AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Chronique de Mars et d'Avril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5043
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Chronique de Mars et d'Avril Ven 2 Mai - 4:51



Légende de Yokuni
Himiko


On raconte que, bien avant l'Enfer Écarlate, les rizières étaient abondantes et prospères.  Les saisons permettaient aux céréales d'avoir les meilleures conditions pour croître et fleurir. Paysans et paysannes vivaient de ces récoltes qui leur permettaient de s'alimenter et de confectionner un saké des plus délicats, le commerce d'alcool étant une autre solution pour subvenir à leurs besoins. La vie était facile et belle. Malheureusement, toute bonne chose a une fin, surtout lorsque l'on contrarie les esprits et les dieux.

Dans un petit village situé non loin d'une profonde forêt, vivait un couple de paysans dont le bonheur fut total lorsqu'ils eurent leur petite fille. Grandissant dans les champs et l'eau, la jeune fille apprit rapidement à s'occuper du riz. Chantant pour honorer l'Eau et Dame Nature, chaque année donnait au village une vie prospère. Pourtant, la petite Himiko se lassa peu à peu de son quotidien. Sa curiosité la poussait à voir d'autres horizons, à commencer par cette forêt dont les légendes et les histoires avaient bercé son enfance. Jeune et naïve, elle croyait profondément que les hommes et les animaux n'étaient pas les seuls à vivre sur terre. Elle demanda alors à son père la permission d'aller se promener dans les bois mais celui-ci refusa catégoriquement, expliquant à sa fille qu'elle ne devait jamais s'y rendre. Ce n'est que plus tard que Himiko apprit les atrocités liées à cette forêt. Pourtant, rien n'y faisait, la fillette voulait découvrir cet univers qui se tenait à seulement quelques mètres d'elle.

Un soir de pleine lune, Himiko décida de mener sa propre expédition. Elle se faufila, silencieuse, jusqu'à la porte de sortie. Elle se mit ensuite à courir pour rejoindre les abords de la forêt. Levant les yeux, elle admira le feuillage se balancer au gré du vent. Amusée et émerveillée, elle pénétra sans crainte dans l'obscurité des arbres. Se faufilant entre les branches, les buissons, elle observait chaque brin de lumière de lune se dégageer des feuilles. Bientôt, elle arriva près d'un petit lac bordé par un magnifique et majestueux arbre. Celui-ci était différent des autres de par sa forme, qui rappelait les nuages, et par son feuillage qui, transpercé par endroit, ressemblait au ciel étoilé de cette nuit. Himiko se croyait dans un rêve alors qu'elle s'approchait à petit du tronc. A côté, elle n'était rien d'autre qu'un petit insecte que l'on pourrait écraser à tout instant. Rigolant et sautillant, elle fit le tour de l'arbre.

"Dit, Jumoku-sama ("Jumoku" signifiant arbre), Papa dit que tu es dangereux. C'est vrai?
- Ce n'est pas nous qui sommes dangereux. Nous ne faisons que vivre parmi vous autres, les humains."

Himiko tomba à la renverse d'avoir soudainement entendu une voix. Elle regarda l'arbre de plus près, bouche bée, mais la réalité lui fut révélée lorsqu'une silhouette sortit de l'ombre du tronc. D'une blancheur éclatante, il s'agissait d'une fillette dont la chevelure ondulait et resplendissait. Elle s'approcha d'Himiko et cette dernière remarqua qu'elle ne marchait pas mais qu'elle flottait. Elle resta stupéfaite avant d'interroger celle qui serait sa nouvelle camarade.

"Tu es un fantôme?!
- Pas exactement. Je suis l'esprit de l'arbre qui se tient devant toi. Je m'appelle Kimi."

Kimi, Esprit des arbres et des forêts, aida la jeune fille à se relever. Une longue et périlleuse conversation s'ensuivit à propos de la légende sur la forêt, sur l'origine de chacune des fillettes. Tout en discutant, Kimi montra le reste de la forêt à Himiko. Cette dernière découvrit les moindres recoins de bois et d'écorces, ainsi que les êtres qui y habitent.
Les heures passèrent et les deux camarades rejoignirent le grand arbre où Kimi expliqua :

"Grâce à mes amis, la terre est saine et pure. C'est ce qui permet à votre riz de pousser avec grâce.
- Incroyable! La forêt est donc importante.
- Oui.
- Merci Kimi-chan. Grâce à toi, j'ai pu découvrir un nouveau monde!
Je pourrais revenir te voir?"

L'esprit acquiesça d'un signe de la tête. S'inclinant comme elle le pouvait, Himiko salua sa nouvelle amie avant de regagner le village où le soleil ne tarderait pas à jeter ses premiers rayons.

Les jours, ou plutôt, les nuits qui suivirent, se ressemblèrent. Himiko rendait visite à Kimi dès qu'elle le pouvait. L'une et l'autre apprenaient les cultures, les jeux et les histoires de chacune. Leur complicité ne semblait pas pouvoir s'ébranler. Himiko jouait avec les esprits des forêts, mais également avec les loups, les lapins et autres habitants des bois. Pour rien au monde elle n'aurait cessé de visiter les bois. Pourtant...

Un matin, la jeune fille, fatiguée de sa nuit dans le bosquet, fut réveillé par un bruit sourd et inquiétant. Se levant, elle n'aperçut ni son père ni sa mère. En sortant, elle remarqua une fumée au loin alors que sa mère se tenait face à elle. Cette fumée... elle se dégageait des abords de la forêt. Comprenant la situation, la fillette hurla à sa mère d'arrêter. La femme essaya de calmer sa fille mais celle-ci semblait emporter par une force surnaturelle. Elles ne tardèrent pas à rejoindre les abords du bois... dévastés par les coups de hache et le feu.

Paralysée, anéantie, Himiko ne savait plus quoi faire. Elle courut attraper le bras de son père. Elle le supplia de ne pas faire de mal à ses amis. "Tes amis?" répondit le père, qui trouva sa fille bien trop naïve. Il la repoussa avec délicatesse et reprit l'abattage de l'arbre qui lui faisait face. La raison de ce désastre? Nourrir le feu pour produire le saké si tant recherché par les seigneurs et dames.

Le soir venue, la fillette se rendit au pied de l'arbre où l'attendait Kimi ainsi que l'une des louves qu'elle avait rencontré. Celle-ci montra les crocs. L'esprit était également furieux. Elle foudroya son amie qui, à présent, ne l'était plus.

"Himiko... tu es une menteuse... Tu avais promis de prendre soin de ma famille!"

Les larmes de Kimi s'écoulèrent sur ses joues alors que le grand arbre commençait à perdre ses feuilles petit à petit, cachant dans son manteau de pluie la fillette spirituelle qui disparut. La louve quant à elle, effraya Himiko pour la chasser. Attristée plus qu'apeurée, cette dernière quitta la forêt...


Le temps a passé. La fillette est devenu une jeune fille d'une quinzaine d'années. Sa vie avait changé: les récoltes, autrefois, si bonnes et abondantes étaient alors devenues pauvres et insuffisantes pour permettre aux villageois de survivre. Leur dur labeur n'arrangeait pas les choses. Himiko était désemparée de voir que la bêtise humaine était si grande et que la naïveté des hommes envers les esprits était irrécupérable. Pourtant, elle voulait croire à un miracle et elle devait agir pour ça.

Un soir, elle quitta de nouveau son foyer pour rejoindre les bois. Néanmoins, ce fut différent cette fois. Alors qu'elle quittait le bas de la porte en courant, la mère de la jeune fille sortit prendre l'air et remarqua le départ de sa fille. Surprise mais surtout inquiète, elle décida de la suivre.

