AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent Mer 11 Juin - 22:35

Yamato Shin se trouvait à Geki, Capital des terres du Clan Kenshu depuis peu. Il avait fait tout le chemin depuis Ite après avoir entendu une rumeur dans une des auberges où il avait prit l'habitude de prendre son déjeuner.
Selon cette rumeur, il y aurait une personne dans la capital du Clan Kenshu, qui aurait appartenu au clan du Serpent Céleste avant le début de l'Enfer Écarlate et qu'il aurait fui ses terres natales peu de temps avant sa chute sous l'assaut du clan du Mouton et de ses alliés.

Ce fut pour cette raison qu'il était venu dans les terres de Gekigami. Mais il était venu pour rien. Les rumeurs étaient fausses et il avait perdu son temps. Cette fameuse personne n'avait jamais mit les pieds sur les terres du Kami Nuregami, même pour un simplement lors d'un voyage. Et il n'avait jamais honoré un autre Kami que le Tigre du Tonnerre. Et en plus, cette personne était morte depuis quelques mois.


C'était pour cette raison qu'il était venu et maintenant, il se trouvait dans une petite auberge proche de la limite de la Capital du clan du Tigre entrain de manger un repas tout en évaluant les possibilités qui s'offraient à lui. Il ne savait pas quoi faire.
Devait-il retourner à Ite et reprendre ses recherches dans la Capital du Bœuf Divin? Ou tentait-il de trouver des informations, ici à Geki? Après tout, le Kenshu avait été construit sur les ruines encore fumant de l'ancien clan du Tigre et les samouraïs et moines d'un certains âges avaient connu l’Ère des Onze clans. Et ils auraient peut-être une petite chance d'avoir de nouvelles informations sur le clan de son grand-père, voir même une indication pas sur de son ancien emplacement possible.

Alors que la suite de sa commande arriver, il remarqua l'arrive d'une personne dans l'établissement. Chose tout à fait naturelle au vue d'où il se trouvait et pourtant, il ne savait pas pourquoi, il fut intrigué par lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent Jeu 12 Juin - 11:14


Tout n'était que brume, au sortir du lit, sous le soleil de midi. Si se lever pour s'extirper de ses draps pouvait être compté comme haut fait d'arme, nul doute que l'honneur éternel serait de rigueur, l'instant présent. Alors que Sei ouvrait les yeux difficilement, laissant les rayons du soleil percer la cime de ses cils seconde après seconde, il ne pouvait s'empêcher de remarquer le coupable de son état actuel ; un lot de gourdes vides laissées à même le sol, la dernière laissant encore échapper quelques gouttes d'un liquide transparent, dont l'odeur se voulait reconnaissable entre mille. Une fois n'est pas coutume, le guerrier de Kenshu s'était laissé aller à son penchant pour le vice, bien que, deux coups d’œils furtifs plus tard, force était de constater que l'alcool seul avait terminé la soirée. Du moins, si quelque femme s'était trouvée dans les parages ces dernières heures, elle devait avoir pris la fuite jusqu'en pays Okaruto, soit à l'autre bout du monde, à cette heure.

Il aura fallu compter sur une ou deux heures supplémentaires avant que notre Hatamoto ne s'éveille réellement, prenant enfin le soin de s'habiller, tout en sobriété, ne laissant qu'un haori aux couleurs du soleil couvrir un  hakama noir, pendu à sa taille par un Obi maladroitement noué. Au diable les formalités, personne au sein de la capitale ne saurait véritablement le reconnaître, de toute façon, sa tignasse rebelle s'occupant de lui offrir tout l'anonymat voulu, les plus longues mèches ne semblant vouloir se dégager de son visage. Sautant dans ses gettas, voilà qu'il prenait enfin la porte, laissant au propriétaire des lieux le soin de ranger derrière lui. Les quelques piécettes laissées derrière lui suffisaient à couvrir la dépense des deux prochaines semaines, dans tous les cas. Et si réclamation devait être faite, qu'elle soit adressée au seigneur de Kenshu ; bien de sa faute si les Hatamotos ne disposent de terres à leur nom. Déjà un miracle que la solde soit régulière, connaissant les penchants de Senkô pour la disparition.

