AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Affrontement Millénaire [ Super Quête Solo] [TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yasha Inuko

avatar

Hinin

Messages : 103
Date d'inscription : 11/08/2013

Feuille personnage
Age: 31 ans
Titre: Oni-kira
Liens:

MessageSujet: Affrontement Millénaire [ Super Quête Solo] [TERMINEE] Mer 18 Déc - 22:22


« J'ignore encore comment j'en suis arrivé là...

Mais je souhaite ne plus jamais avoir affaire avec ces démons qui ont osé...
profané mon image et ma propre existence en tant qu'humaine. »

Mes yeux s'ouvrirent petit à petit, dévoilant devant moi le pâle paysage d'un ciel sombre. Les larmes des Kamis se déversent à flot sur cette terre alors que je me questionne sur l'endroit dans lequel je me trouve. Ma vue me revint entièrement ainsi que mes souvenirs récents : ma rencontre avec Juubei à Kousen m'avait perturbé car j'avais laissé mon coeur et mon âme faiblirent fasse à une réalité universelle qu'est la mort mais celle-ci était différente. Elle ne ressemblait aucunement à celles que j'ai pu prendre ou même voir dérober. La jeunesse et l'innocence de cet enfant que j'ai vu périr n'aurait jamais partir aussi tôt vers les Kamis... Cette histoire était derrière moi à présent et je ne pouvais regarder en arrière.

Je tenais mon katana contre moi, fourreau contre mon flan et mon épaule, bras déposé dessus. Je sentais le froid de l'eau m'envahirent alors que je me levais. Certaines de ces gouttelettes vinrent ruisseler sur la paille qui se trouvait au sommet de mon corps. Arme dans le dos, je repris mon chemin à travers les sentiers de forêt. L'ombre des bois me dissimulait, ne craignant ainsi de rencontrer malheurs et malédiction sur mon chemin. Du moins, jusqu'à ce que j'atteigne la lisière qui dévoila devant moi la fidèle et imbattable foudre de Kenshu qui s'abattait dans cette région. J'avais eu vent d'un événement annuel dans les environs : Deux créatures sorti tout droit des récits de l'Enfer écarlate apparaissaient en ces lieux et s'acharnaient l'une contre l'autre. Nul ne connaît les motivations de ces actes mais nombreuses vies ont été prises dans la bataille. J'étais que très peu intéressée par ces dires pourtant, je ne puis l'expliquer, je voulais voir cela de mes yeux. Voilà pourquoi je me trouvais près du village d'Akina. Mes recherches m'ont amené ici. Il ne restait plus qu'à être certaine de ces informations.

Ne pouvant rester longtemps dans la forêt, peur de se voir assaillir par les ombres d'Akina, je dirigeais à présent mes pas non loin de là, dans un petit village qui réussissait difficilement à résister à leur mode de vie. Je n'avais aucunement l'intention de rester. Il me fallait juste de quoi m'abriter pour la nuit. A cet instant, j'ignorais encore la rencontre que je ferais durant celle-ci.
Je regagnais le village et, malheureusement, je n'étais pas particulièrement bien accueilli. Cela importait peu à mes yeux. Voyant au loin une écurie vide, je vins m'adresser à l'habitant se trouvant sur le bas de sa porte. Je sortis de ma sacoche une petite bourse en gage de remerciement. Il ne put la rejeter et me laissa donc gagner l'abri où on ne pouvait voir qu'un seul étalon dont on avait magnifiquement brosser la robe. Avec la pluie, je crus voir un instant un manteau de soie. Quoi qu'il en soit, il devint mon compagnon pour la nuit. Étrangement, les hommes me craignaient mais les animaux semblaient apprécier ma compagnie, ce qui n'était pas plus mal lorsque l'on savait que je résidais très souvent parmi les fermes et les abris.



Les heures passèrent, je restais adossée au mur du bâtiment en attendant le moment fatidique qui ne tarda pas. La pluie se stoppa et le ciel commença à se dégager. Sortant de ma demeure d'une nuit, je pus voir l'éclat de lune illuminé la totalité du village. Personne n'aurait pu penser qu'un malheur aurait pu s'abattre. Pourtant, c'est sans crier gare qu'un éclair enflamma une demeure immédiatement. Les occupants eurent le temps de sortir sous les cris et les pleurs des autres habitants qui voyaient une à une leur demeure brûler dans les flammes. Je ne compris pas (immédiatement) jusqu'à ce que j'aperçoive derrière moi la foudre se rassembler et prendre forme :  c'est un renard, dont la couleur était aussi vive que le blason des Kenshus et la taille était comparable à deux fois la mienne. Son hurlement me paralysa, me forçant à m'agenouiller alors que les villageois perdirent connaissance. Observant la scène qui s'offrait à moi, il était évidant que la légende était bel et bien réel. Cependant, un détail me perturba : il devait y avoir deux créatures.

