AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013
Age : 22

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Mer 19 Mar - 21:51




Un début d'après-midi chaud à Setsu. Le Temple est calme, tout est calme. Ame feuillette des fiches l'air distraite. En fait, elle est ailleurs. Totalement dans le vague. Les jumelles font des aller-retours dans le bureau, s'affairant à leurs tâches en ricanant discrètement à diverses blagues qu'elles se lancent. La Kannushi observe le parchemin, les lettres n'ont pas vraiment de sens. Elle n'est que trop perturbée par les récents événements. Mariée... Une faible grimace se dessine sur son visage tandis qu'elle continue de rêvasser. Elle espère sincèrement ne pas se retrouver effacée par l'ombre du Daimyo. Ce nom qui lui brûle les lèvres à chaque fois qu'elle le prononce désormais. Non pas que cela lui déplaise, simplement que le sien prend soudainement une importance effroyable. Un bruit sourd lui parvient, avec autant de grâce qu'un bœuf dans un salon de thé. Elle arque joliment un sourcil en guise d'interrogation, jetant un regard accusateur aux jumelles qui plaide non coupable. Le shoji de son bureau se retrouve malmener par l'intervenant : un Sohei trop paniqué. Ame est sur la point de l'incendier calmement alors qu'il la coupe sans vergogne.

« Loués soient les Kamis, tu es là ! »
« ... » elle fronce les sourcils, n'appréciant pas tout à fait l'expression de l'homme, « Bien sûr... Où voulais-tu que je sois d'autre..? »
« Il faut sortir au plus vite, Ame ! »
« Plait-il..? »

Sans lui demander son avis, il l'attrape par le poignet et la force à se redresser. Il fait signe aux petites de le suivre aussi. Personne ne doit rester et Ame ne saisit pas du tout ce qu'il lui arrive. Elle s'évite une chute en passant par-dessus un meuble. Mais..? Elle n'a jamais vu Riku dans un état pareil. Ce dernier semble complètement fou, se trouvant à la limite de son sang-froid légendaire. Un autre bruit de pierres qu'on casse leur parvienne. Le sol sous les pieds de la frêle femme est à peine secoué.

« Totoro-san..? »
Ils sont devant les escaliers qui descendent dans un des nombreux couloirs du Temple.
« Je l'ai trouvée ! Rassemblez-vous pour la faire sortir ! » hurle-t-il avant de reprendre plus bas vers les trois filles, « Je ne pensais pas que cela serait possible... » il soulève Ame pour franchir les escaliers plus rapidement, « Les gardiens ont pris vie, Ame. Et ils s'en prennent à tout ce qui vit... »

Une grimace se dessine sur les lèvres de l'homme grisonnant qui la repose au sol. Akemi et Akali se pressent contre la dame, prise d'une soudaine panique. Traversant le couloir à une allure trop soutenue pour elle, ils finissent par atteindre la pièce centrale du Temple. À cet endroit, les piliers défoncés par les coups des trois Komainu paraissent à peine soutenir l'édifice. Miko, prêtres et Sohei luttent pour sauver leurs vies, celle d'un autre ou simplement repousser les bêtes. Sous le regard perplexe de la Kannushi, une scène des plus dramatiques est en train de se dérouler. Tirée de ses pensées par la secousse sur son bras, Ame se retrouve à devoir courir pour sortir. Elle réfléchit, comptant en silence le nombre de statues. Bien trop nombreuses pour les forces religieuses ? Elle ne saurait le dire. Entre celles qui sont à l'intérieur et celles qui trône à l'extérieur des temples d'Hibana... Son nez rencontre l'armure de Riku dans un "bong" assez sonore. Elle le frotte avant de redresser la tête. Personne ne semble s'être organisé... Pris au dépourvu par cette attaque interne. C'est un combat pour la survie, bien que la ville ne soit pas encore en miette et de loin.

« Faites sortir la Kannushi de la ville ! »
« Non... »
« Ame, je t'en prie, ne discute pas ! »
« Non. Si tu veux sortir de la ville, et bien vas-y, sors... Je dois protéger les habitants de cette ville et mon Temple... Tu n'as pas d'ordres à me donner, crois-moi, je te ferai pendre si tu contestes mes décisions une fois encore... » elle se défait de sa prise sur son poignet et se tourne vers les quelques sohei présents, « Je ne veux pas voir de jeunes moines seuls... Des divisions doivent défendre et évacuer les civils... Il leur faudra des guérisseurs et les moines trop jeunes pour prendre les armes aideront "au camp des réfugiés"... Essayez de rester groupés... Pendant que nous défendrons la ville... Allez..! Bougez... » la Kannushi se racle la gorge, « Riku, ton unité restera à défendre, puisque tu sembles si soucieux de me voir vivante, veille à ce que je le reste... »

Les ordres sont exécutés. Les jumelles suivent donc l'un des Sohei pour rejoindre un groupe à évacuer, à contre coeur. Ame sait qu'elle n'a rien d'une grande stratège militaire, mais elle a mis l'accent sur la protection des civils, des plus âgés et des plus jeunes. Les forces armées religieuses doivent pouvoir s'en sortir, du moins elle l'espère. Elle est sur la place devant son temple. Le temps semble ne plus avoir d'importance. Et l'étrange ambiance qui règne n'a rien en commun avec la belle journée qu'est ce jour. En contrebas du grand escalier, se tient Hibana. Elle ne comprend pas pourquoi les lions de pierre les attaquent. Auraient-ils fait quelque chose de mal ? Gekido va être fier d'elle, si elle se retrouve tuée par un Komainu... Quoi ? Mais pourquoi pense-t-elle à ça ? Elle secoue la tête, essayant de trouver une logique à tout ceci. Gardant un œil critique sur les bestioles pas si loin d'elle que cela.




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Mer 19 Mar - 22:46


    - C'est dans ces moments-là, mes amis, que le chemin que nous avons parcouru jusqu'ici prend toute son importance. Bientôt nous nous déploierons tous pour repousser la menace imminente, et nous montrerons au monde ce que nous valons réellement.


