AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 寂か Shizuka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 20:57

La lune est haute. Les nuages planent, éclairés par l'opalescence nocturne. Les arbres sont noirs, leur branches tordus et immuables. Tout est sombre. Le monde est clair. Le soleil de minuit s'étire. Quelques éclats fugitifs, songes des vraies étoiles, ailleurs, en un autre ciel. Les dieux s'avancent. Un rire s'élève, le vent souffle, jouant avec l'orage. Les foudres sont loin. Doucement, l'abyme s'anime. Un horrible présage est. Un tragédie se répète encore. Pauvre terre, condamnée à souffrir. Le jardin est encore vide en cette heure indue. Seuls les oiseaux de nuit jouent encore leur jeu cruel. Pourquoi fait-il si sombre, si terne, si mort ? Les mystère eux semblent vouloir protéger des secrets encore plus superbes que le mensonge. Où est passé l'oubli aux orbites vides, dont les yeux sont restés dans les profondeurs du Yomi dont il n'aurait jamais dû partir ? N'a-t-il donc pas encore recouvert ces terres de son voile tendre et malheureux ? Les palais luxurieux ne recevront jamais la renaissance. Le matin se lèvera. L'astre terrible brûlera. Pourquoi cries-tu si silencieusement, Tsukiyomi ? Ton image s'est-elle déjà dissoute, allant se refléter dans quelques eaux vierges ? Le triste seigneur est parti. La koumori, princesse nocturne, se suspend à une branche et regarde, attend. La scène commence. Alors que les insectes bourdonnent toujours, alors que les quelques lucioles brillent encore, alors que l'évanescence de l’éphémère ne l'a pas encore tué, une voix entonne le prélude. Elle apparaît, fille pierre. Inhumaine semble luire dans l'obscurité profonde. Étrangère foule ce sol qui ne lui appartient. Les animaux se taisent pour l'écouter. Les arbres à nuages s'immobilisent pour la contempler. Les fleurs étouffent leur effluves pour inspirer son parfum Le sol lui forme un chemin pour caresser ses tendres pieds. Enfant sans pères avance. Elle soupire. Rares sont ses visites. Douce est son âme. Parmi la végétation du jardin, l'apparition est seule, solitaire, tranquille. La déesse mortelle admire. Pourquoi est-elle ici ? Elle est si étrange, ici. L'inconnue se promène, elle colore son univers d'un pourpre passionné. Belle voudrait sourire mon son visage est figé. Seule une larme coule, fragile le long de sa joue. L'unique joyau effleure faiblement sa joue. Lentement, l'éclat de lune parcourt son visage, puis il tombe, sacrifice à l'oubli. Le Chat errant demeure, gracile malgré ses lourds kimono, perdue en elle-même, attirant le moindre regard parmi la nature sculptée. Orpheline du ciel, l'infante pense. À la guerre ? À la paix ? Aux arbres esseulés ? Les fleurs brodées sur ses vêtements dansent au rythme des ombres des feuilles secouées par le vent. Le rêve se brise. Le bruit d'une branche cassée. Il résonne comme un cri à travers la nature muette. Les oiseaux s'envolent. Les insectes s'agitent. La jeune princesse du destin tourne la tête. Elle ne semble ni surprise, ni effrayée, ni énervée, juste lasse. Ses yeux exprime une question manifeste que pourtant ses lèvres articulent :

« Qu i  某 ?  »

Le jardin continue sa mélopée. La fille-fantôme regarde l'invisible. Le temps s'écoule le long de l'étang jusqu'au rivières éternelles. Les étoiles tombent les unes après les autres, en un spectacle absent, tranquille.




Dernière édition par Zenmyo Miseki le Jeu 13 Mar - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 20:59


La nuit s'annonçait relativement paisible. Certes l'ambiance était des plus pesantes quand vos poumons humaient cet air lourd et humide qui glaçait par à-coups vos poumons - et ce même si vous vous trouviez sur les terres de l'ardent Moegami. Mais les ténèbres avaient l'immense prestige d'offrir calme et sérénité pour quiconque savait apprécier cette ambiance paradoxale. Hannya était de ceux-là. Hannya, le guerrier des Ombres, ne trouvait pas le repos cette nuit. Comme bien des nuits en fait. Les derniers mois passés avaient estompé ses derniers souvenirs heureux passés en compagnie de Yuki-onna, sa moitié. Il avait beau revêtir cette apparence repoussante et formidable qu'était celle du Yokai démoniaque connu pour représenter l'âme démoniaque vengeresse revenue droit des enfers pour faire sa Vendetta. Hannya. Lui ne voulait venger personne. Lui voulait juste paraître tout autre que l'héritier de la famille Takahara. Lui voulait semer le doute et récolter les échos des élucubrations à son sujet. C'était, disons, l'un de ses seuls divertissements pour flatter son ego meurtri que de ne pas avoir succédé au Pourfendeur du Temps, maître incontestable et figure paternelle à la fois.

Mais exceptionnellement cette nuit-là, les évènements s'avèraient peu propices aux rêves et aux évasions. Le mercenaire blanc semblait avoir un peu trop divagué au point de laisser un de ses pas de loups fendre une brindille en deux, ce qui perturba ce silence de plomb dans lequel lui-même s'était complu ces dernières heures. Une aura étrange sembla soudain se manifester. L'être au masque de démon relevait la tête. La silhouette qui se tenait devant lui, dont les traits étaient étouffés par l'obscurité ambiante, avait émis une question on ne peut plus directe. Il voulait presque faire usage de la bénédiction du Phénix comme pour créer une déchirure lumineuse au beau milieu de tout ce noir macabre, mais il se contenta au final d'approcher le pas confiant, apercevant un peu plus chaque seconde le gabarit de celle qui avait osé lui adresser la parole.

    - Qu'il est dangereux et inconsidéré pour une jeune fille comme vous de s'aventurer céans.

Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 20:59

Ressac de l'ombre. Le silence, sans un mot se retire. Bruissement de feuilles, voix. La déesse regarde, immobile. L'aura blanche qu'elle dégage s'étire, s'allonge, s'étouffe. Fantôme ou princesse ? Crissement du bois. Les chauve-souris crient dans l'ailleurs. L'apparition-enfant penche la tête. Au loin, l'esprit de la forêt secoue sa tête. Les cloches sonnent. Les vent joue avec. Le temple est loin. Le passage est ouvert. Qui joue donc de cet instrument au lointain ? Les oiseaux de nuit ? Pourquoi ne dit tu rien ? Es-tu muette ? Fillette, je te parle. Le spectre a oublié les paroles humaines. Les fleurs de son kimono tournoient. Des lèvres s'ouvrent. Le chant arrive avec un temps de retard, comme séparé de l'enveloppe terrestre, de l'éclat lunaire. Les étoiles scintillent en haut.