Alors que je me posais cette question, mon instinct me dicta de déguerpir du centre de la rue. Et il avait vu juste. C'était à présent à des flammes aussi rougeoyantes que la cité Setsu qui apparurent et prirent l'apparence d'un autre Kitsune. Celui-ci arborait une robe blanche qui scintillait comme la pleine lune de cette nuit. Un autre hurlement, plus dur et lourd que le précédent raisonna de nouveau aux alentours. Je ne pouvais que rester statique face à tant de surréalisme. Qui pouvait-ils être? Que faisaient-ils ici? Je l'ignorais mais je ne tarderais pas à le savoir.

Les créatures s'observèrent un instant avant de nouveau se jeter l'un sur l'autre sans prendre gare aux habitants se trouvant sur leur route. Les flammes les dévorèrent, la foudre les foudroyèrent. Si cela continuait, il n'y aurait plus aucune âme qui vive ici. Je devais intervenir. Je m'apprêtais à dégainer mon camarade de combat quand j'entendis les pleurs d'un jeune enfant se trouvant non loin du champ de bataille. Le voyant ainsi, je devais réagir. Reprenant le contrôle de mon corps après avoir été paralysé, je me précipitais vers lui, esquivant chaque chute ou attaques des Yokais. J'arrivais enfin près de l'innocent que je pris rapidement dans mes bras. Cependant, nous nous retrouvèrent maintenant entre les deux kitsunes. L'un gravement blessé laissait pourtant croire le contraire alors que l'autre au pelage blanc, déjà remis de ces plaies, s'apprêtait à lancer une de ces attaques. Voyant l'ampleur du pouvoir, je me précipitais le plus loin possible de l'impact. Même à des mètres, les flammes qui percutèrent un bouclier de foudre forgé par le renard roux se propagèrent et provoquèrent une onde de choc qui m'envoya rejoindre le sol ainsi que l'enfant qui était à présent évanoui.

Je me releva le plus vite possible malgré mon corps engourdit. Reprenant l'enfant dans mes bras, je me dirigea vers l'extérieur du village. Je rejoignis un groupe d'habitant qui avait réussi à s'enfuir et laissa à une mère qui le protégea avec ces bras. Aucune expression n'apparaissait sur mon visage mais j'étais heureuse de le voir en vie. Les villageois semblaient moins reconnaissant que prévu et m'accusèrent d'être à l'origine de ce malheur. Cette fois, mon regard montrait une certaine peur alors que je reculais d'un pas. Ils... n'avaient pas tort. Où que j'aille, j'apportais avec moi la mort et la souffrance. Cette malédiction ne s'arrêterait-elle donc jamais? Peut être que finalement, je pouvais bel et bien me considérer comme... un Oni. A cette pensée, je revis défiler dans ma mémoire les visages de mes proches. Denbee... Juubei... Goro-san... ainsi que mon maitre et Gin, ce hinnin des rues. Mes mains tremblèrent, mon visage s'effaça à travers ma chevelure. Malgré toutes les murmures décevants et les paroles blessantes, je ne pouvais abandonner ce village à une mort certaine.

Faisant dos à la foule, mon regard se jeta sur les deux créatures qui s'affrontait toujours à coup de griffes, de crocs et de pouvoirs. Je devais mettre un terme à ce carnage. Si je suis réellement un Oni, il m'est alors possible de les stopper. C'est sur des pas déterminés que je retournas sur le champ de bataille...



L - M - M - J - V - S - D


Dernière édition par Yasha Inuko le Ven 21 Fév - 13:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yasha Inuko

avatar

Hinin

Messages : 103
Date d'inscription : 11/08/2013

Feuille personnage
Age: 31 ans
Titre: Oni-kira
Liens:

MessageSujet: Re: Affrontement Millénaire [ Super Quête Solo] [TERMINEE] Dim 26 Jan - 11:10


La pluie se faisait plus forte encore. L’orage semblait pouvoir pourfendre toutes roches. Alors que la nuit se devait silencieuse, on pouvait y entendre hurlement, tonnerre, supplice, et autre horreur rappelant l’Enfer Ecarlate. Le village n’était à présent que tas de cendre et de bois brulé. Certaines demeures réussissaient à survivre mais elles ne tarderaient pas elle non plus à s’écrouler. Les habitants, au loin, pleuraient leurs défunts et la perte de leur vie tout entière. Pourquoi a-t-il fallu un tel désastre ? Les kamis envoyaient-ils ces créatures pour mettre les hommes à l’épreuve ? Mais ne l’avait-il pas fait durant la dernière guerre qui détruit tout le royaume ? Moi-même, je l’ignorais… mais je ne pouvais me résoudre à rester ici, à ne rien faire alors que des innocents impuissants ne peuvent que regarder. Moi qui possède la grâce de Gekigami, je ne peux me résigner à les laisser seuls.