Enseveli sous son ample capuchon blanc, timidement illuminé par l'astre solaire se dressant au loin derrière les chaînes montagneuses des terres Fukyuu, Chomei se tenait là, droit, les bras croisés et face à ses trois hommes de mains qui adoptaient une posture non moins solennelle. Le trentenaire avait parlé d'un ton grave mais il restait néanmoins une once d'assurance dans sa voix.

    - J'espère qu'on ne se retrouvera pas contre du menu frottin, cette fois. Je suis curieux de connaître le visage de la Mort, et ainsi rejoindre les guerriers morts aux combats. Après tout, c'est eux qui ont forgé nos propres valeurs. Alors, dans le doute, Yuki-Onna, Byakko, Chomei, Adieu.


A peine Hannya eut-il prononcé ces mots qu'il disparu dans un bref torrent de flammes, ne laissant qu'une légère odeur agréable de brûlé derrière lui ; sa silhouette blanche n'était plus, il était déjà en route pour accomplir sa destinée.

    - Rendez-vous en enfers... J'ai hâte de botter du derrière, en tout cas.


Byakko suivit le mouvement, tapant fièrement du point sur son omoplate pour montrer que celle-ci s'était pleinement rétablie, et disparu à son tour sous quelque subterfuge propre aux ninjas. Subterfuge que Chomei même ne connaissait point, mais il n'en n'avait que faire ; bientôt il sentait l'aura électrisante de son acolyte se dissiper. Il ne restait plus que Yuki-Onna. Tous deux restèrent figés un instant. Chomei semblait la dévisager, la dévorer des yeux sous son formidable accoutrement qui inspirait autant la terreur que l'impressionnante dégaine d'Hannya. Même si Byakko était le plus terrifiant des trois - sans doute pour son manque de retenu et de maîtrise de Wajutsu, faisant de lui quelqu'un de vraisemblablement dangereux - Yuki-Onna avait raison d'intimider. C'est dans ces moments-là que le guerrier pouvait se féliciter de l'avoir à ses côtés. Ainsi il continuait de contempler son alliée en silence. Il semblait éprouver des difficultés à se détacher de ces douces songes qui lui rappelaient l'agréable soirée passée en sa compagnie. En fait, depuis le soufflet qu'elle lui avait infligé par nécessité, il ne lui avait guerre adressé la parole. Sans doute son regard avait changé vis-à-vis de son amie.

Un renaclement retentit. Virtuose, qui attendait non loin, commençait à s'impatienter. Le Hinnin retrouva alors subitement ses esprits, passant une main sur sa tête pour se masser les paupières. Il s'approcha alors lentement de son amie, se tenant toujours avec cette extrême droiture comme pour lui montrer qu'en ces temps de crise, il ne s'adressait pas en tant qu'ami, mais en tant que supérieur. Alors, il lui souffla ces derniers mots avant de tourner les talons.

    - Je suis immortel.


Une phrase. Trois mots. Une affirmation pour le moins présomptueuses. Mais on n'en attendait pas moins de celui qui avait endossé la responsabilité de succéder à une série de guerriers tous aussi sensationnels les uns que les autres. Chomei devait se montrer prétentieux, tel était son rôle : il devait inspirer la plus grande confiance à ses amis. Et par ces mots, il espérait faire comprendre à sa complice qu'il ne mourrait pas si facilement.

Il gratifia d'une légère tape sur la ganache de Virtuose et disparut, tandis que l'étalon se dirigeait vers sa maîtresse temporaire, à son service.

* * *



C'était la panique totale dans les rues. Jamais Hibana n'avait connu de telle agitation, sans nul doute. L'on entendait les foules hurler, désemparées. Leur panique augmentait un peu plus chaque minute au fur et à mesure que le brouhaha grandissait. Les coups de feu de la milice locale n'arrangeaient rien. Etait-ce une guerre civile ? Non. On apercevait des créatures en tout genre gambader çà et là, à la poursuite de civils qui prenaient leurs jambes à leur cou pour échapper aux griffes de ces prédateurs sortis d'on ne sait-où. Il était très difficile pour l'armée Setsu de les appréhender en plus de contrôler les foules. L'on voyait également les religieux fuir de leur propre bâtisse, poursuivi par des quadrupèdes dont le gabarit ne vous inspirait pas confiance.

La foule détalait l'avenue, prenant la poudre d'escampette, ne faisant pas même attention à cet homme vêtu de blanc qui leur faisait face et qui se retrouvait ensuite dos à dos avec les fuyards. Son ample manteau virevoletait aux soudaines brises causées par la course des civils proches. Ils étaient bien trop soucieux de leur survie pour intimer l'homme encapuchonné de faire demi-tour et de courir aussi. Mais lui restait là, attendant que l'avenue se vide de tous les civils. Il ne restait que lui, et cette imposante bestiole qui le reluquait de ses deux prunelles illuminées telles des citrines illuminées. Un regard des plus perçants et des plus intimidants, suivi d'un rugissement à vous pétrifier de terreur. Il se tenait à distance de Chomei, mais se rapprochait lentement, comme amusé par la situation. Cela se confirmait à la vue de son grand sourire carnassier, qui laissait paraître une belle rangée de canines imbibées de bave dégoulinant par molards sur le sol. Il rugit de nouveau.


L'homme rit doucement et fit comme un signe de tête au monstre. L'on ne pouvait pas voir son visage dont les traits étaient dissipés par les ténèbres, mais l'ont devinait qu'il se dessinait sur son regard comme un sourire en coin, un air de défi. Empoignant le fourreau de Lueur de sa main droite, il dégaina son katana très lentement, prononçant ses paroles :

    - Vivre par le sabre... Mourir par le sabre... Dégainer son sabre est la plus belle promesse de mort que l'on puisse faire à l'ennemi. Je tiens toujours mes promesses.


Ni une, ni deux, la bête chargea de tout son poids, rugissant, bondissant en direction de Chomei, prêt à n'en faire qu'une bouchée, le déchiqueter, le faire disparaître. L'homme ne perdit pas de temps pour s'élancer, bondissant lui aussi, expulsant un Kiaï non moins impressionnant que ce que la bête avait dans les tripes. L'affront commençait.


