AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L’œil avenant de Gekigami

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shigeru Juubei

avatar

Taisa

Messages : 177
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 38 ans
Titre: /
Liens:

MessageSujet: L’œil avenant de Gekigami Mer 9 Avr - 23:24

Suant à grosses gouttes sous le soleil pâle, Juubei avait du mal à amortir les brusques ondulations que lui provoquaient la monte. Quelques jours plus tôt, il avait reçu le poids d'un Kusari-gama en plein dos et trois jours de repos brut n'avait pas suivi à la réparation des tissus abîmés. En effet, de retour à la caserne, il ne pouvait que difficilement supporter le poids de sa hache Masakari, alors son armure...En bref, le pauvre ne pouvait ni partir en mission, ni entraîner ses divisions dans un état pareil.

Or, pensait-il souvent à Inuko, d'avantage que d'habitude, et de façon bien plus persistante. Quoi de plus anormal après lui avoir volé un baiser, et il lui arrivait de caresser encore ses lèvres, de vouloir recommencer. Il se disait alors avec une mine triste que ce n'était pas saint et qu'il devait l'oublier.

Malheureusement, Juubei n'était pas amoureux de la veille. Et comme sa douce devait voyager seule en ce moment, il s'était dit lors d'un moment d'ennui que les jours de repos qu'il s'était accordé pour guérir pouvait bien constituer un séjour au temple principal où il pourrait prier pour elle.

Qu'est-ce qu'il lui avait pris ? Il ruinait toutes ses chances de se rétablir promptement...M'enfin. Ainsi avançait-il, croulant de chaleur sur son cheval et tentant parfois, pour se soulager, de forcer la raideur maladive de son dos pour adopter une posture descente à l'équitation. Sans grand succès.

"Arrêtons nous là, j'en peux plus."ordonna-t-il à la bête qui le supportait, alors qu'en tant normal, on s'arrêtait pour reposer les bêtes.

Le guerrier descendit de selle et laissa le hongre gris paître à sa convenance. Comme Juubei empestait la sueur à cause de l'effort et de la douleur, il décida de se rafraîchir après s'être étiré et se dirigea vers un ruisseau non loin. Il déposa ses affaires et puisa l'eau dans le creux de ses deux mains jointes pour s'en arroser le visage et le dos, surtout le dos. Le presque-quarantenaire ne le voyait pas, mais il le sentait très bien. Il devait avoir un œdème plus gros qu'un œuf de dragon ! L'eau amie lui procura un peu de cette fraîcheur qu'il était venu chercher, mais le soulagement fut de courte durée.

S'expulsant des bois à une vitesse folle, sa monture avait accouru jusqu'à lui, apparemment terrifiée. Elle se cabrait, ruait, l’œil fou et hagard.

"Ow ! Ow ! Calme-toi !"lui lança Juubei avec maladresse avant d'esquiver un coup de sabot de justesse. Il s'aperçut que la bête avait une corde pendante à l'encolure, juste avant qu'elle ne taille la route. "Oh, non..."

Il n'avait jamais aimé les canassons, surtout leurs humeurs qu'il ne pouvait contrôler même en se montrant autoritaire. Leurs colères et leurs terreurs étaient toujours impressionantes...Ces bestiaux, il n'avait appris à les maîtriser que très tard et sur le tas, alors qu'il était déjà un homme fait avec ses petites habitudes. Voilà pourquoi il n'avait pas la technique nécessaire pour gérer une telle crise.

Bon. Le canasson, Juubei ne pouvait pas courir après. Par contre, les bandits qui avaient tenté de le lui ravir, eux, ils pouvaient facilement le retrouver lui, surtout s'il s'éternisait ici. Il ne pouvait rien faire seul, il n'avait pas de subalterne avec lui et s'il tombait sur une dizaine d'adversaires, il était foutu. Surtout qu'il se promenait sans son arme de prédilection. Il décida de tailler la route, lui aussi.

Les bois n'étaient pas très accueillants avec leurs ronces et leurs racines traîtresses, mais Juubei était content de ne plus avoir à supporter les soubresauts de l'équitation. Son dos respirait mieux à présent, et le temple n'était plus très loin....Après dix heures de route, il pouvait s'estimer heureux. Sa monture avait tracé une piste très fraîche. En effet, elle avait brisé des branches, écrasé des plantes sans autre forme de procès. Il était quasiment sûr de la retrouver au temple.

Elle y était, bien évidement, et accompagnée d'une jeune et jolie créature. Une jeune fille, certainement une prêtresse. La bête avait alors l'air bien plus calme, comme si sa présence l'avait rasséréner d'un coup.

"Je vois que ça apprécie plus les jouvencelles que les frères d'armes...Sale bête !"soupira-t-il après s'être épongé le front sur son poignet.

Il y avait aussi un garçon derrière elle, la joue écrasée sur sa main qui avait l'air de se faire profondément chi...Certainement était-il lui aussi cassé par ses aventures. Juubei s'approcha d'eux, mal assuré.

"Mes salutations, jeunes gens. Auriez-vous une petite place pour un humble convalescent de plus ?"
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Mar 17 Juin - 13:37

Je sors de la salle d'audience en me frottant les yeux pour chasser la fatigue. Les réunions entre prêtres sont loin d'être intéressantes, mais elles sont nécessaires et ont des répercussions importantes sur la vie au Temple et des fois, dans tout Geki. En plus, une telle rencontre me demande une concentration hors du commun et une attention presque inhumaine. J'ai déjà perdu de gros bouts de conversations juste parce que j'avais cligné des yeux au mauvais moment. Heureusement, ma servante rapporte sur papier la plupart des choses que je manque.