Himiko gagna la forêt. En touchant les arbres, elle se rendit compte que tout avait changé. Elle se colla à l'un d'entre eux et écouta. Aucun bruit, aucune émotion n'en sortit. Les arbres avaient perdu leurs âmes... Il fallait agir. Bientôt, ses pas l'amenèrent près du lac et, à sa grande surprise, le grand maître de la forêt n'était plus qu'un tronc et des branches dépourvus de feuilles. Les magnifiques étoiles et les nuages avaient totalement disparu. La fille s'approcha et vint toucher le tronc. Lui aussi avait perdu la source de toute vie. Himiko s'écroula face à cette réalité. Kimi n'était plus... elle avait été anéantie lorsqu'une partie de la forêt fut détruite. Pourtant, la demoiselle croyait en la renaissance et au pardon.

Cherchant des petites pierres ainsi que des fleurs dans les bois, Himiko revint avec ses trouvailles prés de l'arbre. Là, elle commença à empiler les petits cailloux et déposa le bouquet de fleurs dessus. S'agenouillant devant, elle hésita. Elle vint à joindre ses mains et à fermer les yeux. A cet instant, un nuage laissa sa place au clair de lune, tout comme la nuit où Himiko rencontra l'esprit des arbres. Elle commença alors, non pas à prier, mais à chanter. Cette mélodie décrivait la complicité entre la lune et les sylvains des bois. Elle rappela que seule la nature était maîtresse de la terre et que les hommes l'adoraient.
Terminant sa chanson, la fille ne vit aucun changement et les larmes coulèrent sur ses joues. Déposant avec lourdeur ses deux mains au sol, la petite ne pouvait que pleurer une fois encore.

"Kimi-chan.... je suis désolée. J'ai voulu empêcher ça. Je ne voulais pas vous blesser... je ne voulais pas vous blesser..."

Au même instant, une main réconfortante vint se poser sur la tête de la fillette qui la releva immédiatement en prononçant le nom de son amie mais il n'en était rien. Il s'agissait de sa mère, qui la suivit jusque-là.

"Himiko, n'abandonne pas. Les miracles ne se réalisent pas en une seule nuit. Si tu y crois, nuit après nuit, l'esprit de cet arbre reviendra. Crois en toi et en lui."

A son tour, la femme s'agenouilla et commença à prier. Himiko la suivit pour renforcer la mélodie précédemment chanté.
La jeune fille et sa mère répétèrent ce rituel chaque nuit. Petit à petit, les villageois furent informés des intentions de la jeune femme et, à leur tour, vinrent prier devant l'autel qu'Himiko et sa mère avaient bâti en l'honneur de la forêt. Cette prière devint une habitude, l'habitude devint un rituel. Une journée de moisson fut consacrée pour célébrer l'arbre des récoltes. Et cela paya. Petit à petit, l'arbre recouvrait de sa verdure et les récoltes redevinrent aussi bonnes qu'autrefois. Les villageois remerciaient les kamis et les êtres vivants de la forêt. Il était évident à présent que prendre soin de la nature était bénéfique sous tous les angles.

Des années passèrent. Himiko devint une ravissante femme que les jeunes hommes du village voulaient pour eux seul. Elle était devenue un modèle pour les fillettes. Sa détermination et son amour de la nature sauvèrent le village d'une chute sans merci. Ce dernier proclama d'ailleurs la femme comme prêtresse de la nature et de l'eau. Le petit autel qui fut construit pour le grand arbre fut alors remplacé par un sanctuaire suspendu au-dessus des flots du lac de la forêt. Chaque jour ainsi que chaque nuit, Himiko venait se recueillir devant le maître des bois et interprétait sa mélodie en son honneur.

Quant à Kimi... elle regardait en secret avec ses camarades les traits de visage de l'enfant qu'elle avait vu grandir avec le temps.
"Himiko-chan... merci."

Aujourd'hui encore, cette jolie histoire est raconté aux enfants. La mélodie de la prêtresse n'est rien d'autre qu'une comptine. Pourtant, certains disent que lorsque les premières notes résonnent, on peut entendre le rire de deux jeunes filles au loin...


Kagome Katsuya-Mars-Avril 2014




Coup de Coeur de Mars-Avril
Un Trio festif

Bravo !

«  Daimyo-Sama, mon cœur est entièrement tourné vers mon devoir. » – Takakazu Izoruko, à propos de sa relation (tout à fait professionnelle) envers son Seigneur.
«  Mais que m’arrive t-il… ? » – Fukyuu Yukimura, à propos de cet aveu (tout à fait professionnel).
« Il serait peut-être temps que vous pensiez à trouver une demoiselle, Fukyuu-sama ! » – Kagome Katsuya, à propos des états d’âme de son Daimyo.


« Un trio festif » … et comment ne pourrait-il pas l'être ? Le titre est franchement bien choisi, puisqu'il s'agit effectivement de suivre, le temps d'une journée en l'honneur d'Itegami, les liens qui unissent l'Hatamoto Kagome Katsuya et le Taisho Takakazu Izoruko à leur cher et tendre Daimyo Fukyuu Yukimura. La place de ce dernier est d'ailleurs affreusement bien assise ; un joueur à l'aise dans sa régence malgré la petite – grosse ? - rivalité entre ses deux serviteurs ! Cette dernière est farouchement drôle, bonne à lire, surprenante et délicieuse dans tous les sens du terme ! Entre le soucis de la protection, la décence du respect et les petits cris de l’ego de chacun, voir ces trois personnages d'importance se donner la réplique a été un véritable bonheur ! Visuel, naturel, simple et ordonné, vous vous êtes étonnamment bien débrouillés pour nous faire voyager avec vous et partager chacun des sentiments de vos personnages ! Par ailleurs ravis que vous ayez pensé à une suite et à l'approfondissement de cette rivalité pleine de testostérones, nous avons été conquis par votre unité ! Vous nous avez permis de découvrir Fukyuu dans sa noblesse la plus exquise et, très franchement, shudo à vous !


  • Le(s) protagoniste(s):  Fukyuu Yukimura ; Kagome Katsuya et Takakazu Izoruko
  • Résumé: Belle journée sous la neige ! En l'honneur d'Itegami, le Daimyo de ces terres a choisi de respecter une étrange coutume et d'entreprendre un tour noble de visite de village ! Une chouette idée ? Peut-être pas pour ses plus proches serviteurs Hatamoto et Taisho qui se sont vus forcés de l'accompagner là où la glace les mènerait, en comité restreint. Dangereuse chose que cette lubie... La fête ne sera pas forcément dans le cœur de tous...
  • Le lien: http://saigoseizon.forumgratuit.fr/t640-un-trio-festif-pv-kagome-katsuya-et-takakasu-izokuro#8363

 


Denbee Eisei-Mars-Avril 2014



Les résultats de
La Saigo Valentin


Vous avez été nombreux à vouloir participer à la Saigo Valentin, certains ne l'ont pas pu mais nous gardons à l'esprit que ce petit événement à l'eau de rose vous a plu. Merci à vous d'avoir joué le jeu, merci à vous de nous avoir abreuvé de vos belles écritures ! Nous espérons que vous avez passé de bons moments à écrire vos messages et que vous avez apprécié lire l'autre.
Parce que la Saigo Valentin était aussi un jeu, nous allons maintenant déclarer les résultats et les prix :



1.SHIMIZU Ame et TAKAKASU Izoruko

Ok on reste dans le cliché... MAIS QU'EST CE QU'ON AIME CA!!! Le Feu et la Glace, quelle paire! Comment ne peut-être moe devant tant de délicatesse dans vos écrits et tant de passions dans vos actes. Et cet amour interdit? OH GOD! Quel déchirement.
Il est clair que vous avez réussi à toucher la petite flamme qui se trouve dans nos pitits cœurs! Bravo! Magnifique!

Vous gagnez chacun un point en Prestance ou en Destinée, au choix (on vous laisse vous les mettre). BRAVO !




SPECIAL SUCCESS

DENBEE Eisei et HASEGAWA Kioshi

On ne s'y attendait pas et la surprise fut totale! Kioshi et Eisei, deux hommes séparés par leurs différences se retrouvent à se croiser et quelle rencontre! Surtout lorsque l'on sait Denbee en femme. Rien que pour ça, je vous attribue un Oscar pour la fantaisie de la chose !
A quand la suite?!

