AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Chronique d'un autre monde [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hasegawa Kioshi

avatar

Non Joueur

Messages : 1804
Date d'inscription : 13/11/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Civil
Liens:

MessageSujet: Chronique d'un autre monde [Terminé] Sam 11 Jan - 20:18

Lors de temps bien ancien, plus ancien encore que les 5 clans, un temps ou les Kamis, quel que soit leur ancien nom et, les hommes, vivaient ensemble dans un seul monde uni. Un monde régit encore par l'art Chamanique, ou les être pouvais entrer en transe afin de se rendre dans le monde invisible des esprits, pour résoudre les dilemmes de la vie.
Un jeune garçon nommé Suho, déjà berger malgré son jeune âge, vivant dans de grande étendu. Pour certain, un désert, mais pour d'autre, les steppes libres. Celle ou le vent est seul guides et par son chant amène les plus valeureux à la féliciter.
C'est dans le froid de la tomber de la nuit, que le petit être de cher, trouva par-delà les grandes collines, un poulain blanc comme la neige, symbole de pureté de son cœur, abandonné des siens. Il le prit et décidas de s'en occuper, le ramenant près des siens ou un feu et de la nourritures les attendais..
Les années passantes, le jeune Suho, s'en occupa si bien que se tissa entre eux, une complicité et un amour hors du commun, un amour fraternel extrêmement fort, si fort que cette histoire se propagea par monts et par vaux. Dans chaque yourte on entendit parlais du petit garçon qui aimait si fort son cheval.. Dans chaque village se disait que leur relation relevait du surnaturel et que le cheval ne pouvait être un simple animal.. Chaque oreille entendit le petit conte. Même le roi des tribus, connus pour être un homme envieux des Kamis. L'esprit, embrumé par la jalousie, il se laissa emporter et enleva le cheval à son propriétaire. Mais ne pouvant pas recréer les mêmes liens avec l'animal que celui qu'il avait connu avec l'enfant, la jalousie fit place à la rage.. Et alors d'une main froide et cruelle, il tua de sa propre arme, le petit cheval aussi blanc que le mentaux de l'hiver.
L'esprit bestial, privé de son corps retourna immédiatement auprès de son maître en deuil, recroqueviller sous une peau de bête, le jeune homme dormait, pleurant dans son sommeil, la perte de son amie. Alors sous la forme d'un puissant étalon, l'animal se glissa dans le rêve de Suho, lui demandant comme dernières volontés d'aller récupérer les restes de son corps, pour qu'ils puissent à nouveau être ensemble, inséparable, même dans la mort.
Ainsi, des os et des crins du cheval, naquis l'instrument sacré, plus large et puissant que les luths.



Des mains devenues râpeuse avec le temps tenais fermement une lame de metal souple, la passant avec encore une certaine inexpérience, sur un bloc de bois d'orme encore suintant de sa résine.

__ "Mon jeune ami, il est rare de trouver des arbres d'une si bonne qualité par ici.." Une voix rauque et gutturale s'éleva du fonds de la petite tante en peau malhabilement dressé. "Tu t'abimes les mains depuis trop longtemps.. Ici il n'y à que des pins, qu'il soit parasol ou fruitier.. Rare son vos arbres raffinés" ... Le dernier mot fut prononcé avec violence, limite dégout. Ce qui semblait raffiné par-delà les frontières des hommes n'était pas bien vu dans le monde rude de la nomaderie..

Mais les mains, dans le simple râle du metal contre le bois, ne s'arrêtèrent pas. Et le sculpteur, en silence continua son œuvre, concentré, minutieux, persévérant. Raclant éclat par éclat, sciure par sciure, donnant petit à petit forme à son œuvre. Cela faisait maintenant deux journées entière et sans repos qu'il travaillais la dessus.. Et pourtant, ce n'était pas son premier essai.Pas non plus maître dans cet art, ses mains pouvaient témoigné des multiple essais précédent.. Lui qui avait pourtant des mains si douces au fin doigt allongé, pale et élégant. Voici que maintenant elle était corné, rugueuse et pleine d'échardes.. On apercevait dessus chaque moment où elle avait dérapé, la lame de métal entaillant légèrement la chair, laissant derrière elles qu'une faible douleur et une marque rouge, humide et chaude.