Le combat entre les deux Kitsunes était loin d’être terminé. Malgré leurs blessures toute aussi impressionnante les unes des autres, aucun indice ne laissait croire qu’ils étaient affaiblis. Flammes, braises, foudre, éclair, cette bataille était digne de la rencontre entre les kamis de la Foudre et du Feu. Ayant pourtant affronté bon nombre de Yokais et d’hommes tout aussi effrayant, c’était la première fois que je voyais cela et il est certain que je ne pourrais l’oublier. Qui plus est, j’ignorais encore à cet instant ce que j’apprendrais plus tard sur ma propre identité.
M’abritant, un genou à terre,  près d’un tas de bois encore épargné par les flammes, je ne pouvais qu’observer pour le moment. Se jeter dans le combat sans une stratégie ou une quelconque lueur de sagesse serait pure folie. Chaque geste, chaque hurlement réveillaient en moi une certaine nostalgie qu’il mettait impossible de comprendre. Les yeux rougeoyants et flamboyants du renard blanc m’apaisaient lorsque je croisais son regard. Quant à l’autre, l’effet était inverse alors que le pouvoir du Tigre foudroyant était à l’origine de ma puissance. Les flammes et la foudre, bien que distante de moi, m’étouffaient et ma paralysaient. A cet instant, il m’était alors impossible de les affronter, aussi bien tous les deux qu'un à un. Pourtant, un évènement inattendu survint : le renard blanc se rapprocha, dos à moi,  après avoir esquivé l’une des attaques de son adversaire. Mes yeux ne pouvaient que se poser sur lui à cet instant et…il en fit de même. Ces oreilles se redressèrent et son museau m’apparut ainsi que son regard. Il me dévisagea et fut sans doute surpris de ne pas voir une once de stupéfaction sur mon visage. Il me fixa quelques secondes avant de reprendre son combat. Pourquoi n’a-t-il pas profité de l’occasion de me dévorer alors que je me trouvais à seulement quelques mètres de lui ?

A de nombreuses reprises, alors que je me déplaçais pour m’abriter de bien des façons, je pus remarquer que le Kitsune pur évitait d’approcher les assauts près de moi. Que cherchait-il à faire en me protégeant, si c’était bien ces intentions. Quittant l’une des demeures encore debout pour rejoindre un mur démoli dont seul le coin était encore en place, un son résonna alors dans ma tête. Il s’agissait d’une voix mais je ne réussis pas à comprendre le moindre mot. Je m’interrogeais même sur sa provenance. Ma première intuition était que le combat me rendait folle. Ou alors… que l’une des créatures essayait de communiquer ? Impossible.
J’esquivais comme je le pouvais chaque assaut qui pourrait m’être fatale alors que la voix se faisait de plus en plus forte et d’instinct. Je pus enfin discerner une voix. Celle-ci était lourde et pourtant si rassurante.

« Quitte ces lieux. Tu ne dois pas mourir. »

Mon premier reflexe fut de projeter mon regard sur le renard blanc qui m’observait entre deux esquives. Pourquoi ? Pourquoi vouloir me protéger et m’éloigner de cette bataille ? Je l’ignorais encore mais une chose était sûr : ce Yokai était de mon côté et je devais en profiter. Il était temps d’agir à présent.
Je rejoignis la partie du village qui fut le moins affecté. Plusieurs demeures étaient encore debout et c’est entre elles que je me faufilais à présent. Sans s’en rendre compte, les deux combattants se rapprochèrent de ma position et, par chance ou volonté des kamis, le kitsune roux se trouvait à présent non loin de moi. Aussi près, ces traits étaient plus effrayants mais je ne me laissai pas impressionner pour si peu. La foudre qu’il dégageait manqua à plusieurs reprises de me toucher et de me clouer sur place.
Rejoignant la ‘rue’ se trouvant en face de moi, j’atteignis l’arrière de l’animal qui s’apprêtait à lancer l’une de ces attaques monstrueuses. J’intervins à ce moment.
Dégainant le katana se trouvant dans mon dos, je me précipitais vers l’une des pattes. La lame trancha le sol et stoppant ma course en soulevant la poussière et les cendres, je pris appui sur mes deux pieds et vins soulever le métal froid pour venir pourfendre la fourrure puis la peau de la créature. Je ne me retins pas et un léger hurlement résonna après le coup. Nos regards se croisèrent : le mien, flamboyant d’une rage inconnu et le sien, aussi noir et foudroyant que la colère divine. Je pus également apercevoir un certain sourire qui était loin d’être rassurant. Mon instinct de survie m’ordonna de sortir de cette situation et c’est ce que je fis, le plus rapidement possible : empoignant mon arme avec force, je m’empressai de quitter les alentours de la créature qui ne tarda pas à lancer sur moi des décharges. Je ne pouvais les fuir indéfiniment. Elles étaient bien plus rapides que moi. Alors que je me pensais fini, je sentais encore le vent sur mon visage dû à ma course. Comment cela était-il possible ? J’osais jeter un regard derrière moi et cette fois, la surprise put se lire sur mon visage. Je me stoppai immédiatement lorsque la deuxième créature se tenait à mes côtés, ayant reçu l’intégralité de l’attaque. Au final, il était bel et bien de mon côté et il comprit que je ne fuirai pas malgré sa demande. Au contraire, maintenant que j’étais persuadé de ces intentions, je pouvais combattre comme je l’ai toujours fait jusqu’à présent.