« Vous 貴 ? »

Elle a parlé ? Le ressac reprend. Qui est-elle ? La nuit continue de se taire. L'infante reste un instant. L'oubli étend son voile. Le chemin des yokais reprend. Elle reprend position. L'herbe ne frémit pas sous son passage. L'eau est claire, modeste, calme. La lumière pâle tombe toujours mais disparaît. L’évanescence est cachée, secrète, perdue. Le nuage est profond, obscur, noir. L'ombre est grande, épaisse, dissimulatrice. Les astres se réassemblent. On s'attend à un bruit, n'importe lequel. On s'impatiente, on pleure, crie, on s'arrête. En paix, l'oiseau immobilise son aile. Lentement, le temps n'est plus, notion abstraite. Pourquoi telle aphasie, infante statue ? Pourquoi tel mutisme, coupable nature ? Pourquoi telle débauche, fleur sans vertu ? Pourquoi des mots, des syllabes, des sons ? Rupture.
L'enfant ne parle plus, il reprend son chemin. Un pas, puis un autre. L'homme n'existe plus. Il a disparu. Le monde brisée. Pourquoi y rester ? Il se trouve ailleurs. Dans un autre chœur. Très simple lueur. Fils du fossoyeur. Erreur. Terreur. Fureur. La princesse avance. Elle l'a oublié. Viens alors mon cœur. Vole mon baiser. Les arbres s'écartent. Le chemin se file. Les bruits repartent. Le passage s'effile. Sans raison, sans âme, sans penser, l'esprit continue à marcher. A-t-elle oublié cet homme qui lui a pourtant parlé ? Est-elle traîtresse, injuste, malchance. Il n'est jamais bon de voir un chat noir durant la nuit. S'il saute sur un cadavre, il pourra le réveiller. Un chat est-il seulement vivant ? Un chat est-il seulement pensant ? Un chat est-il seulement méchant ? Écho, qui danse, voltige et qui s'envole.

«  禍Visiteu r,    approchez.疫 »

Le théâtre se referme. La pièce est terminé. L'oni est démaqué. La petite fille, inconscient, est toujours au milieu de la scène. Elle va mourir, c'est sûr... si elle ne l'est pas déjà. Les mystère pourtant se taisent. Pourtant, le monde ne se précipite pas à son secours. Pourtant personne ne crie, ni ne pleure, ni n'implore. Qui laisserait ainsi, une jeune enfant solitaire ? Personne seuls les menteurs, sûrement. Il existe des acteurs qui ne possède plus d'âme. Il ne sont plus que leurs personnages, une vérité crue, maudite et condamnée. Êtes-vous un menteur ?




Dernière édition par Zenmyo Miseki le Jeu 13 Mar - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 21:00


L'ambiance s'était si soudainement troublée que le guerrier blanc dégaina son unique sai, légèrement plus grand que la normale, tandis que dans son autre main apparaissait un tanto à la lame luisante au clair de Lune. Le ton de la voix de la jeune fille l'avait désagréablement surpris et il se tenait dès lors en garde, les bras croisés, les tranchants de ses deux armes pointant légèrement en diagonale droit vers le fantôme. Il resta un long moment figé, comme si le temps n'était devenu qu'une notion abstraite, illusoire, inexistante. Tel une statue d'horreur, il était pétrifié face à ce phénomème mirobolant. Etait-ce un Yokai ? Menaçant ? Il n'en avait pas l'air. Les démons qu'il avait saigné au nom d'Uroko s'étaient montré agressifs dès le début, sans ambages. Là, il s'agissait d'une fillette qui ne lui avait que demandé d'approcher. Et bien qu'il n'était pas des plus dûpes - pour ne pas dire extrêmement méfiants, ayant l'habitude de subir l'attitude glaciale de ses acolytes - il se remit en question quant aux réelles intentions de la silhouette de jeune fille. Lentement il se meut de sorte à adopter une démarche plus confiante, rengainant ses armes sans pour autant se montrer des plus amicaux. Il approchait le pas lourd et intimidant pour lui faire comprendre qu'ils n'étaient pas logés à la même enseigne et qu'il n'approchait pas dans le but de lui ébouriffer affectueusement le crâne. Certainement pas...

    - Ne craignez-vous donc pas d'attirer l'attention du phénix ? L'on raconte que ses ailes transpercent les ténébres les plus noires. Ne parlons pas du tempérament de Feu de ceux qui se battent sous sa bannière.

Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 21:00

L'homme de feu était de glace. L'enfant de Lune était de verre. Elle était si loin, si proche. Un pas. Deux pas. Trois pas.Alors que les lueurs nocturnes vivaient encore. La nuit semblait partie pour durer le jour. La rencontre était si récente, mais paraissait pourtant si ancienne. Il y avait une princesse, ici, un jour. L'infante de cristal est l’idole désormais. Était-elle humaine ou non ? Était-elle seulement un rêve. Les questions sont-elles destinées à rester sans réponses ? Tout le monde l'ignore, et pourtant tout le monde le sait. On a peur, on craint, on désespère. Le passé est un vain échappatoire quand à ce que nous concocte les autres songes. La pluie doucement s'en va en courant. Elle est encore lourde mais n'ose s'attendrir. Pauvre averse solitaire. Le destin opalescent renaît. Ses rayons sans âme retombent sur terre. Ils se posent sur un visage blanc. Ils recouvrent une chevelure sombre. Ils décorent des fleurs pourpres.
Durant un temps, la paix tombe. Un petit morceau d'ailleurs rayonne, évanescent, tranquille, accessible. Néanmoins, alors qu'il semblait à dix pas. Ni cinq, ne vingt ne suffisent. Elle est simple, immobile, aveugle, mais sans même reculer, ni rester au même endroit, marcher ne semble la rapprocher que trop peu. Serions-nous tombés dans une illusion ? Serions-nous condamnés à rester pour l'éternité dans ce lieu ? Serions-nous malheureux si c'était le cas ? Tant de mots à trouver réponses. Tant de mots à se taire. Tant de mots à exister. Les armes se rengainent. Les armes s'abaissent. Les armes tombent. Les armes... tombes. Est-ce ainsi qu'elles envisages leur fourreau ? Nous n'ignorons que trop ce que pensent le fer. Effrayant ? Non. Amusant ? Non. Destructeur ? … Qui es-tu inconnu ? Si les astres t'ont vu, tu leur est anonyme. Si les arbres t'ont vu, tu leur est étranger. Si les silences t'ont vu, tu leur es mystère. L'oubli te recouvre, comme un seul voile. Ton ardeur brûle et réchauffe ton cœur. Tu n'es qu'haine et malheur, chante une étoile. L'ombre n'est plus rien autour de ta flamme. À tes paroles, en répondent d'autres ; plus sombre, plus claire, c'est la nôtre.

«  Jesuis en/la paix. »

Faible ? Inconsciente ? Stupide ? La statue de cristal ne craint pas. Elle est en paix, sans voir le danger, seule et unique, fragile. Elle est la paix, ne connaît le danger, des pierres éternelles placées par le monde lui même. Quel âge à le perpétuel. L'immortalité est longue. Quand viendra la fin ? Il semblerait si simple, si tentant, d'abandonner le monde, d'abandonner les rêves, d'abandonner le renoncement, et se laisser simplement tomber en l'ailleurs. Le vide. Le néant. L'absence. Les silences se taisent.