Mais à quoi bon ruminer les détails ? Les maux de tête de notre héros ne cesseraient guère à force de réflexion. De la médecine douce et du repos, voilà tout ce à quoi il aspirait, pour le moment. Et quoi de mieux que la taverne du coin pour laver les douleurs récalcitrantes ? C'était du moins la pensée d'un Sei particulièrement mal inspiré, prenant la route de sa halte préférée, à l'autre bout de la ville. Son torse laissé au soleil derrière son haori suscita quelques gloussements de la part de la gente féminine, alors qu'il passait par le milieu du marché, échangeant quelques fruits de saisons contre les derniers koban qu’abritait sa petite sacoche de cuir pendant à sa ceinture. Souriant timidement au sourire d'une jeune femme qui posait les yeux sur ses quelques cicatrices, il mit un point d'honneur à presser légèrement le pas, jusqu'à passer les zones de forte influence. Le fond sonore n'avait de cesse de marteler son crâne, des tempes jusqu'au sommet, ruinant petit à petit le peu de bonne humeur qu'il lui restait. Il aimait tant qu'il haïssait son rythme de vie, devant faire face à chaque conséquence de ses actes. Une fois encore, la promesse lancée à lui-même de ne plus jamais toucher au sake, ou toute autre forme d'alcool. Une fois encore, l'assurance de ne jamais tenir ses promesses. Une pensée qui ne tarissait guère la larme coulant délicatement le long de sa joue, fruit de bâillements sonores et douloureux laissés ci et là le long de sa route.

Quelques étirements volés à son rythme de croisière se voulaient luxe plus qu'appréciable, alors qu'enfin ses jambes semblaient ne plus vouloir se soustraire à son contrôle. S'il tanguait toujours légèrement, faute à un couple d'épaules pesantes, il ne menaçait plus de renverser la première étable venue au moindre faux pas. Une évolution bienvenue, alors qu'il approchait enfin de sa destination. Une auberge en périphérie, à deux pas de la colossale porte d'entrée de la capitale. Un lieu étrangement en retrait, malgré  la route entretenue à deux pas de sa porte, donc de l'affluence de voyageurs, natifs ou touristes. Notre héros ne pouvait s'empêcher de rêver d'un long voyage, dès qu'il foulait cette route du plat du pied. Quelques années supplémentaires en extérieur, à jouer de nouveau les vagabonds sans le sous. Sans doute cette folie aurait-elle été de mise si son seigneur ne gardait pas cette fâcheuse tendance à quitter le trône chaque fois que ses envies le lui demandaient. Simple rêve éphémère quittant son esprit chaque fois qu'il passait la porte de l'établissement, ne prenant guère le temps de fouler les clients du coin de l’œil pour rejoindre directement le comptoir, où l'attendait le propriétaire, grand sourire aux lèvres.

→ || Un thé chaud, s'il te plaît, Tenzen.

Si Sei n'était pas son meilleur client, il n'en restait pas moins sur le podium. Tant matin que soir, il lui faisait l'honneur de sa visite, du moins tant qu'il voulait dans la capitale. Thé le matin, sake le soir, une habitude que le gérant semblait connaître sur le bout des doigts, poussant une tasse en terre cuite délicatement vers le guerrier avant même qu'il n'ait eu le temps de terminer sa phrase. Il s'en empara du bout des doigts pour siroter une première gorgée de ce liquide noir, quasi brûlant. Il n'avait aucune idée de ce que Tenzen pouvait bien mettre dedans, et ne voulait pas le savoir. Médical ou non, ce remède fonctionnait plus qu'aucun autre, gardant le mérite de placer notre héros dans de bonnes dispositions pour la journée à venir. Qui sait quand sa présence serait requise, au vu de son statut ? Si d'autres pouvaient avec grand plaisir occuper sa place d'ambassadeur, il n'en restait pas moins l'occupant du poste officiel. Si un haut dignitaire étranger devait pointer le bout de son nez bientôt, il serait très impoli de lui présenter l'assistant de l'assistant de l'assistant. L'idée bien ancrée dans sa tête, Sei se contenta de siroter une nouvelle gorgée, attendant son heure.