La petite merveille qu'il tenait entre les mains n'était que son cinquième essais.. Car voilà déjà trois semaines qu'il vivait sous cette tente.. La journée à apprendre le bois, la soirée à vivre le monde, et la nuit sur ses palimpsestes, dormant à même le sol. Au départ ce fut rude.. Puis on s'y habitue.. Déjà habitué au froid, il s'était vite fait à cette autre vie.

Cassant à nouveau le silence si habituel, la voix avait repris son monologue.

__ "Tu as erré pendant plus de deux semaines dans les grandes steppes.. Tu es un homme fou ..."

__ " Je ne suis pas fou mon ami.. Du moins pas plus que toi.. Raconte-moi mon frère de cœur, raconte-moi à nouveau comment m'as-tu trouvé alors que je me laissais mourir de faim.. Alors que les bras de la mort étaient déjà en train de me serrer dans leur douce étreinte nocturne.. Tu sais Oh combien j'aime que tu me rappelles quelle sorcellerie t'as conduit sur mon chemin.."

Alors l'homme sortit de la pénombre, d'un pas qui semblais lourd, et pourtant sans bruits, sans que la poussière ambrée du sol ne s'élève. Avançant vert la lueur écarlate de l'âtre. Son visage à peine discernable derrière l'épais rideau de fumée qui s'élevait dans une danse brumeuse aux formes changeante, vers la hotte de la yourte. Une barbe généreuse, jamais taillée, encore plus frisée que la laine d'un mouton des prairie Okaruto, voir même crépu. Et noire, aussi noire qu'une nuit sans lune. Des cheveux, lisse et calme tel les rus Fukyuu lors des belles journées d'étais, tout aussi sombre, descendant le long de sa nuque musclé, s'arrêtant aux épaules.. Son teint allé, mélangé au reflet rougeoyant du feu gommait toute les marques du temps et imperfection de la peau qui lui avait meurtri le visage aux cours de ses trente derniers printemps.
D'une main certaine, il sortit quelque herbes de sa bourse en peau de jument.. Cette bourse, qui lui avait couté tant ...

__ "Rapelle toi, qu'avant d'être un ermite, avant que les kamis ne déferle dans notre monde, mon peuple croyais en une magie bien plus ancienne que les vôtre.. Rappèle, toi, un art que les chamans seuls avaient le droit de pratiquer." Il éleva ensuite la voie "Digne successeur de notre culture ancestrale, j'ai suivit les rîtes de Suho et tué ma jument de mes propres mains! Sacrifiant mon âme aux esprits pour pouvoir leur communiquer et apporté félicité à mon entourage !" Puis il se calma et ferma la hotte.. "Hors me voilà jeté de ma propre tribu.. Cette bourse et la seule chose, avec les os, qu'il me reste de Khan!"

Alors, d'un mouvement vif, il jeta les plantes dans le feu, la fumée se calma, devenu presque blanche, prenant petit à petit plus de places dans la pièce.
On raconte que cet art aurait étais introduit par un jeune homme qui tomba un jour gravement malade, ayant des douleurs démoniaques et des vertiges, au point d'en perdre connaissance. Ses parents, convaincus qu'il ne pourrait plus jamais se relever pour monter à nouveau sa jument, se hâtèrent de sortir le corps de l'enfant de la maison. Et a peine sa chair en contact avec la chaleur sèche du soleil, que son âme pris congé de son corps pour s'envoler vers le royaume des esprits, ou le juge éternel, la mort elle-même, lui demanda pourquoi le jeune homme étais monté si rapidement, trouvant ainsi que le garçon étais plein de courage et de force. Il lui demanda quel cadeau il voulait remporter avec lui dans le royaume des vivants. Mais le premier Chaman ne voulait ni richesse, ni célébrité, mais une chose l'intéressait, le savoir, les connaissances de ce royaume des morts. Lorsque son âme rejoignit son corps, les corbeaux lui avaient déjà mangé les yeux. Mais même aveugle, il pouvait voir l'avenir.

__"Tarvaa.." Hrum... Hrum *toussotement* "Tu sais, toi qui vois tant de choses, je viens de si loin.. J'ai errer pendant si longtemps.. j'ai perdu mainte fois mon esprits par delà les grande colline.. Puis voilà que...." Il marqua une pause.. "Tarvaa.. Mon esprit s'égare.. Tes plantes sont si fortes aujourd'hui.."