«  Je suis là depuis SIlongtemps, Que Kagutsuchi,le phénix, m'a O ubliée. 土 »

Temps. Un souffle. Un forêt autour. Des arbres à visage. La végétation qui vous environne. De l'étrange, épais, sans raison. La réalité simple côtoyant le songe complexe. L'atmosphère qui semble pétiller de quelque chose.




Dernière édition par Zenmyo Miseki le Jeu 13 Mar - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 21:01



    - Il est aisé de s'auto-proclamer incarnation même de la Paix quand on est si jeune. Avez-vous vraiment idée des innombrables travaux qui ont été entrepris pour la restaurer ? Vous m'avez l'air bien présomptueuse pour... votre âge... Jeune fût-il d'apparence.


Se tenant à courte distance de la fillette, Hannya finit par baisser franchement la tête tant il la dépassait franchement. Puis, voyant qu'elle ne paraissait pas dangereuse le moins du monde, il se mit à faire les quatre cents pas autour d'elle. Lui, par contre, avait l'air d'un de ces nombreux Yokais indésirables qui s'apprétait à commettre une bavure. Mais il n'en était rien. A dire vrai il s'ennuyait un peu et il ne souhaitait qu'une chose : inciter l'être énigmatique à lever le voile sur ses réelles intentions.

    - Pourquoi ne pas répandre la paix dans tout le royaume si vous prétendez vraiment l'incarner, au passage ? Bien des individus au coeur meurtri placent leur dernière once d'espoir en vous. Alors, Paix, qu'est-ce qui vous retient ?


Hannya s'arrêta de nouveau, faisant face une nouvelle fois au fantôme mais se tenant cette fois-ci avec moins d'entrain. A croire qu'il n'était décidément pas fait pour réfléchir autant ; par ailleurs, même si c'était lui qui avait perçu la récompense de la cour impériale pour cette histoire de cryptogramme, l'être qui en était réellement venu à bout, ce n'était pas lui.
Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 21:01

Souffle, soupire, chante le vent. L'homme parle, avance, suppose. L'homme croit. Il croit en la paix. Il croit agir. Il croit sauver. Personne ne sauve jamais. L'illusion déjà soulève son voile. Elle en a mille, dix mille, cent mille, autres en réserve. Pendant ce temps, l'homme discourt. Il est déjà si proche. Il prend de haut. Qui est cette fillette qui ne connaît rien ? Qui est ce fantôme détaché du monde ? Quelle est cette déesse enfermée dans une tour ? Il rit peut-être. Cynique ? Perdu ? Égaré ? Soudain, une brise se lève. Les feuilles éclatent en bruissement. L'air crie. L'air expire. L'air est tempête. L'herbe se couche contre le sol. Des oiseaux s'envolent en une explosion de plumes malgré l'heure tardive. Le kimono de l'innocence se gonfle d'un coups. Des cheveux s'envolent dans toutes les direction. Tout semble changer. La lune ne brille plus aussi fort. Reste un soleil, solitaire, pourpre, décoré de fleurs. Elle ne semble pas changée, pas transfigurée, pas effrayée, non, juste calme. La nuit est son unique et seul ciel. Le silence est son éternel. Tout éclate, vit, brille, en kyrielle. Tout, un instant, paraît passionnel. Elle rayonne, astre simple, étincelle. La paix est ainsi, universelle. Quand enfin, la rafale sacrée semble alors se calmer. Tout s'en retourne. Les branches, une par une s'immobilisent. Les chants inaudibles, un par un, se calme. Les lumières du jour, secrètement ouvertes, se referment. Elle-même redevient, originelle. Un rare sourire se pose, sans un son, sur ses lèvres, éphémère. L’évanescence scintille une seconde avait de s'éteindre. Nous sommes abandonnés, tous deux, au fond d'un jardin, alors que la nuit nous entoure. Une kômori s'envole en appelant sans émettre le moindre son. Tranquillement, elle se pose sur une branche basse. La chauve-souris est immobile, elle regarde de ses yeux aveugle, la déesse étrange. Une main, blanche, immaculée, douce, n'ayant jamais rien touché, se lève, faisant glisser légèrement son kimono pourpre violacé. Elle caresse la tête poilue de la princesse de nuit, sans la moindre hésitation, calme, gracile. Calmement le visage opalescent se tourne et regarde la sérénité du volatil tranquille. Quand son masque vivant revient sur le fils rouge, elle articule enfin :

« La paix n'est pas une explosion. Seul le temps lui convient. Elle doit naître dans les esprits avant de s'incarner dans le cœur 心 . Donnez des armes aux victimes, ils deviendront bourreaux... Il faut attendre. L'homme doit aspirer à la paix de lui-même. La paix n'est pas un cadeau, elle est un choix. Il y a longtemps, la montagne a voulu l'offrir au futur mais il a préféré la passion. La passion a fini par allumer un feu dans lequel elle s'est elle-même immergée. Quand le calme sera là,les armes seront inutiles. »

La chauve-souris s'envole. L'infante nocturne se retourne. Sans peur, elle s'avance entre les arbres. La végétation semble s'ouvrir sur son passage, se révéler sous ses pas, s'épanouir au contact de son âme. Elle marche lentement mais est pourtant si loin. Elle se retourne alors et fait signe à l'enfant de feu de la suivre à travers la flore inoffensive. Un mot.

« Viens. »




Dernière édition par Zenmyo Miseki le Jeu 13 Mar - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 21:02



Un mot. Puis de nouveau le silence. La respiration d'Hannya s'était arrêté. Il était de nouveau cette statue de marbre, reflétant cette douce lumière d'argent, un peu plus étincelante au fil des heures au fur et à mesure que la Lune s'élevait dans le ciel. Il n'était aucunement discret sous cet acoutrement aux couleurs de Kara, aux couleurs de la Mort. Quiconque en provenance du clan de Moegami qui l'apercevrait dans le jardin seigneurial - sans compter cette mystérieuse fillette - le prendrai pour un Yokai à abattre sur-le-champ. Mais il n'en avait cure. Voyant l'enfant s'éloigner, il entama de nouveau ce pas lourd, nonchalant, solennel. Les divines paroles de la fantômette l'avaient-il envouté au point de le rendre si insouciant sur l'instant ? Ou était-il sûr et certain de ne courir nul danger, puisque le danger, après tout, c'était lui ? Qu'importe. Il suivait ctte jeune fille, plus loin dans le jardin, dans des recoins qu'il n'avait jamais explorés de son vécu - à dire vrai, il ne passait que guerre de temps en ces lieux bien trop urbains et nobles pour sa personne. Après réflexion, il profita pour reprendre la parole.

    - L'homme doit être assisté pour aspirer à la paix de lui-même. Son coeur est cupide. Son esprit est enorgueilli. Son existence est gangrenée par le temps, par les âges. La fissure se creuse, s'écarte, laissant la minorité de dominants d'un côté, et la majorité de dominés pour d'autres. Si je vous tiens tel discours, c'est qu'il ressemble au vôtre d'une part et, d'autre part, c'est parce que je me bats en des convictions et que j'agis pour le compte d'un cercle assimilé à une secte.