Nos regards ne se croisèrent à aucun moment. Nous n’en avions nul besoin car nos esprits semblaient connectés par un lien qui m’était totalement inconnu. Marchant le long du corps de l’animal, dépassant d’abord ces pattes arrière puis celles de devant, je me positionnai près du kitsune comme si le combat précédent n’avait jamais existé. Le sentiment qui m’envahit à cet instant me troubla alors que je repris en main le tsuken de mon arme. Glissant lentement la lame pour la faire vibrer au contact du fourreau, je la fis ensuite sortir d’un mouvement vif pour l’abattre sur le sol. Les crocs de mon nouveau camarade apparurent derrière ces babines.
Le kitsune roux vint nous faire face et je pus entendre un rire, tout ce qu’il y avait de plus terrifiant et lourd. S’agissaient-ils des pensées de l’animal que nous allions affronter ? Sa voix résonna dans ma tête puis celle du renard blanc prit le relais afin de lui répondre.


« Ha ha ha ! Depuis quand protèges-tu les êtres faibles que sont les humains ?!
- Celui-ci est différent. Malgré son apparence, il s’agit de l’un des nôtres… »

[i]Je ne pus m’empêcher d’essayer de comprendre le sens de ces derniers mots. Que voulait-il dire par « l’un des nôtres » ?



L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Yasha Inuko

avatar

Hinin

Messages : 103
Date d'inscription : 11/08/2013

Feuille personnage
Age: 31 ans
Titre: Oni-kira
Liens:

MessageSujet: Re: Affrontement Millénaire [ Super Quête Solo] [TERMINEE] Ven 21 Fév - 16:47

Je lui adressai un regard des plus quelconque alors que mon sang ne faisait qu’un tour en entendant ceci. Je m’apprêtais à l’interroger sur ces dires mais le kitsune adverse ne m’en laissa pas le temps. Il se précipita sur nous. Contrairement à précédemment, il n’utilisa aucun pouvoir. Lorsqu’il se trouva à porter, il sauta sur le pelage blanc qu’il mordit au niveau du cou. Mon camarade hurla alors qu’il attrapa à son tour l’ennemi au niveau des côtés pour le projeter le plus loin possible. Malgré le coup, le renard roux se retrouva sur ces pattes rapidement et lançant un assaut qui cette fois m’était destiné. Empoignant mon katana à deux mains, je lui fis fasse mais, une fois encore, le Kitsune allié s’interposa. Ce n’est pas pour autant que je restai sans rien faire. Prenant un fort appui avec mon pied droit, je sautai sur la jambe arrière du renard blanc puis avec une nouvelle impulsion, je me retrouvais maintenant sur son dos. Courant avec toute l’énergie que je possédais, je bondis une fois encore mais cette fois pour atteindre mon adversaire. Lame en l’air, hurlement diabolique, je vins abattre mon arme sur son crâne. Il poussa un cri strident puis m’éjecta avec une facilité déconcertante.

M’affalant au sol comme un vulgaire caillou, je me relevai le plus vite possible mais le kitsune ne me laissa pas le temps de reprendre mes esprits qu’il déferla sur moi des piliers de foudre qui se précipitait vers moi. Cependant, il ignorait que cet élément était ma puissance. Pointant mon arme vers les nombreux nuages, la foudre vint se mêler à ma lame puis à moi-même. Mon corps s’engourdit un instant, juste le temps que je puis contrôler l’éclair que je venais de récupérer. Oui, c’était le terme car grâce à celui-ci, je venais d’obtenir davantage de pouvoir. Cependant, celui-ci ne me servirait à rien. Mon adversaire utilisant ce même élément, le combat de puissance serait un match nul. Il m’était donc impossible de le battre avec un simple tonnerre.

Je lui fis fasse ensuite, haletant, fatigué par la pression qu’exercer l’animal, alors que celui-ci riait de ma faiblesse. Il oubliait que je n’étais pas seul. Un hurlement résonna de nouveau dans ce qui restait du village. Celui-ci était différent des précédents : mélodieux, puissant, donnant un soupçon de courage à quiconque se trouvait dans les parages. Le regard de mon ennemi du jour ainsi que le mien se tournèrent vers l’Est. Le renard blanc s’était redressé sur ces pattes arrières alors que son museau pointait vers le ciel. Sa gueule était grande ouverte et on pouvait y voir des flammes flamboyantes qui devenaient de plus en plus importantes. Le renard roux lui fit fasse mais il était déjà trop tard. Retombant sur ces pattes avant avec toute la force qui lui restait, le kitsune au pelage neige déferla sur notre adversaire un ouragan de flamme. La puissance était tel que le renard sombre fut balayé et transformé en une poussière d’étoile. Quant à moi, je fus expulsé sur de nombreux mètres, perdant conscience devant autant de puissance et sous la pression.

