AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Qui es-tu pour oser troubler mon repos ? [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013
Age : 22

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Qui es-tu pour oser troubler mon repos ? [Abandonné] Ven 28 Fév - 5:09



Miko & Sohei






« N'as-tu donc aucun respect pour la mémoire de ton maître ? »
« Il est mort, Riku... »
« Et qui es-tu ? Rappelle-moi ce à quoi ton maître t'a formée ? »
« A rien ! Riku... Je n'aspire pas à devenir Kannushi ! La seule chose à laquelle je rêve est de devenir Jushoku et tu le sais... »
« Ame, » il se penche vers la demoiselle qui est assise dans les herbes du jardin « personne n'a été choisi par Kagutsuchi. Jeune fille, s'il existe quelqu'un que notre Kami puisse élire, c'est toi. »
« Pourquoi ?! Pourquoi ?! Je refuse. Je ne veux pas exister pour ça ! Personne ne m'y forcera ! Trouve un autre élu ! »
« Ne t'énerve pas. Tu vas t’essouffler. »
« Vois comme je suis faible, Riku. Ni lui ni personne d'autre ne voudra de moi comme Kannushi... Tes idées sont ridicules. Depuis sa mort... les autres Miko m'évitent... parce que je suis malade. »
« J'ai foi en toi. » il pose un genou à terre en face d'elle, baissant la tête « Je t'en prie, viens. Tu es l'être le plus pur que je connais, ta foi n'a d'égale que ton dévouement pour ton peuple. Qu'as-tu à perdre désormais ? Aurais-tu peur que Moegami ne voit pas en toi la force de ta volonté et la grandeur de l'amour que tu lui portes ? »
« Soit. » il avait raison... elle n'a plus rien à part sa foi.

Elle se redresse lentement. Ses mots ont touché la Miko. Elle ne comprend toujours pas pourquoi ce serait elle que l'être divin habiterait. Malade, chétive, égarée par la mort de l'une des rares personnes qui l'affectionne. Elle pose son regard rouge sur le Sohei. Lui aussi a perdu un être qui lui était cher. Lui aussi cherche à retrouver son chemin dans la noirceur de l'ignorance. Riku lui a toujours ouvert ses bras, il a cru en elle dès le début. Alors pourquoi ne pas le croire ? Depuis qu'elle a perdu Sôichirô, la jeune femme n'a plus confiance en quoique ce soit. Il est aussi vrai que la seule chose qui la tient encore debout est sa foi envers le Kami. Elle s'est embrasée du feu de la colère pour le Daimyo pendant les premiers jours après l'annonce de la mort de son maître. Lorsqu'elle s'est rendue à Moe pour veiller sur le lieu où il a perdu la vie, elle n'a plus su bouger. Attachée par les liens fermes de la solitude face à ce que la religieuse redoutait le plus. Le jour passa. La nuit glissa ses bras noirs au-dessus de sa tête pour envelopper le monde dans ses bras étroits. Ses yeux croisèrent sans raison ceux d'un homme qu'elle reconnu sans mal.

Les souffrances de son âme hurlaient aussi fort que les siennes. Elle ne compris pas comment une telle personne pouvait renfermer autant de maux dans un silence si serein. Personne ne voyait les pleurs muets du Daimyo ? Aussi étrange que cela puisse paraître, sa rancœur fut remplacée par de la pitié. Le dernier sentiment qu'elle éprouva à son sujet n'était rien d'autre qu'une pitié mordante et froide. Elle le dévisagea en silence. Ame n'avait rien à lui dire. Et si elle avait ouvert la bouche, cela les aurait mené à une toute autre issue. Les flots de sa haine contenue se seraient déversés sur cet homme qu'elle savait pourtant innocent dans la mort de l'être aimé qu'avait été Sôichirô.

Puis la pitié fut bousculée par la peine et la compassion. Ne lui avait-elle pas déjà souri ? Son regard se porta vers les astres de la nuit. Si, elle l'avait fait. Plus jeune. Les maux du jeune homme l'avaient heurtée avec déjà toute la violence d'une baffe. Dans les méandres de ses souvenirs passés, elle ne parvenait pas à se rappeler s'il l'avait ne serait-ce remarquée. Elle avait eu foi en lui aussi. Elle a cru en lui au détour d'un chemin qu'ils ont pris tous les deux. Sôichirô-sama ne l'aurait pas choisi par simple envie. Caprice d'un Kannushi. Non, c'était plus profond. Gekido était destiné à prendre en main la nation. Destiné à être un meneur dont la force n'avait pas d'équivalent. La beauté d'un phœnix renaissant. Malgré cela, elle n'a vu que le double du véloce Ichigo. Comme effacé par l'ombre d'un homme qu'il admirait. Dans son silence, Ame savait qu'il était destiné à plus que cela, porté par les vents de la convictions que cet homme serait un Daimyo dont les ailes seraient encore plus grandes que celles de son prédécesseur.

