AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Quête] Déchiffrement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sanada Senkô

avatar

Civil

Messages : 400
Date d'inscription : 15/10/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 34 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: [Quête] Déchiffrement Sam 30 Nov - 0:30

Tandis que l'aube se levait et étreignait langoureusement de ses rayons orangés la capitale du clan Kenshu, dans le château d'Ame, place forte réputée imprenable, le Daimyo du clan était assis à son bureau, travaillant depuis déjà plusieurs heures. Il avait reçu la veille une lettre venant de son père à la cour impériale. Celui-ci l'informait qu'un noble avait découvert, bien qu'on ignorait comment, un ancien parchemin relatant les prédictions d'une ancienne prophétesse à moitié folle et profondément alcoolique, sans doute était-ce là le seul moyen de soulager son esprits d'horribles visions d'un futur peu réjouissant. Connaissant les penchants érudits de son fils, il lui demandait s'il était capable de traduire le parchemin qui se trouvait être indéchiffrable. Une retranscription dudit parchemin était jointe au courrier et paraissait, de prime abord, relever du gribouillage maladroit d'un enfant apprenant à tracer ses premiers kanjis :


e f t ' u 'é o 'è c s f t ' f o w b i j f t ' q b s ' m f ' w f o u ' c s v n 'é ', ' m f ' h j w s f '- g f v ' f u ' m b ' g p v e s f ' f t t f v m 'é f ', ' t p s u j s b ' m b ' m v n j 'è s f ' w j d j 'é f ' f u ' w j d j f v t f '. ' b v u s f g p j t ' t j ' b e v m 'é f ', ' 'à ' k b n b j t ' 'à ' n p j u j 'é ' p v c m j 'é f ', ' f m m f ' t '' 'é u f j o e s b ' p v ' t f ' s f w j h p s f s b ', ' o v m ' o f ' m f ' t b j u '. ' n b j t ' t f t ' u p v s n f o u t ' o '' b v s p o u ' e f ' g j o ' r v f ' m p s t r v f ' m b ' o v j u ' e f ' t f t ' b j m f t ' o p j s d j f t ' m '' f o w f m p q q f s b ' t b o t ' m f o e f n b j o '.


Il était tard quand, revenant d'un de ses vagabondages, Senkô avait découvert la lettre, il avait donc décidé d'étudier la copie du parchemin et d'en débuter le déchiffrement le lendemain. Cependant, l'énigme et le défi qui s'offraient à lui le maintinrent éveillé presque toute la nuit et, finalement, il du se résoudre à commencer son travail de déchiffrage avant le lever du Soleil.


Tout d'abord, il remarqua que l'étrange caractère ' était très présent partout dans le texte, de plus il commençait et terminait chaque phrase. Il lui parut alors assez probable qu'il s'agisse là d'un moyen de séparer les mots entre eux. Il remarqua ensuite que le second caractère le plus fréquent était le f . Ce fut donc logiquement qu'il émit l'hypothèse qu'il s'agissait d'un "e", la lettre la plus fréquemment utilisée dans leur langue. Découpant ensuite le texte en plusieurs parties, une par phrase, il commença à étudier chacune d'elle indépendamment.


e f t ' u 'é o 'è c s f t ' f o w b i j f t ' q b s ' m f ' w f o u ' c s v n 'é ',
' m f ' h j w s f '- g f v ' f u ' m b ' g p v e s f ' f t t f v m 'é f ',
' t p s u j s b ' m b ' m v n j 'è s f ' w j d j 'é f ' f u ' w j d j f v t f '.



Senkô isola ensuite tous les mots de deux lettres, selon lui les plus faciles à identifier : "éo" ; "mf" ; "mf" ; "fu" ; "mb" ; "mb" ; "fu". Remplaçant les "f" par des "e" il arriva à la liste suivante : "éo" ; "mE" ; "mE" ; "Eu" ; "mb" ; "mb" ; "Eu". Les deux mots revenant le plus souvent étaient "mf" et "mb", sachant que le "f" était un "e" il s'agissait très probablement de "le" et "la" et Senkô commença à écrire une traduction du texte en ce sens, laissant de l'espace pour toutes les autres lettres.