Vous gagnez chacun un point en Prestance pour votre originalité ! (A vous de vous le mettre Razz)


2.FUKUMI Fumiko et UROKO Chomei Etsuro
Qui l'aurait cru?! Bien qu'il ne s'agissait que d'une diversion afin d'exécuter sa mission, Chomei y a été fort en embrassant subitement la demoiselle! Pourtant, on ose croire à une suite pour cette petite romance. Le mariage, c'est pour quand?

Vous gagnez un bonus de 15 messages RP (distribué avant même que vous lisez ces lignes).

3.ZENMYO Nadeshiko et SHIMADA Toshiro
Trop mignon! La timidité des deux personnages a rendu ce rp si kawaiiiiii! Surtout lorsque Toshiro tente de danser. Malgré tout, tendresse, délicatesse et ardeur. Comme dirait une certaine célébrité : J’ACHÈTE!!!

Vous gagnez un bonus de 10 messages RP (distribué avant même que vous lisez ces lignes).


Tous les autres participants avaient d'aussi belles plumes, mais là où ça a pêché fut le rythme des réponses et le caractère inachevée de leurs œuvres. Ce n'est pas grave, ils laissent la place aux fantasmes ! Pour ceci, chaque participant gagne 2 messages Rp bonus.


MERCI !
Kagome Katsuya et Kasuga Riyu-Mars-Avril 2014



L'interview
Hasegawa Kioshi, Uroko Chomei Etsuro et Takakasu Izoruko


Interview de Hasegawa Kioshi et Uroko Chomei Etsurō
« L'érudit et le Pourfendeur du temps »



Parce qu'il s'agit de deux personnages remarquables, qui ont tout de différents, nous avons souhaité les faire se rencontrer le temps d'une interview afin d'essayer de comprendre ce qui se tramait dans la tête de ces deux personnalités fortes d'ambitions... :


Denbee : La première question que je me pose vous concernant est toute simple-den... Est-ce que le grand Chomei, Pourfendeur du temps, connaît le grand érudit des neiges, Hasegawa-san ?
Uroko Chomei Etsurō : Je ne crois pas l'avoir rencontré, non... [ôte son capuchon] C'est maintenant chose faite. Ravi de faire votre connaissance, Kioshi-san.
Hasegawa Kioshi : Ravi aussi, Chomei-dono... et effectivement, je n'ai point eu encore le plaisir de le rencontrer.
D. : Donc-den... Hasegawa-san, tu ne connaissais rien de la légende qui se tient devant toi-den ? [avec surprise]
Uroko Chomei Etsurō : Trop d'honneur, restons-en aux suffixes neutres, vous prié-je... Et je tiens à le préciser : je n'ai rien d'une Légende, j'ai juste copié l'identité de mes prédécesseurs. En vrai, moi, c'est Harushige Etsuro.
D. : C'est encore une de ces techniques pour disperser les doutes, c'est ça-den ? Changer de noms, faire croire qu'on en a un autre, etc-den... mais la vérité tout le monde la connaît, même Hasegawa-san-den, j'en suis sûr-den, et la vérité c'est que Chomei est presque aussi vieux que le monde-den !
Uroko Chomei Etsurō : Une réputation se répand à des milliers de kilomètres à la ronde ; on peut encore l'entendre même après la mort de celui qui l'avait acquise.
Hasegawa Kioshi : Je ne connais que très peu de chose sur Chomei, pour le moment je n'ai pas eu le besoin de faire de recherche dessus, mais je peux déjà affirmer une chose... : Le nom de Chomei est connu de tous.
Uroko Chomei Etsurō : C'est un honneur pour lui.

D. : Venant de la bouche d'un érudit, ça ne peut qu'être un compliment-den ... D'ailleurs, qu'est-ce que c'est, vraiment, un érudit-den ? Chomei – ou peu importe qui tu es vraiment (et je sais que tu es le seul et l'unique de toute façon... tu ne m'auras pas-den ! Ahahaha ! Den !) ... en fais-tu grand cas-den ?
Hasegawa Kioshi : Un érudit... pour certain, c'est une personne qui vit de ses études... Mais je ne le vois point de la même manière, à mon sens c'est quelqu'un qui vit pour la compréhension de ce monde... Non pas grâce, mais pour... que ce soit la compréhension artistique ou scientifique... Suis-je assez clair ?
Uroko Chomei Etsurō : Je fais naturellement grand cas des personnes dont la curiosité ne connaît pas de limites ; c'est pour moi l'essence même de l'érudit. Mais pour être honnête, je n'ai jamais eu affaire à de tels personnages - si ce n'est mon défunt maître, et encore, il limitait les discours à ce qu'il connaissait réellement...
Hasegawa Kioshi : Cela veut-il dire qu'un érudit devrait altérer son discours de façon à dire plus que ce qu'il connaît réellement?
Uroko Chomei Etsurō : Cela veut dire que mon maître n'était pas érudit, surtout !
Hasegawa Kioshi : Je vois [sourire amusé]

D. : [rires gênés] Du coup-den... Imaginions deux secondes que vous vous soyez rencontrés plus tôt-den... Disons dans un moment de grande nécessité-den... Qu'est-ce que vous auriez pu penser l'un de l'autre-den ? Qu'est-ce que vous auriez pu faire ensemble-den ?
Uroko Chomei Etsurō : Comme tout ce que je pourrais faire en compagnie d'un civil : boire, échanger sur des sujets de conversation de la vie courante, confronter des points de vue... Cela dit, comme je n'ai jamais eu affaire à un érudit, j'imagine que cela aurait été différent ?
Hasegawa Kioshi : De mon point de vue... Je pense qu'un échange aurait pu être intéressant... Rentrer dans les papiers d'une légende est toujours intéressant. De plus, il ne me semble pas être un homme qui ne parle qu'au travers de la lame. Bien évidement, chacun a ses petits secrets... Qui me dit qu'il ne cache pas quelque chose qui me déplairait ? Et vice versa bien sûr !
D.: Oh oh oh... [prend un air mystérieux] Tu caches des choses, toi-den ?
Hasegawa Kioshi : Moi ? Non aucune (tout pleiiiiiin)
Uroko Chomei Etsurō : J'estime ne rien dissimuler le temps de cette interview.
D. : Ah ah den ! Ça c'est un homme de valeurs-den ! [accorde un point à Chomei]
Hasegawa Kioshi : Le fait qu'il soit de Kara, et moi-même en liaison avec la main pourrait être problématique... Mais bien sûr ceci est chose que je cache. [sourit]
Uroko Chomei Etsurō : Cela dit je suis le premier à dissimuler beaucoup de choses, je porte un couvre-chef qui dissimule mon identité. Chaque membre de Kara masque son identité, en fait. Pour des raisons évidentes. … Et je confirme que si j'apprenais que Kioshi-san avait quelque arrangement avec la Main, je me verrais dans l'obligation de m'occuper de son cas.