Un vif coup de hanche vers la droite, vissant le tabouret davantage vers le sol alors qu'il étendait son champ de vision à l'ensemble de l'établissement. Comme d'habitude, pas un noble. Rien qu'habitués des lieux et voyageurs de passage, offrant au bouiboui une variété de couleurs sans nul pareil. La différence à l'état pur, se mêlant encore et encore, découvrant une peinture certes singulière mais non moins sympathique. Et dans cette fresque, le petit point de détail qui se voulait ressortir légèrement. Un Guerrier ? Peut-être. Un homme armé, dans tous les cas, chose peu commune dans les environs. Assez peu commune pour piquer l'intérêt de notre héros, laissant son regard se perdre dans une analyse légèrement plus poussée. Définitivement un guerrier. Ou tout du moins un homme d'armes, qui n'avait de fait aucune réelle raison de traîner dans les parages. Le pourquoi du comment n'était toutefois pas important. Le simple fait de savoir son début de journée légèrement plus rempli qu'à ses habitudes lui suffisait. Pourquoi ne pas tailler le bout de gras, après tout ? Une histoire restait toujours bonne à prendre, après tout. Une raison suffisante pour quitter son siège, pensa-t-il brièvement, franchissant les quelques mètres qui le séparait du guerrier, replaçant d'un geste de la main ses mèches les plus rebelles sur le sommet de son crâne, avant de finalement atteindre sa destination et se laisser tomber sur le siège en osier laissé libre à l'autre extrémité de la table. Il prit une nouvelle gorgée de thé noir, alors que son regard se posait sur celui de son vis-à-vis.

→ || Vous êtes tout sauf un Kenshu, hein ? Que peut bien amener un guerrier étranger sur nos terres ... Vous ne nous montez pas un mauvais coup, j'ose espérer ?

Comme à son habitude, Sei ne pouvait s'empêcher de piquer directement là où ça fait mal, préférant de loin tendre une perche glissante que de favoriser la facilité. Il suffisait de se mettre à la place du samouraï d'en face ; se voir abordé par un homme mal rasé, mal habillé et sont les cernes se voulaient marquées plus intensément que chez un insomniaque n'avait rien d’ordinaire. Il pouvait même s'en offusquer. Observer la réaction de chacun dans telle ou telle situation restait, après tout, le pêché mignon de notre Hatamoto, ce quelle que soit sa cible. Pour autant qu'il en savait, il pouvait tout aussi bien se trouver face à Setsu Gekido ou le pêcheur du coin, et n'en avait, pour l'heure, strictement rien à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent Dim 15 Juin - 18:23

La personne qui intriguait Yamato Shin se trouvait devant lui maintenant. Il ressemblait un une de ses personnes qui avaient une hygiène de vie peu enviable aux vues des cernes qui ornaient le contour de ses yeux.  Mais la seule chose de sur c'était que cette personne était bien plus fort que le commun des mortels et la fine musculature qu'on pouvait entre-deviner sous son kimono montrer qu'il avait suivi une formation au combat. Signifiant qu'il était un combattant.
Vu le ton employer, il devait certainement appartenir à la caste de officiers des forces militaires du clan Kenshu, il devait être au moins du rang de Taisa si ce n'était plus. Aucun simple samouraï ou Taii n'aurait pas envoyé un tel pique sans la crainte de tomber sur une personne ayant plus d'importance et que cela se retrouve finalement contre lui.

Mais ce qui faisait doucement rire Shin c'était sa question concernant la possibilité qu'il puisse faire un mauvais coup sur le territoire du Clan Kenshu. S'attendait-il vraiment qu'une personne lui réponde oui ouvertement et lui expose ses plans maléfiques envers la population local ou le Daimyo Kenshu.
Pour lui répondre, Yamato Shin décida d'utiliser un peu le ton de l'ironie. Autant montrer à cette personne qui venait de prendre place à sa table, sans être invité, qu'il pouvait lui aussi faire preuve de trait d'esprit à sa façon. Il répondit:

« Je ne savais pas que les non-membres du clan Kenshu ne sont pas les bienvenue sur les terres ayant la bénédiction de Gekigami. Et il me semble que nous somme tous les sujets de notre Empereur avant d'être les Sujets de tel ou tel Daimyo.
De plus, si je me souviens bien, il n'est point interdit à un Samouraï d'un autre clan, quel qu'il soit de se promener dans, les autres régions que celle de son Daimyo. Tant que ce dernier rester les autorités locales et les lois impériales.
Par contre, je crains fort que nul personne ne vous avoue qu'il a une vile intention envers votre clan et sa population Dono-sama. »