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yakuza Sorosoro

avatar

Non Joueur

Messages : 205
Date d'inscription : 11/02/2014

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Oyabun
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Ven 21 Mar - 21:13

Les cris s'élevaient, portés par le vent. Ils étaient faibles, decrescendo dans les vals et les collines, étouffés dans les nuages du ciel clair, mais on les devinait puissants là où ils émergeaient.
« Encore... des cris... des cris... encore... »
Un rire fluet, léger quoique guttural, s'ajouta au chant morbide du vent quand l'homme qui se trouvait allongé au bord du chemin se recroquevilla sur lui-même, s'enlaça avec puissance et envie jusqu'à coincer son nez dans son coude. Il somnolait encore et peinait visiblement à s'extirper de ses rêves que les bruits du lointain avaient rendu particulièrement prenants et bons. Ça se lisait sur son visage couvert d'une boue sèche et verdi par l'herbe, contusionné par endroit, tailladé en d'autres, qui se crispait quand il gémissait et se décrispait quand il riait. Il resserra encore son étreinte sur lui-même, jusqu'à ne plus être qu'une boule fœtale qui ne laissait plus un bout de sa chair à la portée du monde, amoureux de lui-même, les jambes repliées sur son ventre au milieu des herbes hautes et des fougères.

Pour une raison ou pour une autre, il se déplia soudain en se tenant l'estomac et se mit à chercher un appui inexistant à proximité. Il manqua de souffle, se traîna par terre et, tandis que sa langue faisait mine de bondir plusieurs fois hors de sa bouche, il s'attrapa le torse, se pencha de nouveau sur lui-même puis se tourna finalement sur le côté pour vomir. Aux cris s'ajoutèrent cette fois une régurgitation rêche et des jurons entrecoupés de remontées acides. Il se vida pendant cinq minutes et ouvrit les yeux ensuite, tirant sur la corde qui lui ceignait le cou.  

Il les referma vite quand il constata que le soleil brillait trop fort au-dessus de lui ; il se recoucha aussitôt, face contre terre, le poing fermé sur son front et se mit à gémir longuement, de douleur cette fois. Les cris lui donnaient à présent mal à la tête ; la lumière lui faisait fondre les yeux et l'herbe, dans laquelle il s'était lové avec plaisir plus tôt, lui piquait les flancs et les cuisses même à travers son manteau de peau. L'inconfort de la nuit qu'il avait passé le ressaisissait à mesure qu'il s'éveillait et qu'il recouvrait la mémoire. D'autres jurons éclatèrent lorsqu'il se mit sur les coudes et les genoux, lorsqu'il enfonça plus fort le front contre son poing, qu'il grimaça puis qu'il peina à se lever sur ses jambes. Elles étaient encore engourdies. Il finit cependant par se mettre debout.

Il chancela de cette façon jusqu'à la route en butant d'un pied traînant sur une bouteille vide. Quand il balada le regard sur la parcelle de terrain d'où il émergeait, il en trouva d'autres de la même sorte ainsi qu'une charrette renversée dont le brancard était brisé. Une roue manquait. Il la trouva en se retournant pour observer l'autre côté du chemin, où se tenaient également deux hommes visiblement assoupis. Leurs visages étaient amochés et si bien amochés que ça le fit sourire salement. Le rire que lui provoqua le mouton accroché par les quatre pattes à une branche d'arbre quand il fut apte à lever les yeux vers le ciel lui provoqua un mal de tête fulgurant qui le plia sitôt en deux. Il s’asséna des coups de la paume de la main sur le crâne jusqu'à ce que la douleur se taise. Ça ne fonctionna apparemment pas. D'autres jurons éclatèrent alors. Ils n'étaient pas de lui.

Un homme courrait sur la route comme si la peste le suivait de près. Mais il n'y avait rien derrière lui, sinon la silhouette d'Hibana. Sorosoro le regarda approcher en silence, se maintenant la tête du poignet. L'homme, haletant, lui hurla de ne pas se rendre en ville ; il passa devant lui en le conjurant de faire comme lui et de fuir les temples pour sa vie. Le jeune homme ne lui répondit pas. Il regardait la direction d'où il venait avec curiosité.
« C'est de là-bas que viennent les cris ? Demanda-t-il tandis que l'autre ralentissait sa course pour s'arrêter quelques mètres plus loin. Il le vit récupérer son souffle, les mains sur ses genoux ; il l'observa respirer comme un bœuf qu'on aurait trop malmené au fouet dans un réduit de planches dures.
- Oui ! Pauvre fou ! Les monstres ! Il y a des monstres ! Ce sont les gardiens ! Ils attaquent la ville ! Les Kami sont en colère ! » Sa voix était étranglée par la peur et le manque d'air. Il cracha. Le jeune homme regarda la tâche de suc dans la terre.
« Fuyez ! Dis l'autre encore avant de s'en repartir. N'y allez pas !! »

Le jeune homme le regarda reprendre sa course jusqu'à ce que de nouveaux cris, portés par le vent, ne lui reviennent aux oreilles. Il tira une nouvelle fois sur la corde de lin qui lui prenait le cou et se frotta le front du bas de la main, un sourire mauvais aux lèvres. Il remonta de derrière son dos le sandogasa qui y pendait et se l'ajusta sur la tête. La laîche tressée était abîmée, percée par l'accident de la nuit et tachée de sang. Il remercia sans mot dire d'un coup de pied dans les hanches les deux bonshommes qui dormaient toujours, à moins qu'ils ne fussent morts, et se mit en marche en direction de la ville aux temples en sifflotant. Il cessa vite de le faire cependant, courbé par la douleur du son dans sa tête.

Lorsqu'il atteignit les portes de la ville, l'idée de combattre la colère d'un Kami se lisait dans ses yeux ; ils étaient envieux de voir les monstres qu'on entendait avec peine dans la tohu-bohu de la foule. Il les cherchait en avançant d'un pas guilleret là où les habitants désinvestissaient la rue. Dans les alcôves, dans les croisements, dans l'horizon où se dressait le premier temple...




Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Mar 25 Mar - 13:49

À quelques rues de l'entrée du principal temple d'Hibana, suffisamment proche pour que des rugissement portés par le vent parviennent aux oreilles des religieux, Chomei et son imposant adversaire livraient une affrontement titanesque. Contrairement à ce que son poids pouvait laissé imaginé, la créature était rapide, précise et incroyablement réactive. Les coups de katana semblaient à peine l'égratigner tant son cuir était épais et, comme l'on pouvait s'y attendre, sa force était proportionnelle à sa taille. Les déambulations de Sorosoro dans la ville ne tardèrent pas à le mener dans la rue de l'affrontement, les rugissements de la créatures ayant pris le pas sur les cris paniqué de la foule.


Sur les trois Komainu luttant devant le temple Kaigen, deux avaient déjà pris congé des troupes religieuse pour semer le chaos librement dans la ville. La dernière créature, bien que saignant de nombreuses blessures semblait infatigable. Ce ne fut qu'après quelques victimes supplémentaires, venant agrémenter un tableau de chasse déjà bien rempli, que la créature s'effondra. Il se produisit alors un spectacle magnifique, tranchant avec la barbarie ambiante. Le corps du Yokai se changea en une myriade de boules lumineuses, semblables à des lucioles, et en une procession dorée les lumières regagnèrent le socle de la statue puis se rassemblèrent. Un instant plus tard, le Komainu était revenu à sa place d'origine et, comme le gardien de pierre qu'il aurait du rester, semblait protéger l'entrée du temple.
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013
Age : 22

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Sam 10 Mai - 14:44




Ame regarde les sphères lumineuses s'élever dans les airs, comme si la beauté de l'instant méritait le silence. La bouche entrouverte, les religieux présents restent subjugués le temps que le feu d'artifice se termine. La Kannushi est dans une bulle l'espace de maigres secondes, puis soudainement, le son lourd de la panique ambiante revient, lui mettant comme une gifle. Elle titube vaguement, esquissant un rictus mécontent. Elle fait craquer sa mâchoire, se tournant vers l'allée principale. Elle passe lentement sa main sur son visage, se demandant comment ils vont s'en sortir. Elle cherche des yeux les deux qui ont pris la fuite, pas du tout convaincue. Cette histoire allait être un pur massacre qui sera écrit et récrit dans les livres d'histoire. Et l'on pourra y lire l'incompétence de la Kannushi a venir en aide à son peuple. Ses mains se serrent lentement en poing, avant qu'elle ne prenne la direction du la grande rue. Vu le vacarme qui règne là-bas, ils devraient se dépêcher.

Le jeune femme se retourne une dernière fois sur les cadavres et le sang qui jonchent l'entrée du temple. Un légère soupire lui échappe, songeant déjà à la cérémonie en mémoire de tous ces pauvres gens et de ses courageux Sohei. Les différents groupes se sont séparés, certains courent après les deux qui ont pris congé alors qu'elle se dirige vers la rue centrale. Elle avance aussi vite que possible. Portée par le sentiment que là encore, cela sera un nouveau massacre. Le vieux Sohei se tourne vers elle en entendant le nouveau soupir. Ame peut lire dans son regard qu'il lui intime qu'ils auraient dû quitter la ville, la laisser aux Komainu. Trop nombreux, trop forts, trop épuisants. Elle secoue la tête, l'air déterminée à récupérer sa cité. Il est totalement hors de question de laisser des Yokais prendre possession de la ville sainte. Elle sent insultée d'être attaquée chez elle. Elle stoppe la marche face au combat qui se déroule sous ses yeux. Un gugusse, seul, face à une bête énorme qui ne semble pas prendre un seul coup dur. Elle fronce les sourcils. Les Sohei s'avancent pour venir en aide à l'homme alors qu'elle ignore comment venir en aide aux siens. Elle est prise de doute. Elle est si faible. Tellement insignifiante. La Kannushi de Setsu est risible. Belle et inutile. Quoi de mieux pour faire jaser un peu plus les autres Clans.


« Tâchez de l'immobiliser... » lâche-t-elle un peu plus fort.

Elle manque de conviction, malgré cela, elle fait en sorte de ne rien laisser paraître. La réincarnation tend les mains devant elle, paumes vers le ciel, tandis qu'une auréole chaude se forme sous l'énorme bestiole. Que Moegami lui en soit témoin, elle fait au mieux. Elle ferme les yeux canalisant son éruption. Espérant que la bête ne bouge pas trop le temps que le flamme s'en prennent à elle. Concentrée, elle ne peut s'empêcher d'être prise de doutes. Et si le Komainu est insensible au feu. Définitivement, Ame n'aura aucune utilité. Peut-être aurait-il du fuir. Elle se crispe, avant de souffler, tâchant de se concentrer sur la canalisation plutôt que sur ses peurs. La jolie Kannushi doit retrouver sa confiance en elle. Sinon, Hibana ne sera plus et sa notoriété prendra un coup sévère. Que dira son futur époux ? Rien de plus que ce qu'il a déjà dit : peut-être est-elle réellement incompétente..? Le vide. Elle doit faire le vide. Elle prend une grande inspiration et expire lentement. Le néant se crée en elle, alors qu'elle visualise mentalement la gerbe de flamme sous les pattes de la bestiole. Les hommes proches sentiront la chaleur grimper violemment, mais ils auront le temps de reculer à temps.




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Dim 11 Mai - 17:29



Le cri guerrier de l'homme en blanc lui avait permis de gagner un peu de temps. Quoique minime, cette latence générée par son Kiaï que ressentit la bête lui priva de toute anticipation l'espace de quelques millisecondes. Cet infime paramètre, aussi fin qu'un cheveux, permis à l'homme en blanc de se dégager de la charge bestiale en pivotant habilement. En fait il n'avait pas bondi. Non, il avait simplement attendu et le Yokai avait été victime d'une des frappes astrales les plus spectaculaires au point qu'il eut l'illusion de se confronter directement à son ennemi, comme si sa silhouette hurlante s'était imprimée sur ses rétines.

