AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Princesse chat, Sans seigneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 531
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Princesse chat, Sans seigneur Sam 8 Juin - 21:39



Zenmyo Miseki
☼ Nom :: Zenmyo (善猫)
☼ Prénom : Miseki (魅寂)
☼ Surnom : Ô Incarnation du Chat Divin-même

☼ Âge : Quatorze ans, presque quinze
☼ Sexe : Féminin
☼ Statut : Kannushi du Chat, sans seigneur et donc sans pouvoir

 


Lien:
 

Lien:
 

Lien:
 

Lien:
 



☼ Physique : Enfant. Fille. Déesse. Elle est la fleur décorée de rosée qui s'ouvre, silencieuse, délicate, attirant tous les regards.
Quand elle marche dans la rue, on ne saurait dire qui elle est. Le fantôme d'une ancienne Dame vénérée ? L'esprit du Printemps ayant quitté son palais invisible pour contempler le monde ? Un rêve, qui déjà se dissipe ?
Quand la douce brise caresse son visage innocent, tous les regards l'admirent, incapables d'ignorer plus longtemps sa présence, sa beauté, qui, portée par le vent, attire les âmes des artistes, des aveugles, des doux nuages qui pleurent sur le monde.
Quel est cet oiseau rare ?
Quel est ce sentiment ?
Quel est ce sombre secret qui se cache dans ses yeux ?



☼ Caractère : Comment décrire le silence et la paix ? Peut-on décrire une montagne immobile, un lac invisible, un tour que jamais personne n'a vue ? Qui est cette étrange personne qui attire irrémédiablement le regard dès qu'elle entre dans une salle, est-ce une statue, un rêve, une idole ? Le calme qu'elle irradie apaise toujours les âmes. Qui est-elle ? Une psyché bien inconstructible. Une infante innocente. Un chat condamné. Pourquoi se sentir obligée, rester à tout jamais figée ? Quel peut donc être ce malheur, pour oublier ainsi les heures ? Tu es mon songe. Tu es mon crime. Tu es le soleil qui s'enfuit. Pourquoi demeures-tu là ? Tu ne le veux pourtant pas. Au yeux secrets, j'ignore vos mystères, vous dont les paroles n'échappent jamais. Votre présence, ici, est un oubli, est un suicide, est un sacrifice. Au service de votre clan sans le moindre artifice. Cependant, même la patience a un fils, n'oubliez pas vos buts dans cette chambre obscure. Vous êtes le présage passé d'un temps futur, des lèvres calmes, une nuque droite, un regard pur. La lune vous éclaire quand vous sortez la nuit, vous promenant sans cesse sans attendre la pluie. L'eau est si claire quand elle est noire comme la suie. Le soleil, lui, vous oublie, dans sa routine incessante, infinie. Vous immobile, alors que lui s'enfuit.


Histoire
憶 忘

Il existe de nombreuses choses qu'on ignore à travers les âges et les époques, de nombreux secrets si profondément enfouis qu'ils en sont oubliés de tous. Ils proviennent de si loin dans le temps que pour eux l'Enfer Écarlate n'a été qu'une seconde qui n'a pas pu effilocher leur existence. Oku 憶
, le souvenir. Bou 忘 , l'oubli. Des mots si facilement utilisés... Pas un seul ne pense au sens et à la vérité qu'ils englobent réellement. Un dragon vieux de plus de milles ans, endormi sous un lac de glace, tout en haut d'une montagne géante, enfoui à tous jamais sous les neiges éternelles... Bou. Le sourire tendre, les yeux brillants de larmes, alors qu'une mère regarde son enfant pour la dernière fois... Oku. Une jeune princesse sans seigneur qui danse, seule, entre les arbres, à l'abri du moindre regard...