D. : Vous faites bien de le dire-den... parce que j'ai l'impression de voir que vous partagez, même sans vous connaître, pas mal de points communs-den, que ce soit de part vos liens ou de part vos façon de penser-den... du coup je me demande-den... qu'est-ce que vous pourriez vous apporter l'un à l'autre ? Ou au contraire-den, comme le souligne Chomei, qu'est-ce qu'il vous serait totalement impossible d'accepter l'un chez l'autre-den ?
Hasegawa Kioshi : Je pense que nous aurions pu très bien nous entendre mais ce qui bloque est en fait une vision des choses bien différentes... Je sais que pour ma part, ayant marre d’être associer à un être "inférieur" car civil, je suis prêt à tout pour monter en rang social... y compris aider la main, bien que je n'y accroche qu'une valeur égoïste.
Uroko Chomei Etsurō : Je n'ai pas grand-chose à ajouter : si j'étais au fait des véritables desseins de Kioshi-san, je me serais occupé de son cas et non tendrement ; cela dit j'apprécierais m'accoutumer d'un homme qui semble avoir pas mal de savoir et de relations sur Yokuni et je pense qu'il me sera facile d'en tirer bon profit à l'aide d'alcool... Et de quintessence. [petit rire]
Hasegawa Kioshi : Si nous n'étions pas si éloignés et occupés, nous aurions sûrement pu devenir les "meilleurs ennemis". … Quant à l'alcool et la quintessence, j'ai plus d'un tour dans mon sac.. après tout, un puceau tel que Chomei ne pourrait résister à Airun [rire jovial, signe d'humour]
D. : Oy-den ! C'est vrai-den... Chomei, Hasegawa-san est deux dans sa tête-den ! … mais j'imagine que ça va-den, puisque Chomei sont quinze-den...
Uroko Chomei Etsurō : Comme je le disais, étant puceau, j'ai beaucoup à apprendre... Et si vous nous parliez de vos expériences avec votre rectum, Kioshi-san ? [grand sourire amusé]

D.: [fait le gros œil, un peu choqué] Oh oh oh... den... Oh tiens... voilà-den : si tu devais tuer Hasegawa-san, Chomei, ce serait comment-den ?
Uroko Chomei Etsurō : Je ne révèle jamais mes techniques pour assassiner quelqu'un, mais puisqu'il s'agit d'une interview...
D. : Hasegawa-san nous révélera les siennes ensuite-den [rire diabolique]
Hasegawa Kioshi : [Attend patiemment son tour en servant du thé]
Uroko Chomei Etsurō : Cela dépend beaucoup du contexte, mais j'ai tendance à me glisser derrière ma proie pour lui enfoncer la lame de mon tanto dans le cou. C'est indolore et le sang ne gicle pas ou peu.
Hasegawa Kioshi : [Se passe une main apaisante sur la nuque en déglutissant]
Uroko Chomei Etsurō : [Regarde le thé qu'on lui a servi] Dans le doute, je m'abstiendrai, vous m'en voyez navré, Kioshi-san.
D. : [Agite une main dans le vide] Allez, allez-den, personne ne va mourir ce soir-den, je vous le promets-den...
Hasegawa Kioshi : Quelle impolitesse...
D. : Hasegawa-san, comment tu te défendrais si jamais Chomei te prenait par derrière-den ? ... Ahahaha "par derrière"-den... vous avez saisi-den ? "Saisi"-den ! Ahahaha !
Hasegawa Kioshi : Sans jeu de mots... Je ne me défendrais pas. Je ne suis pas un guerrier, ni un homme à la puissance colossale, je ne sais point me battre. Il n'y aurait aucun moyen de survivre pour moi si Chomei dégainait.
Uroko Chomei Etsurō : Il vous suffit pourtant d'interposer l'avant bras, de le vriller, de vous baisser et de diriger mon arme vers mon propre cou ; ce qui aura pour effet de me tuer mais aussi de laisser l'impression que je me suis suicidé. Vous ne savez pas vous battre, mais vous savez sûrement vous défendre et il y a toujours réponse à toutes les agressions malintentionnées.
Hasegawa Kioshi : J'use préférentiellement de mensonge et de manipulation... De poison dans l’extrême... Mais je ne vois pas pourquoi tuer un homme qui pourrait m’être aussi utile... Quant à la défense, Chomei-san, je n'ai pas la force suffisante pour retourner une arme contre mon agresseur... Pour moi la partie se joue avant que les lames ne sifflent.
Uroko Chomei Etsurō : Je finirai juste par dire que la force ne prévaut en rien lors d'une agression ou d'un conflit.
Hasegawa Kioshi : Chomei, je n'ai pas non plus de technique a la mort moi le nœud, pour me défendre …

D. : En quoi Chomei pourrait t'être utile-den ? A cause de cette histoire d'évolution dans les classes sociales-den ? D'ailleurs-den, je ne pensais pas que tu y accordais tant d'importance, Hasegawa-san-den !
Hasegawa Kioshi : : Cette histoire de classe est en un point la tâche noire qui salie mon âme blanche... Plus on en sait, plus on monte, plus on monte, plus on en sait... Mais je ne peux point encore tout expliquer...
Uroko Chomei Etsurō : C'est donc comme cela que les érudits réagissent face à quelque chose qu'ils ne connaissent pas encore ?
Hasegawa Kioshi : [soupir]
D. : Hm... les classes sociales sont aussi importantes que ça pour toi aussi, Chomei-den ? Je crois qu'elles le sont pour Kara-den ?
Uroko Chomei Etsurō : Absolument, sinon Kara n'aurait pas lieu d'être. Je suis issu d'un milieu paysan et ait eu la chance d'être adoubé par Eiichiro-sama il y a huit ans de cela. Mais je garde pour autant la tête froide et suis convaincu que les richesses de ce monde ne se trouvent pas dans le Jade et les titres.
D.: C'est beau ce qu'il dit-là, le révolutionnaire, non Hasegawa-san-den ?
Hasegawa Kioshi : C'est une manière de voir les choses... mais les titres apportent le pouvoir de changer les choses... Et d'en apprendre plus [bave, des étoiles dans les yeux]
Uroko Chomei Etsurō : Mon prédécesseur n'avait aucun titre et, pourtant, il s'en est allé enlever celui de l'ancien clan de Gekigami. Il a changé les choses en supprimant ce tyran de Yokuni. C'est ce qui est, selon moi, précurseur de la Reconstruction.
D.: Quelque chose à répondre à ça Kioshi-san-den ? [se tient prêt à accorder un second point à Chomei]
Hasegawa Kioshi : L'exception qui confirme la règle...
D.: Parole d'érudit-den... [Garde le point]

Parce que derrière ces deux personnages se cachent aussi des joueurs investis, leur vision du jeu et leur sentiment à l'encontre du contexte nous ont paru importants... :

D. : Déjà, il faut que je rappelle qu'à vous deux vous représentez des extrêmes de "rôle", si je peux appeler ça comme ça. D'un coté : un simple civil occupé par la contemplation de lui-même et des choses inconnues, et de l'autre un personnage qui est passé d'Hatamoto à Hinin. Qu'est-ce qui, respectivement, vous a attiré vers ces rôles ?
Hasegawa Kioshi : Ça me change beaucoup de ce en quoi j'avais l'habitude, en plus n’étant pas à l'aise dans les RP de bastons, avoir un perso. assez humain, de part la contradiction entre ses idées et, à la fois, bien plus intellect que physique, m'a paru une bonne idée pour un premier personnage sur ce forum. De plus, à jouer civil, on peut dire au revoir à pas mal de limite ; on peut voyager plus facilement par exemple...
Uroko Chomei Etsurō : Ah, les voyages... Je voulais les envisager quelque part afin de pouvoir jouer avec le plus de monde possible sans trouver de prétexte à la con, mais sinon à la base j'ai choisi un Hatamoto car j'aime beaucoup ce rôle de "protecteur" que j'ai pu jouer dans Final Fantasy X (Yuna et ses gardiens) ou dans Dishonored (le personnage était à l'origine le garde du corps de l'impératrice). Je voulais aussi jouer un rôle proche du Daimyo car c'est une chance que je n'avais pas connue sur le rôle du prédécesseur ; au final j'ai été littéralement déçu puisque je n'ai pas vraiment satisfait mon besoin, mais c'était une réaction stupide de ma part. Oh ! et gros coup de cœur pour Radcliff dans Alundra 2 (je crois que c'est lui ?), celui qui protégeait de près la cheffe des pirates... Vous voyez que je ne manque pas de références
Hasegawa Kioshi : Ahahahha ! C'est vrai que le rôle de Hatamoto m'avait bien botté, tout comme celui de Kannushi, mais... voilà, j'ai préféré un Civil... bien que le Kanunu ai été fait ensuite