A mon réveil, je regardais le paysage qui m’entourait. Tout était redevenu calme mais le village n’en était pas pour autant ressorti sans aucun dégât. Il ne restait rien. Reprenant entièrement mes esprits, je commençais à marcher sur ce qui était autrefois les rues et les chemins. J’étais désolé de voir que je n’avais rien pu faire pour les villageois. Il devrait reprendre leur vie à zéro. A cet instant, malgré mes expressions de visages impassibles, je me sentais plus faible que jamais…
Alors que je regardais le désastre, au détour d’un mur qui était encore debout par chance, un animal se tenait là, assis. Son allure était magnifique et son pelage, aussi blanc que les nuages, scintillait malgré la noirceur des lieux. Il s’agissait du kitsune blanc mais sa taille avait diminué. Mon regard et le sien, maintenant à la même hauteur se croisèrent et je m’approchais de lui. Une fois à quelques mètres de lui, un silence s’installa alors que nos regards ne se quittaient aucunement. Je pouvais à nouveau voir les flammes dans ces yeux. Celles-ci me donnaient un sentiment rassurant. Pourtant, les paroles qu’il s’apprêtait à me déclarer aller me perturber dans toute mon âme.
Je pris finalement la parole, sur un ton des plus neutres et en étant direct. Je ne voulais pas faire durer les interrogations sur ce qui venait de se passer.[/i]

« Qui êtes-vous ? Et pourquoi êtes-vous apparu dans ce village ?
- Je me nomme Amatsu. Je suis l’un des habitants du village que les humains ont nommé Bakemon. Le kitsune roux était l’un de mes camarades ayant perdu foi en l’humanité. Il s’apprêtait à détruire les hommes. Je devais de l’arrêter.
- Une légende parle de vous : deux kitsunes apparaissent dans cette partie de la région de Kenshu, durant cette période de l’année et s’affrontent durant de nombreux jours. Pourquoi en ces jours précis ?
- Mon camarade se dérobait à mes yeux. Durant les jours correspondant à la grande guerre des hommes qui dévasta tout le pays, une puissance étrange se libèrent et permettent à nous, Yokais, de sentir nos congénères à des kilomètres. C’est ainsi que je pus le détecter et l’arrêter.
- Dans ce cas, pourquoi n’a-t-il pas essayé de détruire le royaume durant les autres jours ?
- S’il utilisait ces pouvoirs pour anéantir la race des hommes, j’aurais alors pu le sentir et l’arrêter.
- Je vois…
- … Je suis étonné de voir que tu puisses avoir une apparence aussi proche des humains.
- Je ne vois pas de quoi vous parlez ?
- Ainsi donc, tu ignores tout de tes origines n’est-ce pas ?
[Je restais silencieuse, fronçant alors les sourcils]
- Se pourrait-il que celle que tu appelles ‘Mère’ ne t’ait rien dit ?
- Ma mère est morte en me mettant au monde…  Qu’aurait-elle dû me dire… ?
- Durant le combat, n’as-tu donc ressentit aucun sentiment étrange à notre égard ?
[Une fois encore, je ne répondis point. Je fis seulement un pas en arrière car je pressentais qu’une vérité me serait révélée.]
- Tu fais parti de l’un des nôtres. Tu es une Yokai, comme l’était ton père… »



L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Yasha Inuko

avatar

Hinin

Messages : 103
Date d'inscription : 11/08/2013

Feuille personnage
Age: 31 ans
Titre: Oni-kira
Liens:

MessageSujet: Re: Affrontement Millénaire [ Super Quête Solo] [TERMINEE] Ven 21 Fév - 16:48


Je crus voir le monde s'effondrer autour de moi. Mon corps ne bougeait plus, aucune parole ne pouvait sortir à cet instant. Tout semblait s'être figé. Une seule chose se mouvait à une allure phénoménale : mes souvenirs. Eux, que j'avais emprisonné derrière une porte dont le verrou ne tomberait que sous l'influence de sa clef venait de détruire leur étreinte. La douceur et la blancheur d'un visage, la force et la noirceur d'un autre s'entrechoquaient. Comment cela était-il possible? Comment... une humaine avait-elle pu vendre tout son être et son amour pour une créature de l'ombre. Cela me semblait incohérent. Le choc était encore trop fort pour que je puisse l'assimiler. Pourtant, il me fallait reprendre mon sang-froid.

Lorsque je fus enfin capable de me mouvoir, l'une de mes mains s'empara de mon visage, comme pour y venir arracher cette révélation. Je ne comprenais toujours pas comment cela a-t-il pu se produire? Reprenant mes esprits, je plongeais de nouveau mon regard dans celui de l'animal qui était en face de moi, impassible. Il osait m'annoncer une telle nouvelle comme si de rien n'était. J'espérais au moins qu'il connaisse les détails de cette histoire. Sans quoi, je pense qu'il ne foulera plus le sol de cette scène de désastre.
Ma voix était tremblante. Elle trahissait le reste de mon corps qui était droit et fier. Je seras mon poing alors que mon autre main revint près de ma jambe.