夜 雨 血 木 熱 声 気 女 猫

Nuit.
Les étoile illuminent délicatement le ciel, pailletant l'obscurité de subtiles points de lumière. Tout le monde était déjà rentré chez soi. Le monde était calme.
Pluie.
Les gouttes rappaient violemment les pavés, semblant vouloir les arracher. Quel évènement horrible les kamis préparent-ils ? Ô pauvres mortels...
Sang.
Les tatami sont éclaboussés d'écarlate. Le lit se couvre de pourpre. Les lignes rougissent lentement.
Arbres.
Le monde continue son chemin sans se préoccuper des gens. Les feuilles continuent leur danse alors qu'il n'y a plus personne pour les voir. Ce mouvement semble immuable, comme le jeu d'un shishi odoshi, se remplissant et se délestant successivement de leur fardeau.
Chaleur.
Tout endroit semble étouffant alors que s'écoule ce miracle ordinaire. Combien de temps durera le serment d'Izanagi ? Ô faibles mortels...
Cris.
Le suzumuchi continue son chant, tranquille, imperturbable, calme. Des servantes s'enfuient, s'approchent, courent, affolées. Un hurlement résonne, profond, puissant, primal.
Vie.
Elle est là, partout, autour de nous, même les pierres respirent le souffle des kamis. Pourtant, à cet instant elle semblait avoir totalement disparu du monde, ne restait plus qu'un endroit. Ce serait l'endroit où elle surgit, violente.
Femme.
Elle se déchire en deux, souffre, pleure sans que quiconque ne puisse la soulager. Savait-elle en suivant les ordres de son père que cette douleur ferait partie de ses obligations d'épouse ? Ô stupides mortels.
Chat.
Un chat curieux, tranquillement, imprudemment, discrètement s'approche de la maison sans la moindre peur. Un chat sacré se décore à travers la lumière des torches sur les fragiles parois de papier. Un chat voleur s'enfuie lestement, emportant comme seul prix de sa visite un nouveau né entre ses crocs énorme, poursuivi par la peur d'une mère.

Nuit. Pluie. Sang. Arbres. Chaleur. Cris. Vie. Femme. Chat. Ainsi le temps s'écoule. Ainsi personne n'attend quoi que ce soit. Ainsi je nais.





熱い 朝日

Le chat courait, courait à travers les premières lueurs de l'aube. Les faibles rayons rougeâtre éclairait à peine son pelage, glissant calmement sur le beige qui parcourait son corps, brûlant au contact de ses profondes taches noires et épargnant ses pattes blanches qui frappaient le sol d'un pas rapide. Ses deux queues, plus longues qu'un homme tout entier fouettait avec empressement l'air. Son corps paraissait fragile, faible, on aurait facilement pu croire en une créature comme une autre, si ce n'était son aura immense … un monstre, une malédiction envoyée sur terre dans le but de la détruire. Pourtant … Pourquoi semblait-il si paisible ? Ne serait-ce que son empressement du moment, il devait être calme et bienveillant. Une innocente chose s'accrochait à son dos en une forme de rose et de soie blanche. Ils avaient déjà parcouru un long chemin, traversant plaines rocheuses et forêt brumeuse, et même le territoire impérial, l'endroit d'où provenait sa mère, arrachée si jeune à sa famille par un Setsu, dont le nom, Akai, rouge, était déjà si empli de récits glorieux.
Le soleil, tout aussi rouge, quitta alors l'horizon, coupée en son milieu par du imposante tour qui s'élevait jusqu'au ciel. Vers ce levant, le chat se dirigeait. En cette haute bâtisse, le destin de l'enfant l'attendait. Brûlant soleil du matin. Atsui asahi.