Je délaisse mes yeux et commence à me masser les tempes pour chasser le mal de tête qui débute. Kyomi me laisse faire et me pousse doucement dans le dos pour me guider jusqu'à mes appartements. C'est toujours la même routine: elle me prépare un thé à l'apparence et au goût pas très ragoutants, mais qui apaise la douleur et clarifie les esprits. Ensuite, nous "discutons" un peu de tout et de rien, le temps que le thé fasse son effet, et ensuite je sors dans les jardins, dont un coin a été réaménagé pour servir de terrain d'entraînement au tir à l'arc, et je passe une heure ou deux à m'entraîner.

Seulement, aujourd'hui, quand nous nous apprêtons à sortir, Kyomi s'arrête brusquement. Elle s'approche du balcon et je la suis en fronçant les sourcils. Elle a dû entendre un bruit suspect. Nous aperçevons toutes les deux un homme qui se dirige vers le temple d'une démarche étrange. Il semble blessé.
Je me tourne vers Kyomi et claque des doigts en pointant la porte. Elle comprend, hoche la tête et quitte la pièce. J'en fais autant, mais contrairement à elle je me dirige vers la sortie du temple, pour aller voir l'homme blessé.

En quelques minutes je suis dehors, mais alors que je me dirige vers l'étranger, un cheval sort en trombe de la forêt qui borde le temple et fonce vers nous. Je ne perds pas mon calme et dès qu'il est assez près, je saisis sa bride et l'immobilise d'un mouvement sec. Le canasson se cambre et tente de m'échapper, mais je parviens après un moment à le calmer. Je remarque la corde qui pend à son cou et la défait dans un geste rapide et précis. Le cheval a failli se faire voler, les bandits ne doivent pas être loin. Je vois le feuillage bouger tout près de nous et je serre le poing avec méfiance, prête à éléctrocuter ce qui se dirige vers nous.

J'ai failli le faire, vraiment, mais je m'en suis abstenue à la dernière seconde. Un homme seul jaillit de la forêt, et je remarque d'abord qu'il est épuisé. Depuis combien de temps poursuit-il le cheval? Ensuite, la couleur de ses cheveux, qui est plus qu'intriguante. Enfin, qu'il semble blessé. Il s'approche sans aucune peur, sans même avoir l'air menaçant. D'une façon toute naturelle, il demande si on peut l'héberger au Temple. Doucement, je suis saisis le bras et le force à se retourner. Mes doutes se confirment: il est blessé assez gravement au dos.

Je le lâche, recule un peu, le pointe lui, puis l'autre homme, fais quelques pas vers le Temple, puis leur fais digne de me suivre. Je continue ma route vers le temple, demandant rapidement au premier serviteur qui passe de s'occuper du cheval. Je me demande vraiment qui sont ces hommes...


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Lun 7 Juil - 16:48


Daïshiro se tenait là, accoudé sur ses propres jambes, assis n'importe comment en tailleure et affichant un air de gros paresseux qui ne comprenait plus rien au sens de la vie. Ses yeux mi-clos laissaient même croire qu'il était complètement inatentif à son entourage. Un air de désolation profonde se lisait rien qu'à voir dans la posture dans laquelle il était. Presque recroquevillé sur lui-même, il avait quasiment perdu toute estime de lui.

Le visage de cette kunoïchi, si bien artificiel fut-il, hantait son esprit au point de s'être imprimé sur ses rétines. Elle ne voulait pas dégager de sa tête, elle qui lui avait sauvé la mise alors qu'ils étaient probablement ennemis. C'était un coup dur pour le Chûnin et il ressentait chaque pensée à son encontre comme un poque dans le myocarde. Puis il pensa à Akimune et Fumiko, ses deux camarades qui étaient absents et dont il avait bien besoin histoire de se requinquer. Mais non, à la place il était coincé dans ce temple et même s'il se remettait très vite de ses blessures, son moral, lui, était au plus bas. Et il creusait, encore, encore...

Un renaclement le tire de ses obnubilations. Un étalon arrivait en trombe devant le temple, affolé et mécontent. Encore un coup de poisse : le mioche ne s'y connaissait pas avec les animaux, et cette fois c'était Etsuro qui fusa dans son esprit. Comme s'il avait aimé qu'il soit là pour montrer comment calmer la bête. Mais il n'était pas le seul à pouvoir faire ça : la Kannushi qui avait subitement détalé suite au bruit. Mais son expression de peur ne venait pas du noble destrier à qui on avait passé la corde de cou dans l'espoir de le maîtriser, mais elle venait de cette homme blond dont la démarche ne laissait rien penser de joyeux. Il était blessé. Au fur et à mesure qu'il s'approchait, Daïshiro reconnut Shigeru-dono, l'un des taisa de son propre clan. Être ninja, ça avait ses avantages, parfois : on connaissait beaucoup de monde, mais l'inverse n'était pas forcément vrai. Sans compter que le gamin avait son double jeu avec Kara...

Son humeur changea subitement lorsqu'il aperçut le dos de Juubei. Il avait du mal à garder son calme dans ce genre de situation, alors, tout excité, il se hâta subitement pour suivre la Kannushi et le pauvre homme.


    - Vache, toi on t'a pas loupé... dit-il à l'attention du blond, d'un air amusé. J'irais bien leur casser le nez à ceux qui t'ont fait ça, mais j'préfère éviter de faire des pirouettes le temps qu'mon épaule soit remise, tu comprends.
Revenir en haut Aller en bas
Shigeru Juubei

avatar

Taisa

Messages : 177
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 38 ans
Titre: /
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Lun 14 Juil - 3:19


La jeune fille savait y faire avec les animaux. Le canasson paraissait calme, était presque immobile. Le tirant doucement, elle vint ensuite à la rencontre de Juubei sans mot dire et il haussa un sourcil. Pas de salutation ? Pas de présentation ? Cette prêtresse était bien étrange. Doucement, elle l'invita à se retourner, et très sincèrement, si le toucher sans passer par la case présentation le gênait d'habitude, il se rendit compte qu'il n'avait rien à craindre de cette petite taciturne. Il obéit et se retourna le plus calmement du monde.