D. : Du coup ça a été assez facile pour toi, Chomei, de trouver ta place dans le contexte et un peu moins, pour toi Kio ?
Hasegawa Kioshi : Kioshi est un perso évolutif, il évoluera en même temps que le contexte, sa place se fera donc d'elle-même ! J'ai plein de projets pour lui, mais très peu verrons le jour, tout dépendra de l'évolution des choses. Donc dire que je n'ai pas trouvé ma place... non ! C'est juste qu'elle est volontairement "incomplète" ^^
Uroko Chomei Etsurō : Pareil pour moi ; je ne m'attendais pas du tout à ce que Chomei passe Hinin et je ne sais pas ce qu'il pourra lui arriver par la suite... Je sais juste que, comme j'avais une première expérience du contexte, ça m'a effectivement été plus facile de m'y intégrer par rapport à Kioshi qui a dû batailler au point de s'imprégner une semaine du forum avant de s'inscrire si je me rappelle bien.
Hasegawa Kioshi : Oui c'est exact. J'ai traîné environ une semaine sur le forum, à errer dans le contexte et même à mon inscription il m'a fallu de multiples discutions avec guide et admin. pour arriver au résultat qu'est Kioshi ... Il faut dire que j'ai beaucoup hésité entre Civil, Hatamoto et Kannushi.. avec trois visons bien différente des choses ^^

D.: Et aujourd'hui le jeu avec Kio' te plaît ?
Hasegawa Kioshi : Totalement ! Dans mon esprit il grandit en même temps qu'en jeu. Je prévois 15 000 choses puis hop, petit RP, bam tout change, je le vois évoluer différemment. C'est très agréable d'avoir un jeu très role play !
D.: Ravi de l'apprendre, t'as l'air à fond ahahaha
Du coup, Chomei, tu crois que tu aurais pu apprécier de jouer un perso. comme celui de Kioshi ou définitivement ta façon d'avancer avec ton personnage te convient ?

Uroko Chomei Etsurō : Je suis trop attaché à Chomei pour imaginer les choses autrement et je n'ai pas pour projet de jouer un Civil, je me sentirais en manque d'inspiration... Avec Chomei y a du piquant car il est seul contre tous et doit se battre, que ça soit par les mots ou par les armes.
D.: Tu pourrais dire qu'il évolue avec le contexte, également ? Tu as déjà vu certains de tes projets tomber à l'eau ?
Hasegawa Kioshi : Chomei en fait c'est un ado un peu emo sur les bord qui tape fort
Uroko Chomei Etsurō : J'ai vu beaucoup de projets tomber à l'eau oui, et il évolue naturellement avec le contexte... tenez, je ne sais même pas s'il passera du côté obscur - petit clin d’œil à Miseki - ou s'il redeviendra Hatamoto après son passage à Hibana. Et Kioshi n'a pas tort, Chomei possède la sagesse d'un vieux croûton de 80 ans sur certains points mais possède encore de lourdes blessures de jeunesses sur d'autres points.
D. : Tu aurais aimé joué un personnage émo sur les bords Kio ? Razz
Hasegawa Kioshi : Ahahahah absolument pas ! [remet sa mèche en place]
Uroko Chomei Etsurō : lol

D. : Ahahahahaa un point partout sur le sujet ! … Mais, soyons fous...
Hasegawa Kioshi : Je sens la question à la den là xD
D. : … Si vous deviez échanger vos perso, quel(s) conseil(s) donneriez vous à l'autre pour le jouer ?
Hasegawa Kioshi : Ouhlala ! Hum... première règle du Kio, tu ne dois pas parler du Kio... Seconde règle du Kio, tu ne dois pas parler du Kio...
Uroko Chomei Etsurō :  J'enverrais mes *compte* 5 bouquins de Wajutsu à Kioshi par la poste ; en ce qui concerne sa mentalité, il n'a qu'à lire mes RPs, ça devrait le faire
Hasegawa Kioshi : Oh et, les geisha tu aimeras xD
Uroko Chomei Etsurō : Chomei aime les jolies femmes, il a embrassé Fumiko lors du bal de la St Valentin
D. : Ahahahaha !
Hasegawa Kioshi : Ouh ! Chaud ! Chaud ! Chaud ! Kio lui en embrassé Den à la St Valentin ! … Non, c'est faux.. il n'a fait que la reluquer.
Uroko Chomei Etsurō : Chomei va plus loin avec les hommes par contre *sort*

D. : Vous avez un point commun finalement ahahahaha xD
Enfin, sans parler du fait d’être gay, s'il vous était possible de refaire quelque chose sur vos perso, dans un de vos rp ou même sur le forum, qu'est-ce que ce serait ?

Hasegawa Kioshi : Maintenant que je l'ai joué un peu, si je devais refaire... rien.. mais étayer un peu plus son histoire et son caractère me semblerait pas mal... Il faut dire que niveau histoire... j'attendais la version de son frère jumeau...
Uroko Chomei Etsurō : Je pense que j'éviterais de prévoir des plans à la con pour passer Hinin à mon insu
D. : ... On dirait que le HRP a vachement joué sur vos perso., en fait...
Hasegawa Kioshi : Je suis sûr que Chomy lui voudrait changer pour aller à Fukyuu pour connaître la technique traditionnelle du coup de bokken des célèbres Souzen et Katsuya
Uroko Chomei Etsurō : … ou simplement parce que Uroko Chomei était un guerrier d'Itegami
Hasegawa Kioshi : Non non... Le bokken
Uroko Chomei Etsurō : Wajutsu > all, donc ton bokken...
D. : Bokken ou wajutsu, de toute façon... vous l'aurez dans le ...
Hasegawa Kioshi : Tu sais où tu peux te le carrer le wajutsu ? Au même endroit que le bokken justement *est censuré*
Uroko Chomei Etsurō : … tofu ?

D.: D'ailleurs, si vos perso. devaient se retrouver avec quelque chose dans le... *tofu* pour le dire comme ça, est-ce que ce serait plutôt : un fundoshi déjà utilisé par quelqu'un d'autre, une note de saké impayée ou... la truffe d'un chien ?
Uroko Chomei Etsurō : Les voies du seigneur sont impénétrables.
Hasegawa Kioshi : Sûrement la note de saké... mais peut être-que la truffe d'un chien... non non... le saké !
D.: *note le fundoshi pour Chobo* Razz
Uroko Chomei Etsurō : M-mais !
D.: Mouhahahaha... Enfin, vous voulez ajouter quelque chose avant la question à 100 000 koban ???
Uroko Chomei Etsurō : Dendididoudendidendoudendendidoudiden. Sororosososorosorororosorosorosososorororosososoro
D. : Ahahahahaha XD
Hasegawa Kioshi : euuuuuuuuuh... *n'avait pas prévu de réfléchir durant l'interview*
D.: Ahahaha ! Ok, tant pis, c'est les groupies et le fanservice qui se plaindront à vous car maintenant...
Hasegawa Kioshi : Il y a trop de chose à dire... alors... laissons un peu de suspense pour plus tard
D.: … Je vais vous poser the last kuestonning … Qui n'est pas vraiment une question … Mais plutôt … Une consigne !
Hasegawa Kioshi : Oh !
Uroko Chomei Etsurō : Ah !
D.: … La voici : Parce que vous êtes deux personnes qui écrivez bien et qui vous êtes investis dans le jeu, qui savez manier vos personnages et les mots, je vais vous demander, en 5 minutes top chrono, maintenant, d'écrire la mort du personnage de l'autre ! TOP !!!

[Trois minutes plus tard]

D. : Plus que 2 minutes !
Uroko Chomei Etsurō : L'homme en blanc attendait patiemment dans l'ombre, optimisant le peu d'espace qui s'offrait à lui, assis dans une position seisa et contrôlant sa respiration au possible. Il fixait d'un regard imperturbable l'érudit qui lui faisait dos qui, attablé, semblait préoccupé par quelque missive à l'intention de la cour. Qu'importe, cette missive n'arriverait probablement jamais puisque l'esprit du guerrier se projeta tellement fort sur sa cible qu'elle sentit un frisson désagréable lui parcourir le corps, la privant instantanément de tout son libre arbitre. Chomei se redressa enfin, rampant habilement jusqu'à sa cible et lui souffla ces mots à l'aide de la quintessence :

- Cette douleur vous est insupportable et vous ne voudrez pas la connaître une seconde fois ; il serait sans doute plus sage de vous donner la mort lorsque vous aurez retrouvé vos moyens.

