricordieux seigneurs - après Toragi Araki - que le pays n'eut jamais connu ? L'homme s'était fait ses idées, et les on-dit étaient trop nombreux pour ne pas croire à la démence du seigneur Setsu. Fort heureusement, il n'aurait pas à le croiser en ces lieux saints qu'il attendrait bientôt : le Temple Kaigen, la Maison de Moegami, abritait probablement en son sein des êtres chaleureux - le comble, pour ainsi dire. Cette idée réconforta le guerrier qui, dans son élan, donna un léger coup de selle à l'étalon dont l'enthousiasme s'exprima par le trot. La lointaine silhouette du bâtiment, qui surplombait le paysage, laissait présager encore une petite heure de trajet.

Chomei avait prit soin, avant de laisser son noble destrier aux écuries locales, de s'habiller de manière originale : il revêtait la dégaine parfaite du coursier venu délivrer des biens pour le Temple. En l'occurrence, il portait sur le dos une espèce de coffret de bois dans lequel étaient rangées quelques marchandises en tout genre. Outil de plus pour faire office du parfait alibi. Se présenter en tant qu'Hatamoto d'Eiichiro, alors qu'on avait présenté sa démission la veille, n'était pas des plus intelligentes introductions, et ce même si les clans n'échangeaient pas spécifiquement des informations à ce sujet. Il lança quelques coups d’œils à Virtuose alors qu'il s'éloignait de l'enclot, le gratifiant de regards sereins et bienveillants malgré les hennissements mécontents de la monture. Et il tourna définitivement les yeux, se concentrant sur les marches du Temple qu'il gravissait avec un entrain solennel. Il était un coursier venu délivrer de l'encens, quoi de plus normal ?

Il lança un vif regard aux sentinelles du Temple, qui ne firent pas attention à sa présence le moins du monde. Mais il faudrait tôt ou tard interagir avec le personnel des lieux. Passant le pas des gigantesques portes restées ouvertes, il s'arrêta un instant et profita du silence, si ce n'est perturbé par les quelques bruits de pas résonnants çà et là dans le Hall. Les décorations lui coupaient le souffle ; une chose, quand on basait toute son énergie sur ce simple geste ! Éclairées par milles et unes bougies, les nombreux ornements mettaient en valeur plusieurs effigies du Kami Phénix, que ce soit statuettes ou fresques, le tout dans une ambiance couleur carmin. Après un court instant, il revint à la réalité et chercha un hôte du regard. Une silhouette féminine lui tournait le dos. Perplexe, il s'approcha lentement, s'éclaira discrètement la gorge et pris la parole.



    - Bien le bonjour. Les fournitures d'encens sont arrivées... Savez-vous à qui il est bon de s'adresser pour la chose ? ...


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant. Lun 11 Nov - 1:50

Cela faisait maintenant plusieurs jours que le petit convoi d’Okaturo avançait à son rythme vers leurs terres. Anzu revenait de la capitale du clan Setsu, Moe, où il avait réglé une petite affaire pour la dame du clan. Traversant actuellement la région d’Hibana, l’Hatamoto était accompagné de deux gardes pour éviter les mauvaises rencontres sur la route et de quelques serviteurs qui portaient les affaires ramenés de la capitale du Feu. Un voyage sans encombre qui se profilait devant eux, pas même quelques bandits pour distraire Anzu qui s’ennuyait fermement…

- Haaannnnn…. Heureusement que toi tu es la !


Puis il but une longue gorgée de sake de sa gourde magique qui ne pouvait jamais se vider, un artefact magique qu’il prenait soin de garder secret ! Un vrai trésor pour n’importe quel vrai Okaturo, vous imaginez ? une source d’alcool inépuisable !!! Si son objet devait se faire connaitre, il deviendrait surement un trésor national… l’Hatamoto se mit ensuite à chanter une chanson égayer un peu le voyage.


- Je m'en vais de bon matin, Livrer le bon sake de Binks. ♫


Les heures passèrent, le paysage ne changea pas d’un pouce et il n’avait même plus de chanson en tête. Heureusement pour lui, un panneau indiquant la direction du Temple Kaigen apparu, il y aurait surement de quoi se changer un peu les esprits la bas ! Et dans le pire des cas, Anzu pourrait se recueillir.  Faisant un « petit » détour, ils changèrent donc de route pour aller au Temple.