Etsuro en profita pour disparaître à un coin de rue, tombant nez à nez avec... Un sosie. Il n'était en effet pas difficile de mimer la dégaine du Pourfendeur du Temps. Il était à peine plus petit que Chomei et lui ressemblait comme deux gouttes d'eau puisque tous deux avaient le visage plongé dans les ténèbres.


    - Sois prudent. dit l'homme à sa réplique tandis qu'il continuait de s'engouffrer dans cette ruelle noire.


Tsutomu Aizen était un samouraï au service du clan Setsu. Du moins seulement en apparence. C'était également l'un des nombreux initiés de Kara qui se fondait aisément parmi la foule et qui dissimulait son talent exceptionnel au Katana et autres armes blanches. Sous la juridiction de Hannya - il était en effet plus facile de communiquer et surveiller quelqu'un lorsque l'on était du même clan - le samouraï avait été prévenu en temps et en heure de la venue du chef de Kara et avait pris les dispositions nécessaires : il fallait dissimuler au possible le véritable chef de l'organisation pour lui permettre de mener à bien ses desseins de la journée, en cette après-midi chaude digne d'un séjour en enfers.

Il s'élança, fort, brave, courageux en direction de la bestiole qui s'était remise de ses émotions. Il était un samouraï, il ne connaissait pas la peur. Mais il était littéralement débordé face à un Gardien dont le gabarit ne laissait aucune opportunité d'offensive. Tout ce que le guerrier blanc pouvait faire, c'était se faufiler çà et là de sorte à esquiver les charges et coups de griffes de l'ennemi. En vain. Trois traits parallèles aux couleurs du sang vinrent souiller le manteau immaculé de l'homme, alors que les moines guerriers accouraient. Les entailles avaient été profondes et avaient drastiquement drainé la vie d'Aizen au point qu'il s'effondra sur-le-champ, le sourire aux lèvres.


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yakuza Sorosoro

avatar

Non Joueur

Messages : 205
Date d'inscription : 11/02/2014

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Oyabun
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Dim 11 Mai - 23:12

Ce ne furent plus ni les cris ni la fuite des gens qui guidèrent ses pas. Il ne marcha plus. Là où il se trouvait à présent, on se battait ; on ne criait plus de peur, on hurlait de rage, de douleur, on encourageait, on appelait, on commandait, on conseillait, on se blessait, on saignait, on mourrait peut-être et cela suffit à retenir son attention.

Ses petits yeux brillaient comme de l'andrinople dans ce recoin sombre – et bien qu'à proximité du combat, on les devinait implorer pour se trouver plus près encore. Ils ne savaient pas où se poser tant l'action était saisissante, tant il y avait de choses intéressantes à voir, tant ils auraient voulu se délecter davantage de tout ce qui se passait devant eux. Ses mains tremblaient bien que figées dans un mouvement incertain tandis qu'il fouillait la scène du regard ; elles semblaient elles aussi réclamer à prendre part au jeu terrible auquel se livraient ces hommes et cette bête.

Sa figure se tordit pourtant d'insatisfaction. Et, plutôt que de se jeter dans la bagarre comme il semblait vouloir le faire, il haussa les épaules et tourna les mains paumes vers le ciel d'un air dédaigneux. L'excitation ne fut plus. Il cracha et se détourna pour s'enfoncer davantage dans la ruelle ; le métal des sabres claquait encore derrière lui.
« Nééé … C'est rien qu'un gros chien... »




Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Jeu 22 Mai - 20:44

Tandis que le guerrier au manteau blanc agonisait sur le sol, les Sohei entouraient le Gardien. Tandis qu'ils essayaient de le maintenir en place, deux d'entre eux s'écroulèrent agrémentant la liste, déjà longue, des morts de la journée. Finalement, la lave jaillit du sol, et, comme devenu fou, le Komainu bondit sur un côté, son pelage en partie calciné. Fou de rage et de douleur il bouscule plusieurs Shoei avant de courir en ligne droite dans la rue. Plusieurs coup de feu retentissent et la bête s'écroule finalement. Une division de fusillers accourt vers la Kannushi et ses guerriers tandis que la carcasse imposante de la créature se fond en une myriade de boule lumineuse qui, telle des lucioles, virevoltent dans la rue, se dirigeant lentement vers le temple. Ne s'arrêtant pas pour admirer le spectacle, le Taii de la division s'empressa de se porter près de la Kannushi et s'inclina devant elle.


Shimizu-sama. Il reste encore plusieurs Komainu en ville, à ce que je sais nos samurai en ont déjà tué deux, celui-ci est le troisième. Nous ne savons pas combien il en reste exactement, je dirai facilement une dizaine... Nous allons vous escorter hors de la ville pour vous mettre en sécurité, les autre troupes sont en train d'évacuer le plus d'habitants possible.


Alors qu'il achevait son rapport des exclamations se firent entendre certains soldats avaient reconnu le manteau blanc de l'homme qui avait affronté le Yokai, jusqu'à en mourir, et prétendaient qu'il s'agissait du chef de Kara, la mystérieuse organisation. D'autres s'exclamèrent car ils reconnaissaient le visage de l'homme : Tsutomu Aizen, un simple samurai du clan.


De son côté, le véritable chef de Kara s'enfonçait dans la ville et pu constater l’ampleur des dégâts causés par les statues supposés la protéger. Plusieurs bâtiments étaient en partie dévastés et de nombreux cadavres gisaient ça et là, tous humains. Si le spectacle était identique dans toute la ville le bilan devait déjà avoir dépassé les deux cent morts, sans compter les blessés et les dégâts matériels. Quel que soit le but du Pourfendeur du Temps, il ne lui serait difficile ni de trouver un Komainu, ni de trouver des personnes à secourir, les uns comme les autres n'étant pas des plus discrets.