Ainsi il disparut aussi vite qu'il était venu, sans même s'être fait voir de sa victime, sans même faire un bruit. Le lendemain, à l'aube, Yokuni compterait un criminel en moins.

[Deux minutes plus tard]

D. : FINI !!!!
Hasegawa Kioshi : Chomei, sentant alors son dernier souffle, un râle puissant, grave et nauséabond, ne put s’empêcher de regretter ses actes... Le jeune érudit qui allait maintenant rire sur sa dépouille avant de l'enterrer à l'endroit où nul ne pourrait vouer un culte à son corps, avait été son dernier combat... Car baignant maintenant dans sa propre salive, jamais la légende qu'il était aurait pu imaginer mourir de cette façon... L’orgueil qu'il avait chéri durant trop d’année allait enfin le quitter pour rejoindre ses ancêtre dans le champs des honneurs... Quel dommage... Quel gâchis... Il serait donc mort sans avoir connu le plaisir entre hommes dont les Fukyuu sont si fiers... un rêve qui s’envole à jamais... Alors, voilà que plongé dans ses pensées, il regarda son âme s'éteindre, la lumière blafarde de la vie quittant peu à peu son corps durci par la rigidité cadavérique... Il n'allait point mourir en héro... juste oublier la vie en temps que puceau... peut-être des regrets ? Oui un  seul, celui de ne point avoir eu le temps de séduire le seigneur Setsu
D.: Merci ahahahaha ! * range tout ça dans son dossier spoiler et se dirige vers la sortie * J'ai toujours rêvé de finir mon interview sur un spoil, merci vraiment beaucoup ! * s'enfuit *

Merci à vous deux de vous être prêtés au jeu de cette façon ! C'était agréable d'assister à cette conversation et de voir vos points de vus se mêler...

Cependant...
Ne croyez pas que c'est fini !
Car deux individus que tout oppose ou presque qui se rencontrent ne sont presque rien...
Sans un troisième !

Aussi, voilà pourquoi nous avons également tenu à interroger le noble Taisho de Fukyuu, Takakasu Izoruko.





Son avis sur les deux personnages que sont Uroko Chomei Etsurō et Hasegawa Kioshi nous intéresse d'autant plus que sa ferveur le pousse à combattre le premier quand son cœur, dévoué à son clan, pourrait le pousser à défendre le second... :

Denbee : Takakasu-san, qu'est-ce que vous diriez si je vous annonçais qu'il y a peu de temps, pour ne pas dire hier soir, Chomei, le célèbre Pourfendeur du temps, a rencontré l'érudit de votre clan, que vous connaissez bien, et que celui-là n'avait aucune connaissance de la légende vivante qui se tenait devant lui-den ? Est-ce que vous connaissez vous-même le nom de Chomei et ce qui se cache sous son capuchon-den ??
Takakasu Izoruko : Oui des histoires pour faire rêver les gamins… une légende du folklore Yokuni… Sa secte d'illuminé essaie de réunir une espèce de milice pour chasser les Yokais… ce sont de vulgaires agitateurs… Le plus étrange dans cette histoire c'est que ce Uroko est censé avoir plus de cent ans, information qui si elle s'avérait vraie ne ferait que prouver que ces chasseurs de Yokais sont eux-même à la solde d'un yokaï...
D. : Ahaha den ! Je vois que vous partagez le même avis que moi concernant ce Chomei-den... Ne le dîtes à personne, mais hier soir, il a avoué qu'ils étaient plusieurs sous ce nom et il m'a révélé le vrai-den... Il a dû me prendre pour un idiot-den... Le petit malin-den... Nous ne sommes peut-être pas érudits, mais en tant que Taisho, on ne doit pas se laisser manipuler aussi simplement, pas vrai-den ?
Takakasu Izoruko : Absolument. Nous devons surtout nous montrer fermes face à ces groupuscules terroristes, qui souhaitent remettre en question l'efficacité de l'armée de nos Seigneurs respectifs.
D. : Qu'est-ce que vous feriez si Chomei se ramenait sur vos terres-den ?
Takakasu Izoruko : [se lisse la barbiche l'air pensif] Et bien, je le ferais arrêter… il serait ensuite soumis à la question pour nous délivrer toutes les informations sur son organisation… après à la suite d'un procès il serait probablement pendu haut et court. Après tout, toujours selon la légende, il serait coupable d'un Daimycide.

D. : C'est vrai-den... Vous croyez qu'un érudit comme Hasegawa-san pourrait vous être d'une quelconque aide contre cet homme-den ? Lui ou tout autre personne d'une classe inférieure à la votre-den ?
Takakasu Izoruko : [Sourit à l'évocation du jeune Kioshi] Ce garnement ne manque pas de courage… ni de culot d'ailleurs. Mais il reste avant tout un civil dont on ne sait pas grand chose, rien ne prouve que sa loyauté aille au Daimyo Fukyuu-sama. Je n'ai pas d'aversion pour ceux qui sont inférieurs à moi, sinon je ne pourrais diriger une armée, cependant il ne faut pas se fier à des civils qui n'ont pas fait l'objet d'une enquête préalable.
D. : Vous seriez prêt à enquêter sur des civils-den ?
Takakasu Izoruko : Pour la sécurité du clan, absolument ! [lisse un plis sur sa manche de kimono]

D.: Et qu'est-ce qu'il se passerait si vous découvriez que ces civils sont membres d'une corporation d'assassin-den ? Qu'est-ce que vous feriez si vous appreniez alors, qu'ils sont prêts à tout pour prendre une vraie place dans votre clan-den ?
Takakasu Izoruko : S'ils appartiennent à de tels réseaux… et bien ils auraient le loisir d'occuper la branche voisine de celle de ce Uroko Chomei au moment de la pendaison.
D. : [Rit, croyant qu'il s'agit d'une bonne blague de Taisho]
Takakasu Izoruko : [A un sourire mauvais] J'ai mes propres goût en matière de décoration extérieure.
D. : Je vois ça-den... Les jardins de votre dojo doivent être plaisants-den... Enfin-den ! Rassurez-vous, Takakasu-san, Kara et la Main se détestent-den. Ils ne partagent rien en commun, de ce que j'ai pu comprendre et ... hm... den... il se pourrait même qu'un jour, le Pourfendeur du Temps chercher à couper ce bras d'assassin-den.
Takakasu Izoruko : Ce qui m'embête le plus dans ces organisations, c'est qu'elles ont la prétention de se supplanter au pouvoir seigneurial. Que ces gens laissent les autorités compétentes faire le travail et qu'ils s'occupent avec des tâches plus utiles à leur clan, c'est le message que j'aimerai leur transmettre.
D. : "Restez-chez vous-den", c'est ce que vous aimeriez leur dire si vous les rencontriez-den ?
Takakasu Izoruko : [Rires] Non, si je les rencontre, c'est qu'il sera déjà trop tard pour eux.
D. : [Lui donne le point qui lui restait et ricane] Bien dit-den ! J'espère pour vous qu'ils ne vous prendront jamais par derrière, alors-den...
Takakasu Izoruko : [Grimace ayant déjà été victime d'une tentative d'assassinat] Oui… c'est pourquoi j'ai pris des mesures pour me prémunir de cela...

Le joueur qui se cache derrière ce Taisho tout aussi borgne que les autres fait également partie des membres impliqués dans la communauté et, pour cela, nous avons souhaité en savoir plus sur ses impressions de jeux !