Hannya s'arrêta.

    - Dîtes-moi qui vous hantez, je vous dirai qui vous êtes. Un si jeune esprit ne peut se targuer de nourir des idées aussi arrêtées et épurées que les vôtres.


Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 21:02

Les profondeurs s'écartaient, ne laissant passer que les deux pauvres aventuriers imprudents. Rares sont ceux qui escompte aller voir l'envers du décors. Qu'y a-t-il derrière ces formes courbes et arrondies, ces feuillages taillés en nuages, ces étangs maigrelets ? Peu à peu, les arbres se refermaient sur un chemin absent. La végétation était partout, les frondaisons au dessus, les troncs découverts au milieu, les brins d'herbe sombre au dessous. L'obscurité gagnait le bord du monde et avançait vers le centre sans bruit. Les épines, pourtant aiguës, solides et violentes, ne semblaient pas incommoder l'innocent rêve pourpre. Lentement, tout éveil de ce mirage devenait impossible. Lentement, la peur de ne jamais revoir le jour s'accrochait aux gorges. Lentement, rêve se changeait en cauchemar. Pauvre porteur de paix oublieux des convenances. Pauvre homme rouge se croyant en sécurité. Pauvre traître Setsu s'imaginant la créature la plus dangereuse des environs. L'oubli avance et il ne t'oubliera pas, lui. Un silence anormal règne sur les lieux, un silence qui crée l'Horreur aux poils dressés, un silence que le mortel se croyait en droit de briser. Tu joues un jeu dangereux mon enfant et les plus joueurs sont souvent ceux qui perdent le plus. Tes paroles, tes idées, tes pensées sur la paix, formulés vainement à voix hautes se perdent discrètement dans les bosquets. Tu es perdu, petite chose. Ton unique chance de libération réside désormais en cette étrange enfant inhumain. Un fil si fragile, il est si tentant de la couper. Ouvre-toi Nature, laisse passer ta fille, et devant le profane, ferme la porte. Avance Esprit de la déesse, laisse tes pas te guider loin, et le téméraire ignorant, abandonne-le. Roule Destin, tranche les décisions du monde terrestre, et par la lame, déchiquette la Chance. Tu t'arrêtes ? Tant pis, il est déjà trop tard pour toi. Tu n'es qu'un condamné qui s'offre un maigre sursis. Tu prétends pouvoir savoir ? Non... La princesse s'arrête. Statue s’interroge. Une Innocence réfléchit :

« Je suis jeune... jeune depuis si longtemps maintenant.少 »

Juste quelques paroles et elle s'arrête. Juste un effleurement de l'oreille inculte. Juste un mustère qui se refuse à se révéler devant la présence vide de sens d'un parjure qui voulait la justice.

« L'homme espère. 待 Déjà les yokais s'unissent en secret. 神 Déjà des phénomènes étranges apparaissent. 秘 Déjà les esprits se font plus présents. 密 La transition est commencéedepuis longtemps. Le secret envahit lentement les terres, un pouvoir plus puissant et arachnéen qu'on ne pourrait l'imaginer. 世Le temps porte aveclui le changement常 . Votre secte n'en qu'une facette 無意識の inconsciente. »

L'infante clôt alors ses lèvres. Elle regarde simplement. Elle ne prononcera plus un mot. L'homme se trouve donc obligé de parler, parler pour exister. Ses réponses s'étendent jusqu'à leur fin. Puis, le mutisme commence à revenir couvrir de ses caresses l'endroit sombre où ils se trouvent encore. Alors, crocs, enfers, ténèbres et tempêtes de griffes se manifestent, bondissant sur l'inconnu au rouge de sang, rendus invisibles par les ombres habiles des arbres subtils. La Mort est arrivée et elle sonne son glas.




Dernière édition par Zenmyo Miseki le Jeu 13 Mar - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Jeu 27 Fév - 21:45

    - Vous m'avez l'air à la fois bien renseignée et bien aveuglée. Ceux qui médisent au sujet de Kara - à savoir l'appellent secte - n'ont pas la moindre idée de qui nous sommes. Je vous pardonne cette médisance. En ce qui concerne ce pouvoir arachnéen dont vous parlez... Eh bien... Parlez tant que vous voulez, mais il n'est pas dans mon intérêt de recouper nos informations avec les vôtres.


Un frisson. Désagréable. C'était le bruit strident d'une paire de griffe acérées de ce démon qui tenta de pourfendre Hannya de dos. Inspirant bruyamment, tel un ballon qu'on gonflait subitement sous forte pression, il fit un pivot majestueux, décrivant un cercle harmonieux tel le mouvement de l'eau ruisselant. Expirant calmement, Harmonieux, paisible, en accord avec les fondements du Wajutsu, il fit volte-face tandis qu'il cligna répétitivement des yeux pour activer son pouvoir de vision thermique. Une voix glaciale se fit entendre durant l'incantation. Il put apercevoir une silhouette de l'acabit d'un être humain. Puis une autre. Et encore. Les sons permettaient au Genin d'anticiper les vains assauts de ses adversaires, les évitant avec facilité déconcertante, ne se souciant plus de cette jeune fille qui, il faut le dire, l'avait piégé. Mais elle ne savait pas qu'elle venait de commettre une erreur véritable. Profitant de l'intermittence pour dégainer son saï et son calibre. Se tenant en garde et droit, il fit face à la jeune fille.

    - Comme je le répète, qu'il est dangereux et inconsidéré pour une jeune fille comme vous de s'aventurer céans...


Immobile, son ouïe et sa vue aux couleurs distinguées étaient ses plus grandes alliées du moment. La température corporelle des êtres était bien trop faible pour laisser penser qu'il s'agissait de vulgaires êtres humains désireux de trouver la mort. A la place, c'était de vils démons qui périront sans sommation, exorcisés par le châtiment de Kara. Levant légèrement son sai pour le tenir dans une autre position propice à la résonance, il espérait qu'un phénomène particulier se produisit. Mais sans succès. Tant pis, il fallait agir vite. Deux bêtes décidèrent de charger, présentes de part et d'autre du Genin. Ni une ni deux, il envoya valser son arme droit devant tandis qu'il se retourna vivement pour envoyer son poing droit sur cet ennemi inconnu qui s'avérait être finalement un Hannya, au même titre que lui. Les deux êtres exprimèrent un rapport de force et tous deux furent reculés sont le choc. Un nouvel instant de répit, tandis que les entre-doigts du jeune hommes laissaient subitement jaillir du sang. Comme perforé au poing gauche, telles trois plaies parfaitement identiques, il étouffa un gémissement tandis qu'il grimaça sous son masque hideux, et pointa son calibre droit sur le front de la fille fantôme, restant à distance raisonnable pour anticiper toute réponse offensive de cet être innocent d'apparence.