気違い

Ainsi, tu t'approches enfin, mon enfant, celle qui sera moi, avec laquelle je ne ferai plus qu'un. Qui aurait cru que cela arriverait un jour. Le destin est meurtrier. Il nous emporte tel un fleuve, nous conduisant à une irrémédiable perte. Moi qui fut un jour refusée des hommes et bannie, loin, si loin que tous m'oublièrent. J'aurais pourtant pu leur apporter tant. Après qu'il m'ait refusée, je suis partie. J'ai tout abandonné, mon père, mon existence passé, mon existence future. J'ai disparu de tous les esprits, de toutes âmes. Qui suis-je, enfin ? Le temps glisse sur moi, sans faire le simple ravage, épargnant la moindre pensée, le moindre visage. Suis-je stupide, folle, ou suis-je simplement sage ? Qui sait ? Qui pense ? Et le livre, en silence, perd ses pages. L'éternité me semble longue, de même que cet âge. Quand partiront les conflits et viendront les présage ? J'attends toujours, telle une peinture, telle une image. La tour s'élève dans le ciel, éloignée du monde du temps et de la vie, entourée de roche et de vide. La solitude n'est-elle pas le premier pas de l'exactitude ? Mensonge et réalité ne seraient-ils pas finalement la même essence ? Pouvoir. Vouloir. Penser. Voler. Pourquoi es-tu partie si c'est pour revenir ? Fin et finalité. Les songes s'échelonne sur le chemin du néant, infiniment, on écrit sans penser. Pourquoi tout ça a-t-il un sens ? Sombre augure pour le futur... si futur, il y a. Savons-nous tout ? Non. Les kamis sont partis. Pourquoi suis-je encore là. Ce fut elle que j'ai rencontré pour la première, l'artiste, la peintre, le démon, la maudite. Comment as-tu disparu. Tu as exaucé tout cela. Pour quelle raison, ne suis-je pas satisfaite. Si seulement, je pensais aux réelles conséquences de tout ça. Toi qui a abusé le monde et les dieux eux-même, pourquoi t'aimais-je tant ? Qu'est-ce qui me faisais rattacher à toi. Le silence va et continue. Je vais me lier aujourd'hui. Devrais-je m'habiller de blanc ou de noir ? Je suis en deuil de ton devoir. Attends-moi, bien que je ne puisse jamais venir. L'oubli me semblerait si délectable dans telles situations. Je ne comprends pas. Je ne me connais plus moi même. Ne pars pas. Le chat t'amène, je suis là. Enfin. Jamais. Toujours. Je ne sais si je le puis plus que je ne l'aurais fait un jour. Un matin se lève, aujourd'hui encore. Le ciel est si rouge. Aube ou crépuscule. Pour moi, le monde ne change pas. Un nuit ? Une journée ? Douce tendresse. Mon enfant. Que fais-je ? Je le sais. Que fais-je ? Qui le sait réellement ? Que fais-je ? Tais-toi ! Serais-je sur la route, tout en étant dans ma tour. Si elle était venue. Je te vois... je crois. Stupide. Deviendrais-je donc folle ?