D. : Hier soir, j'ai souligné le fait que les rôles joués par Chomei et Kioshi étaient des extrêmes : l'un civil, l'autre ancien Hatamoto devenu Hinin, en considérant le rôle d'Izo., cette affirmation ne peut qu'être d'autant plus vraie, car il est Taisho. A vous trois, finalement, vous représentez chaque branche de la hiérarchie du forum. Ma question est donc : qu'est-ce qui, à ton avis, peut attirer vers ces trois rôles ?
Takakasu Izoruko : Et bien dans le contexte du forum, il est écrit en conclusion "Serviras-tu ton clan avec honneur ou agiras-tu dans l’ombre ?" et je pense que ces trois personnages illustrent parfaitement ce propos. Izoruko serait dans ce cadre la figure de l'honneur et du "légal", Kioshi, un personnage de l'ombre. Quant à Chomei il est entre les deux, il a un rôle officiel et joue un double jeu. Quant au choix de chaque joueur, il dépendra vraiment de son style et de son envie du moment, mon DC par exemple étant aux antipodes de Izoruko.

D. : Qu'est-ce qui t'a inspiré pour jouer un Taisho ? Ce côté "honneur" ?
Takakasu Izoruko : Oui, c'est quelque chose qui m'a toujours fasciné dans la culture japonaise, ce rapport à l'honneur, qui vire presque au non-sens quand il est poussé à l'extrême. J'ai eu envie de faire un personnage centré autour de ce concept, avec toutes les incohérences qui en découle.

D. : Et je pense que tu t'es bien débrouillé ! D'ailleurs, est-ce que tu pourrais dire, d'une façon générale, qu'il t'a été facile de prendre part au contexte ? Est-ce que tu crois que, que l'on joue un personnage de l'ombre, un personnage entre les deux rives, ou un personnage qui sert la cause de son clan, il est tout aussi difficile, ou au contraire simple, de tirer son épingle du jeu ?
Takakasu Izoruko : Merci! Ça fait plaisir d'avoir des retours. Pour ce qui est de la difficulté des rôles, je dirais qu'il est plus simple pour un personnage loyal de s'intégrer dans le contexte, les premiers rps peuvent se faire autour d'autres personnages du clan ce qui permet de bien les intégrer.
Pour les personnages de l'ombre cela demande plus de subtilité, il faut arriver à les intégrer à un clan, même s'ils jouent un double jeu. Chomei était ainsi Hatamoto, Hiyoko et Fumiko ont une couverture de domestique… Le plus dur étant de trouver un ancrage pour ces personnages obscur. Après si le background est polyvalent et a prévu pas mal de lien avec des clans ou des organisations, cela peut très facilement se passer aussi.

D. : C'est vrai qu'il y a plein de façon de s'intégrer pour qui a un peu d'imagination. Tu as des projets pour ton personnage, d'ailleurs ? Ou est-ce que tu te laisses mener par ton Daimyo ? Razz
Takakasu Izoruko : Non j'ai pas mal de projets, quelques surprises de taille, qui en surprendront plus d'un ^^ Disons en quelques mots que j'aimerai amener mon personnage à une dimension plus comique maintenant qu'il est réputé "sérieux"
D. : Ah vraiment ? Ça c'est étonnant ! 'y a tellement de classe retenue en Izo ! Ce serait vraiment déroutant de l'emmener dans quelque chose de comique !
Takakasu Izoruko : Oui clairement, c'est le contre pied que je trouve sympa.

D.: Mouhahaha ! Ça me ravi... je suis pressé de voir ça, j'admets ! ... Tiens, du coup, pour aller plus loin, si demain, quelqu'un d'autre devait jouer Izoruko, quel genre de conseil tu donnerais ?
Takakasu Izoruko : Ah ! Et bien je lui dirais de regarder quelques clichés de méchant comme le roi d'Angleterre dans braveheart ou le shérif dans Robin des Bois (avec Kevin Costner hein), mais de ne pas perdre de vue que c'est un homme qui agit toujours pour le bien de son clan avant ses intérêts personnels.
D. : Et à ton avis, qui de Chomei ou de Kio serait le plus à l'aise pour jouer ce genre de personnage ?
Takakasu Izoruko : Je pense que Kioshi serait plus à l'aise, car il est dans la retenue avec ses personnages. Si Izoruko était joué à sa pleine puissance il écraserait le rp de ceux qui sont avec lui. Après Chomei pourrait très bien le jouer aussi, mais en se détachant de son personnage initial… ils ne se jouent pas de la même manière, malgré un rapport à l'honneur analogue.

D.: D'accord, et de ton côté, avec lequel de ces deux personnages tu te sentirais le plus à l'aise si tu devais te retrouver à n'en jouer qu'un ?
Takakasu Izoruko : Hum… L'irrésistible ascension de Kioshi est un parcours de longue haleine, je ne sais pas si j'aurais la patience d'y aller étape par étape comme il le fait. Chomei correspondrait pas mal à certains personnages que j'ai joué ailleurs, du coup ce serait plutôt lui avec lequel je me sentirais le mieux je pense.
D. : Qu'est-ce que tu pourrais apporter à ce personnage ? Des modifications, des améliorations ?
Takakasu Izoruko : Je pense que j'accentuerais le côté torturé du personnage, avec des moments de doutes. Son statut de chef de Kara en fait presque un prophète, il a entamé sa fidélité envers son clan et je suppose qu'il doit y avoir des moments où il trouve vain sa quête de se prendre pour l'ONU de Yokuni avec une poignée de braves qu'il envoie à la mort.
D. : Ahahahaha ! J'aime la référence à l'ONU ! Tu voudrais toujours le jouer si je t'annonçais, juste entre nous hein, c'est notre petit secret... que Chomei a un fundoshi sale, porté par quelqu'un d'autre, dans le c*l ?
Takakasu Izoruko : Je suis sûr que c'est le cas

D. : Ahahahaha !! Allez, dernière chose... Si Chomei devait tuer Kioshi, ou si Kioshi devait tuer Chomei, en 5 minutes, à ton avis, comment s'y prendraient-ils ?
Takakasu Izoruko : Chomei n'aurait qu'à dégainer son sabre et transformer le gratte papier en sashimi à emporter. Quant à Kioshi, je pense qu'il amènerait un petit bento aromatisé à l'arsenic à ce cher Chomeï : "Voilà un petit plat pauvre en cholestérol pour vous !"
D. : Tu veux un spoil ? … Tu as tout faux !!
Takakasu Izoruko : Ah oui ? Je veux savoir ! Il faudra que j'attende la parution de la chronique pour avoir le fin mot?
D. : Peut-être... je ne sais pas encore si je vais garder ces petites informations pour moi ou non... ahahahaha... mouahahahaha... MOUAHAHAHAHA !!!!!!!
Takakasu Izoruko : Démoniaque chroniqueur !

D.: Héhéhéhéhéhé ! Tu veux ajouter quelque chose ?
Takakasu Izoruko :  Et bien des remerciements, à toi pour avoir pris la peine de me poser toutes ces questions, aux staffs pour le boulot abattu et aux membres pour mettre de la vie dans le bateau!
D. : Ahahaha, c'est vrai, merci à tous ! Et à toi de t'être prêté au jeu et d'avoir accepté de sacrifier ton œil pour devenir Taisho...
Takakasu Izoruko : C'est vrai que c'était pas rien comme prérequis à l'emploi! D'ailleurs Toshiro, tiens toi prêt, bientôt on va s'occuper de ton globe oculaire avec Riyu et Den! Après on s'occupera de Shigeru mais chaque chose en son temps
D. : … Faudrait pas qu'ils se rencontrent d'ailleurs...
Takakasu Izoruko : Bof, on pourrait faire d'une pierre deux coups
D. : Les 4 yeux contre les 3 yeux... qui gagnera ???
Takakasu Izoruko : L'issue ne laisse aucun doute…
D. : Ahahaha ! Voilà une beau mot de fin !