Dans son dos, vers le bas des trapèzes, une énorme bosse était apparue, apparemment due à un traumatisme récent. Ce n'était pas très grave, il était venu au temple pour se reposer et sans doute en repartirait-il guéri. Mais voir la jeune prêtresse si concentrée piqua la curiosité du jeune garçon qui se déplaça jusqu'à lui.

Sans aucune animosité, Juubei se rhabilla avant de suivre la prêtresse sous sa demande, à présent que l'on s'occupait de son cheval. Le petit avait gardé le silence jusque là, mais espiègle, il vint trouver le grand blond pour lui dire qu'il était blessé lui aussi mais qu'il aurait bien voulu corriger ceux qui avait esquinté le colonel. Juubei esquissa alors un sourire où se mêlait amusement et franchise, puis porta sa grande main sur le sommet du crâne du gamin pour l'ébouriffer.

"Ah ! Un petit bagarreur ! Tu sais vraiment te battre au moins ? Ou ton épaule ne s'est blessée que par accident ?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Mar 23 Sep - 3:07

L'homme aux cheveux blonds me suit sans rechigner. Avant d'entrer dans le temple, je laisse le cheval à d'autres prêtres et poursuis ma marche vers l'intérieur. Le temple Koumyou est doté d'une grande salle et d'un jardin réservé uniquement au peuple et ceux qui n'ont pas de toit pour la nuit peuvent y rester quelques jours, en échange d'un peu de travail pour les prêtres, ou être soignés s'ils sont blessés au combat ou au travail, mais c'est quelque chose que nous faisons gratuitement.

Aujourd'hui, la salle est assez pleine. J'aide l'homme à marcher jusque dans le jardin, après l'avoir laissé parler à un gamin, mais dès que nous nous remettons en route, je m'assure que je le jeune ne nous suive pas en faisant signe aux servantes de le garder à l'intérieur. Ce n'est pas une bonne idée de les laisser s'agiter, l'un comme l'autre, à cause de leurs blessures.

J'aide l'homme blond à s'asseoir sur une grande pierre plate. Kyomi me rejoint et attend mes ordres. Je point l'homme et elle comprend très vite. Elle s'adresse au Taisa:

-Nadeshige-san aimerait connaître votre nom et ce qui vous est arrivé.

Tout en surveillant attentivement une réponse, je redécouvre encore une fois le dos de l'homme blond et donc sa blessure. Je grimace. Ce n'est pas joli à voir du tout. Il va falloir utiliser beaucoup d'onguents, de médecine et peut-être même de pouvoir divin... oui je sais, ça parait bizarre, mais à la bonne puissance, la foudre de Gekigami peut aider à guérir! Quoique je ne maîtrise pas vraiment, alors je vais laisser tomber. Oui, vu la tenue du blessé, je sais qu'il est un peu plus haut dans la hiérarchie et pour ça je préfère m'en occuper moi-même. De un, parce que ça me permet de m'occuper et de faire autre chose que de participer à des conseils. Et de deux, je peux m'informer sur le reste de l'actualité de Kenshu, par le biais de généraux et de gens bien plus impliqués. En tant que Kannushi, j'y tiens.

Du coin de l'oeil, je vois ma servante froncer les sourcils.

-La Kannushi prend le temps de vous soigner elle-même... vous devriez être honoré.

Je lève la main pour la faire taire. Je n'aime pas être couverte d'honneur ainsi, je déteste ça même. Kyomi baisse la tête.

-Pardonnez-moi, Nadeshige-san...

Je l'envoie chercher le matériel qu'il me manque avec sévérité et elle retourne dans le temple rapidement. Il faudra nettoyer cette plaie, avant d'y appliquer quoi que ce soit...


Revenir en haut Aller en bas
Shigeru Juubei

avatar

Taisa

Messages : 177
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 38 ans
Titre: /
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Lun 29 Sep - 13:27

Après avoir plaisanté avec le gamin, Juubei le salua pour suivre la jeune prêtresse. Elle lui fit traverser sans crainte une grande salle pleine à craquer de malades et de blessés. Hommes, femmes, enfants, ils étaient tous recueillis par le temple et il fut heureux de constater que Gekigami ne laissaient pas ses disciples les plus miséreux dehors où il pourrait leur arriver tant de choses. La petite prêtresse était d'ailleurs très attentionnée, lui tenait le bras comme s'il ne pouvait plus marcher et ça le gênait un peu, mais elle était si mignonne et si innocente qu'il ne voyait pas comment le lui dire. Alors, il se laissait guider, comme ça, en découvrant une énième fois les lieux.

Elle le fit s’asseoir sur une grande pierre plate et une autre servante la rejoignit presque aussitôt. Dès qu'elle l'eut vue, la première pointa son index vers Juubei qui lui lança un regard interrogateur en retour. Ce fut le moment que choisit la seconde pour lui demander son nom et les événements qui l'avaient conduit ici.

"Oh, pardon ! Je manque à tous mes devoirs, décidement... Je suis Shigeru Juubei, Taisa de l'armée Kenshu qui officie principalement à la capitale. Enchanté, jeunes filles."

La première- Nadeshige-san, donc-n'eut pas l'air de l'écouter, curieusement. Elle était dans son dos, à contempler sa blessure. Boarf, il n'allait pas lui en vouloir. Il sourit.