La perte d'un être cher nous changeait de façon aussi violente ? Elle vous renversait avec la violence d'une vague en colère contre la berge ? La Miko refuse de se faire emporter par la dureté d'un abandon si rude sur sa personne. Pourtant, elle sentait son cœur se fermer. Comme pour effacer ses peurs, ses doutes et son manque de confiance. Elle se promit de ne plus lui sourire. Il survolait ce dont il était capable et crachait ouvertement sur la mémoire d'un homme qui avait eu foi en lui. Elle ne lui offrira la vision de son sourire que lorsque qu'il aura l'audace de dévoiler son réel plumage.

Elle secoue la tête, observant encore le profil paternel du Sohei. Et lui... Elle ne veut pas non plus décevoir en se voyant refuser par Moegami. Elle baisse les yeux, sachant qu'il ne la laissera pas en paix avec son deuil tant qu'il n'aura pas la certitude que ce n'est pas elle qui sera élue. Alors autant faire vite. Le suivre et lui prouver que ce n'est pas elle. Elle pourra reprendre le long chemin de sa guérison. Il lui ouvre les portes en bois. Ame lève les yeux vers le plafond du temple, ses doigts caressant un pilier de bois en passant. Revenir sur ses pas. Chimères. Peurs. Souffrances. Rires. Joies. Passé. Blessée par le fait que jamais plus elle ne verra le Kannushi descendre les marches de son lieu de résidence. Plus jamais elle ne se fera taquiner par celui qu'elle a vu comme un deuxième père. Lui aussi, a cru en elle. Elle détourne le regard, brûlée par la pensée qu'elle marche sur les convictions de l'ancienne réincarnation. Très bien. Elle irait. La Miko leur montrera qu'ils avaient tous tort. Que l'espoir n'est pas une chose à placer sur les frêles épaules de cette jeune femme. De toute façon, elle n'aurait pas la force de survivre à de telles responsabilités. Comment pourrait-elle affronter tout un peule et un Daimyo têtu dans ses pitoyables conditions. Elle sera malade souvent. Trop jeune, trop insouciante. Depuis combien de temps n'a-t-elle plus ri ? Un mois ? Peut-être deux ? Elle s'est renfermée. Elle prie les Kamis de lui rendre son innocence... mais celle-ci semble s'être évaporée avec la mort du Kannushi. Comme si sa conscience s'était rendue compte qu'elle ne pouvait plus se cacher dans l'ombre qu'avait été le grand Sôichirô. Lui retirant la protection de la réincarnation. Obligée de faire face comme la femme qu'elle était devenue.

Riku ouvre les portes de la chambre du conseil religieux. Ame fait un pas de plus que lui, que les moines puissent l'observer. Cependant, son regard et sa tête reste légèrement portés de côté, sur le sol. Elle ne sent pas prête à affronter les jugement silencieux des vieux maîtres des temples. Sans lui laisser le choix, ils l'examinent. Le teint de la demoiselle devient pâle de malaise. Le dos de sa main se place instinctivement devant sa bouche pour qu'elle puisse tousser sans paraître impolie. Une quinte de toux qui tombe pile au bon moment, il semblerait. Elle sent les hommes et les femmes présents la prendre en pitié. Elle ? La future Kannushi ? On doit leur faire une mauvaise plaisanterie... Bien sûr, son visage ne leur est pas inconnu, vu qu'elle a été l'ombre du Kannushi pendant dix longues années, mais personne n'est convaincu par l'idée qu'elle puisse reprendre le flambeau de son maître. Bien trop faible. Personne ne peut cependant lui enlever le fait qu'elle est mignonne. C'est bien la seule chose qui lui reste maintenant. Ça et sa foi.


« Non, Riku-san. Elle ne tiendrait même pas le voyage. »
Qu'en savez-vous, vieux singe..?
« Vous ne saurez jamais si vous ne lui laissez pas une chance. Aucun de vous ne peut se permettre de mettre en doute sa foi. »
Riku...
« Pensez-vous vraiment qu'elle puisse y arriver ? Elle est si fragile... »
Cessez de parler comme si je n'étais pas là..!
« Qui êtes-vous pour la juger ? Vous n'êtes pas des Kamis. C'est à Kagutsuchi de le faire. Endô-sama aurait-il pris une élève pour le simple plaisir d'être suivi ? Vous lui manquez de respect en faisant comme si cette jeune fille n'existait pas, sous prétexte qu'elle est malade. N'avez-vous pas le moindre respect pour la mémoire du Kannushi que vous avez servi ? »
Riku, je veux m'en aller... Oublie cette idée...
« ... Bien, qu'il en soit ainsi. C'est Kagutsuchi qui la jugera. »
Non... Je ne veux plus... Laissez-moi...