Merci à toi, noble Taisho, d'avoir accepté de te livrer de la sorte et d'entamer, aux yeux de tous, ta relation avec les pires scélérats du forum ! En espérant qu'il ne t'arrive rien d'imprévu en rentrant chez toi ce soir...
Denbee Eisei-Mars-Avril 2014




L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5043
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril Ven 2 Mai - 4:52


A NEW COMER !
Fukushin Hakuba, Kikai Karasu et Shinsetsu Ryo

FUKUSHIN Hakuba

Clan: Eiichiro
Age: 35 ans
Rôle: maréchal-ferrant
Caractère:Impliqué, Calme, serviable, Intraitable, Brusque, Perfectionniste
Où le trouver ? Dans les écuries de Kaze.
En plus d'être un sujet des plus loyaux, Hakuba est reconnu pour son talent de "guerrier du fer". Deux générations que le métier de maréchal-ferrant est devenu une vocation dans la famille de cet homme. Elle est aujourd'hui au service de sa Dame et de sa cour. Il ne sort guère des écuries Eiichiro. Ses employés vous diront qu'il fait preuve de brusquerie lorsqu'il donne ses ordres et qu'il réserve sa gentillesse pour les chevaux. Ne lui parler pas d'abattre l'un de ses compagnons, vous pourriez bien le regretter.
Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.


KIKAI Karasu

Clan: Setsu
Age: 35 ans
Rôle: marchand ambulant
Caractère:Sociable, Charmeur, Vif, Escroc, Mystérieux, Brutal
Où le trouver ? Partout sur Yokuni... à condition de pouvoir le trouver.
Ne vous fiez pas à ses allures humaines, cet homme n'en est pas vraiment un. Du moins, certaines rumeurs racontent qu'il serait plus proche du tengu que de l'homme mais nul ne connait véritablement son identité. Néanmoins, bon nombre de ses services sont appréciés par ses clients lorsqu'il ne les escroque pas. Les Daimyos feraient eux-même appel à sa malice pour dénicher des informations précieuses car oui, pour Karasu, tout se vend et tout s'achète. Il est capable de vous trouver n'importe quelle pièce de collection, même si celle-ci fait partie des récits et des contes. Mais pour obtenir sa marchandise, il faudra le trouver parmi Yokuni, ou bien lui vous trouvera, lorsque vous aurez le plus besoin de lui. Faites en sorte d'avoir de quoi le payer ou cette rencontre sera la dernière.
Niveau d'influence:Moyen
Propriétaire: Kagome Katsuya
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.


SHINSETSU Ryo

Clan:/
Age: Inconnu
Rôle: Yokaï innoffensif
Caractère:Vaillant, Déterminé, Solidaire, Timide, Maladroit, Naïf
Où le trouver ? Dans les terres neutres
L'habit ne fait pas le moine comme on dit, et cette expression est plus vraie que jamais lorsque l'on parle de ce jeune homme. Bien qu'il soit kitsune, il prend forme humaine pour explorer les terres Yokais sans croiser le fer avec les humains. Comme la plupart des habitants de Bakemon, il souhaiterai pouvoir voyager dans les terres des clans pour s’instruire et se rapprocher des hommes. Malheureusement, il ne sera pas facile de se faire accepter, alors il décide d'affronter ses semblables du village de Kegare qui sont agressifs contre les humains.
Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.


Kagome Katsuya Mars-Avril 2014



SPECIAL THANKS


Ça y est ! Nous avons enfin pu publier cette chronique qui se faisait clairement attendre.

Je remercie tout d'abord ceux qui auront le courage de lire cette chronique en entier. Et à ceux qui laisseront un commentaire à la suite.

Je remercie ceux qui nous ont soutenu et qui attendaient la chronique avec impatience dont Kioshi, Chomei, Hisae et Nadeshiko. Nous remercions aussi la parodie de Kioshi et Eisei, se sentir soutenues et attendues est un bonheur pour nous et nous en avons besoin.

Je remercie Eisei pour s'être proposé, avoir exécuté un travail du feu de dieu, une interview d'enfer et d'originalité et rapidement en plus de cela. Eisei, sans qui la chronique aurait encore été retardée à cause de moi.

En plus, je devais faire le Clin d’œil à l'Event, mais là, je suis trop fatiguée et j'ai trop de choses plus urgentes à faire donc je le ferais plus tard...

Je remercie Senkô qui m'a soutenue en me tenant éveillée.
Je remercie enfin Katsuya sans qui l'aventure Saigo Seizon n'existerait pas, pour son soutien et ses idées.

Je n'oublie pas toute la communauté, les nouveaux comme les moins nouveaux, la CB...
On espère que cette chronique vous a plu malgré les difficultés que nous avons rencontrées, que vous prenez du plaisir à la lire, que vous avez envie d'en voir beaucoup d'autres. Et surtout...

LONGUE VIE A SAIGO SEIZON !
Kasuga Riyu Mars-Avril 2014


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Iwako Hisae

avatar

Non Joueur

Messages : 861
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Kannushi
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril Sam 3 Mai - 17:51

Fwhaaa *-* toujours aussi wonderfull ! bwavo a tous ! bow travail ! vraiment ! Heureux



[ L - Ma - Me - J - V - S - D ]


Art by phoenixlu

Click me softly ! and just listen ! ;D
Revenir en haut Aller en bas
http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Mouton
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5043
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril Sam 3 Mai - 18:12

merci, Hisae  Love 


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Hasegawa Kioshi

avatar

Non Joueur

Messages : 1804
Date d'inscription : 13/11/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Civil
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril Lun 5 Mai - 15:17

félicitation pour ce travail énorme et d'une qualité sans reproche, ce fut un plaisir de la lire encore et encore dans le métro ou au supermarché /o/

Un grand merci a vous pour avoir fait cette super chronique! Un grand bravo ! et même une petite danse du contentement! <(°u°<)_ <(°u°)> _(>°u°)>


L-M-M-J-V-S-D

Veux-tu jouer avec moi Invité.?

Revenir en haut Aller en bas
Denbee Eisei

avatar

Retiré

Messages : 689
Date d'inscription : 22/06/2013

Feuille personnage
Age: 29
Titre: Fainéant-taisho
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril Lun 5 Mai - 19:39

Félicitations pour cette belle chronique ! La légende est délicieuse, bien rythmée, le style est génial T-\\
> Le coup de cœur est très intéressant, je crois que je le lirai quand j'aurais le temps, je suis très pressé de savoir si le Taisho de Fukyuu est pédé ou pas...
> KYAAA ON A EU UNE RÉCOMPENSE KDJFLSJLDKSDJFSLEORIPZEIAPZOEKMSQLJDSKFJSL ! Belle surprise !! MOUHAHAHA Merci merci merci *s'embrasse*
> Chobo :
Spoiler:
 


Aniki :
Spoiler:
 

> Fuck y en a un avec des cheveux roses !!!


Merci à vous deux d'avoir accepté de reprendre en main la chronique après le malheureux incident et les occupations des uns et des autres ! Ca valait le coup d'attendre... et de ne pas laisser mourir le concept ! Bon courage aux futurs chroniqueurs pour faire aussi bien What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Takakasu Izoruko

avatar

Mort

Messages : 157
Date d'inscription : 04/02/2014

Feuille personnage
Age: 37
Titre: Taisho
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril Mar 6 Mai - 17:23

Se lève et applaudit avec emphase:

"Bravo, pour cette chronique, à nouveau un beau boulot qui permet de s'immerger toujours un peu plus dans l'univers de Yokuni!"



Thème musical d'Izoruko

L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5043
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril Mar 6 Mai - 19:16

Merci à tous =)


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Fukyuu Yukimura

avatar

Mort

Messages : 50
Date d'inscription : 11/02/2014
Age : 30

Feuille personnage
Age:
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril Lun 19 Mai - 7:09

Super boulot ^^
Félicitations et merci pour cette chronique très agréable à lire Smile

Yuki ;p
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronique de Mars et d'Avril

Revenir en haut Aller en bas
 

Chronique de Mars et d'Avril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Figurine White Dwarf 2014
» Planning des Messes et Pardons de l'Ensemble Paroissial Sant Mikêl (1er Mars 2015-1er Avril 2015)
» Le manga dans tous ses états à Evry du 23 mars au 22 avril
» Chronique Mystique - Mars 2015
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
.....