Tout en recopiant cette première ébauche, une évidence le frappa : "f" était la lettre qui suivant "e", "b" celle qui suivant "a" et "m" celle qui suivait "l". Reprenant le texte original, il entreprit de le lire en remplaçant chaque lettre par celle qui la précédait. Dès les premiers mots, il su qu'il avait percé le code du texte.


e f t ' u 'é o 'è c s f t ' f o w b i j f t ' q b s ' m f ' w f o u ' c s v n 'é ',
d e s   t  é n  è b r e s   e n v a h i e s   p a r  l e   v e n t   b r u m  é   ,


' m f ' h j w s f '- g f v ' f u ' m b ' g p v e s f ' f t t f v m 'é f ',
 l e   g i v r e  - f e u   e t   l a   f o u d r e   e s s e u l é s   ,



' t p s u j s b ' m b ' m v n j 'è s f ' w j d j 'é f ' f u ' w j d j f v t f '.
 s o r t i r a   l a   l u m i  è r e   v i c i  é e   e t   v i c i e u s e  .


' b v u s f g p j t ' t j ' b e v m 'é f ',
 a u t r e f o i s   s i   a d u l  é e  ,


' 'à ' k b n b j t ' 'à ' n p j u j 'é ' p v c m j 'é f ',
  à   j a m a i s    à   m o i t i  é   o u b l i  é e  ,


' f m m f ' t '' 'é u f j o e s b ' p v ' t f ' s f w j h p s f s b ',
 e l l e   s  '  é t e i n d r a   o u   s e   r e v i g o r e r a  ,


' o v m ' o f ' m f ' t b j u '.
 n u l   n e   l e   s a i s  .


' n b j t ' t f t ' u p v s n f o u t ' o '' b v s p o u ' e f ' g j o ' r v f
m a i s   s e s   t o u r m e n t s   n  ' a u r o n t   d e   f i n   q u e


' m p s t r v f ' m b ' o v j u ' e f ' t f t ' b j m f t ' o p j s d j f t
 l o r s q u e   l a   n u i t   d e   s e s   a i l e s   n o i r c i e s


' m '' f o w f m p q q f s b ' t b o t ' m f o e f n b j o '.
l  ' e n v e l o p p e r a   s a n s   l e n d e m a i n  .



Il restait ensuite à remettre en forme le texte, ce qui n'était plus bien difficile maintenant. Une fois ceci fait, le Daimyo Kenshu écrivit une brève lettre à son père, le remerciant d'avoir pensé à lui et lui joignant la traduction. Il lui fallait encore interpréter la prédiction mais il n'était pas certain de vouloir partager son interprétation avec la cour impériale. Laissant de côté la lettre, non cachetée, il s'attela à déchiffrer, non plus les mots, mais leur sens. Une fois qu'il aurait terminé, il serait encore temps de décider s'il souhaitait ou non joindre ses suppositions à son courrier.


Des ténèbres envahies par le vent brumé, le givre-feu et la foudre esseulés, sortira la lumière viciée et vicieuse. Autrefois si adulée, à jamais à moitié oubliée, elle s'éteindra ou se revigorera, nul ne le sais. Mais ses tourments n'auront de fin que lorsque la nuit, de ses ailes noircies, l'enveloppera sans lendemain.


Même traduit, le texte restait confus, sans doute à cause de l'état second de la voyante qui l'avait écrit. Certaines choses, cependant, étaient limpides. Les ténèbres représentaient le monde, les cinq éléments les clans. La lumière, quand à elle, pouvait représentée de nombreuses choses, mais le "autrefois adulée" laissait entendre une vénération révolue, peut-être représentait-elle l'un des Kamis adoré par les anciens clans avant l'Enfer Écarlate et aujourd'hui délaissé... ou plusieurs d'entre eux. Mais pourquoi alors seraient-ils viciés ou vicieux ? La suite du texte, partant de cette hypothèse, n'était pas plus claire. Cette lumière pourrait s'éteindre ou se revigorer, le Kami retrouverait de nouveaux adorateurs ou sombrerait à nouveau dans l'oubli, cette partie là était encore compréhensible, mais de quels tourments parlaient le texte ? Étaient-ce les tourments vécus par le Kami, comme l'écrit le laissait supposé, ou des tourments infligés par lui ?


Se levant de son bureau pour contempler l'astre solaire s'élevant avec grâce et langueur dans le ciel matinal de Kenshu, Senkô essaya de prendre du recul vis-à-vis du texte. Celui-ci décrivait le monde des humains comme ténèbres, ce qui, à vrai dire, n'était pas nécessairement loin de la vérité. Partant de ce postulat, la "lumière" des Kamis étaient nécessairement viciée, car eux aussi souffraient de défauts parfaitement humains, et vicieuse, car certains humains n'avaient eu de cesse que de se servir de prétexte religieux pour justifier leurs exactions. La nuit qui envelopperait la lumière des anciens Kamis ne serait-elle pas simplement l'adoration humaine brouillant de ses interprétations arbitraires et souvent maladroite la lumière d'origine de la volonté des Kamis ? En ce cas le sens de la prédiction était on ne peut plus claire : d'anciens Kamis allaient ré-apparaître aux yeux des hommes de Yokuni et soit trouver des fidèles, soit replonger dans l'oubli.