物語 です

Elle est revenue au printemps, douce fleur qui s'épanouit pour faner si tôt. Une jeune fille couverte d'un kimono pourpre aux images changeantes, aux oiseaux chantant, aux arbres mourant, à la roche scintillant tristement dans la nuit, silencieuse. La belle innocente. Sa peau était aussi claire que le jade blanc le plus pur. Qui était-elle ? Dans le jardin, l'infante tendait la main, gracieuse, simple et divine. L'inconnue aux yeux d'étoiles, tranquille, attendant. Qu'attendre ? Que les fleurs s'ouvrent ? Que les kamis détournent prudemment les yeux ? Que le ciel s'illumine d'un enfer de flammes ? Qui sait ? Le mirage sourit, enfant des fleurs, enfant de pierre, enfant d'art. Un pieds se pose, nu, sur l'herbe fine. Le paysage admire, amoureux. S'avance la sublime, inquiétant la superbe. Le monde se pose, observe calmement. Un étincelle scintille, unique, invisible. Un mère pousse un cri. Un chat tourne la tête. Les feuilles frémissent. Elle reconnaît le rêve candide. Elle reconnaît celle qui lui a été enlevée. La fille-statue se tourne vers elle, curieuse. Triste pensée. Simples retrouvailles. Étreinte maternelle. Puis l'aphasie se fait, opaque. Où est l'enfant qui m'a été retirée ? Cela ne fait pourtant que quelques jours. Comment sa progéniture à peine née pouvait-elle être devenue demoiselle tourmaline, gracieuse, attirante, paisible ? Quel pouvait-être le projet des kami pour ainsi voler ces années. Une dame juste créée. Une trahison des esprits. Un destin secret. Pauvre chose qui s'ignore, à peine apparue qu'on la projette déjà dans les filament d'une toile complexe, illisible aux mortels, promesse et mensonge des temps à venir. C'est l'histoire d'une fille, qui enlevée à son berceau avant même sa première journée, revient trois jours plus tard avec quatorze ans de plus. Elle ne sait rien du monde, pas même parler. Elle se contente de regarder et de sourire, vierge de tout soucis ; comme un parchemin de riz blanc, entièrement vide de toute trace mais pourtant si finement ouvragé qu'il semble être déjà la dernière phase de l'objet. C'est l'histoire d'une mère exilée si loin de chez elle par un mariage organisé, ne connaissant rien à l'endroit, étonnée devant ce qui lui paraît rustique mais est ville importante, qui perdant son enfant, le retrouve changé, différent, méconnaissable. C'est l'histoire d'une déesse qui décide de s'incarner dans un monde sortant à peine de la guerre, qui a quitté de son propre souhait ses semblables trop fous pour s'enfermer dans une tour et qui découvre l’extérieur par un œil nouveau, jeune, immature.





時間が経つ

Dans un palais, loin, loin, en plein cœur des terres du feu, se trouvait une statue-fille. Elle était belle, immobile, sans un mot, subtile. Elle regardait tranquillement le monde changer autour d'elle, les enfants grandir, les adultes vieillir. Elle souriait, innocente, sans vie. La pierre était tendre et délicate, un doux rose sur ses joues encadrant tel un écrin ses deux yeux brun comme les feuille d'automne. L'hiver semblait avoir oublié sa neige sur elle en une peau pâle, irréelle. Parfois des chats entraient, capturant une calme liberté. Ils s’allongeaient près d'elle, les chatons jouant sans la déranger. Un rayon de soleil solitaire venait de temps en temps l'effleurer. Elle accueillait cette chaleur avec sincérité, avant qu'une servante ne ferme le vantail pour ne pas que la lumière ternisse l’idole. Des gens venaient près d'elle et la priait, l’implorait. L'enfant de paix restait sans mouvement, mystérieuse, aimante. Les choses changeaient-elles vraiment ? Elle a un jour tenté de jouer d'un biwa, en en voyant un posé contre une cloison. Ses doigts gourds et fragiles de pierre docile en tirèrent une note, cassante, irascible. Une servante arriva : « Non ! Il n'a pas utile aux divinités telle que vous de s'abaisser à un tel acte. Nous serions honoré d'en jouer plutôt que vos doigts ne se risquent à être abîmés par les fils. » Les trois jours qui suivirent, des musiciens défilèrent sans cesse devant elle pour pouvoir avoir l'honneur de la distraire ne serait-ce qu'un instant. Le dernier à venir fut un enfant. Il fut tellement abîmé dans sa contemplation d'elle, il joua durant un jour tout entier. Elle dut le supplier de s'arrêter, ne serait-ce que pour se reposer un instant. Quand il s'arrêta finalement il pleurait, il pleurait de ne pas avoir pu jouer plus longtemps pour la déesse. Le destin avait agi. Le destin avait jugé. L'enfant-reine accepta ce signe. Jamais plus elle ne tentera d'agir selon elle. Elle était le monument, la figure, la cariatide de ce peuple secret. Elle perdit toute envie, tout besoin, tout désir, une fois de plus. Les jours continuèrent d'avancer. Les semaines toujours se succédèrent. Les mois, comme il le fut de tout temps, laissèrent la place à d'autres. Les années se s'arrêtèrent pas non plus. Enfant. Image. Sculpture. Secret. Oubli. Silence. Existence. Absence. Éternité. Peu à peu, elle finit par perdre la connaissance de ce qu'elle était vraiment. L'avait-elle déjà su ? Elle-même en doutait. Le temps passe. Suis-je encore là ? Le temps passe.