Spoiler:
 


Dernière édition par Souteigai le Mer 25 Juin - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013
Age : 22

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Sam 14 Juin - 3:13



« Shimizu-sama. Il reste encore plusieurs Komainu en ville, à ce que je sais nos samurai en ont déjà tué deux, celui-ci est le troisième. Nous ne savons pas combien il en reste exactement, je dirai facilement une dizaine... Nous allons vous escorter hors de la ville pour vous mettre en sécurité, les autre troupes sont en train d'évacuer le plus d'habitants possible. »

Ame fronce les sourcils en dévisageant le Taii. Elle ne peut s'empêcher de froncer le nez lorsque Riku la pousse un peu dans sa direction. Elle tourne vivement la tête vers lui, avant de sentir sa poigne forte sur son poignet. Les quelques Sohei présents grimacent à la scène. Il a vraiment de la chance d'avoir cette place privilégiée dans le coeur de la Kannushi. Elle se fâche pour moins que ça d'habitude. Traînée contre son gré par l'aînée de sa garde rapprochée, Ame a du mal à suivre le rythme soutenu que lui impose la petite troupe. Elle finit par avoir la respiration brusque à trottiner derrière l'homme grisonnant. Un moine plus jeune la regarde en coin, l'air presque peiné pour elle, avant de finalement la soulever pour la porter. La dame passe doucement ses bras autour de son cou, alors qu'il la porte en princesse. On aurait pu jurer qu'elle allait tuer quelqu'un. Mais elle n'en fait rien. Se murant dans un silence profond, elle se contente de regarder le ciel.

L'odeur ocre de la mort lui chatouille le nez avec entêtement. Elle essaie de faire abstraction, mais il est vrai qu'il est difficile pour elle de la faire. Elle tente par la même occasion de se persuader qu'elle n'y est pour rien dans cette histoire. Bien qu'il est difficile de ne pas voir une punition violente de la part de Moegami. Ceci dit, elle ne sait pas ce qu'elle aurait pu faire de si terrible pour mériter un châtiment aussi puissant. Elle ferme les yeux. Déjà qu'elle a eu de la peine à se faire une place dans le coeur du peuple... désormais, il faudrait qu'elle soit digne... Épouser Gekido n'est peut-être pas une si mauvaise chose..? Elle pince les lèvres. Se laissant emporter où bon leur semblera. Visiblement, elle n'a pas son mot à dire. Ils préfèrent voir une cité en pièce plutôt qu'une Kannushi morte. Un choix qu'elle ne considère comme pas trop mauvais, au final.




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Dim 15 Juin - 19:11

Les chats se trompent rarement sur les choses. Hibana était en train d'être détruite lentement et d'elle-même. Les chiens de pierre se retournaient contre leurs maîtres de chair. Le Chaos est si prompt à être invoqué. Par qui, cependant ? Le secret demeurait dans l'ombre et les chats n'étaient pas ceux qui allaient aller contre cette fatalité. Delenda Hibana Est. Hibana doit être détruite. Ce chuchotement résonnait dans les oreilles de tous ceux assez proches pour l'entendre à moins que ce ne soit qu'une simple hallucination d'un esprit hors du temps. Hibana fut pourtant une belle cité, éclairée le soir par des lampions rougeoyants, des temples colorés et agréables à regarder, le son des prières toujours dans l'air. Comme il était dommage que tout ceci soit voué à l'oubli par la volonté de l'inconnu. Adieu joie qui parcourt les rues. Adieu rire des enfants alors que leur précepteur leur laissait un moment de libre. Adieu sacrifices rituels dans de petits autels.

L'enfant-Chat était partie le soir dernier alertée par une voix mystérieuse, une voix jusqu'alors jamais entendue. Quittant sa mère et ses félins, la fille sans passé avait emprunté un palanquin faisant appel à quelques porteurs. La mortelle statue s'était enfuie vers l'avant, traversant des villages à la tombé du soir, attirant les regard sans pour autant se montrer, ne faisant halte que pour reposer ses porteurs. La terre religieuse avait fini par s'ouvrir à elle, écartant un chemin sur son passage. Hibana, citadelle de la foi, futures ruines offertes à des gardiens fous. Hibana perdue, abandonnée, sans destin ni pensée. Aujourd'hui va-t-elle donc s'éteindre, sans que quiconque pose la question "pourquoi ?" convaincu de la déraison des dieux. Pourquoi les kamis continuent-ils à détruire ? Pourquoi les prie-t-on encore malgré tout ? Pourquoi avons-nous confiance en eux ? La déesse des murs attend, espère que les hommes comprendront leur erreur, alors elle offrira à l'homme ce que son ancêtre a refusé : la Paix.

Un palanquin norimono attendait près d'un petit pont, dans une rue. Au vue de la hauteur des poutres, et si l'on se fiait à la législation impériale, il devait être soit le transport d'un seigneur, soit celui d'une femme orgueilleuse. Au dessus de celui trônait une silhouette tricolore qui ressemblait à un chat, assis, le museau pointant vers l'avant. Le luxe avec lequel il était décoré indiquait que ses possesseurs étaient plus que de simples bourgeois enrichis, de véritables nobles. Malheureusement, les parois, fermées, empêchaient toute identification de la personne à qui appartenait cet utile objet. Une seule chose était sûre, cette présence n'était pas commune et attirait les regards de ce qui fuyaient, pas des attentions avides ou envieuses, juste un respect étrange dont il était impossible d'identifier la cause. C'était comme si, quelque chose, dans ce palanquin, attirait immanquablement la contemplation d'autrui. Passant outre les dangers et tout ce qui l'entourait, ce moyen de locomotion, somme toute très utile dans une ville en danger ne bougeait pas. Les porteurs étaient assis, à coté, frais et dispos après un sommeil tranquille au soleil du jour. Alors que les prêtres s'en rapprochait, le lieu étant sur leur chemin pour la sortie, alors seulement, une voix en sortit, étouffée par l'épaisseur l'instrument mais néanmoins claire et audible :

« Avez-vous besoin d'aide, ma dame ? »


Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Mer 25 Juin - 18:23

Tandis que l'escorte de la Kannushi Setsu avait presque atteint la sortie de la ville, alors qu'elle croisait le palanquin de la jeune Kannushi du Chat, la lutte en ville continuait. Plusieurs détonations se firent entendre, démontrant que l'armée de la ville avait sorti ses pièces d'artillerie pour combattre les créatures. Impossible néanmoins de savoir si cela leur suffirait pour reconquérir leur ville. Quelques colonnes de fumée dispersées prouvaient que le chaos ambiant avait déjà causé le début de plusieurs incendie en ville, si la situation n'était pas maîtrisée relativement rapidement il n'était pas impossible que la citée soit rayée de la carte.