De nouveaux Kamis impliquaient de nouveaux Kannushis, une telle information se devait d'être gardée secrète autant que cela était possible, bien qu'il était fort probables que d'autres parviennent à traduire le parchemin et à en décrypter le sens. Senkô reprit alors sa lettre et ajouta à celle-ci une simple phrase mentionnant qu'il avait interprété le sens de l'écrit mais que, dans l’intérêt du clan Kenshu, il ne pouvait la révéler à la cour impériale. Son père comprendrait la situation et ne mentionnerait pas ce fait aux autres dignitaires de la cour, mais cela apaiserait ses propres doutes et suspicions car il ne pourrait pas croire que son fils n'avait pas essayé d’interpréter le texte qu'il venait de déchiffrer.


S'assurant que la missive partirait rapidement, Senkô alla profiter d'une promenade revigorante loin du tumulte de la capitale, et loin de tout soucis officiel. Revêtant un déguisement simple mais parfaitement efficace, il emmena son cheval à travers les prairies de son clan. Il faisait beau et le soleil éclatant ne laissait présager un seul instant un sombre futur. Pourtant, les hommes étant ce qu'ils étaient, ce futur ne tarderait pas à arriver. Le terreau était d'ores et déjà près pour une nouvelle guerre, et l'apparition d'un, ou de plusieurs, nouveaux Kannushi était de très loin un prétexte suffisant à celle-ci. Senkô avait un avantage, ou tout du moins il croyait avoir un avantage temporaire, mais pouvait-il réellement surveiller chaque personne de Yokuni afin de s'assurer que chaque nouveau Kannushi soit sous contrôle ? Même dans son propre territoire il était incapable de faire exercer une telle surveillance. Non, la seule chose qu'il pouvait faire était, comme à son habitude, d'arpenter lui-même les territoires de Yokuni en quête d'une rumeur, d'un évènement étrange ou de quoi que ce soit qui pourrait le mettre sur la piste. Au moins, il savait désormais ce qu'il cherchait, bien que cela n'avait rien de très enthousiasmant. Car, en admettant qu'il soit le premier à trouver un Kannushi nouvellement nommé, comment pourrait-il convaincre celui-ci de ne pas prêcher sa bonne parole aux quatre vents et attirer irrémédiablement l'attention sur lui ? Parier sur le bon sens des élus des Kamis était loin d'être un plan viable, mais il ne pouvait à l'heure actuelle pas en élaborer un autre.


L'idée lui vint que d'autres écrits pouvaient peut-être corroborer celui qu'il venait de déchiffrer, lui donnant plus d'informations, plus d'indices. Savoir quels Kamis allaient se réveiller, et combien, pouvait déjà être une information de grande importance. Rentrant à la capitale, le Seigneur Kenshu se débarrassa de son déguisement et de son maquillage et arpenta une fois de plus les rayonnages de la bibliothèque de son palais. Il connaissait chacun des parchemins entreposés ici, beaucoup étant des retranscriptions d'autres qu'il avait réalisées lui-même, et il doutait qu'u seul d'entre eux puisse l'aider dans sa quête, ni même lui donner un indice sur où il pourrait chercher des réponses.


Bien décidé à ne pas se laisser abattre, le Seigneur Kenshu prépara dans sa chambre ses prochains voyages. Il irait d'abord à Fukyuu, là où se trouvait la plus grande bibliothèque de Yokuni, puis en territoire Setsu, à Hibana, la ville des temples où quelque texte religieux pourrait peut-être l'aiguiller. Il laisserait des consignes à ses Shinobis afin que ceux-ci traquent d'éventuels Kannushi, le plus dur étant de ne pas leur révéler ce qu'ils devraient chercher. Cependant, ils avaient sans doute, depuis treize ans, acquis l'habitude des demandes excentriques de leur Daimyo et ne seraient probablement pas surpris outre mesure de cette nouvelle lubie. Restait à savoir s'ils exécutaient toujours leur travail avec autant de zêle que quelques années plus tôt... mais ce n'était malheureusement pas la préoccupation première de Senkô. Il avait peut-être une infime chance de retarder un conflit majeur dans Yokuni en étouffant dans l’œuf la raison de celui-ci et il ne la laisserait pas filer sans avoir mis en œuvre tout ce qui lui était possible de mettre en œuvre. Il le devait pour son peuple, et sans doute aussi en partie pour son égo, il était malheureusement contraint de l'admettre...
Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] Déchiffrement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..