    - Qui êtes-vous, et que me voulez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Dim 2 Mar - 12:08

Le chaos, le danger, les lames, de toutes parts, en tous lieux. Jeune fille immobile, n'ayant pas encore réalisé ce qui se passe. Le combat se poursuit. Les agresseurs cachés dans l'ombre, invisibles, attaquent et pourfendent sans cesse. L'homme de rouge virevolte, bondit, comme un vague. Il est souple, mais fragile. La moindre faiblesse serait mortelle. Ses ennemis se battent pour tuer, non pour jouer. Déesse fragile, sans geste, sans comprendre. Les attaques s’enchaînent, sans repos, sans honte, sans cadeaux. L'enfant du sang se retourne, sort une arme. Il regarde, l'infante, lui parle. Elle n'entend pas vraiment, ne comprend pas d'avantage. Que veut-il ? Protéger ? Détruire ? Haïr ? Maudire ?  Ses paroles ne sont pas claires, indéchiffrables. La guerre entre les arbres continuent ? La Lune ne peut l'éclairer. Les branches sont trop longues, les cimes trop profondes, les feuillages trop impénétrables. Les yokais se retrouve d'une part et d'autre de l'homme. L'une se retourne vers la fille, sourit. Au lieu de foncer, violente vers l'humain, elle évite souplement, simplement, son arme et revient se frotter au kimono pourpre et se faire la toilette. L'autre adverse continue, ils luttent et sont forcés de reculer tous les deux. La fausse image se dissout mais l'ombre est encore trop grande pour laisser entrevoir la vérité. Tous nagent encore dans un rêve. Le bâton de feu est pointé contre l'innocente, éloignée. Une question est posée. Qui est-elle ? Que veut-elle ? Une voix répond au soldat. Ce n'est pas elle.

« Ne vous approchez pas de lui. Il sent la mort, le sang, la colère. Il est dangereux. »

La statue vivante regarde enfin la scène. Enfin, elle apparaît clairement. Derrière la chevelure rouge, un chat plus noir que la nuit, dont le masque menteur est tombé. Sa queue s'élève, faute, droit, longue, plus qu'un bras. À ses pieds, un chat tricolore fait tranquillement sa toilette, sans se soucier de rien. Ses deux queues formant des vagues dans l'air la dépasse par leur taille. Elle comprend. Elle s'approche sans peur de l'arme, regardant uniquement le chat, dans le yeux.

« Peu importe.視 »
- Laissez-moi le réduire en cendre, répondit le chat, alors qu'une flamme s'allume près de lui.
« Je sers laPaix. »

L'étincelle s'éteint. Le chat semble déçu. Le chat semble méfiant. Le chat s'inquiète. Aussi noir que la nuit, il se retourne et se dissout dans les ombres. L'obscurité reprend ses droits, les mots aussi. Fou. Etoile. Excuse.

« Ce sontdeschats.犯 »

Le silence revient. Le chat tricolore ne part pas, continuant éternellement sa toilette.

« 空 Kara ? Qu'est-ce ? Voulez-vous comprendre les yokais ? 淳 »




Dernière édition par Zenmyo Miseki le Jeu 13 Mar - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Ven 7 Mar - 0:21

L'astre lunaire n'était pas encore suffisament bas pour annoncer l'aube, et l'heure était propice aux profond sommeil des citadins de Moe. De surcroit, le jardin seigneural était assez grand pour ne pas trop ébruiter quelconque évènement indésirable venu s'y dérouler. Les Yokais avaient subitement envahi les lieux, était anormalement bien, bien plus nombreux. Hannya était partagé. Son dilemme était particulier et il ne savait pas s'il devait se fier à cette jeune fille aux desseins encore troubles pour déterminer de quel côté elle se rangeait réellement, ou s'il devait se fier à son instinct guerrier et en suivre la Voie jusqu'à ce que mort s'en suive. Cette décision, il la prendrait bientôt.

Mais pas seul.

Byakko n'était plus très loin. Ceux qui étaient familier avec son aura inquiétante connaissaient déjà la chanson. Les autres s'inquiétaient. Tout bonnement. Et dans sa volonté de bien faire les choses, il répandait une ambiance tellement lourde qu'il fit littéralement fuir toutes les créatures qui s'étaient dissimulées et prêtes à bondir sur le Genin. Toutes, sauf ce fameux chat qui ne sembla que rebuté par ce revirement de situation et d'ambiance. Ainsi, dans l'ombre, se dessinait progressivement une silhouette. Elle-même de blanc vêtu, elle paraissait moins impressionnante que Hannya. Byakko apparut lentement aux côtés de son frère d'armes, affichant son masque de Tigre dont les traits étaient facilement discernable au clair de Lune. Paradoxalement, de par sa petite carrure, il pouvait paraître moins impressionnant, mais il était le seul responsable de cet air oppressant que pouvaient ressentir les personnes qui avaient une raison réelle de se méfier.


    - J'ai fait aussi vite que j'ai pu. Je me suis pris une taulée, je te raconte pas. ... C'est qui, ces deux-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Ven 7 Mar - 0:38

    - Et tu as été rapide.


Chomei sortit à son tour de la pénombre. Il ne dérogeait pas à la règle du port de l'habit blanc, symbole officieux de son appartenance à Kara. Les ténèbres de la nuit noire lui procurait davantage de mystères sous son ample capuchon blanc et c'était à peine si on aurait cru voir un Yokai qui s'approchait de vous pour commettre bien des mauvaises choses. En réalité, ça n'était pas le cas. Bras croisés sous ses manches, il avançait lentement vers ses acolytes, et délogea une main pour observer tant bien que mal les phalanges d'Hannya, dont la main légèrement ensanglantée tenait encore l'arme à feu.

    - Un rapport de force... Cela ne te ressemble pas, jeune homme.


Il pivota machinalement la tête pour mieux apercevoir la silhouette de Daïshiro.

    - Je vois que tu te remets rapidement. Quel dommage que ton ange gardien n'ait daigné décliner son identité, je l'aurais remerciée comme il se doit.


Le chef de Kara tourna ensuite les talons vers ces deux êtres jusqu'alors inconnus. Le spectacle pouvait porter à confusion mais l'Homme ne se laissa pas décontenancer par ces deux silhouettes d'apparence innocentes et qui, pourtant, dégageaient une aura aussi suffoquante que celle de Byakko. Les environs étaient impregnés de fortes personnalités, et les grands esprits semblaient se rencontrer.

    - Cette jeune fille se donnerait-elle la peine d'attendre notre dernière invitée pour se joindre à cette joyeuse sauterie ? Une huitaine d'oreilles attentives n'attendent que d'ouïr les raisons de l'archarnement sur mon ami Hannya. Il serait malvenu de tenter quoi que ce soit d'inconsidéré ; certes nous sommes déplaisant à voir, mais nous savons privilégier les mots aux maux. Et vous savez autant que moi que la nuit, tous les chats sont gris. C'est pourquoi j'aimerais faire la lumière sur tout cela. Croyez-le vraiment, vraiment... Il est de bon ton de montrer patte blanche.