"En fait, je ne viens pas spécialement pour me reposer après différents affrontements, je suis surtout là pour prier pour le salut d'une...amie, particulièrement perdue ces derniers temps. Mais en chemin, j'ai été attaqué et ma plaie s'est rouverte. Ce n'est rien, vraiment. J'en ai vu des bien pires. Mais je vous suis reconnaissant de prendre de votre temps pour m'aider à me soigner. Vraiment."poursuivit Juubei en esquissant un sourire charmeur, un peu gêné."Deux jeunes et jolies filles à mes petits soins....Un homme tel que moi ne pourrait rêver mieux. Hahaha !"
"La Kannushi prend le temps de vous soigner elle-même... vous devriez être honoré.

Juubei ouvrit les yeux en grand. Tout à coup, il quitta la pierre pour s'incliner, ignorant sa blessure, devant Nadeshige Hitoko. Ce fut un peu comme si son honneur l'avait prit par le col et l'avait renversé au sol pour qu'il fasse son devoir. Il eut le front dans la poussière, consterné. Alors, il n'eut pu voir que Hitoko faisait taire sa subordonnée d'un signe de main.

"Veuillez m'excuser, ô divine réincarnation du Grand Tigre. Je ne suis qu'un très humble et stupide malheureux qui n'a pas su vous reconnaître. J'espère ne pas vous avoir offensé de quelque manière que ce fut...Si ce fut le cas, je suis prêt à en prendre l'entière responsabilité."

Néanmoins, taquin, il vint redresser un peu la tête.

"Cependant, je suis heureux de constater que O'Gekigami a très bon goût."


Espoir qui vascille mais qui jamais ne s'éteint...
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Jeu 2 Oct - 3:00

Le blessé ne manque pas d'aplomb. Malgré la vilaine blessure dans son dos et son visage trempé de sueur, il sourit et parle beaucoup. Il fait même de l'humour, je le vois dans sa façon de bouger la tête et de gesticuler, et je ne sais pas trop ce qu'il a dit, puisqu'il me tourne le dos, mais je vois Kyomi rougir. Est-ce qu'il la drague, en plus? Mais discrètement, ma servante répète silencieusement tout ce que l'homme lui dit, et je peux lire sur ses lèvres et suivre le plus gros de la conversation. Shigeru Juubei, un Taisa. Intéressant. Et il n'est pas là pour se faire soigner, il est venu pour prier, mais vu son titre et la situation dans laquelle il s'est blessé, je pense le garder un peu plus longtemps au temple...

Mais passons. Sa réaction face aux dires de Kyomi ne se font pas attendre: il se jette par terre et se prosterne devant moi. Il ne remarque pas que Kyomi est partie et donc je reste seule avec lui. Quand il a fini de parler, je m'approche et m'accroupit près de lui, puis pose une main sur son épaule. Il relève la tête et avant que je ne puisse lui faire signe, il dit autre chose.

-Cependant, je suis heureux de constater que O'Gekigami a très bon goût.

Je rougis. Personne ne m'a jamais fait d'avances avant et cela n'en est sans doute pas une, mais... rares sont ceux qui me dire ce genre de choses aussi, en général. Je secoue la tête, comme pour nier, puis me redresse. Kyomi est déjà revenue avec le matériel que j'ai demandé et je lui adresse quelques mots par signes. Puis, j'attrape doucement le bras de Juubei et le guide, ou plutôt le force sans grand effort, à se rasseoir sur la pierre. Kyomi dépose un grand bol rempli d'eau claire, un morceau de tissu, des rubans de tissus pour faire des bandages et tous les onguents et herbes dont je pourrais avoir besoin, puis elle adresse la parole à l'homme blond.


-Nadeshige-san dit que vous ne l'avez pas offensé. Et elle vous laissera prier après s'être assuré que votre blessure ne s'infectera pas... si vous lui dites ce qui est arrivé.

Je souris avec malice. Non pas que j'aime me mêler des affaires qui ne me regardent pas, mais s'il a été attaqué, c'est quelque chose qui s'est produit tout près de mon temple. Je le demande surtout par sécurité, et quand le tigre veut quelque chose, il l'obtient.

Je trempe le tissu dans l'eau et le passe doucement sur la blessure. Il faut commencer par nettoyer, pour voir de quoi ça a vraiment l'air. Ainsi concentrée, je ne regarde même pas ma servante pour connaître la réponse du Taisa. Maintenant que le dos est propre, ça a l'air moins pire, mais pas assez pour le laisser repartir.


Revenir en haut Aller en bas
Shigeru Juubei

avatar

Taisa

Messages : 177
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 38 ans
Titre: /
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Mar 14 Oct - 21:10

Le Taisa baissa la tête de nouveau dès qu'il eut fini. Devinant avec envie le trouble de la jeune fille, il eut un mince sourire taquin. Ah... La jeunesse ! Il appréciait s'en faire bien voir, adorer jouer le grand-frère, et puis... Celle-ci était tellement facile à influencer dans son insouciance et sa naïveté. C'était vraiment trop chou ! Heureusement, l'officier était plus mutin que véritablement manipulateur. Il ne se le permettrait jamais ! Pour son honneur, pour sa fierté, mais aussi pour son humilité. En effet, il se sentait si peu sûr de lui qu'il se trouvait incapable de beaucoup de choses, y compris de se payer la tête des autres, et ne le tentait que dans la complicité...

Pour en revenir à la situation actuelle, il ne s'attendit pas à ce que LA kannushi s'approche de lui et le pousse à s’asseoir ! Holala, elle était vraiment trop mignonne. Il sentait ses joues rougir tandis qu'il eut une attitude de recul avant de repousser ses jolies mains pour s'assoir lui-même sur la pierre avec des paroles douces et polies, ne voulant vexer la jeune fille. Il comprit qu'elle voulait le soigner elle-même.