Alors le semi-géant, l'homme de grande taille, reprit son récit alors que la danse des esprits reprenait son cour:

__ "Quand je t'ai rencontré, tu étais plus froid que la roche de lune, et pourtant, tu t'es agrippé à moi. Alors je t'ai portais.. Je t'ai laissé à la tribu la plus proche.. Et voilà que plus tard, je te retrouve devant chez moi, aussi frais qu'un gamin qui venais de perdre son pucelage, avec cette maudite idée en tête.. Mais tu sais si je t'ai retrouvé, c'est les esprits qui m'on guidé.."

Le silence, encore et toujours le silence, il fut très court, une simple minute, mais l'essence de digitale embrouillée les esprits les plus éveillés, et le jeune homme absorbé par la danse singulière des flammes, entouré de son manteau de fumée enivrante, vit le temps lui-même ralentir encore et encore, tel la poussière dorée du sablier il s'égrenait seconde après seconde.. La danse des esprits venait de renaitre, et alors que le monde terrestre restait bercé par le voile et sans bruit, celui des chamans renaissait de ses centres dans une cohue bourdonnante.

__ "Ce soir, et ta dernière nuit ici.. Demain, a la nuit tombée, tu auras fini l'objet de ta quête et tu t'en retourneras parmi les tiens. Mais tu auras gagné bien plus car avec toi, les rêves des esprits pourront à nouveau vivre.."

L'étrangé entendait tout, mais ne voyait rien, ses yeux ne suivaient plus Tarvaa, ni même la course du temps. Non, il ne pouvait plus décrocher le regard de la jeune fille qui se trouvait maintenant, dansante au milieu des flammes.. Si belle.. La peau aussi blanche que la digitale, les yeux cernés d'huile de Ricin, des cheveux blond et long tombant avec élégance sur son doux visage fin.. Elle était d'une beauté jamais égalée.. Mais son regard.. Si profond, mais dérangeant, un regard très hautain et aguicheur.. Si franc.
Les pieds pleins de cendres encore brulantes, elle avança, se déhanchant telle une diablesse prête à tomber sur sa proie les griffe visible de tous, sans que personne n'ai la moindre envie de bouger... Si belle.. Alors d'une voie mielleuse au timbre parfait, posant sa main aussi douce que la plus fine des sois sur le visage de l'homme ébahi, elle susurra tendrement:

__ "Maintenant, nous serons." Elle Embrassa le jeune homme de ses lèvres pulpeuses au gout légèrement acidulé. "Je te donnerais ma force, et tu m'emmèneras loin, tu apprendras à me connaitre, à me détester et à m'aimer. Car à ce jour, je deviendrais ta plus belle cicatrice."



NOIR
NOIR
NOIR


Le mal de crâne étais en train de passer.. Mais les mains toujours endolories, le travail du bois s'achevait enfin, une œuvre très belle, bien que loin d'être parfaite... Tarvaa s'avança vers l'ébéniste improvisé pour recueillir au creux de ses grandes paluches, le travail enfin accompli, puis sortit de la tente.. Il s'éloigna d'un pas lent, presque à contre cœur, avant de disparaître dans l'immensité de la steppe..
Le jeune homme, patienta plusieurs heures avant de perdre espoir d'un retour de l'être si proche et fit donc son sac, enfourcha un cheval sans selle, qu'il lança au galop.. Repartir après un tel voyage lui fendait le cœur, mais son but avait étais atteint, il devait repartir parmi les siens, car la bas, on l'attendait.
C'est après quelque heures de galop qu'une ombre se dessina devant lui..

__ "Tarvaa!!"

Il sauta de son cheval et se jeta sur l'homme imposant, le serrant dans ses bras une dernière fois, quelque larme coulant de ses joues.. Mais sans un mot, celui-ci ne fit que lui tendre l'objet qui avait tant fait souffrir les mains de l'étranger.. Mais cette fois si, il était complet..

__ "Khan" murmura alors le jeune homme... "Le manche est fait avec les os de Khan.. Mais non, c'est trop.."

__ "Cette femme qui ta conduite ici par le son de ses paroles, dite lui que c'est ma manière de la remercier.. Toi, tu auras toujours avec le secret des Chaman avec toi.."

Alors Kioshi pris le morin Khuur et partit sans un mot, dans la tradition la plus pure d'un adieu sans remous.

[Rp Terminé]



L-M-M-J-V-S-D

Veux-tu jouer avec moi Invité.?

Revenir en haut Aller en bas
 

Chronique d'un autre monde [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivée d'un autre monde.
» Autre-Monde
» Autre Monde, de Maxime Chattam
» [MJ 05] Un autre Monde [Terminée]
» A la frontière de l'autre monde [PV]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..