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Ven 7 Mar - 3:03


Le Chat


Le moindre de vos pas, le moindre de vos acte,
Il vous connaît. Rien n'échappe au félin passif.
Ne vous fiez surtout pas aux griffes qu'il contracte,
Il peut jeter la mort, d'un geste, d'un coup vif.

Alors qu'à pas de velours, tel un chat, sans bruit,
Elle vous attaque, sous l'astre de la nuit,
Fine, meurtrière, sans l'intention de tuer,
Pas la peine d'avoir peur, elle ne veut que jouer.

Elle esquive les lames, et ce sans quelque mal,
Belle danseuse mortelle aux pattes de feu.
Pour cette chatte, tout n'est qu'amusements, jeux.
Et elle n'a que faire de votre peau pâle.

Mais pauvre enfant, s'ennuyant si rapidement,
Sans honneur, elle se retire du combat.
Faire sa toilette est alors plus attrayant.
Oui, de toutes façons, elle, elle n'est qu'un chat.

Elle n'a rien à faire avec ce trublion,
Elle, elle est noblesse, pas comme cet énervé.
Protéger ? Pourquoi ? Il n'y a pas de danger.
Avec huit décennies, elle est au panthéon.

Ce bakeneko noir ne cherche qu'à défendre.
Il ne vit que pour ça, terne comme la cendre
Elle, nekomata, est déjà un peu vieille,
Le temps l'a transformée, elle n'est plus pareille.

Alors, imperturbable, elle assiste aux venues.
D'abord approche un tigre, elle lustre de son dos,
Un jeune impertinent, un stupide badaud.
Il raconte sa vie, tellement ingénu.

Et elle continue, sans crainte, ni espoir.
Ensuite arrive un chef, elle frotte ses pattes,
Lui, tout de blanc vêtu, semble surtout vouloir
Questionner les autres, mais ça pourtant sans hâte.

Enfin, elle a fini, en léchant son museau,
Et n'attendra pas plus, du moins sans un cadeau.
Elle n'est pas patiente, alors tant pis pour vous.
Elle prononce donc, vivement, tout à coup :

« Attendre est ennuyant, donc je vais m'exprimer,
Après tout c'est normal, je suis, ici, l'aînée.
Vous êtes les Kara. Je dis vrai, n'est-ce pas ?
Continuons dans ce cas : Pourquoi êtes-vous là ?

Je doute qu'une armée combattent chaque esprit.
Donc pourquoi celui-ci ? Qu'a-t-elle de spécial ?
Vous êtes incapables d'aider un cœur meurtri.
Chasser tous les yokais, est-ce là votre idéal ?

Je serais clémente, malgré tous vos péchés,
Je ne vous tuerais pas, cela m'importe peu.
Que les criminels, vous, se connaissent, alors, eux-
Même, telle était mon unique volonté. »


HRP:
 




Dernière édition par Zenmyo Miseki le Mer 11 Juin - 17:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Fukumi Fumiko

avatar

Genin

Messages : 146
Date d'inscription : 29/11/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Yuki-Onna
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Mar 25 Mar - 19:55


Une douce brise vint caresser la scène tandis que Fumiko apparaissait, silhouette fantomatique dans ce blanc de Kara. Elle ne savait pas ce qui s'était passé ici, mais les deux camps se regardaient en chien de faillence et Hannya avait la main ensanglantée. Qui était bourreau et qui était victime, là était la question. Et bien que les yeux de son masque demeuraient nuit et jour écarquillés, dans l'obscurité, ils ne pouvaient voir si on ne les guidait pas.

Elle était donc apparue aux côtés de ses trois alliés, calme et détachée, comme toujours. Et bien que l'un des acteurs de sa vie soit blessé, elle désirait attendre le résumé des évènements afin de trancher net le problème pour en extraire la solution. Chomei et cette chatte étaient dans la même optique, bien que les dires de cette dernière ne lui plaisaient guère. Byakko, lui, semblait perdu. Il y avait de quoi.

"Nos objectifs ne vous regardent en rien, Yokaï, et heureux sont ceux qui en savent le moins à notre égard."dit-elle d'un ton posé."Dites nous plutôt pourquoi notre compagnon ici présent est blessé. Que s'est-il passé ? Hannya, parle, toi aussi. Tu es aussi impliqué qu'eux dans l'histoire, et tu sais très bien que nous avons bien mieux à faire que de te défendre."

Yuki-onna était devenue dure comme la neige fait place à la glace, mais seule son ton la trahissait. Elle était là en tant que grande sœur, cependant Hannya avait passé l'âge de recevoir assistance de leurs mains.

"Chomei et Byakko, allez-y, je vous en prie. Je m'occupe de lui."
Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Mar 25 Mar - 21:44

    - Yuki-onna... Ce ne sera pas nécessaire.


Le trentenaire tendit son bras en oblique devant son alliée comme pour chasser les idées qu'elles avaient en tête. Bien sûr il n'était pas medium mais les devinait avec une aisance particulière : il était témoin de la colère dont elle pouvait faire preuve lorsqu'on s'en prenait aux gens qui lui étaient proches. Hannya était en première position et, malgré sa blessure qui pouvait sans doute paraître superficielle, les trois hommes reconnaissait qu'il s'agissait quelque part d'un affront et qu'il pouvait ne pas être digéré correctement. Il était du rôle de tout un chacun de se protéger mutuellement, mais il était aussi de leur rôle que de trouver un compromis, la voie diplomatique.

    - ... A vrai dire ces individus seront à même de nous aider pour notre quête future. Chat : moi non plus je ne vous tuerai pas, alors n'ayez crainte. Nous sommes Kara. Nous sommes là pour répondre face à la menace soudaine qui sévit sur Yokuni. Vous dîtes être l'aînée, alors sans doute en savez-vous davantage sur ce qui se trame. Mon instinct me dit que vous n'en avez cure et que vous ne déploierez pas une seule griffe pour protéger notre peuple. Mais mon instinct me dit aussi - pardon, me hurle - que vous seriez prêt à nous donner des informations stratégiques puisqu'il ne vous en coûtera que salive. Je le répète : nous sommes toute ouïe, oublions ce malentendu avec Hannya-kun et collaborons. Enfin... Vous avez parlé d'un esprit au coeur meurtri ? Je crains de ne point comprendre, éclairez-moi, brillant Chat.


Comme à son habitude, le Chef de Kara avait parlé avec un calme légendaire, si bien qu'il percevait une aura impressionnante qui émanait du Chat. Mais fort heureusement, lui dissimulait celle de son nouvel allié qu'il n'avait encore révélé. Et cette aura puissante, le Chat serait-il à même de la percevoir ? Cette situation de sécurité par l'obscurité le confortait grandement, et son assurance infaillible se répendait parmi ses alliés qui se détendraient un peu plus ; du moins il l'espérait particulièrement pour Yuki-Onna.