"Ne vous embêtez pas pour cela, douce Kannushi et allez donc faire votre office. Ils doivent être des milliers à attendre vos oracles et vos conseils, ne les décevez pas pour moi !"

Elle n'écouta pas. Ah oui ! Il avait entendu dire que la Kannushi était sourde et muette...C'était donc vrai. Il sentit une sorte de barrière qui le sépara de la jolie jeune fille, lui signifiant qu'elle vivait dans un autre monde et qu'il ne possédait pas le code nécessaire pour communiquer avec elle. Il se sentit très bête. Toutes les paroles qu'ils avaient prononcées étaient du vent, alors ? Pourtant, elle les avaient bel et bien comprises... Il aurait du s'en rendre compte plus tôt avec les dires de sa subordonnée, mais il pensait que ceci était un moyen d’asseoir l'autorité du réceptacle de Gekigami. Tout était clair à présent.

La petite servante qui les accompagnait le rassura un peu et l'informa que Hitoko voulait absolument examiner la blessure et la soigner avant qu'elle ne s'infecte. Elle ajouta que sa maîtresse allait bientôt le laisser séjourner au temple s'il avait l’obligeance de lui raconter ce qu'il s'est passé. Il comprit qu'elle ne désirait que comprendre les faits passés à proximité du temple. Le guerrier leva la tête vers elle et répondit :

"Je ne sais pas trop, en vérité. Cette blessure est ancienne, elle date de quelques jours et a déjà été traitée. Mais son état à empirer sur la route, alors que je chevauchais et pas très loin d'ici, tandis que je faisais une pause et laissais ma monture s'éloigner un peu, elle s'est ruée vers moi, une corde à son cou ! Déjà blessé, je n'ai pas cherché à identifier ni à arrêter les malheureux qui lui ont fait cela, vous voyez ?
Mais...Ne me dites pas que vous avez l'intention de faire quoique ce soit contre eux, hum ? Laissez ce travail à l'armée, voulez vous. Quel genre de samouraï serais-je pour encourager des jeunes filles à se mêler de ces affaires un peu trop dangereuses pour leurs frêles épaules ? "

Spoiler:
 


Espoir qui vascille mais qui jamais ne s'éteint...
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Lun 10 Nov - 1:57

Ainsi, il y aurait vraiment des bandits dans les environs de Raimei. Et ils ont été assez courageux pour s'attaquer à un guerrier du clan, un Taisa qui plus est, bien qu'il soit blessé et pas tout à fait en état de riposter je crains que si la nouvelle se répand, le message qui en ressort est inquiétant: même les soldats ne sont pas en sécurité. Et si un simple groupe de bandit peut aussi vite inspirer la peur... qui sait à quel point ils peuvent devenir ambitieux? Peut-être ne s'attaqueront-ils jamais au temple... ce serait de la folie pour n'importe qui... mais je ne peux pas me cacher ici et attendre que ce soit fini. Senkô a assuré à paix dans la province, je dois en faire de même et prévoir le pire scénario possible, pour m'assurer qu'il ne se produise jamais.

Mais passons. Je n'ai aucune information encore, le blessé devra m'en dire plus, s'il le peut.
La blessure maintenant nettoyé, je passe un morceau de tissu encore sec pour retirer l'eau sur sa peau, puis applique un peu d'onguent du bout des doigts sur le plus gros de la blessure. Quand je relève la tête, Kyomi me rapporte en signes les propos de Juubei. Je secoue doucement la tête et lui réponds. Ma servante s'empresse de traduire.

-Ma maîtresse... ma maîtresse dit qu'elle ne peut se permettre d'attendre l'armée pour régler ce problème. De tels bandits n'ont pas leur place ici.

Je mélange un liquide transparent à un autre onguent dans un petit bol, puis fais signe à Kyomi de prévenir le patient. Ça ne risque pas de faire du bien.

-Attention, ça risque de faire mal.

J'applique le deuxième onguent, en le mélangeant au premier déjà sur son dos. Il va ressentir une légère brûlure, c'est normal, ça fait partie du processus de guérison. J'applique un peu d'eau sur le tout, puis commence à panser la blessure. Une minute plus tard, j'ai fini. Je fais quelque signe à Kyomi et elle traduit pour Juubei.

-Elle a terminé. Ma maîtresse dit que vous pourrez vous reposer et rester au temple aussi longtemps que vous le voulez et de l'en informer si vous auriez d'autres informations concernant les bandits.

Je rajoute quelques signes.

-Ou... autre chose.

Il y a bien longtemps depuis que j'ai été à Geki. Il se passe des choses qui malgré mes efforts m'échappent et dont je devrais être mise au courant.


Revenir en haut Aller en bas
Shigeru Juubei

avatar

Taisa

Messages : 177
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 38 ans
Titre: /
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Sam 29 Nov - 19:49

Alors qu'il entendit de la bouche de la jeune prêtresse la réponse de la Kannushi, Juubei fronça les sourcils. Il aurait pu se lever tant il était révolté, mais ne le fit pas pour des raisons évidentes.

"Excusez moi, mais comment comptez vous vous y prendre ? On ne sait absolument rien d'eux...Je suis parfaitement d'avis qu'ils n'ont pas leur place ici, cependant il serait bon de prévenir l'armée et de ne pas mettre vos gens en danger inutilement. Surtout que dans ces configurations là, ils vous attaqueront en premier s'ils se sentent menacés et ce ne sera pas beau à voir. Vous comprenez ?"