La porte grinça. Le malheur qui se portait présent, se pencha, à l'écoute. Il riait déjà de ce qu'il allait arriver. Il connaissait toute l'histoire mais il préférait attendre et laisser quelqu'un d'autre parler, rendant ainsi la scène encore d'avantage dramatique. La Fille-statue attendait. Elle l'ignorait. Elle semblerait endormie à la Lune l'observant. Les fleurs chuchotaient dans son aura de silence. L'étang, rayonnant de milles étoiles, n'osait la refléter. Un sourire les illuminait tous. Ils savaient. La lumière se troubla un instant. Elle sursauta. Elle glissa. Elle tomba et s’éteignit finalement. La lampe avaient été soufflée par le vent frais. La porte avait été ouverte. L'enfant de pierre, jusqu'à là immobile, se leva. Elle avança un pied et le posa sur le sol gelé par la nuit. Un furin résonna, laissant entendre l'étendu de son carillon. Un chat se releva et se frotta contre une jambe, ronronnant. L'écho d'un cri monta, suivi de pleurs. Le silence ne retomba pas sur la maison, pas plus que les arbres ne se turent, les feuilles s'agitant frénétiquement, secouées par toute la puissance d'un vent d'orage. Le bois craquait, grondait, grinçait. La maison s'agitait au rythme du ciel. Un fusuma s'ouvrit, d'un geste doux qui sonna comme un soupir. Le scène se couvrit alors d'un éclat surnaturel. Tous les regard se retournèrent vers la porte bien qu'elle n'est presque pas fait de bruit. L'infante aux chats. Les dessins de ses kimonos aux différentes teintes de pourpre paraissaient se mouvoir, seuls, sans aide ni magie. Mystère dans lequel il était possible de voir des rêves rire, des fleurs éclore, des ombres se nuancer. Sans paroles, les divines lèvres s'entrouvrirent. Puis, il y eut une voix, claire, pure et limpide, brisant ne serait-ce qu'un instant cet anormal enchantement :

« Quel est donC ce malheur 災 qui s'effondre ? »

L'instant reprit, ensuite, immédiatement ses droits. La mélodie de l'étrange se fit entendre, alogique, envoûtante, superbe. Le songe replongea en eux. Ô triste sir, condamné à sourire, ne peux tu pas ouïr, le mal, rager, honnir ? Rire. Pâlir. Maudire. « Le seigneur, votre père... Mourir » Sourire. Soupir. Souvenir. Une larme coule, solitaire et tranquille, de l’œil gauche sacré, jusqu'au cœur pétrifié. La beauté du pire. L'absente ire. Tout résonne et se reprend.

« Oh. Ainsi le pÈre死 est moRt.終 »

La trace humide du pleur s’assèche. La déesse s'en retourne. Le shoji claque.
Trois ans qui s'écoulent sans rien.


A PROPOS DE VOUS

☼ Prénom/Pseudo : Yamaneko
☼ Expérience de rp : Un certain temps est un temps certain.
☼ La phrase mystère:
☼ Comment avez-vous trouvé/connu Saigo Seizon ? J'ai traqué les fondatrices ici pour les aider. MOUAHAHAHAH
☼ Donnez nous votre avis sur le forum (design, histoire…) : Si je n'aimais pas je l'aurais fait savoir. Razz
☼ Plutôt tarte aux fruits ou gâteau chocolat ? Sucre ! *.*
N'importe quoi tant qu'il y a du sucre !