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Mar 29 Avr - 15:56

Silence et soupir... Une silhouette dans l'ombre regardait. Inconnue au monde étrange. Inconnue de quiconque. Qui fut ce songe sans saveur, terne comme une roche, simple morceau de néant, de calme, de paix au milieu du chaos. Les mortels se débattent dans les infinis méandres du temps sans jamais avoir la possibilité d'une quelconque rédemption. Les immortels jouent, se jouent des autres, sans même avoir la moindre notion d'intérêt ; peu importe le reste quand la vie n'a plus de prix. Nous, autres, sans vie sans immortalité, nous attendons. Sommes-nous des dieux, des mortels ? Sommes-nous autre chose, des images sans couleur, des oiseaux sans ailes ? Cela a-t-il réellement son importance ? Le calme, paisible, reste immobile, de flux et de reflux. La Lune est tombée du ciel. Les nuages l'ont caché. La statue est invisible, immobile sous les feuilles. Le Chat est déjà, qui parle, qui joue, qui se joue. Les hommes menacent. Ils n'ont même pas compris les passions, les peurs, l'amour d'un coeur de chat blessé, d'un chat qui s'en est allé, noir dans la nuit. Seule reste Le Chat, l'autre chat, tricolore, ironique symbole de chance ; ironique quand au pense au fait que ce Chat qui n'appartient à personne, qui arpente sans question d'intérêt, qui est seul, a sûrement des gens et ce sans la moindre crainte. Sa première maîtresse était sans doute une fille capricieuse qui la battait sans scrupule, juste pour rire, ou une vieille femme folle qui la considérait comme un démon mais se plaisait à la garder, comme pour exorciser le mal alors qu'elle lui arrachait les moustaches. C'est aussi sûrement cette vie qui l'a rendue haineuse dans un premier, sa première victime fut sans doute sa maîtresse injuste, mais cela ne lui avait pas suffi, elle était devenue un monstre, meurtrière la nuit, noble se jouant des conventions le jour. Non, la fille-statue n'avait jamais Le Chat, n'avait jamais vu ce chat, mais elle imaginait sans le moindre problème ce qui s'était un jour agité derrière cette fourrure tricolore, ce qui l'avait amené jusqu'à ce qu'elle était maintenant : une joueuse, une parieuse, sans intérêt pour la vie, ni la mort.
Pauvre Chat...

« Vous avez la mauvaise cible. »

L'infante, d'ombre vêtue, avait parlé. Ce voix raisonnait, claire, mouvante. Elle n'était que chose fragile, que fétus de paille, pourtant sa voix brisa l'air, écarta les nuage, fit tomber la lumière, dévora le silence, tous se retournant par une attraction irrésistible, monstrueuse, inexistante. Ses yeux ne possédaient pas de lumière particulière, on aurait presque pu croire qu'il n'y avait pas de vie. Le souffle du vent qui s'étire sur tous, en une caresse sans sens. Son visage se tourna vers le Chat :
« Abandonnée...寂  »

Un soupir qui grandit. Des yeux qui se tournent vers la silhouette blanche.
« Oppressé...寂  »

Elle, dame de colère et de froideur :
« Manipulée...寂  »

La brûlure du feu, des cheveux rouges.
« Victime...寂  »

Les yeux arrivant finalement sur le jeune, l'enfant, le tigre.
« Perdu...寂 »

Elle s'immobilise le regard vague alors que la lumière décroit et que l'infant semble disparaître dans les ombres :
« Tous commevous.Les monstres proviennent du passé.寂  »

Obscurité.


Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Dim 11 Mai - 18:04



La tension provoquée par l'aura du Tigre les avait tous fait fuir. Tous. Sauf un : le Chat, comme on le qualifiait. Sous son masque de Tigre, le jeune homme regarda longuement le Yokai. C'était lui qui devait avoir peur, à vrai dire. Mais fort heureusement ses amis étaient présent d'une part, et il ne semblait pas faire face à des ennemis d'autre part. Il détourna ensuite son regard sur Chomei et... Chomei. Il chercha du regard ses deux autres acolytes et finit par les trouver. Ils étaient simplement en retrait pour panser l'égratignure du rouquin.

Déboussolé plus que jamais, Byakko fit volte-face lorsque Chomei prit la parole en réponse aux vers du Chat. Il interrogeait du regard tour à tour les trois interlocuteurs sans comprendre ce qui se passait réellement. Tout ce qu'il attendait, c'était des ordre sur sa prochaine mission. Mission qui ne semblait pas concerner - du moins, pas directement - ce Yokai et cette jeune filles aux paroles énigmatiques. A croire qu'elle était habitée par un esprit au quintuple de son âge. Byakko s'en approcha naïvement pour mieux lui faire face, sans faire montre d'agression. De toute façon, le Chat semblait déjà la protéger suffisamment, alors...

    - Jeune fille... De quelle cible veux-tu parler ? Nous ne voulons qu'anéantir la menace, et à défaut d'en être une, nous n'avons aucune raison de nous opposer à vous. Pas vrai, Chomei ? Hein ?


Bon enfant, Byakko tourna légèrement la tête et leva le pouce à l'attention de son maître, comme pour lui dire "j'ai la situation en main". Comme si le masque n'était qu'une parure et qu'il semblait être tombé. Il fit de nouveau face à la fillette.

    - Et pour anéantir la menace, il faut avoir recours à bien plus que des mots. Tu n'as qu'à voir le Daimyo Setsu ; lui-même n'utilise que les mots pour semer le doute et la désinformation. Il s'en prend à ceux qu'il devrait considérer comme ses propres alliés... Encore une fois, vous n'êtes pas nos ennemis, mais nous n'épargnerons pas les Démons et autres criminels qui échappent à l'autorité impériale.


Revenir en haut Aller en bas
Fukumi Fumiko

avatar

Genin

Messages : 146
Date d'inscription : 29/11/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Yuki-Onna
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Lun 26 Mai - 4:25

Chomei l'avait arrêtée, faisant doucement retomber sa colère. Il était vrai que blesser un de ses frères ne lui plaisait pas, mais voyant que le leader restait tout à fait calme, elle avait décidé de faire de même. Il avait choisi la diplomatie. Très bien. Ils ne pouvaient pas faire meilleur choix. Cependant, ils avaient beau demandé des explications, ils n'avançaient pas. Et la jeune fille, celle qui demeurait là, immobile, prononça des paroles, des mots désincarnés. Elle avait l'air de dire que Fumiko était manipulée. Manipulée, elle ? Humpf. Qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre... C'en était trop pour Yuki-Onna, qui fronça légèrement les sourcils sous son masque aux yeux immenses et écarquillés,pour marquer sa désapprobation, et préféra reculer, se diriger lentement dans l'obscurité nocturne. Mais pas loin, juste à quelques pas.

Au préalable, Fumiko avait pris la main d'Hannya en l'appellant doucement pour qu'il la suive. Elle laissait donc ses deux alliés discuter avec ce drôle d'attroupement...Elle n'avait jamais été instruite, peut-être était-ce là ce qui lui posait problème. Cependant, alors qu'elle nettoyait et bandait tranquillement la main de son ami, elle lui chuchota :

"Tant de mots et aucun sens...Dis-moi, toi. Que s'est-il passé ? Tu sais que tu peux tout me dire..."