Le conseil a parlé. La Miko et le Sohei se sont inclinés avant de se retirer. La voilà qui avait mis les pieds dans quelque chose qu'elle ne contrôlait plus. Elle se sent bête de s'être laissée entraîner dans un périple pareil. Elle se sent blessée par la dureté des mots lâchés par ces prêtres et prêtresses. Dans le creux de son ventre se crée un feu étrange dont les flammes brûlent d'une envie de démontrer qu'ils ont tous tort à son sujet. Tandis que dans sa gorge l'angoisse et les doutes l'empêchent de dire quoique ce soit à Riku. Ses yeux se remplissent peu à peu de larmes. Sa main vient s'accrocher au tissu des vêtements de son dernier protecteur. Elle s'y agrippe comme s'il était le dernier être à pouvoir lui faire garder la tête hors de l'eau. Ce qui semble être vrai, puisque personne ne croit plus que lui en elle, désormais. Elle a fait ses preuves... comme Miko. Personne ne l'a préparée à l'éventuel destin que lui réservait la vie. Et encore moins à un voyage à la rencontre de Kagutsuchi. Si elle ne lui convient pas, elle ne le rencontrera jamais... décevant la dernière personne qui à encore une confiance absolue en elle. Ame se raccroche à l'idée que Sôichirô n'a pas pu voir en elle une simple enfant perdue. Qu'il a su voir plus loin. Comme pour le Daimyo. Que s'il a cru en elle, c'est qu'il avait des raisons que sa raison ignore.




L-M-M-J-V-S-D



Dernière édition par Shimizu Ame le Ven 28 Fév - 16:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013
Age : 22

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: Qui es-tu pour oser troubler mon repos ? [Abandonné] Ven 28 Fév - 7:07



Déni






Ame commence à fatiguer. Elle n'aime pas particulièrement monter à cheval et elle trouve qu'il fait trop chaud pour avancer sous le ciel pour l'instant découvert. Toute cette histoire est une erreur. Une idiotie qui va la conduire elle-ne-sait-trop-où pour combler le vide des certitudes d'un Sohei trop orgueilleux. Le groupe est restreint. Ils ne sont que cinq: le Sohei, une prêtresse, deux prêtres et elle-même. Oui, il est idiot de déplacer plus de monde pour un événement qui n'aura pas lieu. Ils veulent déjà le remplacer... Cette pensée donne la nausée à la Miko ballottée par les pas lents de sa jument occasionnelle. Personne ne semble être capable de comprendre. Pour elle, personne n'est encore mort. Ils écrasent son souvenir avec leurs paroles agaçantes. Trouver un nouveau Kannushi... est-elle la seule à songer que tout ceci va trop vite ? Elle ne digère pas l'information. Rien n'y fait. Elle ne veut pas y croire, alors laissez-la. Dans le néant de ses émotions, elle cherche encore à se réveiller. Comme si tout ceci n'était qu'un long rêve dont personne ne donne l'impression de vouloir la tirer. Pourtant s'il dure trop longtemps, il va peut-être devenir que trop réel. En accord parfait avec ses pensées, le ciel se voile. Les nuages progressent plus vite que les montures et couvrent de leurs corps sombres les cieux. Des chevaux au galop, les sabots effrénés martèlent la couche sombre qui gronde au loin. Même les éléments sont contre cette ascension vide de sens. A quoi bon avancer quand tout vous dit de reculer. Ni eux ni elles n'ont envie de la voir continuer dans cette direction tracée par l'homme. Alors pourquoi tenir tête aux intempéries ? Elle n'aime pas ces vêtements trop masculin. Elle ressemble à une fausse samouraï, sans les pièces lourdes. Une fois encore, il y a erreur sur la personne. Quand est-ce qu'ils vont ouvrir les yeux. Du moins, Riku. N'est-il pas le seul à encore croire en elle de cette façon inconditionnelle ? D'autres ont soulevé l'idée qu'Ame devait succéder à son maître, mais cette proposition avait été écartée bien vite. La demoiselle était trop perdue à ce moment pour servir à quoique ce soit. Maintenant si les Kamis envoient des signes contre elle, rien ne force plus personne à poursuivre cette destinée qui n'a ni queue ni tête. Inexistante. Cause perdue. La jeune femme roule des yeux. Elle qui refuse de voir la mort de son cher Endô-sama, se voit forcée de marcher sur le faible espoir de le revoir revenir. Ironique quand elle y pense. Elle reste en retrait, avec l'animal qui ne semble pas plus rassurée qu'elle par l'orage qui s'approche toujours plus. Ame finit par rejoindre ses aînés sous l'espèce de presque-cave creusée dans la roche. Maigre espace qui les protégerait du vent et de la pluie qui ne va pas tarder à s'abattre sur leurs têtes. Elle pose enfin pied à terre, attache son cheval avec les autres avant d'aider le Sohei et l'un des prêtres à ramasser le plus de bois possible pour faire un feu.