Shin était fière de sa réplique. Surtout le passage où il venait d'appeler son interlocuteur Dono-sama. Après tout on disait Sama derrière le prénom d'une personne qu'on respectait. Et Dono servait aussi à montrer une marque de respect envers une personne ayant épousé la voie du Bushidõ, ou simplement pour dire Monsieur. Alors utiliser les deux pour nommer une personne était une exagération du dit respect envers cette personne.
Après tout, il venait à lui avec un air supérieur, ne se présenter même pas soit de disant son nom soit en disant sa fonction au sien du clan. Puis il se permettait de lui poser des questions tout en l'accusant presque d'être une vile personne qui voulait commettre un acte qui pourrait le conduire à sa propre mort ou à une nouvelle guerre entre les clans.

Puis une idée traversa l'esprit du jeune samouraï du clan Fukyuu. Et si il demandait à cette personne s'il n'avait pas des informations sur l'époque qui vit la naissance de son grand-père. Peut-être avait-il quelques informations fort intéressantes sur l'ancien temps voir même sur l'ancien clan du Kami Nuregami sans même le savoir. Il lui demanda:

« La vérité, c'est que je suis un samouraï aimant l'histoire de notre nation et que je voyage de territoires en territoires pour connaître plus de choses sur notre passé. Je suis surtout intéressé par l'histoire relativement ressente. Celle qui date d'avant la chute des anciens clans et j'espère trouver un jour une ruine inconnu pour le moment datant de cette époque.
Après tout, si nous ne voulons pas revivre l'Enfer Écarlate, nous devons connaître les erreurs que nos aînés ont fait pour ne pas les reproduire. »


Shin avait peu d'espoir d'avoir l'emplacement exacte de l'ancien clan du Serpent, mais s'il pouvait obtenir le moindre indice ou début de piste pouvant le conduire à ce lieu, il était preneur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent Mer 18 Juin - 20:08

Un peu pète-sec, peut-être. C'est bien là la seule pensée que gardait Sei, à l'écoute de son vis-à-vis. Non que ce soit un défaut, mais la légèreté légendaire de notre héros se verrait sans doute mise à mal, cette fois. Pas que le samouraï ne comprenait l'ironie de son hôte. Un véritable choc des cultures, un vrai, qui ne présageait pas grand chose de bon concernant les relations amicales. Pas de quoi sortir son arme et se découper l'un l'autre pour autant. Divergences d'opinions, de points de vus. Rien d'inhabituel, surtout pour Sei, coutumier du rôle de mouton noir et de ses dérivés proches. Il l'avait bien cerné, dans tous les cas. Une gestuelle propre, rigoureuse, tout à l'opposé de lui-même et sa faculté à posséder deux mains gauches, surtout le matin. Même sa façon de parler semblait sortir d'un manuel de bonne éducation. Il n'aimait ce genre d'homme. La plupart tentaient de le prendre de haut sans chercher plus loin, pour finalement se vautrer à la rencontre d'une pique quelque peu cinglante. Ici, tout au plus une légère provocation, entendue et naturelle au vu de la situation. Bon point pour lui. Si ça ne facilitait en aucun cas le dialogue pour lui, au moins devait-il rendre hommage à son compagnon de table pour ce fin trait d'esprit.

Les fleurs n'étaient -encore- de rigueur pour autant, le message portant trace d'une minime hostilité. Tentait-il de se hisser à hauteur de l'aîné Higure ? Se voulait-il doué d'un certain don de prescience, l'encourageant à penser que Sei tenait place importante au sein du clan ? Une nouvelle gorgée de thé acheva les questions importunes, de même que la marque de respect étrangement présentée en guise d'épilogue. Encore une chose qu'il n'aimait pas. Ce besoin de classer systématiquement un homme selon son rang social, son sexe ou son age. Lui s'en passait bien, en dehors de quelques provocations ou suffixes de sa composition. Il y portait un petit intérêt lors de sommets diplomatiques, également. Rien qui n'aurait su avoir le moindre intérêt dans la situation présente, dans tous les cas. Il ne s'en offusquait toutefois pas ; aucune raison, il était le seul à ne vouloir faire comme l'éthique le suggérait, après tout. Et si le respect lui était dû de manière naturelle, il ne le quémandait d'aucune manière, faisant simplement avec ce qui lui était offert. L’exagération prononcée ne le dérangeait pas plus, libre au samouraï de croire ce que bon lui semblait autant qu'il le voulait.