"Comment...?
- Il faut remonter avant ta naissance..."

Avant de commencer, le renard m'invita à le suivre. Je ne pensais pas qu'il est un quelconque endroit à me montrer, mais écouter l'histoire serait sûrement plus agréable en marchant. Cela me permettrait de réfléchir sereinement.
Je constatai les dégâts du conflit précédent tout en étant attentive.


"Quatre ans avant que tu ne vois le jour, ton père, ou plutôt, l'un des mes congénères n'était pas revenu d'une visite de routine qui se déroulait près de Kazan. J'ignorais moi-même ce qui lui était arrivé. C'est pourquoi je me suis lancé à sa recherche. La découverte que je fis me surpris : Kaoru était grièvement blessé. Je m'apprêtais à lui donner assistance lorsqu'une femme s'approcha de lui, sans aucune crainte d'être dévoré. Il pensait qu'il ne s'agissait que d'un simple renard. Ton père se méfia et pourtant, la douceur qui provenait d'elle le rassura. Il pansa ses plaies avec les plantes qu'elle venait d'amasser avant de le prendre contre elle et de le ramener dans sa demeure. Je ne pus les suivre, car des purificateurs nous traquaient. J'ignore encore comment Kaoru a pu leur échapper mais il est clair qu'il profita de l'opportunité.
Lorsque je revins quelques jours après, non loin de cette maison, j'y ai vu de nouveau cette femme... accompagné d'un homme à la chevelure sombre. Cela ne faisait aucun doute qu'il s'agissait de ton père.


- Cette femme... se pourrait-il que...
- Oui. Sa chevelure écarlate et son regard scintillant étaient les mêmes que les tiens.
J'eus la chance de croiser mon camarade, seul, dans la forêt avoisinante, lui demandant de rentrer immédiatement. Il refusa. Il s'était bien trop attaché à cette femme qui lui avait sauvé la vie.
- Je ne comprends pas. D'après vos dires, il semblait... heureux avant même qu'il rencontre ma mère. Comment a-t-il pu devenir si...
- Malheureusement, ton père restait un kitsune. Voilà pourquoi cette tragédie qui t'a frappé est arrivée. Après ta naissance, Kaoru aurait désiré un garçon plus qu'une fille, mais il s'était fait une raison. Ce qui le brisa, ce fut la mort de ta mère. La haine et la colère le rongèrent et il devint aussi assoiffé de sang que le renard roux que tu as combattu aujourd'hui."

Nous arrivâmes vinrent les abords du village. Derrière nous se tenait un véritable désastre alors que les plaines verdoyantes se dressaient face à nous. Le contraste était tel qu'il semblait sortir d'un rêve. Nous observâmes le décor alors qu'Amatsu continua son récit qui me permit de voir le jour sur la vérité, mais surtout de voir pour moi un avenir plus radieux.

"Ton père devint violent envers toi car il ne pouvait contrôler sa rage. Si tu n'avais pas été sa fille, tu ne serais pas là, à te tenir près de moi."
Je regardais ma main et je la revoyais couverte de sang.
"J'ai tué... mon père alors qu'il n'était rien d'autre qu'envahit... de chagrin?
- Yasha, tu n'as fait que le libérer."

Le renard me rassura bien que je ne doutais pas d'avoir fait le mauvais choix. Si je n'étais pas intervenu, j'ignore dans quel état je serais aujourd'hui. Si je n'avais pas fui ma patrie, je n'aurais jamais rencontré Matoru. Non, je ne regrette en rien ce qui m'est arrivé. Au contraire : en me dévoilant cette vérité, je compris enfin... que les Kamis ne m'avaient pas maudit...
L'air frais nous parvient, caressant le blanc du pelage du renard qui prit des teintes ors et argent. Ma chevelure, quant à elle, virevoltait au gré du vent comme le ferait les flammes. Les nuages, peu à peu, commencèrent à s'affaiblir, se laissant transpercer par l'astre lumineux se trouvant au-dessus d'eux. Les plaines s'illuminèrent par endroit donnant au paysage de nouvelles teintes de couleurs vives. J'observais le spectacle. Amatsu me dévisageait. Je pense qu'il ne pouvait lire mes pensées et même s'il le pouvait, il ne pourrait y lire quoi que ce soit. Mon esprit était libéré. Les malheurs qui, autrefois, me paraissaient insurmontables étaient maintenant dissipés. La dernière fois que j'étais si sereine avec moi-même, c'est lors de cette nuit avec le Taisho Kenshu. Tout semblait différent à présent.

La voix du renard m'interpella et résonna dans ce qui restait du village.