Bien que d'un naturel angoissé, il était particulièrement têtu et détestait avoir tord. Ce n'était pas pour rien qu'il se prenait pour le grand frère du clan. Et il ne broncha pas lorsque la plus éminente des deux jeunes filles tout proches de lui nettoya sa blessure au produit. C'était un guerrier, et il se battait depuis tout petit pour sauver sa peau. Juubei avait l'habitude des petites brûlures, tant que ce n'était guère plus que des chatouilles à présent.

La prêtresse domestique continua en l'informant que sa maîtresse avait fini et qu'il était en droit de se reposer dès maintenant. Le combattant soupira et se gratta le crâne, bien embêté. Elle demandait des informations à propos des bandits.

"Comme je vous l'ai dit, je ne sais rien."rétorqua-t-il, trop sec à son gout. "Pour le reste, veuillez me dire sur quoi porterait les renseignements que j'aurais à vous communiquer, si vous voulez bien...Je ne lis pas dans les pensées. Aussi, je ne vous les livrerais que si et seulement si vous me permettrez de vous protéger lors de votre enquête."

Lors de la prononciation de ces derniers mots, ses lèvres s'étaient étirées pour révéler un sourire taquin.


Espoir qui vascille mais qui jamais ne s'éteint...
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Ven 5 Déc - 3:41

J'aurais bien dû me douter que ma réponse ne lui plairait pas... ce ne sera jamais le rôle des religieux d'accomplir le travail de l'armée. Mais si je laisse des brigands faire ce qu'ils veulent tout près de mon temple, quel genre de Kannushi serais-je? De plus qu'une façon, des gens comptent sur moi et demandent ma protection, je ne peux pas me cacher à Koumyou et attendre la fin de cette histoire!
Je peux me protéger seule, grâce aux pouvoirs accordés par Gekigami. Cependant... je sais très bien que ça n'est pas possible. Ces pouvoirs ne servent pas à arrêter des bandits, et c'est loin d'être mon rôle. Les prêtres n'apprécieraient pas du tout. Et cette fois, je pourrais avoir de gros problèmes.
Quand le Taisa me demande si j'ai bien compris ce qu'il veut dire, , je baisse la tête en serrant les poings, frustrée. Je ne peux pas rester assise à ne rien faire!

Quand j'ai fini de le soigner, je me lève et vais pour partir, mais Kyomi me saisit doucement le bras et m'arrête. Je la regarde, impatiente, et elle me sourit doucement.

-Ce n'est pas ainsi que l'on se comporte devant des invités.

Mon regard se porte vers Juubei et je laisse échapper un soupir. Il n'y a que Kyomi qui se donne le droit de me toucher ainsi, de façon aussi familière, personne d'autres n'ose le faire. Et ce n'est pas pour rien: sans être une amie, elle est plus comme une mère malgré la différence d'âge, et ses conseils ont toujours été pleins de sagesse. Elle me répète les paroles du Taisa de façon à ce que je puisse lire sur ses lèvres. Je force un sourire et fais plusieurs gestes que Kyomi traduit pour le guerrier.

-Nadeshige-san veut que vous lui montriez où vous étiez quand vous avez "croisé" les bandits.

Ce qui implique aussi que j'accepte sa protection. Voir l'endroit me permettra de juger si il y a vraiment de quoi s'inquiéter ou pas, selon la distance. Ensuite, dépendamment de ce que j'y trouverai, on verra bien quelles seront les mesures à prendre.


Revenir en haut Aller en bas
Shigeru Juubei

avatar

Taisa

Messages : 177
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 38 ans
Titre: /
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Dim 28 Déc - 18:26

Spoiler:
 

La jeune Kannushi parut malheureuse et déçue de ne pouvoir aisément aider son peuple, ce qui atteignit Juubei au cœur. Comme elle avait fini de le soigner, elle se leva et se retourna pour disparaître de sa vue. Il la regarda donc partir tristement jusqu'à s'apercevoir que sa subalterne l'avait arrêtée et la grondait doucement. Il comprit alors que celle-ci était bien plus qu'une simple interprète pour la jeune fille...

Il ne se rendit pas compte du soupire de la Kannushi puisqu'il lui vint subitement une idée qui esquissa un sourire satisfait sur ses lèvres. La petite avait raison; on ne pouvait pas laisser les bandits s'installer dans les alentours pour profiter des faibles qui venaient au temple pour une audience ou pour trouver un peu de repos et de réconfort après une expérience traumatisante. Maintenant, avec son idée, ils pourraient peut-être se permettre de tenter de les chasser de ce petit coin de paradis. Elle lui dit soudain que la courageuse voulait voir l'endroit où l'on avait tenté de lui ravir sa monture. Alors, il hocha la tête sobrement et se leva enfin.

Peu après, Juubei faussa compagnie aux deux jeunes filles mais avait profité d'un virage du temple pour glisser un mot rapide à Kyomi. Il prétexta une envie pressante mais se retrouva à se promener avec la jeune femme dans le jardin intérieur du temple en prenant soin d'éviter coûte que coûte la Kannushi. C'était plutôt amusant, bien que ce fut aussi bref qu'intense. Il lui avait donc demandé de passer un mot au sohei le plus influent de façon à ce que le temple soit prêt à se défendre lorsqu'ils reviendraient de la forêt. Il alla ensuite faire autre chose avant de retrouver innocemment Hitoko, puis Kyomi qui les rejoignit un peu plus tard, occupée à finaliser les préparatifs de leur petite expédition.

Sur le chemin, il s'assura d'abreuver la conversation en anecdotes militaires pour que les deux jeunes filles ne se rendent pas compte des buissons qui frémissaient sous les mouvements du jeune shinobi qui les suivait à la trâce, leur assurant une communication expresse avec le temple, au cas où les bandits se montreraient. Tous quatre arrivèrent enfin au petit ruisseau qui avait recueilli la sueur de Juubei une ou deux heures plus tôt.