- Quelques heures plus tard –


Comme prévu pour se genre d’endroit, il y avait de très nombreuses personnes en pèlerinages. Anzu visita tranquillement la ville en pensant à acheter des offrandes pour le temple et des brochettes de viandes pour lui-même. L’Hatamoto laissa son wakizashi et son katana à l’un de ses gardes avant de pénétrer seul dans l’enceinte du temple, il avait gardé par contre ses senbons sur lui. Après avoir traversé l’énorme Torii à l’entrée, Anzu commença à se laver les mains dans la fontaine, puis il se rinça la bouche. Des regards s’attardèrent sur lui, il était habitué à attirer les regards à cause de ses cicatrices, mais aujourd’hui c’était à cause de la marque des Okaturo sur son Kimono qu’il attirait l’attention. Qu’importe, il était ici pour une simple visite personnelle de toute façon.  

Il se rendit ensuite dans le grand hall du temple avec une bouteille d’umeshu  à la main en guise d’offrande. Shisubeki observa les magnifiques décorations pendant un moment avant de revenir à la réalité. Le Temple était réellement magnifique, le Kami devait réellement en être fier selon lui.

Un homme à coté de lui demanda où l’on pouvait faire les offrandes, il attendit en silence et discrètement la réponse. Loin d'être du genre à s'imposer simplement parce qu'il avait un titre important.
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant. Lun 11 Nov - 12:31



Aujourd'hui, la Dame n'a pas encore toussé et s'est levée plutôt qu'à son habitude. Ses subordonnés furent tous étonnés de la voir participer à la cérémonie des bougies au petit jour. Ame avait aidé à allumer les bâtons de cire, malgré les protestations vaines de ses Jushoku. Lassée par leurs braillements respectifs, elle a finit par les remettre sèchement à leur place, alors qu'elle soulevait l'un des plus jeunes moines du temple. Elle tendit à l'enfant dans ses bras le bâtonnet pour enflammer la ficelle de ces dernières. Peu sont ceux qui ignorent son amour pour les enfants et les jeunes gens apprécient énormément la Kannushi. Malgré son air froid et autoritaire, elle a toujours été très douce avec eux. Une fois la salle principale allumée, elle laissa les siens continuer leur travail alors qu'elle s'en retourna dans la grande salle de son conseil. Actuellement vide, la femme en profita pour travailler au calme.

Maintenant, elle est assise sur un coussin moelleux, l'ombre du soleil grâce à son ombrelle qu'elle tient. Droite, elle juge de son air désintéressé les jeunes garçons à leur entrainement au Bo. Certains sont plus doués que d'autres, mais tous semble se défendre correctement. Le Bo est sans doute l'arme qui est la plus familière à la Kannushi. Parfois, elle s'assoit pour regarder les entraînements. Juste par plaisir, et comme elle a pu prendre de l'avance sur ses travaux, ce n'est nullement gênant. A côté d'elle se tient l'un des deux Jushoku. Ils ont pris place sur l'engawa de la cours arrière. Ses yeux ne quittent pas les futurs Sohei qui eux semblent plus ou moins nerveux de part sa présence. La séance terminée, la femme se lève lentement, alors que personne d'autre n'ose bouger la moindre oreille. Elle s'incline gracieusement vers les initiés. Avant de les féliciter avec une douceur non feinte. Puis sa suite la talonne vers l'intérieur.

Dans le temple, Ame laisse vagabonder ses yeux sur les statues et les fiers ornements de son Kami. Elle s'arrête dans le hall, face à une statue de Moegami. Le petit groupe de religieux tournent à leur tour la tête vers la pierre sculptée. L'un des Sohei passe d'Ame au Kami, songeur. La petite Kannushi continue de contempler les contours de l'oiseau de feu, alors qu'elle défroisse son kimono coûteux. Le Jushoku fait signe au petit monde de continuer leur chemin vers la salle de réunion, avant de revenir s'adresser à la noiraude.