"Que comptes tu faire à présent?" En écoutant sa question, je pouvais voir au loin les villageois revenir. Ils constateraient bientôt l'étendu des dégâts. Je ne savait pas réellement comment ils réagiraient mais j'était prête à prendre la responsabilité, comme je l'ai toujours fait...



L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Yasha Inuko

avatar

Hinin

Messages : 103
Date d'inscription : 11/08/2013

Feuille personnage
Age: 31 ans
Titre: Oni-kira
Liens:

MessageSujet: Re: Affrontement Millénaire [ Super Quête Solo] [TERMINEE] Ven 21 Fév - 16:48


Mon regard était toujours plus lointain, observant les bribes de l'astre majestueux transperçant le coton des cieux. La plaine qui s'étendait devant moi, dans la noirceur était comparable il y a peu à une nuit sans lune, fleuri par endroits jusqu'à devenir totalement verdoyante. Les teintes émeraudes parsemaient d'ambre, de rubis ou d'améthyste redonnaient vie en ce lieu de terreur. Au loin, se bâtissant un chemin parmi la verdure, les habitants couraient dans notre direction. Je pouvais sentir leur inquiétude d'avoir tout perdu, ou encore leur haine qui naîtrait envers les auteurs de ce désastre. J'en faisais partie. Néanmoins, ne sommes-nous pas, Amatsu et moi, leur libérateur. Maintenant que la menace était totalement anéanti, ils ne craindront plus les Shinigamis de cette légende qui était, au final, fondée.

Je me souvins encore, lorsque j'arrivai dans ce village, je n'étais aucunement intéressée par ce récit mais qu'une force mystérieuse me poussa à intervenir. J'ignore si j'étais réellement destiné à rencontrer ce kitsune au pelage neigeux, mais grâce à cela, j'en appris davantage sur moi-même. Sur mes origines, sur mon père, sur ma mère... et surtout cette malédiction qui n'a jamais existé. Néanmoins, mon sang-mêlé devait être la cause de mes tourments. Je n'étais ni humaine, ni yokai. Je suis l'hybride. En y pensant, je me demandai si d'autres étaient dans mon cas. Je ne pouvais être unique... Mon destin était-il à présent de retrouver mes semblables? Je ne pense pas. Tout ce que je voulais maintenant, était de retrouver mes proches et de partager des moments que je n'ai jamais eus avec eux. Si la Mort devait les approcher, il m'était possible de l'affronter. J'observais la main que j'ouvris sous mon regard. Cette force qui effrayait la populace était ma force. Elle n'avait rien d'extraordinaire maintenant que la vérité m'était révélée. Elle était à l'origine de mon côté démoniaque. Elle était fondée et je m'en servirais pour protéger ce qui m'est cher.

Les villageois ne tarderaient pas à nous rejoindre. Là où ils se trouvaient, ils leur étaient capables de voir Amatsu. Certains arrêtèrent même leur course lorsqu'ils l'aperçurent. Avaient-ils peur de lui ou la vue de me voir si sereine aux côtés de ce yokai les surprit? Peu importe la raison. Bien que nous n'ayons partagé que peu de temps ensemble, je le considérais comme proche, voire comme un autre membre de cette famille si particulière qu'était la mienne en ce jour. Juubei, Eisei et Goro en faisaient partie. Ils devaient compter sur  une créature malfaisante pour eux en plus. Ce Kitsune m'a ouvert les yeux sur le monde. Il m'a libéré d'un fardeau. Cette clef qui pouvait m'éveiller devait rejoindre le cadenas approprié qui enchaînait mon âme. Ma prochaine destination était donc toute tracé. Mon regard se posa alors vers Nord-Ouest, vers les montagnes d'Ariake. Une voix résonna dans mon esprit lorsque je fixais la roche au loin.
"Il y a une maison au nord d'Ariake-den. Dans les plaines en aval de la montagne-den. Si un jour tu as le moindre problème, rends-toi-y s'il-te-plait-den. Ne serait-ce que pour t'y reposer ou... t'abriter-den. Ce que tu veux-den. C'est un bel endroit-den. Ton sourire y serait le bienvenue, peu importe les circonstances-den."

J'ignore encore pourquoi ses mots me revinrent en mémoire mais je ne pouvais les oublier. Si ce que le Taisho m'avait dit est vrai, dans ce cas je pourrais prendre un peu de recul et méditer sur certaines choses. Seulement après je reprendrais la route et mon travail si peu apprécié. Peut-être que je prendrais également le temps de rendre visite à Juubei. Devrais-je lui avouer ce sentiment qui m'est si inconnu et que je renie depuis bien trop longtemps? Il me fallait y réfléchir. Tout comme il me fallait prendre conscience que je ne pourrais exécuter cette justice que l'armée ne peut prétendre en redevenant ce que j'étais autrefois. Je devais faire un choix et, malheureusement, il était déjà fait. Oni-kira restait pour l'Hinin mais Yasha serait davantage présente pour être proche de ma "famille". Mon côté insociable me permettait de faire face à la réalité d'une vie perdue sous ma lame. Je ne pouvais le renier. Néanmoins, ma malédiction m'a volé du temps, un temps précieux. Je me devais de ne pas perdre celui à venir. Je n'hésiterais plus et je ne fuirais plus ceux qui me sont chers.