"Voilà. J'étais ici lorsque j'ai vu qu'on avait essayé de voler ma monture. Heureusement, ma blessure est bien plus vieille que cette mésaventure. Cependant, la course effrénée que j'adoptai pour échapper à mes poursuivants n'a pas amélioré mon état.
Et comme je le concevais, il n'y a personne..."


Espoir qui vascille mais qui jamais ne s'éteint...
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Jeu 19 Mar - 3:07

Mon visage s'illumine quand notre invité accepte de réfléchir à ma demande. Ce n'est pas encore gagné, mais ce l'est presque, je suis sûre qu'il ne peut pas vraiment me le refuser! Je lui permets donc de prendre congé, après tout il a besoin de repos pour se remettre le mieux possible de ses blessures, et m'éloigne de mon côté avec Kyomi. Cette dernière brûle d'envie de me dire quelque chose, je le vois dans son regard et bien qu'elle ne le fasse pas souvent, elle attend ma permission pour parler. Pour user de la politesse qui est pourtant minimale entre nous, soit elle veut quelque chose soit elle a peur de me fâcher, et dans les deux cas ça ne finit pas toujours très bien. Mais je ne laisse rien paraître de tout ça et lui demande en quelques signes ce qui ne va pas.

-Ce n'est pas une bonne idée, Nadeshige-san. Ça pourrait être dangereux!

Comme avec Juubei, je baisse la tête pour cacher mon tracas. Des soldats risquent leur vie tous les jours, des gens qui n'ont pas la chance d'être aussi riches et fortunés que nous se battent pour survivre, rester cachée dans mon temple en attendant que d'autres s'occupent du problème est simplement innacceptable. Si je devais vraiment maitriser la situation ainsi, je ne me le pardonnerais jamais, mais c'est moi qui dirige ce temple et j'entends bien le faire à ma façon!

De quelques signes, je réplique à Kyomi:

Tu n'es pas obligée de venir si tu ne le veux pas. Je peux me débrouiller seule.

Sa réaction est immédiate: elle recule de deux pas, porte une main à sa bouche, et surtout me regarde en se demandant comment j'ai pu oser lui proposer une telle chose. Elle restera avec moi, Kyomi est plus qu'une simple servante, elle est une confidente et une grande amie malgré la différence d'âge et elle ne me laissera pas tomber, jamais. Simplement parce que c'est son devoir. J'ai beau lui dire qu'elle n'est pas obligée de m'accompagner et de la libérer de ce devoir, s'il m'arrivait quelque chose elle s'en tiendrait pour responsable, parce qu'elle ne peut pas faire autrement. Elle tient à moi autant que je tiens à elle et je sais qu'elle fera tout pour protéger ce qui lui est cher. Je veux juste qu'elle comprenne, par ce simple conflit, que moi aussi j'ai un devoir à accomplir et que moi aussi, d'une certaine façon, je suis une servante du peuple. On abandonne pas ses maîtres si facilement.

-Je... je vais y penser.

Je hoche la tête et elle s'éclipse après m'avoir poliment demandé la permission de prendre congé. D'autres servantes peuvent la remplacer pour quelques heures le temps qu'elle réfléchisse et se calme un peu. J'espère ne pas y être allé trop fort...

Le reste de ma journée se résume donc à m'occuper des blessés qui se sont réfugiés dans le temple. Je prends part aux soins, les rassure, engage la "conversation" mais surtout, je les interroge au sujet des bandits. Est-ce qu'ils ont été attaqué, où et quand, ont-ils remarqué des choses inusitées autour du temple? La plupart n'ont rien à me répondre, mais certains avouent avoir vu des bandits pas loin, mais sans pouvoir me dire où exactement. Plusieurs affirment qu'ils ont été attaqués mais ne donnent pas de détails. Conclusion, je n'apprends pas grand chose, mais pour avoir moi-même vécu dans la peur d'être attaquée à tout moment pendant quelques années, je sais que les souvenirs d'un agresseur s'effacent très vite. Il n'y a vraiment qu'une seule façon de progresser: retourner là où le Taisa a aperçu les brigands et espérer trouver quelque chose là-bas.

Et heureusement, il accepte plus tard dans la journée de m'y conduire. À mon grand soulagement, Kyomi nous accompagne aussi.

Nous nous retrouvons donc dans la forêt avec une garde moindre compte tenu de la présence du Taisa. Celui-ci se montre d'ailleurs très bavard et j'écoute avec un intérêt des plus honnête tout ce qu'il a à raconter. Il semble se passer tellement de choses en dehors du temple... Kyomi nous suit de près, n'écoutant que d'une oreille distraite et bien qu'il fut hors de question que j'emmène l'arc de Gekigami avec moi, les prêtres ont quand même jugé utile de me laisser avoir de quoi me défendre: j'ai donc droit à un arc en bois tout simple et ma servante à un couteau qu'elle cache probablement quelque part. Sacrée Kyomi, elle aurait dû devenir kunoichi, pas servante.

Nos pas nous conduisent vers la petite rivière où le soldat a dû poursuivre son cheval et donc là où les bandits ont tenté d'attaquer. Comme le dit le guerrier blond, il n'y a personne, mais je ne peux qu'imaginer le nombre d'indices qui peuvent se trouver près d'ici, l'unique problème étant qu'aucun d'entre nous n'a l'expérience pour les voir. Il doit bien y avoir quelque chose...

De quelques signes, je pose une question à Kyomi qu'elle transmet à Juubei.

-Par où le canasson est-il arrivé?