« Nous passons devant, Shimizu-sama. Voulez-vous que je prenne le début de la séance ? »
«  Volontiers... »

Le religieux incline la tête avant de rejoindre ses compères. Ame dévisage l'esprit de ce lieu. Incrédule quant à la magnificence de la créature. Davantage perdue quant à son choix d'hôte. Elle n'a rien d'une force de la nature. Elle détient une beauté glaciale indéniable, mais de là à faire d'elle une personne sage, continuellement mise à l'épreuve, perpétuellement obligée de faire face pour la religion, devant prendre les bonnes décisions, celles qui aideront le clan tout entier. Elle s'estime heureuse de ne pas être Daimyo. Le poids d'une telle charge l'aurait achevée. Concentrée, la jolie Haute-Prêtresse n'entend pas les pas de ceux qui pénètrent sa demeure. Elle fait dos à quiconque entre dans le temple sacré de Moegami. Son demi chignon laisse sa longue chevelure noire tomber de façon maîtrisée dans le milieu de son dos, alors qu'une voix masculine la tire de ses pensées. Poliment, un visiteur s'adresse à elle.

« Bien le bonjour. Les fournitures d'encens sont arrivées... Savez-vous à qui il est bon de s'adresser pour la chose ? ... »

Dans un premier temps, la Kannushi tic, puis elle se retourne lentement, les mains jointes devant elle. Ses longues manches drapées les dissimulant. Elle incline la tête pour le... les saluer... Ses yeux rubis passent de l'un à l'autre, s'attardant davantage sur l'étrange homme aux cicatrices et à la marque d'Okaruto. La noblesse de la dame se ressent lorsqu'elle redresse la tête pour observer les hommes qui ne sont pas difficilement bien plus grands qu'elle. Puis elle la penche à peine sur le côté, alors qu'elle finit par répondre de sa voix mélodieuse à celui qui a pris la parole, sans quitter son air totalement détaché, voire méprisant.

« Bonjour... Il est bon de s'adresser à l'un de mes Jushoku... Mais les deux religieux sont désormais occupés à tâches plus importantes... Sans doute est-il bon de s'adresser à moi, en ce cas... » puis ses yeux coulent vers celui qui n'a pas encore ouvert la bouche. « Et vous..? Que puis-je faire pour vous..? » La Kannushi esquisse une très légère grimace, lâchant un petit toussotement, parvenant à placer sa faible main devant sa bouche.




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant. Lun 11 Nov - 14:24


Le coursier, qui faisait face à une personne dont la chevelure soigneusement coiffée ne laissait encore rien deviner quant à son identité, reconnu finalement la Kannushi des lieux. Non pas parce qu'il l'avait déjà croisée, non pas parce qu'on lui avait dressé quelque portrait fièrement représentatif de la jolie jeune femme, mais parce que son aura parlait pour elle. Inspectant sa silhouette de haut en bas, il se concentra de nouveau sur son regard, digne de celui d'un Kami tant ses iris brillaient presque d'un rouge des plus éclatants. Mais l'individu ne se laissa pas décontenancer ; ces rencontres fortuites étaient coutumes et, attendant sa réponse, il planta son regard dans celui de la Kannushi. Elle semblait dévisager un autre homme de plus que lui, mais il ne daigna pas se retourner tout de suite, par politesse. Il aimait satisfaire sa curiosité mais n'oubliait en rien les bonnes manières. Il se tenait droit, attendant quelque approbation bienveillante de son hote et, malgré l'air méprisant qu'elle laissa paraître, il ne fut pas rebuté le moins du monde. Comme pour rééquilibrer les "forces", il allait faire une fois de plus usage de sa quintessence, au risque que ne pas aboutir aux résultats souhaités ; certes elle avait l'apparence humaine et n'avait rien d'un Yokai, mais si l'on joue avec le feu, l'on risque de se brûler. Quels effets allait-ce produire sur l'incarnation même d'un Kami ? Il se déchargea patiamment de son caisson qu'il posa sur sa gauche, et se prosterna solennellement, avec une grâce telle qu'il avait été le digne serviteur d'Eiichiro Estukazu.


    - Ayez le plaisir de recevoir, Kannushi-sama, ces offrandes de la part du réseau marchand Shimohata. Ce sont des encens au parfum rafiné, et ils vous aideront à imaginer, de par leur senteur, ces lointains horizons qu'il vous est sûrement difficile de fouler.