J'aurais l'occasion de réfléchir à tout ceci une fois à Ariake. Pour le moment, le temps passe et les habitants les moins apeurés n'étaient plus qu'à quelques mètres.
Suite à la question de mon camarade, je me retournai vers lui et nous nous fîmes face, sous les yeux ébahis des nouveaux arrivants qui restèrent figés. Mon regard dans le sien, je répondis à Amatsu, ne perdant rien de ma froideur et de mon regard sans expression.

"Je dois prendre du recul par rapport à tout cela. Je connais en endroit où je pourrais méditer sans être poursuivi.
- Très bien. Sache que les portes de notre village te seront toujours ouvertes. Moi et mes semblables t'accueilleront comme l'un des nôtres."


L'un comme l'autre, nous nous inclinâmes. Amatsu, d'un geste lent et gracieux, prit le chemin du village dévasté. Je le regardai partir tout comme le firent les villageois qui, bientôt, reprirent leur esprit et se précipitèrent vers les décombres. Le Kitsune avait disparu et je fus interpelé par un homme âgé qui avait réussi à venir jusqu'ici. Aucun mot ne sortit de sa bouche mais je pouvais observer un sourire. Est-ce pour me remercier? Il prit finalement la parole afin de m'expliquer ce qu'il ressentait.
"Je tenais à vous remercier de nous avoir libéré de cette tyrannie.
- Comment pouvez-vous me remercier alors que votre village... -elle tourne son regard vers celui-ci. Elle laisse un temps avant de reprendre- est en ruine...
- Ce n'est pas la première fois que nous subissons cette tragédie. Chaque soir où ces créatures surgissaient, elles détruisaient tout. Chaque lendemain, nous nous prions les Kamis de nous aider. Nous avons appris à reconstruire et à vivre avec ce fardeau. A présent, ce cycle infernal est terminé, et cela grâce à vous.
- Pas uniquement grâce à moi...
- Ah oui. Vous devez parler de ce renard dont le pelage rappelle les terres Fukyuus. Nous érigerons un temple en son honneur. Nous ne pourrons jamais oublier votre histoire.
- Les récits n'ont pas besoin de se souvenir de mon nom, encore moins les générations à venir.
- Je comprends. Néanmoins, puis-je demander le nom de notre sauveur?"

Je tournai les talons, dirigeant mes pas vers le village dévasté. Je n'étais pas payé, seule ma raison m'ordonna de venir en aide à ces pauvres gens. Avant que je ne sois trop loin, je me stoppai et répondis à l'ancien.
"Oni-kira..."

Il sourit. Il se doutait qu'il ne s'agissait pas de ma véritable identité mais cela lui suffisait.
Les heures ainsi que les jours à venir, je m'acharnais à ma nouvelle tâche qu'était de rebâtir le village. Mes mains furent encore plus marquées par le travail fourni. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas senti la sueur sur mon visage, preuve que je ne pouvais pas chômer. C'est durant ces temps passés avec les villageois que je me rendis compte de l'importance d'être soutenu. Tous, sans acception, travaillaient pour remettre sur pied leurs demeures. Les hommes manipulaient le bois, tandis que les femmes, aidés des enfants, préparaient les repas si mérités. Beaucoup furent surpris de ma présence alors que je ne demandais rien en échange. Pour moi, il était évident que je ne pouvais partir immédiatement. Ce désastre était en partie ma faute. Si j'avais été plus puissante, j'aurais pu sauver une partie des maisons. Voila pourquoi je me devais de rester...

Après des semaines, les demeures principales furent terminées. Je ne pouvais, hélas, perdre davantage de temps. De plus, les villageois me remercièrent et me jetèrent presque à la porte avec leurs sourires. A mon départ, ils furent tous présent, l'ancien comme les hommes que j'ai aidé ainsi que les femmes qui m'admiraient, tout comme les enfants. Cette chaleur humaine... elle me rappela que l'humain est peut-être faible lorsqu'il est seul, mais devient puissant en communauté.
M'inclinant, je repris ma route alors qu'ils me souhaitèrent bonne chance. Me voilà redevenu Oni-kira, femme mi-yokai, dont la destinée reste encore un voile tapis de noirceur et de mystères...


QUÊTE TERMINEE



L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Affrontement Millénaire [ Super Quête Solo] [TERMINEE]

Revenir en haut Aller en bas
 

Affrontement Millénaire [ Super Quête Solo] [TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» {40k]En décembre au 41ème millénaire il n'y a que la guerre
» J'ai honte
» De la neige et du sang..
» Le Diplo : un numéro spécial intéressant!


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..