Tandis que la passagère du palanquin s'adressait à la Kannushi, certains membres de sa suite hésitèrent à prendre la parole, dissuadés par le regard de leur dame ils décidèrent finalement de rester muet et d'attendre sa réponse. À voix très basse cependant, quelques uns parmi les soldats spéculaient sur l'identité de cette mystérieuse personne et ce qu'elle pouvait bien faire à attendre ici en voyant l'état désastreux de la ville. Une princesse attendant que son prétendant quitte les lieux ? Peut-être était-ce un Yokai venu les aider ou leur causer d'autres tords ? Comme personne ne savait vraiment, cette discussion murmurée était bien inutile, ce qui ne l'empêchait pourtant pas d'exister.
Revenir en haut Aller en bas
Shimizu Ame

avatar

Non Joueur

Messages : 305
Date d'inscription : 08/07/2013
Age : 22

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: -
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Jeu 7 Aoû - 12:49



Ame se tend. Plait-il ? Elle besoin d'aide ? Non, absolument pas. Ce n'est pas comme si la cité sainte était en train d'être mise à feu et à sang. Elle s'accroche un peu plus à son porteur avant de lui faire signe de la poser. La Kannushi de Setsu reprend pieds sans trop de mal, s'éclaircit la voix. L'un de ses sourcils se arquant avec grâce, alors qu'un rictus agacé se forme sur ses lèvres. La sueur, la poussière, le sang et la fatigue ornent la Dame à merveille. Des pièces que l'on n'aurait jamais pensé qu'elle porterait un jour. Elle examine le palanquin avec attention, sachant parfaitement sur quel pied danser. Peu importe la nature de l'être qui se cache derrière le rideau, elle est ici chez elle. Et de ce fait, la promise du Seigneur ne se gênera pas pour imposer ses manières. Peu importe l'envie, l'entente ou qu'importe. Les choses seront faites comme elle l'entend et pas autrement.

« Besoin d'aide..? C'est une plaisanterie de mauvais goût..? Tout se passe à merveille ici... Il n'y a ni Yokai, ni morts... Qui êtes-vous..? Je me fiche de votre rang, vous arrivez telle une princesse sur un champ de bataille... tss... Ce qui est d'une part ridicule et de l'autre totalement inapproprié... Montrez-vous... Avant que je ne m'agace réellement... »

Elle tourne ensuite la tête vers son minuscule détachement, maintenant elle est en colère. Pour de bon. Elle a peur pour les siens, on la prend de haut. Impuissante. Voilà. Elle est totalement impuissante. Son regard rougeoyant se pose sur le Taii, et sans autre forme de politesse :

« Est-ce que l'un d'entre vous est capable de me donner des informations sur la situation ou dois-je y retourner moi-même..? J'aimerais que l'on règle le problème AVANT de sauver ma peau... Oh non, je ne veux pas entendre que vous avez reçu l'ordre de me garder en vie... Cela n'a pas d'importance si tous les moines de ces temples sont sacrifiés pour une seule personne... Personne qui trouvera un remplaçant sans le moindre soucis... Moegami n'a pas pour but de laisser son peuple sans réincarnation... Alors maintenant, je veux que les choses bougent... » lâche-t-elle, froidement.




L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Dim 7 Sep - 12:31

Le doute s'installe devant cette présence incongrue. La ville continue de brûler. Ce palanquin brûlerait bien, lui-aussi, sans doute, enfin il ne fait que sembler. Il est difficile de se prononcer sur ce qui pourrait réellement arriver, après tout son existence même ne semblerait que théorie. Néanmoins, ces quatre porteurs sont effectivement là, cette effigie de chat, si haut qu'on croirait la voir bouger est ici elle aussi. Que peut donc être cet étrange objet, cette étrange dorure couvert de pourpre de de fleurs ? Qui pourrait donc être à ce point orgueilleuse pour se promener sur un palanquin aussi grand que celui du seigneur Setsu lui-même ? Le vent, porteur de cendre secoue un instant les pans sans réussir à en révéler l’intérieur, seul en ressort un emblème impérial, léger, caché parmi les entrelacs. Pendant ce temps, le feu brille au loin. Les nuages du ciel en semblent eux-même éclaboussés, vermillon. Peut-être les flammes se sont-elles répandues jusqu'au ciel où ne sont plus que des jouets ? Soupir... La mort se promène, elle aussi. Combien d'innocent sont-ils déjà partis ? Combien de coupables déjà punis ? L'orange est meurtrier, il se moque bien de qui vous êtes. La pierre est douce, violente, maison et prison à la fois. Pauvres maudits. La confiance est déjà partie depuis longtemps pour laisser la place aux armes. Les soldats chuchotent entre eux. La peur, doux malheur. La prêtresse dépose enfin ses pieds sur le sol, un sol noir sans doute. Elle est là, rougeoyante. Là, colère. Là, sang. Elle parle. Elle vocifère. Crie-t-elle ou sa voix est-elle posée et sûre ? Elle est déjà reine, auréolée de morts encore en vie. Hibana est en feu. Miseki est ridicule.

« Dans ce cas, douce reine, à quoi sert de parler ?
Pourquoi ne pas alors, simplement, accepter ?  »
murmure une seconde voix, plus douce, plus obscure, plus sombre.