L'être au teint hâlé avait parlé d'une voix plus virile que d'habitude, et très posée, tandis qu'il avait extrêmement jaugé les intensités de sa propre respiration, faisant usage d'une aura, d'un souffle-énergie correctement dosé pour répandre la confiance et la bienveillance autour ; visant ainsi à mettre la Kannushi dans un état émotionnel plus chaleureux. Une technique de manipulation basée sur le Ki, ni plus ni moins. Allait-ce fonctionner ? Après un court instant, comprenant qu'elle s'adressait ensuite à quelqu'un d'autre qui se tenait derrière, il se releva lentement pour faire face à un individu qui, contrairement à Chomei, n'avait nul intérêt à dissimuler ses origines : homme de main du clan Okaruto, c'était un individu pour le moins surprenant de part ses nombreuses cicatrices. C'est le genre de marque qui pouvaient forcer la crainte admirative comme la terreur si l'on avait la malchance de faire face à un tel adversaire. Mais pour l'heure, tout ça n'était que songes mirobolantes. En temps normal, il l'aurait salué de manière respectueuse voire amicale, d'une part de Hatamoto à Hatamoto, d'autre part parce que leurs clans sont alliés. En tant qu'être neutre, il se contenta d'une courbure à mi-basseur comme pour exprimer un respect des plus normaux, quoiqu'un peu plus accentué cependant, comme le méritait tout guerrier digne de ce nom. Puis, se redressant, il inspecta davantage l'Hatamoto pour voir s'il n'avait pas loupé quelque détail croustillant, et fut quelque peu amusé à la vue de l'offrande de celui-ci : l'alcool de prune ne déplaisait pas à grand-monde, aussi espérait-il, pour son collègue Hatamoto, qu'il marquerait un bon point, lui aussi.


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant. Lun 11 Nov - 16:55

Et bien, quelle bonne surprise de tomber sur la Kannushi en personne ! Au vu des habits et de sa prestance, Anzu ne pouvait se tromper et les paroles de l’homme à coté de lui confirmèrent son identité : Shimizu Ame, Kannushi du clan Setsu. Son statut lui demandait de connaitre les grands noms de chacun des clans de Yokuni, mais c’était la première fois qu’Anzu portait ses yeux sur elle. Un regard de braise et une grande beauté, la femme devant lui avait quelque chose d’envoutant, elle n’était pas la Kannushi pour rien. Il la salua respectueusement avant de prendre la parole pour lui répondre.

- C’est un grand honneur pour moi que d’avoir la chance de vous rencontrer Kannushi-sama, je suis Uesegi Anzu Shisubeki, Hatamoto du clan Okaruto.


Marquant une petite pause pour saluer à son tour le coursier, il reprit sans réellement s’attarder sur lui.


- J’ai moi-même une modeste offrande.

Il présenta la bouteille d’umeshu, si Anzu avait su qu’il tomberait sur la Kannushi en personne il en aurait acheté beaucoup plus pour faire honneur à son rang et à son clan. L’Hatamoto se demanda même un instant si il était de coutume de faire offrande d’alcool en dehors du territoire Okaruto ou non… mais qu’importe, la valeur d’une offrande même modeste est surtout lié à l’importance qu’elle a aux yeux de la personne qui en fait don, non ? Hors, pour un Okaruto, l’alcool avait plus de valeur que bien des choses et il en était d’autant plus vrai pour Anzu.


- J’espère que vous apprécierez se maigre présent autant que moi.

Souriant à la Kannushi, il regarda ensuite distraitement et rapidement le coursier. Pourquoi lui était-il familier ? Il était persuadé de ne l’avoir jamais vu, mais pourtant Anzu avait l’impression de le connaitre d’une façon où d’une autre… non il devait s’imaginer des choses, puis c’était la première fois qu’il mettait les pieds à Hibana de toute façon. Reportant son attention sur la femme devant eux, l’Hatamoto reprit la parole.

- Votre temple est réellement magnifique, je regrette que mon Daimyo ne soit pas présent pour le voir…

Et il était sincère, sa Dame aurait apprécié la beauté de l’endroit et elle aurait aimé graver le temple dans ses souvenirs, l’Hatamoto se jura de lui en faire une description des plus précises possibles ! Se tenant droit et portant un regard cordial à la prêtresse, il attendit en souriant la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant. Lun 18 Nov - 19:21



Ame arque un sourcil. Comment cela ? Ses yeux rouges passent de l'un à l'autre. Elle semble se détendre sans pour autant perdre son air hautain, ni lâcher un sourire. Les deux hommes sont poli, aucun des deux ne coupent l'autre. Le premier s'incline avec déférence tout en dévoilant le sujet de sa venue. Ame se sent légèrement agacée par toutes ses manières, mais elle est touchée par les présents de ce dernier.