Hannya n'avait pas la langue aussi fleurit que cette jeune fille. S'il daignait parler, ses mots serait la lumière qui illuminerait l'esprit embrouillé de la jeune femme.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Dim 1 Juin - 12:43



Cette blessure plutôt laide que je m'étais faite aux phalanges était superficielle pour moi. Il n'était aucunement question de fierté, mais parce qu'il m'en fallait plus pour considérer me porter atteinte de quelque manière que ce soit. Oui, j'étais un "bonhomme" comme ils disaient dernièrement au village de Honoo. Mais j'avais aussi mes faiblesses, ça n'avait rien à voir avec la douleur qui augmentait au fur et à mesure que la pression retombait, non. Ma plus grande faiblesse, c'était Elle : d'apparence guerrière et fort intimidante, Yuki-Onna bandait ma main avec une douceur inconsidérée. Ca n'était absolument pas des choses à faire en temps de "Kara", c'est-à-dire lorsque nous revêtions notre éternel acoutrement blanc. On devait être drôles à voir ; le "Hannya" que j'étais semblait regarder sa moitié comme s'il allait la dévorer, alors qu'en fait mon regard exprimait une toute autre émotion. Oh, qu'importe, elle me soigne, les regards extérieurs n'auront qu'à croire qu'on est un clan uni comme tout autre, et voilà tout.

    - Je suis arrivé au point de rassemblement un peu plus tôt. Je suis tombé sur cette jeune fille qui a suscité mon étonnement, et...


Je m'interrompis, étouffant un petit gémissement lorsque mon amie resserra les bandages déjà souillés par mon sang. Je contemplai le fruit de son travail à la très faible lumière de cette aurore nouvelle et je laissai sans doute un air satisfait se dessiner sur mon visage. Mais non, elle ne le verrait pas. Pas pour cette fois ; j'étais Hannya du Trio des Ombres. Il me fallait rester impartial malgré la tendresse dont Yuki-Onna pouvait faire preuve.

    - Je ne sais pas qui ils sont, mais si on avait quelque chose à craindre d'eux, tu m'aurais retrouvé mort ; pas avec une telle égratignure sur le poing. Ce chat a menacé de me tuer, je règlerai mes comptes en temps voulu avec lui. Mais si Chomei en viendra aux mots, alors ainsi soit-il.


Sur ces paroles, je tournai le dos à ma moitié pour rejoindre de nouveau mes deux autres acolytes, d'un air plus solennel. Ayant quelque peu détourné leur attention - ce qui me valut un silence interrogateur de leur part - je me penchai légèrement vers Chomei en guise de respect, courbant l'échine comme il se devait (j'étais plus grand) et lui dit :

    - Chomei-kun, l'aube approche et si l'aura de Byakko a pu repousser les Yokais les moins dangereux, elle ne fera qu'attirer l'attention si la garde Setsu passe non loin. Ma taille et mon accoutrement n'arrangent rien. Il serait bon de nous retirer si ces improbables interlocuteurs n'ont rien à ajouter.


Pour finir, je me redressai et fit face au Chat, me tenant droit, immobile, le regardant droit dans les yeux, d'un air neutre pour ne pas dire froid. Certes ce félidé semblait puissant, mais la présence de mes acolytes les plus chers m'avait fait oublier la notion de peur. Alors si le Yokkai pouvait percevoir mes émotions sous ce masque démoniaque, il avait intérêt à comprendre qu'il ne fallait mieux pas nous faire attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Dim 1 Juin - 12:57



Le Hinin était resté de marbre face aux dires de la jeune fille. Il avait la chance de cacher sa stupeur quasi manifeste si l'on analysait son langage corporel avec attention. Qu'un Yokai lui parle ainsi, c'était une chose - il se souvint de la Kitsune des terres neutres à ce moment-là - mais qu'une fille si jeune d'apparence eût prononcé de si lourdes paroles l'avait laissé pantois. Et il se reprit vite, puisqu'il n'était pas bon de se décontenancer trop tôt. Il tourna un instant le visage vers Daïshiro qui semblait lui parler pour ensuite s'adresser à la fille, mais cette dernière disparut du champ de vision avant que le Tigre n'obtienne réponse.

    - C'est une évidence pour toi, Byakko. Mais pas pour eux. Quelque part cela nous arrange d'être méconnu de nos ennemis. Tant que les plus faibles et les plus oprimés affirment leur soutien, alors Kara continuera d'exister, quoiqu'il advienne.


Chomei tourna de nouveau la tête pour apercevoir Hannya et se tut, l'écoutant plus qu'attentivement.

    - Sage décision. Yuki-onna, Hannya, Byakko, partez immédiatement, je vous retrouve au second point de rendez-vous. Je finirai de m'entretenir avec le Yokkai et vous rejoindrai ensuite.

Spoiler:
 


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Mer 11 Juin - 19:33


Le Chat


Ils plaisantent ou sont stupides à parler sans réfléchir.
Ils parlent, ils attendent, sans regarder autour d'eux.
Alors qu'elle menace, il cherche à la trahir,
Il cherche information, et ça de tous ses vœux,

Mais non, tu te trompes, je ne t'aiderais pas.
Ce n'est qu'un ambitieux, un marchand, un parias.
Vous qui tuez les yokais, vous appelez de l'aide ?
À un chat, des surcroît, votre âme est donc si laide.

La dame-pierre est là, elle cherche la paix.
Ne serait-elle pas, et vous ne seriez plus.
À cette déesse, vous devez le salut.
L'écoutez-vous alors ? Voyez-vous son aspect ?

Elle vous demande "cessez-donc ce combat".
Elle aspire au repos, à la compréhension.
Baissez votre tête, apercevez en bas,
Les hommes et les yokais pourraient être une union.

Ils n'ont pas entendu, se trompant d'autant plus
Il critique Setsu sans rien n'en connaître.
Le vrai est ironique, la source du mal-être,
C'est lorsque Chizue refusa le Setsu.

« Vous agissez Chomei, mais sans vous questionner.
Oui, tout vous est acquis ; vous congédiez vos gens.
Nous, nous souhaitons la paix ; vous, vous êtes damnés,
Couvert de sang yokai, vous n'êtes que déments,

Nous partirons alors. Un jour viendra le temps
De nos retrouvailles. Ce sera le printemps.
 »
Le chat grandit, immense. Il saisit Miseki,
Frêle poupée de son. Dans les ombres, il s'enfuit.


Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1200
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: 寂か Shizuka Ven 22 Aoû - 11:16

[RP terminé (MP moi si j'ai fais une erreur), vous pouvez ajouter vos messages aux RP validés et modifier vos suivis en conséquence]


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 寂か Shizuka

Revenir en haut Aller en bas
 

寂か Shizuka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shizuka Maeda alias Shiuu. ( en cours ... )
» News Import
» Démon contre Démon : Combat pour l'honneur [Pv: Oméa K.Shizuka]
» Arrivée Natsu Shizuka [PV Kira Osaki] -Terminé-
» Bonbon :Damaz Elandez et Oméa K. Shizuka


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..