Quand il nous pointe l'endroit, je remarque enfin la végétation écrasée et le "chemin" que s'est créé le cheval pour fuir les brigands. Si je ne me trompe pas, il devrait se poursuive jusqu'à l'endroit où ces derniers ont tenté de voler la monture, et peut-être qu'à partir de là nous pourrions trouver d'autres traces! Observer les animaux est plus difficile qu'observer les humains, j'ai plus d'expérience dans l'un que dans l'autre, et je plisse les yeux pour tenter de trouver autre chose pendant que Kyomi explique au Taisa ce qui se passe.

-Ma maîtresse arrive à voir des détails qui échappent aux gens, malgré ses handicaps elle a une très bonne vue... Nadeshige-san!

Pendant que la servante parle, je commence à suivre le chemin traçé par le cheval pour l'analyser encore mieux, ne pensant pas à prévenir ma garde et ignorant le bruit que je cause quand même. Je ne réalise pas non plus qu'ils tentent de me rejoindre, je veux juste aller voir un peu plus loin et je reviendrai après! Pas d'inquiétude!

Ah, si seulement...

Alors que je me retourne pour faire demi-tour et retourner vers le ruisseau, mon regard croise quelque chose d'insolite dans un buisson: deux yeux qui me fixent, puis la vague forme d'une silhouette tapie dans l'ombre. Et j'ai à peine le temps de reculer d'un pas que le buisson frémit et en une fraction de seconde, la silhouette se jette sur moi. L'homme vêtu de simples guenilles m'attrape le bras et le tord violemment dans mon dos et m'immobilise sans aucun problème. Alors que par pur réflexe, humain malgré tout, ma bouche s'ouvre comme pour hurler de douleur, il l'a bloque de sa main même si je n'ai émis aucun son et me retient donc solidement contre lui. Les bandits étaient juste là, et maintenant c'est moi qu'ils ont réussi à capturer!

-Nadeshige-san!

Je me débats comme une forcenée et tente de me libérer de ma main libre, mais le brigand est trop fort et une simple pression sur mon bras tordu suffit pour me dissuader de toute hostilité. Impossible de me servir de la foudre sans être frappée moi aussi, alors que faire?!

Je regarde Kyomi et Juubei avec de grands yeux paniqués alors que ma servante ordonne d'une voix qui se veut menaçante, si j'en crois les traits qui l'accompagnent:

-Relâchez-la!

Le brigand dit quelque chose que je ne peux pas entendre et sa main quitte ma bouche pour me saisir la gorge avec force. Je me tortille pour lui échapper, mais encore une fois je dois arrêter avant de finir étranglée. Je sens les larmes me monter aux yeux. J'ai peur, j'ai tellement peur... je n'aurais pas dû demander à venir ici, j'aurais dû rester au temple...


Revenir en haut Aller en bas
Shigeru Juubei

avatar

Taisa

Messages : 177
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 38 ans
Titre: /
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Sam 18 Avr - 16:28


Accompagnés d'une demi-douzaine de prêtres, Kiyomi, Hitoko et Juubei s'étaient éloignés du temple Koumyou afin de retrouver ou non les bandits qui sévissaient dans les bois avoisinant. Juubei avait été soulagés de ne voir personne. Ils avaient fait une longue marche et sa blessure l'avait rendu tout mouillé de sueur et presque essouflé, mais ils pouvaient rentrer maintenant. Il n'avait que la hâte de guérir et de prier pour Inuko, puis partir retrouver la caserne à Geki. Seulement, voilà que la petite Hitoko fit encore des siennes en leur faussant compagnie soudainement. Décidement, Gekigami avait trouvé une vraie petite teigne pour l'accueillir...Cette gamine ne voulait rien comprendre !

Ignorant la fatigue, Juubei s'élança à sa poursuite, rapidement suivi de Kiyomi et des prêtres qui s'inquiétaient pour leur maîtresse. Et ils firent bien, puisqu'ils retrouvèrent celle-ci aux mains d'un bandit ! Celui-ci les prévint qu'il comptait la tuer s'ils bougeaient d'un pouce. Tous se tétanisèrent. Tandis que Kiyomi s'énervait, Juubei serrait les dents en tentant de réfléchir. Soudainement, on vit un cadavre vêtu de haillons échapper des buissons, puis une étincelle -certainement un rayon de soleil avait tapé sur l'acier d'une arme, et se furent deux autres qui s'affaissèrent pour écraser la végétation. Six ou sept secondes plus tard, un nouveau tomba d'un arbre non loin... Un véritable massacre se tramait dans les bois !

Juubei savait de qui il s'agissait. Le petit ninja ne s'était pas laissé démonter et taillait maintenant le portrait aux vagabonds. Cependant, il y avait quelqu'un d'autre qui officiait parmi les arbres, quelqu'un qu'il ne connaissait pas. Subitement, une flèche se planta dans la nuque du brigand qui tenait Hitoko et celui-ci s'affaissa sur elle. Pris de panique, Juubei la récupéra. Il savait que les vagabonds avaient perdu leur seule chance de faire pression sur eux, alors ils allaient attaquer. Ils n'avaient pas d'autres solutions.

Il empoigna sans cérémonie la jeune kannushi par l'arrière du col pour la déposer derrière lui, au centre du cercle que les prêtres et Kiyomi avaient dessiné de leurs corps pour se défendre, et se saisit de son katana. Il ne laissait rien voir, mais il était content; quelque part Hitoko prendrait conscience qu'elle avait risqué tant de monde avec elle...
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5123
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami Mar 20 Oct - 14:40

Sujet abandonné.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’œil avenant de Gekigami

Revenir en haut Aller en bas
 

L’œil avenant de Gekigami

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Entrainement] Qui a dit que la foudre ne frappait jamais deux fois au même endroit ?


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..