On ne l'entend pas. La reine sans trône (encore) continue, tournant la tête vers ses hommes. Telle est la colère de Moegami. La pluie avive le feu grégeois. Le destin tourne son visage, couvert de l'infortune des hommes, vers la scène qui se déroule. Il se délecte du sang déjà versé, des corps déjà démantibulés. Cela était inévitable. L'imprévu est un menteur. Panique et Destruction dansent si bien ensemble. L'effroi, sans cesse. Tout, comme du sable, nous glisse des mains sans que quelque geste que ce soit ne puisse nous en prémunir. En un sens, peut-être tout est-il déjà terminé ailleurs malgré les mots de la Pluie ardente, de la nuée ardente. Se présente enfin le contrat, la difficulté :

« Ce palanquin est sacré, protégé. Sauve, si vous y montez. Ainsi, ces hommes pourront partir aider contre ces difficultés. À vous tient le choix. »

Un invitation à venir. Un invitation à mourir ? Seuls les murs le savent éventuellement. Le rideau protégeant le palanquin se soulève doucement, ne dévoilant qu'une place libre dans une lumière tamisée, violacée. Osera-t-elle ? Il n'y a qu'une place à prendre et il n'y en aura plus lorsque le palanquin repartira. Pouvons-nous vraiment faire confiance à étrangers. Le sceau impérial ? Peut-ce être des yokais ? Tant doute mais néanmoins un choix à faire. L'obstination ne sauvera personne. Les démons déchaînés vont venir, un jour. Serez-vous là pour sauver ? Serez-vous en la victime ? Les question reviennent tel le ressac des flammes.


Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Mar 18 Nov - 22:14

Ce fut sur cette étrange scène qu'une lumière aveuglante tomba, tel un linceul sur un tombeau. Repartant après quelques instants, chacun tenta de comprendre ce qu'il venait de se passer. Non loin de là, en ville, chaque gardien de pierre s'estompait et se reformait sur son socle d'origine. Il ne restait plus qu'à maîtriser les débuts d'incendies pour en finir avec ce chaos.

Bien vite cependant, trop vite, un nouveau mal frappa les hommes. Dans un même mouvement, la moitié des individus présents à cette étrange rencontre s'écroulèrent, ne laissant qu'une incompréhension totale à ceux encore debout. La Kannushi du clan, Shimizu Ame, faisait parti des victimes de ce nouveau maléfice. Lorsqu'un cavalier arriva de la ville apporter des nouvelles, peu furent ceux qui lui prêtèrent attention, tous trop occuper à essayer, en vain, de réveiller leur précieuse guide spirituelle.

[Suite à ce post, vous disposez d'un tour optionnel pour réagir. Après, ce sujet sera clos.]
Revenir en haut Aller en bas
Zenmyo Miseki

avatar

Kannushi

Messages : 520
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 103

Feuille personnage
Age: 15
Titre: Kannushi sans Seigneur
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens. Mar 25 Nov - 16:37

Étrange scène. Malheur qui s'abat. Le temps s'écoule et ne s'arrête pas. L'éclat d'un rayon se répandit comme une comète sur un ciel ouvert délaissé de nuage. Le Soleil avait ouvert ses bras montrant sa laideur intrinsèque. Il était trop tard, beaucoup trop tard. La roue des événements qui s'enchaîne sans répit qui écrase le monde sous ses ouvrages impies avait tourné une fois encore, condamnant le monde sous sa douloureuse pluie d'or. Les chats levèrent la tête, contemplant un ciel qu'eux pas plus que tout autre n'aurait du pouvoir voir. Les miaulement s’élevèrent soudain. Même la prétendue statue de son palanquin levait le visage, immobile comme un geisha dont le destin est prêt à s'accomplir. C'est à ce moment qui sonne le glas de tout espoir. Un silence. Puis des gens tombent en un même instant, privés tous de leur âme de mouvement. Oui, il est trop tard. Le palanquin glisse sur le sol et frappe les pavés de son bois ouvragé, les porteurs s'étant effondrés. Les sohei glissent, perdus par la nouvelle tandis que leur dame, leur maîtresse s'effondre touché par ce mal inconnu. Quatre mots :

« Il est trop tard. »

Seul le silence lui répond, charriant par ses flots limpides les échos des incendies meurtriers de la ville. Ceux qui devaient l'éteindre, sauver la cité, deviennent la victime de leur sensible civilité. À quoi ressemblera Hibana désormais ? À une ville noire, couverte de mort et de cendre, à l'image de ces capitales antiques d'avant l'Enfer que de temps en temps on croise au détour d'une montagne, à un rêve de grandeur, à l'ambition d'un seigneur qui désormais ont glissé parmi leurs songes comme propre pantins de leurs pensées. Que signifie donc tout cela ? C'est une question que murmurent les lèvres miséreuse, ceux qui autrefois étaient riches mais qui ont désormais tout perdu. Le silence, tel qu'il est, est leur seule réponse, poussant avec lui des cris qui ne semblent plus humains. Ce sont les cris de la douleur qui se niche en chaque ventre et attendant sans cesse, sans patiente, le jour où son destin vient se réaliser, attendant sans cesse, le jour où le chaos vient le faire émerger. Pure ironie que celle du malheur qui touche tout et tout le monde. Pure agonie que celle du rire qui vient prendre en dû les lèvres des gens que la folie a submergé sous la pesanteur du monde. C'est la fin. Peut-être, peut-être que ces gens ne se trompent pas finalement. Il s'agirait vraisemblablement que la conclusion d'une longue série d'histoire. Une prison dorée, argentée, où enfermer le son. Lentement tous les mots perdent leur sens face aux malheur que vivent ces pauvres hères. Haine, larmes, sang, tout se mélange sans trouver d'acceptable deuil. Il n'y a pas d'aboutissement, juste un moment où tout devient trop, où tout devient trop...

« La dame victime de sa propre défiance,
Dans la torpeur complète, a sombré toute seule.
Il n'y a désormais plus aucune espérance,
Partons, confions-la à son triste linceul. »


En un miaulement de défis, sans un regard de personne, tous occupés, la triste échouée, le chat qui était auparavant porté par le palanquin en descend et le saisissant dans une de ses pattes, s'enfuit en silence dans l'obscurité du soir naissant. L'après-midi agréable était passé, ou peut-être s'était-il éternisé dans le songe d'une rêveuse.


Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Event - Terminé] La Révolte des Gardiens.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event - Terminé] La Révolte des Gardiens.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Event - Terminé] à la croisée du chemin.
» [Event - Terminé] L'heure de la chasse a sonnée
» EVENT ✖ « Révolte à Alabasta » B
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..