D'autant qu'il se voulait au moins aussi étrange que Sei, à la réflexion. Du moins, sa façon de passer du coq à l'âne en un temps record se voulait tout aussi impressionnante, dégageant d'un mouvement de la main l’atmosphère quasi tendue qui s'était installée jusqu'ici. Tant mieux. Ça évitait à notre héros tant de répondre que de disparaître dans un nuage de néant par l'inactivité prolongée. Peut-être le samouraï n'était-il pas totalement sans intérêt, du moins le temps d'un après midi. Voire totalement excentrique, pensa notre héros, alors qu'il parachevait son bout d'histoire. Même lui n'en voyait pas souvent, des bestiaux pareil. L'enfer écarlate, sans être un sujet tabou, se voulait évité par bien des habitants de Yokuni, modestes travailleurs ou seigneurs. Un sujet à aborder du bout des lèvres, heureusement que Sei n'y voyait, à nouveau, pas l'intérêt souhaité. Lui-même ne s'était jamais intéressé au sujet, et n'avait guère le goût du passé sur la langue.

→|| Trouver des ruines ? Pour l'honneur de la découverte ou pour l’intérêt de l'histoire ? Dans tous les cas, tentez plutôt votre chance en terres Fukyuu. Fuyu tout particulièrement, la ville disposant d'une impressionnante bibliothèque.

Notre héros reprenait peu à peu du poil de la bête, sirotant son thé à un rythme plus soutenu, les yeux plus ouverts que les minutes passées. Si lui-même n'éprouvait pas ce besoin de connaître le passé, il gardait ce petit je-ne-sais-quoi, une légère empathie pour les personnes à la recherche de quelque chose de peu commun. La majorité des hommes n'avait pour seule quête que l'honneur et la puissance, il restait de fait bien rare de croiser autre ambition, surtout de manière si légère. Était-il tombé sur une sorte d'érudit ? Disposait-il d'un passif lié d'une certaine façon à l'histoire, forçant sa passion de quelque manière que ce soit ? De petites questions qu'il balaya sans effort, ralliant toute son attention à la situation. Plus que l'histoire de Yokuni, celle de cet homme semblait l’intéresser bien davantage. Perdre un petit peu de son temps à tendre l'oreille ne pouvait rien lui coûter, de toute façon.

→|| Bien. Appelez moi Sei. Et si vous me disiez ce que vous cherchez réellement ? Les ruines ne sont pas ce qui manque sur l'ensemble du paysage, m'est avis que vous avez une idée derrière la tête ...

A défaut de le faire dans les règles de l'art, au moins l'échange restait pleinement lancé, maintenant. Un petit signe de l'index à Tenzen lui intima l'ordre d'apporter bouteille et coupelles, troquant le service contre la dernière monnaie présente au fond de sa sacoche. Il poussa l'une des coupelles vers le samouraï, avant de le servir d'un geste lent, n'oubliant de se servir lui-même à la suite. Son kiseru trouva bien vite le chemin de ses lèvres, l'allumant à l'aide d'une chandelle avant de tirer une première bouffée. Tel un vieillard profitant de l'horizon, notre Sei s'installait confortablement, bien décidé à assécher son vis-à-vis de toutes les perles d'histoire qu'il pouvait bien posséder. Il devrait sans doute lui aussi s'épancher davantage sur sa propre vie, mais les rennes restaient à l'appréciation de l'étranger, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent Mer 25 Juin - 8:00

Quel ironie de l'histoire, le dénommé Sei lui disait de se rendre dans les terres sous le protection du Kami Itegami pour trouver des ruines et des informations sur l'ancienne époque. Il était natif de cette région. Il avait étudié les ouvrages parlant de cette époque et visité les quelques ruines du clan qui n'était pas sous le contrôle direct des moines pour apprendre plus. Mais rien de ce qu'il avait découvert ne lui était utile. Toutes les écrits, gravures et fresque qu'il avait pu voir se reporter uniquement au Bœuf Céleste.

C'était aussi pour cette raison qu'il avait décidé de parcourir un peu les terres de Yokuni. Il espérait apprendre de nouvelles choses sur l'ancienne époque et les kamis oublier. Surtout sur le Kami du Serpent et son clan. Mais pour le moment il ne savait rien de plus que ce qu'il avait pu apprendre dans le journal de son grand-père.