Et bien évidemment, le bois ne court pas les rues ici. L'air est chaud et humide, facteur peu plaisant lorsque l'on est une demoiselle facilement malade. Si bien qu'elle se met à tousser. Ce qui la force à s'éloigner davantage des siens, faisant mine d'aller chercher de quoi alimenter le feu plus loin. Stratagème qui paraît fonctionner. Elle tâche de recouvrer son souffle. Chose qui met un peu de temps, mais qui finit toujours par arriver. Elle ne s'est pas rendue compte qu'ils sont déjà si loin... Elle se redresse, les hautes herbes lui chatouillant les chevilles. Son regard carmin se perd sur la plaine en contre bas. Un faisceau de lumière persiste entre les deux bras de l'orage. Illuminant une partie des prairies en dessous d'eux. Elle qui rêvait de voyages et d'autres paysages, une fois devant le fait accomplit, elle se sent traîtresse d'être là sans lui. Ils s'étaient promis des explorations qui maintenant n'auraient jamais lieu. Elle secoue la tête, sortant de sa contemplation. Qu'a-t-elle osé penser..? Bien sûr que si ! Ils iraient. Bien sûr puisque tout ceci n'est qu'un cauchemar. Ame finira bien par se réveiller dans son futon pour allumer les bougies. Elle essaie de s'en persuader. Ce qui n'est pas une tâche très difficile puisque c'est le fil qui la tient plus ou moins en vie depuis leur départ d'Hibana. Elle attend le moment où elle ouvrira les yeux avec la plus grande des impatiences. Une hâte dévorante et l'espoir que ce n'est qu'un tissu de mensonges cousus par les feux de son esprit. Franchement. Sôichirô mort ? C'est la pire des idées qui a su la traverser au cours de sa ridicule existence. A force de penser, l'averse a fini par arriver, commençant à tomber doucement sur sa tête. Elle hoquette de surprise, se dirigeant vers le rocher le plus rapidement possible, sans trop forcer sur l'effort.


« Ame ? Ame ? Dépêche-toi, petite ! Tu vas finir trempée ! »
« Oui, désolée, Riku-san. »
« Bouarf ! Ton bois n'est pas trop humide. Assied-toi, nous allons attendre qu'il cesse de pleuvoir pour reprendre. »
« D'accord..! »

Elle s'incline vers ses aînés avant de s'asseoir autour du feu encore éteint. Elle observe les flammes danser entre les doigts de la femme qui souffle dessus. Le feu de ses mains s'étire, venant s'accrocher aux brindilles sur sa route pour embrasser par la suite le bois. Ame esquisse un sourire admiratif vers la prêtresse qui lui rend son sourire sans se forcer. Le peu de personne qui l'accompagne croit en elle..? C'est étrange, mais cela renforce que plus son impression de songe. La demoiselle manque cruellement de confiance en elle ? Non, elle refuse simplement de voir la réalité. Est-ce que tout ceci est vraiment en train de se passer ? Elle prie. Elle prie en souhaitant que ce ne soit que son esprit qui lui joue un mauvais tour. Riku vient se mettre à côté d'elle après avoir distribué quelques vivres au groupe. La pluie écrase avec force ses gouttes sur le sol, alors qu'elle aperçoit les membres du cercle restreint par intermittence à cause des flashs des éclaires. Il gronde au-dessus de leurs têtes. Elle se laisser aller contre le Sohei, la fatigue l'ayant rattrapée. C'est d'un sommeil sans rêve, mais reposant dans lequel elle plonge.

Ils ont repris la route dès que l'orage s'est éloigné. Avançant avec précaution dans les chemins de terre boueux. Plus ils approchent, plus Ame est anxieuse. Ce rêve est quand même très bien ficelé... Il doit être le début de l'après midi quand elle a pu entrevoir les ruines du temple. Au moment où ses yeux couleur rubis se sont posés sur les ruines du vieux temple, elle a compris que tout ceci était bel et bien réel. Un sentiment s'est dès lors logé au fond d'elle. Hurlant qu'on lui laisse le champ libre.




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui es-tu pour oser troubler mon repos ? [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qui es-tu pour oser troubler mon repos ? [Abandonné]
» ~ Should I stay or should I go ?
» Pour un flirt avec toi... [Abandonné]
» CILLIAN ♦ « L’homme n’est pas né pour le repos. »
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..