Dernière édition par Zenmyo Miseki le Ven 22 Nov - 7:38, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5157
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Sam 8 Juin - 22:25

Je pense pas qu'on puisse dire encore bienvenue pour toi. XD

Je te valide ton code Smile
Je te mettrais chez les Setsu, du coup, c'est ça ? ^^


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5157
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Dim 16 Juin - 15:43

Alors, alors ? 8D
Comment se passe cette jolie petite fiche ? ^_^


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 531
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Dim 16 Juin - 18:40

Lentement... Bon d'accord : TRÈS lentement...


Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5157
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Dim 16 Juin - 18:54

Comme d'habitude, quoi. XD
*pompom girl*


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5157
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Mer 26 Juin - 22:22

N.B

Absence de 3 semaines. Ne pas archiver, merci.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5157
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Sam 27 Juil - 20:40

Petit chat, t'en sors tu ? ^^


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Jeu 15 Aoû - 16:31

Hey petit chat, où es-tu passé? Donne nous un peu de tes news histoire qu'on n'archive pas ta fiche pour rien ^^
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5157
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Jeu 15 Aoû - 17:47

Elle est en vacances aux dernières nouvelles x)


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5157
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Ven 30 Aoû - 15:22

Citation :
Dès aujourd'hui, les membres auront dix jourspour poster leur fiche non finie et un mois et demi pour la finir.

Les membres qui n'auront pas posté leur fiche finie ou non verront leur compte récemment créé supprimé afin de ne pas tricher sur les statistiques du forum. Si la fiche n'est toujours pas fini, elle ira dans "fiches abandonnées" et devra être postée complètement terminée si le membre souhaite continuer l'aventure.

Un nouveau membre incertain de pouvoir poster ou finir sa fiche dans les temps pourra demander la couleur des Mononoke en attendant.
Tu as donc un mois et demi pour terminer cette fiche. Bon courage !


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 531
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Ven 30 Aoû - 16:04

Juste le jour où je finissais un chapitre de plus.

Enfin, noircis-moi, ce sera mieux. ^^
(il me semble que je l'avais déjà proposé avant, quand j'y pense)


Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur Sam 23 Nov - 23:38

Et bien! Cela valait le coup d'attendre cette présentation et surtout cette histoire. J'ai été entièrement envouté par celle-ci. Tu as réellement un don pour l'écriture poétique je dois dire. Je vais de surprise en surprise aujourd'hui. En tout cas, je suis fier de t'annoncer que ta présentation est validée. Tu es donc chez les Setsu.

Voilà pour toi:

Que se passe-t-il en ce moment sur Saigo Seizon ?

    Côté RP
    Les quêtes sont ouvertes. Les Yokais se montrent dangereux. Rends toi ici afin de gagner un point de compétence ou des points bonus.

    Les membres sont libres de participer à la création du contexte en partie Encyclopédie. N'hésite pas à ajouter au forum tout ce que tu voudras, il y a peut être de bonnes idées dans le lot !
    Pour cela, c'est ici.

    Les correspondances d'attendent ! Il suffit de savoir écrire et lire pour rédiger le journal de ton personnage ou bien commencer de nouvelles liaisons. Viens donc rédiger tes lettres !

    Tu peux à tout moment proposer des pré-définis ou bien des PNJs pour participer au contexte et au jeu de Saigo Seizon. Rends toi et ici.

    L'Event est en cours de discussion.


    Autres

    N'oublie pas de voter pour le forum !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Princesse chat, Sans seigneur

Revenir en haut Aller en bas
 

Princesse chat, Sans seigneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le conte du tout petit chat (privé)
» Nouveau film de Dragon Ball Z
» Une visite, un rêve, un chat, une destinée. (PV Minuit Sans Etoile)
» L'histoire sans fin...
» Le palais Sans-souci en Danger


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..