Il soupira lourdement et il regarda le samouraï du Tigre qui se trouvait devant lui. Peut-être s'il lui posait des questions plus précise, le dénommé Sei aurait plus de chance de lui donner quelques indices qui lui permettrait d'avoir une piste, même infime, de retrouver les terres ancestrales du Clan du Serpent Céleste. Alors il lui dit:

« Je me nomme Yamato Shin et je suis originaire du clan Fukyuu.
J'ai étudié les manuscrit se trouvant dans les bibliothèques de mon clan ainsi que les ruines et je n'ai rien trouver de plus que je ne savais déjà.
C'est pour cette raison que je me suis mis à parcourir le Pays en quête de nouvelles informations sur le passé et sur les clans disparus. Je suis à la rechercher des anciens terres des clans qui n'ont pas survécu à la dernière guerre des clans. »


Shin ne voulait pas dire quel clan il cherchait exactement. Il ne savait pas si oui ou non la famille de Sei avait eux quelques différents avec l'ancien clan du Kami Nuregami. Alors il n'allait prendre aucun risque. Après tout, il en avait fait l'expérience une fois dans les terres de Fukyuu avec un samouraï qui avait perdu un de ses proches à cause d'un ancien Jônin du Serpent.

En attendant la réponse du samouraï, il continua son repas. Ses radins blanc saumuré était fondant en bouche et son thé vert était un délice. Au moins, il n'aurait pas perdu sa journée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent Lun 14 Juil - 16:24

Un rond parfait. Sei ne pensait plus qu'à le créer, jouant de ses joues et de sa langue dès lors qu'il expulsait la fumée apportée par son kiseru. Le but ultime restait d'utiliser sa réserve de sake et les cendres ardentes de son ustensile pour cracher quelques flammes à l'intérieur de ce même rond, mais son inexpérience en la matière promettait une catastrophe sans nom s'il démarrait son œuvre dans l'instant. Pour tout avouer, il se voulait tellement absorbé par ses enfantillages qu'il ne prêtait plus aucune attention à son vis-à-vis, qui continuait de le harceler de questions sans queue ni tête. Qu'est-ce que Sei pouvait bien savoir des clans disparus, et surtout, que pouvait-il bien en avoir à faire ? Dans le doute, mieux valait se taire et continuer à faire joujou mentalement, au risque d'en perdre la totalité de ses facultés mentales.

Il ne se fit pas prier pour achever les coupelles de Sake dont yamato Shin ne semblait pas vouloir, l'une après l'autre, rebouchant la bouteille au passage. Pas aujourd'hui qu'il se mettrait minable avec un étranger pour se réveiller dans un autre monde, nu et sans pouvoir se souvenir des derniers jours. Tant mieux, ou tant pis, selon le point de vue. Sei lui-même n'aurait su trancher, pour l'occasion. Alors que l'après midi était plutôt bien parti, il se trouvait maintenant l'envie irrésistible de s'en aller sans demander son reste. Il y a des sujets qui ne font pas mouche, les anciens clans semblaient en faire parti. Mieux valait s'excuser et repartir vers de nouvelles aventures, les deux hommes y seraient gagnants. Rangeant son Kiseru dans son kimono après l'avoir décrotté d'un coup sur le rebord de la table, il se levait enfin, prenant la bouteille en main pour s'incliner légèrement.

→|| Et bien, Yamato-san, vous m'en voyez désolé mais l'après midi à venir semble me demander pour quelques travaux inhérents au clan. Je n'ai aucune connaissance du sujet qui vous intéresse, et je doute que vous trouviez quoi que ce soit à ce sujet dans le coin. Libre à vous toujours de tenter votre chance, cela dit. Sur ce, je vous souhaite une agréable journée, et un bon appétit.

Il se redressa prestement, pour finalement prendre le chemin de la porte, la traversant pour aller à la rencontre du soleil. Sa main amenée en renfort sur son front pour se protéger de l'éclat trop lumineux, sa route se voulait toute tracée. Étrangement, si le prétexte du travail se voulait honteux mensonge à la base, le fait même d'y avoir pensé semblait lui faire pousser des ailes. Il n'était jamais à court de paperasse, après tout, et il fallait bien s'en occuper avant de mourir écrasé par des milliers de formulaires ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre entre un Hatamoto du Tigre et le Samouraï du Serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..