« Ayez le plaisir de recevoir, Kannushi-sama, ces offrandes de la part du réseau marchand Shimohata. Ce sont des encens au parfum rafiné, et ils vous aideront à imaginer, de par leur senteur, ces lointains horizons qu'il vous est sûrement difficile de fouler. »

Elle incline doucement la tête vers lui, le remerciant d'un regard doux. La Kannushi rive un temps le rubis de ses yeux vers la caisse. Il est vrai qu'elle adore les senteurs qui viennent d'ailleurs. Surtout celles des forêts. La mousse, l'écorce des troncs humides. L'odeur de la terre meuble. Elle se perd une demi seconde, dans un bois lointain. Ses pieds foulent l'herbe encore perlée de gouttelettes. L'accalmie après la tempête. Le climat tempéré n'a rien à voir avec la chaleur étouffante des terres Setsu. Elle frisonne doucement en rouvrant les yeux.

« C’est un grand honneur pour moi que d’avoir la chance de vous rencontrer Kannushi-sama, je suis Uesegi Anzu Shisubeki, Hatamoto du clan Okaruto. J’ai moi-même une modeste offrande. »

Elle sait forcément que la fraîcheur et l'humidité de se genre de lieux ne sont pas pour elle. Elle se tourne ensuite vers le second homme qui s'incline avec autant de respect que le premier. Il lui tend par la suite son offrande. Une bouteille qu'Ame trouve plutôt jolie.

« J’espère que vous apprécierez ce maigre présent autant que moi. »

Ame gigote très légèrement serrant dans ses mains presque squelettiques. Son regard inquisiteur inspecte l'Hatamoto avec curiosité. Elle ne boit que très peu d'alcool, mais elle apprécie les bonnes liqueurs. Elle se sent étrangement touchée par ces attentions. Il n'est pas coutume qu'on lui offre ces offrandes en mains propres, bien que cela arrive. Même si elle sait que cela ne lui est pas vraiment adressé. Est-ce que quelqu'un connait sa date de naissance... à elle..? Elle chasse intérieurement ses pensées noires et s'incline avec grâce vers eux. En son sein, elle est heureuse comme une gamine le jour de son anniversaire. Seuls ses yeux traduisent son enchantement de part le lueur enfantine.

« Messieurs, vos deux présents me touchent... » commence-t-elle de sa voix apaisante. « J'apprécie les voyages sensoriels que vous me proposez, honorable marchand et la modestie de votre bouteille Uesegi-san... Je suis Shimizu Ame, Kannushi du clan Setsu... En ce nom, je vous souhaite la bienvenue à Hibana... Davantage encore dans mon foyer ; le Temple Kaigen. Vous devez avoir fait longue route, l'un comme l'autre... » La réincarnation prend un air songeur. « Peut-être que vous souhaitez prendre un peu de repos..? Si tel est le cas, je vous accorde volontiers un peu de mon temps et un endroit au calme pour vous ressourcer... »

Un petit silence se glisse entre eux. Alors que le timbre chaud du marchand d'encens résonne. Il ne peut visiblement pas se joindre à eux. C'est en inclinant la tête que la femme salue son départ. Puis Shisubeki reprend, l'air un brin songeur.

« Votre temple est réellement magnifique, je regrette que mon Daimyo ne soit pas présent pour le voir… »

Ame esquisse une légère grimace. De surprise, à dire vrai. Puis elle revient observer les différentes blessures de ce dernier. Okaruto-san trouverait son temple à son goût ? Elle penche la tête de côté en le dévisageant, sans être impolie pour autant. Comment cet homme a-t-il pu avoir tant de cicatrices..? Elle serre la bouteille contre elle, redressant la tête.

« Eh bien, qu'elle vienne... Je serais que plus honorée de sa présence dans ma demeure... » Une autre petite grimace se dessine sur ses lèvres. « Vous ne souffrez pas trop de la chaleur, Uesegi-Hatamoto du clan Okaruto..? »

[HRP: A la demande de Chomei, je le fais sortir du Rp. o: ]




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant. Ven 27 Juin - 22:40

Sujet clôturé suite au départ d'un des membres.

Cho et Ame, vous pouvez mettre à jour votre suivi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant.

Revenir en haut Aller en bas
 

La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La gloire, c’est la fumée sans feu dont on parle tant.
» Il n'y a pas de fumée sans feu
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]
» Il n'y a pas de fumée sans feu ! [Jack et Waka]
» Pas de fumée sans feu [PV Ardwyk]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..